Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Une affaire intrigante ► Cinzia Gambino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageMer 13 Juil - 0:04

Une affaire intrigante
Cinzia Gambino & John Cooper
John avait passé une grande partie de la matinée sur la route et il était enfin arrivé à destination, dans le Bronx. Il devait y retrouver une journaliste. Il y a quelques jours, il avait lu un vieil article concernant un meurtre dans le journal et quelque chose lui avait sauté aux yeux : le mode opératoire. Il était bien trop précis pour que ce soit une coïncidence. Dans l’article, il y était précisé que le tueur avait tranché la gorge de sa victime puis, après la mort, il avait planté le couteau qu’il avait utilisé en plein dans le cœur. Ce n’était pas le seul fait qui avait interpellé John puisque l’article racontait également que le tueur avait laissé une bague en or dans la main de la victime. Tous ces éléments lui rappelaient une ancienne série de meurtre commis il y a quelques années. Le mode opératoire était exactement le même et du jour au lendemain, plus aucun meurtre de ce genre n’avait été commis. Le tueur s’était comme volatilisé dans la nature. John en avait même déduit que le tueur était probablement mort mais apparemment, il avait refait surface il y a peu de temps.

John avait conservé précieusement l’article et dès qu’il eut le temps de se pencher davantage dessus, il chercha à joindre la personne qui avait rédigé l’article. C’était une certaine Cinzia Gambino. Elle ne travaillait plus en tant que journaliste mais John n’avait cependant pas eu tant de mal que ça à trouver ses coordonnées. Il l’avait contacté par téléphone il y a quelques jours pour se présenter et lui présenter les raisons de son appel. Ils avaient convenu ensemble d’un rendez-vous pour pouvoir en parler davantage et c’est ainsi que John se retrouvait aujourd’hui dans le Bronx. Le lieu du rendez-vous se trouvait juste devant le Garden Coffee Shop. Il sortit de sa voiture et regarda les alentours pour voir si une femme semblait attendre quelqu’un. Il n’avait jamais vu la journaliste donc il ne savait pas à quoi elle ressemblait. Il aperçut une jeune femme brune qui était proche de l’entrée. Il sortit son carnet où il avait noté le nom de la journaliste et après l’avoir mémorisé, il s’avança vers elle.

« Excusez-moi, êtes-vous Cinzia Gambino ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageJeu 14 Juil - 22:45





Une affaire intrigante
Mr Cooper


Ça faisait des lustres que je n’avais plus été contactée par téléphone en raison d’un article datant de l’époque glorieuse où je travaillais pour le Times. Aussi, ne pus-je cacher mon étonnement que ce vieux papiers attire encore l’attention. Il traitait d’un corps retrouvé dans une ruelle, la gorge tranchée, une bague à la main et un poignard planté dans le cœur. Nombres de mes confrères ayant écrit sur le sujet qualifièrent ce crime de mafieux, comme s’il était l’œuvre d’une bête digne de Toto Riina en Sicile, mais à l’Américaine. Or, c’était faux. Qui mieux que moi pour le savoir ? Je fréquentais de prêt ceux qui étaient accusés par les imbéciles qui ne cherchèrent pas plus loin que leur bout de leur nez, déterrant de vieilles histoires au lieu de se concentrer sur des meurtres plus récents au modus operandi similaire. J’en avais trouvé d’autres et c’était précisément ceux auxquels je fis allusion dans mon article. Je dévoilai même le nom de victimes tuées de la même façon.  Et tout ça, ça m’avait valu une promotion bien sûr, une promotion dont je ne profitai pas. Mais, qu’importe ? Ce n’était pas la raison de ce rendez-vous avec MR Cooper. Cooper. En Belgique, il se serait appelé Dupont ou Dupond.

Intraçable sans son prénom et ses activités. Son numéro de téléphone ? Il l’avait caché. Et pourtant, maintenant que j’avais à nouveau des projets journalistiques, je me présentai sur le lieu-dit, attendant devant la devanture du café bien fréquenté, ma garde renforcée m’épiant de toute part. La paranoïa de Mani avait redoublé depuis le jour où je lui confiai cette histoire et du possible entretien avec cet étranger. Compte tenu de ma grossesse, je fus forcée de batailler ferme pour gagner le droit d’honorer cette rencontre. Aussi, pour ne rien gâcher, je me montrai assez prudente pour ne pas m’aventurer à l’intérieur de débit de boisson sans avoir pu évaluer à quel homme j’aurais pu avoir à faire. M’installer trop vite, ce serait stupide. Je patientai donc, guettant les alentours et jetant quelques regards à ma montre tandis que l’inconnu me surprenait enfin. Il n’était ni en retard ni en avance, signe que cette entrevue comptait pour lui. « C’est ce qu’on dit oui. » répliquais-je à sa politesse en lui tendant la main pour le saluer d’une poignée. « Et vous êtes Monsieur Cooper, je suppose. » Je lui souris froidement, parce qu’il puait l’autorité à plein nez et que j’avais peur d’être tombée tête la première dans un piège. « je vous avoue que je ne m’attendais pas vraiment à votre intérêt pour un article que j’ai écrit il y a de bon mois déjà. La police a eu vite fait de classer le dossier, ce qui me laisse imaginer que vous n’en êtes pas un, mais que vous n’en êtes pas uns. Qui êtes-vous, Monsieur Cooper ? J’aime savoir à qui je m’adresse, vous comprenez ? »
 







by SerialWords.





_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 11 Aoû - 23:10

Une affaire intrigante
Cinzia Gambino & John Cooper
La jeune femme qu’il avait questionné se révélait bien être la journaliste Cinzia Gambino. Il s’adressait à la bonne personne, et la journaliste était venue au rendez-vous. Dans ce genre d’affaire, la partie la plus délicate était de rencontrer des témoins, des anciennes victimes ou comme ici des journalistes car bon nombre d’entre eux ne prenaient pas la peine de venir. Il serra la main de la jeune femme quand elle confirma son identité. Il eut un faible sourire quand la journaliste lui demanda s’il était Monsieur Cooper.

« Oui, vous supposez bien. »

Le lieu du rendez-vous étant juste devant un café, il allait lui demander si elle ne voulait pas prendre une boisson chaude ou froide avant de parler de choses sérieuses mais il fut pris de court : la jeune femme voulait en savoir un peu plus sur lui. Il n’avait eu qu’une seule et unique conversation au téléphone donc la journaliste ne savait rien à propos de lui contrairement à John qui avait fait quelques rapides recherches sur Mademoiselle Gambino.

« Bien sûr, je comprends. En effet, je ne suis pas de la police, je suis agent du FBI. La police a classé cette affaire il y a des mois parce qu’ils ont arrêté quelqu’un, un homme de la mafia si je me rappelle bien. J’ai réouvert l’affaire parce que d’autres meurtres similaires se sont produits il y a peu et avec tous les articles que j’ai lu sur cette affaire, vous aviez été la seule à ne pas évoquer un crime mafieux. »

En relisant le dossier, il comprenait pourquoi la police avait d’abord cru à des crimes mafieux. Ils avaient déjà procédé de cette façon, seulement, la seule chose qui n’était pas logique, c’était la bague retrouvée sur toutes les scènes de crime. C’est grâce à cet indice que John en avait déduit qu’aucun membre de la mafia n’avait pu commettre ces meurtres. C’était bien plus complexe, le tueur laissait un message avec cette bague, mais John n’avait pas encore découvert quel pouvait bien être le message. Il espérait alors que sa rencontre avec cette journaliste allait peut-être l’aider à y voir un peu plus clair.

« Si vous êtes toujours d’accord, on peut aller à l’intérieur pour parler plus en détail de cette affaire et de votre article. »

Il désigna le café devant lequel ils étaient en train de parler et il avait jugé utile de donner le choix à la jeune femme. Elle pouvait très bien entrer et ils discuteraient davantage de l’affaire ou alors elle pouvait repartir et John rentrerait bredouille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageMer 7 Sep - 19:15





Une affaire intrigante
Mr Cooper


J’aurais pu envisager qu’il avait eu du nez en m’interpellant pour vérifier mon identité, mais j’avais du mal à croire qu’elle puisse s’inscrire sur mon front en lettres capitales. Pour moi, il ne faisait aucun doute qu’il eût cherché sur le net ou ailleurs à mettre un visage sur un nom. Paranoïaque ? Peut-être ! Je suis tout simplement la digne fille d’Ettore Gambino. J’ai grandi dans un univers où le hasard n’a pas sa place. Je lui offris mon plus beau sourire, réprimant mes réticences à m’attarder sur le sujet que je pressentais maintenant que j’apprenais qu’il n’était pas de la flicaille, mais un agent du FBI. Mon article, écrit il y a des lustres, ce n’était qu’une excuse pour me questionner à propos de ma famille ou de mon fiancé. Je fus tentée de prendre la poudre d’escampette en prétextant que je n’avais plus aucun souvenir concernant l’affaire qui semblait l’intéresser. Pourtant, je suis restée là, non pas par curiosité, mais parce que la fuite était le refuge des faibles et des coupables. Je n’étais pas de la première catégorie. La seconde me touchait de loin seulement. Qu’avais-je donc à craindre ? J’avais été élevée selon le culte de l’Omerta. J’étais douée pour offrir des réponses de Normand. Je l’étais plus encore lorsqu’il s’agit de noyer le poisson. « La mafia. » ricanais-je avec une pointe de mépris dirigée davantage contre la plèbe. « Si vous voulez mon avis, c’est surtout un mythe pour effrayer les petites filles qui sortent le soir et pour éviter que les petits garçons sortent des sentiers battus. Je n’irais pas jusqu’à dire que la criminalité n’existe pas, mais avec la loi RICO, les associations de malfaiteurs sont de plus en plus rares. Ce pauvre type arrêté par les flics, il est autant de la mafia que vous et moi si vous voulez mon avis. Quand la police cherche un pigeon, le premier larron qui passe fait largement l’affaire, vous ne croyez pas ? » Loin de moi l’idée de le sous-estimer, mais jouer les idiotes éviterait de m’attirer des ennuis. Je préférais cette option à celle qui l’aiderait à penser que j’en sais plus que ce que je veux bien le dire. « Je vous dirai donc ce que je sais de cette affaire. Tout ce qu’il n’a pas put être écrit dans l’article à cause de la censure, mais si vous me le permettez, j’aimerais autant qu’on marche. Je suis restée assise toute la journée, j’ai besoin de me dégourdir les jambes et j’ai bu mon quota de café pour aujourd’hui. » Je lui adressai une grimace aussi belle que la précédente. Je me montrais la plus charmante possible en lui balançant de tels prétextes avec une aisance à peine surjouée. La vérité, c’était que je n’avais aucune envie qu’on rapporte aux miens – Mani y compris – que j’avais partagé une boisson chaude avec un agent du FBI. Je fis d’ailleurs signe à l’un des hommes qui m’accompagnaient pour qu’il s’approche au maximum, de sorte qu’il puisse entendre la totalité de notre échange. « Alors, que voulez-vous savoir exactement ? » m’enquis-je en cheminant lentement sur le trottoir où nous semblions avoir pris racine.
 







by SerialWords.




[/quote]

_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 12 Oct - 2:27

Une affaire intrigante
Cinzia Gambino & John Cooper
En exposant les conclusions de l’enquête menée par la police, la journaliste lui rit presque au nez. Tout comme John, la jeune femme ne pensait pas une seule seconde que ces meurtres avaient été commis par la mafia. D’ailleurs, elle ne pensait pas non plus que l’homme arrêté pour ces meurtres soit lié à un groupe de malfaiteurs. Elle n’avait ni raison, ni tort. John avait parcouru le dossier de cet homme et cinq ans auparavant, il avait bien appartenu à un groupe de mafieux et s’était même fait arrêté plusieurs fois mais jamais pour un meurtre. Cependant, depuis deux ans, il semblait s’être rangé, il avait une maison, un travail, une fiancée avec qui il avait prévu de se marier, il ne passait plus son temps en prison ou en salle d’interrogatoire, il avait une vie paisible, ou du moins jusqu’à ce qu’il se fasse arrêter pour ces meurtres. John ignorait ce que cet homme avait été capable d’endurer pour quitter la mafia, mais il ne le voyait certainement pas en meurtrier.

« L’homme qu’ils ont arrêté a vraiment appartenu à la mafia, mais je pense que ce qui dérangeait le plus dans cette affaire, c’est qu’il a changé et a voulu devenir un bon citoyen. J’ai l’impression qu’un flic l’avait dans sa ligne de mire, il voulait absolument l’arrêter et comme vous dîtes, c’était cet homme le pigeon. Ils ont réussi à lui mettre le meurtre sur ce dos à cause de son passé. »

John croyait aux deuxièmes chances dans la vie. Lors d’une enquête, il se souvenait avoir aidé un jeune qui avait de mauvaises fréquentations. Il s’était fait arrêté lui et sa bande pour une série de cambriolages dont une qui aurait pu mal se terminer. Ce qui avait valu l’attention de John, c’est qu’en regardant les vidéos de surveillance, malgré qu’il soit présent sur les lieux du délit, il semblait avoir aussi peur que ceux qui étaient retenus en otage le temps du cambriolage. En l’interrogeant à plusieurs reprises, ce jeune était juste dans une situation désespérée et voulait de l’argent pour soigner sa mère malade mais il n’avait pas choisi la bonne méthode. Grâce à ses contacts, John avait réussi à lui trouver un travail et depuis, ces histoires de cambriolage appartenaient au passé.

« Très bien, comme vous voulez, on va marcher alors. »

John imita la jeune femme et marchait à la même allure qu’elle. Elle lui demanda ce qu’il voulait savoir sur cette affaire. Sans une once d’hésitation, il commença par la bague.

« J’aimerais savoir ce que vous pensez de ces bagues en or retrouvées dans la main de chaque victime. »

John avait d’abord pensé que le tueur avait été marié et qu’il était en instance de divorce ou s’était séparé mais il tue aussi bien les hommes que les femmes et si c’était vraiment la cause de ces tueries, il aurait fait exprès de mettre les bagues aux annulaires gauches de ces victimes et non pas dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageLun 17 Oct - 20:51





Une affaire intrigante
Mr Cooper


« On ne sort pas de la mafia. C’est bien connu. Enfin, je ne sais pas ce qui est  » l’interrogeais-je surprise par son discours. S’il était calé sur le sujet, sur les familles siciliennes, seule mafia qui existaient vraiment, étant donné que le termine était typique de la culture îlienne, qu’il s’imagine que la personne mise derrière les barreaux sont un des leurs était complètement fous. « Qu’est-ce que vous essayez de me faire dire, en réalité ? Parce que personne ne change jamais. On évolue, mais un criminel reste un criminel. Le fond est là, c’est comme ça, raison pour laquelle il vaut mieux rester le plus possible de ces gens. Ça me semble plutôt évident. » Il s’avéra au cours de cette conversation qu’il n’avait que faire de qui j’étais et d’où je venais. Ce qui l’intéressait, c’était cette vieille enquête fermée depuis longtemps. Certains flics ne savaient pas tourner la page. Ils sont en quête de vérité et de justice. Ça les rendait honorables, mais quelque peu ennuyeux de ténacité. « Après, je vous l’ai dit, je pense en effet qu’il n’était peut-être pas coupable. Mais, je ne sais pas grand-chose. Vous aurez peut-être plus de chance à discuter avec l’inspecteur qui s’est chargé de l’enquête. » C’était un conseil intéressé, je devais l’admettre. J’aspirais à ce qu’il me laisse tranquille, parce qu’il mélangeait tout. Le seul moyen de sortir de la mafia sicilienne, c’était la mort. Il n’y avait pas d’autres possibilités. Au moins, acceptait-il de marcher plutôt que de nous poser dans ce bar. J’y serais mal à l’aise.

« Ah, ces fameuses bagues, que la majorité des journaux ont cachées ? Je ne sais pas trop. J’ai bien fait des recherches sur le sujet à l’époque. J’avais même rencontré un profiler plutôt calé sur le sujet, histoire de nourrir mon article avec un vrai profil, mais ce ne sont que des suppositions. Je ne suis pas professionnelle sur le sujet, mais il prétendait que la façon dont ces hommes ou ses femmes étaient tabassés, c’était le travail d’un homme. Un homme qui a vraisemblablement été marié et qui a été cocu. Sinon, pourquoi s’en prendrait-il à des gens dont le seul point commun n’est pas d’avoir été trompé, mais de tromper son prochain ? La grande question, c’était de savoir comment il pouvait être au courant. Nous en avions déduit à l’époque qu’il devait passer par un site internet, un site de rencontre. Il devait sans doute donner rendez-vous à ces gens, leur poser un lapin et les suivre jusqu’à ce qu’il sache où ils habitent. Il les a peut-être filés, comme un pro, histoire d’être certain de ne pas tuer un innocent. En conclusion, il sait comment passer inaperçu, comme un détective privé ou, par exemple, un flic. » C’était une théorie intéressante de mon point de vue. « Je sais que ce sont vos « collègues » et que c’est difficile à envisager, mais on ne voit pas ce genre de truc que dans les films. C’est possible. Ce ne serait pas le premier. » haussais-je les épaules, fatalistes. « Voilà, c’est tout ce que je sais. J’ai des courses à faire, je vais donc vous laisser digérer tout ça. Si vous avez besoin d’informations complémentaires, je reste à votre disposition. En attendant, je vous souhaite une bonne fin d’après-midi. Mon mari m’attend. » Je m’éclipsai sans oublier de lui serrer la main, espérant l’avoir aidé au mieux. Je n’avais rien à ajouter de plus.
 







by SerialWords.





_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Une affaire intrigante ► Cinzia Gambino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une affaire intrigante ► Cinzia Gambino
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank
» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics archivés et terminés-
Sauter vers: