Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Comme larrons en foire ! - Matthew/Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageSam 21 Nov - 14:03

A vrai dire.... Il ne se rappelait de la dernière fois où il avait autant ri ! Ses abdominaux criaient grâce et il avait les yeux tellement remplis de larmes qu'il voyait flou. Et c'était tellement bon ! Tellement libérateur de pouvoir exploser ainsi, d'essayer de chercher sa respiration sans réellement la trouver et de penser que s'il mourrait maintenant, ce serait d'une joie pure et sans équivoque !
Keaton ne valait pas mieux : totalement replié sur le canapé, il était secoué d'un rire tellement puissant qu'il en tremblait sur lui-même, et rien que de poser ses yeux sur lui, Noah redémarrait de plus belle.

C'était parti de rien du tout. Comme promis, il était venu rendre visite à Keaton et il avait amené ses ustensiles de cuisine pour lui donner un cours improvisé. Ce n'était pas grand-chose mais la seule perspective de passer la journée avec son adorable voisin à mitonner un bon petit plat qu'ils mangeraient probablement ensemble vu que son petit-ami semblait décidé à rester au travail, lui avait réchauffé le cœur et l'avait plus motivé que jamais ! Il était même venu avec un bouquin de cuisine assez facile que Keaton avait parcouru sans rien comprendre.

Aujourd'hui, ils feraient simple pour commencer : pâtes à la bolognaise faite maison. Dieu merci, Noah avait tout ce qu'il fallait dans son congélateur pour pouvoir le faire sans avoir à partir en courses. Ni lui ni Keaton n'aurait été en mesure de le faire, alors ils avaient fait avec les moyens du bord.
Résultat, une délicieuse odeur de sauce tomate flottait dans l'appartement...
Keaton n'avait pas rechigné à la tâche : Noah s'était attendu à ce qu'il ne soit pas vraiment d'accord qu'il s'impose chez lui, ou qu'il soit réfractaire aux cours de cuisine, mais cela n'avait pas été le cas, bien au contraire ! Il avait été encore plus enthousiaste que le policier et l'avait accueilli avec un grand sourire qui atteignait ses oreilles.
Etait-ce parce que Noah lui avait décoché son sourire charmeur numéro 3 qu'il gardait pour les grands occasions ? Ou parce que, tout comme lui, il était désireux de ne pas rester à se morfondre seul chez lui ?
En tout cas, ils avaient lié connaissance, bien mieux que la veille au soir, et Keaton se révélant être un grand bavard, Noah avait eu droit à une multitude d'anecdotes toutes plus amusantes les unes que les autres...

Jusqu'à ce que Richter découvre qu'il fallait 'battre' la sauce pour mélanger les ingrédients, et il avait évoqué un souvenir plutôt grivois avec Matthew.... qui avait déclenché un fou rire incontrôlable de la part des deux hommes.
Noah n'en menait pas large et Keaton était littéralement écroulé sur le canapé. Bon sang, ils riaient tellement fort tous les deux que leurs éclats devaient s'entendre depuis le couloir ! Voire même dans les étages supérieurs !

Mais c'était tellement bon... Noah en avait oublié sa jambe, son plâtre, ses béquilles, et Keaton sa maladie et les légers vertiges qu'il ressentait depuis le matin.

« Mais quand tu dis que.... »
essaya Noah entre deux fous rires.
« Ouiiiiiii ! » hurla Keaton, sachant pertinemment de quoi il parlait et encore plus amusé par cela.

Décidément, la journée se déroulait on ne peut mieux. Jusqu'à ce que la porte d'entrée s'ouvre sur Matthew.... et qu'à sa seule vue, les deux nouveaux meilleurs amis du monde repartent dans un fou rire salvateur !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageDim 22 Nov - 16:33

La journée avait déjà mal commencé: sa moto n'avait pas voulu démarrer et il avait été dans l'obligation d'aller au travail à pied et au pas de courses pour ne pas arriver en retard. Et rien que, ça ça avait tendance à le mettre d'une humeur de chien. Il espérait qu'elle redémarrerait rapidement le lendemain parce qu'ils n'avaient pas franchement l'argent pour la faire réparer et Matthew en avait besoin pour... pour tous ses déplacements quotidiens. Il y avait ensuite eu interventions sur interventions avec des cas plus ou moins graves, mais ils n'avaient pas pu sauver un gamin d'une dizaine d'années qui s'était fait renverser par une voiture et avec les années d'expériences cela lui mettait toujours une aussi grosse claque dans la gueule. Ils étaient tous si fragiles, si vulnérables et la vie ne tenait qu'à un fil... Même s'il n'avait pas d'enfants et qu'il n'en aurait probablement jamais, il se doutait que la perte d'un enfant était la pire chose qui soit. La détresse des parents l'avait saisi de plein fouet et même s'il avait comme si cela ne le touchait pas face à son binôme la vérité était toute autre. Cacher ce qu'il ressentait vraiment était la meilleure des choses à faire... Il ne lui tardait qu'une chose rentrer chez lui pour retrouver son petit ami; mais là encore ses plans furent vite contre-carrer par sa petite sœur qui l'avait appelé, en larmes, à sa sortie de la caserne. J'arrive Stac'... Je vais mettre plus de temps que d'habitude, j'ai pas ma moto, mais j'arrive ne bouge pas. Il n'avait rien compris au charabia de la plus jeune, ses sanglots plus le téléphone n'avaient pas aidé à la compréhension, mais au final peu important ce qu'elle avait, il y allait sans réfléchir pour tenter de la consoler. Je rentre dés que je peux. Imprévu. Ne m'attends pas pour manger, je me débrouillerai. Il hésita quelques instants et effaça finalement le petit "je t'aime" qu'il avait marqué sur le texto et l'envoya tel quel à Keaton.


Une petite demi-heure plus tard il était avec sa sœur qui pleurait à chaude larme dans ses bras et lui qui ne savait absolument pas comment réagir. Il se contentait de lui tapoter tendrement le dos avant de se rendre compte que ça ne servait strictement à rien, il la serra donc un peu plus fort contre lui avant de lui déposer un bisou. Qu'est-ce que tu as princesse ? Elle marmonna un truc incompréhensible entre deux sanglots et il se sentit vraiment con, mais il n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle lui racontait. Il ne pouvait pas lui demander une troisième fois de répéter sinon elle avait finir par mal le prendre et ce n'était pas le moment. Au final, il n'y a pas grand chose qui pouvait la mettre dans cet état: soit c'était une mauvaise nouvelle qui circulait dans la famille mais il aurait été mis au courant, soit un de ses animaux de compagnie étaient mort, mais son chat dormait tranquillement à côté d'eux et il entendait le lapin bouger dans sa cage. Il ne restait donc plus que la théorie du "garçon". Elle avait encore dû se faire larguer, pour ne pas changer, et comme d'habitude il lui avait dit que ce n'était pas un type fait pour elle, elle ne l'avait pas écouté et voilà ce que ça donnait. Il retint tout juste un petit "tu vois je te l'avais dis" qui aurait été franchement malvenu. Tu veux que j'aille lui casser la gueule ? la violence ne résolvait rien, certes, mais personne n'avait le droit de toucher les gens qu'il aimait ou de leur faire du mal. Et cet abruti avait joué avec les sentiments de sa frangine... Elle leva les yeux vers lui, à peine étonnée qu'il sorte quelque chose comme ça mais, contre toute attente elle se mit à pouffer un peu de rire. Il doit faire le double de ton poids et plus d'une tête de plus que toi ! Elle lui déposa un baiser sur la joue avant de revenir se blottir dans ses bras. Elle avait l'air de se calmer et c'était déjà pas mal. Histoire de lui rendre sa jovialité habituelle, l'air de rien, il commença à lui faire des chatouilles et s'en suivit une espèce de bataille totalement débile.

Il était assez tard lorsqu'il franchit enfin le pas de son immeuble. Il était complètement crevé, il espérait qu'il avait réellement réussi à remonter le moral de sa sœur parce que ça avait été un véritable crève cœur de la voir comme ça. N'importe qui qui ne faisait pas parti de sa famille, se serait certainement pris une remarque désagréable de se mettre dans des états pareil pour "pas grand chose" mais avec elle c'était différent. Arrivant enfin à son étage, il crut reconnaître le rire de Keaton mélangé à un autre, masculin, qu'il devina appartenir à Noah. Il n'y avait que lui qui voulait bien tenir compagnie à Richter de toute manière, alors c'était vite vu ! Il hésita quelques instants à ouvrir la porte, à cet instant précis il aurait plus eu envie de retourner chez sa sœur qu'autre chose. Il sentait poindre cette pointe de jalousie en lui, non pas parce que Keaton fréquentait et s'amusait avec quelqu'un d'autres, il lui faisait toujours confiance sur ce point-là, mais plutôt parce que ça faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu dans cet état. Il n'arrivait pas à faire son propre petit ami alors qu'un quasi inconnu le faisait comme qui rigole. Il y avait de quoi se poser des questions. Est-ce qu'il était si barbant que ça pour que l'autre n'arrive pas à s'amuser avec lui ? Est-ce que leur relation se résumait au final juste aux disputes ? Visiblement oui et il eut l'impression de se prendre un coup de massue en pleine tronche. Même en essayant de bien faire, il ne rendait certainement pas Keaton heureux et Richter allait vite s'en rendre compte. Il déglutit avec difficulté, tentant de ne pas trop réfléchir sur la question, il était toujours dans le couloir et il ne pouvait pas rester planter-là comme un con. Il ouvrit la porte quand le fou rire sembla diminuer d'intensité, il entra et avait à peine avait-il franchi la porte que les deux se remirent à rire sous le regard un peu éberlué du secouriste qui ne comprenait rien. Qu'est-ce qui se passe ? Ce qui signifiait plus ou moins "qu'est-ce qui est si drôle ?" Est-ce qu'ils étaient en train de parler de lui, et, pour dire quoi ? Il se passa une main dans les cheveux ne sachant pas comment réagir. Vous avez l'air de bien vous amuser en tout cas... Je.. heu... Je ne vais pas vous déranger. Il devait s'isoler pour ne pas se mettre à hurler sur le pauvre Keaton pour savoir ce qu'il avait fait pour qu'ils ne rigolent pas souvent ensemble. Il était un peu blessé, désorienté, mais étrangement plutôt heureux pour l'autre garçon d'avoir enfin trouver quelqu'un avec qui passer ses journées. Il jeta un regard aux deux garçons avant d'ajouter doucement Je crois que je vais aller me coucher, j'suis claqué... S'enfuir, s’isoler pour évacuer ce stress qui venait brutalement de le saisir, cette culpabilité qui le rongeait de nouveau. Bonne soirée...

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 24 Nov - 16:59

Si Matthew avait passé une mauvaise journée, c'était loin d'être le cas de Keaton et Noah : bien au contraire, cela faisait un moment que le flic n'avait pas passé une journée aussi sereine et agréable ! Ils s'en étaient donné à cœur joie, oubliant tous leurs soucis... Se redécouvrant enfants à chaque éclat de rire qui les emportait un peu plus loin.
Aussi, quand le secouriste rentra de sa folle journée de travail, nos deux larrons étaient plus qu'en forme, et cela s'entendait ! Il resta pétrifié devant le spectacle et sa seule présence redoubla les rires des deux hommes, leur rappelant la scène évoquée. Si bien que sa question, somme toute innocente, les acheva : Keaton hoquetait tellement fort qu'il en avait les larmes aux yeux et semblait incapable de se relever du canapé pour le moment, alors que Noah s'accrochait désespérément au comptoir de la cuisine pour ne pas tomber.

Ce qui gêna encore plus Matthew et l'exclut automatiquement de la bonne ambiance. Un gaillard un peu plus décontracté que lui aurait souri et aurait tenté quelque chose, mais Matthew, en bon gros ours qu'il était, se contenta de l'option la plus simple : la fuite.
Noah réagit au quart de tour : de une, parce qu'après avoir bien parlé avec Keaton, il se doutait que la fuite de son amant le chagrinerait, de deux parce qu'ils avaient quand même passé la journée sur ce plat et que si Matthew n'y touchait pas, Keaton abandonnerait toute tentative avant même d'avoir réellement commencé : et de trois, parce qu'il était hors de question que sa présence chasse ainsi le véritable occupant des lieux !

Alors il attrapa sa béquille et la souleva pour la diriger vers le mur, créant une barrière dans le couloir entre Matthew et sa chambre. Et le regard qu'il lui adressa était on ne peut plus éloquent : 'si vous quittez cette pièce, je vous colle une fessée'.

« Keaton, tu veux bien préparer une assiette pour ton petit-copain ? »
demanda calmement Noah, toujours en regardant Matthew droit dans les yeux.

L'autre garçon, toujours en train de rire, trouva enfin la force de se relever alors qu'on mentionnait enfin le plat qui lui avait demandé tant d'énergie, et il revint à la cuisine, obéissant sagement. L'assiette qu'il remplit fut pleine à ras bord en quelques secondes et dégageait une bonne odeur de bolognaise faite maison.

« Quant à vous, claqué ou pas, vous prendrez quand même le temps de goûter à ce que Keaton a préparé durant tout l'après-midi. »


Et comme Matthew lui renvoyait son éternel regard 'va te faire foutre', Noah lui décocha son plus beau sourire :

« Il l'a fait spécialement pour vous. »

Largement aidé par Noah, voire carrément assisté, mais là n'était pas la question. A la seule idée de pouvoir faire enfin quelque chose de ses dix doigts, Keaton avait été pire qu'un gamin. Impatient et heureux. Tout cela pour gâter l'horrible ours avec qui il vivait, donc quoi qu'il se passe dans les minutes qui suivraient, Noah se promettrait que Matthew allait goûter ces maudites pâtes, et foi de Benson, il inonderait Keanton de compliments !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMar 24 Nov - 22:04

Matthew regrettait déjà amèrement de ne pas être retourné chez sa petite sœur; Lme fou rire qu'ils eurent en le voyant arrivé lui laissa un goût amer dans la bouche avec cette désagréable impression qu'ils étaient tout bonnement en train de se foutre de lui mais pour une raison qui lui était totalement inconnue. Il tentait de calmer cette jalousie, il tentait de se dire que ce n'était rien, que cela ne voulait pas dire qu'il avait tout foiré avec Richter, que l'autre n'était pas forcément heureux. Mais il n'y arrivait pas. Le voir comme ça, mort de rire, les larmes aux yeux lui faisait aussi chaud au cœur que cela lui faisait mal. C'était avec lui qu'il aurait du partager ce moment pas avec leur maudit voisin. Mais visiblement, le secouriste n'était pas assez marrant. Il fallait qu'il s'éloigne, qu'il s'enferme seul pour prendre le temps de décompresser un peu et de continuer à les laisser s'amuser. Il ne voulait pas faire partir les deux hommes de cet accès de culpabilité qu'il ressentait. Seulement tout ne se passa pas comme il l'aurait voulu. Alors qu'il se dirigeait vers son refuge -sa chambre- Noah l'en empêcha grâce à sa béquille, geste qui fit froncer les sourcils au plus jeune.  Il était certain qu'il n'allait pas du tout apprécier ce qui allait se passer, se dire et effectivement mal suite fut assez désagréable. Il se retrouva avec un plat de bouffe dans les mains, sans que les autres se demandant s'il allait bien ou pas, s'il avait déjà mangé ou pas, s'il avait faim ou pas... Non, visiblement tout ce qui comptait c'était qu'il goûte et rien que ça, cela l'agaça assez grandement... et que le flic lui "ordonne" de manger juste parce que Monsieur Richter avait pris un peu de son temps libre infini pour lui faire à manger, fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Il se retint tout juste de lui foutre le plat sur la tronche et de se casser par la porte d'entrée pour ne plus revenir de la soirée -de la semaine peut-être même-.  Il n'avait rien fait, il n'avait même pas haussé le ton qu'il se faisait déjà reprocher des choses, qu'on essayait de le faire sentir coupable s'il ne voulait pas manger...

Personne n'a à me dire ce que je dois faire ou pas chez moi. souffla t-il doucement de façon à ce que seul le policier entende. S'ilm avait pu le fusiller du regard certainement que ça sera déjà fait depuis longtemps. Mais il devait prendre sur lui, pour Keaton. Pour lui faire plaisir. Ce n'était qu'un court moment à passer, dés qu'il aurait mangé quelques bouchées il devrait arriver à pouvoir s'isoler sans soucis. Vous comptez me regarder manger ?! Je n'ai pas besoin d'être surveillé ou observé. Il regarda Keaton pour souffler doucement Tu sais que je déteste ça. Il détestait être le centre de l'attention, qu'on le regarde trop et là avec toutes ces paires d'yeux braqués que lui, en attendant qu'il goûte et complimente c'était un peu trop pour lui.  Il n'avait pas envie de manger. Il n'avait pas faim. Il voulait juste être seul mais visiblement ça personne ne l'avait compris. Matthew n'avait pas envie de commencer une nouvelle dispute, surtout pas alors que Keaton voulait juste lui faire plaisir. Il alla s'asseoir à la table de la cuisine avant de faire un petit geste de la main aux deux garçons Vous pouvez reprendre votre discussion. autrement dit, merci de me foutre la paix. Ce n'était pas poli, ce n'était vraiment pas  bien, il n'était pas cool. Il soupira un peu avant de les regarder Merci. Il le pensait réellement, c'était adorable, mais il aurait préféré ne pas se sentir obligé de dire ça. Il aurait préféré manger quand il voulait -quand il se serait calmé-, plutôt que d'être forcé et contraint à ce moment-là pour ne pas vexer Keaton. Vous avez fait quoi de beau aujourd'hui pour rigoler comme ça ? Parce qu'au final, personne ne lui avait répondu à sa foutue question... et qu'il ne savait toujours pas pourquoi ils se marraient comme des baleines. Cette idée d'ailleurs le mettait toujours aussi mal à l'aise. En attendant il n'avait toujours pas goûté au plat.

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 25 Nov - 16:40

Matthew lui envoya son célèbre 'regard-de-la-mort-qui-tue-et-que-si-t'es-pas-encore-mort-ça-ne-saurait-tarder'. A peu près le même que celui qu'il lui avait envoyé à son arrivée dans l'immeuble, quand Noah les avait prévenu que le sac poubelle qu'il avait déposé la veille au soir avait été massacré par les chats du quartier, et qu'il serait bon qu'il le mette à l'intérieur de la poubelle la prochaine fois...
Cela dit, à bien y réfléchir, Noah ne se rappelait plus les rares fois où Matthew ne lui avait pas adressé ce genre de regard. Que ce soit dans les égouts, la cage d'escaliers, devant les poubelles, la porte de la concierge ou même ici, chez lui... Matthew était perpétuellement en train de tuer quelqu'un.
Un tantinet psychopathe quand même... Et même si Noah avait désormais de nouvelles cartes en main pour juger de la situation, c'était assez déstabilisant que même concernant une simple assiette de pâtes à la bolognaise réalisée par son amant, il continuait encore de jouer à l'ours mal léché !
Bon sang, c'était lui qui lui avait demandé des cours de cuisine !!

Penchant la tête de côté en regardant Matthew, Noah ne se laissa pas démonter et le secouriste finit par atterrir à table avec une assiette remplie sous le nez. Le sourire fier de Keaton était tellement beau à voir que même Noah en eut le cœur ému.
Il leva néanmoins les mains en l'air quand l'autre jugea bon de grogner comme quoi il détestait être observé et, obéissant cette fois-ci, il s'écarta en dirigeant son attention sur la vaisselle qui trônait dans l'évier.
Bon, quitte à faire, et plutôt que de provoquer à nouveau la colère du secouriste, autant se rendre utile. D'autant que Keaton, lui, n'en faisait qu'à sa tête et continuait de regarder Matthew avec l'impatience du cuisinier qui attend des compliments. Pire qu'un gamin...

Déposant ses béquilles contre le mur, il resta sur une jambe et retroussa ses manches, avant de brancher l'eau qui coula dans l'évier. Cela lui permettrait de s'isoler lui aussi, en-dehors du couple. Il n'avait initialement pas prévu de rester aussi tardivement et ils s'étaient fait avoir par le temps avec Keaton, et s'il ne l'avait pas regretté sur le coup, maintenant il se sentait clairement de trop. Sitôt la vaisselle faite, il filerait droit chez lui pour.... ne rien faire, pour changer.

Un sourire lui échappa alors que le secouriste se montrait enfin curieux de leur emploi du temps, et ce fut Keaton qui s'exclama :

« De la cuisine ! Noah s'y connaît drôlement bien tu sais, et il m'a promis de m'apprendre plein de plats sympas.... »

« Quelques-uns, » rectifia Noah avec empressement depuis l'évier. « Je ne veux pas non plus m'incruster chez vous à longueur de temps. »

Il ne pu s'empêcher de relever alors la tête pour croiser le regard de Matthew, et volontairement, il haussa un sourcil moqueur comme pour lui rappeler sa rebuffade du début. Que Matthew grogne, pourquoi pas. Que Noah se laisse marcher sur les pieds sans rien dire ? Certainement pas.

« Ne dis pas n'importe quoi, tu es le bienvenu !! » s'écria aussitôt Keaton en souriant.

Noah se contenta de lui sourire, retournant son attention vers lui, et de hocher la tête. Et préférant ne pas croiser de nouveau le regard de Matthew, il s'attela de nouveau à la tâche de faire la cuisine, occupant ses mains et son esprit.
En soi, ce n'était rien, mais... faire un geste aussi simple avec de la conversation à côté de lui – car Keaton s'était mis à babiller à propos de leur journée avec Matthew, aussi heureux et volubile qu'un pinson – lui fit extrêmement plaisir. Cela faisait tellement longtemps qu'il vivait seul... Oh certes, il avait son indéfectible bande de potes avec qui il sortait assez souvent, mais ce n'était pas tout à fait la même chose.
Et depuis que Matthew avait méchamment mis le doigt sur sa solitude, le sujet revenait en boucle dans l'esprit de Noah, l'obsédant, le poussant à se poser des questions qu'il n'aurait jamais eu auparavant...

« Et vous, votre journée ? »
ne pu s'empêcher soudain de demander Noah. « Au fait, j'ai compris, vu les bruits de moteurs ce matin dans la cour, que vous aviez un souci, je me trompe ? Je connais un ami qui pourra vous dépanner pour trois fois rien... Gratuitement même si j'insiste un peu. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMer 25 Nov - 21:48

Est-ce qu'il était injuste envers les deux autres hommes ? Peut-être un peu. Il est vrai qu'ils n'avaient pas à subir sa mauvaise humeur, mais eux auraient pu également prendre en compte ce qu'il disait, sa fatigue et compagnie... mais non. Alors, on peut sûrement dire qu'ils avaient tendu le bâton pour se faire battre ! En tout cas Mattie le voyait de cette manière ! Néanmoins le secouriste avait fini par abdiquer et par s'installer à la table pour goûter à ce fameux plat... mais avant, il ne put s'empêcher de râler un peu, parce qu'il était vraiment gêné de se sentir observé de la sorte, autant par Keaton il avait l'habitude, autant par Noah cela était quand même plus dérangeant d'autant plus que quand le policier était là, il ne se sentait pas aussi libre que lorsqu'il n'était pas avec son petit ami. Fort heureusement pour tout le monde, et surtout Odair, Benson alla faire la vaisselle. Vous êtes pas obligés, je m'en occuperai demain. Il n'avait pas à faire ça, surtout pas avoir servir de... "baby-sitter" à son petit ami. Il secoua doucement la tête et il allait goûter le plat mais Richter répondit enfin à sa question. Ils avaient cuisiné – non sans blague, il n'aurait jamais pu le deviner-, mais ce n'était certainement pas la cuisine qui les avaient autant amusés. La réplique de Noah lui fit légèrement froncé les sourcils. Ça ne me gêne pas que vous passiez du temps ensemble. Il haussa avant de regarder Keaton qui semblait aux anges de cette réponse. Je ne vois pas pourquoi je vous interdirai de le voir, ou ce genre de conneries débiles. Du moment qu'on me donne pas d'ordre chez moi. Il avait bien insisté sur ce fait, parce qu'il trouvait vraiment ça dérangeant de la part d'un quasi inconnu. Il n'était pas jaloux, pas dans ce sens en tout cas, tout ce qui pouvait rendre Keaton joyeux était bon à prendre.

Richter continua donc à raconter sa journée, tandis que  le secouriste avait enfin commencé à manger à contre cœur vu qu'il n'avait vraiment pas faim, mais il voulait faire plaisir à son petit ami. C'est très bon Kea' Il se tut quelques instants mais, je vais plutôt garder ça pour demain midi. Je n'ai vraiment pas faim. Il ne savait pas quoi dire d'autres, il avait essayé d'être soft et positif mais il ne se voyait vraiment pas se forcer à manger quelque chose qui ne le tentait pas spécialement. Profitant du fait que Noah était en train de faire la vaisselle sans les regarder, il attira  Richter contre lui pour lui déposer un léger baiser sur les lèvres avant de se reculer assez brusquement dés que le policier se tourna un peu vers eux pour prendre la parole. Il prit un léger fard et se renfrogna. Il n’aimait pas cette idée que l'autre homme ait pu les surprendre à s'embrasser, même s'il n'y avait rien de mal là-dedans cela le gênait. Trop pudique, trop coincé. Mon frère passera ce week-end si elle ne démarre pas demain. Il haussa les épaules avant de souffler un petit Merci... c'est vraiment  gentil de votre part... mais ça devrait aller à Noah. Il ne voulait surtout pas lui être redevable, même si l'homme faisait ça juste pour être gentil, c'était trop pour Odair. S'il y avait quelque chose à réparer... et il payerait, point barre. Ma journée ? Il leur jeta un regard tous les deux  hésitant sur la réponse à tenir. Pourrie. Déprimante. Horrible, voilà les mots qui lui venaient à l'esprit, mais il n'avait pas envie d'en parler, il se contenta d'ailleurs d'un J'ai connu meilleur, mais je suppose que ça aurait pu être pire. Il s'adressa à Keaton Stac' s'est encore une fois fait larguer par son copain... alors c'était pas trop comme ambiance après le boulot. Il grimaça un peu avant de souffler J'ai pas intérêt à le croiser dans la rue ce con.  parce que sinon il ferait certainement un carnage. Repoussant encore un peu son assiette. Bon vous voulez faire quoi tous les deux ? Il n'avait absolument pas envie de faire quelque chose... mais pour Keaton, continuer à voir ce petit sourire sur son visage il était prêt à faire cet effort, de toute façon il ne pourrait certainement pas dormir vu comme les deux avaient tendance à rigoler très fort !

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 28 Nov - 19:27

Il eut au moins droit à un remerciement de la part du secouriste et il hocha la tête de loin, comme pour montrer qu'il avait noté et enregistré.
La rougeur sur la joue du jeune homme ainsi que son mouvement de recul quand il avait embrassé son petit-ami ne lui avait pas échappé : à vrai dire, il était assez stupéfait... Matthew savait qu'il était gay, et le policier n'avait jamais caché ses aventures. Il serait le dernier homme à être choqué de le voir embrasser un homme alors... Etait-il prude à ce point ? Décidément... Matthew ne devait pas souvent s'amuser dans sa vie.
Et à vrai dire, depuis qu'il connaissait le couple, il commençait à se demander si ce deux-là s'étaient jamais amusé réellement une fois dans leur vie ? Entre Keaton, sa maladie et ses attitudes de gamin puéril, et Matthew, son air renfrogné et sa timidité excessive... Ils donnaient l'impression de s'empêcher de vivre pleinement et quelque part, il les plaignait.
Peut-être devrait-il emmener Matthew un de ces soirs avec lui leur de ses virées avec ses amis... Cela l'aiderait peut-être à s'épanouir un peu, qui sait ?

Haussant un sourcil à l'évocation d'un certain Stac, il continua tranquillement sa vaisselle dans son coin, n'osant pas interrompre le couple, avant de finir sur la dernière assiette et d'arrêter l'eau.

« Oh je sais, on va... »

Keaton n'eut pas le temps de finir sa phrase que son téléphone sonnait. Sursautant, il s'en empara et décrocha, avant qu'un grand sourire n'illumine son visage. Aussitôt il pointa un doigt en l'air en regardant Matthew et murmura :

« Famille. »

Et il fila dans la chambre sans demander son reste. Noah le regarda passer, surpris, et n'eut pas le temps de se pousser que Keaton le bousculait sans ménagement pour se ruer dans sa chambre, le portable collé à son oreille et marmonnant déjà quelques mots joyeux.
Déstabilisé, Noah se raccrocha à l'évier mais son plâtre heurta le placard juste en-dessous et il grimaça. Il resta debout quelques secondes, essayant de calmer les élancements de sa jambe, avant d'attraper maladroitement sa béquille pour s'éloigner de l'évier, et il se dirigea vers le canapé où il se laissa tomber en soupirant. Il leva tout de même la main pour dire au secouriste :

« J'imagine qu'on n'est pas prêts de le revoir, n'est-ce pas ? »


Vu comme Keaton s'était enfui et enfermé dans la chambre, il aurait mis sa main à parier que ses conversations avec sa famille devaient durer des plombes. Autrement dit, ils ne feraient rien de plus ce soir.

« Je prends juste quelques minutes pour calmer ma jambe et je vous laisserai tranquille après, promis. »

Il ne comptait pas s'imposer plus que nécessaire, d'autant qu'à se souvenir de la tête qu'avait fait le secouriste quand il l'avait repris concernant les exploits de Keaton durant la journée, ce dernier devait être pressé de se débarrasser de lui pour « être maître chez soi ». Passant sa main sur sa cuisse, juste au-dessus du plâtre, il se massa quelques instants, essayant de calmer les élancements douloureux de ses muscles. Etre resté toute l'après-midi debout ne l'avait pas aidé et le dernier coup sur le plâtre venait de calmer toutes ses envies d'occupation pour la soirée.

« Je suis désolé pour votre sale journée. Vraiment... Et encore plus pour votre ami Stac. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMar 1 Déc - 18:52

Il avait beau être un con mal luné, il savait quand même quand se montrer un minimum poli quand la situation l'exigeait et là, les deux autres partis avaient fait des efforts alors, il devait faire de même: d'où le remerciement. Certes, il aurait quand même dit le fameux mot magique juste parce que Keaton s'était appliqué et qu'il ne pouvait que craquer devant cette petite bouille... et ce, même si la situation l'énervait à l'extrême, même s'il n'arrivait pas à calmer cette pointe de jalousie, cette petite voix qui lui disait à quel point tout cette situation était malsaine et que ça allait forcément mal finir. Odair avait profité que le voisin ait le dos tourné pour embrasser son petit ami, chose qu'il ne s'autorisait que lorsqu'ils étaient tous les deux ou alors avec leur famille -et encore ça dépendait qui-. Il n'aimait pas ce genre de démonstration en public. Il détestait quand les autres faisaient ça, alors pourquoi est-ce qu'il devrait faire subir ça aux autres, même s'il était chez lui, même si leur voisin devait s'en foutre comme de sa première chemise ! Mais forcément, il avait fallu que l'autre se retourne PILE à ce moment-là mettant le pauvre Matthew mal à l'aise et il voyait bien que cela avait l'air de rendre Noah complètement stupéfait. Oui il était prude. Oui ce genre de chose le gênait et alors ?! Il se retint de faire une remarque acerbe qui n'aurait rien arrangée, bien au contraire ! Garder un genre de self contrôle était le mieux. La seule solution même pour que Keaton garde le seul être qui semblait le supporter et être vouloir être son ami. L'air de rien, Matthew avait fini par parler de sa sœur et Richter allait répliquer quelque chose mais son téléphone sonna et vu son air réjoui il comprit que ça devait être sa mère et que son petit ami en avait pour.... trois bonnes heures. Monsieur allait certainement se vanter d'avoir un nouvel ami, et d'avoir réussi à cuisiner un super plat trop bon. Ce genre de choses que le secouriste pouvait dire en approximativement une ou deux minutes... trois dans un jour où il serait en forme et d'humeur bavarde.

Keaton s'était barré dans sa chambre, sans un autre mot en les laissant en plan tous les deux. Génial. Parfait. Quel abruti quand il s'y mettait celui-là... surtout que vu la grimace qu'avait faite Noah, Richter avait du lui faire en passant comme un cabri. ça va aller ? demanda t-il quand même rapidement légèrement inquiet que son petit ami ait blessé un peu plus le policier. Vu le bruit du plâtre dans le meuble, ça n'avait pas du faire du bien. Et non, il en a pour au moins une ou deux heures rien que pour raconter sa journée... et il y a tout le reste. Au pire si Noah partait Matt' irait s'installer pour dormir dans l'autre chambre, la chambre d'amis, histoire de ne pas être complètement crevé le lendemain. Il soupira doucement avant d'ajouter Enfin, désolé de son attitude, il aurait pu prendre l'appel un peu plus tard ou demain. Mais c'est trop lui demander quand il s'agissait de sa famille... et puis bon vu sa propre attitude... Bon, je sais, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité... Autant le dire clairement, il savait pertinemment qu'il n'était pas tout "blanc" non plus, il avait un caractère de chien mais au moins il l'assumait entièrement et il était assez constant dans ses actions tandis qu'avec Keane on pouvait s'attendre au meilleur comme au pire. Et rapidement l'homme ajouta rapidement qu'il n'allait pas tarder à partir. Certainement qu'il devrait lui dire qu'il pouvait rester, que cela ne le gênait pas mais... même s'il est vrai que sa présence ne le dérangeait pas outre mesure, il ne saurait absolument pas lui faire la conversation. Vous pouvez quand même rester pour manger.. si vous voulez. Il ne pouvait pas faire mieux. Et il pensait vraiment ce qu'il disait au pire ils se nourriraient sans un mot... parce que oui, maintenant qu'il avait commencé à manger et même s'il n'avait pas spécialement faim, il continuait de piocher ça et là quelques pâtes. La dernière phrase lui fit relever les yeux vers le policier. C'est pas mon ami, c'est ma petite sœur. Il haussa les épaules avant de rajouter ça lui passera, comme à chaque fois, c'est comme ça. Il soupira doucement avant de rajouter Elle a le don pour choisir que des connards. et elle ne m'écoute jamais, faillit-il rajouter mais il arriva à s'abstenir. Vous avez des frères et sœurs? Non pas que ça l'intéressait... mais il essayait de ne pas trop passer pour un ours. Si vous voulez que je fasse réchauffer les pâtes... faut le dire. Parce qu'elles commençaient à être froide. Allez un petit effort, pendant une dizaine de minutes ça ne tuerait personne et, au contraire, cela aiderait peut-être Noah à revenir vers Keaton pour qu'ils continuaient de s'amuser d'une quelconque manière entre eux.

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 10 Déc - 16:12

En réalité, ça ne pouvait que aller : à force de côtoyer Keaton durant la journée, il commençait à avoir l'habitude de ces accroches permanentes. Le jeune homme avait même réussi à lui donner un coup de spatule en bois pendant qu'ils faisaient cuire la sauce et Noah avait une petite brûlure en forme de rond sur son avant-bras, là où la sauce brûlante avait atterri... A vrai dire, il commençait à comprendre pourquoi Keaton s'était maqué avec un secouriste : vu l'énergumène en puissance, il valait mieux prévoir à la maison directement de quoi apporter les premiers soins pour survivre.

S'asseyant dans le canapé, ou plutôt s'y laissant tomber, il agita la main devant les paroles de Matthew : rester manger ici, vu l'ambiance ? Très peu pour lui ! Ok, il adorait Keaton, et il trouvait Matthew attachant, vraiment. Chacun d'eux avait son fardeau à porter, un fardeau énorme pour deux jeunes hommes qui semblaient à peine sortir de l'enfance, et il compatissait de tout cœur.
Mais Noah n'avait jamais été Mère Teresa et il ne briguait nullement le titre : s'amuser avec Keaton durant la journée et devenir ami avec lui lui plaisait énormément, mais il s'arrêterait à ce stade subtile où d'agréable, l'amitié pouvait devenir soudain très lourde quand elle commençait à empiéter sur les dîners, les soirées, puis les nuits.
Il préférait se sauver avant d'avoir à subir un peu plus la mauvaise humeur de Matthew par ailleurs : le jeune homme avait l'air remonté, voire agacé de tout, et Noah n'avait aucune envie d'être à nouveau rabroué comme seul le secouriste savait si bien le faire.

« Vous êtes gentil mais non, je vais rentrer chez moi ce sera mieux. Pour tout le monde. »


Et quitte à rester silencieux durant tout le repas, comme cela ne manquerait pas d'arriver avec Matthew, autant manger seul.

Sauf qu'à sa grande surprise, Matthew se mit à parler. Et parler pour de vrai : des phrases avec sujet + verbe + complément ! Et qui avaient un sens !
Noah dû lui décocher un regard ébahi car l'autre soupira, et il se reprit aussitôt en se raclant la gorge. Il n'aurait jamais cru qu'il se déciderait à lui faire la conversation comme cela... Désirait-il réellement qu'il reste manger ? Etait-ce sa manière à lui de se montrer poli et insistant ?
Ou n'était-ce qu'une stratégie pour... Non en fait, pour rien, on parlait de Matthew Odair là, le type qui se moquait royalement qu'on le considère comme un con et un ours mal léché.

Bon... Peut-être que finalement, il allait se laisser tenter par une assiette de pâtes... D'autant qu'il savait de source sûre qu'elles étaient délicieuses.

Il haussa les épaules et hocha la tête en même temps, ressemblant à un pantin :

« Va pour une assiette de pâtes alors, avec plaisir ! »


Il lui sourit doucement, restant sur le canapé le temps que sa jambe se calme totalement : les pâtes mettraient quelques minutes à réchauffer, il avait largement le temps.

« Et pour vous répondre, j'ai deux frères plus grands que moi. L'aîné dirait exactement la même chose que vous à mon propos d'ailleurs : vous lui ressemblez un peu, le côté bougon en moins évidemment. »

Il détourna le regard, soudain songeur : Drew avait toujours été là pour lui, surtout aux pires moments, un peu comme Matthew semblait l'être pour sa sœur... Oui ils se ressemblaient, parce qu'il se doutait que son frère parlait de lui tout comme Matthew venait de le faire : des paroles agacées mais un ton empreint de tendresse et d'amour fraternel.

« J'ai eu le don pour choisir un seul connard, mais il était exemplaire. Hors compétition. Et depuis, mon frère pense qu'il doit veiller à ce que je ne refasse pas cette bêtise. Les grands frères sont tous les mêmes, mais c'est à ça qu'ils servent, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageSam 12 Déc - 15:29

Non, il ne voulait pas rester manger ici ? Et bien tant pis.. ou tant mieux. Au moins il ne devrait pas rester à faire la conversation en sachant pas trop quoi dire. Il était déjà assez agacé comme ça sans qu'en plus quelqu'un ait à rajouter quelque chose. STOP. Il voulait juste être seul, manger ces foutues pâtes même s'il n'avait pas faim pour ne pas provoquer un nouveau scandale. Malgré dans un élan de... générosité ? Matthew avait proposé à son voisin de rester manger un peu, mais le brun déclina poliment son offre. Le secouriste haussa un peu les épaules avant de lui poser quand même une question qui décrocha un regard ébahi et stupéfait au policier. Le plus jeune haussa un sourcil, étonné de sa réaction ? Bah quoi, il lui demandait juste s'il avait des frères et sœurs.... ce n'était pas quelque chose d'exceptionnel. C'était même une question assez courante, pourquoi est-ce qu'il réagissait comme ça ? Dans le fond, Odair le savait pertinemment, c'était rare qu'il demande ce genre de chose alors ça pouvait étonner. Étrangement, l'autre homme sembla revenir sur sa position, se réinstalla en disant qu'il acceptait l'assiette de pâtes que le secouriste s'empressa de faire et de remettre à chauffer. Juste deux grands frères ? Oui juste, parce qu'au final ça lui semblait peu, il avait deux sœurs en plus et la famille de Keaton était aussi du genre nombreuses, alors que trois gosses ce n'était pas si énorme que ça pour le secouriste. Il eut un vague rictus lorsqu'il parla de son côté bougon. Je râle, je ne bougonne pas c'est différent. Ou pas, il n'y avait pas vraiment de différence mais c'était juste une manière de montrer qu'il se fichait bien qu'on le trouve bougon ou râleur. Oui, il n'en avait rien à faire ! Il eut un vague ricanement avant de rajouter Et moi qui croyait être unique... mais si votre frère dit la même chose que moi... il secoua la tête plutôt amusé Et je suis très loin d'être un bon grand frère... ou un bon petit frère.

Bon, il était toujours plus présent que Gaby et Eliott, mais le cas des deux aînés était certainement totalement différent. Il était certain d'être un frère dans le genre chieur et surtout, peut-être un peu égoïste. Il inquiétait depuis des années toute sa famille en restant avec Keaton, et aujourd'hui il leur mentait ou plutôt il n'osait pas leur dire qu'il était à son tour "malade". Il était censé tout dire à sa frangine et son prétexte de vouloir les protéger en disant qu'il était séropositif, au final, Odair n'était pas certain que ce soit la seule raison. Certes, il ne voulait pas les inquiéter, mais aussi, il ne voulait que rien ne change, il voulait avoir une certaine paix. Il soupira mangeant plus ou moins nerveusement une autre bouchées de pâtes. Il n'était pas spécialement sociable, ni agréable, il n'aimait pas trop sortir, ou faire du shopping... non, il était loin d'être le frère dont on peut rêver, il ne l'avait jamais été. Être présent ne suffit pas toujours. C'est bien, c'est utile mais insuffisant, il était certain que la plus jeune de la famille aurait voulu plus. La nouvelle phrase de Noah lui fit lever les yeux vers lui en fronçant légèrement les sourcils. Il ne comprenait pas trop où il voulait en venir. Il y avait plein de raisons à ce qu'on soit un connard hors compétition dans un certains il l'était mais ses frères et sœurs ne veillaient pas plus sur lui, ou sur Keaton. Matthew se passa une main dans les cheveux en se demandant ce qu'il voulait bien répondre à cela. Quelle question serait pertinente ? Quelle question ne serait pas trop intime ? Est-ce que Noah voulait lui parler de quelque chose, ou est-ce que c'était juste pour meubler la conversation. Il n'en savait rien, strictement rien, alors, au départ il se contenta d'hausser un peu les épaules. Ça dépend des grands frères... Il adorait Eliott, mais il n'était pas présent, et souvent il avait l'impression d'être plus mature que son frère aîné, il avait l'impression que c'était lui protégeait le plus âgé et non l'inverses. Quant au plus âgé, ils avaient certainement un peu trop de différence pour être vraiment proches. Il avait beaucoup plus d'affinités avec ses sœurs. mais sûrement que dans la plupart des cas c'est quelque chose de vrai.Il se tut quelques instants, et hésitant toujours sur la forme des choses à dire. Il n'était pas doué pour ce genre de choses Des connards, il y en a beaucoup. Il faut croire que c'est la "nouvelle mode"... tenta t-il doucement avant de rajouter avec un semblant de sourire ... et suivant les définitions, j'en fais sûrement parti. C'est un fait. il laissa passer quelques instants de silence avant de rajouter Mais je suis désolé pour vous.

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 23 Déc - 11:39

Bon ou mauvais grand frère, cela n’avait aucun sens en réalité : chacun faisait comme il le pouvait, voilà tout. La seule chose qui importait réellement, celle qui jouait dans la balance, c’était grand frère présent ou absent : Drew était un homme avec ses faiblesses et ses forces, ses défauts et ses qualités. Mais il avait toujours été présent et mieux que cela, il l’avait été quand il le fallait, au moment même où Noah en avait eu le plus besoin.
Alors non, mauvais ou bon grand frère, cela ne voulait strictement rien dire, et Noah était le premier à le penser. Si Matthew, malgré tous ses défauts – et Dieu seul savait combien ils étaient nombreux – avait été là pour sa jeune sœur au moment où son cœur était en vrac, alors cela faisait de lui un véritable frère sur lequel elle pouvait compter. Le reste n’avait que peu d’importance.
Et justement malgré tous ces défauts apparents, il était touchant de voir à quel point Matthew savait s’occuper de sa famille, de Keaton, de toutes ces emmerdes continuelles qui lui tombaient sur le dos… Mine de rien, il assurait comme un grand et c’était impressionnant : si Noah avait dû affronter la moitié de ce qu’il vivait, il n’était pas sûr qu’il aurait tenu le coup.

Quant à l’évocation du ‘connard’ sorti des armoires de son passé, Noah se contenta de hocher la tête, surpris lui-même de l’avoir avoué aussi facilement : d’habitude il évitait autant que possible d’en parler… Mais étrangement, l’attitude chafouine de Matthew invitait aux échanges et aux semi-vérités glissées du bout des lèvres. En tout cas, cela le mettait en confiance lui.
Il haussa légèrement les épaules avant de répondre d’un ton tout à fait sérieux :

« Oui, vous faites partie de la catégorie des connards. J’en suis également désolé pour vous. »


Quitte à jouer franc-jeu… Cela dit, il releva les yeux de son assiette de pâtes et lui décocha un de ces sourires dont il avait le secret, un sourire à la Noah Benson, teinté d’une malice presque enfantine et de cette joie puérile dont il faisait toujours preuve :

« Mais la catégorie ‘connard à ne pas déranger’ vous voyez. Le style gros ours mal léché. C’est pas plus mal, ainsi vous n’êtes pas emmerdé par le commun des mortels qui cherchent à vous refourguer quelque chose ! Prenez, moi par exemple, j’ai déjà acheté cinq porte-clés et trois bloc-notes ce mois-ci que je n’utiliserai jamais, uniquement parce que des œuvres de charité les vendaient dans la rue et savent si bien vous faire culpabiliser. Je serai sans doute à caser dans la catégorie ‘imbécile naïf’. »

Il secoua la tête, laissant échapper un petit rire devant le récit peu chevaleresque de ses propres bêtises, et ajouta :

« On est tous à ranger dans des catégories plus ou moins valorisantes. Mais ça ne définit jamais ce que l’on est réellement. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMar 29 Déc - 11:43

Quoique puisse en dire ses frangines, il n'était pas un bon garçon, un vrai "frère", celui qu'on aime bichonner, ou celui à qui on aime se confier. Elle étaient loin d'être impartiales et leur amour inconditionnel envers lui l'avait toujours laissé perplexe, mais après tout c'était peut-être une bonne chose, une meilleure chose que s'il y avait eu de la haine entre la fratrie. Ils s'aimaient, prenaient soin des uns des autres, certains plus que d'autres: bon, à vrai dire c'était les trois derniers surtout qui étaient les plus proches. Eliott, même si Mattie était proche de lui était si souvent absent des réunions familiales et compagnie que ça en était fatiguant, quant à l'aîné il avait totalement sa vie de famille et avait donc priorités. Quand Noah évoqua un "connard" dans son passé, si secouriste ne sut pas trop quoi penser, il se considérait lui-même comme tel, mais il n'était au final pas si terrible que ça. Il faisait tout pour rendre Keaton heureux, pour maintenir une certaine stabilité dans leur couple... mais il n'était pas facile à vivre, il était souvent ronchon, sarcastique, impulsif -même s'il n'était pas violent pour un sou-, et pas franchement tactile. Cela aurait certainement mis à mal la plupart des personnes mais Keaton avait finalement plutôt bien supporté la situation sans trop broncher.

Malgré tout, Odair tenta d'en savoir un peu plus, Noah semblait quand même avoir assez de caractère pour contre-balancer avec son foutu caractère, quelque chose avait l'air de clocher... et... il y avait tellement de sortes de connard, qu'il n'avait pas envie de passer des heures à jouer aux devinettes, si le flic voulait en parler il le ferait, sinon... et bien ça serait peut-être pour un autre jour, ou alors pour jamais. Cela ne changerait certainement rien pour lui, il avait déjà assez de soucis comme ça sans se laisser en plus parasiter pas les problèmes des autres. La réponse de Noah, lui soutira un genre de petit rire. Vous, un connard ? Je ne pense pas, non. Ou alors ils n'avaient pas la même définition. Gros ours mal léché, mouais, au final il aurait pu faire parti de cette catégorie sauf qu'il n'avait pas franchement un gabarit hyper imposant... ah mais c'était de lui qu'il parlait. Okay, c'était fait. Il le regarda un peu perplexe qu'il lui dise ça comme ça, mais cela l'amusait franchement plus qu'il était agacé, d'autant plus que Benson avait totalement raison. Hum.hum. Je vois tout à fait. il haussa les épaules avant de répondre De toute façon, je n'ai pas assez d'argent pour acheter autant d'argent pour des choses qui ne me serviront jamais. Ne pas ouvrir aux inconnus, c'est franchement un bon conseil. Ça vous éviterait d'être emmerdé tous les trois matins, parce que quand ils ont pris un pigeon dans leur filet, ils ne le lâchent plus généralement. Il secoua un peu la tête se fichant totalement si le terme pigeon pouvait le blesser ou pas savoir dire non, ce n'est pas une tare, bien au contraire... ça évite justement de passer pour une imbécile naïf... mais ça ne fait pas de vous un connard pour autant, bien au contraire ! Il continua alors de manger son plat de pâtes avant d'hausser simplement les épaules à sa dernière phrase. Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à ça ? Pas grand chose réellement, et cela ne l'avançait pas vraiment sur son interrogation primaire. Qu'est-ce qu'avait fait son ex petit ami ? Peut-être qu'il aurait dû poser une question là-dessus... mais il ne voyait pas quoi. Il ouvrit la bouche avant de la refermer et de se racler la gorge. Changer de sujet était la meilleure des choses... mais pour dire quoi ? Vous habitez-là depuis longtemps ? Oui, il venait de poser cette question totalement débile, saugrenue à son voisin alors qu'il connaissait pertinemment la réponse (bon il l'avait oublié...). Il soupira agacé par sa propre attitude Je crois qu'il vaut mieux que vous continuiez à faire la conversation. Sinon ils allaient traîner dans les bas fond de la connerie et des trucs chiants et basique, inutile... cela ne durerait certainement pas longtemps, parce que l'homme allait vite finir son plat de pâtes et Odair doutait qu'il fasse long feu dans l'appartement.

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 31 Déc - 15:37

« Mais savoir dire non est tout un art que je ne maîtrise pas encore vous savez ! » répliqua Noah en riant doucement, très amusé par la tournure de la conversation.

Il adorait tourner à la dérision même les choses les plus sérieuses et graves : c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas céder face à toutes les horreurs qu’il voyait dans son boulot. Quand on avait soi-même une vie plutôt bancale, et un passé difficile à gérer, on préférait parfois se retrancher derrière un rire salutaire, quitte à ce qu’il sonne parfois un peu faux.
En tout cas c’était la stratégie de Noah et elle fonctionnait parfaitement jusqu’à présent. D’ailleurs son sourire s’agrandit à la réplique de Matthew et jouant de sa fourchette pour appuyer ses propos, il reprit :

« Quant à ouvrir ma porte, c’est autre chose : c’est au commissariat qu’on est le plus sollicités vous savez. Ils se mettent à l’entrée et vous sautent dessus, trop heureux de l’occasion. Mais je sais que je dois surveiller cette tendance à dire oui à tout, dans tous les domaines que ce soit… »

Et cette fois-ci, le sourire qui lui échappa était davantage pour lui-même que pour son interlocuteur. Dire oui à tout avait parfois ses avantages, surtout quand les soirées étaient froides et qu’on s’ennuyait tout seul dans son appartement…
L’assiette de pâtes était vraiment délicieuse, mais elle n’avait aucune saveur commune avec la discussion de Matthew Odair. Ce type était aussi gêné et empêtré dans une conversation qu’un poisson essayant vainement d’échapper à la ligne du pêcheur ! Et c’en devenait hilarant, si bien que lorsqu’il lui demanda s’il habitait là depuis longtemps, Noah retint très difficilement un fou rire naissant, qui finit par éclater quand le secouriste se rendit compte de son embarras et s’avoua vaincu dans l’art de la conversation.

Il en avait quasiment les larmes aux yeux et il finit par hoqueter :

« Matthew vous êtes adorable ! »


Certes il venait de le traiter de connard type gros ours mal léché mais Noah était assez lunatique comme type. Surtout quand il avait affaire à quelqu’un d’aussi insaisissable que Matthew !
Se reprenant doucement en espérant ne pas l’avoir vexé, il enchaîna :

« J’ai emménagé là il y a 6 ans…. J’avais espéré depuis tout ce temps que vous m’aviez remarqué, même un chouilla : me voilà déçu. »

Il regarda Matthew en souriant toujours aussi malicieusement, très amusé par la tournure des évènements.

« Enfin vous avez au moins remarqué qu’il y avait pas mal de passage chez votre voisin, c’est déjà ça… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageSam 2 Jan - 17:57

Matthew haussa les épaules avant de soupirer A vrai dire j'ai un peu de mal à comprendre comment on peut avoir du mal à dire non ? C'est quand même un mot simple. Il secoua un peu la tête avant de soupirer doucement mais je comprendre que ce ne soit pas simple de le dire, mais vous savez les gens sont grand en général, au pire ils sont un peu blessés, qu'est-ce que ça peut faire? Il se tut de nouveau quelques instants avant de reprendre Être  trop gentil ne vas vous attirer que des ennuis et des vautours autour de vous si vous voulez mon ami. On en a des comme ça à la caserne, et les bonnes poires... c'est toujours elles qui prennent en premier. ou presque. Il aurait peut-être dû mâcher un peu plus ses mots mais à quoi bon, ce n'était que la vérité. Dire oui à tout ne rendait pas la vie plus belle. La réplique suivante du flic lui fit hausser légèrement un sourcil. Ouais bon, que ce soit au commissariat ou  chez lui au final cela ne changeait pas grand chose pour Odair. Un non était un non que cela soit chez Pierre Paul ou Jacques. Après il était clair qu'ils n'avaient tous les deux absolument pas la même vision des choses ! L'un était un pro du non et l'autre du oui... ils n'avaient pas vraiment de juste milieu.

Ils avaient ensuite continué de parler... ou plutôt Matthew avait essayé mais très vite il dut se rendre à l'évidence... il n'était pas fait pour parler, et d'ailleurs il venait d'être si ridicule que Benson était en train de pleurer de rire en lui disant qu'il était trop adorable. Le secouriste se racla alors la gorge avant de baisser les yeux dans son assiette totalement gêné. Peut-être même que ses joues prirent une teinte un peu rosée.... et cela ne s'arrangea absolument pas quand l'homme  lui dit que cela faisait déjà six ans qu'ils habitaient à côté. Okay. On appelait mettre ça les pieds dans le plats et même si Noah ne semblait pas mal le prendre, cela gênait quand même pas mal le petit brun. Ah oui, quand même... je ne pensais pas autant. 6 ans, et voilà juste quelques semaines qu'ils faisaient « connaissances »... Bon ceci dit, il ne se rappelait pas spécialement qu Noah ait essayé de trop parler avec eux, mais il savait très bien pourquoi. On avait pas vraiment envie de frapper chez eux quand on les entendait s'engueuler tous les deux. Keaton passait pour un hystéro et lui pour un ours ma léché en d'autres termes pas forcément le genre de type qu'on avait envie de fréquenter ou même de connaître. Odair fit ensuite une petite grimace avant d'ajouter Oui, enfin bon, en même temps, on ne peut pas dire que je mens ou que je suis de mauvaise foi quand je parle du passage chez vous. c'était certainement remuer le couteau dans la plaie, mais ou,  il y avait souvent des mecs de passage d'un soir dans l'appartement du flic. C'était un fait qu'on ne pouvait pas ne pas remarquer. C'était obligé. Après chacun mène ça vie comme il l'entend, je sais juste que ce n'est pas du tout ma vision des choses. Il préférait avoir juste un copain ou alors personne plutôt que d’enchaîner encore et toujours les coups d'un soir pour se sentir genre... vivant ? A vrai dire, je ne comprends même pas quel plaisir on peut en tirer. Monsieur coincé voilà une très mauvaise question... qui allait certainement faire encore plus rire Noah. Ce qu'il avait voulu dire c'est qu'il ne comprenait pas qu'on puisse aimer coucher avec un inconnu.... mais peut-être que Noah allait lui donner des raisons de comprendre, ou alors peut-être que la réponse de l'autre allait le conforter dans ce qu'il pensait. Assez pudique, il espérait juste que le flic n'allait pas entrer dans des détails « sordides » rien que pour l'ennuyer un peu.

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 5 Jan - 20:14

Ah oui, quand même…. Et bien oui, 6 ans. 6 ans qu’il avait aperçu cette adorable frimousse renfrognée de l’autre côté du palier, qu’il avait maté sans se cacher le fessier musclé qu’il lui présentait, le dos tourné vers sa serrure… Il avait tenté de lui parler ce jour-là, de se présenter et de lui offrir un de ses sourires dont il avait le secret, mais Matthew ne s’était même pas retourné, l’ignorant ostensiblement. Se contentant de grogner quelque chose d’incompréhensible quand Noah tenta de le saluer…
Depuis, le flic n’avait plus jamais rien retenté, jusqu’à ce soir. Jusqu’à cette fichue course-poursuite sous les égouts, qui lui avait offert la chance d’échanger plus de deux mots avec Matthew Odair. Le beau, ténébreux et couillon Matthew Odair.

Quand il y repensait, et quand il entendait Matthew se rendre compte de sa bévue, il avait envie de rire. Tout simplement. 6 ans étaient passés bien vite et il regrettait un peu de ne pas avoir eu le courage de venir sonner à leur porte alors, ne serait-ce que pour faire la connaissance de Keaton plus tôt. Il se surprenait à l’apprécier réellement, un peu comme un grand frère…

Il aurait dû s’attendre au retour de bâton qui ne tarda pas, comme toujours avec Matthew : ce dernier avait le chic pour appuyer là où cela faisait mal et Noah haussa les épaules en souriant. Sauf que s’il espérait s’en tirer à si bon compte, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude, et le secouriste enchaîna en donnant son point de vue sur le fameux « passage » chez lui. Habitué à ce que son grand frère tienne à peu prés le même discours, il n’en offusqua pas vraiment, même si devoir subir la leçon de morale par un étranger à sa famille était tout de même dérangeant. Il avait son amour-propre et laisser croire à Matthew Odair qu’il n’était qu’un pervers débauché l’écornait quelque peu.

Il reprit une fourchette de pâtes comme pour se donner contenance : son sourire s’était effacé et c’est presque à brûle-pourpoint qu’il lâcha :

« Vous êtes heureux en couple avec Keaton, donc effectivement vous ne pouvez pas comprendre. Tout le monde n’a pas cette chance, alors profitez-en au maximum. »


Zut, il avait réussi à lui miner le moral avec ses réflexions ! Noah savait que ce qu’il faisait était probablement stupide, mais il n’avait trouvé aucun autre moyen de se protéger de l’éventualité de retomber amoureux. De retomber dans les griffes d’un monstre qui finirait de lui ôter le peu d’espoir qu’il avait en la race humaine. Ils passaient sans rester, lui permettaient de satisfaire ses besoins primaires et ne lui causaient aucun souci.
Et c’était tout ce qu’il désirait : ne plus jamais connaître l’horreur de rentrer avec une boule au ventre et la peur de se demander ce qu’on risquait de trouver en rentrant chez soi.

Il reposa sa fourchette, l’appétit soudain coupé, mais resta poli.

« Keaton s’est très bien débrouillé, ces pâtes sont délicieuses. »


Mais lui n’avait plus faim et se sentait bêtement jaloux d’un homme qui vivait pourtant le plus terrible des calvaires en acceptant d’accompagner l’homme qu’il aimait jusqu’à la mort…
Il attrapa sa béquille qu’il avait posé à côté de la table et soupira :

« Je vais y aller je crois. Merci pour l’assiette. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageSam 9 Jan - 21:24

Il ne savait plus où se mettre même si la situation avait plus l'air d'amusé Noah qu'autre chose. Il aurait voulu que Keaton revienne pour remettre un peu d'ambiance mais il savait que ça ne serait pas le cas : son petit ami était bien trop occupé à parler à sa famille ! Il secoua un peu la tête avant de soupirer. Quelle poisse, et le pire là-dedans c'est qu'il continua de s'enfoncer au fur et à mesure de la conversation mais il sentait bien que quelque chose clochait et que Benson n'était franchement plus aussi à l'aise qu'avant. Il acquiesça, il savait qu'il avait de la chance d'être en couple avec quelqu'un qu'il aimait. Mais il savait aussi qu'il en payait le prix fort. Noah semblait oublier qu'ils n'étaient pas un simple couple au train train quotidien normal, il semblait ne plus se rappeler quelle épée de Damoclès trônait au dessus de la tête de Richter. Et à son tour Odair de renfrogna un peu, mais répondit doucement, presque d'une voix lasse.

Bien sûr que j'en profite un maximum. Mais je n'appelle pas ça une chance de voir la personne que j'aime mourir à petit peu devant mes yeux, mais bon, après tout chacun sa notion.

Peut-être qu'il était un peu trop tatillon là-dessus, mais il avait déjà eu la même réflexion avec son frère. Pourquoi est-ce qu'on semblait envier son couple ? Pourquoi est-ce que certaines personnes auraient voulu être dans sa position ? Probablement pas. Il avait souvent l'impression qu'ils ne se rendaient pas compte de ce que tout cela impliquait? De cette peur permanente de le perdre. D'être inquiet à chaque fois qu'il était malade. De penser à tous les cachets de vivre par rapport à la maladie. De faire attention dans leurs rapports, aucune erreur était tolérée. La liste était longue, très longue. Alors oui en quelque sorte il était "heureux" de l'avoir trouvé, mais peut-être que c'était même pire, car il savait qu'il allait le perdre. Il n'avait pas rajouté grand chose, que Noah avait reposé sa fourchette, lui sortait quelques banalités avant de commencer à partir. Matthew soupira faiblement avant de répliquer.

Bonne soirée à vous. Et merci de lui avoir "offert" un peu de votre temps.

Il laissa le flic partir sans insister vraiment plus. Il était même presque heureux que ça se finisse comme ça. Il n'avait plus à faire la conversation. Il posa le plat de pâtes sans plus en manger, se rendant compte qu'il n'avait toujours pas faim, mais il garderait les restes pour son midi du lendemain. Se levant, il alla rejoindre son petit ami dans la chambre pour savoir où il en était de la conversation...

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Comme larrons en foire ! - Matthew/Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» Foire de la montagne : mettre en valeur les potentialités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics archivés et terminés-
Sauter vers: