Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Sara - Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageVen 7 Avr - 0:07

 
Sara Jade Lane
( 27 ans ● Britano-Russe ● métier ● gang (lequel) ● quartier ● groupe )


De sa famille, elle a le côté violent et taciturne, capricieux et colérique. C’est donc tout naturellement qu’elle a l’insulte facile, un humour aiguisé – ah, ironie et humour noir quand vous nous tenez – et une impulsivité à toute épreuve – voire suicidaire. Il ne faut donc pas vous fier à son allure frêle et son air patibulaire, Sara, bien que n’ayant pas une force hors du commun, préfèrera toujours régler un différend avec une paire de claques plutôt qu’à l’aide d’une discussion diplomate. Asociale, distance, difficile à lier, lunatique, froide, mystérieuse, blasée, elle a le visage fatigué et les cernes discrètes de celles qui ont vécu trop de choses. Mais, grand bien lui fasse, son manque d’empathie et ses idées particulièrement tranchées font d’elle une fille assez  imbuvable pour qu’on ait, de toute évidence, pas envie d’en savoir davantage. Une bière vous sera bien suffisante pour vous rendre compte qu’elle n’a besoin de personne – qu’elle dit… – et certainement pas de vous !

Sara est friande d’adrénaline et de jeux dangereux, elle a de trop nombreuses fois flirtées avec la mort. Cela dit elle a besoin de ça pour se sentir vivante. Elle pratique, aussi, l’auto-sabordage avec une régularité flippante.

Sara est individualiste. On le lui reproche souvent… De ne pas briller par son esprit d’équipe. Elle tente de s’améliorer mais, ne nous voilons pas la face : Chassez le naturel et il revient au galop.

Sara fait honneur à certains clishés... Particulièrement à l'avarice dont on targue souvent les jolies filles. Elle serait donc, effectivement, prête à bafouer ses valeurs pour une liasse de billets verts. Elle hésiterait un peu quand même, pour faire plus classe.

Sara est bordélique. Les lieux trop bien rangés lui file le vertige et lui donne envie de tout dégueulasser.

De ces nombreuses imperfections ressortent quelques qualités : bien que psychologiquement instable, Sara est fidèle. Il faut savoir que ses promesses sont du béton armé - ce qui fait qu'elle ne promet jamais rien, ou presque. Elle est perfectionniste, volontaire, déterminée, fragile, elle n'a surtout pas peur de se mouiller pour ce qu'elle pense juste et se sent, au fond, particulièrement seule ; elle est souvent objective et de bon conseil, elle analyse mieux que quiconque les relations humaines.
Sara est du genre parano, elle ne se supporte pas sans arme – chacun ses trips. Le contact d’un canon froid contre sa peau suffit à la rassurer et, à défaut, à la tempérer. Ainsi elle est persuadée avoir une échappatoire à toutes sortes de situations délicates. Elle a, donc, toujours, au minimum, un Browning avec elle. Son arme fétiche…. Elle dort même avec, le cran de sécurité enclenché – bien sûr !.

Sara dort toujours avec la lumière allumée, le noir la terrifie. Elle laisse aussi sa télévision en marche, toutes les portes de son appartement fermées à double tour ainsi que ses volets et ses fenêtres – tant pis si elle crève de chaud en été.

Sara a une peur bleue de mourir noyée, elle a donc une sainte horreur de tous les endroits où ça pourrait être possible et les évite comme la peste.

Sara possède une superbe moto japonaise, noire, puissante et massive.

Sara a un certain penchant pour l’alcool – enfin, elle s’est penchée jusqu’à y tomber dedans, son petit déjeuner se composant d’ un Irish Coffee plutôt serré. Mais elle nie avoir un problème. De toute façon elle n’a pas d’ami, du coup personne ne peut la juger.

Sara fume comme un pompier et crache ses poumons tous les matins.

Sara parle le russe, l’anglais, le français et le serbe.

Sara a pratiqué le krav-maga.

Sara J. Lane est un nom d’emprunt.

Sara est ambidextre.

Sara a de nombreuses cicatrices sur le corps – souvenirs, souvenirs.



derrière l'écran
PSEUDO ● - AGE ● - FILLE OU MEC ● -  PRESENCE Régulière  DE QUEL PAYS TU VIENS ● France Tu nous connais d'où ? ● Top Site SCENARIO OU INVENTE ● Inventé   AVATAR ● répondre ici CRÉDIT ● répondre ici



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 7 Avr - 0:08

 



this is who you are

( in this story you are the hero )

Novembre 2008, Moscou.

Tout contre moi est appuyé mon cher et tendre père, ratatiné par des années de dures labeurs où il s’est amplement laissé aller. Il me tient le bras avec une insistance prenante, et il regarde ses mains encore lisses comme s’il s’attendait à ce que tout ça ne soit qu’un mauvais rêve. Tu as certainement envie que nous disparaissions. Le temps lui a fait courber l’échine, alors je le dépasse d’une bonne tête, et je l’inspecte de tout mon mètre soixante-quinze. Il a les cheveux châtains foncés, parsemée de quelques traits blancs. Un visage dur et une silhouette arquée, faiblarde. Quand une brise passe, elle semble le bousculer avec violence, le faisant se pencher un peu plus sur moi. Avant il était grand et beau, maintenant il est petit et moche. Son visage est creusé, plein de rides, rouge, bouffi où deux billes bleues - luisantes, fatiguées - percent dans un soubresaut de lucidité et une étincelle de vie… La Vodka ne doit plus faire effet.

J’essaie de me persuader que je ne le déteste pas ; que je n’ai pas envie de lui enfoncer la pierre, là, à deux pas de moi, dans la tempe ; que je n’ai pas envie de lui hurler dans les oreilles tout mon mal-être jusqu’à ce qu’il devienne sourd – ou que je devienne complètement aphone. J’essaie de me persuader que Miroslav Savos’kin, cet homme que je haïs tant, n’est pas mon pathétique paternel. Moi aussi j’ai envie que toute ma vie ne soit en fait qu’un mauvais rêve, tu sais. Je ferme les yeux, fort. Des images défilent au dos de mes paupières, le genre dérangeantes alors je les rouvre bien vite manière que la boule qui obstrue déjà ma gorge n’enclenche pas les vannes sensibles de mes larmes. Si t’étais pas si bourré Papa, tu me dirais sûrement de me retenir, parce que chialer en public ce n’est pas digne d’une Savos’kina – sobre la Savos’kina j’imagine. Et je pourrais enfin être franche moi aussi, en t’avouant que j’aimerais te pousser dans cette foutue tombe. Que tu mérites d’y croupir plus que quiconque ici.

Mes doigts se serrent doucement, mes ongles entrent dans la paume de ma main.

Le temps est gris, morne, moche, tout comme les gens qui sont présents. Il ne pleut pas encore mais chacun d’entre nous est armé d’un parapluie solidement plaqué contre les côtes. Enfin, tous, sauf moi. Je n’ai pas pensé à en prendre un. Je me suis même habillée comme si nous étions en été, avec une jupe cintrée noire et une veste dans la même teinte. J’étais un peu paumée ce matin et c’est la première chose que j’ai attrapé dans mon armoire. J’aurais aimé que ce soit un pantalon… Ou un truc plus classe. Mais je ne savais pas ce qui était le plus approprié pour enterrer sa mère. Je ne savais… Pas… Je me suis sentie si seule devant ces piles de fringues à me répéter que ma mère, elle, ne pourrait plus jamais choisir une tenue et qu’elle n’aurait plus à réfléchir sur ce qui est adéquat ou pas et qu’elle n’avait même pas choisi la robe bleue ciel qu’on lui avait mise aujourd’hui et que ce n’était peut-être pas sa préférée… Qu’on n’en avait pas discuté. Jamais. Comme si elle était éternelle. Ou que ça n’avait pas d’importance.

- Vasjgdujchnek. La voix pâteuse, endormie, vaseuse de Papa me fait sursauter. J’ai presque réussi à l’oublier – même s’il est presque couché sur moi. Dire que j’ai dû me disputer avec lui pour qu’il daigne venir. Il m’a insulté comme si je n’étais pas sa fille, il a essayé de me craché dessus puis, il s’est effondré pour pleurer tout ce qu’il pouvait – détail dont il n’a probablement aucun souvenir. Il m’est alors apparu comme un pauvre ivrogne pathétique, faible et vieux. Très vieux. Aussi vieux que le monde. Il renifle bruyamment, sans larme. J’espère pourtant, horriblement, qu’il est triste. Triste de ne pas être parti en même tant qu’elle quand, moi, j’ai honte pour lui, pour moi, et pour notre pauvre famille qui abrite des alcooliques mafieux depuis la nuit des temps… Ils se marient tous ensemble dans le coin. Entre le restaurant Falkia et le café Stromynka c’est le meeting des beurrés.

Je ne sais pas pourquoi je suis ici. Pourquoi je suis vraiment malheureuse… Pourquoi j’ai envie de pleurer alors que je n’ai jamais vraiment aimé mes parents ?

J’ai grandit entre un père amoureux de la Vodka et une mère qui, ayant raté sa vie, avait voué une passion sans borne au vin de mauvaise qualité. Ils ont fait tout deux plusieurs séjours à l’hôpital parce que, quand l’argent commençait à manquer, et que les bouteilles n’étaient que cadavres, ils se mettaient à se taper dessus - ou sur moi, par défaut. J’ai toujours prié pour qu’ils se noient dans leur vomi. Putain de Dieu, ce n’est jamais arrivé. Et comme si Maman savait, pour me punir de ces mauvaises pensées, elle m’envoyait dans la rue pour… Trouver de quoi payer sa binasse immonde alors que Papa était complètement perdu dans les méandres de son esprit.

Je n’ai de la famille qu’une image dégradante et de la moindre autorité une profonde incompréhension.

Je croise le regard vitreux de mon père. Ce père qui est aveuglé par l’alcool depuis des siècles me semble-t-il. Je ne l’ai jamais connu véritablement sobre. Tellement bien qu’aujourd’hui on enterre ma mère et que c’est l’homme que je soutiens qui l’a tué. Leur dernière engueulade a été fatale.

Pourquoi je suis ici ? Par convention ? Par compassion ?
Pourquoi je suis malheureuse ? Parce que c’est… Comme ça qu’une bonne fille doit se comporter ?
- Mes condoléances, dit une voix lointaine. Mon père répond par un gargouillis médiocre. Sa bouche pâteuse ne peut rien articuler d’autre. Je sens remonter des effluves insupportables de Vodka à l’instant où un frisson secoue mes épaules. Je le lâche. Je fuis ce grouillement d’âmes compatissantes. Hypocrites.

Je me fuis.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andrea Gambino
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 108
❖ AVATAR : Matthew Daddario


MessageVen 7 Avr - 0:28

Bienvenue :) Personnage haut en couleur en tout cas, j'ai hâte de lire la suite ^^

_________________
Remember those walls I built?
Well, baby they're tumbling down
I found a way to let you in
But, I never really had a doubt
Standing in the light of your halo
I got my angel now
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 7 Avr - 5:12

Bienvenue parmi nous <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageVen 7 Avr - 7:14

Bienvenue chez toi
N'hésite pas si tu as des questions et hâte de voir ce que tu vas faire de ce personnage

_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 7 Avr - 7:36

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sloan K. Redfield
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1234
❖ AVATAR : James McAvoy

“ We start off with high hopes, then we bottle it. We realise that we’re all going to die, without really finding out the big answers. We develop all those long-winded ideas which just interpret the reality of our lives in different ways, without really extending our body of worthwhile knowledge, about the big things, the real things. Basically, we live a short disappointing life; and then we die. We fill up our lives with shite, things like careers and relationships to delude ourselves that it isn’t all totally pointless. ”
― Irvine Welsh, Trainspotting

MessageVen 7 Avr - 9:56

Bienvenue 8D

_________________


I'm a puppet on a string. Tracy Island, time-traveling. Diamond could've shaped heartaches. Come to find you four in some velvet morning. Years too late. She's a silver lining lone ranger riding. Through an open space. In my mind when she's not right there beside me. I go crazy 'cause here isn't where I wanna be. And satisfaction feels like a distant memory. And I can't help myself. All I wanna hear her say is "Are you mine?" + R U MINE ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageVen 7 Avr - 16:17

Bienvenue :)

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageVen 7 Avr - 16:46

Biieennvveenuuuueeee !!

Bon courage pour la fin de ta fiche !

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samara L. Matthews
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1224
❖ AVATAR : Margot Robbie

www - Sam Haynes
www - Anarkia Kooks
www - Ethan Sanders
www - Lowen O'Connor



MessageVen 7 Avr - 16:48

Bienvenue chez les fou ♥

_________________
Blow a kiss, fire a gun. What will we do when we get old? Will we walk down the same road?

Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 7 Avr - 23:56

Merci à toutes et à tous pour votre accueil
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Sara - Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante
» Un mensonge vaut parfois mieux que la vérité [Feat Yvan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: Game over, try again.-
Sauter vers: