Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Matthew •• There's a moment you know You're fucked
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMer 18 Nov - 17:51

 
   
Matthew "Mattie" Odair
(27 ans ● Américain ● Secouriste ●  ● Le Queens ● Bloody Heroes )


   
Généralement on le repère comme "le mec qui fait la gueule" ou "blasé" en permanence, et effectivement on ne peut pas dire que c'est la personne la plus souriante et la plus enjouée au monde. Il ne sourit pas souvent et il préfère rester seul que d'être mal accompagné... La solitude lui sied mieux que le reste, comme vous l'aurez donc compris ce n'est pas quelqu'un de spécialement sociable, mais il le vit bien ! Mattie est assez anxieux même s'il n'a pas tendance à le montrer, il se laisse bouffer de l'intérieur plutôt que de montrer quoique se soit, il a déjà fait un ulcère de stress. Plutôt grognon la plupart du temps, il n'en reste pas moins qu'il n'a pas un mauvais fond. Malgré ce que disent certaines mauvaises langue, il ne faut pas croire que s'il agit de la sorte c'est pour se donner un style bad-boy ou ce genre de bêtise car il n'en ait rien, il a juste un vrai caractère de merde...  Même dans son couple, il adoptait la même attitude. Des qualités, il en a quand même pas mal pour peu qu'on veuille bien apprendre à le connaître mais pour cela il faut s'armer de courage et de patience. Observateur et et discret, il sait facilement se fondre dans la masse et c'est ainsi qu'il peut apprendre plein de petites choses gênantes chez les uns et les autres, choses qu'il ressortira sans scrupule si jamais on le cherche un peu trop à son goût
SBeaucoup de gens ont souvent l'impression de l'emmerder vu qu'il soupir assez souvent, mais non c'est plus une manie qu'autre chose - Il lève également souvent les yeux au ciel – La première chose qu'il fait le matin est de prendre ses cachets – Sa moto est certainement le bien le plus cher qu'il possède – Il porte toujours un collier qui lui a été offert par son petit ami lorsqu'ils ont commencé à habiter ensemble -  Il tripote très souvent ses cheveux et lave ces derniers presque tous les jours histoire qu'ils ne paraissent pas trop graisseux – Il mâche souvent des chewing-gum – Il porte souvent une casquette lorsqu'il sort en soirée...


               

   
derrière l'écran
PSEUDO ● Ludies AGE ● + de 25 ansFILLE OU MEC ● F  PRESENCE 7/7 DE QUEL PAYS TU VIENS ● Pigfarts Tu nous connais d'où ? ● D'un autre compte =D SCENARIO OU INVENTE ● Inventé   AVATAR ● Jack FalaheeCRÉDIT ● gifs tumblr

   

   
   

   

Ancienne présa:
 

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageMer 18 Nov - 17:52

 
   


   
this is who you are

   
( in this story you are the hero )

Mattie est né il y a maintenant 27 ans, le 29 juillet 1988 il est le quatrième enfant de la  famille composée aujourd'hui de cinq enfants ( Gary 37 ans; Eliott 33 ans ;  Jess 29 ans et Stacy: 26 ans). C'est un garçon qui a eu une enfance qu'on pourrait qualifier de lambda dans la ville de New-York. Des revenus plus que moyens, c'était loin d'être tous les jours facile mais ils se débrouillaient comme ils pouvaient. Ils avaient toujours eu un toit sur la tête,  de quoi manger un minimum. C'était loin d'être la belle vie mais ils n'étaient pas malheureux pour autant, ils étaient unis, s'entraidaient. Les aînés aidaient les plus jeunes avec leurs devoirs,  Mattie et Stacy couvraient les autres quand ils voulaient faire le mur trouvant toujours une manière de les protéger... Chacun avait sa place, malgré leurs caractères tous très différents des uns des autres, aucun n'était mis de côté ou rejeté par les autres. Pour rien au monde, il changerait ça aujourd'hui, parce qu'il adorait sa famille et même si tout avait été loin d'être parfait, il avait vraiment été heureux.



13 ans, octobre 2001
Pourquoi est-ce que je suis ici ? demanda Mattie à la femme qui se tenait derrière le bureau. Cette dernière était son professeur principal et elle lui avait demandé de venir ici après les cours ce qu'il avait un peu de mal à comprendre. J'ai fait quelque chose de mal ? Il n'avait provoqué aucune dispute, aucune bagarre, il était pas un mauvais élève et n'avait pas eu de résultats catastrophiques dernièrement. Il n'y avait aucune raison qui fasse qu'il se retrouve coincé ici. Anxieux et angoissé, il se rongea nerveusement un ongle avant de laisser tomber sa main sur la table et de tenter de rester le plus impassible possible. Est-ce que tout va bien chez toi ? Il fronça légèrement les sourcils en se demandant où elle voulait en venir. Tu n'as pas l'air bien depuis la rentrée, tu es isolé et...Il ne put s'empêcher de lui couper la parole Et vous vous demandez si un de mes parents ou de mes aînés ne me frappe pas ou n'abuse pas de moi ? Non. Je préfère juste être seul, les autres sont tous stupides, des vulgaires moutons voulant toujours être au top de la mode. Je ne suis juste pas comme ça. Il se tut quelques instants avant de continuer Je vais bien, ce n'est pas parce que je n'aime pas sourire que j'ai un problème psychologique ou d'ordre affectif. J'ai des amis, peu nombreux certes, mais j'en ai. Je ne suis pas mauvaise élève, tout se passe bien chez moi, je ne fais pas non plus parti de ces élèves que l'on bizute ou maltraite. Ce n'était pas la première fois que l'on lui servait ce genre de discours "un gamin qui ne sourit pas c'est forcément qu'il a un problème", à croire qu'ils avaient tous peur de ce qu'il pouvait cacher, à croire qu'ils étaient paranos et qu'ils voyaient des enfants battus à tous les coins de rues, à moins qu'ils craignaient que dans quelques années il prenne une arme et tue tout le monde. Du  haut de ses 13 ans, il ne comprenait pas ces adultes, lorsqu'il avait ce genre de discussion, il avait toujours l'impression de faire quelque chose de mal ou d'être quelqu'un de mauvais parce qu'il n'entrait pas dans leur moule bien pré-conçu. Il préférait être dans son coin, observer les autres,  seul, sans qu'il n'y ait personne qui vienne l'embêter.


15 ans, décembre 2003
Il y avait ce type dans sa classe, un certain Keaton Richter. Il avait peut-être un ou deux ans de plus que lui, il était toujours seul, évité par la plupart des élèves comme s'il n'était qu'un pestiféré. Un garçon plutôt banal, qui paraissait plutôt timide et gentil. Il avait l'air de vouloir s'intégrer mais personne -ou presque- ne voulait de lui. C'était limite si les autres élèves de sa classe se battaient pour ne pas se retrouver à côté de lui en cours. Pourquoi tant de haine ? Tout simplement parce que ce garçon avait le SIDA. Les professeurs avaient eu beau dire qu'ils ne risquaient rien, la plupart préféraient rester éloigner. Peut-être que s'il avait était plus sociable, Matt serait allé lui parler, lui montrer qu'il n'avait rien contre lui... mais la vérité c'est qu'il n'en avait pas envie. Pendant des mois, il ne lui avait pas touché un mot, ou alors juste le strict minimum si ce Keaton lui posait une question. Jusqu'à ce jour de décembre où le camarade qui s’asseyait habituellement à côté de lui était absent...  bien entendu il avait fallu que ce jour-là tout le monde travaille en binôme et il fut placé avec Keaton. Dés que le professeur fut parti, quelques petits malins commencèrent à jacasser sur de nouveau duo Hey Odair, tu ne devrais pas rester trop longtemps avec lui, c'est contagieux son truc. avait pouffé un espèce de grand sportif totalement débile. Mattie s'était retourné et, comme si c'était la chose la plus normale au monde, lui avait répliqué Comparé à ta connerie, j'ai vite choisi avec qui je préfère rester. Il s'était tût quelques instants avant de reprendre Et si tu avais daigné ouvrir les livres de cours, tu saurais les modes de propagation, et, statistiquement, il risque plus que nous en restant en classe... On peut lui refiler nos microbes et avec une immunodéficience acquise c'est risqué. Cela aurait pu très mal tourner mais la professeur était revenue juste à temps pour que tout le monde se mette à travailler... sauf Keaton qui était en train de le dévisager comme pas possible Au lieu de me regarder comme un demeuré, tu ferais mieux de m'aider à avancer.  mais si quelques minutes auparavant le ton s'était voulu neutre, là il était beaucoup plus doux. C'était une remarque, un simple fait, sa façon plus ou moins habituelle de parler.



Matthew s'était finalement lié d'amitié avec ce Keaton, ils s'étaient rapprochés de plus en plus avant de finalement sortir ensemble pendant leur dernière année de lycée. A la fin de cette année scolaire, ils avaient donc décidé d'emménager ensemble. Étant  donné qu'ils avaient deux caractères très différents, ils choisirent de prendre un mini appartement avec deux chambres, comme s'ils vivaient comme des collocs, chacun avait  ainsi son espace. Si Keaton avait décidé de suivre des études littéraire par correspondance Mattie avait bien eu du mal à trouver sa voix mais il s'était finalement tourné vers le secourisme; C'était étrange lorsqu'on savait combien les gens pouvaient l’agaçaient, mais les aider était vraiment quelque chose qui le bottait.
La vérité était qu'ils n'étaient franchement pas bien assortis ensemble, ils étaient trop différents, ils n'étaient jamais sur la même longueur d'onde et s'agaçaient mutuellement. L'un était trop introverti et l'autre blagassait trop tout le temps... mais au final il y avait ce faible équilibre qui faisait qu'ils s'aimaient. Les disputes étaient nombreuses, presque perpétuelles mais c'était également leur mode de communication.


22 ans, septembre 2010.
Allez viens, ce soir on sort tous les deux mon Mattie. Avec un peu de chance je vais rencontrer l'homme de ma vie et au pire on se prendra une énorme cuite. Jess était venue le chercher après son travail, pas de Keaton ce soir, juste une soirée entre frère et sœur à se détendre. Elle était une des seules à arriver à le faire sourire -un peu-, elle était également une des seules avec qui il  aurait pu passer pour un chic type. Les personnes faisant parties de cette catégorie se comptaient généralement sur les doigts de ses mains. Il n'avait jamais été quelqu'un de foncièrement méchant mais il n'était pas un bisounours, il n'aimait pas spécialement être touché, et il avait sa façon bien à lui de dire les choses, suivant les jours,  son humeur c'était plus ou moins soft, mais une des personnes avec qui il se lâchait le plus était le pauvre Keaton. Non, il n'était pas vraiment quelqu'un de très fréquentable. Comment ça se passe au boulot mon poulet ? Il haussa les épaules, avant de soupirer légèrement Je me suis fais engueuler pour mon comportement cette semaine. Il sentait déjà le reproche arriver, alors il ne put s'empêcher de souffler Ce n'est pas de ma faute, mais ce pompier est franchement casse-couille. Un enfoiré c'est un enfoiré, je suis désolé mais je n'ai pas vraiment d'autres vocabulaire... et en plus il est con comme une pigne. Ce n'était pas la première fois ni la dernière fois qu'il s'était fait remarquer et même s'il essayait de se tempérer un minimum au boulot ce n'était pas toujours simple, malgré tout il restait quand même assez bien intégré.


25 ans, août 2013.
La nouvelle était tombée quelques semaines plus tôt, le SIDA s'était déclaré. Mattie avait pendant des heures et des heures de convaincre son petit ami d'aller chez le médecin pour un nouveau traitement, voir ce qu'il pouvait faire, mais  Keaton ne voulait rien entendre. Il ne voulait plus entendre parler des médicaments et surtout pas de chimiothérapie. Il s'était fait à l'idée qu'il allait mourir et ne voulait plus de traitement... Il voulait d'une belle mort quitte à se suicider (contradictoire ? oui ...). Il ne voulait pas souffrir et avoir tous ces traitements qui  ne feraient selon lui que retarder l'inévitable. Et si on se mariait ? L'autre avait sorti ça comme une bombe. Pardon ? Non !  Ça ne va pas la tête ! Le mariage c'est bien des conneries, et tu veux quoi ? Que je sois veuf avant trente ans ? Merci du cadeau.  Il était déjà exaspéré par la discussion Même si c'était ma dernière volonté ?! allez bon,  il n'y avait plus qu'à sortir le violon. J'ai dit non, c'est quoi que tu ne comprends pas là-dedans Keaton ? Toi ça te prend comme une envie de pisser et moi je devrais être tout joyeux parce que tu m'as demandé en mariage, enfin si on peut appeler ça une demande. Si tu veux un mec romantique tu t'es trompé d'adresse. Comme pour conclure le tout dans la joie et la bonne humeur,  il s'était levé pour aller s'enfermer dans sa chambre histoire de ne plus entendre les conneries de son petit ami. Certainement qu'il était encore et toujours trop dur, trop froid, mais il ne pouvait pas accepter cette nouvelle lubie.


25 ans, Fin Janvier 2014.
S'il ouvre encore une fois sa gueule je crois que je le bâillonne ou que je lui coupe la langue. J'ai l'impression d'entendre mon copain qui parle sans arrêt pour ne rien dire c'est infernal. Il devait être un des rares à la caserne où son homosexualité passait plutôt bien, sans qu'on se foute se gueule. Il y avait bien sûr quelques plaisanteries ci et là mais rien d'exceptionnel, au contraire ça avait toujours été bon enfant contrairement à ce que certains  pompiers -voire même secouristes- avaient pu vivre. Il n'expliquait pas bien cela, mais il se doutait que cela était étroitement lié à son caractère. Sérieusement, c'est pire qu'une bonne femme ce type, et pourtant celles que je connais ce sont de vraies pipelettes. Il continua d'observer ce nouveau: Turner, avant de finalement prendre ses jambes à son cou quand ce dernier sembla vouloir venir lui faire la causette. C'était un coup à ce qu'il ait envie de le secouer et de lui hurler de se la fermer, et ce n'était pas décent de faire ça à une nouvelle recrue, et en plus c'était un coup à risquer de provoquer une bagarre, de se prendre un blâme... Pour un Bleu abruti ce n'était vraiment pas la peine.


27 ans -ou presque- Mi-Juillet 2015
Qu'est-ce que tu as ? Pourquoi tu es en train de chouiner au téléphone ? soupira demanda doucement Matthew Kea, calme-toi je ne comprends rien à ce que tu racontes. Il  avait beau garder de ton calme, neutre  presque impassible, il n'en restait pas moins qu'intérieurement il se posait beaucoup de questions et qu'il était en train de paniquer. Son petit ami avait certes le don de faire souvent beaucoup d'histoire pour pas grand chose, aujourd'hui cela semblait différent. Il avait  réellement l'air au fond du gouffre. Il avait réussi à négocier avec sa partenaire pour partir immédiatement, de toute manière ils finissaient dans une dizaine de minutes alors autant se dépêcher ! De retour chez lui, il trouva l'autre garçon en train de pleurer toutes les larmes de son corps dans le canapé une feuille à la main. Il n'avait pas eu le temps de dire un mot que Kea avait repris la parole Je suis désolé Mattie, tellement désolé. C'est de ma faute.. C'est.. C'est ton test de dépistage. Pas besoin de regarder ce qu'il y avait écrit pour comprendre ce que ça signifiait et il avait l'impression de s'être pris une baignoire d'eau glacé dans la tête. Ce.. ce n'est pas forcément ta faute, je l'ai peut-être choppé au boulot, même si c'est peu probable c'est possible. arriva t-il simplement à dire. Il ne savait pas comment réagir, il était juste effondré mais il restait là, sans trop bouger, sans pleurer à juste se ronger un ongle nerveusement et à se passer de temps en temps une main dans les cheveux. Est-ce que pour une fois tu ne pourrais pas  avoir une réaction normale ? Je ne sais pas moi, hurle moi dessus, jette moi des assiettes dessus, pleure, claque la porte ne reste pas là sans rien faire ou sans rien dire. Bouger il en était bien incapable, il était juste totalement perdu. Chacun gère la douleur différemment mais là il avait conscience que cela ne devait avoir aucun sens. Beaucoup de personnes lui avaient déjà reproché d'être souvent comme un automate sans sentiment mais ce n'était pas le cas, il ne savait juste pas comment le montrer, il n'avait jamais su, et probablement qu'il n'apprendrait jamais. Il ne faut pas que ça se sache, surtout pas au boulot. N'en parle à personne Kea. Je prendrais rendez-vous dans la semaine... et... on verra bien. Il se battrait pour garder son métier. Il se battrait pour ne pas passer pour un pestiféré comme avait pu l'être son petit ami pendant des années. Il voulait se battre pour vivre... mais il y avait une personne, une seule qui devait être au courant. Sa coéquipière. S'il était blessé, s'il y avait un soucis, elle devait être au courant et c'était une manière comme une autre de se "confier".  Pour l'instant, il n'y aurait que tous les trois qui seraient au courant, il ne voulait pas inquiéter sa famille avant d'avoir plus d'informations même s'il savait pertinemment ce qui allait se dire. Maintenant il allait vivre dans la peur de contaminer quelqu'un et cette idée ne le réjouissait pas, mais même malgré son métier il y avait quand même peu de risque. Il suffirait qu'il porte des gants, qu'à chaque blessure il mette des pansements et tout irait certainement pour le mieux. Inconscient et égoïste ? Peut-être bien, mais il ne voulait pas faire comme Keaton, il refusait de se laisser bouffer par la maladie. Il ferait comme si n'avait rien changé, la seule différence serait les médicaments pour l'instant, il avait des années, des dizaines d'années peut-être même avant que le virus ne se déclare réellement. Il fallait être positif.
La semaine suivante fut particulièrement difficile pour l'un comme pour l'autre si Matt était en pleine phase du contre coup, Keaton était rongé par la culpabilité, jamais le plus jeune ne l'avait vu comme ça. Il avait beau essayer de lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pas, qu'il n'était peut-être même pas coupable, vu qu'ils avaient toujours fait TRÈS attention... L'autre ne voulait rien entendre et semblait prêt à craquer, à faire une connerie. Plus que jamais tout allait de travers entre eux.


   

   

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageMer 18 Nov - 18:13





Bienvenue à New York
Tu es désormais des nôtres!


Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

Pour essayer de trouver les liens qui te manquent et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé.

Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées. Si tu es flic, secouriste, pompier ou même brigand, tu devrais passer dans ce topic

Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!


N'OUBLIE PAS QUE TU AS UNE SEMAINE, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP


Bienvenue parmi nous, encore une fois







by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Matthew •• There's a moment you know You're fucked
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: You're a hero, now.-
Sauter vers: