Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Redbeards united (Sloan & Thiago)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Santiago G. Kidd
LILAS

❖ MESSAGES : 398
❖ AVATAR : Jesse Lee Soffer


MessageJeu 27 Avr - 22:34

 



Redbeard united

FEAT. Thiago & Sloan


Thiago avait proposé à Sloan d'aller boire un verre en soirée, une fois leurs services respectifs terminés. Même s'ils avaient été coéquipiers sur une courte période, Santiago appréciait l'autre flic. Malgré son caractère de merde et ses manières parfois douteuses. Comparé à lui, il faisait vraiment psychorigide. Mais aussi bizarre que ça puisse paraître, ils s'entendaient même plutôt bien. Thiago se foutait des travers de Sloan et c'était très bien comme ça.

Il en avait profité pour ressortir sa bécane, maintenant qu'elle pouvait rouler sans tomber en rade au bout de cinq minutes. Foutue mécanique capricieuse des années soixante. Finalement, il avait failli tomber en rade à quelques mètres du bar. Il avait encore du boulot avant que sa moto ne retrouve sa gloire passée.  Résultat, quand il entra dans le bar, il sentait un peu l'huile de moteur. Mais il pourrait repartir sans laisser l'engin sur le trottoir, c'était déjà ça. Enfin. Ce n'était pas non plus insupportable comme odeur. Parfois, il se disait quand même qu'il ferait mieux de s'acheter une bécane neuve et basta. Seulement, où serait le challenge ? Et à quoi occuperait-il ses soirées.

Il se dirigea vers le comptoir pour commander une bière en attendant l'arrivée de son ami. Il en profita pour laisser son regard vagabonder dans la salle. Rien d'intéressant à noter. Un match de baseball jouait en fond sur les télés du bar, mais ça n'avait jamais été son truc. Pas assez de contact pour lui. Quitte à paraître cliché. Il aimait assez la bagarre, même si elle était scénarisée comme au hockey. Il finit par apercevoir son ami et lui fit signe de le rejoindre avant de faire signe au barman de servir une bière à Sloan. Il avait lancé l'invitation, la première tournée était donc logiquement pour lui.

« Salut, mec. »

Il attendit qu'il soit servi pour trinquer avec lui.

« Alors, t'as traumatisé combien de nos chers concitoyens aujourd'hui ? »




_________________
Santiago G. Kidd

Rule 6 : Always bring a knife along your gun in a gun fight. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sloan K. Redfield
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1234
❖ AVATAR : James McAvoy

“ We start off with high hopes, then we bottle it. We realise that we’re all going to die, without really finding out the big answers. We develop all those long-winded ideas which just interpret the reality of our lives in different ways, without really extending our body of worthwhile knowledge, about the big things, the real things. Basically, we live a short disappointing life; and then we die. We fill up our lives with shite, things like careers and relationships to delude ourselves that it isn’t all totally pointless. ”
― Irvine Welsh, Trainspotting

MessageVen 5 Mai - 22:15





Redbeard united ◮ Santiago


Poussant un soupir sonore, j'observe d'un regard noir le dossier qui vient d'être abandonné sur mon bureau. Le Capitaine s'éloigne, un sourire satisfait déformant sa tronche de con. Il me salue d'un petit signe de la main, ne cachant rien de sa joie à me refiler des heures supplémentaires qui ne seront bien évidemment pas payées, et difficilement récupérées. Qu'il aille se faire foutre ! Je me lève d'un bond, arrache ma veste du dossier de la chaise et sors, furieux, du bâtiment.
Depuis quelques jours, j'ai l'impression que le sort s'acharne sur moi, bien au-delà des petites contrariétés du quotidien. Depuis quelques jours, j'ai réduit ma consommation de cocaïne, et putain, ça me fout les nerfs en pelote. Les mains occupées à attraper mon paquet de cigarettes, j'observe le défilé monotone des piétons. Le temps est couvert, comme à son habitude. L'ambiance est maussade. Les gens se traînent, harassés par leur journée, et déjà fatigués pour le lendemain. A moins que ce ne soit moi qui projette... Apparemment, j'ai tendance à méconnaître mes travers tout en ayant une grande acuité à remarquer ceux des autres. Apparemment, je suis irritable. Je dirai irascible. Je crèverai la moitié du trottoir pour une trace.

Fantasmant brièvement un meurtre de masse, je retrouve le sourire, plus nerveux que satisfait des pensées qui me traversent. Je m'étais attendu à en chier les deux-trois premiers jours, mais voilà bientôt sept jours que j'ai arrêté... enfin, drastiquement diminué. Or, l'envie est toujours là, toujours aussi envahissante, toujours aussi irrépréhensible. Je pourrai me taper une trace de farine juste pour retrouver ce geste qui annonce systématiquement un épanouissement, certes surfait, mais pas moins salvateur.

Ce soir, je retrouve Tiago pour se boire un verre. Ou dix. Ce qu'il faudra pour oublier que je n'arrive pas à oublier à la coke. Mais d'ici là, j'ai encore bien deux heures à tirer. Et vu l'épaisseur du dossier que l'autre connard m'a refilé, elles ne seront pas de trop.

Vingt-heures. Je me suis laissé rattraper par le temps. Ce foutu dossier s'est révélé plus palpitant que je ne l'aurai cru. Et contrairement à mes appréhensions, mettre le nez dans ce trafic de narcotiques a réussi à me changer les idées. Allez savoir pourquoi. Toujours est-il que Tiago doit m'attendre, transpirant la solitude et la loose, accoudé au bar.
Une dizaine de minutes et deux clopes plus tard, je rentre dans le pub, souriant bêtement en sentant l'arôme suave et passablement écœurant de l'alcool embaumer l'air.  Je n'ai même pas le temps de poser mon cul sur la tabouret à côté du flic qu'une bière est déjà là, m'allumant clairement de ses fines bulles et sa mousse légère.

« Hey », souffle-je avec un manque d'entrain à peine voilé. Néanmoins, sa remarque m'arrache un sourire. « Pas assez si tu veux mon avis. Y'a un connard qui a garé sa bécane comme un porc... » Mon sourire devient un rictus, et un coup de coude plus tard, j'enchaîne : « Bon, qu'est-ce que ça devient les mœurs ? » J'en ai pas grand chose à foutre. Cependant, faut bien commencer quelque part. Et puis, en tant que flics, on a du mal à parler autre chose que boulot. M'enfin, d'ici quelques bières, le sujet aura bien dérivé.

(c)syndrome




_________________


I'm a puppet on a string. Tracy Island, time-traveling. Diamond could've shaped heartaches. Come to find you four in some velvet morning. Years too late. She's a silver lining lone ranger riding. Through an open space. In my mind when she's not right there beside me. I go crazy 'cause here isn't where I wanna be. And satisfaction feels like a distant memory. And I can't help myself. All I wanna hear her say is "Are you mine?" + R U MINE ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Santiago G. Kidd
LILAS

❖ MESSAGES : 398
❖ AVATAR : Jesse Lee Soffer


MessageJeu 18 Mai - 16:04

T
 



Redbeard united

FEAT. Thiago & Sloan


Sloan était un peu un phénomène dans le genre. Mais Thiago s'en moquait pas mal. Il avait l'habitude de l'irrascibilité de l'autre flic. Il savait plutôt bien le gérer. Ou le tolérer. Peu importe la façon de voir les choses. Les caractères de merde, il en avait croisé plus d'un. Bossé avec aussi. A vrai dire, il appréciaitle côté brut de décoffrage de son ami.

Il eut un rictus à la mention de la bécane garée comme un porc.

« Ils ont aucun respect ces types-là. » ironisa-t-il.

Il trinqua et prit une gorgée de son verre. Les Moeurs. Quand on y pense faut pas avoir des masses foi en l'humanité quand on y bosse. Ou l'inverse. Mais jamais ça ne serait venu à l'idée de Santiago de demander une nouvelle affection. Du moins, pas pour le moment.

« Bah. La routine. Essayer de coincer des violeurs. Surveiller les macs. Péter quelques dents à un pédophile de manière ab-so-lu-ment involontaire... »

Santiago haussa légèrement les épaules. Ce n'était pas un militant de l'utilisation de la force brute mais parfois... Il ne pouvait pas toujours être irréprochable, pas vrai ?

« Pourquoi, tu veux reprendre ta place, tu t'ennuies trop aux stups ? »

Les seuls qui devaient avoir le temps de s'ennuyer dans la police devaient être les purement administratifs.  Enfin, il fallait bien de tout pour faire un monde.

« Alors, pourquoi tu tires une tête de dix pieds de long ? »




_________________
Santiago G. Kidd

Rule 6 : Always bring a knife along your gun in a gun fight. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sloan K. Redfield
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1234
❖ AVATAR : James McAvoy

“ We start off with high hopes, then we bottle it. We realise that we’re all going to die, without really finding out the big answers. We develop all those long-winded ideas which just interpret the reality of our lives in different ways, without really extending our body of worthwhile knowledge, about the big things, the real things. Basically, we live a short disappointing life; and then we die. We fill up our lives with shite, things like careers and relationships to delude ourselves that it isn’t all totally pointless. ”
― Irvine Welsh, Trainspotting

MessageDim 28 Mai - 15:13





Redbeard united ◮ Santiago


On trinque. Le ton est déjà donné, sarcastique à souhait. Thiago fait partie des rares mortels à survivre à mes effusions caustiques. Je ne sais dire si c'est de l'intelligence ou de la pure connerie, mais ce type arrive à me supporter. Je ne pense pas l'avoir déjà vu perdre son calme à mon contact. Sa patience - ou son détachement - est une sacrée force, surtout quand on bosse aux Mœurs. Bien évidemment, patience ne veut pas dire clémence. J'esquisse un rictus amusé lorsque le flic évoque un incident totalement hasardeux avec un pédophile. Il n'y a que deux types de policiers qui bossent aux Mœurs : les justiciers et les corrompus. Un choix qui s'impose rapidement, face aux vices étalés d'une humanité qui en a perdu son essence, et qui vivote dans la lie sans aucun scrupule. Thiago fait incontestablement partie des héros en collant, la cape au vent. Pour ma part, j'ai toujours été plus à l'aise avec le côté obscur de ce job. Ce qui ne m'a pas empêché de casser les ratiches de quelques violeurs, pédophiles et autres queutards mal avisés. Mais je sais aussi leur donner une chance à partir du moment où il m'en offre une : laisser un pédophile en liberté contre le réseau de cyberpornographie dont il était l'abonné, effacer du dossier le nom d'un mac contre des informations sur le business de cocaïne qui sévissait dans le Queens. Des pratiques illégales, mais des opportunités qui ont permis de démanteler des réseaux et des organisations entières. Dans ce boulot, faut savoir composer avec l'horreur, et ne pas se contenter de l'arbre qui cache la forêt. Et puis, ça crée des contacts.
Poussant un soupir sonore, je braque un regard fatigué sur Thiago. Les Mœurs étaient une porte d'entrée. J'y ai pris de nombreux contacts durant mes quelques années dans le service. Des contacts qui s'avèrent utiles depuis que j'ai rejoint les Stup. L'illégalité côtoie l'illégalité, et nombre d'affaires de Mœurs trempent dans les trafics de drogues, et vice-versa.

« Sans façon. Je te laisse les putes vérolées, et les pédophiles ecclésiastiques. J'ai déjà donné. Et puis, c'est pas mal les Stups. Sauf quand la D.E.A. s'incruste, la bouche en cœur, mais prête à t'enculer... » Les tensions entre flics et féd' sont ancestrales. Elles sont devenues une sorte de tradition dans laquelle chaque clan se complait.

La question de Thiago me laisse interdit. Apparemment, j'ai une sale gueule. Merci. Comme si je ne m'en étais pas rendu compte... Depuis que je ne trompe plus la fatigue avec une énergie synthétique, je vis dans un épuisement croissant. Je suis incapable de trouver le sommeil, l'esprit torturé par le cycle infernal des ruminations et autres réflexions angoissées. Mes nuits sont blanches, mes pensées trop douloureuses pour sombrer dans le sommeil. Et chaque nuit, je lutte contre l'envie de m'oublier, par quelque moyen que ce soit. Alors oui, je tire "une tête de dix pieds de long"...

« Ta mère m'a mis un râteau... » lâche-je d'un ton sec. J'ai conscience que ce type de réflexion incluant la mère de mon interlocuteur n'est jamais de bon goût, et suscite souvent une vive hostilité. Mais je m'en tape. Thiago en fera ce qu'il en veut.

(c)syndrome




_________________


I'm a puppet on a string. Tracy Island, time-traveling. Diamond could've shaped heartaches. Come to find you four in some velvet morning. Years too late. She's a silver lining lone ranger riding. Through an open space. In my mind when she's not right there beside me. I go crazy 'cause here isn't where I wanna be. And satisfaction feels like a distant memory. And I can't help myself. All I wanna hear her say is "Are you mine?" + R U MINE ?

Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Redbeards united (Sloan & Thiago)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Haiti United Press
» United States Championship : Triple H Vs Zack Ryder
» United States Championship Table Match : Zack Ryder vs Triple H
» United By The Fate, partenariat
» David Sloan & Black Spider

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: BROOKLYN-
Sauter vers: