Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîche ses blessures... [Jo/Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageDim 30 Avr - 22:19

 



Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîche ses blessures...

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs






« Les 24 premières heures sont capitales pour l’enfant » Furent les premiers mots prononcés par l’Officier Martinez, qui se trouvait face à lui, un calepin entre les mains. Sans vraiment comprendre pourquoi, le cinquantenaire se demanda combien de fois il avait pu écrire sur ce fichu carnet depuis le début de sa carrière et si cela l’aidait réellement. Puis une main se posa sur son épaule, comme pour attirer son attention. Il releva alors lentement ses yeux bruns sur le jeune policier et hocha lentement de la tête. Non, il n’allait pas bien. Pas bien du tout…

Pourtant, tout se déroulait pour le mieux dans leur vie, à tous les trois. Cela faisait maintenant quelques temps qu’Isaac et Jo avaient décidé de faire un bout de chemin ensemble, main dans la main. Aucun mot au-dessus de l’autre, que des sourires, des éclats de rires dans les seuls moments qu’ils réussissaient à s’offrir l’un à l’autre. Entre les horaires difficiles de Jo et les siens, qui avaient quelque peu changé ces derniers temps, ils ne se croisaient que peu de fois mais ils faisaient en sorte d’en profiter au mieux. Et cela, même si leur relation avait prit fondation sur un nouveau mensonge…

En effet, quelques jours avant qu’ils ne se mettent réellement ensemble, Isaac avait accepté d’enquête sur une affaire qui concernait de près son passé en tant qu’infiltré. Une certaine nostalgie l’avait alors envahi et il avait alors, après réflexion, quittait l’Académie de Police pour revenir sur le terrain en tant que Lieutenant à la criminelle. Des horaires compliqués, des heures supplémentaires à ses frais, un risque perpétuel de ne jamais rentrer le soir… Mais cela l’avait rendu encore plus vivant et c’était avec une certaine hâte que le matin, il se rendait au travail.
Mais il savait aussi que son métier avait été l’une des causes de leur séparation quelques années plus tôt alors il préféra taire ce changement de poste au sein de la police. Il souhaitait pérenniser la quiétude qui régnait au sein de sa relation avec Jo et Juliane, pour le moment…

«  Vous êtes un proche de Juliane Kenway, lieutenant ? » Demanda alors l’Officier qui prenait en note la moindre de ses réponses. Tout en observant le brouhaha des enfants qui couraient innocemment dans la cour, il répondit avec un calme qui le dépassait « Non …. Enfin oui… Je suis un vieil ami à sa mère… Je... » Il releva ses yeux vers le policier et ajouta, confus « J’étais venu la chercher pour qu’on aille manger une glace avant de rentrer… Ce… C’était une surprise. »
Isaac se passa une main lasse sur le visage, décomposé et terrifié à la fois… Jamais il n’aurait pensé vivre cela…

« Est-ce que vous reconnaissez cet homme, Lieutenant ? D’après l’institutrice, ça serait lui qui serait venu chercher l’enfant en prétextant être Logan Kenway, le père de Juliane. »

Isaac se saisit de la feuille de papier et son coeur rata un battement en observant le portrait minutieux du suspect. Il déglutit avec difficulté alors que ses mains se mirent à trembler. Qu’avait-il fait ?! Il serra la feuille de papier entre ses doigts avec force alors qu’il ferma les yeux… « Il s’appelle Ivan Voltchkov…. C’est un important trafiquant en Europe de l’est…. Il est arrivé aux États-Unis il y a trois ans et il est sous surveillance depuis tout ce temps… Je viens de mettre son jeune frère derrière les barreaux pour les vingts prochaines années… et... et il a décidé… de se venger en s’attaquant à ce que j’avais de plus cher dans ce monde... »


Ce fut un homme complètement désemparé qui franchit les portes des urgences. Son coeur battait à tout rompt et à chaque pas qu’il faisait, il croyait défaillir… Une infirmière l’interpella avec sympathie ou plus par habitude mais il l’ignora, continuant d’avancer parmi les malades et blessés en tout genre qui occupaient le peu de place libre. Il l’a vit alors, auprès d’un patient qui avait dû faire une mauvaise chute. A dire vrai, il s’en moquait bien… Il resta complètement interdit jusqu’à ce qu’elle lève les yeux vers lui. Le regard embrumé, il voulait seulement disparaître en cet instant, ne jamais avoir existé dans la vie de la jeune femme et de son enfant.
Il se recula, comme pour l’encourager à la suivre à l’abri des oreilles indiscrètes. Lorsqu’il fut sûr que personne ne les entendait, il s’avança vers la jeune femme, son regard dans le sien. Comment lui dire ?! Quels mots choisir ?! Est-ce que cela avait réellement une importance ?!

« Jo… Il faut que je te parle… C’est à propos de Juliane... »






_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 1 Mai - 21:35

Nouvelle vie… Peut-être pas tout à fait le bon terme, mais en tout cas il y avait du changement. Dans le bon sens. Ça avait été mouvementé, douloureux, et puis finalement après l'orage il y avait une belle éclaircie. C'était à croire qu'avec Isaac ils fonctionnaient ainsi. Jo s'était interdit de penser à la prochaine tempête. Parce qu'il y en aurait une. Pour le moment, elle avait juste décidé de se laisser porter, de savourer chaque seconde. Peu à peu un équilibre revenait dans sa vie, dans celle de sa fille. Même si c'était légèrement plus complexe pour elle. Passé de pas de papa et deux d'un coup, c'était un peu beaucoup pour une si petite fille. Enfin, Logan comme Isaac savaient se montrer patient, et compréhensif. Alors tout allait bien dans le meilleur des mondes !

Oui, Jo était en ce moment sur une sorte de petit nuage. Heureuse que sa vie prenne cette tournure, heureuse de pouvoir faire à nouveau route avec Isaac. Malgré la méfiance de Jeb, celle non dissimulé de Logan avec qui elle avait dut longuement parlementé, Jo était heureuse. Bon ça n'était pas simple puisqu'elle avait toujours des horaires de fou, et que de son côté Iz en avait également. Parfois ils ne faisaient que se croiser… Parfois ils ne se voyaient pas, chacun dormant chez soi pour une question de praticité. Mais c'était comme si la vie avait reprit quelques couleurs.

Ce matin elle s'était levée de bonne humeur, avait prit le temps de déjeuner avec sa fille avant de l'habiller, pour l'emmener à l'école. Ce genre de matinée étaient rares pour la mère et sa fille. Alors elles étaient encore plus précieuse. Il y avait eu les petits pas sur le parquet, le câlin du matin… Le bisou devant les portes de l'école avec la promesse d'être bien sage. Le rappel aussi que ça n'était pas elle qui venait la chercher en fin d'après midi. Confier sa fille à Isaac ne lui posait pas de souci. Juliane appréciait le flic, et cela soulageait Jo.

C'était le coeur léger, et le sourire aux lèvres qu'elle était arrivée aux urgences, prenant son poste avec une motivation sans faille. Les heures avaient défilé à une vitesse folle, comme chaque jour. La jeune maman n'avait fait qu'une petite pause, avalant un thé et un muffin sur le pouce, avant de retourner soigner ses patients. Elle était près de l'un d'eux lorsqu'Isaac était arrivé. Jo ne l'avait pas remarqué tout de suite, concentrée et entièrement dévouée à son job.

Pourtant elle avait finit par le voir, et un sourire ravit avait illuminé son visage. Après avoir demandé à une collègue de prendre sa suite elle avait approché l'afro-américain, retirant ses gants pour le mettre à la poubelle prévu pour cela. « -hey... » avait-elle soufflé avant de froncer un sourcil. Qu'est ce qui n'allait pas ? « -qu'est ce qui se passe ça va pas ? » demanda-t-elle avait qu'il n'évoque le prénom de sa fille. Jo marcha un peu plus loin, dans le couloir afin d'être un peu plus isoler du monde. « -oh non mince j'ai oublié de mettre le goutter c'est ça ? » lança-t-elle en grimaçant. Mère indigne et sans tête qu'elle était ! Mais Iz ne parlait pas, n'avait pas nié non plus alors elle enchaina : « -c'est pas ça ? Y'a un problème avec l'école ? Elle a encore tapé ce gamin pénible là… J'sais jamais comment il s'appelle... »

Jo ne savait pas si c'était le fait de se mettre en pause quelques minutes, mais elle ressentit d'un seul coup une grande fatigue. « -elle est où d'ailleurs ? Tu sais qu'elle a pas le droit de se cacher ici pour faire une surprise... » La dernière fois, ça avait un peu mit le bordel… Même si Jo avait adoré la surprise. Pourtant pour le coup, comme si elle avait soudain comprit que c'était bien plus que ça, elle fronça les sourcils et dit : « -ba dis moi qu'est ce qui se passe ? » Plus de sourire sur son visage alors qu'elle détaillait celui d'Isaac qui semblait inquiet, fermé et fatigué.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 1 Mai - 22:08

 



Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîche ses blessures...

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs






Tout le temps que dura le trajet, les pires scénarios se succédèrent dans l’esprit ébranlé du cinquantenaire, qu’il n’eut d’autre choix que de s’arrêter sur le bord de la route, les mains encore tremblantes sur le volant. Il posa son front contre ce dernier et laissa les larmes couler sur son visage. Il avait envie de hurler de toutes ses forces, si cela pouvait, ne serait-ce qu’un peu, apaiser son âme en cet instant… Il s’adossa contre son siège et frappa le volant de toutes ses forces avant de le fixer, interdit. « Elle est innocente… Ce n’est qu’une enfant... » Souffla-t-il pour un Dieu dont il commençait vraiment à douter de l’existence. Il inspira profondément et regarda l’heure. Jo était toujours au travail et oui, il était terrifié à la simple pensée que ça allait être lui qui va lui annoncer la disparition de son enfant, de son ange…

Alors oui, il resta muet devant la jeune femme qui pourtant, semblait heureuse de le voir arriver sur son lieu de travail. Dans d’autres circonstances, lui aussi l’aurait été et il n’aurait pas hésité à l’embrasser devant tout le personnel soignant pour le lui faire comprendre. Mais en cet instant, il souhaitait juste disparaître, n’avoir jamais existé dans la vie de la jeune femme et de sa fille… L’innocence de Jo aurait pu le faire sourire, mais aujourd’hui, ça le brisait juste un peu plus encore. Il se passa une main lasse sur le visage, la suppliant intérieurement de se taire, que chaque parole prononcée rendait tout cela encore plus difficile que ça ne l’était déjà.
Puis son sourire disparu et elle pouvait voir dans son regard que c’était finalement plus grave qu’un goûter ou qu’une tape à un gamin. Son coeur battait si fort qu’il pouvait entendre chaque battement, son estomac ne cessait de s’éteindre dans un étau et sa respiration… Il se demandait comment il faisait encore pour respirer. Son regard se mit à briller et sa gorge se noua alors qu’il commença à prononcer les premiers mots « Non Jo… Elle ne s’est pas cachée et tu n’as pas oublié son goûter… Qu’est-ce que j’aimerai que... » Il leva les yeux au ciel, il n’arrivait plus à parler et les larmes perlaient au coin de ses yeux. Il inspira une fois encore et fixa la jeune femme droit dans les yeux « Je suis allé chercher Juliane à l’école, mais elle n’y était plus Jo. Julianne a été kidnappé… Juliane... »
Il s’avança vers elle et la serra contre lui, aussi fort qu’il le pouvait, tout en fermant les yeux. Si elle savait qu’il était l’unique responsable de ce cauchemar…

Isaac ne saurait dire combien de temps il resta contre la jeune femme mais il se recula légèrement et posa ses deux mains sur son visage « Je m’occupe personnellement de cette affaire. On sait qui a enlevé Julianne et c’est bien, Jo. C’est… C’est une bonne chose. » A dire vrai, cet enfoiré était sûrement la pire ordure qui pouvait exister sur cette Terre mais il n’en fit pas part à Jo. Il n’en avait pas le droit.

Le lieutenant la blottit de nouveau contre elle et la conduit jusque dans la voiture. Il se moquait bien de l’avis des collègues ou supérieurs de Jo. Pour le moment, seule la jeune femme était importante à ses yeux. Il la conduisit jusqu’à son appartement où des officiers étaient déjà présent pour récupérer le moindre indice concernant l’enfant, tel que son ADN si besoin alors que l’inspecteur, quant à lui, attendait patiemment Jo pour lui poser plus ample question. « Ils avaient besoin d’accéder à ton appartement. Je suis désolé. »

Il la retint par la main avant qu’elle n’entre dans son appartement et l’embrassa du bout des lèvres « On va la retrouver, je te le promet mon coeur ». Même si cela devait lui coûter sa carrière et sa réputation, il comptait bien faire tout ce qu’il pouvait pour retrouver la petite fille !
Avant qu’elle ne parle à l’inspecteur en charge de l’affaire, il le prit en aparté et lui souffla « Jo n’est pas au courant de ma mutation. Je suis toujours Lieutenant à l’Académie et je ne connais rien à l’affaire. Suis-je clair ?! Elle est assez désemparée comme ça ! »
L’inspecteur hocha seulement de la tête, comprenant la situation et retourna auprès de Jo alors qu’Isaac se rendit dans la cuisine pour lui préparer un thé chaud. Il souhaitait rester un moment avec Jo avant de partir de son côté pour enquêter à sa manière…





_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMar 2 Mai - 19:23

Plus il traînait à parler, plus elle sentait une boule se former dans son estomac. Un truc qui la prenait aux tripes, qui fait coulé la peur dans les veines… Est ce que c'était instinct de maman qui prenait le dessus ? Elle avait soudainement envie qu'il crache le morceau, son sourire s'était envolé et elle lâcha d'un ton plus cinglant : « -mais parles ! » Oui c'était si compliqué que ça ? Où était sa fille ? Qu'est ce qui s'était passé ? L'angoisse était en train de la submerger alors que débilement elle cherchait Juliane des yeux. Lorsqu'il leva les yeux vers le plafond elle agrippa le col de sa chemise comme si ça allait le faire parler plus vite.

Mais lorsque les mots sortirent enfin de la bouche d'Isaac, le coeur de Jo sembla s'arrêter. Tout comme le reste du monde. Plus rien autour n'existait. Ses jambes se dérobèrent sous elle et la jeune femme se serait sans doute écroulée sur le carrelage si Isaac ne l'avait tenu dans ses bras. « -non… Non… Non… » souffla Jo le visage contre le torse d'Iz, le regard complètement hagard, perdue déboussolée totalement. Les mots d'Iz avait été comme une douche froide, une claque en plein visage… Et pourtant son cerveau peinait à les assimiler. Ce genre de chose arrivaient à d'autres, pas à elle… Non pas sa fille, pas son petit trésor…

L'infirmière regardait dans le vide lorsqu'il la fixa. C'était impossible. Quoi ? Une bonne chose ? Mais de quoi parlait-il ? « -non… Mon bébé… » Puis ce fut une sorte de cri d'animal blessé qui sortie de ses lèvres, jetant un froid sur toute la salle des urgences… Jo porta sa main à ses lèvres, se laissant glissée sur le sol, la douleur était trop grande. Son visage était noyé de larmes, alors que son coeur était en train de mourir. Son corps tremblait de toute part, incapable de parler, de bouger… Iz fut presque obligé de la porter pour la sortir du bâtiment.

Le voyage en voiture fut silencieux, mise à part les sanglots et les gémissements de la jeune femme, repliée sur elle même. Être forte, garder la tête froide… Comment pouvait-elle faire cela ? Impossible. Elle était en train de vivre un cauchemar. Il lui fallu quelques minutes pour sortir de la voiture. Les mains tremblante, elle cherchait son souffle, à la limite de la crise de panique. Heureusement Isaac était là… Elle pouvait se raccrocher à lui.

Les escaliers furent une torture, un chemin de croix qui l’entraînait vers appartement vide de rire d'enfant. Elle ne répondit pas au baiser d'Isaac, s'agrippant à nouveau à col de sa chemise, elle lui demanda : « -promets le moi ! Pas de mensonge. Tu dois la retrouver… Je t'en pris… Je... » Ah nouveau elle se remit à pleurer, la douleur était insupportable.

Ce fut tel un zombie qu'elle prit place dans le canapé de son salon, regardant passé les agents qui avaient envahit son petit appartement. Son bébé… Sa petite chérie… Ses deux mains à hauteur du visage, elle commença à se ronger les ongles, nerveusement, comme si cela pouvait l'aider à contenir la panique qui l'avait gagné. Lorsqu'un agent s'adressa à elle, Jo sursauta.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageVen 12 Mai - 22:19

 



Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîche ses blessures...

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs









Promet-le moi… Le coeur d’Isaac se serra si fort qu’il crut, le temps d’un instant, qu’il s’était arrêté de battre. La vérité lui brûlait les lèvres, la culpabilité l’étreignait de l’intérieur, et pourtant, il resta silencieux face à la femme qu’il aimait. Si elle savait… Pensa-t-il alors qu’il lui apporta la tasse de thé fumante, qu’il posa sans un mot, sur la table basse du salon. Il posa alors sa main sur son épaule, la serrant comme pour lui démontrer tout son soutien avant de se saisir de ses clefs de voiture et de partir sans prononcer la moindre syllabe. Il roula à vive allure dans les rues de New York, ignorant ouvertement le code de la route et se rendit jusqu’au commissariat où l’attendait le frère d’Ivan Voltchkov.
Ce fut l’un de ses partenaires au sein de la brigade criminelle qui le stoppa dans sa course, se dressant face à lui, en sachant pertinemment ce qu’Isaac comptait faire dans cette salle d’interrogatoire. « Isaac, tu es bien trop impliqué dans cette affaire pour que tu l’interroges toi-même ». Oh ! Bien évidemment, Isaac était tout à fait conscience de cela, mais il s’en moquait éperdument ! La vie de Juliane était en danger et cela par sa faute, alors ce n’était pas son partenaire d’une bonne vingtaine de kilos de plus que lui, qui réussira à le stopper dans son entreprise. Il s’approcha dangereusement de ce dernier, au point de sentir son haleine de friture, et lui murmura quelques mots à l’oreille qui eurent l’effet escomptés. Reyes le laissa passer, livide, tout en observant Isaac s’éloignait de lui pour se rendre auprès de Dimitri Voltchkov.

La main sur la poignée, il ferma les yeux et revit la détresse dans le regard brun de Joséphine… C’était la chair de sa chair qui était portée disparue. Il n’avait pas le droit de l’abandonner. Il devait obtenir une réponse et rapidement !
Il poussa la porte avec vigueur et entra dans la salle d’interrogatoire où se tenait Dimitri. Les menottes aux poignets, il avait le regard aussi froid que celui d’un serpent et la langue tout aussi acéré lorsqu’il parlait. Son corps était recouvert en partie de tatouages qui ne laissait place à aucun doute vis-à-vis de sa provenance. C’était un russe, un criminel de surplus et il se plaisait à se pavaner tel un paon dès qu’il en avait l’occasion. Comment en cet instant, alors qu’il se savait fort face au lieutenant qui se tenait face à lui. « Enlevez-lui les menottes et arrêtez l’enregistrement. On va avoir une conversation privée, M. Voltchkov et moi-même ». L’officier resta interdit un court instant et obéit sans poser de questions.

Dès qu’il fut sortit, Isaac attendit un moment, fixant droit dans les yeux son suspect, qui ne semblait pas vouloir se départir de son sourire. Continu comme ça… Pensa-t-il, alors qu’il sentait la colère montait en lui. « Où se trouve ton frère ?! »



Ses mains ensanglantées, tremblaient sur le volant de sa mustang. Il avait mal, mais pas autant que son adversaire, qui avait fini par rester au sol, immobile. Même si Isaac avait pu décharger toute sa colère, il n’en restait pas moins que les réponses obtenues étaient minces, mais c’était toujours des réponses, tenta-t-il de se rassurer. Son Capitaine avait refusé que le cinquantenaire participe à la descente de l’unité d’intervention dans l’une des planque d’Ivan, lui conseillant vivement de retourner auprès de Jo, qui avait sûrement plus besoin de lui en cet instant, que la police.
Isaac releva ses yeux sur l’immeuble de Jo et se passa une main lasse sur le visage. Il reprit contenance et gravit les marches jusqu’à l’appartement de la jeune femme, avec lenteur. Comme si la culpabilité l’accablait tellement, qu’elle pesait sur chacun de ses gestes. Interdit devant la porte d’entrée, il baissa les yeux sur sa chemise ensanglantée et poussa un soupir. Elle allait être terrifiée en le voyant ainsi… Il ouvrit la porte d’entrée et salua d’un signe de tête le flic dans l’entrée.
Il y avait un brouhaha incessant dans l’appartement, les policiers ne cessaient d’aller et venir dans l’appartement, comme si c’était l’Auberge Espagnole et cela eut pour effet d’agacer davantage le cinquantenaire qui haussa le ton « Fermez-là ! On a besoin de silence ! ».
Les regards tournaient vers lui, Isaac souffla et se rendit auprès de la jolie brune et déposa un baiser sur sa tempe chaude « Tu tiens le coup mon coeur ? »




_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîche ses blessures... [Jo/Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Petit Biscuit ◆ Connaissez vous le garde champêtre ? Le garde champêtre ? Celui qui pue qui pète ? Oui celui qui prend son tutu pour une voilette.
» Garde impériale
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Garde de la Citadelle a cheval.
» garde royal rohan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: BROOKLYN-
Sauter vers: