Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
MISSION 02 : RUMEUR A LA UNE ||MATEO & MATTHEW||
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageSam 25 Mar - 22:35

 



MISSION 2 : RUMEUR A LA UNE

MATEO & MATTHEW

"Une enquête de moralité ! C’est exactement ce dont Bart a besoin pour se faire une idée du genre de personnages qu’est Sam Haynes, mais il n’a pas vraiment le temps. Il est complètement débordé et il demande de l’aide à son ami Mateo, espérant qu’il se montrera plus objectif qu’il ne l’est lui-même. Il a rencontré, le Sam. et parce qu’il est en prime précédé par sa réputation, Bart n’a pas véritablement eu l’impression qu’il a les traits d’un agresseur sexuel. C’est quoi, d’ailleurs, les traits d’un agresseur ? D’après Samara, c’est même le gars le plus gentil de monde, mais…les collègues ? Ils en pensent quoi ? Ceux qui ne bossent plus à la caserne par exemple ? Peut-être est-il temps que Mateo vienne en aide à son meilleur ami et se coller à rendre une petite visite au dénommé Matthew Odair et à son fauteuil roulant…

Consignes


  • MATEO, tu ouvres le bal. Tu es libre d’inventer le contexte de cette rencontre à ta guise.
  • Privilégiez les textes courts, bien qu’il n’y ait pas de limites de mots, cela permettra d’avancer assez rapidement.
  • Dans les périodes de ralentissement, nous vous invitons à répondre aux missions en priorité afin de ne pas bloquer les autres joueurs et le dénouement.
  • Si le MJ intervenait, nous vous invitons à tenir compte des informations qu’il ajouterait.
  • S’amuser, s’amuser, s’amuser encore.

"



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 28 Mar - 20:19

« Je reviens vite la chercher. » promet Mateo en déposant un baiser sur le crâne de sa fille et un autre sur le front de sa mère. « Tu sais bien que ça ne me dérange jamais. » Sa mère lui rend son étreinte et le repousse rapidement en direction de la porte. « Dépêche-toi de partir. On a beaucoup de temps à rattraper, elle et moi. » Le policier lui offre un sourire avant d'envoyer un bisou volant à sa fille et de tourner les talons pour rejoindre son véhicule. Il a promis d'aider Bart' avec une affaire et il ne compte pas le laisser tomber, mais ... Il peine à croire que les rumeurs soient vraies. Mateo ne connait pas Stella, l'a sûrement croisée deux ou trois fois en se rendant chez son ami, mais il connait Sam, même s'ils ne sont pas nécessairement proches. C'est difficile de croire qu'il puisse être coupable d'un geste aussi dégueulasse et pourtant, le policier est bien placé pour savoir que les pires enflures de la terre sont parfois celles dont on ne se méfie pas. Il comprend Bart' de vouloir enquêter un peu partout et c'est sans doute parce que son ami sait qu'il peut se montrer objectif qu'il lui a demandé de l'aide. En dix ans de carrière dans la police, Mateo a déjà côtoyé Sam dans le cadre de leur boulots respectifs et même si le secouriste est bel et bien le dernier homme qu'il accuserait, il sait qu'il n'a pas droit à l'erreur.

C'est donc la raison pour laquelle il se met en route en direction de la maison de Matthew, un secouriste présentement en arrêt de travail et qui s'avère être un collègue de Sam. Il a des questions à lui poser, des questions qui pourraient lui permettre de disculper Sam, probablement. Ou de l'incriminer davantage, aussi. Ce genre de cas s'avère vraiment difficile à traiter en général puisque les mauvaises conditions sont toutes réunies pour voiler les faits et les évènements. La victime ne se souvient plus vraiment de sa soirée, a probablement été droguée et les tests d'ADN n'ont rien donné pour le moment. Évidemment, ce n'est pas parce qu'elle ne s'en souvient plus qu'elle raconte un mensonge, mais c'est difficile de faire la part des choses et d'inculper un homme sur des paroles qui manquent probablement de crédibilité.

Un soupir quitte les lèvres du policier alors qu'il récupère sa plaque et un minuscule enregistreur avant de sortir de sa voiture pour rejoindre la maison de Matthew. Vêtu d'un jeans, d'une chemise et d'un blouson de cuir, Mateo n'est pas en uniforme et il frappe quelques coups à la porte en gardant son badge à la main. Matthew et lui se sont déjà rencontrés quelques fois sur le terrain également, mais ils ne se connaissent pas vraiment, se sont simplement déjà croisés ici et là. Lorsque l'homme lui ouvre, Mateo lui offre un sourire. Si le policier le reconnait puisqu'il sait à qui il s'adresse, Matthew, lui, doit sans doute se poser des questions. « Mateo Garcia, NYPD. J'ai des questions à vous poser concernant votre ancien collègue, Sam Haynes. » Il présente son badge, fronce légèrement les sourcils alors qu'il s'autorise une question plus personnelle en voyant qu'il se trouve encore dans un fauteuil roulant. « Vous allez mieux ? » Il a eu vent de cette histoire et, à vrai dire, il se passe tellement de choses dans les rues de New York qu'il ne s'en souviendrait plus si on ne le lui avait pas répété encore une fois, quelques jours plus tôt. « Je peux entrer ? Nous serons plus à l'aise pour discuter. » Il ne demande pas vraiment s'il dérange puisque l'enquête en cours s'avère plus importante qu'un repas interrompu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageLun 3 Avr - 19:20

Il était en train de finir de décorer son gâteau avec de de la crème au beurre ou un truc du genre, juste un peu, pour la forme, lorsque quelqu’un sonna à sa porte. Loukoum se leva d’un coup et regarda d’un air intéressé la porte puis le gâteau. Toi mon gros tu touches pas mon gâteau. L’animal avança vers la porte comme s’il avait compris ce que son maître avait dit, mais Odair se doutait que ce n’était qu’un pur hasard. Il roula jusqu’à la porte avant d’ouvrir cette dernière. Il fronça un peu les sourcils en voyant qui se tenait là. C’était un flic qu’il avait déjà croisé lors d’intervention mais pour l’instant son nom lui échappait totalement, et à vrai dire pour l’instant il s’en fichait, il trouvait surtout inquiétant que cet homme soit là, dedans chez lui, avec un air sérieux. Il pria pour que personne ne soit mort, même si ce n’était probablement ça. Une mauvaise nouvelle ?  Probablement… ou alors… non en fait il ne pouvait pas ce que ça pouvait être d’autres. Malgré tout, Matthew tenta un petit sourire, tandis que Loukoum le chien s’était assis et regardait l’inconnu en bavant sur le sol. B’jour, j’peux vous aider ? demanda-t-il finalement. L’homme ne tarda pas à se présenter. Mateo Garcia ! Ah voilà  comment il s’appelait, forcément cela lui paraissait évident. L’ex secouriste acquiesça doucement. Il ne s’était pas attendu à ce qu’on vienne le voir jusque chez lui pour lui poser des questions sur Sam ? Oui, bien sûr vous pouvez entrer, j’allais mettre le gâteau au four. Il recula un peu avant de se diriger vers la cuisine Vous pouvez fermer la porte s’il vous plait, et n’hésitez pas à venir vous installer ici. Si vous voulez quelque chose à boire, il y a des bières et de l’eau au frigo et une cafetière. Il n’aura pas invité n’importe quel flic comme ça, mais Mateo ne lui avait pas laissé un souvenir trop désagréable, et puis, il préférait bien se faire voir pour être utile à son camarade secouriste. Et… comme vous le voyez je suis vivant mais pas sur mes deux jambes. répondit-il aimablement Mais je ne crois pas que ma santé, soit le principal sujet. Qu’est-ce que vous voulez savoir sur Sam et pour quelles raisons ? Il se racla la gorge avant d’ajouter Je peux vous parler de sa personnalité, de comment il est au boulot, mais tous les cancans et vie privée et compagnie je ne m’y connais pas franchement, du coup j’espère que vos questions ne seront pas basées là-dessus, sinon je crains de ne pas vous être très utile ! Mais généralement les flics voulaient qu’on parle de la personnalité, est-ce que c’était un type à problème ou pas ? Sam était un gars gentil, il avait plein de qualité, de bonne volonté, Matthew ne voyait pas bien ce qu’on pouvait lui reprocher. Encore un client chieur probablement qui était procédurier et voulait emmerder son monde parce qu’il s’ennuyait… ca s’était déjà vu.  Il secoua un peu la tête en soupirant et installa son gâteau au four. Au cas où ça vous ça intéresserait ça serait cuit dans pas trop longtemps ! mais probablement que le flic avait d’autres chats à fouetter que bouffer un gâteau. Il tenta de lui faire un sourire aimable, mais il avait du mal. Pour Sam, il pouvait bien faire un effort d’être un minimum poli et civilisé, histoire que son caractère de chien ne desserve pas l’autre secouriste !

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 4 Avr - 4:47

« Je suis désolé de venir ici sans m'annoncer d'abord. La procédure, vous comprenez ? » Mateo n'a pas envie de faire face à un homme préparé, il veut que les informations qu'il lui donne soient spontanées, qu'il n'y ait pas réfléchi à l'avance. Le policier pénètre dans la demeure lorsque Matthew lui en donne l'autorisation, referme la porte derrière lui avant de retirer ses chaussures et de le suivre jusqu'à la cuisine. Il demeure néanmoins à une distance raisonnable du propriétaire des lieux afin de lui laisser suffisamment d'espace pour respirer. Un sourire étire les lèvres de Mateo lorsque le secouriste affirme qu'il est en vie et que s'enquérir de sa forme physique n'est sans doute pas la raison pour laquelle il se trouve sous son toit. Non, bien sûr. Mais c'est la moindre des choses de demander.

Il écoute attentivement son interlocuteur avant d'appuyer son épaule contre le mur et de le regarder évoluer dans sa cuisine. « Je ne m'intéresse pas à ses relations amoureuses. » lance-t-il simplement avant de pousser un léger soupir. Il secoue légèrement la tête lorsque Matthew lui propose une part de gâteau lorsque ce dernier sortira du four, passe une main dans sa barbe de quelques jours. « Une plainte d'agression sexuelle a été déposée contre Sam. » débute-t-il en avançant de quelques pas pour tirer une chaise et s'asseoir à la table de la cuisine. Il récupère son enregistreur et le pose devant lui, se tourne finalement vers Matthew avant de demander : « Ça vous dérange si j'enregistre ? » Prendre des notes manuscrites le déconcentre généralement lors de ses interrogations, si bien qu'il préfère de loin réécouter plusieurs fois, au calme, afin de se faire un portrait plus juste de la situation. Ça lui permet aussi d'observer le mouvement corporel de son interlocuteur sans perdre un temps précieux à noter chacune des informations qu'il pourrait lui transmettre. En réalité, Mateo demande la permission, pour la forme, mais Matthew n'a pas vraiment le choix. C'est une façon de travailler qui simplifie beaucoup les interrogatoires et qui protège la personne qu'on questionne autant que celle qui interroge.

« Tout d'abord, vous avez travaillé avec Sam ? Est-ce que vous estimez que vous êtes proches ? Vous le côtoyiez beaucoup, à la caserne ? » Si ces questions peuvent s'avérer banales de manière générale, elles peuvent aider le policier à déterminer le niveau de crédibilité des informations que lui fournira Matthew. Le secouriste lui a quand même dévoilé qu'ils ne se voient pas vraiment en dehors du travail - il en saurait sans doute un peu plus sur la vie amoureuse ou personnelle de Sam si tel était le cas - mais puisque Mateo s'intéresse plutôt à sa vie professionnelle et à la relation qu'il peut avoir avec ses collègues, Matthew semble être un bon point de départ. « Je sais que ce n'est jamais facile de répondre à ce genre de questions, mais je vous demande d'être le plus honnête et transparent possible. » ajoute-t-il simplement en tentant de se montrer détendu et accessible. « Comment se comporte-t-il avec les membres féminins de votre équipe ? Et avec les stagiaires ou les nouvelles recrues ? Plutôt charmeur, indifférent ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageDim 9 Avr - 11:50

Ouais, il comprenait bien que c’était la procédure mais il aurait pu être occupé à faire quelque chose de beaucoup plus prenant ou intéressant, ou il aurait même pu être absent. Niveau effet de surprise c’était quand même moyen du coup, mais il se retint de faire tout commentaire, la procédure, c’est la procédure, pas moyen de négocier ! Tout se passait à peu près, pour une fois Matthew arrivait à se comporter comme une personne à peu près normale, et pas comme le grognon chiant habituel, il fallait croire que la présence du flic qui voulait quelque chose avait du bon… et soudain, il en arriva au fait. Matthew se tourna aussi brusquement qu’il le pouvait avec son fauteuil et manqua, en pivotant de tomber  Pardon ? Vous plaisantez ?! demanda-t-il totalement ahuri. Sam, agresser quelqu’un, sexuelle qui plus est c’était une bien et belle connerie. Non, non vous pouvez enregistrer si vous voulez du moment que rien n’est sorti de son contexte comme peuvent le faire les journalistes avec des phrases prises ci et là … C’est très facile de pouvoir faire dire ce que l’on veut. Il le regarda en fronçant légèrement les sourcils Et d’ailleurs, pourquoi est-ce qu’on ne fait pas ça au commissariat ? Ce n’est pas plus réglementaire ? Il ne voulait pas se faire avoir comme un bleu, il ne voulait pas dire du bien de Sam, même s’il était parfois un peu vache dans ses propos et que tout ce qu’il disait soit tourné à une toute autre sauce. Parano ? Peut-être un peu, mais avec tout ce que l’on voyait aujourd’hui c’était plutôt normal qu’il fasse attention non ?

Il écouta ses questions, tenta de déceler s’il y avait un piège, mais il ne comptait pas mentir, ça se verrait ou se saurait. Il fallait juste qu’il fasse attention  à la façon de parler, il se savait brut de décoffrage et dans une telle occasion il fallait faire beaucoup plus attention, les répercussions pourraient aller sur ce pauvre sam. Il se comporte toujours mieux que moi. dit-il. C’est vrai lui était un petit con, Sam était quelqu’un de gentil et de patient. Enfin, vous n’avez qu’à demander des renseignements sur mon compte, je pense que je vais avoir les oreilles qui vont siffler pendant un peu bon moment ! Sam c’est quelqu’un de bien, je ne vois pas pourquoi il irait agresser sexuellement quelqu’un, vous l’avez bien regardé ? Il n’a pas besoin d’agresser des femmes s’il veut coucher… Il peut en avoir des tas à ses pieds s’il le souhaite, physiquement il est quand même pas mal et il est gentil, marrant… enfin si on apprécie son humeur, c’est quelqu’un de travailleur. Je n’y crois pas du tout à cette histoire, c’est juste quelqu’un qui dit ça pour l’emmerder. Il se tut quelques instants avant de continuer On a été plusieurs fois en binôme, même si ce n’était pas mon binôme officiel… et tout s’est toujours bien passé ! Il est peut-être un peu charmeur, mais pas plus  que d’autres. Est-ce que je pourrais avoir plus de détails sur ce qui s’est passé ou alors c’est quelque chose de confidentiel ? Il soupira Après, je ne vois pas trop quoi dire d’autres, est-ce qu’il a des défauts ? Comme tout le monde, mais c’est probablement son côté gentil et saint-bernard qui fit qu’on s’en prend à lui. Vous savez ce qu’on dit « trop bon, trop con ». Voilà, voilà, ça c’était dit, bon courage le flic !

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 11 Avr - 4:56

Si Mateo est conscient qu'il balance l'information sans le préparer d'abord à ce qui va suivre, c'est sans doute parce qu'il déteste tourner autour du pot. Ses propos ne choqueront pas moins parce qu'ils mettent quelques secondes de plus avant d'atteindre le cerveau de son interlocuteur, mais il regrette un peu de ne pas avoir attendu qu'il soit stable sur ses roues lorsqu'il le voit vaciller. Le policier pousse un soupir et secoue la tête afin de lui signifier qu'il ne plaisante malheureusement pas, en profite pour noter dans sa tête la réaction du secouriste avant d'ouvrir l'enregistreur lorsqu'il en reçoit l'autorisation. « Je ne suis pas journaliste. L'enregistrement m'est utile afin de ne pas oublier certains détails. Rien de ce que vous allez dire ici ne sera sorti de son contexte. » assure-t-il en appuyant son dos sur la chaise de la cuisine. Mateo met un point d'honneur à respecter sa parole et s'il affirme avec confiance que l'enregistrement ne tombera pas entre de mauvaises mains, c'est bien parce qu'il fera absolument tout pour s'en assurer. « Plus réglementaire, peut-être, mais puisque vous n'êtes pas un suspect dans cette histoire, j'ai préféré ne pas vous demander de vous déplacer. » D'autant plus qu'il préfère le surprendre afin de ne pas lui laisser le temps de se préparer ou d'inventer une histoire. Afin de sauver la peau d'un ami, certains sont prêts à beaucoup de choses et mentir aux flics semble être particulièrement populaire. Quelques secondes auparavant, le secouriste lui donnait vraiment l'impression d'être surpris - presque choqué, même - en apprenant l'accusation portée contre Sam et si Mateo se promet de demeurer prudent, il est presque déjà persuadé qu'il peut lui faire confiance.

Matthew poursuit d'ailleurs afin de répondre à ses questions et Mateo fronce légèrement les sourcils en écoutant ce qu'il a à dire, concentré, sans jamais le lâcher de son regard azuré. Si cette histoire semble paraître étrange et montée de toutes pièces aux yeux du secouriste, Mateo n'a pourtant pas le choix de poser les questions qui s'imposent. Si Sam est innocent et que le véritable agresseur se trouve quelque part dans la ville de New York, ils doivent absolument aller au bout des choses et découvrir la vérité. « Une jeune fille a été droguée. Et elle affirme que c'est lui, que Sam est celui qui l'a agressée. Des témoins affirment les avoir vus ensemble pendant la soirée, mais nous tentons de démêler tout ça. » ajoute-t-il simplement, sans en dire trop. Après tout, Matthew a le droit de savoir ce qui se passe, mais puisque l'enquête est encore en cours, le policier ne peut malheureusement pas lui dévoiler ce sur quoi ils travaillent présentement. « Charmeur dans quel sens ? » débute-t-il d'abord avant de préciser sa pensée. « Est-ce qu'il est du genre tactile ? » Il fronce légèrement les sourcils, s'intéresse vraiment à la réponse. Est-ce que c'est dans la nature du secouriste qui se trouve sur le banc des accusés de toucher les autres et de se montrer tactile en permanence, un geste qui aurait pu être très mal perçu de la part des témoins et de la victime ? Après tout, Sam est un homme alors qu'elle n'est encore qu'une gamine. « Est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé en sa compagnie alors que Sam était ivre ? » Cette fois, Mateo s'avance un peu sur sa chaise, se gratte un peu la barbe avant de poursuivre. « Est-ce que vous pensez qu'une forte quantité d'alcool pourrait le rendre plus entreprenant ? Je vous donne un exemple rapide. Si la jeune fille était d'accord, à un moment, de passer à la vitesse supérieure, est-ce que vous pensez qu'il aurait pu ne pas prendre en compte un refus éventuel de sa part, un peu plus tard dans la soirée ?  »

Il est conscient de poser beaucoup de questions et de compliquer un peu les choses, si bien qu'il demande plutôt, sur un ton un peu plus léger : « Vous dites qu'il est trop gentil. Est-ce que vous avez un exemple de ça lorsque vous étiez ensemble ? Lors d'une intervention ou bien ... à la caserne ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageSam 15 Avr - 18:54

Bien sûr. Il s’en doutait que cela allait lui servir à se souvenir de tout. TOUT. Mais la démarche ne lui plaisait quand même pas plus que cela, ce flic avait beau dire que rien ne serait déformé ou sorti du contexte, il n’en restait pas moins que Matthew avait quand même un doute… mais s’il voulait que tout se passe bien pour Sam quoi qu’il ait fait, il fallait se la jouer un peu plus « cool ». Si c’est comme ça que vous faites votre boulot, alors pas de soucis, enregistrer moi. Il tentait vraiment d’y mettre de la bonne volonté mais ce n’était pas spécialement facile pour lui !  Il essaya également de savoir si c’était normal qu’au cours d’une enquête il ne soit pas interrogé au commissariat… mais d’après les dires de plus âgé oui. Matthew haussa alors un peu les épaules avant d’ajouter un petit D’accord, parfait alors ! Et si, jusque ici tout semblait plutôt bien se passer lorsqu’il apprit de quoi était accusé son camarade il fut totalement stupéfait, il en aurait bien rigolé tellement ça semblait improbable, mais une agression –si elle avait eu lieu- n’était pas un sujet à plaisanterie ! Odair tenta alors de répondre du mieux qu’il le pouvait, d’expliquer sa vision des choses sur Sam, comme quoi c’était un bon gars qui ne ferait jamais ça à une fille, il y mettrait presque une main à couper. Après tout on ne sait jamais ce qui peut faire péter les plombs aux gens… mais cette hypothèse était totalement faible, si faible qu’elle était forcément fausse, inexistante. Il fronça les sourcils lorsqu’il eut un peu plus de détails. Est-ce qu’elle a été réellement agressée ? Non il ne mettait pas vraiment la parole de la victime en doute, mais une jeune femme droguée pouvait peut-être s’imaginer des choses, ou alors, ça s’était déjà vu des accusations fausses parce que Sam l’aurait repoussée ou vexée… tout comme elle avait pu confondre Sam avec quelqu’un d’autre. Je m’excuse, la question doit paraitre relativement indélicate, mais j’ai déjà vécu des interventions où des femmes disaient avoir été… agressée ou autres et mentaient pou X ou Y raison. Il acquiesça Pendant la soirée ? Des témoins ? Il était en boite, au restau ou autre ? Est-ce que c’est bien sa carte de crédit qui a été utilisée, si ça se trouve c’est juste quelqu’un qui lui ressemble… beaucoup. Il se tut quelques secondes, se prenant le visage entre les mains. Il fallait qu’il se taise sur certains points vraiment. Il inspira un peu coup avant de continuer Mais vous avez déjà dû tout vérifier… pour que l’enquête aille jusque-là. Je vais tenter de me contenter de répondre à vos questions. Il n’avait jamais haussé le ton, ou était dédaigneux, il avait tout le  long gardé un ton totalement neutre, un peu interrogatif. Il ne pouvait pas croire que Sam était capable de quelque chose d’aussi horrible. Bah charmeur quoi, je ne vois pas plusieurs sens, il est beau gosse et je pense qu’il le sait, il est souriant et charismatique, charmeur quoi. Et je ne sais pas s’il est tactile, je ne traine pas trop avec lui en dehors de la caserne, et la caserne c’est comme une famille… Autrement dit c’est probablement pas comparable Mais même là, il n’était pas spécialement tactile Il se tut quelques instants avant de continuer Et je ne sortais pas trop avec les autres, je ne l’ai jamais vu ivre mais même comme ça je suis certain qu’il sait se tenir. Un non, c’est un non c’est pourtant clair. Et je le vois déjà mal bourré comme un coin, mais après ça, j’me trompe sûrement… Il se racla la gorge avant de continuer Vraiment, je ne pense pas que vous avez le bon type, surtout qu’il aurait été très con d’adresser une nana qui pouvait l’identifier, enfin moi j’dis ça, j’dis rien. Oui dis rien c’est probablement mieux Matthew. Je n’ai pas d’exemple à proprement parler, mais si quelqu’un va mal, il va tenter de l’aider, il est toujours assez… disons calme, ou doux. C’est quelqu’un qui est juste bon, généreux, ce sont des choses qui ne s’expliquent pas, il ne va pas jusqu’à la naïveté, mais c’est quelqu’un de gentil. Moi j’suis un petit con sarcastique, lui est gentil. Ce sont des choses qui se ressentent, qui ne s’expliquent pas vraiment. Pourtant, promis, il essayait vraiment de l’aider son ex collègue, mais il ne savait visiblement toujours pas s’exprimer si bien qu’il avait l’impression de ne pas vraiment aider le flic. Si vous avez des témoins, je ne suis pas certain de bien comprendre pourquoi vous me posez toutes ces questions ?

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 26 Avr - 4:32

« Je ne suis pas ici pour discuter de la crédibilité de la victime. » le rappelle lentement à l'ordre Mateo avec un léger soupir. Si lui-même a été chargé de l'enquête de moralité auprès de Matthew, entre autres, son ami et collègue s'occupe probablement de tout le reste. C'est particulièrement difficile de dénicher la vérité dans des situations comme celles-là, mais Mateo fait confiance à Bart' afin de démystifier le vrai du faux. Si la victime dit vrai, elle s'est peut-être trompée de cible. « Je comprends. » l'arrête doucement Mateo alors qu'il tente d'expliquer ce qu'il a déjà vécu. Le policier sait pertinemment qu'il a raison, qu'il y a des tonnes d'explications possibles afin de justifier un mensonge de la part de la jeune fille. Mais encore une fois, il n'est pas ici pour ça. « Ils étaient en boîte de nuit. Je ne m'occupe pas des détails, monsieur Odair. » Mateo hoche la tête lorsque le secouriste comprend de lui-même qu'il se doit surtout de répondre aux questions sans trop en poser. Mateo n'est pas là pour donner des réponses, mais bien pour en obtenir quelques unes et tenter de clarifier les choses, comprendre un peu mieux le personnage qu'est Sam Haynes.

Le policier fronce légèrement les sourcils lorsque Matthew se met à parler, prend des notes mentales, mais préfère ne pas l'interrompre afin de ne pas lui faire perdre le fil de ses pensées. De toute façon, l'enregistrement pourra certainement lui être utile par la suite, lorsqu'il réécoutera les propos du secouriste avant de raconter sa version de l'interrogatoire. Mateo soupire lorsqu'il lui demande à quoi servent les questions si des témoins peuvent expliquer ce qu'ils ont vu. « Parce que ce n'est pas aussi facile qu'on pense de témoigner avec certitude d'un fait qui se passe pourtant sous notre nez. Ils croient avoir vu des choses, se disent que puisqu'elle l'a approché dans la soirée, ils ont forcément quitté l'endroit ensemble. Ils essaient de lire entre les lignes, se montrent imprudents dans leurs commentaires et n'ont pas vraiment les réponses qu'on cherche. On ne peut pas baser l'enquête sur des a priori. » Un nouveau soupir quitte les lèvres du policier alors qu'il passe une main sur sa barbe naissante et qu'il appuie son dos contre la chaise. « Je ne vous demanderai pas ce que vous pensez de toute cette histoire, je pense que votre point de vue est assez clair. » Matthew semble persuadé que Sam est innocent et lorsque Mateo prend la peine de réfléchir à la situation et de se demander quel est son propre point de vue, il doit admettre qu'il vacille dans le même sens que le secouriste. Il n'a pas le droit de laisser ses propres réflexions nuire à son interrogatoire, mais s'il ne connaît pas beaucoup Sam, plus il en apprend sur lui et plus c'est difficile de le croire coupable d'un crime pareil.

« En tant que secouristes, vous avez accès à des médicaments qui amènent une certaine forme de désinhibition. Les doses que vous prenez pour vos patients sont bien calculées ? Comment ça fonctionne, vous notez tout ? » Mateo ne connait pas forcément les instructions qu'ils reçoivent de la part de leurs supérieurs en ce qui concerne les médicaments qu'ils conservent avec eux dans l'ambulance et qu'ils peuvent administrer sur les lieux d'intervention. Dérober des médicaments ne doit pas être chose facile, mais le policier se doit de poser la question. « C'est déjà arrivé que l'inventaire soit incomplet ? Que les quantités ne correspondent pas à ce que vous deviez avoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
MISSION 02 : RUMEUR A LA UNE ||MATEO & MATTHEW||
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics liés aux intrigues, rp flash ...-
Sauter vers: