Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Réunion Tupperware •• Lyla & Cinzia & Gethin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageJeu 19 Nov - 18:21





Réunion Tupperware
Le trio infernal

TicTac. C'était au moins la dixième fois en moins de trois minutes qu'il regardait sa montre attendant la fin de sa garde avec une impatiente non dissimulée. Il était un peu comme un cabri à sautiller un peu partout, à vadrouiller dans toute la caserne à chercher qui aider pour faire passer le temps. Aujourd'hui avait été une journée calme, beaucoup trop calme. Il n'avait pas réussi à s'occuper l'esprit que ce soit en lisant ou en jouant aux cartes.  Depuis le matin, il était focalisé sur une seule : sa soirée qui promettait d'être divine. En même temps avec Lyla et Cinzia ça ne pouvait être que génial ! Il se sentait un peu comme un gamin de cinq ans devant le sapin de noël un soir du 24 décembre: aussi insupportable et excité. Une vraie plaie pour les autres, et jamais à ce moment-là on aurait pu croire qu'il avait 26 ans passés !

L'heure de la délivrance avait sonné, et il s'était évaporé en quelques instants de la caserne après avoir une excellente soirée à tout le monde. Il était pressé certes, mais il n'oubliait pas la politesse ! Il était rapidement arrivé à son appartement et fut assez surpris de trouver sa colocataire - qui était également une collègue secouriste- toujours présente. Il haussa un sourcil T'étais pas censée partir ce soir ? Bosser ou faire je sais pas quoi pour que j'ai l'appart pour moi tout seul ? Enfin lui et ses amies... Sans réellement sa réponse, trouvant que le message était assez clair, il se mit de suite à la cuisine afin de faire les petits gâteaux qu'il avait promis aux filles. Ne sachant pas trop si elles allaient avoir faim ou  pas, et étant plutôt généreux de nature, il était plutôt du genre à faire trois tonnes de bouffe pour quelques pelés. Pour lui, il valait mieux qu'il y en ait trop que pas assez. Adrianna le regarda faire tout en mâchant son chewing-gum et lorsqu'elle voulut mettre son doigt dans la pâte à cookies, il lui frappa la main avec la cuillère en bois qu'il tenait à la main tout en lui lançant un regard noir. Il ne se rendait même pas compte à quel point il devait frôler le ridicule, entre son comportement et le tablier de cuisine bariolé qu'il portait... Sa colocataire avait bien du mal à retenir un fou rire. Je vais bosser Turner ! Bonne soirée tupperware ! ricana t-elle avant de lui déposer un bisou sur la joue Je crois que tu m'étonneras toujours ! Je regrette de rater ça, je suis certaine que je t'aurais fait une superbe réputation à la caserne ! Ne voulant pas qu'elle s’incruste inutilement, et de peur de gâcher la soirée, la réunion si elle était-là, il ne lui avait pas dit ce qui allait se passer... mais elle avait dû surprendre quelques bribes de conversations à un moment donné.

Il était dix-neuf heures passées, lorsqu'il eut enfin finit de faire à manger et le ménage histoire que l'appartement soit impeccable pour recevoir ses invités. Monsieur était parfois un peu maniaque sur les bords, alors il était hors de question que ses amies viennent s'il y avait encore des choses qui traînaient ou de la poussière sur les meubles par exemple. Il n'eut même pas le temps de se changer ou de poser son derrière sur le canapé du salon que quelqu'un sonna à la porte. Merde, merde, merde déjà ?! Rien n'était prêt ! RIEN N'ETAIT PRÊT ! L'alerte au rouge sonnait dans sa cervelle et il eut quelques instants de panique avant de respirer un bon coup pour se calmer, se rassurer sur l'étendu des dégâts: "rien" n'était pas forcément le mot approprié, disons plutôt qu'il ne restait plus qu'une jolie présentation des petits gâteaux dans de jolies assiettes... mais sinon le reste était bon. Un peu trop perfectionniste, cela ne lui plaisait guère de ne pas pouvoir finir ce qu'il avait prévu. Il pesta contre sa lenteur avant de claironner joyeusement avec une voix comparable à de la crécelle J'arrivvvee !! . Tant pis pour les formes, elles le prendraient comme il était ! S'essuyant les mains sur son jean d'un geste tout sauf glamour, il alla ouvrir la porte. Entrez, entrez les filles ! Il leur déposa à chacune un gros bisou sur la joue avant de tendre ses bras pour qu'elles puissent lui donner leur manteaux et autres affaires qui ne leurs serviraient pas pour la soirée. Vous allez bien ?! Il se tut quelques instants avant de continuer Ne faites pas attention si vous sentez une légère odeur de cramé, des petits fours ont un peu trop cuit, mais j'ai tout trié soigneusement, promis, tout sera mangeable ! Foi de Turner ! Expression fort étrange dans la bouche du jeune homme, mais Lyla et Cinzia devaient avoir l'habitude. Faites comme chez vous ! Vous voulez manger ou boire quelque chose ? Il se passa une main dans les cheveux, un peu gêné en leur désignant tous les amuses bouches qu'il avait disposé sur la table... et qui se trouver toujours dans les plats de cuissons ou sur du papier sulfurisé J'ai pas eu le temps de finir, je suis vraiment, vraiment, confus, navré, désolé. Te taire Turner, serait également une bonne option, histoire que les jeunes femmes puissent ouvrir un minimum la bouche. Vous n'imaginez même pas à quel point il me tardait que vous arriviez ! Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher son manque enthousiasme !





by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageSam 21 Nov - 23:23





Shut up and let me go !
Le trio infernal

Je ratais beaucoup d’occasions de me divertir à cause de mon statut et de la surveillance qu’il impliquait. Mentir tous les week-ends aurait été une mauvaise idée et je veillais à ne jamais abuser par souci de discrétion. Alors, quand on m’invitait à une soirée entre amis, une de celle pour laquelle tricher n’est pas requis, je la saisissais à pleines mains, sans chercher à savoir ce qu’on attendait exactement de moi. Je ne me méfiais pas non plus tandis qu'elles émanaient de Gethin. Il était la bonté incarnée. Lui et moi nous connaissions depuis si longtemps que je n’étais même plus sûre de me souvenir des conditions de notre rencontre. Notre amitié était tellement solide que mon exil au Canada l’entacha peu, principalement grâce aux réseaux sociaux. Je ne débordais d’affection d’estime pour lui, plus encore depuis qu’il avait mis Lyla sur ma route. Elle et moi étions devenues inséparables. A ses côtés, je ne me sentais plus en décalage avec ma génération. Elle me comprenait, ne jugeait pas mes mensonges et y participait tant qu’elle était certaine que je ne filerais pas un mauvais coton. Ma maison était la sienne et l’inverse était plus vrai que jamais. Ma confiance en elle était infinie. Aussi, me rendis-je les yeux fermés chez notre hôte. Ma seule réticence, c’était le programme annoncé sous le ton de la boutade et que je n’avais d’ailleurs pas entendu. Une réunion Tupperware n’avait pas grand sens à notre âge. Je n’avais que faire de ces petites boîtes en plastiques. Quant à l’idée qu’il puisse cuisiner lui-même pour nous accueillir au mieux n’était pas beaucoup plus rassurante. Il n'était pas doué derrière les fourneaux, mais l’essentiel ne résidait pas là. La perspective de rires entre copines – exception faite de Gethin – m’animait d’un enthousiasme que je manifestai à l’instant même où il ouvrit la porte. Lyla lui sauta au cou pendant que j’ôtais ma veste. Elle rejoignit celle de notre amie commune et dès qu’il fût libéré de l’étreinte affectueuse de la Mexicaine, j’embrassai la joue du maître de cérémonie avant de serrer son menton entre mes doigts. « Oui, tu as plutôt bonne mine. Ta coloc ne t’a pas encore rendu fou au point d’être incapable de dormir la nuit. Bonne chose. Comment tu vas mon chou ? Tu tiens la forme ? » J’approchais déjà de la cuisine, curieuse de découvrir si ses expériences culinaires étaient réussies – pour changer - quand une odeur de brûlé me piqua les yeux. Je n’étais visiblement pas la seule, car Lyla l’envoya au salon, qu’il prépare sa réunion au mieux, et je me demandais quel épisode je ratai en entendant parler de lionne. Sérieusement, il y avait plus palpitant que des boîtes en plastique. Soit, j’y penserais le moment venu. Les fourneaux nous attendaient. « Je n’ai jamais osé non plus, mais parfois, je me demande si on lui rendrait pas service en se montrant honnête avec lui » glissais-je à voix basse pour que nul ne perçoive cette badine constatation. Je n’aurais pas voulu qu’il se vexe pour une simple plaisanterie. « La dernière fois que je suis venue, il s’était mis en tête de me préparer un tiramisu. J’étais ravie, tu sais comme j’adore ça. Il a juste pas compris que ça se passait pas au four… Il a réussi à cramer le mascarpone, c’était immangeable. » Je lui en devais un d’ailleurs, mais ce serait pour une prochaine fois. « Dis-moi mon chou, tu essayais de nous préparer quoi exactement ? Parce que là…. là…. C’est encore pis que d’habitude. » le taquinais-je de la cuisine en jetant vers ma complice un regard entendu. Dans l’absolu, c’était surtout une façon d’éviter le sujet qui me tracassait et qui m’éteignait un peu. Ce ne fut pas vraiment suffisant. « Je vais bien. Je suis juste fatiguée d’avoir à mentir tout le temps. Là, ça va… mais, j’ai toujours cette veste dans ma voiture qu’il faut absolument que je rende, et je n’ai toujours pas trouvé comment je vais m’y prendre discrètement. Des fois, je me dis que Gethin a de la chance d’avoir son appartement avec une colocataire complètement folle, mais avec qui il s’entend bien. » Je soupirai en remplissant un plat de chips et un autre d’olives vertes – mon péché mignon - avant d’estimer que l’heure n’était pas aux lamentations. « Mais, ce n’est pas important… » ça l’était si peu que Gethin apparut pour nous convier au salon, que les réjouissances commencent.

Et quelles réjouissances. Ce qui s’étalait sous mes yeux ressemblait à tout sauf à boîtes en plastique pour stocker les restants de bouffe de la veille. C’était tout aussi coloré, mais l’utilité m’échappait. J’aurais bien posé quelques questions, mais je semblais être la seule à ne pas saisir tous les tenants et aboutissants. Je ne pouvais que deviner grâce aux remarques des filles. « Est-ce que c’est ce que je crois ? » m’enquis-je en pointant du doigt l’objet des débats, ce qui me valut de piquer un fard quand tous les regards se tournèrent vers moi. J’ignorais s’il s’y cachait de la pitié ou de l’amusement et comme je n’étais pas certaine d’avoir envie de le savoir, je m’enfonçai dans mon siège en chuchotant  à l’adresse unique de Lyla et de Gethin qui, après l’avoir confié à une Maria l’air véritablement intéressé qu’elle l’observe de plus près, nous avaient rejoints, visiblement touchés par mon malaise soudain. « Non, mais sérieusement, un truc comme ça, ça ne peut pas rentrer, c’est impossible. Tu as pas des trucs qui vont me faire tellement flipper que ça va gâcher ma première fois et donc, toute ma vie sexuelle ? Je ne sais pas moi. Le genre de trucs que tu verras jamais dans un film porno par exemple… » Du moins, je supposais.




by SerialWords.





_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageDim 22 Nov - 18:57





Réunion Tupperware
Le trio infernal

Mais non, mais non !! Elle est adorable la petite Adrianna. Enfin le plus souvent ! Je l'aime bien, même si elle a un foutu caractère de merde ! Il haussa les épaules avant de continuer Elle me rend juste chèvre quand elle fait parfois sa petite princesse pour m'amadouer, mais je n'ai pas grand chose d'autre à lui reprocher... sauf peut-être qu'elle est plus bordélique que moi, mais je suis aussi un peu maniaque par moment. Tout le temps même, mais il trouvait que la pilule passait mieux comme cela. Après s'être assuré que personne n'avait besoin de rien il partit en direction de sa chambre où il avait soigneusement planqué tout le matos. Il ne voulait pas de Bell tombe dessus, ou pire, Aiden. Il n’imaginait même pas la tête de l'autre garçon et les vannes qu'il se prendrait si jamais Goodwin trouvait les sextoys. Des fois il aimait se dire qu'il devrait peut-être lui en parler juste pour voir sa tête, sa réaction. Après tout Aiden était certainement plus ouvert d'esprit qu'il ne le pensait, c'était même sûr. Le seul soucis avec son "petit ami" c'est qu'il avait tendance à le charrier un peu trop à son goût et Turner n'avait franchement pas envie de tendre le bâton pour se faire battre. La voix de Cinzia lui parvint soudain, il fronça les sourcils un peu étonné de la question, et tout en s'affairant à sortir le carton de son placard, il commença à répondre: C'était censé être des sortes de feuilletés au... attends je sais plus... fenouil ou céleri je crois. Ça avait l'air chouette sur le papier... Il se tut quelques instants et continua mon monologue, parlant assez fort pour que les filles se trouvant à la cuisine l'entendent. Goûte ce que cuisine Aiden, et je suis certaine que tu seras totalement amoureuse de ce que je fais ! ricana t-il, loin de prendre mal cette remarque. Il savait qu'il était loin d'être un cordon bleu mais il faisait de son mieux. Et puis comme on dit c'est l'intention qui compte non ? J'y ai mis tout mon cœur ! La poubelle n'a pas bougé de place au besoin ! Mieux valait en rire qu'en pleurer et si elles jugeaient que ce qu'il avait préparé était bon pour partir à la poubelle et bien soit, ce n'était pas bien grave, ils s'amuseraient quand même tout autant ! Il avait toujours eu du mal à comprendre les gens susceptibles, parce que lui-même était doté d'un assez grand sens d'auto-dérision, et il trouvait que l'on ne vivait que mieux comme ça plutôt que de se prendre la tête sur chaque parole du quotidien qui pouvait prêter à confusion !

Son principal soucis à présent c'est que son carton s'était un peu coincé et il galérait comme un abruti pour le sortir. Quelques instants après, il avait enfin réussi à sortir ce foutu truc du placard et il le porta dans la pièce à côté où était déjà regroupées les filles. Il exhiba sa plus grande  -et merveilleuse- trouvaille sans se rendre compte que cela pouvait par exemple être gênant pour Cinzia. Il avait tendance à oublier qu'elle était plus prude qu'eux et lorsqu'il se rendit compte de sa bourde c'était trop tard. Son éternel sourire quitta pendant quelques instants son visage et il la regarda gêné de sa maladresse. Avant de se racler la gorge et de faire comme si de rien n'était histoire que tout l'attention ne soit pas focalisée sur la jeune femme Mais bien Lyla, je vais avoir l'objet de ton bonheur... lui dit-il avec un grand sourire avant de fouiller dans son carton et de tendre le sextoys "captain américa" à la principale intéressée. Il donna l'autre à une autre de ses amies avant de rejoindre rapidement l'italienne après s'être assuré que tout le monde était bien occupé à papoter -et donc qu'elles ne feraient pas attention à eux-. Il s'installa  face à ses deux meilleurs amies avant de se passer une main dans les cheveux, l'air un peu penaud. Désolé. Je ne voulais pas te mettre dans l'embarras. Autant être franc. Il retint tout juste un sourire amusé aux nouvelles paroles de la plus jeune, puis il secoua un peu la tête avant de souffler aux deux principales intéressées T’inquiètes pas, la première fois de toute façon c'est jamais terrible, c'est comme tout, il faut de l'expérience pour que ça devienne intéressant. Il ne se rendait absolument pas compte à quel point il était peut-être en train de l'enfoncer en pensant bien faire Il ne faut pas te bloquer sur ça, tu verras ça passe crème ! Et puis tu sais si tu peux sortir un bébé de là... tu peux faire entrer quelque chose qui est plus gros qu'une énorme courgette. Il se passa une main dans ses cheveux tentant toujours de trouver des mots réconfortants N'est-ce pas Lyla ? Il se racla de nouveau la gorge, recommencer de suite n'était pas forcément la meilleure chose à faire. S'adressant aux autres jeunes femmes N'hésitez pas à fouiller dans le carton, il y en a plein de  différents aussi bien sur les couleurs que les tailles. Il fronça les sourcils et glissa à ses deux amies pour tenter de détendre l'atmosphère qu'il trouvait un peu pesante Si Aiden apprend ça, je crois qu'il ne s'en remettra jamais tellement il rira... et si Adrianna l'apprend, je crois que c'est moi qui ne m'en remettrait pas. Je vous dis pas comment l'information circulerait à la caserne ! Ça me promettrait des jours heureux ! L'angoisse oui. Déjà que son homosexualité/bisexualité n'était pas forcément bien vu de tous, si en plus certains apprenaient son petit "trafic"  ça n’améliorerait en rien sa réputation. Mais je crois que je pourrais en déposer un dans le casier d'Odair, ça lui ferait peut-être du bien.  Il se tut quelques instants avant de reprendre immédiatement la parole On boit un verre ou deux ? Vous voulez quoi ? Il sourit à Cinzia avant de lui souffler T'inquiètes pas la soirée va bien se passer ! On va se boire quelques coups et tout ira mieux après ! Et rappelles-toi tu déchires, tu t'en fous de ce que pense les autres parce que tu es sublime et géniale ! Il espérait ainsi arranger les choses, remonter un peu l'estime qu'avait Cinzia d'elle à ce moment-là et se tournant vers Lyla il rajouta Toi aussi d'ailleurs. Et sur ces mots, il leva enfin ses fesses rapporta trois verres et une bouteille d'alcool ramenée certainement par Canjura. C'est quoi exactement ? C'est fort ? Dés qu'il serait certain que la Sicilienne allait mieux, il reprendrait la petite réunion mais pas avant, son amie était bien plus importante que quelques ventes stupides.





by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageDim 22 Nov - 22:20





Réunion Tupperware
Le trio infernal

« On lui dira quand ça deviendra dramatique, pour le moment, je ne pense pas qu’il soit prêt pour ça. » glissai-je à Cinzia. Ce n’était pas un manque de courage de ma part mais je détestais faire de la peine à mes amis et je savais combien Gethin était fier de ce qu’il cuisinait et de recevoir ses amis qu’il tentait de gâter avec des petits plats que même un chien affamé n’aurait pas voulu. C’était l’intention qui comptait, non ? Je passai mon bras autour du cou de la sicilienne. « Laisse mon frère rapporter cette veste et laisse-moi voir ce que je peux faire pour qu’on te lâche un peu la bride, je ne te promets pas une solution miracle mais on va essayer de faire au mieux. » J’espérais pouvoir trouver une manière ou une autre de lui permettre de sortir et peut-être même de voir quelqu’un et avec un peu de chance, ce quelqu’un serait mon frère Muñez. Je les voyais bien, tous les deux, la complicité qui les unissait et que j’adorerais voir se développer en une sorte d’amour.  Je ne voyais pas meilleure prétendante que Cinzia pour faire oublier à mon frère sa connasse d’ex-femme mais visiblement, j’étais la seule à envisager cette éventualité. Mais je ne perdais pas espoir et je comptais bien provoquer la chose. « Bien sûr que tu y as mis tout ton cœur, Gethou, c’est pour ça qu’on adore venir ici. » Je déposai un baiser bruyant sur la joue de notre hôte et de mon amie et nous finîmes par rejoindre la petite assemblée dans le salon pour la démonstration. Je ne m’attendais pas à ce que tout commence de la sorte et j’eus un mal fou à ne pas avoir tout un tas d’images mentales dégueulasses dans mon petit cerveau qui n’avait déjà pas besoin de ça pour fonctionner à plein régime. C’était l’un des nombreux inconvénients de la vie de célibataire, je devais me contenter de mes fantasmes et de ce genre d’objets pour satisfaire mes besoins de femme et d’être humain. Can e remplaçait pas la tendresse et tous les bons côtés d’une relation mais ça m’évitait de replonger tête la première dans une relation à sens unique. Je n’étais pas prête à m’exposer à nouveau à de tels risques et ma foi m’empêchait de prendre l’autre voie qui consistait à m’envoyer le premier venu pour assouvir mes besoins les plus primaires. J’avais succombé à la tentation une fois et mon futur mari avait pris la poudre d’escampette avant les noces, si je péchais à nouveau, aucun doute que ça se reproduirait et je n’aurais plus que yeux pour pleurer. Je ne voulais pas être la vieille salope de service, celle qui avait profité de la vie mais qui n’avait jamais été capable de trouver la stabilité.

Heureusement pour moi, le Captain America était bien moins effrayant que son acolyte et je m’en saisis pour l’observer sous toutes les coutures, le montrant à Cinzia pour qu’elle puisse se faire sa propre idée. « Ça, ça a plus de chances de rentrer sans te refaire complètement les fondations. » Ma réplique déclencha l’hilarité et je ne pus m’empêcher d’éclater de rire également. « T’en fais pas pour ta première fois, tu commences à utiliser des trucs pareils qu’après de nombreuses années de mariage, pas vrai Maria ! » « Je te ferais remarquer que j’utilise ça avec lui et que ça l’amuse beaucoup ! D’ailleurs, je serais vous, je commencerais à investir aussi dans des déguisements, parce qu’il faut entretenir la flamme et qu’à un moment donné, t’as beau être aussi souple qu’une gymnaste, ça ne devient plu suffisant. » Les femmes mariées de l’assistance acquiescèrent comme si elles étaient convaincues par le prêche de leur sœur, du moins pour celles qui avaient plus de 5 ans de mariage. « Comment ça n’est-ce pas Lyla ? » Tous les regards étaient braqués sur moi et je jetai un regard assassin à un Gethin qui risquait de se faire assommer par un godmichet d’une minute à l’autre. « J’en sais rien moi, j’ai jamais connu qu’un seul homme, sans autre point de comparaison, je peux seulement te dire qu’il aurait certainement eu quelques trucs à apprendre à Captain America mais que celle de Hulk aurait probablement fait tomber la sienne. » Fou rire général qui ne me gagne pas, cette fois. Le souvenir de Ruben ne m’amusait jamais beaucoup et encore moins quand il était question de ces beaux moments que nous avions eu tous les deux, je me sentais toujours comme une pauvre désespérée qui ne parvenait pas à tourner la page. Je me levai de ma chaise pour piocher quelques trucs et les ramener à Cinzia. « Tu risques moins avec ça, c’est pour stimuler et pas pénétrer. » expliquai-je avec un sourire. « Ne me regarde pas comme ça, parfois, il arrive qu’un homme ne soit pas suffisant ou pas assez doué. Y a des femmes qui n’ont jamais eu d’orgasmes grâce à un homme. » Je me gardai bien de dire que j’en faisais partie. Apprendre à satisfaire un homme était une chose mais il n’avait jamais vraiment pris la peine de s’occuper correctement de moi, je ne m’étais sentie lésée qu’en fréquentant quelques gars durant mon engagement militaire. Mais personne n’avait besoin de le savoir, peut-être qu’un jour, je me perdrais en détails avec Cinzia mais il n’y avait qu’elle qui était digne de ma confiance à ce sujet. « Personne ne saura rien Gethin et personne ne te dira rien ou je leur pèterais les jambes. » Tentai-je de le rassurer en collant un objet dans les mains de la sicilienne. Je me levai, me servit un verre que je vidai cul sec et en pris un autre puis un autre. « Téquila, amigo, la boisson de notre pays. » Mon sourire était vide de toute émotion.  Moi qui étais là pour passer une bonne soirée, je me prenais à repenser à mon ex et on ne pouvait pas dire que c’était agréable. Les filles reprirent le cours de leur discussion et de leurs blagues mais je m’en sentais exclue. Je me roulai mon joint et je m’installai dans la cuisine pour le fumer tranquillement et ruminer en paix.





by SerialWords.





_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageMar 24 Nov - 13:37





Shut up and let me go !
Le trio infernal

En quittant la cuisine les bras chargés d’un plateau, je venais tout juste d’enfourner un petit four au chèvre que je n’arrivai pas à ingurgiter sans encombre. Outre cet arrière-goût de brûlé auquel on finissait par habituer, je l’avalai surtout de travers en découvrant le contenu de la boîte à malice de Gethin. Même Lyla et son expérience réduite semblaient réclamer un gabarit moins impressionnant que celui-là. La différence entre elle et moi, c’était qu’elle l’avait exprimé avec une pointe d’humour que j’aurais aimé prédominante dans mon exclamation. Elle était tellement spontanée qu’elle s’interpréta comme de la détresse, ce que je pouvais parfaitement entendre. Il y en avait, c’était évident. C’était d’autant plus vrai que j’étais convaincue, en arrivant ici, qu’on me présenterait un gadget à la mode bien plus utile dans une cuisine que dans une chambre ou dans une salle de bain. Il n’en restait pas moins que j’étais curieuse et certainement pas la dernière à pousser mes copines à quelques confidences coquines, qu’elles assouvissent ma curiosité de détails qui m’échappaient complètement. Autant dire que la réaction de Gethin, à défaut de me surprendre vraiment – c’était un ami attentif – me mit bien plus dans l’embarras vis-à-vis des filles observant l’objet comme s’il s’agissait de la clé du paradis que ma remarque bien rapidement oubliée. Je ne savais plus où me mettre et j’étais plus que jamais ravie qu’il ait pris la peine de les occuper avant de me servir le discours le plus flippant du monde. Je n’étais pas à l’aise avec cette idée de première fois. J’essayais d’y penser le moins souvent possible. Néanmoins, ça ne m’avait jamais empêché de dormir sur mes deux oreilles. « C’est pas grave, Gethin. Arrête.. C’est juste que j’ai cru à ton histoire de Tupperware. L’espace d’un instant, je me suis dit que tu me proposais un porte essuie-tout ou une connerie du genre. »  ricanais-je pour l’aider à se détendre, que je puisse y parvenir moi aussi alors qu’il ajoutait en gravité à vouloir me rassurer. « Putain, vous m’aidez pas là. J’ai l’air inquiète, mais je le suis pas tant que ça. Vous êtes en train de faire un truc normal, un événement presque solennel. J’ai l’impression d’en discuter avec Gaby. Non. Je suis tout à fait à l’aise, je vous assure. »

En réalité, leur attitude était la conséquence de la mienne. J’étais anxieuse, comme toutes les filles dans mon cas et j’avais l’impression que le temps n’arrangerait pas les choses. Au moins étais-je certaine que Lyla me comprenait à la perfection. Elle n’était pas dénuée de toute expérience, mais elle partageait mon point de vue pour en avoir vécu les conséquences. Être abandonnée peu avant son mariage est une épreuve terrible, mais elle peut devenir désastreuse quand on a le sentiment d’avoir été prise pour une imbécile. Dieu me garde. Je n’avais jamais eu la malchance de croiser la route de pareils salauds. Elle n’en parlait pas ouvertement, mais cette allusion à sa propre expérience en disait long sur ce qu’elle ressentait au moment où nous parlions. Elle me poussa à lever vers elle un regard inquiet qui, contrairement à ce qu’elle pensait, n’avait strictement rien à voir avec l’objet qu’elle me tendait. « Dis-moi, l’ami, je rêve où tu t’en fais de ce que pourrait penser les autres de toi alors que tu viens de me conseiller de ne pas m’en tracasser ? Tu préfères le rôle de l’hôpital ou de la charité. » lâchais-je alors pour taquiner Gethin et éviter de mettre Lyla mal à l’aise de mon œillade insistante. « Allez, va nous chercher un verre, tu veux bien ? Je vais en avoir besoin pour ne plus me souvenir de toutes les images que vous allez me foutre dans le crâne et qui vont me donner envie de partir en quête du mari idéal. » Je n’eus pas à le répéter qu’il s’en alla jusqu’à la cuisine chercher des verres. Sur le chemin, il en profita pour s’intéresser à ses autres convives, bon hôte qu’il était, et moi, je confiai à Lyla des commentaires sur la figurine rose fluo qu’elle me colla entre les mains. « Lyla, ce petit canard en plastique est vraiment très mignon, mais tu ne veux pas m’expliquer en quoi il peut stimuler qui que ce soit ? Non mais parce que je suis doucement en train de réaliser que je suis vraiment à côté de mes pompes et j’aimerais autant éviter de devenir la tête de turc de la soirée. » Dans l’absolu, je n’en avais que faire. J’avais reconnu dans le fond de ses yeux cette lueur d’affliction qui y brillait à chaque fois qu’elle pensait à Ruben. J’essayais de la forcer à penser à autre chose en me montrant plus innocente que je ne l’étais vraiment. Il était grand temps que Gethin revienne avec un peu d’alcool. Au moins, me sentirais-je un peu moins coupable d’avoir plombé la soirée.

Par chance, il ne tarda plus et tandis que Lyla se servait un premier verre qu’elle avala d’une traite sans se plier au rituel du sel et du citron, je m’autorisai une petite blague de mauvais goût à l’encontre du pompier. Qui n’avait jamais bu un verre de Tequila ? Qui ? Vivait-il dans une grotte ? « Tu n’as jamais bu de Tequila ? Non ? J’y crois pas. » Je lui administrai une immense claque dans le dos en lui expliquant les modalités pour rendre honneur à la boisson du diable. « Ne t’inquiète pas, chaton. La première fois, c’est jamais terrible, mais plus tu en boiras, plus tu aimeras. Tu vas voir, ça va passer crème. » A ces mots, nous accompagnâmes la secouriste dans ses tentatives pour oublier et si Gethin fut forcer de terminer sa petite démonstration, je suivis Lyla jusqu’à la cuisine quelques minutes après avoir constaté son absence. Elle ne s’était pas isolée pour rien et si je respectai son besoin de solitude au mieux, je finis par m’en inquiéter. « Hey…ça ne va pas ? » lui soufflais-je en m’installant à côté d’elle, persuadée qu’elle ne s’étendrait pas. Ruben était un sujet presque tabou. Je veillais à en parler le moins possible, mais il me sembla que c’était plus que nécessaire. « Il faut que tu fasses quelque chose, ma puce. Il te faudrait un pansement. Il ne mérite pas que tu te morfondes. » M’appesantir sur le sujet n’étant pas une bonne idée, je passai rapidement à autre chose, d’autant que je ne connaissais parfaitement la réponse qu’elle me réserverait. « Tu sais quoi ? Après cette démonstration, on devrait sortir. Ça va nous faire du bien à tous. Je suis tellement désolée d’avoir réveillé de telles choses en toi. Je vais appeler mon frère tout de suite pour le prévenir, qu’il n’ait pas l’impression que j’ai essayé de l’embobiner. » Je sortis mon téléphone de ma poche et Gethin apparut avant que je n’aie le temps d’appeler. « Tu tombes bien. J’étais en train de lui proposer d’aller boire un verre ou d’aller danser quand tu t’en seras mis plein les poches. Ça te tente ? Tu pourrais peut-être inviter Aiden d’ailleurs. En ce qui me concerne, ça me ferait grave plaisir de le rencontrer. » J’en entendais parler depuis tellement longtemps que j’avais le sentiment qu’il faisait déjà partie de ma vie, sauf que j’aurais été incapable de le reconnaître en rue si je le croisais par hasard. « D’ailleurs, en parlant de tes poches pleines, je crois que je vais le prendre ce canard. » ajoutais-je en constatant que je l’avais toujours dans les mains. « Je ne sais pas si je l’utiliserai, mais il est vraiment craquant… Vous ne trouvez pas ? » Je l’exhibai comme un trophée en regrettant mon soudain manque d’esprit, celui qui m’empêchait de trouver le mot juste pour dérider mon amie





by SerialWords.





_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageMar 24 Nov - 21:12





Réunion Tupperware
Le trio infernal

Il eut un petit rire à la réplique de Lyla et souffla Bon, d'un côté heureusement pour moi, que vous ne venez pas ici juste pour mes plats mais plutôt pour ma personne. C'est toujours plus agréable et flatteur. Des gens qui utilisaient un peu trop sa gentillesse pour qu'il leur rende des services, il y en avait beaucoup, alors savoir qu'il était juste réellement apprécié pour ce qu'il était, et non pas parce qu'il était un pigeon parfait, ça faisait toujours du bien  au moral et à l'estime. Mais allez vous installer, j'arrive dans deux petites minutes ! Il leur dédia son sourire  le plus radieux  et ne tarda pas à rejoindre le groupe d'amies pour commencer la petite démonstration... qui vira assez court lorsque Turner se rendit compte qu'il avait mis les pieds dans le plat qu'une façon assez spectaculaire ! Il avait réussi, en contre partie, réussi à attirer l'attention des nanas avec le god Hulk histoire de rejoindre ses deux amis, pour tenter de réconforter la Sicilienne. Il préféra d'ailleurs ne pas répliquer ni à la remarque de Lyla ni à celle de Maria sur les déguisements sinon il risquait encore de partir loin et de gêner une ou deux personnes ! Mieux valait qu'il se tienne à carreaux, qu'il tourne la langue sept fois dans sa bouche et tout irait, certainement, pour le mieux ! Du moins il fallait l'espérer ! Il tenta de s'enlever de son esprit toutes les images salaces qui pouvaient bien s'y ancrer pour réconforter au mieux son amie... Malheureusement pour lui il s'y pris comme un manche à balais. Boh', en même temps c'est pas parce que c'est plus gros que c'est meilleur. ajouta t-il finalement en haussant les épaules. Et lorsque Lyla ajouta sur le fait que parfois un homme n'était pas suffisamment doué et que certaines femmes n'avaient jamais eu d'orgasmes. Il fit une légère grimace. Je crois qu'il vaut mieux que je m'abstienne de répondre à ça... mais au moins avec Aiden de ce côté tout roule. Quant aux femmes qu'il avait connues... personne ne s'était jamais plaint mais il savait pertinemment que cela ne voulait absolument rien dire. Il se tourna ensuite vers Cinzia pour lui faire un faible sourire Ouais... C'est ce que j'ai dit à Adrianna aussi.... mais bon, tu voulais que j'appelle ça comment pour que ça ne fasse pas trop racoleur ?  J'aime bien ce surnom de soirée tupperware, j'le trouve cool !

Et de là, sans trop savoir comment, Il en était arriver à parler de son inquiétude que quelqu'un à la caserne apprenne ce qu'il faisait ce soir. Ca serait mauvais pour lui, la réponse de Canjura le fit légèrement sourire, il voyait déjà la secouriste se battre avec  une des armoires à glace homophobe... Ce n'est pas la peine que tu risques de te blesser à cause de moi. Au pire.. Je les laisserai dire, c'est pas dramatique non plus, juste un peu lourd à la longue. Il soupira longuement avant de dédier à la Sicilienne son sourire le plus innocent. Il savait pertinemment que c'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité. Elle raison, totalement raison même, mais il ne voulait pas démordre de son idée. Je t'aurais bien dis "honneur aux dames", mais je choisis lâchement la charité ! tenta de plaisanter avant de reprendre un peu plus sérieusement Ce n'est pas forcément la même chose. Je veux dire... heu... Tu es belle, charismatique, tu trouveras vite chaussure à son pied et cette "question" ne se posera même plus. Tandis que je commence légèrement à en avoir marre de certaines remarques ou blagues débiles. ce n'était pas la meilleure argumentation du siècle et il essayait vraiment de faire de son mieux pour dédramatiser la situation pour son amie mais il avait un peu de mal. Ouais t'as raison, j'vais chercher à boire, au moins avec un liquide dans la gueule, ça m'évitera de dire moins de conneries à la minute. Raclement de gorge au moment où il se rendit compte que certaines personnes pourraient peut-être y voir un sous-entendu graveleux. Il hésita mais choisi de ne pas se reprendre, avec un peu de chance personne n'avait rien remarqué. Il profita de ce petit "voyage" à la cuisine pour relancer un sujet ou deux aux autres jeunes femmes, histoire qu'elles ne se sentent pas lésées -qu'il puisse vendre quelques trucs pour arrondir ses fins de mois- et il repartit vers ses amies... avec un air un peu stupide car il n'arrivait pas à déterminer ce qu'était cette foutue boisson. De la tequila ? Ok. Je n'aurais jamais deviner. Il sourit à Cinzia Non je crois pas... je suis à autre chose généralement pendant les soirées ! Il eut un petit rire lorsqu'elle reprit sa phrase. Au pire.... j'aurais un avantage sur toi. Je pourrai tout recracher. Ça ne sera pas glamour, même dégueulasse... Boit Turner, ça évitera de s'enfoncer encore plus ! OHPUTAIN ! C'est fort ! souffla-t-il après avoir bu son verre d'un trait. Et je ne suis pas certain que vous voulez me voir bourré ! Bon, avant de commencer à me rouler par terre, je crois que je vais finir ce que j'ai commencé ! continua t-il en parlant de la démonstration. Il n'en avait pas spécialement envie, mais l'idée de gagner de l'argent le motivait quand même pas mal. Il ne savait néanmoins s'il allait recommencer de si tôt. Passer simplement la soirée avec Lyla et Cinzia était quelque chose, qui au final, le bottait beaucoup plus ! Néanmoins, en tant que bon hôte il faisait tout son possible pour satisfaire tout le monde. Pour cela il laissa à regrets ses deux amies pour rejoindre l'autre troupeau de nana et de continuer ses conneries. Il déballait, tentait de vendre les petits objets avec des arguments plus ou moins pertinents. Faire preuve d'humour marchait toujours plutôt et les jeunes femmes avaient plutôt l'air de passer un bon moment ce qui était déjà ça.

Un court moment plus tard, le temps que les dames choisissent ce qu'elles voulaient, il était retourner voir ses amies à la cuisine et de suite, Cinzia lui proposa une nouvelle sortie Je vais tenter de clore ça rapidement alors, qu'on puisse sortir ! Et, je vous invite. Considérez que c'est un cadeau d'excuse pour votre futur mal au ventre à cause de mes gâteaux. Il essayait de plaisanter mais se  doutait qu'au final c'était vraiment quelque chose qui pouvait arriver Aiden, n'est pas disponible ce soir, mais, on essayera de se faire une soirée tous les quatre... s'il veut bien. Mais je vous préviens, il est un peu spécial ! Il secoua un peu la tête avant de souffler J'essayerai d'organiser ça rapidement, si cela vous convient à toutes les deux ! Il fronça un peu les sourcils lorsqu'elle parla de prendre ce canard, et il fut encore plus étonné lorsqu'elle dit le trouver craquant. Si tu veux, j'ai une peluche d'un petit mouton trop adorable et craquant ! Alors je sais ça n'a pas la même fonctionnalité... mais au moins le mouton, lui, est craquant. Il eut un léger avant d'ajouter Et si tu veux un conseil, n'exhibe par trop ton canard chez toi. Et il n'est pas en plastique, j'suis pas certain qu'il apprécie la baignoire... Il pourrait peut-être t'arriver des bricoles et je m'en voudrais toute ma vie. plaisanta t-il joyeusement. Et c'est cadeau maison. Il lui fit un petit clin d’œil avant d'ajouter. Je vais voir ce qui se passe de l'autre côté... je renvoie tout le monde chez soi... et après je suis tout à vous, mesdames ! Vous avez quoi choisir où vous voulez aller, je vous suivrais. Évitez peut-être juste un truc où seules les femmes peuvent rentrer... j'ai des perruques qui pourraient faire l'enfer, mais les collants et les talons je supporte assez mal. Oui, il avoué qu'il avait déjà tenté de se faire passer pour une femme comme il dirait que la veille il avait mangé une pomme. Pour lui, il n'y avait rien de bizarre, chacun était libre de ce qu'il faisait du moment que cela n'heurtait pas le reste de la population. Le pompier retourna auprès des autres femmes,  pour commencer les choses sérieuses: les ventes ! Il tenta de façon plus ou moins discrète de monter un peu les enchères et empocha au final une petit somme plutôt sympathique. Il alla en ranger une partie dans sa chambre et l'autre partie serait dédiée à la soirée, à inviter Cinzia et Lyla boire un coup, après tout c'est ce qui se faisait : les hommes invitent des femmes à boire parce qu'ils sont galants... mais contrairement à beaucoup il n'aurait aucune idée derrière la tête. C'était juste par pure gentillesse et parce qu'il les adorait et se sentait coupable de les avoir mis à ce point dans l'embarras. Revenant finalement à la cuisine Vous avez décidé  où on va ? Sinon... on peut rester ici.. et faire un jeu avec l'alcool. Il s'appelle je n'ai jamais... les règles sont simples. Quelqu'un va dire je n'ai jamais... et dire la suite de la phrase. Si quelqu'un parmi nous l'a déjà fait... et bien il boit. Vous pourrez bien sûr rester dormir ici, je vous laisserai ma chambre et je prendrai le canapé si vous êtes trop bourrées pour repartir. Comme ça, on a le choix ! Il ne savait pas trop les envies de ses amies et il essayait ainsi de leur proposer une autre alternative qui pourrait s'amuser marrante si jamais elles n'avaient pas envie de sortir mais juste de boire.





by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageJeu 26 Nov - 12:33





Réunion Tupperware
Le trio infernal

Cinzia jouait les candides de service mais je la savais plus informée qu’elle ne le laissait paraître et je comprenais qu’elle veuille conserver les apparences, c’était le plus simple et le moins contraignant. Je l’avais très vite détrompée concernant la dénomination de cette soirée et je ne pus m’empêcher d’éclater de rire quand Gethin nous gratifia de son explication farfelue. Cette appellation était, en effet, une idée de génie. Quel mari s’inquiétait de savoir sa femme à une réunion tupperware ? Par contre, il avait tendance à beaucoup moins bien vivre le fait de savoir qu’elle parlerait de cul toute la soirée et s’achèterait des objets pour palier à ses faiblesses et ses limites. Dans leur esprit, ils étaient les seuls à pouvoir être obsédés, à avoir du désir et à être insatiable. Ils avaient tellement tort mais pour sauver leur ego, personne ne disait rien, chacun rentrerait avec ses petites emplettes et tout le monde serait content dans le meilleur des mondes. « Je te ferai un dessin détaillé dès que j’aurais trouvé une feuille et un stylo ! » répliquai-je avec humour en la gratifiant d’un clin d’œil mais je me doutais qu’elle n’avait pas vraiment besoin de moi pour ça. Plus de vingt ans à ne rien faire, ça semblait improbable, surtout avec les crises hormonales qui survenaient à l’adolescence et qui s’avéraient difficilement gérable psychiquement parlant. Je lui souhaitais sincèrement d’avoir su succomber à ses pulsions. Elle n’enfreignait pas les règles de son père et de sa communauté mais trouvait le moyen de faire redescendre la pression, d’une façon ou d’une autre. En tout cas, c’était ce que moi je faisais, consciente que ce n’était pas une solution pour le long terme mais trouvant bien plus simple d’avoir à utiliser ces jouets en plastique et à les ranger par la suite que de me frotter au modèle grandeur nature, en chair et en os et avoir à gérer tout le sentimental qui irait de pair avec le sexe. Je n’avais plus la foi de croire en quelque chose de ce goût-là et j’avais bien trop peur d’être à nouveau déçue. Mon horloge biologique cliquetait bruyamment et me rappelait doucement mais sûrement que bientôt, il serait beaucoup trop tard pour procréer et espérer trouver un mari convenable, que je ramasserais un fond de tiroir et que je devrais faire avec. Mais je préférais finir seule que de me brader, je préférais me protéger et me préserver plutôt que de m’amouracher chaque semaine d’un nouveau prince charmant qui s’avérerait être un monstre supplémentaire. Tout ça, c’étaient de bonnes raisons de boire et je fus heureuse que Gethin soit autant en forme, il parvint à me faire sourire et à me remettre un peu de baume au cœur avant que je ne m’isole pour reprendre le dessus et m’exhorte à arrêter de me morfondre.

« Je suis fatiguée, la semaine a été longue. » répliquai-je avec un petit sourire avant de prendre une latte supplémentaire sur mon joint. « Je ne me morfonds pas, je regrette seulement d’avoir perdu autant sur ce coup-là, c’est à moi que j’en veux le plus et le pire, c’est qu’à cause de ça, je m’interdis le moindre écart. Je commence même à me demander si ça vaut la peine de me marier. » expliquai-je avant de secouer la tête avec cette volonté de mettre un point final à cette conversation qui allait me pourrir la soirée. « Allez, on va faire ça, j’ai besoin de me prendre une cuite et je note, pour cette soirée avec Aiden, Gethin, je n’oublierais pas, tu le sais ça ?! » Je lui offris un sourire qui signifiait que je l’attendrais au tournant et que maintenant que c’était promis, c’était gravé dans le marbre jusqu’à ce qu’il tienne parole. « Craquant ? Je sais pas, je pensais que le modèle Hulk t’avait tapé dans l’œil mais je suis pas sûre que tu aies de colliers assez larges pour t’en servir de porte-bijoux. » Je ricanai, imaginant la tête de ses parents en entrant dans sa chambre et en découvrant cette monstruosité dans un coin de sa commode. « Gethin en travelo, ça vaudrait le détour, je dois bien l’admettre mais je crois qu’on va opter pour une boîte de nuit basique, j’ai besoin de danser et de faire rêver tout un tas de types qui n’attendant que moi. Bah quoi ? On se rassure comme on peut ! T’en fais pas, mes belles-sœurs ont des enfants en bas âge, elles ne vont pas s’éterniser. Dès que tu te seras fait un petit paquet de pognon, on pourra s’envoler vers d’autres horizons. » Et je ne me trompai pas de beaucoup, ça se régla en l’espace d’une petite heure et demie. J’en profitai pour picoler plus que de raison, si bien que lorsque nous sortîmes de l’appartement de mon ami le pompier, j’étais déjà salement amochée. « Vous savez quoi, je crois que ce soir, c’est la bonne, je vais peut-être rentrer avec quelqu’un. » annonçai-je, guillerette. « Le mariage, attendre, tout ça, c’est peut-être trop vieillot pour que ça marche encore. Vous ne croyez pas ? Hé, où vous allez ? C’est pas moi qui conduis ? »






by SerialWords.





_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageSam 28 Nov - 23:14





Shut up and let me go !
Le trio infernal

La Tequila avait eu le mérite de faire grimper l’atmosphère de quelques degrés, sauf pour Lyla. Elle s’était isolée dans la cuisine après nos quelques plaisanteries et je sus, d’instinct, ce qui l’agitait. Ruben était un véritable problème. La façon dont il se pavanait comme un roi aurait filé des boutons à quiconque adorait cette fille comme une amie, comme une sœur ou comme un amant. Alors, si j’évitai d’aborder le sujet franchement, je m’autorisai à me rendre plus bête que je ne l’étais réellement. Évidemment, elle ne l'ignorait pas, car j’aurais juré l’avoir vu sourire à mon haussement suggestif. Nul besoin de feuille, de stylo ou de cours d’anatomie. En revanche, il fallait au moins ça pour rappeler à Lyla que, contrairement à ce qu’elle pensait, elle n’était pas pathétique. « Tu n’as rien perdu. Tu as tout gagné. Tu as vu comment il se comporte ? Tu aurais été malheureuse avec lui. Si  Dieu a décidé de te débarrasser de lui, ce n’était pas pour te punir, mais pour t’empêcher de faire la pire erreur de ta vie. » lui confiais-je sincèrement. Je croyais en un Dieu d’amour, pas vengeur, même s’il m’arrive parfois, à moi aussi, d’imaginer qu’il m’en veut. J’évitai de le lui confesser, soucieuse de changer de sujet de conversation et, comme Gethin nous faisant l’honneur de sa présence, je proposai de sortir et de boire jusqu’à ne plus tenir debout. Aiden était le bienvenu, mais il n’était pas disposé. Qu’à cela ne tienne, tout comme Lyla, je notai dans un coin de ma tête que ce ne serait que partie remise. En tant qu’amies, nous étions en droit de nous assurer que ce gars est bel et bien qui convient le pompier qui ne manquait pas de qualités, en dehors de sa générosité. Ce petit canard, que je n’avais pas du tout l’intention à cause de sa destination initiale, il me l’offrait gracieusement.  Alors, ravie par le cadeau, je le remerciai d’un baiser sur la joue. « Tu as vu clair dans mon jeu. Hulk, c’est tout ce dont je rêve, mais je ne suis pas encore prête à assumer. » ricanais-je à mon tour avant de libérer Gethin, qu’il termine sa démonstration tout en nous laissant la lourde tâche de décider de l’endroit où nous souhaitions noyer nos soucis. Nous optâmes pour une boîte de nuit on ne peut plus classique, bien loin du Bronx et à des kilomètres de Manhattan. « Je ne trouve pas ça totalement idiot. Il n’y a rien de plus flatteur que de se sentir désirée. Et crois-moi, vu comme tu es belle, je ne doute pas que tu dois faire tourner pas mal de tête. Je suis sûre que tu pourrais faire tourner celle de Gaby s’il était là plus souvent. C’est un chic type, tu sais. Il est droit, correct et a le sens du respect. Tu devrais y réfléchir. On pourrait pousser une pointe jusque là un week-end. On s’amuserait bien en plus. » Elle détestait quand je faisais ça, quand je lui donnais l’impression que je voulais absolument la caser parce que j’avais pitié d’elle.

La réalité, c’est que je ne supportais pas qu’il puisse encore se jouer d’elle. Je souhaitais que quelqu’un donne une bonne leçon à Ruben et Gabriele aurait été le candidat parfait. En attendant, je jetai mon dévolu sur Luciano et sa lueur de folie. Nul doute qu’il ne laisserait personne le prendre pour un con. Aussi, étais-je plus que décidée à lui réclamer ce service sans rien dire à Lyla. Elle n’accepterait jamais, mais je comptais sur les talents de persuasion de Lucky pour la convaincre, ce qui n’était pas impossible, si elle ne se doutait pas que ça venait de moi. « Allez, viens, on va rejoindre tout le monde. On a trop traîné, elles vont s’inquiéter. » Je la tirai par la main jusqu’au salon pour y faire acte de présence, mais personne ne remarqua vraiment notre retour. Il y avait plus intéressant et j’en fus passablement soulagée. Les poches de Gethin se remplirent effectivement en moins de deux heures et nous partîmes, comme convenu, non sans avoir bien entamé la bouteille de Tequila. La tête me tourna dès que je fus confrontée au froid. « Ouais, je crois que je vais prévenir mon frère que je reste ici, parce que si je rentre comme ça, ça va être compliqué pour mes parents. Je n’ose même pas imaginer ce que mon père est capable de me faire. » Contrairement à l’habitude, il n’y avait aucune appréhension dans le fond  de ma voix. J’étais seulement morte de rire et en posant le regard sur Lyla, je sus que notre ami risquait de rencontrer quelques difficultés à nous tenir. Je chantais déjà à tue-tête au milieu du trottoir la comptine du petit navire. Je ne parvins à me taire qu’en entendant la réflexion de Lyla. « Tu es sérieuse ? » m’enquis-je l'oeilun peu vide et éberlué. « Ce n’est pas vieux jeu. C’est super beau plutôt. Attendre. Tout ça. Se préserver pour un homme qui nous aime et qu’on aime de tout notre cœur. » L’alcool me rendait plus fleur bleue et plus romantique que je ne l’étais à l'accoutumée parce que je me surpris à rêver à ce que serait mon mariage. Je n’étais pas pressée. J’étais jeune encore, j’avais des choses à vivre et à ressentir, même si ce devait être purement platonique. « Bon, après, le plus compliqué, c’est de le rencontrer. On ne peut pas dire que le Prince charmant court les rues. Vous avez remarqué qu’en général, ils sont tous casés avec des putains de salope de base ? » Et j’en connaissais un paquet des filles de rien en couple avec des hommes d’une extrême gentillesse et qui font tout pour qu'il tourne chèvre. Elle n’était pas consciente de leur chance et me dégoutait bien souvent. Je donnerais beaucoup pour rencontrer quelqu’un de tellement adorable que je me sentirais assez en confiance que pour lui parler de moi, de ma famille, de mes peurs et de mes principes. « Ouais. Tu n’es pas peut-être pas tort tout compte fait. Si ce n’est pas vieux jeu, ça relève carrément de l’utopie. » Je réalisai soudainement que cette réplique était probablement de trop et peut-être même maladroite. Je voulais ôter de l’esprit de mon amie l’idée farfelue de se brader. Aller dans son sens ne l’aiderait pas. Alors, je suppliai Gethin du regard qu’il rattrape mes conneries. Je réfléchissais mal aujourd’hui. Je n’étais pas tout à fait là. « Qu’est-ce que tu en penses, Monsieur j’ai rencontré le grand amour, mais je refuse de le présenter à mes copines parce que j’ai peur que vous le trouviez bizarre ? »  






by SerialWords.





_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageMer 2 Déc - 20:40





Réunion Tupperware
Le trio infernal

Pourquoi est-ce qu'il avait fallu qu'Aiden soit de la sorte remis sur le tapis ? Non, en fait ce n'était pas gênant, cela lui aurait même fait très plaisir de présenter son "petit ami" à ses amies mais... mais le bibliothécaire était vraiment très particulier et il avait peur que cela tourne mal d'une manière ou d'une autre. Aiden avait le chic pour le mettre dans l'embarras et il tenait beaucoup trop aux deux filles – et, bêtement à ce qu'elles pouvaient penser- pour faire foirer une soirée aussi importante pour lui. Même ses pères n'avaient pas encore eu l'honneur de rencontrer Goodwin. Il acquiesça doucement à la réplique de Lyla avant de lui faire un petit sourire Ouais, je le sais parfaitement ! Tu as une mémoire d'éléphant quand ça t'arrange ma belle ! Et je sais aussi que tu vas m'harceler avec ça jusqu'à ce que j'accède à ta requête, enfin jusqu'à ce que je vous le présente ! Je suis un faible homme que voulez-vous. Il avait finit par un petit ricanement plus amusé que blasé par un tel constat. Il savait pertinemment qu'il ne pouvait rien refuser à Lyla -ou presque-, elle savait comment le prendre, de quelle façon lui parler pour lui faire craquer... et à chaque fois il ne marchait pas, il courrait.  D'une certaine façon cela lui plaisait juste parce que voir sourire Lyla -ou Cinzia- était un véritable bonheur pour lui. Et faudra que vous me disiez ce que vous voulez manger. Il laissa passer quelques instants avant de rajouter pour les rassurer Mais je commanderai quelque chose... histoire que vous mangiez quelque chose de comestible. J'aime bien ce que je fais mais je sais qu'en vrai ce n'est pas fameux. Voilà, c'était dit, il ferait tout bien pour que la soirée se passe bien, et que tout le monde soit à l'aise. Fort heureusement, le sujet dévia rapidement sur... le petit canard, objet de plaisir, que Cinzia trouvait craquant. Gethin était abasourdi et Lyla semblait plus ou moins aussi perplexe que lui, et s'il avait tenté de lui proposer un truc vraiment mignon, la latino parla de porte-Bijoux. Il ne peut se retenir d'avoir un petit rire en imaginant la scène. Remarque... ça pourrait être un bon argument de vente. Objet de plaisir la nuit.... et le jour il met en valeur les bijoux non portés... Mais c'est un peu bizarre non ? Il sembla pensif quelques instants avant de continuer, plus pour lui qu'autre chose Ouais non, là j'ai des images trop dégueulasses en tête, je vais oublier cette idée. Il se racla d'ailleurs la gorge pour tenter de se mettre un peu plus dans la conversation ! Hulk est très bien, Cinzia ! Je comprends que c'est ce dont tu rêves... même si ce n'est pas franchement le mien.  Et, comme il était gentil, il épargna les détails inintéressants du pourquoi du comment. Mais c'est vrai que ça pourrait étonner les tiens s'ils voyaient ça chez toi, Princesse. Quant à leur sortie, Lyla avait plutôt l'air d'opter pour quelque chose de classique. Il lui fit un petit clin d’œil pour lui faire comprendre, qu'un jour si elle souhaitait, il s'habillerait en nana pour la faire rire, il savait qu'il était ridicule dans ces habits. Si ça allait bien à certains, lui avait l'impression qu'il faisait juste grande saucisse dans un sac poubelle et ce n'est pas une image vraiment flatteuse !

Après cette discussion, il était parti finir ses petites ventes. Plus il se mettait dans la poche, plus il buvait un peu trop joyeux que ça marche si bien. Au départ il n'y avait pas cru... mais au final c'était vraiment un plan du tonnerre ! Pendant presque deux heures, il essaya d'assurer le show et les filles semblaient ravies ! Quand tout le monde fut parti, Turner put enfin reporter toute son attention sur ses deux amies, les trois étaient déjà dans un état assez.... joyeux mais cela ne semblait pas leur poser de soucis. Fais comme ça alors Cinzia ! Mais il ne débarquera pour venir te récupérer, n'est-ce pas ? demanda t-il quand même un brin inquiet. Il ne savait pas trop de choses sur son frère mais protecteur comme il semblait l'être il le voyait déjà débarquer dans l'appartement pour récupérer la Sicilienne et voir si elle allait bien... Or si elle était bourrée, cela risquait de mal tourner : pour elle et aussi pour lui, certainement pour Lyla aussi. La réplique de Canjura qui suivit le fit légèrement rire et ce que dit Cinzia en suivant lui fit légèrement froncer les sourcils. Non, moi j'aurais plutôt juste dit de façon un peu plus soft "ça fait du bien de se faire ramoner parfois"... mais finalement, ce n'est pas vraiment très glamour comme expression. Merci pour cette délicatesse Turner. Vaut mieux qu'on prenne le métro... ou qu'on trouve un truc près d'ici. Tu vas finir en taule si on se fait arrêter-là … même si tu as des atouts vraiment géniaux, ça ne fait pas tout. Et par atout il parlait de son physique et surtout de sa paire de seins. Et je suis généralement d'accord avec Cinzia sur le fait que les Princes Charmants se casent avec des poufs de bases. Il ne se considérait pas comme l'un d'eux même s'il était adorable, gentil, et attentionné. Je ne sais pas comment elles se débrouillent... mais je suis peut-être mal placé pour en parler vu comme ça s'est passé avec la dernière. Il grimaça à l'évocation de la petite junkie. Faut rêver un peu, ça fait du bien ! Et surtout ne perd pas espoir... enfin ne perdez pas espoir. Vous êtes vraiment trop cools comme nanas, alors un jour ça vous tombera forcément dessus... mais... mais vous voulez mon avis, vous êtes tellement belles que ça attire aussi vachement les cons, les obsédés, les pervers, les connards, les collectionneurs de nanas. Il eut une petite grimace puis un rire presque jaune lorsque la Sicilienne remis Aiden sur le tapis. Il est vraiment bizarre, même si je l'adore, mais je suis sûr que rien pour que m'emmerder il se comportera comme le parfait gentleman qu'il n'est pas... vous voyez juste pour me décrédibiliser et pour rigoler. Il se tut quelques instants avant de continuer Et puis si vous l'aimez pas, j'vais faire quoi, moi, hein ? Je ne peux pas me couper en deux. Autant si vous ne le trouvez pas sexy, ça je m'en remettrai... mais si vous me dites qu'il est pas fait pour moi ? Monsieur le Parano, le retour mais s'il se fichait de l'avis de pas mal de gens sur cette relation, avec Cinzia et Lyla c'était vraiment différent. Elles étaient un peu comme un deuxième cerveau, elles lui faisaient voir tout ce que sa naïveté, tout ce que ses sentiments pouvaient lui cacher. Il agita soudain les bras en l'air, avant de parler assez fort M'enfin on s'en fout de tout ça ! Ce soiiir.. ouais ce soir on va s'éclater rien que tous les trois ! Et je crois qu'il y a une boite de nuit un peu plus loin dans la rue, là... ptet' à un ou deux kilomètres. Au moins on aura pas à conduire, c'est en ligne droite, on ne devrait pas trop se perdre même si on boit beaucoup... Faut juste faire attention à pouvoir quand même marcher et à ne pas arriver jusqu'au coma machintrucchose... putain, comme ça s'appelle déjà ? Hydrolique ? A non, ça c'est avec la flotte... Heuu; Ethiolique ? Non, mais ça doit y ressemble. Bref vous aurez compris ! On peut aller là-bas, j'ai jamais testé, comme ça.. ça notre première fois à tous les trois là-bas !  On sera tous.. tous... au même niveau ! Et sans vraiment attendre la réponse des filles, il les avaient prises par la main et les entraînaient vers ce faux  "paradis".





by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Réunion Tupperware •• Lyla & Cinzia & Gethin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Réunion Tupperware •• Lyla & Cinzia & Gethin
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Comment régaler pour la prochaine réunion ?
» réunion rp...
» Famille, Amitié, Sang, bataille, réunion ... [PV mon Canard ( Titigre)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics archivés et terminés-
Sauter vers: