Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
mother nature is one angry b!tch // sanjay + stella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Stella Crossgrove
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : nicola peltz



MessageVen 28 Avr - 8:06

we wet

( satan + stella )

La caissière, affalée sur son comptoir, semble avoir remarqué l'entrée d'une cliente, l'entrée de Stella Crossgrove, dans la boutique. Pourtant, elle ne bouge pas. Ses patrons ne la paient pas suffisamment pour qu'elle se donne la peine de saluer chacun chacune. Puis, il est plutôt clair que Stella Crossgrove n'est pas là pour acheter : Elle est trop jeune, visiblement trop pauvre, et trempée. Ce n'est pas la clientèle cible d'une boutique de porcelaine. Alors, l'employée ne lui adresse pas un mot, pas un sourire, ce qui choque un peu la mouillée. Au prix qu'ils vendent leurs bibelots, elle pourrait au moins se lever et m'offrir de me montrer leur nouvel arrivage de ramasse poussière. Elle pense, ou elle murmure peut-être à sa petite, collée à elle, dans son porte-bébé.

Une minute, deux, puis dix passent, mais la caissière ne bouge toujours pas, et Stella non plus. La blonde reste près de la vitrine à regarder les voitures passer, et la pluie tomber à grosses goûtes.

Elle n'a pas le courage de retourner dehors, d'affronter la tempête. Elle n'a pas la force d'ouvrir la porte, et de marcher quelques pas, sans parapluie. Et elle a le bébé, une excuse de plus. Et le bus sera surchargé, comme les New-Yorkais sont faits en chocolat.

Un petit coup de vent pousse le nuage pleureur un peu plus loin, et l'espace d'un moment, le temps semble se calmer.

La caissière se relève un peu, voyant la porte s'ouvrir à nouveau, et la blonde prendre sa chance. Elle va même jusqu'à quitter son poste de travail – ce qu'elle ne fait jamais – pour la suivre du regard par la grande fenêtre donnant sur la rue.

Elle voit la jeune maman faire quelques mètres sous le ciel gris.

La caissière est si concentrée qu'elle remarque à peine que les lumières du commerce se sont mise à clignoter.

Elle voit sa cliente traverser la rue, croiser quelques passants.

Puis, plus rien.

Parce que la pluie à repris de plus belle, et qu'on n'y voit plus rien; Que des fil d'eau, comme de l'acier qui tombe du ciel. Parce que l'éclairage de la boutique à lâché. Parce que New York est soudainement dans le noir.

À ce moment précis, Stella Crossgrove regrette amèrement de ne pas avoir participé d'avantage à ses cours de sport, à l'école. Qui sait, ils lui auraient peut-être donné la capacité de distancer, de semer la pluie, ce qui serait très pratique à cet instant : Elle est poursuivie, depuis déjà quelques pâtés de maison, par un gros nuage noir. Malgré tous ses efforts, sa capacité physique et ses petites cachettes ne suffisent pas à berner mère nature, qui semble la traquer... mais cette poursuite n'est qu'un petit grain de sable dans le désert de ses malheurs.

Elle a la petite avec elle, et elle se remet à peine d'un virus.

Et les New-yorkais ont le don de bloquer le chemin en marchant trop lentement, ou en s'arrêtant en plein milieu du trottoir, comme le mec devant elle le fait, ne réalisant pas le danger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sanjay Lewis
LYS


MessageVen 28 Avr - 20:31

mother nature is one angry b!tch



New York et les affres de la météo, tout un programme devant lequel même un mec de QueenBridge comme Sanjay pouvait être pris au dépourvu. Il était sorti en cette fin d’après midi pour effectuer un deal sans trop d'importance et comptait bien par la suite s'installer chez le pote pour qui il le faisait. C'était ça le vrai intérêt de devoir courir comme un vulgaire coursier à aller de gauche à droite pour donner sa dose à un drogué qui voudrait toujours jouer les gros bras . Car étrangement oui , il y avait toujours des menaces si la came n'était pas assez bonne, trop coupé, ou si le mec qui  devenait soudain une balance humaine, pensait qu'il y en avait trop peu . Le jeune homme était pourtant au dessus de ça . Il n'allait pas lui même se servir à la source , cela aurait été débile.Pour sa dose quotidienne il comptait plutôt sur les largesses de son flic attitré .

Mais alors qu'il était en route pour retourner dans sa zone de confort, la pluie avait décidé de s'inviter au trajet. A la première vague il s'était réfugié dans un de ses grands magasins où il serait le parfait inconnu. Voyant que malgré quelques éclaircis la pluie ne voulait pas cesser il s'acheta un bonnet assez large pour y cacher ses cheveux mi long. Il ressortit de là sans ce qu'il appelait son plus beau atout d'apparent, si bien qu'on aurait bien eu du mal à le reconnaître.

Comme souvent quand le temps avait décidé de nous en vouloir, à peine sortie, l'averse redevint déluge. Sanjay sortit un chapelet d'insultes alors qu'il courrait presque dans la rue pour se sortir de cette merde. Il avait l'impression d'être un chien mouillé et détestait ça ! Alors qu'il passait devant une vitrine, il s’arrêta soudain pour observer son reflet. Son vieux sweat , sa veste en cuir et son jean n'avait pas la tenue qu'ils avaient en sortant de son sac ce matin . Une douche était la seule chose qu'il espérait. Est ce que finalement il irait pas chercher une petite cliente, à la maison grande et chaude et disposant d'un jaccuzi ? C'était tentant …

Il en était là dans ses pensées quand une présence dans son dos, et surtout un regard on ne peux plus pesant et qu'il devinait comme mauvais le força à se retourner. La surprise fut partagé par les deux jeunes gens. Alors qu'il s'attendait à voir un inconnu qu'il pourrait envoyer bouler, il tomba nez à nez avec son amie d'enfance qu'il avait déjà envoyer bouler et plus d'une fois.  

Stella, ou alors la meilleure amie qu'il évitait depuis des mois. Une nuit où Sanjay était particulièrement défoncé et où ses filtres avaient malheureusement disparut , il l'avait traité de pute. Vu ses activités à lui on aurait pu dire que ce n'était rien, que c'était l’hôpital qui se foutait de la charité, le camembert qui dit au roquefort qu'il put. Mais il l'avait surtout traité de mauvaise pute, de celle qui se faisait avoir par un sourire émail diamant, qu'on ramenait dans des chambres d’hôtel pour l'éblouir et qui se faisait mettre en cloque sans allez lui demander des dommages et intérêts. Il lui avait dit d'avorter ou de faire adopter le mioche si elle avait peur que le fantôme de sa grand mère  vienne la hanter si elle faisait passer le fœtus . Avait il eu conscience de son manque d'humanité ? Non il était loin de son état normal, et pourtant son état normal était toujours sous stupéfiant ! Elle s'était mise en colère, et comme souvent ils ne cessaient de vouloir renchérir l'un sur l'autre.

Voilà comment on tuait une amitié  de 10 ans... Ils ne s'étaient plus revus, ou plutôt s'ils avaient le malheurs de se retrouver dans la même rue, chacun regardait obstinément ailleurs. Sanjay prenait parfois comme excuse ces entrevus impromptus pour lancer le sujet auprès des gens qui la connaissait. Il arrivait ainsi avoir de ses nouvelles tout en soufflant à qui voulait l'entendre qu'elle était toujours aussi conne , qu'ils faisaient bien de plus se voir . Mais la vérité était qu'elle lui manquait un peu. Les gens en qui il avait vraiment confiance se comptait sur les doigts de la main elle, son oncle et Korey . Pas de quoi s'ouvrir un compte facebook ou instagram, sous peine de passer pour un total associable !

Alors qu'il claqua sa langue sur son palais, comme si ce vis à vis l'agaçait, une voiture dévala la rue à vive allure. Sanjay se mit entre la route et la petite,minime famille de Stella pour éviter qu'elle se prenne la flaque d'eau . Ce réflexe l’énerva encore plus que la giclée d'eau froide et salle qu'il se prit dans le dos sans vraiment que ça épargne la jeune fille . « Putain de merde ! Fonce dans le mur connard !  » Il s'empressa de faire une doigt d'honneur au chauffeur qui ne ralentit pas pour autant.

De mauvaise grâce et sans plus les regarder il retira sa veste la jeta sur les épaules de Stella, prit son bonnet et l'installa sur le crane de la petite avant de souffler « Bouffonne, rentre à la maison plutôt que faire le tapin dans la rue même maintenant  et avec ta gamine ! » Ils n'étaient pas toujours tendres l'un avec l'autre. En fait c'était qui Sanjay n'était pas toujours tendre, mais elle en avait l'habitude . Provoquer plutôt qu'être ignoré. C'était bien pour cela qu'elle avait joué au snobisme avec lui. Rien ne l'agaçait plus .  «  Passe par ton oncle pour me les rendre, je fais pas crédit MOI » dit il avant de se retourner prêt à partir .


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Sun is up, I'm a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stella Crossgrove
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : nicola peltz



MessageSam 6 Mai - 22:39

we wet

( satan + stella )

Sa bouche est grande ouverte. Stella Crossgrove est choquée.  Premièrement, par la personne qui lui bloque le chemin. San? Ici? Toujours l'air d'un sdf, hein? Toujours sdf, d'ailleurs? Ensuite, elle est frappée, littéralement, par un tsunami d'eau sale. Ça a un goût de terre – Stella se dit, parce que sa bouche était encore ouverte. New York ne fait jamais rien a moitié : avec la douche gratis, vient un rince bouche en bonus. Là s'arrête sa critique de la ville, et ce n'est pas par manque de commentaires à apporter. Au contraire, la Stella a du verbe et serait capable d'écrire une review complète sur l'eau de pluie et son accompagnement de gravelle. Cependant, New York, ou plutôt Sanjay, lui réserve plus de surprises. Son ancien ami se montre gentil, contrairement à son habitude; Il dépose son manteau sur les épaules menues de la jeune femme. Il a mangé quoi?  Elle songe. La tempête aurait-elle des propriétés visant à contrôler l'esprit de la population? Trump? Avant que ses réflexions soient interrompues par l'autre con, qui lui rappelle la raison de leur dispute. De suite, elle est enragée.

Stella, elle fait pas le tapin. On lui donnait des cadeaux, c'est différent. « Mais je fais pas le crédit! » Elle crie tout de même, cherchant à se défendre de ses accusations disgracieuses. Si elle était une pute – et elle n'en est pas une – Elle serait une bonne pute.

À pas lourds, elle se met à marcher, suivant Sanjay un moment, puis arrivant à sa hauteur, afin de faire le chemin avec lui, qu'il le veuille ou non. C'est pas qu'elle tient tant à sa réputation; C'est juste qu'il a tord et qu'elle a raison et qu'elle ne supporte pas qu'il répande des faussetés sur son tarif. « Il était – J'étais – c'était pas comme ça. » Stella hésite un peu, les sourcils froncés, ne sachant plus trop sur quel pied danser. Sont-ils toujours assez proches pour qu'elle étale ses sentiments de la sorte? Ont-ils déjà été assez proches pour parler de trucs si... nian? Ça jamais été eux, ça, les froufous.

« Ouais, il m'offrait des chaussures, des sorties au resto. » Elle continue, décidant que San a envie de l'écouter.  « Je veux dire : les gens ordinaires, ils font ça, San. Ils vont au ciné, ils baisent et ils en parlent pas pour un moment. C'est un truc. » Du moins, c'est un truc dans les films. Et les films sont clairement la meilleure source d'information sur les relations amoureuses accessible. « Ouais, il était riche. Selon facebook, il l'est encore, le Brexit l'a même pas touché. » Elle fait genre qu'elle sait des trucs, qu'elle a grandit et qu'elle est cultivée maintenant, mais en vrai, elle remâche simplement des mots que son père à déjà parlé, en regardant par dessus l'épaule de sa fille qui stalkait son ex sur les réseaux sociaux. Stella ne connaît rien sur l’économie européene. Elle sait simplement que Monsieur Papa s'est récemment acheté une nouvelle voiture plus chère que certaines maisons.

« T'arrêtes de marcher si vite putain, j'ai un énorme bébé à traîner moi. »

Elle stoppe une seconde, son cœur battant assez vite. C'est facile de marcher. C'est facile de parler. Mais faire les deux en même temps, c'est une autre paire de manches.

« Il. » Elle reprend son souffle, mais ne veux pas laisser à son ancien ami la chance de glisser un mot, de s'opposer à son récit. Elle a des trucs à dire. Il va les entendre. Ils vont se réconcilier. Le monde va être beau. « Il était bien. Je l'aimais bien, en fait. » Merci les dieux pour la pluie, son mascara coule déjà sur ses joues depuis un moment; Si ses yeux deviennent humides, il n'y verra que du feu.  « Tu me connais... Je me suis imaginé des trucs. » Elle ajoute, le plus vite possible, parce que ses mots sont honteux. Il faut pas tomber en amour. C'est la règle. La seule règle. Et elle l'a brisée avec le premier venu. Sanjay avait raison de prendre ses distances.

« J'veux dire le mec a rencontré mes grands-parents. Des deux côtés. À l'Église. Pour la St-Patrick. » Elle continue sa défense, beurrant couche après couche sur une tartine déjà saturée. Il doit comprendre, juste – Il doit savoir à quel point le papa de sa petite était important pour elle. L'Église, la St-Patrick, sa famille, c'est pas n'importe quoi pour  une Crossgrove. C'est tout en fait.

« Après, j'ai pissé sur un bâton et pouf, bébé. » Elle lâche, comme ça. Parce que c'est arrivé, comme ça. « T'en connais beaucoup, toi, qui laisseraient leur échapper la chance de vivre la vie dont ils ont toujours rêvé? Je l'ai eue, moi, San, pendant une seconde. J'allais avoir le plus beau des bébés avec  un Apollon qui me traitait bien, trop bien pour moi. J'en avais rien a cirer qu'il soit plein de bling bling. » Sans s'en rendre compte, son bras hameçonne celui de son ami; C'est comme avant. Il y a un an, quand il marchait dans les rues en direction d'un club. Ou il y a dix ans, quand la petite Stella s'accrochait à son petit voisin pouilleux, s'imaginant que ça serait lui, son rêve, son mari chéri. « J'allais avoir ce qu'on m'avais promis. Une âme sœur, un joli mariage, un bébé joufflu; Le paradis sur terre. » Il doit comprendre; pas le choix. San a vu Stella avant. Il l'a vue à genoux pendant des heures, priant à en avoir la peau bleuie, pour son bout d'Éden juste à elle.

« Mais il n'en voulait pas. » Elle dit, sous un ton changé, plus factuel. La vie est courte et on ne peut pas perdre son temps à se morfondre. « Il m'a brisé le cœur et j'étais sensé lui envoyer une facture? »  Et Stella se taie, pour un moment, préférant revenir en pensée sur ses choix. C'était une bonne idée, vraiment, de le laisser partir, comme ça? Elle inspire une bouffée d'air humide, baissant les yeux, pour regarder la fillette collée à elle, sa tête décorée de deux chapeaux plutôt qu'un. Elle mériterait le monde cette petite... Peut-être que sa mère aurait dû piquer à son père un million ou deux, pour la couvrir d'or jusqu'à ses dix-huit ans? « Anyway, si on comptait les points, je suis celle qui sortirait gagnante de tout ça, et je lui devrait plus d'argent que je vais en voir dans toute ma vie. » Elle se répond elle même, brisant le silence, après un temps.  « Cette petite fille, San, je te jure. » D'un coup, c'est comme si le soleil était sorti de sa cachette; Stella se sent toute chaude à l'intérieur, pleine à en vomir de l'amour le plus pur du monde. « Elle fait se lever USCIAS PARKHILL à SIX HEURES du matin. Pas parce qu'elle pleure; Non loin de là. Parce que Monsieur veut des câlins de bébé. » Elle s'enlace elle même, pour coller la petite un peu plus. Sa puce a elle. L'amour de sa vie.  Puis, la jeune maman s'arrête;  Frappée par une réalisation soudaine.

« Écoutes, c'est pas que je t'aime ou que je te pardonnes ou whatever mais... On est pas loin de chez moi; De chez mon père. »

C'est que même s'il a tord, c'est pas important. Elle sait ce que sa fille vaut pour elle, et s'il ne veut pas le voir, il est grave con.

« J'ai dis ce que j'avais à te dire, je ne te mordrai pas. Anyway. Tu pourrais venir prendre une douche, te mettre au sec le temps que ça passe. » Stella fait quelques pas, jusqu'au coin de la rue, attendant que son ancien ami se décide. « En passant, Lana aussi promet qu'elle ne te mordra pas, ou du moins, elle va essayer. Elle te dit aussi de faire attention à son Tonton foufou, parce que lui, il va le faire et il ne s'excusera pas après. Heureusement, il est au travail à cette heure. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sanjay Lewis
LYS


MessageDim 7 Mai - 22:07

mother nature is one angry b!tch


Il avait vaguement entendu sa réplique mais avait aussi l'intention de s'éloigner le plus loin possible de la blondinette avant d'entendre ses pas martelaient le sol à sa poursuite. Comment avait il crut qu'elle pourrait prendre sa Bonne Action de l'année pour elle et ensuite qu'ils pourraient l'enterrer bien profondément sous terre afin d'y retrouver le cadavre de mère grand !

Elle se retrouva à sa hauteur malgré le fait qu'il ai accéléré le pas et il aurait aimé lui demander pourquoi de tout les trajets, il fallait qu'elle fasse le même que lui ? New York était grand, ne pouvait elle pas prendre un ses raccourcis qu'elle ne cessait de créer quand ils traînaient ensemble. Même sur des chemins les plus simples comme de l'école à chez elle, Stella voulait toujours expérimenter de nouveau trajets. Comme le prévoyait le petit garçon, du haut de leurs 10 ans ils se retrouvaient toujours en retard... sa mère a lui s'en fichait alors que sa grand mère à elle la recevait en lui demandant 10 ave maria en pénitence ! Stella et ses prières ! Toute une histoire, un bouquin... une putain d'encyclopédie en 60 tomes ! Jay' qui était pourtant réfractaire à toute sortes de   religions étaient capable de citer certaines prières par cœur... de quoi lui donner le haut de cœur en y repensant.

Et voilà que maintenant elle commençait à vouloir se justifier ? Il leva les yeux au ciel et essaya d'en placer une «  Tu sais je m'en... »-èu Il n'en eu pas le temps. Il n'avait même pas l'occasion de dire qu'il n'avait strictement rien à foutre de ce mec, de ce qu'il lui avait promis ou fait. Et cela pour la simple raison qu'au final... bah il était pas là. Sanjay crevait de froid pour que cette gourde soit un peu mieux et la seule chose qu'elle lui donnait en récompense c'était un interminable monologue où de toute façon il n'était pas invité à répondre. Que pourrait il faire en attendant ? Sa liste de course ?  Pas de course à avoir quand on avait pas de chez soi.La liste de ses clientes et la superficie de la baignoire ? Hum voilà qui était plus intéressant.... Couguar numéro 1, Madison , bonne baignoire mais un mari susceptible de s'y prélasser. Désespéré numéro 2 , Christy , douche et trop demandeuse de romantisme à la con . Couguar numéro 3 ..

Bon Ok, en vrai il l'écoutait tout de même, mais vraiment car elle ne lui laissait pas le choix de faire autrement. Donc selon elle c'était une relation comme les autres. Cool alors il n'était même pas gigolo en fait. Qu'il était con depuis tout ce temps, à croire qu'il vendait son cul ! Il l'aurait applaudis de sa présence d'esprit s'il n'était pas occupé à paraître inaccessible et froid. Ou alors ça lui confirmait juste ce qu'il savait déjà : les couples, le mariage et toute ses conneries n'étaient donc qu'un échange de bon procédé. Et pour pas paraître trop vénal on disait que c'était pas amour... Mais de qui se moque t'on !

Il étouffe un gloussement quand elle parla de Brexit. Sérieusement ? Stella devait bien avoir changé car il ne la voyait clairement pas avec un café le matin, à lire les nouvelles du monde. Bon il l'imaginait pas non plus donner le biberon à une gamine mais à l'évidence c'était ça son quotidien. Il glissa un petit regard sur le bébé dissimulé sous une épaisse couche de vêtement. Du peu qu'il en voyait , c'était vrai qu'elle était mignonne sa mioche. Aussi vrai qu'elle allait attrapé la crève s'ils restaient dehors plus longtemps.  Il accéléra aussitôt le pas. Et elle s'en plaignit dans l'instant ! « T'as qu'a pas faire un mettre 50 tout dans le torse et rien dans les jambes » siffla il sans qu'elle ne puisse l'entendre, ce qui enlevait beaucoup au plaisir de la piquer. Mais il ralentissait quand même.

Elle reprit son récit de plus belle après avoir soufflé. Cette petite conne en était tombé amoureuse... encore une fois rien de neuf sous le soleil... Croyait elle vraiment lui apprendre quelque chose ?  Elle qui fantasmait sur l'idée du prince charmant , bien sous tout rapport qui l’emmènerait à l’Église en cadillac chaque dimanche, sous le regards admiratif de sa famille. Bien sur qu'elle allait tomber dans le panneau comme une gourdasse ! A croire qu'elle n'avait pas connu comme Jay' le défilé constant de nouveau beau père qui aurait fait perdre le rêve du petit couple parfait à tout le monde... Ah mais oui c'est vrai, elle, elle ne l'avait pas connu.. Comme elle n'avait pas connu la certitude d’être un bébé non désiré, fait derrière le dos du père, comme lui et comme sa fille ? Il n'allait tout de même pas dire que c'était pour défendre les droits parentaux des pères qu'ils s'étaient engueulés. Cela aurait été foutrement hypocrite, car sur ce point là pas de doute : c'était de la tune qu'elle aurait du tirer un maximum plutôt que le laisser se tirer comme le lâche qu'il avait été. Ouais, cette histoire elle puait sacrément de la gueule...

Ah, ça il le savait pas. Il avait rencontré les beaux grands-parents ? La classe... il leur avait filé un pourboire en scred en les prenant pour le petit peuple ? Genre... merci d'avoir élever une petite fille si dévouée au lit, allez prenez mes braves … ? Stella attrapa son bras et il eu l'impression de déjà vu. Sans doute car c'était le cas. Ils avaient sillonnés de long en large New York ainsi . Son premier « cachet » de gigolo il l'avait dépensé en drogue premièrement, oui y'a un certain sens de la priorité quand même à respecté.  Mais ensuite en emmenant la blonde pour son anniversaire dans un bar à donuts à la con qui était à la mode à l'époque.

A l’évocation de son oncle, Sanjay n'était pas étonné de son comportement des plus étranges . Il avait toujours était …  hum... fantasque ? C'était le moins qu'on puisse dire .  Mais au moins il ne jugeait personne... Il la regarda en biais enlacer sa petite et se prit à se dire que non, elle ne serait pas la mère pitoyable que sa mère avait été pour lui. La jeune femme... jeune fille, lui proposa de trouver un abris chez son père et Sanjay y réfléchit posément. Cela aurait été loin du petit jacuzzi qu'il espérait mais au moins il n'aurait besoin de coucher avec personne … Et peut être qu’après le premier pas qu'elle avait fait, il pouvait faire le second, qui sait leur amitié aurait pu renaître ?

Il soupira et la rejoignit non sans un avertissement « Ok, mais t'essaies d'y aller mollo dans le trémolo... Tu t'es fais avoir, bah tu t'es fait avoir on va pas y passer une plombe. Le mec était un connard à mes yeux qui s'est servi de toi, et tu as fait une erreur en te servant pas de lui ! Le jour où tu devras la mettre à l'école public, ça ira mais le jour où tu voudras lui offrir de grandes études , là tu comprendras que tu as fait une erreur … Mais outre ça, ouais je veux bien une douche. Et ça veux pas dire non plus que je te pardonne d'avoir été une écervelée ! Ou que j'accepte que quiconque me morde !»

Il connaissait assez bien les chemins de tout ses chez elle  et se mit en route avant de se retourner . « Tu veux que je la tienne,ça te fera moins lourd... et t’inquiètes je suis presque totalement clean aujourd'hui. A moins que tu n'ai aucune confiance en moi ? » Sanjay lui même aurait été incapable de dire si c'était pour la tester, pour que moins dérangée par le poids elle puisse marcher plus vite, ou juste pour voir la petite un peu mieux .Est ce que le bébé aurait un air de ressemblance avec la petite fille en couette avec qui il jouait enfant ?


Codage par Libella sur Graphiorum
[/b][/b]

_________________
Sun is up, I'm a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
mother nature is one angry b!tch // sanjay + stella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Recueil de poèmes du maître poète disparu
» [DECK-LIST EDH] : Angry Hermit.
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: LE QUEENS-
Sauter vers: