Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
The Reporter And The Whore ft Florence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sanjay Lewis
LYS


MessageJeu 27 Avr - 17:15

 



The Reporter And The Whore

FEAT. Florence

Sanjay commanda un verre au serveur avant de s'installer à la place qui était souvent la sienne. Un peu à l'écart il pouvait observer à loisir tout les nouveaux arrivants et nouvelles arrivantes. Et si tant est qu'on le cherchait on pouvait aller le voir avec discrétion. C'était donc l'endroit parfait pour trouver des clientes . Il avait pourtant déjà un assez beau catalogue à son effectif : des femmes mariées délaissées, des femmes qui voulaient se redécouvrir une nouvelle jeunesse ou bien des femmes trop occupées par le travail pour avoir le temps de combler leur besoins romantiques. Dans ces moments là Sanjay pouvait apparaître comme un assez bon compromis. Il était beau, exotique, savait se faire charmeur et même si l'herbe embrumait parfois son esprit il se faisait un devoir de bien présenter . Tout cela n'était que de la poudre aux yeux mais ça suffisait à qu'on lui offre  de jolies billets, de jolies costumes et même une belle montre qui brillait ce soir à son poignet. Avait il l'air du gigolo qu'il était  si on le regardait de plus prêt? Oui et c'était tant mieux puisqu'il était sa propre carte de visite.

Ce n'était pas en passant de la drogue pour ses « amis » ou en servant d'indic qu'il arriverait à sortir de la rue . Il avait arrêté l'école à 15 ans, n'avait pas de diplôme mais il n'en était pas moins intelligent. Et c'était surtout sa soif de vivre qui l'assurait d'y arriver. A 19 ans, il avait déjà survécut à 2 overdoses et bien qu'il ne se piquerait plus, son sang avait toujours ce quelque chose qui lui permettait d'oublier la façon donc il avançait. Il n'avait pas honte de ce qu'il faisait, la vie y avait poussé et c'était de l'argent facilement gagné qu'il n'avait aucune raison de refuser.

En jetant un œil circulaire à l'assistance il repéra un visage qu'il avait déjà croisé plusieurs fois. Et pour qu'il s'en rappelle cela devait vraiment être un paquet de fois puisque Jay' n'était pas connu pour ses talents de physionomistes . Elle ne portait pas d'alliance, ne semblait pas être rongée par la culpabilité de tromper son mari et était trop jeune pour vouloir s'essayer à être une couguar . Cela la propulsa immédiatement dans la catégorie des trop occupée pour se faire courtiser, mais faut bien écarter les cuisses de temps en temps, ne serait ce que pour le sport . Entre ce genre de femme ou une autre, peu lui importait tant qu'elle ne comptait pas payer à crédit. Il lui ferait le grand jeu si elle le demandait, la satisfaisant mais il ne serait sans doute jamais capable d'éprouver une vraie envie de quelqu'un. Le corps des femmes lui apparaissant comme trop rond, leurs ongles trop aiguisés et leur bouche trop pleine de mensonge. Non vraiment le sexe n'était que son gagne pain.

Leurs regards se croisèrent et avec tout le brio que lui avait appris des années d’entraînement, il leva son verre comme une invitation. Si elle était célibataire peut être la laissera t -elle dormir chez elle, cela lui épargnerait de devoir retourné dans les fin fonds de QueenBridge . Il n'avait aucun plan pour trouver un lit ce soir et à part crécher dans le web café où il avait ses habitudes , tout était à l'étude. Désormais qu'il avait lancé l’hameçon, il n'avait plus qu'à attendre voir si cela avait mordu ou pas . Il en avait couché des plus laides, et de toute façon il préférerait toujours ne pas voir leur visage. Une serveuse passa prés de lui  et voyant son manège de pencha sur lui «  Sérieusement  ça te dirait pas plutôt de chercher un vrai boulot plutôt que vendre ton cul ? » . Le jeune homme haussa les épaules en souriant «  Tu es aigrie car tu n'as pas assez d'argent pour t'offrir le plaisir de ma compagnie. Essaie toujours d'économiser tes pourboires , peut être que dans 3 ou 4 ans tu pourras goûter mes lèvres » «  Si je voulais vraiment une Mst j'irais plutôt lécher la cuvette des toilettes » lui répondit elle, en provoquant un nouvel éclat de rire . « Allez circules sinon tu vas me casser mon coup » Sitôt la jeune femme parti Sanjay se concentra de nouveau sur sa nouvelle proie. Le temps passait et si elle ne faisait pas le premier pas, il allait devoir s'en trouver une autre.  




_________________
Sun is up, I'm a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageMer 3 Mai - 18:24

    Repartir de rien ou presque, voilà le challenge que j'étais en train de réaliser avec moi-même. Bien entendu, je savais que cette fausse sex tape resterait dans les annales mais que bientôt, elle sera de l'histoire ancienne. Après tout, ne faut-il pas quelques scandales dans une vie pour que celle-ci ne manque pas de relief ? C'était ce que je pensais, alors je ne comptais pas rester chez moi les bras croisés à ne rien faire, enfin, ce qui faisait office de chez moi pour le moment. C'était un appartement qu'on me prêtait généreusement en échange de service que l'on devait me rendre. Je ne pourrais cependant pas rester là éternellement, surtout que mon véritablement appartement était toujours à moi, mais que pour le moment, on ne voulait plus entendre parler de moi, une totale hérésie que j'allais laver d'ici quelques semaines pour que nous puissions être comme chez nous à nouveau avec Eléonore. Ce soir, la petite n'était pas avec moi. Elle était chez une amie qui la gardait. Je lui avais dit que j'avais du boulot à faire comme parfois. Elle adore les gosses alors, elle le comprends parfaitement, elle est même très heureuse d'avoir à garder ma fille le temps de quelques heures, parfois même plus selon où le travail m'emporte. Ce soir cependant, je n'avais pas l'intention d'user du droit de cuissage, juste de poser quelques questions pour pouvoir faire un article sur ce monde de la nuit que l'on connait peu, celui des gigolos. Parce que oui, pour le commun des mortels, la prostitution n'est pas pour les hommes, ce sont essentiellement les femmes qui agissent de la sorte pour payer leur fin de mois ou carrément vivre de cela. Mais les hommes aussi le font, et c'est par hasard ou presque que j'en ai repéré un, dans ce café. A vrai dire, c'est en revenant deux ou trois fois que je l'avais vu, parce que cela se voyait, il ne semblait attendre que ça d'ailleurs. Je ne saurais dire s'il m'avait repéré, mais ce soir encore, il était là, tout comme moi. Cela devait être au moins la dixième fois que je le voyais ici en l'espace de quelques semaines. Je sais, j'ai été traînée dans la boue à cause d'une fausse sextape et là, je vais faire un article sur un gigolo. On pourrait me dire que j'ai perdu la tête, mais c'est avant tout pour montrer que je n'ai pas été atteinte plus que de raison pour cette subite déchéance à vrai dire. Je ne peux pas cacher que j'aime le sexe, c'est quelques choses de vital dans une vie, et même si Eléonore n'est pas un fruit issue de mon ventre, même si je ne pensais pas devenir mère de cette façon, cela est une vraie récompense pour moi. Sanjay est donc assis à sa place de prédilection, celle où il peut voir tout le monde, mais une place aussi assez discrète si jamais on veut faire appel à ces services. Je l'observe, la serveuse lui parle, je ne sais pas ce qu'ils peuvent bien se raconter, mais visiblement, ils parlent de moi, ou alors simplement de son boulot. Je suis certaine qu'il n'est pas si bête que ça, qu'il pourrait faire autres choses de son temps pour gagner de l'argent, mais il agit de la sorte, peut être une solution de facilité pour lui, je ne saurais dire. Je vais lui demander parce que visiblement, après avoir dis quelques mots à la serveuse, il m'invite à le rejoindre, discrètement, simplement en levant son verre. Je ne m'empresse pas pour autant de le rejoindre. Je souris légèrement, mais je ne me lève pas immédiatement. J'attends quelques secondes, peut être dix avant de véritablement bouger et d'aller dans sa direction. Je me suis déjà renseigner sur lui, un petit peu, parce que c'est un habitué des lieux mais je vais faire comme si c'était la première fois ou presque.

    " Je suppose que la place à côté de vous est libre, n'est ce pas ? "

    Mais en vérité, je ne posais pas vraiment la question, c'était en quelques sortes une entrée en matière comme une autre puisque je posais mon séant sur le siège qui était libre, un petit sourire aux lèvres. Je me demandais ce qu'il allait en penser, sans doute sera-t-il un peu déçu.

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sanjay Lewis
LYS


MessageJeu 4 Mai - 0:43

 



The Reporter And The Whore

FEAT. Florence

Dissimulant un sourire satisfait et un « Bingo » à peine murmuré avec son verre, Sanjay regarda la mystérieuse femme s'avançait vers lui. Pas mal, au moins s'il devait lui faire la parlote avant le sexe il ne serait pas trop hypocrite et trouverait de quoi dire, sans que cela sonne trop faux. Même si le jeune homme n'y éprouvait pas forcement de plaisir, il n'aimait pas être incohérent et se faire passer pour un crève la dalle.  C'était une question d'esthétique, à défaut d'aimer ça avec les tripes, autant ne pas trouver ça trop moche avec les yeux. Je m'écarta un peu afin de lui laisser l'aisance de plier ses jambes quand elle s'assit prés de moi et lui répondit de manière calme, posé, ce ton qui donne aux femmes l'impression qu'elles seront en sécurité et ça même s'il se trouvait avoir 10 ans ou 20 ans même de moins parfois . Bon là on était fort heureusement pas à de telle extrême.

« Bien évidement , voulez vous également un verre ? Je vous l'offre bien sur. » Une sorte de retour sur investissement comme il aimait à le dire. Le premier devait toujours être offert de la poche d'un homme , même si celui ci y mettait ses derniers deniers. Sanjay appela donc la serveuse qui en levant les yeux au ciel leur amena une bierre et le cocktail qu'il devina, comme être celui que l'inconnue avait déjà pris. « Je n'ai pas la mémoire des visages mais, il me semble bien que le votre ne m'est pas inconnu, vous venez régulièrement ici non ? »  

Cette partie ci non plus n'était pas sa partie préférée du travail. Il avait l'impression de sonner faux quand il s'entendait mais pourtant ça marchait systématiquement . Soit il était meilleur acteur qu'il ne l'avait cru soit vraiment les femmes de son catalogue étaient désespérées et prêtes à tout avaler.. métaphoriquement parlant bien sur. Il pensa avec humour et surtout désillusion que ce qu'il préférait dans les relations charnelles c'était le moment où il se barrait avec un beau petit paquet de billets verts. Il apporta la bouteille à ses lèvres en se reprenant . « Ah mais je manque à tout mes devoirs... quel est votre nom ? Et que faites vous de votre vie ?» . Alors ça c'était un peu plus fourbe, Sanjay avait un double but.. Premièrement il voulait savoir si elle avait les moyens de ses ambitions. Il ne disait rarement non , même aux petites bourses. Il était juste un peu moins gourmand sur la somme et moins appliqué aux petits détails. La seconde raison était tout aussi peu honorable. En effet les questions n'étaient pour la plupart, destinées qu'à faire croire à un vive intérêt de sa part là où il n'avait qu'une faible curiosité sur les raisons qui auraient pu la pousser là. Il n'allait pas les incriminer bien évidement.  Il pouvait comprendre ce que c'était que se sentir pas à sa place alors il n'allait pas leur jeter la pierre de ne pas vouloir vivre ça dans leur mariage ou juste dans le tourbillon d'une société trop porté sur le sexe de toute façon.
 




_________________
Sun is up, I'm a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageJeu 18 Mai - 17:56

    Pour le moment, il agissait en parfait gentleman, pensant à tord que je n'allais être qu'une cliente comme une autre, chose qui ne serait pas le cas, mais il ne pouvait pas le savoir. J'avais réagit positivement à sa demande et je m'étais donc approchée, lui demandant si la place libre l'était effectivement, enfin c'était plus une question de rhétorique à ce niveau là, puisque je n'avais pas attendue de réponses avant de m'asseoir pour voir ce qu'il avait dans le ventre. La journaliste qui se cachait en moi, pour le moment n'était pas vraiment là. C'était plutôt Florence Inna Fleury-Arnaud, la mère de famille célibataire qui cherchait un peu de bon temps. Si je n'étais pas là dans le cadre d'un article, je réfléchirais peut être un peu à l'opportunité, mais j'étais sûre de mon charme, et si je veux m'entretenir sexuellement, je n'ai nullement besoin de payer les services d'un gigolo si vous voyez ce que je veux dire. Bref, je m'étais donc assise et il m'offrait un verre que je ne pourrais pas refuser, cela ne se faisait pas le moins du monde quand c'était proposé si gentiment, comme si en quelques sortes, il appâtait le poisson pour être sûr qu'il ne s'en aille pas trop rapidement. La serveuse nous apportait donc une nouvelle boisson, la même que ce que nous avions commandé précédemment. Il commença alors son numéro de charme. Ainsi, il m'avait remarqué, sans plus, mais il m'avait déjà vu dans les parages, comme s'il m'avait déjà repéré et pisté comme étant une éventuelle proie alors que je ne saurais dire qui de nous était plus dans le rôle du chasseur ou du chassé. Que devrais-je lui répondre ?

    " Il m'arrive de passer de temps en temps effectivement, mais vous savez, avec le boulot et la famille, ce n'est pas forcément évident de prendre un peu de temps pour soi parfois. "

    Je lui laissais donc la place pour embrayer sur la suite de la conversation, mais cela se voyait, lui ce qu'il avait envie de faire, était de simplement s'envoyer en l'air de prendre du plaisir et surtout d'en donner à sa cliente, ou son client parce que de toute évidence, il ne semblait pas farouche de ce côté là même si je n'en avais aucun certitude. Mais peut être qu'il était juste vénal et qu'il ne désirait qu'un peu d'argent après un débat sans doute parfois sans intérêt pour lui. Alors qu'il allait boire une gorgée de sa bière, il se rappela qu'il n'avait pas fait les présentations, mais cela allait mettre un terme à son petit jeu. Je souriais donc.

    " Je m'appelle Florence, il parait que je suis journaliste dans la vie, mais peut être que vous le savez déjà. Sanjay, c'est ça ? Je ne me trompe pas ? "

    Comme pour lui dire que s'il m'avait déjà vue dans le coin, ce n'était pas par pur plaisir mais bien, parce que je vérifiais certaines choses à son sujet et son petit cinéma venait de me le confirmer.

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sanjay Lewis
LYS


MessageSam 20 Mai - 11:53

 



The Reporter And The Whore

FEAT. Florence

Devant la nouvelle tournée de boisson il se prit à estimer le prix qu'il lui demanderait.  C'était un art subtile. Lui savait sa valeur bien évidement, il l'avait chiffré bien trop souvent. Mais il fallait parfois se bazardé un peu pour les premières nuits, se rendre indispensable,faire que les prochaines soirées de solitude, elles pensent à lui comme le seule remède possible. C'était une question d'équilibre aussi puisqu'il ne devait pas sembler cheap, et porteur de toute les mst du monde, ça faisait mauvais genre . Il fallait devenir le petit cadeau de luxe qu'on s'offrait à la place d'une énième parure de bijou ou de paire de chaussures . Et il fallait faire tout cela sans développer un dégoût de soi même . Sanjay était doué pour ça, cela lui permettait de survivre, et même si dans les faits il n'aimait pas le sexe cela rapportait gros et c'était assez pour qu'avec un peu d'herbe il puisse recommencer ainsi tout les jours .

Sa réponse au sujet de ses habitudes ici et quotidiennes confirma son appartenance à la catégorie des trop occupées pour baiser . Ce n'était pas ses clientes favorites. Déjà car elles étaient moins prompts à lui laisser quelques billets de pourboire et surtout car avec elle il fallait jouer le romantisme sans leur laisser penser que plus était possible . 19 ans et jamais en couple ? Cela pourrait passer pour triste si Jay' ne prenait pas l'amour comme une excuse inventée par les femmes pour coucher avec le premier venu et pleurer ensuite clamant qu'elle croyait qu'ils étaient amoureux. Ouai le parfait prétexte pour agir comme la dernière des salopes sans même avoir besoin de se saouler.

- Pourtant c'est justement le genre de femme, comme vous , qui mènent tout de front qui mériterait bien un peu de détente. Un bon bain chaud, un bon libre, un bon amant ?

Le jeu était lancé et vu le prix du cocktail qu'il avait du lui payer il fallait espérer qu'il remporterait la mise.  Il avait prit le second tour de dés et pensait avoir fait un bon double six. Sa proie de la soirée ne serait pas difficile à capturé. Elle avait tout de même vite accouru l'accompagné à sa table, ce qui démontrait soit un besoin de sexe, soit d'une bonne poire prête à écouter tout un déballement d'histoires pathétiques.

Pourtant le sourire du jeune homme se figea en entendant les autres mots de celle qui se transformait immédiatement en nid à emmerde. Dans son malheur il prit le temps de remarquer qu'il avait échappé au pire : au moins elle était pas flic ! Buvant une grande rinçade de sa bière , il reprit la parole avec un ton devenu beaucoup plus naturel pour lui : froid et sarcastique.

- Si je le savais j'aurais pas dépenser inutilement ma tune pour vous rincer …  Mais au moins vous avez pris vos renseignements sur moi, c'est flatteur . Vous devez donc savoir que vous risquez pas de faire la une avec moi. J'ai rien à vous raconter.


 




_________________
Sun is up, I'm a mess
Gotta get out now, gotta run from this
Here comes the shame, here comes the shame
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
The Reporter And The Whore ft Florence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jean Glavany grand reporter en Afghanistan
» reporter un métier dangereux ??
» Jae Shin × ❝Beauty is a whore, I like money better.❞
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: LE QUEENS-
Sauter vers: