Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Rule 11 : Learn to think out of the box (Santiago & Anarkia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Santiago G. Kidd
LILAS

❖ MESSAGES : 398
❖ AVATAR : Jesse Lee Soffer


MessageMer 19 Avr - 23:29





Rule 11 : Learn to think out of the box

FEAT. Santiago & Anarkia



Si Santiago n'avait peur ni de la mort ni des morts, il n'était pas pour autant un afficionado de la morgue. Il ne voulait pas s'habituer plus à côtoyer ce que l'humanité avait de plus moche. Alors, généralement, quand il n'avait aucune raison d'y aller, il évitait d'y mettre les pieds. Sauf peut-être pour rendre service à un collègue s'il n'y avait personne d'autre pour le faire.

Il n'y avait rien de plus morbide que ces salles en sous-sol avec un éclairage néon. Sans trop savoir pourquoi, il avait l'impression de se retrouver dans une série Z. Il ne lui manquait que de croiser un zombie pour compléter le tableau.

Il avait quelques questions à poser à la légiste, cette fois-là. Pour lui ôter quelques doutes sur une affaire en cours. Il était trop méticuleux pour risquer de laisser passer un détails. Alors il était descendu, profitant d'une petite accalmie dans le monde du crime. Certains prenaient une pause pour boire un café ou taper la discussion à un collègue. Thiago, lui, quand il était sur quelque chose, il ne lâchait pas l'affaire. Enfin, jusqu'à ce qu'il termine son service. Là il relâchait. Mais il n'était pas en repos.

Son dossier à la main, il avançait d'un air décidé dans les couloirs. Il espérait que la légiste aurait un peu de temps à lui accorder. Du moment qu'il ne débarquait pas en pleine autopsie. C'était toujours un peu gênant. Ces enveloppes vides qu'on détruisait un peu plus dans l'optique de trouver des réponses.

Comme à son habitude, il entra dans la pièce sans frapper. Pas par impolitesse, simplement, on ne venait pas partager une tasse de thé à la morgue. Pas de bol pour lui, la légiste était penchée sur un cadavre quand il entra. Il s'arrêta.

Les cadavres lui faisaient trop penser à Wade, à l'armée, à tout ce qu'il avait pu vivre. Un jour, ce serait peut-être lui, étendu là sur la table en inox, la cage thoracique éclatée.

« Je vous dérange, Doc' ? »

Il en avait l'impression. Ou peut-être l'avait-il juste surprise par son arrivée impromptue.




_________________
Santiago G. Kidd

Rule 6 : Always bring a knife along your gun in a gun fight. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anarkia Kooks
CALLA

❖ MESSAGES : 597
❖ AVATAR : Jennifer Morrison


I was torn by the storms in my head, like a victim of violence, a call to repent. Denied by the spirits of heaven, take me up again to the music of dawn.

A world beyond your sleep, beyond what's real. An in safety hidden sphere, away from our daily reality. A tear is only water. A sigh is only air. Whenever you feel haunted, truth lies out there.


MessageJeu 20 Avr - 19:23

 



Rule 11 : Learn to think out of the box

FEAT. Thiago



Mauvais endroit au mauvais moment : un monsieur d'une soixantaine ans parti faire ses courses dominicales qui s'est retrouvé dans les feux croisés d'un règlement de compte entre deux gangs rivaux dont les noms m'échappent totalement aujourd'hui. Une balle de .38 qui s'est logée au niveau de l'épaule et qui a touché une artère. Il s'est vidé de son sang. C'était un monsieur en très bonne santé. Son foie était impeccable et après plusieurs tests très précis, j'ai pu constater qu'il a un type très demandé sur le marché noir. Vu la demande je peux facilement en tirer quatre-vingt mille. Si pas cent. Avant de me lancer dans l'autopsie pour appeler mon contact. Transaction validée. Il m'en offre cent dix mille. Il doit y avoir quelqu'un prêt à en payer cent cinquante. Bien entendu, un sacré pourcentage de cette transaction remplira les caisses d'Ettore. Mais avec le reste je pense pouvoir m'offrir une belle petite croisière de quatre jours à Hawaï. Les foies sont très demandés sur le marché des organes. Mais très peu de gens ont un foie suffisamment sain pour être greffé. Ce monsieur était vraiment étrange. Même son bilan sanguin était parfait, cholestérol, diabète et prostate inclus. Je me lance dans la procédure. J'étais encore plus soigneuse sur celui-ci que sur les autres, il y avait cent dix mille dollars en jeu. Je coupe le sternum et écarte soigneusement les deux morceaux de chairs. Ensuite je coupe la cage thoracique pour enlever les vertèbres. Je me demande toujours comment les psychopathes arrivent à être discrets dans ce genre de travail, le bruit d'un os qui se casse est assez singulier et fort, surtout plusieurs os en même temps. Vision claire sur les organes internes. Je pèse l'estomac et en extrait ce qu'il faut pour faire une analyse. Petit coup d’œil au cœur. J'ai rarement vu un cœur aussi sain et beau. Et pourtant j'en ai vu du temps de mes glorieuses années en tant que chirurgienne cardiovasculaire. A croire que cette homme, pour son âge, faisait du sport intensif et mangeait équilibré. Ce n'est pas moi avec mes deux paquets de cigarettes par semaine qui peut espérer avoir un cœur aussi beau. Le proverbe est vrai : ce sont les spécialistes qui fument le plus. Mais là n'est pas la question. Il y a cent dix mille dollars à gagner. J'enlève soigneusement le foie et le place dans la boîte stérilisée prévue à cet effet.

Alors que je verrouille la boîte une voix me fit sursauter et pousser un petit cri de surprise. C'est Détective Kidd qui vient me voir. Il est aux mœurs. Et on dirait bien qu'il m'a prise en flagrant délit. Après tout, le trafic d'organes au marché noir peut très bien faire partie de ses enquêtes. Encore que, tous ceux qui savent que je bosse à la 55 et qui pourraient me causer du tort savent que sans moi ils perdent quatre-vingt-dix pour cent de leur chiffre d'affaire, je suis la plus grande fournisseuse sur le marché actuel. Le détective ne peut pas être au courant de ça, ce n'est pas possible. Je sentais le besoin de me justifier, mais me ravisait. S'il n'avait rien vu et qu'il ne savait rien, il serait sur la piste. Il faut la jouer détachée. Toujours avec mon masque de protection sur la tête, je m'approchais de lui, avec ma blouse en plastique et mes mains gantées tâchées de sang rouge et marron. Je vais pour lui serrer la main. L'influence sicilienne en moi fait que j'aime bien déconner avec ce genre de choses. En général les gens sont encore plus mal à l'aise quand ils me voient ainsi. Ça leur apprendra à pénétrer dans mon domaine.


"Oups, réflexe. Vous ne me dérangez pas Détective. Permettez juste."

Je vais au niveau de la poubelle spéciale et y bazarde mes gants et ma blouse, et j'enlève le masque pour le mettre dans le lavabo. Je balance aussi ma charlotte, mes boucles blondes tombant sur mes épaules. J'attrape une pression de gel hydroalcoolique pour mes mains et vais serrer la main à Kidd.

"Que puis-je pour vous Kidd ? Rien à voir avec ce pauvre monsieur je suppose, c'est l'anti-gang qui me l'a ramené. "




_________________
It’s just a black murder of crows across the sky. The moon announces that it will soon be night. The light dies down, the spot goes on as loveless lips break into song.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Santiago G. Kidd
LILAS

❖ MESSAGES : 398
❖ AVATAR : Jesse Lee Soffer


MessageLun 1 Mai - 17:36

 



Rule 11 : Learn to think out of the box

FEAT. Santiago & Anarkia



Santiago relégua ses pensées morbides dans un coin de son esprit et malgré tout, ne put que remarquer l'espèce de glacière qui ressemblait à s'y méprendre à celles utilisées pour le transfert d'organes, pas une vulgaire glacière dans laquelle on met un déjeuner. Etrange. La légiste s'approcha de lui et lui tendit une main couverte d'un gant lui-même recouvert de sang et de tâches brunâtres dont le détective n'avait pas envie d'apprendre l'origine. Il se contenta d'arquer un sourcil. Sans doute une blague de légiste.

« Pas de soucis »

En quelques instants, la femme se débarrasse de son équipement et vient lui serrer la main. Une poignée de main ferme et franche.

« Non, ce n'est absolument pour lui. »

Il n'allait pas non plus se mêler des enquêtes de ses collègues. Il avait suffisamment de travail comme ça.

« C'est une affaire sur laquelle je bosse. J'aimerais avoir un secondd avis en fait. Sur les analyses des toxines retrouvées dans le sang de la victime. »

L'aspect scientifique des choses ce n'était pas du tout son domaine de compétence. Il préférait passer pour un stupide agent de terrain et conclure correctement une affaire plutôt que de passer à côté d'un détail qui pouvait changer totalement le cours de l'enquête. Il lui tendit le dossier avec le bilan sanguin.

« Mais vous devriez peut-être finir ce que vous faisiez d'abord, non ? »

Il désigna la glacière posée à côté de la table d'autopsie.

« J'ai pas fait médecine mais il me semble que le temps pendant lequel un organe d'un donneur mort reste viable est plutôt restreint, non ? »

Ceci dit, il ne savait pas non plus si c'était très... normal comme procédure. Mais il n'était pas au point sur ce genre de choses.




_________________
Santiago G. Kidd

Rule 6 : Always bring a knife along your gun in a gun fight. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anarkia Kooks
CALLA

❖ MESSAGES : 597
❖ AVATAR : Jennifer Morrison


I was torn by the storms in my head, like a victim of violence, a call to repent. Denied by the spirits of heaven, take me up again to the music of dawn.

A world beyond your sleep, beyond what's real. An in safety hidden sphere, away from our daily reality. A tear is only water. A sigh is only air. Whenever you feel haunted, truth lies out there.


MessageSam 20 Mai - 15:31

 



Rule 11 : Learn to think out of the box

FEAT. Thiago



Je le voyais regarder vers ma glacière, dubitatif. J'aurais dû la planquer sous le drap. Mince. Je tente de diriger la conversation vers autre chose mais c'est raté, il pose la question sur ma glacière. Je réfléchis en quatrième vitesse.

"Oh, ça, ne vous méprenez pas. Je vais le déposer à un collègue chirurgien à l'hôpital pour un deuxième avis parce que je suis dubitative, et un foie peut en révéler tellement sur la personnalité d'une victime que je préfère parer à tous les coups."

Je suis surprise de ma faculté à inventer un mensonge aussi rapidement sans sourciller. La Cosa a une influence encore plus importante sur moi que ce à quoi je croyais. Être capable de sortir un mensonge aussi gros en gardant tout mon aplomb sans un accroc dans la voix est quelque chose qui aurait été impossible il y a quelques années. A croire que perdre le rêve de ma vie a éveillé ma personnalité. Ça m'a rendue plus forte, forcément, après une baffe aussi monumentale la réaction ne peut être qu'aussi monumentale. Depuis cette raclée je ne cesse de me remettre en question. Notamment avec mon travail, l'officiel et surtout l'officieux, où pour ce dernier chaque jour est susceptible d'être le dernier si un client est mécontent du travail ou du don. En tous cas, ma profession nocturne est saine et sauve pour le moment, je l'espère. Kidd n'est heureusement pas profiler pour lire entre les lignes d'une personne de confiance. Après tout, je reste dans les obligations du NYPD : je sauve des citoyens new-yorkais.

Pour changer rapidement de sujet je me dépêche d'attraper le dossier qu'il me tend : il souhaite un second bilan sanguin sur une de ses affaires. Normalement le labo technique a déjà tout analysé, ça m'étonne qu'il remette en question leur avis. Je jette un œil au dossier. Seules les drogues non-naturelles ont été recherchées, les drogues médicamenteuses n'apparaissent pas. Étrange.  


"Alors, ce qui me dérange c'est l'absence de produits médicaux. Normalement quand on fait une analyse toxicologique on recherche aussi les produits courants, comme du paracétamol, de la cortisone, de l'insuline si la victime était diabétique, etc. qui donne une indication sur le passé médical de la victime et c'est parfois le genre de détail qui change toute une perspective. Là le bilan a été fait seulement pour les drogues dures. Je ne connais pas le détail de l'affaire, peut-être que mes collègues au labo technique ont eu des consignes d'en haut, ou alors vous êtes tombé sur un stagiaire qui n'y connaît rien. En tous cas, pour ce qui a été analysé, je ne vous apprendrais rien de plus."

Je lui rends le dossier en le claquant pour le fermer.

"Si vous me trouvez un échantillon encore viable sans rompre la chaîne de preuve je peux faire une analyse plus détaillée qui vous en dira plus sur son passé médical notamment. C'est vous qui voyez détective. En ce moment j'ai juste cette victime pour l'anti-gang et j'attends le résultat pour son foie."

Il y a un proverbe qui dit qu'à force de se raconter un mensonge il devient vrai pour nous. Un second proverbe dit que ce qu'on pense être la vérité ne l'est pas forcément. Je suis tentée de croire à mon propre mensonge. Le jour où quelqu'un fait le lien entre la Cosa et moi et qu'on me questionne sur ses activités je saurais rester inflexible. C'est bon à savoir, si jamais Ettore se mettait à douter, c'est tellement facile de douter dans ce milieu.




_________________
It’s just a black murder of crows across the sky. The moon announces that it will soon be night. The light dies down, the spot goes on as loveless lips break into song.
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Rule 11 : Learn to think out of the box (Santiago & Anarkia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Rule 11 : Learn to think out of the box (Santiago & Anarkia)
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Rule Britannia, Britannia, rule the... [Fini]
» Kelly Kelly & Eve Vs Maryse & Velvet Sky
» Ever Living rule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: LE QUEENS :: Commissariat Unité 55-
Sauter vers: