Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
It's a new day | PV : Dante Romanelli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageDim 5 Mar - 13:40



Shandra & Dante


Il lui avait dit de se reposer. De ne penser à rien et surtout de dormir alors, qu'il était repartit on ne sait où. Avait-il un rendez-vous avec une femme ? A cette simple pensée, le cœur de Shandra se brisa quelque peu. Le perdait-elle avant même de l'avoir gagné ? Sa disparition fut la seconde épreuve la plus dure à laquelle elle a dû faire face. La première étant la perte de ses grands-parents. S'il savait qu'en dehors de ce mensonge, une vérité moins lumineuse trônait au-dessus de la tête de la jeune femme. Sa sœur avait encore manipulé son petit monde au point que même les parents de Shandra doutaient de leur petite dernière. Kaya se définissait pour elle comme la méchanceté incarnée qui ne doit pas être la seule à souffrir de ces fautes. Pourtant, Shandra n'avait rien à voir là-dedans, ce n'est pas elle qui a poussé cette garce dans les bras d'un autre. Shandra avait eu beau se défendre, mais elle se retrouvait plus ou moins seule fac à cette fausse réalité. De toute manière, cela a toujours été ainsi, depuis que ses parents sont partis aux États-Unis pour la préparation d'un avenir meilleur avant d'être à nouveau extrader et perte ce qu'ils avaient commencé. C'est assise sur le lit, le regard plongé vers la porte qu'avait emprunté Dante plus tôt, que Shandra se laissa posséder par tout ce qui s'était passé. Le fait de lui avoir menti était non seulement pour le revoir, mais aussi parce qu'elle avait besoin de lui et à chaque seconde, elle se rendait compte que ce besoin en était vital. Il était sa bouée de sauvetage. Son air quand elle avait l'impression désagréable d'étouffer dans cette immense jungle où la jeune femme avait l'impression de se perdre.

Un soupire fendit l'air comme l'aurait fait la lame d'une épée coupant court à ce silence pesant. Là voilà seule. Qu'allait-elle faire ? Honnêtement, ce n'est pas le sommeil qui allait l'aider pour le moment étant donné qu'elle n'avait pas du tout envie de dormir. Et à en voir l'état du studio peut-être valait-il mieux qu'elle s'en occupe un peu, ça la fatiguera un peu. Alors, qu'elle se levait pour entamer son ménage, il ne fallut pas beaucoup de temps à Shandra pour constater le changement radical qui s'est opéré chez Dante. Lui si ordonné avant, là il y avait clairement un relâchement. Bien qu'autrefois, elle lui avait repproché son trop grand sérieux lui confiant qu'il devait apprendre à lâcher un peu la bride, voilà que tout est arrivé si soudainement. Trop pour tout vous dire. D'un soupire, elle se mit à nettoyer du mieux qu'elle le pouvait faisant en sorte que l'espace qui lui sert de studio soit plus spacieux en déplaçant des meubles et nettoyant derrière ceci pour retirer la légère poussière qui s'était accumulé, même les plaintes en bois se voyait nettoyé. En fait, Shandra a toujours été particulièrement à cheval sur la propreté de part sa grand-mère qui lui avait donné ce bon goût de vivre dans un endroit propre, mais aussi qu'un petit intérieur pouvait devenir chaleureux en faisant le ménage chaque jour. Cela aidait à se sentir mieux, mais également de part son métier où tout devait être impeccable. Les inspecteurs de l'hygiène n'étant pas des plus tendres, mais à ce niveau, la jeune femme avait rarement de quoi se plaindre étant particulièrement stricte avec ses employés sur ce point.

A mesure que le temps s'écoulait, Shandra avait mis sa petite marque dans le studio de Dante. Elle savait consciemment que ce changement allait l'énerver et qu'il allait ronchonner pour un rien. Par moment, elle l'appelait Schtroumpf Grognon. Cela lui allait bien et elle en riait à chaque fois parce que ça l'énervait davantage. Mais bon, Shandra aimait cette part de lui également. Quand on aime selon la miss, on doit tout accepter, les bons comme les mauvais côtés. Mais sera-t-il prêt à accepter son mensonge ? Ce n'était pas très méchant, mais à force de vouloir le voir, elle n'avait pas trouvé autre chose qu'un petit mensonge pour qu'il lui permette de rester. Shandra n'était pas sûr qu'il allait l'accepter dans le cas contraire.

Lorsque enfin, la jeune femme vit le bout du tunnel et qu'elle avait apporté sa touche de couleur dans le studio afin que l'humeur soit moins maussade. Les couleurs même moindre ont toujours un impact positif sur l'humeur des gens. Ceci dit, elle n'a pas le temps d'y penser qu'à peine pose-t-elle la tête sur l'oreiller que ses yeux se font lourds et se ferment lentement pour ensuite plonger dans le sommeil du juste. Enfin plus ou moins, parce que des images défilent dans sa tête et pas souvent les meilleurs, qu'elle finit par balayer d'un coup de balais mental pour s'endormir.

Bien rapidement, le sommeil l'avait complètement happée quand un bruit la réveilla sursautant sur place.

« Putain Dante t'aurais pas pu choisir un autre moment pour te ramasser la gueule. » Sa voix était encore endormie. D'ailleurs, elle ne tarda pas à se recoucher à moitié consciente.

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 5 Mar - 22:10




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




« Dante, mon petit ? »

Occupé à placer les pilules dans le semainier médical, je relevais les yeux sur ma voisine et me retournais pour adresser un sourire à Hortense. Cette vieille bique va encore me faire le coup du stylo me dis-je en la questionnant du regard.

« J’ai fait tomber mon étui à lunettes, auriez-vous l’obligeance de le ramasser pour moi avant de partir ?  Vous m’éviteriez un exercice physique dont je me passerais bien… »

Un sourire se visse sur le coin de mes lèvres. Ah, ben, aujourd’hui c’est son étui… C’est bien, elle casse la monotonie pensais-je en m’avançant vers elle.

Du haut de ses quatre-vingt-trois ans, elle minaude déjà discrètement tout à mon approche. Je secoue la tête, me détourne un peu, un brin lascif de ce petit jeu, mais lui offre malgré tout la vision qu’elle espère, comme à chaque fois qu’elle me joue la scène du « je suis trop vieille pour me baisser ». Je lui tourne le dos, me penche en avant et l’entend discrètement claquer la langue quand elle se délecte. C’est toujours le même topo toutes les semaines, elle lance un truc et prend sa dose de fantasme. Son petit tic de langue m’offre un repaire et quand je la sais en train de mater mon cul, je me redresse doucement pour lui rendre l’objet du délit de fuite.  

Avec le temps ça m’amuse plus qu’autre chose, il n’y a pas de mal à regarder, du moment qu’elle n’essaie plus de me toucher comme elle l’avait fait les premiers temps où je venais m’occuper de son mari alité a sa demande. Le petit couple partageait mon palier, vivait dans l’appartement d’en face et bien que leurs deux petit York aimaient signaler les moindres de mes allées et venues, avec le temps le petit couple avait fini par devenir des familiers.

Deux jours que je passais mon temps a fuir mon appartement, décidant que mon accord sans réellement de choix, était un pure accès de faiblesse de ma part, le pire c’est que depuis sa venue, un rebelle se désavouait de mon crane. Ainsi la miss trouvait le moyen aveugle de me faire passer de garde à vous a frustration des plus complètes en un rien de temps, le tout en me collant une frustration si complète que même la petit conne de la veille au bar semblait ne pas suffire a mon organe pour rester sagement a sa place. Et pourtant il n’est pas question que ça se reproduise. Elle avait déjà trop d’emprise sur moi, bordel. Comment pouvait-on être rendu à l’imaginer en train de prendre son pied ! Ce n’est pas moi, c’est plus moi et j’ai déjà donné avec la famille Reyes, merde. Depuis son arrivée, je filtre ses appels et franchement ce n’était que justice. D’ailleurs, elle m’avait laissé un message assez incendiaire qui m’avait motivé à rendre visite à Hortense, au lieu de rentrer directement. Dans ce dernier elle me traite de tous les noms après avoir mis la main sur un carton de vieux dessous féminin.

Pour ma défense, je les collectionnais pas, ils étaient restés soit dans ma caisse, comme celui de la veille, soit au pied de mon plumard ; et moi grand seigneur, je les gardais dans une caisse pour les filer au secours populaire. Enfin se faire insulter, j’ai l’habitude, mais je dois reconnaître qu’elle fait preuve d’imagination. Et alors que mémé me reluquait, et que j’y repense ça me refait sourire, comme un con ! *On ne sourit pas quand on se fait pourrir Dante !* Silencieux, j’allais installer mon patient enfin voisin dans son lit, rapidement je vérifie que tous les coussins sont bien placés et lui dis au revoir.

De retour au salon, je trouve Hortense qui regarde une émission débile à la télé.

« Vous partez déjà, mon petit ? » me demande-t-elle quand elle me voit enfiler mon blouson par-dessus ma chemise noir de barman.

« C’est l’heure, Hortense, j’ai une vie aussi, vous savez… »

« Oh, vous me brisez le cœur, Dante ! »

« Rassurez-vous, le mien vous appartient et aucune autre ne l’aura ! » la taquinais-je.

Mais ce soir, elle ne rit pas, au lieu de cela d’un geste, elle coupe le son et m’observe d’un regard pressant comme elle aime me le faire sur le pas de porte quand les toutous ont gueulé au cœur de la nuit et en quelques seconde je me sens comme totalement à poil et vraiment mal à l’aise. D’habitude elle plaisante toujours avec moi lors de mes visites. D’ailleurs pour le coup je réalise qu’elle n’a rien fait tomber depuis mon annonce de départ.

« Elle a dû bien vous faire souffrir, » lâche-t-elle en scrutant ma réaction.

« De quoi parlez-vous ? »
tentai

« Vous venez chez nous tous les semaines depuis quoi… un an ? Et jamais vous n’avez parlé d’une jeune femme. Ils parlent tous de leurs histoires d’amour, mais pas vous. Vous avez le regard d’un homme qui souffre ou a trop souffert. »


« Je vais bien, ne vous inquiétez pas pour moi. J’ai laissé le pilulier dans le… »


« Vous pouvez vous mentir à vous-même si ça vous rassure, mais pas à une vieille dame qui en a vu passer des peines de cœur… »

« Mon cœur va bien… » *Je n’en ai plus comme ça c’est réglé *, ajoutai-je, en pensée pour moi-même.

Hortense hausse les épaules, remet le son et je me retourne pour sortir.

« Mon petit ? Auriez-vous l’amabilité de ramasser mon aiguille à tricoter ? Mes os me font tellement souffrir… »

J’éclate de rire a ce retour à la normale et va ramasser l’objet du départ en faisant en sorte que mon postérieur soit à nouveau assez visible…

Je pousse la porte et me retrouve dans le noir le plus total. Je retire ma veste pour la déposer sur la petite chaise que je sais la mais un son se soulève comme quoi la veste se retrouve sur le sol. Je soupire et décide de m’en ficher, m’attelant a retirer ma chemise et ne gardant que mon jean. Rituel débile depuis deux jour de garder une ceinture de sécurité. D’un pas calme je m’avance et, d’un coup, mon pied tape sur la table basse qui, en temps normal, est contre le mur.  Je bondis de douleur le petit doigts pied en vrac. J'inspire, soupire et contiens un flot de jurons…

« Putain Dante t'aurais pas pu choisir un autre moment pour te ramasser la gueule. »

Non mais elle est sérieuse ?! D’un mouvement je m’élance vers la lampe et me vautre royalement sur le clic-clac et sur elle. Mes mains figées en appuie alors que je me retiens de totalement l’écraser.

« Putain Sharra, c’est quoi ce bordel !? »

Me roulant sur le côté pour me redresser, je n’ose même plus bouger.

« Qu’est que t'as foutu de mon putain de studio, sale gosse ?! » Je cherche dans mes poches mon portable, soupire en me rappelant que ce dernier et dans mon blouson. « Merde bouge, allume la lumière, oh putain, sérieusement… »

code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageLun 6 Mar - 23:12



Shandra & Dante


Au fond, il n'y avait rien de plus douloureux qu'un homme que vous aimez de tout votre cœur et de votre âme, vienne à vouloir vous éviter pour une raison qui vous dépasse. Shandra espère vraiment qu'il ne fait pas un rapprochement ou une comparaison quelconque avec sa sœur, parce que la demoiselle le prendrait comme la pire des insultes. Après tout, Kaya n'avait pas seulement détruit Dante, mais elle avait définitivement éloigné deux frères l'un de l'autre. N'avait-elle pas déjà souffert de l'éloignement des leurs ? Ceux qui ont préféré goûter à la violence de la mafia ? Ceux dont le lendemain reste incertain ? Dante paressait pour Shandra comme un mort en sursis, qui vit sans plus prendre ne serait-ce qu'un plaisir, ne s'émerveillant plus de ce qui faisait briller son regard. Ça lui manque de ne plus le voir rire, sourire ou encore se laisser déborder d'une passion naissante. Oh bien sûr, s'il venait à étirer ne serait-ce qu'un peu sa bouche, ce n'est que pour faire croire pas plus. Shandra avait parfois l'impression de faire face à un étranger et lui est arrivée sur l'instant de penser qu'il ne serait plus comme autrefois, mais elle reste convaincu qu'avec des efforts, elle peut y parvenir. Qu'en sera-t-il si une nouvelle fois, elle ne pouvait espérer à plus de sa part ? Que ce dernier lui fera clairement comprendre qu'il ne la verrait jamais autrement et qu'il en aime une autre ? Sûrement que Shandra pleurera, non pas devant lui, mais une fois seule après lui avoir fait ses adieux. On peut dire que cette bataille serait la décisive pour elle. Lui. Eux.

Avant qu'il ne rentre et avant que la jeune femme ne se laisse totalement submergé par le ménage, celle-ci se mit à verser quelques larmes tout en torturant son esprit. De si. De mais. Mais, ce n'est pas avec ça qu'on écrit son histoire, il faut aller de l'avant, tenter. Quitte à foncer sur un mur lors d'un détour, au moins, il ne fallait pas vivre de regret. Mais bon, le combat ça a de quoi vous achever mentalement. On se relève, mais on sait que l'on vacillera plus ou moins facilement, mais la fierté fera tout pour que ce soit lorsque vous vous retrouvez seul. Loin de tous les regards réprobateurs ou moqueurs.

C'est ce qui a entraîné sa période furie du ménage pour évacuer le stress que cause son quotidien. Elle n'avait pas vraiment de personne à qui se confier ayant voué sa vie à ses études, Dante et la réalisation de son rêve. Shandra sortait si peu qu'elle n'avait pas pu faire de rencontre et puis il faut dire que sa dépression ne l'avait pas entraîné vers ce genre de sentier. Sa sœur ayant complètement détruit le lien que Shandra possédait avec ses parents, par pure vengeance. Elle la savait ignoble depuis longtemps, depuis qu'elle avait quitté le Mexique pour le pays de la liberté, mais elle ne pensait pas que cela aurait un effet aussi conséquent.

D'un côté, elle en voulait autant à Sandro et à Dante. Pourquoi les hommes sont censés jouer les aveugles dès qu'une femme sait comment s'y prendre avec eux ou simplement parce qu'ils ne parviennent pas à réfléchir avec autre chose que leur cerveau du bas ! Shandra enrageait contre tout ce petit beau, donc elle a passé sa frustration sur le ménage qui fut un remède plutôt sûr pour trouver un repos sans pensée quelconque.

Un fracas la réveille et immédiatement, elle sait que Dante est de retour. D'ailleurs, elle en fait une petite remarque acerbe alors, qu'elle avait littéralement la tête dans le cul encore. Si elle venait à se lever, elle marcherait comme un robot. Cependant, elle n'a pas le temps d'immerger lentement qu'elle sent le poids de Dante sur son corps. Elle crispe un bref instant avant de comprendre ce que ce dernier fout là sur elle. Son parfum parvient à son nez comme une douce invitation. Mais, la jeune femme préfère ne pas bouger parce qu'elle se doute par avance, qu'elle va à nouveau jouer les chiantes, les acerbes et les coquines faussement innocentes pour le rendre aussi fou que cela ne peut l'être quand c'est lui qui joue avec elle. Après tout, la jeune femme avait des années de vengeance à rattraper.

« Putain Sharra, c'est quoi ce bordel !? »

Et voilà qu'il commence, bon elle n'a pas été sympa non plus avec lui en disant qu'il aurait pu choisir un autre moment pour se ramasser la gueule.

« Qu'est que t'as foutu de mon putain de studio, sale gosse ?! »

« Oh mais putain arrête de crier. » Fit-elle en se redressant une fois que ce dernier ait roulé sur le côté. Dommage la pression de son corps sur le sien n'était pas désagréable. « J'ai fait un brin de ménage pourquoi. »

« Merde bouge, allume la lumière, oh putain, sérieusement… »

« Tu fais vraiment chier. » Déclara-t-elle dans un soupire alors, qu'elle se relevait se cognant à son tour à la table basse. « Por amor de Dios » Fit-elle suivi de quelques autres insultes de son cru. C'était pas très étonnant, la tête dans le cul à devoir jouer à Fort Boyard sans Passe Partout ça le fait vraiment pas.

Une fois l'interrupteur atteint, elle l'actionna plongeant la pièce dans une lumière délicate offrant ainsi à Dante ce qu'il ne pouvait pas voir dans le noir total. D'une part, le fait qu'elle dorme en shorty et en débardeur et l'autre le changement conséquent qu'elle avait fait à son studio. Outre le ménage, il y avait ce rangement qui donnait un peu plus d'espace, on se sentait moins compresser. Ce qui au final n'était que la parfaite interprétation de comment était au fond Dante. Sa grand-mère lui disait souvent, que l'intérieur d'une maison représente la personne.

Reprenant sa place sur le lit, les yeux encore à moitié ouvert, elle passe une main dans ses cheveux un peu en bataille. « Tu vas me gueuler dessus parce que j'ai fait le ménage ou bien parce que tu t'es cogné. T'as qu'une option alors réfléchis bien. » Elle baille en s'étirant. « Puis merde, j'suis fatiguée moi. » Elle vacille un peu se laissant tomber sur le clic clac. « J'suis morte. Déplacer le frigidaire toute seule ça a été dure, j'ai même nettoyé ton congélateur. » Elle se redresse. « En fait, t'as ramené combien de putas ici, j'ai trouvé un carton plein de string dans ton dressing. » Jalouse ? Bien sûr que oui, cela se voyait un peu à dire vrai, mais pas au point qu'il comprenne. De toute manière, elle s'attentait à une joug verbale habituelle.

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageMar 7 Mar - 22:00




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




Dans ma vie j’en avais vue, j’en avais vécu des choses simples ou troublantes qu’on pouvait ou pas s’expliquer sur le moment et qui avaient trait à mon style de vie. Tout avait commencé avant même que je puisse m’en souvenir, dès mon premier cri en fait. Le monde tel que je l’avais toujours connu était un monde inaccessible pour ceux de ma condition, on m’enviait par moments, on me détestait à d’autres et on ne voulait surtout pas s’y trouver les trois quarts du temps.

Quand on a vu comme ceux de mon escadron le véritable visage de cet univers, on devient contradictoire, on voudrait à certain moment que tout cela ne soit pas et à d’autres au contraire on envie le sentiment de sécurité que pensent avoir les autres. Mais dans le fond on finit tous d’accord sur un point, on ne veut surtout pas devenir aveugles comme eux, l’ignorance est pire encore que le savoir.

J’étais là face à ces petites pestes adorables qui me pourrissaient la vie depuis qu’elles y avaient fait irruption et contemplais son corps un peu trop dénudé, mes pensées défilaient à vive allure et me conduisaient droit à l’envie de simplement lui faire fermer sa bouche et pas d’une façon des plus charmantes.

Si depuis deux jours j’avais fait le choix de lui donner une seconde chance, d’être un temps dans ma vie, je réalisais peu à peu que je l’avais condamnée en quelques sortes, que cette sécurité qu’elle pensait sienne allait peu à peu devenir l’insécurité qui était mienne, à moins que je trouve vite une solution pour ne plus avoir envie de la sauter à tout bout de champ. Je croisai les bras sur ma poitrine, silencieux alors qu’elle minaudait sur le clic clac. Mon dos plaqué contre la paroi en bois de la porte, mon regard détaillait le carnage de propreté de mon logement et elle dans mon pieu, vociférant comme si elle était chez elle et y avait toujours été.

« Sharra, rhabille-toi, sérieux, le coup du ménage ok je peux le tolérer, quoi que… » Je me redressai « Mais franchement qu’est-ce que t’apporte cette putain de tenue ici, tu cherches quoi là ? » Je m’avançai vers elle, inclinant la tête perplexe et me massai l’arête du nez.

« Je vais me doucher, passe un truc de ton âge. » Je me détournai et m’invitai dans la salle de bain, lançant le jet qui rapidement enfuma la petite pièce mal aéré….


code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageVen 10 Mar - 13:17



Shandra & Dante


Shandra avait imaginé tant de chose en revoyant Dante. Elle a pensé l'espace d'un instant être sincère envers lui, mais elle s'était rapidement dit qu'au final, celui-ci viendrait à la chasser de sa vie sans ne lui laisser aucune chance. Chose qu'elle comprend après tout ce que Kaya lui avait fait subir de par ces mensonges successifs et son comportement honteux et déshonorant surtout envers un homme qui l'avait véritablement aimé. Shandra avait trouvé sa sœur parfaitement stupide et avait même laissé éclater sa colère pour dire ses quatre vérités à cette femme qu'elle ne reconnaissait plus. Sa venue aux États-Unis ne fut qu'un pas de plus vers un gouffre immense et ne comportant aucun fond. Quand elle regarde dans les yeux de Dante, elle ne voyait qu'un profond désarroi et un égarement qui s'alourdissait de jour en jour brisant un peu plus le cœur de la jeune femme qui avait toujours eu de sincères sentiments à son égard, mais lui, n'avait jamais pu voir autrement Shandra que comme une gamine, une petite sœur à taquiner. Entre eux, un jeu simple de défis de l'un et d'une d'une attention constante s'étaient crées, mais au fur et mesure du temps, cela ne suffisait plus. Combien de fois, la jeune femme n'a-t-elle pas versé des larmes dans son coin alors, que Dante se refusait d'entendre raison par rapport à ce que lui disait cette pauvre gamine qu'il pensait chiante et gâté pourrit. Des paroles que sa sœur ont dû bien nourrir son esprit alors, que ça n'a jamais été le cas auparavant, elle l'a appris à le devenir pour la simple et bonne raison qu'elle voulait qu'il la remarque et comprenne que son choix a été mauvais depuis le départ. En tant que militaire, Shandra avait pensé qu'il n'était pas aussi bête et pourtant, l'histoire a continué au point de prendre un tournant destructif pour lui. Il n'y avait qu'à voir ce studio sans vie et sans âme. Un simple endroit où vivre pour ne pas coucher dehors comme un sans abris.

Ne la prendra-t-il jamais au sérieux ? C'est en sorte une vengeance qu'elle se comporte de la sorte tout en sachant qu'il pouvait la jeter dehors à tout moment, mais au fond, il savait qu'il ne le fera pas. Son mensonge contribuant à le faire croire qu'elle n'avait plus d'endroit où aller alors, qu'elle avait tiré un trait sur sa famille depuis que tout ça s'était passé. Ses parents ayant préféré croire les larmes de crocodile de Kaya plutôt que la petite dernière qui n'avait jamais osé mentir. De toute manière, comment pouvaient-ils la connaître ou prétendre cela après l'avoir laissé aux grands-parents de la petite. Jamais, elle ne pourrait leur pardonner au final. Au début, elle s'était dite que la pitié était le sentiment existant, mais au final, la rage prenait place. La solitude était ce qu'elle ressentait la plupart du temps, même lorsque Dante était présent puisqu'il faisait comme si elle était une gêne ou encore aucunement présente surtout en ignorant ses appels alors, qu'elle s'inquiétait simplement. Oui s'inquiétant qu'il aille trouver un bonheur ailleurs alors, qu'elle était là. Présente pour lui depuis le premier jour où elle a serré sa main.

C'est alors, qu'elle le voit se lever pour se diriger vers elle. Il avait l'air d'en avoir marre. Mais de quoi ? De qui ? Elle l'observe simplement avec cet air de provocation continuelle. Comment cela pouvait en être autrement alors, que cela était la meilleure façon pour elle de garder une joug verbale, seule conversation logique et pimenté qu'elle pouvait espérer avoir. Tout déviait toujours vers ce genre d'échange. Mais au fond, elle en était heureuse tant qu'elle pouvait entendre sa voix.

« Sharra, rhabille-toi, sérieux, le coup du ménage ok je peux le tolérer, quoi que… »« Mais franchement qu'est-ce que t'apporte cette putain de tenue ici, tu cherches quoi là ? »

Croisant les bras en soupirant. « Je fais encore un effort de mettre un débardeur pour dormir. Alors, dis plutôt merci sinon c'était shorty et seins nus. » Déclara-t-elle simplement et sans aucune gêne surtout sous un visage qui lui donnait plus envie de rire que de s'énerver.

« Je vais me doucher, passe un truc de ton âge. »

« Déshabillé sexy ou bien nuisette en satin ? Tu préfères quoi ? » Fit-elle en observant ce dernier se diriger vers la salle de bain. « Tu veux que je frotte le dos ? Ou bien tu préfères que je te prépare un petit quelque chose. » Elle arque un sourcil s'appuyant sur le mur, dos tourné à la salle de bain. « Oh pardon... Tu dois être déjà bien gaver avec la récolte que t'a dû faire avec les garces qui passent dans ta bagnole ou qui sont pas farouche pour un sous pour écarter les cuisses à l'extérieur. » Jalouse. Cela se sentait oui, mais Shandra tentait de rendre cette phrase plus comme une provocation qu'autre chose. « Je fais quoi du carton de string. Je peux le brûler si tu veux. » Le string. C'est bien le seul sous-vêtement qui n'attire pas Shandra. Autant mieux ne rien porter en dessous que ça ne changerait pas grand chose.

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageMer 22 Mar - 22:32




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




Ruminant sous l’affut d’eau chaude, je ne répondis pas à ses provocations, tachant au mieux de faire ce de moment une simple détente qui pour l’usage n’en était plus. Qu’est-ce qui m’avait pris d’accepter de la loger ? Voulait-elle vraiment que je la saute comme une vulgaire nana de passage ou était-ce un moyen de me rappeler que les femmes étaient toute des salopes en puissance ? Pour une fois que je tentais d’être correct avec l’une d’elles, fallait qu’elle se tortille en shortie sous mon nez, qu’elle porte un top qui ne cache rien de sa poitrine, pire qui exposait ses deux petits seins comme deux phares pour un bateau perdu dans la tempête. Secouant le crâne, je chassai l’idée et la vision de son corps. Coupant l’eau chaude pour rapidement faire taire l’érection involontaire qui pointait.

L’eau glaciale eut pour effet un calme immédiat de mes sens, mais aussi un grincement de mâchoires. Mais pour autant je ne relançai pas l’eau chaude, finissant mon lavage sous les piques glaciales de l’eau alors qu’elle n’en finissait pas de causer à moins qu’elle chantait devant ma porte entre ouverte ?

D’un mouvement je me saisis de la serviette et la passai à la taille pour revenir dans la salle principale et constater qu’elle n’avait pas changer de tenue, pire qu’elle était toujours aussi provocatrice. Je repoussai les gouttes de mes cheveux et la toisai un instant.

« Tu les file aux nones de ton quartier ou t’en fais un collier, qu’est que je m’en tape, sérieusement ». J’attrapai un caleçon dans mon placard et m’arrêtai en réalisant qu’elle avait tout plié à sa sauce, lui lançant un regard. Et finalement je décidai à mon tour de jouer la provoque, laissant tomber ma serviette pour enfiler mon sous-vêtement sous ses yeux.

« Va pour un truc à bouffer, tu sais cuisiné ou je dois m’attendre au pire demain ? » Lui demandais-je allant me coller sur le clic clac pas plus vêtu qu’elle et en attrapant la télécommande de la télévision pour lancer les informations.

« T’as toujours pas trouvé de solution de secours ? Pas que tu me saoule à faire comme chez toi, mais bon je n’ai pas déjà les moyens de vivre, alors si en plus je t’ai à ma charge c’est plus des strings que tu vas trouver dans des cartons, mais des capotes. » Sous-entendant que j’allais devoir changer de mode de financement des factures.  

« Puis franchement Sharra, je suis sûr que t’as bien un ou deux petits amis qui ne demandent qu’à t’avoir les nichons à l’air dans leur lit, d’ailleurs t’as des nouvelles de ton super amant qui perd tout, il peut pas t’offrir une chambre lui ? » Dis-je ne décollant plus mon regard de l’écran.




code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageLun 27 Mar - 13:28



Shandra & Dante


Elle réfléchissait ou tout du moins tentait de se calmer pour percevoir ne serait-ce qu'une bribe de réflexion cohérente au vue de cette situation que l'on peut qualifier de merdique. Le moindre de ses mensonges n'ont fait qu'engendrer une situation des plus compliquées. Shandra n'est jamais parvenu à réfléchir comme il le fallait n'en faisant qu'à sa tête pour attirer l'attention de cet homme et ce, depuis leur première rencontre. Sa sœur l'avait sans doute remarqué et c'est peut-être pour cela qu'elle commençait à la détester plus encore. Appuyée contre le mur, bras croisés sur sa poitrine, elle ne trouvait rien de mieux que de piailler alors, que la jeune femme se doutait qu'il n'entendait strictement rien ou bien, la chose qu'il faisait le mieux, que Dante ne faisait consciemment plus attention à elle. Shandra sentait qu'elle le dérangeait, mais ce n'était pas pour autant que cette dernière allait faire ses valises pour retourner chez elle et le perdre à nouveau. C'est un abruti qui n'a rien comprit et qui perd son temps la queue perdue chez des femmes et qui ne se soucie clairement plus de sa propre vie. Comment a-t-il pu en arriver là ? Lui qui était si fort, gentil, implacable, mais juste. Kaya l'avait foutu en l'air et Shandra ne pouvait que comprendre de par son comportement que Dante avait été amoureux d'elle et que ce sentiment l'avait ruiné et encore, ce mot lui semblait tellement faible par rapport à la situation présente.

Quand il sortit de la salle de bain, Shandra n'a pu s'empêcher de se mordre la lèvre en voyant le dos parfaitement dessiné et musclé de Dante. S'y reposer contre lui serait tellement agréable, elle le sentait au plus profond d'elle, mais malgré ses pensées romantiques, la jeune femme préféra jouer l'impassibilité restant derrière lui, ne bougeant pas de son mur qui la soutenait pour ne pas qu'elle tombe à terre sous la sensation quasi inexistante de ses jambes.

« Tu les file aux nones de ton quartier ou t'en fais un collier, qu'est que je m'en tape, sérieusement ».

Si seulement, il pouvait taire son venin peut-être que la jeune femme se calmerait aussi. Mais, en même temps, Dante répondait sur le même ton que la jeune femme et honnêtement en quoi son shorty et son débardeur étaient dérangeant ? On n'y voyait pas grand chose et pourtant, ça l'exaspérait clairement. Elle devrait porter quoi ! Une combinaison pour que monsieur se sente bien ? Faut pas rêver non plus, elle s'est jurée de le faire souffrir autant qu'il passe son temps à le faire avec elle.

« Pour faire quoi. Des lance-pierre avec... » Fit-elle blasée sous une blague qu'il lui a déjà faite autrefois. Elle ne savait plus quand, mais elle se souvenait très bien de ces instants où il s'évertuait à la taquiner parce que mademoiselle voulait jouer à la grande avec lui et qu'il la prenait pour une parfaite gamine. Gamine qu'elle voulait jouer pour avoir son attention, mais il fallait que son putain de regard soit attiré par sa connasse de sœur.

« Va pour un truc à bouffer, tu sais cuisiné ou je dois m'attendre au pire demain ? »

« Oh... Pourtant quand tu venais manger chez mon cousin, tu ne t'es jamais plaint de ma cuisine. » Fit-elle d'un air exaspérait alors, qu'elle se dirigeait vers la cuisine pour voir ce qu'il y avait et ce qui était possible de faire. Heureusement que dans son enfance, sa grand-mère lui a appris de faire un bon repas avec peu de chose. Avec elle, malgré la pauvreté qu'ils pouvaient avoir, Shandra n'a jamais été morte de faim et elle comptait bien faire un petit quelque chose de rapide et d'assez bon pour monsieur pour qu'il ferme sa gueule.

« T'as toujours pas trouvé de solution de secours ? Pas que tu me saoule à faire comme chez toi, mais bon je n'ai pas déjà les moyens de vivre, alors si en plus je t'ai à ma charge c'est plus des strings que tu vas trouver dans des cartons, mais des capotes. »

« Si tu veux faire la pute te gêne pas pour moi, moi je saurai encore me regarder dans la glace. » Fit-elle spontanément sans faire plus attention au venin de ses paroles. Habituée ? Non. Mais, elle a une image de garce à tenir. « Et ma solution c'est de trouver un travail. Je m'en charge dès demain. » Encore un nouveau mensonge. Elle n'a pas en chercher un puisqu'elle est propriétaire d'une pâtisserie et qu'elle s'en sort plutôt très bien. Bon, il y a des jours avec et des jours sans, mais elle se réjouissait de son premier rêve qu'elle avait atteint malgré les doutes qui s'étaient retrouvés sur sa route.

« Puis franchement Sharra, je suis sûr que t'as bien un ou deux petits amis qui ne demandent qu'à t'avoir les nichons à l'air dans leur lit, d'ailleurs t'as des nouvelles de ton super amant qui perd tout, il peut pas t'offrir une chambre lui ? »

« Tu sais quoi Dante... » Fit-elle en s'approchant de lui. « Tu me fais pitié. Tu souffres tellement que tu veux faire mal aux autres comme si ça pouvait te soulager. » Elle se plante devant lui se foutant de lui boucher la vue. « Bon ok, je sais pas par où tu es passé, mais moi tu y as pensé un peu ! J'ai vécu des choses que tu ne pourrais même pas te douter et je me retrouve seule. J'ai fait mes conneries, je les assume, mais te montre pas désagréable avec une personne qui s'est fait un sang d'encre pour toi et qui veut t'aider. » Elle le regarde avec dégoût alors, qu'il venait clairement de la blesser. « Je déteste le Dante que tu es devenu. Avant, tu étais mon modèle à suivre, le seul que je pouvais considérer comme un homme. » Elle détourne son regard. « Tu peux tout me dire, m'insulter si ça te change, mais ne me confond pas avec cette puta... Je ne le mérite pas. »

Même si en toute logique, enfin dans la sienne, elle aurait pu s'en aller faire un tour ou bien dormir dans la rue en laissant ses affaires, chose dont elle est capable. La jeune femme se contenta de retourner à la cuisine pour lui préparer au final un casse croûte, l'envie de faire une bonne cuisine avait été coupé par la méchanceté de ses paroles qu'elle trouvait mal placé et injuste. Comment pouvait-il être devenu aussi méchant ? Certes, Shandra ne faisait pas d'effort et elle aimait jouer sa garce, mais jamais, elle n'aurait titiller le point sensible, c'était là, toute la différence entre lui et elle.

« Tiens. » Fit-elle en posant la petite assiette sur ses jambes comme une cuisinière de cantine aurait servi l'assiette d'une personne. « Et fait pas de miette j'ai nettoyé ton studio. » Elle voulait juste qu'il se sente bien en rentrant, qu'il respire un bon parfum et non l'air renfermé de ce lieu de vie qui ne lui convenait clairement pas.

Elle finit par retourner sur le clic clac s'allongeant dos à lui. Shandra ne voulait pas pleurer malgré sa gorge qui se serrait de plus en plus. Mais non ! Elle ne lui fera pas ce plaisir.

« Tu n'as pas été le seul à souffrir dans cette histoire Dante... »

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageMar 28 Mar - 21:36




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




Garder le silence, ne rien ajouter alors qu’elle se dresse devant moi en petite tenue, provocante comme jamais et que je ne peux qu’admirer ses courbes, se rentait-elle seulement compte que pour le coup j’en viendrais presque à en douter… Ce qui est certain c’est que cette colocation improvisée va devoir subir quelques règles ou je vais finir avec quelques soucis carpiens. Ses mots semblent sincères et durant un bref instant je retrouve la gamine que je n’appréciais pas, l’allumeuse qui me rappelle que trop bien son aîné. ça a au moins le mérite de fendre le fantasme.

Je la détaille étonné de ses confessions, me demandant ce que je peux bien avoir à faire dans tout cela, des années qu’elle ne m’a pas vue et me voici un exemple, un homme parfait, enfin du moins j’étais visiblement cela à un moment de sa vie. Durant un instant alors qu’elle n’en finit pas de lancer sa frustration, sa colère, j’ai envie de me lever, simplement l’embrasser, la faire taire, tester ces soit disant limites que les femmes ont ou n’ont pas leurs loyautés, les unes envers les autre, une simple envie de la faire taire, qui ne vient qu’en ajout à la frustration qu’elle s’amuse à provoquer. Mais c’est juste pas possible, je le ferai certainement pour qu’elle en parle à sa sœur, qu’elle la blesse à son tour comme elle m’a blessé et à ce jeu sans fin, rien ne serait gagnant, gagnant, Sharra y perdra encore plus la fois en l’homme et moi… retournant vers le coin cuisine elle revient rapidement avec une sorte de casse-croûte, certainement mangeable si je n’avais pas dans mon dos une soupe de boudin.

Délaissant le repas de choix, je me décide finalement à l’imiter et viens à côté d’elle. Sans un mot je frôle sa cuisse consciemment de ma main. Alignant un sourire en coin qu’elle ne peut voir. Elle s’éloigne un peu, tout en sachant que je trouverai le moyen de me rapprocher avec le clic clac non déplié.

« Alors comme ça je fus un de tes fantasmes de petite minette et je te déçois, Sharra. » Dis-je glissant mes lèvres au plus près de son oreille, mon corps frôlant le siens. « Encore une fois, je n’ai rien demandé beauté, cependant, si on doit vivre ensemble ce sera plus pratique avec quelques règles. Car il est clair que je ne peux pas vivre avec une nana comme toi et gérer la tension sexuelle dégagée sans quelques limites, la première tu achètes un pyjama, un truc avec des manches et un pantalon, ou… »

Ma main glisse de sa cuisse à son ventre frôlant le tissu de son bas alors que ma bouche frôle son cou.

« On va devoir dealer un paquet de sexe sans sentiments, je n’ai absolument pas envie de rentrer le soir et subir cette foutue provocation et cette tension sexuelle qu’il y a entre nous, miss. »

Ma main passe doucement sous le tissu de son haut et caresse son ventre à la limite de sa lingerie. Un sourire toujours vissé sur les coins des lèvres. Je joue avec elle, la testant, après tout si elle est vraiment ce qu’elle essaie de me faire croire, ça lui ira parfaitement, même, autrement je vais lui briser le cœur, le piétiner, le passer à la moulinette et le donner à manger aux chats du quartier, bon c’est une grande image, mais je vais clairement en finir avec ces histoires.

« Ou alors, je pense au contraire que si nous vivons ensemble, nous devons poser des règles précises et des limites à ne pas franchir et cela comprend les strings, les nanas que je me fais ou pas, et ce que tu fais de ton cul. En gros tu fais ta vie, paie ta part, je fais la mienne, pendant que je travaille tu te tape qui tu veux, mais lave les draps, pendant que tu n’es pas là je fais pareil.

Ma main glisse doucement plus au sud sur ses cuisses et mes doigts frôlent le tissu consciencieusement, remontant vers sa hanche que je soutiens un instant, penché un peu plus contre elle et murmure à son oreille.

« Je ne pense pas être capable de vivre sous le même toit qu’une nana comme toi sans… tu sais… la toucher… » Chuchotais-je en glissant ma main sur sa gorge pour qu’elle tourne la tête et la descende dangereusement vers sa poitrine, sa ridicule et plantureuse pourtant poitrine, et fini par l’allonger sur le dos. Frôlant lentement, tendrement, ses joues de mes lèvres. Je lui lève les bras au-dessus de la tête et la débarrasse de son top repoussant doucement mon visage d’elle pour l’explorer du regard.

Sa peau se teinte des couleurs de l’écran, l’obscurité me semble un peu plus présente d’un coup. Ne pouvant détourner le regard de son corps à sa merci. Je dépose quelques petits bisous sur sa mâchoire, son cou et la sens frémir à mon contact et se tortille sous ma main qui retient son bras et glisse doucement vers son épaule que je caresse, ma seconde main se glisse sur son ventre, et passe de l’autre côté alors que je me glisse au-dessus d’elle et descend vers son intimité sans la toucher en la frôlant doucement, ma bouche dépose un baiser sur son nombril, jouant un instant avec ma langue pour l’inviter à l’imagination. Ma main se glisse vers le sol et saisi l’objet convoité. Alors que je remonte à son niveau puis recule en tendant mon bras en position pompe et l’observe quelques secondes sans rien dire.

« Sharra… » Je me relève et lui lance le tee-shirt.

« Habille-toi avec ça, demain matin on va trouver une tenue correcte pour dormir. » Dis-je en me tournant vers le placard pour en sortir mon vieux jogging et un Marcel.

« Merci pour le casse-croûte. » Dis-je en passant mon bas et en récupérant mon casse-croûte. « Tu ne prends rien ? »

code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageSam 1 Avr - 15:49



Shandra & Dante


Dante semblait tout savoir, mais il n'en était rien. Shandra a caché tellement de chose même lorsqu'elle était encore en contact avec sa famille et sa sœur. Elle espérait que derrière le changement radical qu'a subi Kaya, elle pensait retrouver cette sœur qui la câlinait quand un orage trop violent éclatait ou quand elle venait de faire un cauchemars. Mais, force est de constater que plus rien ne retournerait comme auparavant. Shandra a dû faire face à toutes ces difficultés, les unes après les autres. Des mensonges pour la plupart que ce soit de son fait ou non. Elle n'a vécu qu'en se protégeant sous de fausse vérité dissimulant ainsi les grandes faiblesses qui sommeillaient en elle et ce, depuis toujours. En se retrouvant aux États-Unis, la jeune femme a bien vite compris que pour ne pas se laisser avoir ou bien qu'on lui marche sur les pieds, elle se devait de changer. De devenir une garce aussi inaccessible que sa sœur, jouant ainsi un rôle qu'elle ne supportait pas elle-même, mais qui au fond commençait à lui faire poser des tas de questions. Qui était-elle au final ? A force de jouer un rôle, on se perd facilement et on se sent totalement vidé, épuisée, sans plus savoir comment redevenir ce que l'on était de peur de se faire avoir par la vie et les gens. Shandra ne voulait pas devenir un simple objet inutile que l'on finit par jeter. Enfant, elle a déjà eu cette impression et maintenant, à cause de Kaya cela s'intensifiait à cause des mensonges de cette femme qu'elle ne considérait plus comme étant de son sang. Elle en avait honte de son comportement, d'avoir joué avec un homme qui était pourtant prêt à tout pour elle. Au premier regard, Shandra l'a su comprenant comme Dante était et regardez-le aujourd'hui, il est loin l'homme qu'elle a connu et qui la taquinait autant qu'il lui tendait une main secourable quand la jeune femme cherchait à attirer son attention. Pour se rapprocher de lui, elle avait inventé une histoire stupide parce que son cerveau n'avait pas su comment le retrouver comme autrefois. Mais à mesure qu'elle passe du temps avec ce dernier, elle ne pense plus le connaître.

« Alors comme ça je fus un de tes fantasmes de petite minette et je te déçois, Sharra. »

La toucher était plus une douleur que quelque chose de plaisant. Elle savait au fond qu'il se moquait à chaque mouvement qu'il avait à son encontre. Dante pensait quoi ? Qu'elle allait perdre pied et se donner à lui ? Affirmant peut-être ainsi ce qu'il pensait déjà à son égard ? Que c'était une fille facile capable de tout et n'importe quoi comme Kaya ? A cette pensée, Shandra se gifla mentalement surtout quand elle commença à sentir une boule dans sa gorge. Pleurer. Elle avait envie de pleurer, mais elle se faisait violence pour jouer celle qui ne ressent rien. De toute manière, la jeune femme ne s'excite pas pour si peu.

« Où t'as entendu fantasme toi... J'ai simplement dit, que je t'admirais. Tu devrais aller te nettoyer les oreilles, il doit te rester du savon. » Fit-elle en soupirant alors, qu'elle se décalait. Mais, le connaissant, Dante n'allait pas s'arrêter comme ça.

« Encore une fois, je n'ai rien demandé beauté, cependant, si on doit vivre ensemble ce sera plus pratique avec quelques règles. Car il est clair que je ne peux pas vivre avec une nana comme toi et gérer la tension sexuelle dégagée sans quelques limites, la première tu achètes un pyjama, un truc avec des manches et un pantalon, ou… »

Elle se mord la lèvre en sentant les siennes sur elle. Ce souffle. Ce murmure porté à son oreille ne la laisse pas de glace. Elle a l'impression que son estomac fait le grand huit.

« On va devoir dealer un paquet de sexe sans sentiments, je n'ai absolument pas envie de rentrer le soir et subir cette foutue provocation et cette tension sexuelle qu'il y a entre nous, miss. »

« Je croyais que je n'étais qu'une planche à pain très loin de tes exigences physiques. » Elle préférait faire jouer son ironie pour s'empêcher de soupire à chaque caresse offert par Dante. Il le savait qu'il suffisait d'un rien pour que la jeune femme vienne l'embrasser. Pour la faire perdre pied. Pourquoi faire ? Pour ensuite la piétiner comme un insecte indésirable.

« Ou alors, je pense au contraire que si nous vivons ensemble, nous devons poser des règles précises et des limites à ne pas franchir et cela comprend les strings, les nanas que je me fais ou pas, et ce que tu fais de ton cul. En gros tu fais ta vie, paie ta part, je fais la mienne, pendant que je travaille tu te tape qui tu veux, mais lave les draps, pendant que tu n'es pas là je fais pareil. »

Voilà une première épée qui lui transperce le cœur. Si jamais Shandra se laissait aller, elle serait vue comme une pute. Une femme qui écarte facilement les cuisses pour coucher avec un homme, alors que c'est loin d'être le cas. Depuis la mort de ses grands-parents ainsi que de sa venu sur cette terre de liberté soit-disant. Shandra a dû faire énormément de sacrifice, en particulier envers elle-même. Délaissant son estime de soi pour ne pas se laisse bouffer par la vie et les gens quitte à en souffrir autant mieux passer pour la pire des garces qui attirent les regards et attisent la moindre des curiosités. Tel un monstre de foire que l'on veut voir pour tenter de comprendre son existence.

« Je ne pense pas être capable de vivre sous le même toit qu'une nana comme toi sans… tu sais… la toucher… »

Se retrouvant sur le dos après une nouvelle pluie de caresse qui, soyons honnête à presque fait mouiller son shorty, Shandra se retrouve face à Dante qui, tranquillement la dominait. Une image plus que réaliste de ce qu'il était envers elle. Le dominant. Celui qui sait comment la faire tourner en bourrique, jouer avec ces émotions pour les ensuite les tordre et lui faire comprendre qu'elle n'est rien de plus que ce qu'elle est pour lui. Une petite garce manipulatrice. S'il venait à le lui dire, elle en rigolerait sûrement affirmant qu'au moins les garces sont rarement touchés par le venin des autres. Mais au fond, elle ne sait même ce qu'elle ressentirait réellement.

Finalement, elle décide de rentrer dans son jeu posant ses mains sur ces fesses, qu'elle ne se gêne pas de caresser un moment. Ensuite, une caresse se fait ressentir le long de sa colonne vertébrale en un doux effleurement du bout de ses doigts. Un sourire étire les lèvres de la jeune femme. Un sourire mutin et provocateur. « Dante... » Soupira-t-elle alors, qu'elle approche son visage du sien. « Bouge de là, tu commences à être lourd. »

Honnêtement, Shandra n'est pas très étonné à ce qu'il pousse le jeu plus loin avec des baisers ici et là. Elle sent sa peau frissonner sous le contact de sa bouche. Un contact désiré depuis longtemps. Trop à son goût et honnêtement, la douleur qui s'était fait ressentir avant revenait à la charge de façon bien désagréable.

« Sharra… »« Habille-toi avec ça, demain matin on va trouver une tenue correcte pour dormir. »

Voilà l'instant brisé comme elle le soupçonnait depuis le début alors, que la jeune femme récupérait le t-shirt au vol. Elle aurait pu s'énerver ou encore soupirer, mais à quoi bon. Dante était comme ça, à jouer avec le chaud et le froid. On ne pouvait pas l'en empêcher et c'est ce qui faisait clairement son charme. Ne voulant pas se battre plus que de raison ce soir, elle passe le haut pour descendre sa tension sexuelle comme il l'avait nommé plus tôt tout en se disant qu'elle s'était foutue dans une merde pas possible. Elle ignorait si elle allait s'en sortir vivante sur ce coup-là.

« Merci pour le casse-croûte. »

« Y a pas de quoi... » Répondit-elle simplement, mais tout de même froidement alors qu'elle ouvrait le clic-clac afin qu'ils se couchent ensembles sans rencontrer de soucis de place.

« Tu ne prends rien ? »

« Non. » Elle s'allonge lui tournant le dos. « J'ai déjà grignoté avant. » Que voulait-il qu'elle lui dise, qu'elle avait dû mal à manger depuis qu'il est parti ? Qu'elle jouait entre appétit et nausée. Qu'elle repensait au moindre événement qu'elle rencontrait qu'elle considérait par moment comme un mauvais tour du destin.

Parfois, il y a des choses qu'il vaut mieux garder secrète pour ne pas briser une amitié qui pouvait peut-être se ressouder même si cela s'avérait du domaine de l'impossible surtout quand on constate que la personne en question a changé de façon aussi radicale. Peu de respect pour soi, bien pire que ne peut l'être Shandra depuis qu'elle a prit conscience de certaine chose. Pour ne pas finir comme ses frères, elle avait accepté de partir pour réaliser son rêve. Chose à laquelle elle y était parvenue obtenant ainsi un visa de travail afin de poursuivre cette route hasardeuse depuis le début. Mais, parfois, il faut abandonner certaine chose et pendant un moment, ce fut Dante qu'elle oubliait et pourtant, son souvenir s'évertuait à le hanter. Et maintenant qu'il est là, présent dans la même pièce conscience que ce petit jeu instauré entre eux ne laisse ni l'un ni l'autre indifférents, Shandra reste frustré parce que même si elle se laissait aller, la jeune femme se doutait fort de pour qui elle passerait dans l'esprit déjà que trop torturé de Dante.

« Oh... A moins que tu parlais de toi... Dans ce cas, désolé, mais tu ne m'as fait aucun effet. Ma petite culotte est encore propre mon cher... » Elle esquisse un sourire. « Tu ferais mieux de te reposer, t'as eu une assez rude journée. »  

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 9 Avr - 15:18




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




« Oh... A moins que tu parlais de toi... Dans ce cas, désolé, mais tu ne m'as fait aucun effet. Ma petite culotte est encore propre mon cher... » Elle esquissa un sourire. « Tu ferais mieux de te reposer, t'as eu une assez rude journée. »

Je terminai de ranger mon plateau et allai me brosser les dents sans ajouter tout de suite un mot, coupai la lumière et m’allongeai à côté d’elle en mode hôtel des culs tournés.

« Et bien ma foi, voilà qui nous évitera un lavo-matique demain, bonne nuit gamine. » Dis-je simplement en fermant les yeux.

La nuit passa sans anicroche enfin si on oublie qu’au matin je me réveillai avec elle lovée contre moi. Cette fois je fus le premier lever et le plus silencieux possible me préparai pour aller courir. Près de deux heures de jogging passées et je rentrai alors que le jour se levait pour rejoindre la salle de bain où je me préparais en vue d’une recherche de pyjama et de nombreuses boutiques en vue. Ce n’avait jamais été mon dada ces trucs de shopping, mais vue la nuit dernière, ça relevait du miracle qu’elle n’ait pas fini par se retrouver sous mes assauts et une mais pas deux dans la famille à moins que l’une puisse blesser l’autre, ce dont je doutais fortement.  

Une fois prêt c’est armé d’un café que je m’avançai vers la belle au bois dormant et lui tendis le mug.

« Debout marmotte collante, on a des pyjamas à trouver, t'as de la chance c’est repos pour moi aujourd’hui, j’aurai donc toute ma journée pour faire les friperies et voir ce qui te rend le plus sage possible. Il serait tellement bête que ta petite culotte soit une victime de plus à la superbe collection. » Dis-je un brin provocateur.

« Tu as trente minutes, je vais chez la voisine pour ses pilules, je t’attends en bas. » Dis-je lui donnant la tasse et en me détournant pour sortir.


code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageLun 1 Mai - 0:06



Shandra & Dante


Une nuit plutôt paisible. Enfin plus ou moins. Dormir à côté de Dante sans pouvoir espérer un rapprochement quelconque était du domaine du compliqué que de parvenir à fermer l'œil. Depuis le premier jour, Shandra n'a eu de cesse d'imaginer à ce que pouvait être une relation avec un homme qui était capable de tout donner. Mais, à le voir aujourd'hui, l'ancien Dante a été balayé de la surface de la terre. Et si, elle n'était plus qu'amoureuse d'un homme à jamais perdu ? Se faisait-elle inutilement des illusions ? Que devait-elle vraiment penser ? Jamais une seconde, elle n'avait pas abandonner Dante, se battant pour lui, même après son départ, au point d'avoir tout perdu. S'il savait que son frère aîné est le seul à la soutenir et que Shandra est la seule personne à pouvoir l'insulter pour le réveiller afin d'éloigner Kaya de ce dernier s'il espérait arranger sa relation avec son petit frère. En fait, si Shandra devait sortir la vérité, elle n'en aurait pas fini avant la fin de l'année. Cependant, on a beau pensé ainsi qu'il y a une chose de sûre. On peut se faire tous les discours inimaginables dans sa tête, qu'au moment venu, elle ne saura plus quoi dire, ni par où commencer.

C'est dans des interrogations multiples composé avec des si, que la jeune femme parvint à s'endormir après la réplique de Dante. Elle, elle ne su répondre que par un soupire d'exaspération.

« Debout marmotte collante, on a des pyjamas à trouver, t'as de la chance c'est repos pour moi aujourd'hui, j'aurai donc toute ma journée pour faire les friperies et voir ce qui te rend le plus sage possible. Il serait tellement bête que ta petite culotte soit une victime de plus à la superbe collection. »

Encore dans les vapes, Shandra parvint à ouvrir les yeux grâce à l'odeur du café. Se redressant doucement, elle passa une main dans sa longue chevelure pour voir Dante à quelques centimètres d'elle, bien que son cœur tambourinait plus fort à chaque seconde, elle réussit à garder son calme prenant doucement le mug pour boire une première gorgée. « Ma petite culotte mon chéri... Faut la mériter... Et t'es loin d'être celui que je choisirais pour la donner même pas par pitié je le ferai. » Fit-elle sur le même ton de la provocation. La journée démarrait plutôt bien n'est-ce pas ?

Confrontation habituelle entre cet homme et cette demoiselle qui ne cherchait qu'à cacher son trouble et autant dire que depuis le temps, son jeu d'actrice atteignait la perfection.

« Tu as trente minutes, je vais chez la voisine pour ses pilules, je t'attends en bas. »

« Attention de ne pas te faire violer... » Fit-elle simplement. Même la voisine avait le droit à plus d'attention que Shandra n'en aura sans doute jamais. Il y a eu trop de chose qui se sont passées depuis le temps. L'un comme l'autre, les événements les ont changé pour un bon bout de temps, si ce n'est pour le restant de leur vie.

Était-ce judicieux de mettre sa vie en fonction de monsieur Dante Romanelli ? Honnêtement, par moment, Shandra arrivait à un point où elle ne savait plus quoi penser. Devait-elle continuer son jeu de duperie et de lui avouer la vérité tout simplement. Que depuis son départ, elle n'avait pas cessé un seul instant de s'inquiéter et lorsqu'elle l'avait revu, elle n'avait pas su trouver autre chose que cette excuse pour savoir ce qu'il était devenu ? Sans doute que Dante penserait que niveau mensonge, Shandra ne valait pas mieux que Kaya. A partir de là, le fossé sera si intense que Shandra n'est pas sûre qu'elle sera en mesure de lui pardonner ce genre d'insulte. Par amour, elle pouvait accepter bien des choses même passer après une passion, mais pas qu'on lui trouve une ressemblance quelconque que ce soit avec Kaya ou bien ses parents.

Shandra n'avait pas remarqué son départ et s'il lui avait répondu, la jeune femme n'avait alors pas fait attention. Gorgée après gorgée, le café lui fit un peu de bien, mais il lui fallait bien plus fort que ça pour oublier ses soucis. Un jour, la jeune femme était tellement au fond du trou qu'elle s'était réveillée dans son salon avec une bouteille de vodka sur elle et une gueule de bois des plus horribles. Plus jamais de vodka, c'est qu'elle s'était dit à cet instant où le moindre de bruit devenait pire que la musique trop forte lors d'un concert. C'est comme si son ouïe était devenu plus sensible que celle d'un félin.

Se levant le pas traînant jusqu'à la salle de bain après avoir délaissé son café sur l'évier de la cuisine, elle se dirigea vers la salle de bain pour se prendre une petite douche, question de véritablement sortir des cauchemars dont elle se souvenait peu à peu. Et autant dire, qu'il n'y avait rien de réjouissant à se souvenir de certains épisodes de sa vie quand on a l'impression que rien ne tourne comme on le souhaite. La douche fut rapide autant que sa séance beauté. Il n'y avait pas grand chose à faire. Une petite crème pour illuminer le teint, fard à joue, mascara, une touche de baume à lèvre un brin couleur corail et en route pour la sélection tout aussi rapide de sa tenue. En dernier, elle mit ses bottines avant de prendre son sac sous le bras pour ensuite capturer d'un geste son gilet pour rejoindre Dante en bas.

Constatant, qu'elle était la première, la jeune femme s'appuya contre un petit muret se mettant à consulter son portable. Pas vraiment de message intéressant, il faut bien l'avouer. Peut-être un message de Sandro qui lui demandait comment ça allait. Elle répondit rapidement avant de ranger le portable dans son sac, c'est alors que du coin de l'œil, elle le vit arriver.

« Justement je pensais à toi... Je me disais que tu voudras que je me prenne une djellaba pour bien tout cacher... en soit, ça ne me gênerait pas, mais tu te poserais des questions sur ce que j'ai en-dessous ou pas. » Fit-elle un brin amusé avant de le rejoindre. « Prêt pour mon paradis et ton enfer mon petit chéri. » Dit-elle moqueuse. Rares sont les hommes qui aiment faire du shopping sauf si c'est avec leur petite-copine dans les boutiques de lingerie. Mais, Shandra avait nettement l'impression que pour Dante, ce serait un enfer et honnêtement, elle ne lui rendra pas la tâche facile. Après tout, il la connaît depuis assez longtemps pour la savoir exigeante sur ce point autant que sur les autres.

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageSam 13 Mai - 11:31




It's a new day
Dante Romanelli & Shandra Reyes




« Dante, mon chou… Tu devrais être plus gentil avec la petite, elle se démène pour toi, tout hier elle a fait du ménage, alors qu’elle travail du dans sa boutique tu sais… » Je soupirai tout en plaçant son mari sur son fauteuil.

« Quelle boutique ? » Elle me lança un regard aux yeux ronds comme des billes.

« La pâtisserie qui fait de supers muffins, ma femme de ménage l’a reconnu, elle s’y arrête chaque jour. Me dis pas que tu es à ce point égoïste que tu ne sais pas ce qu’elle fait. »

Intrigué je sortis mon téléphone et me mis à chercher les pâtisseries du coin, ça ne manquait pas clairement. Mais l’énumération des noms fit son effet et elle me confirma ainsi le lieu. Je déposai un baiser sur le front de ma petite fouine de voisine et sortis non sans détailler le trajet. Arrivant devant l’entrée elle m’attendait déjà prête pour une journée boutique et certaine de me rendre surement fou. Je l’attrapai par la taille et l’attirai contre moi glissant lentement mes mains sur ses hanches.

« Je m’écouterais j’effacerai les mains du vieux pervers en te faisant l’amour là ici sur ce muret. » Chuchotais-je.

J’attrapai son menton et le relevai vers moi.

« La djellaba et la burqa, j’ai donné, et je suis plus à imaginer quelle arme cachent ces robes, que quel tanga retient le peu de féminité qu’on laisse à ces pauvres femmes. Donc sérieusement, non merci. Je glissai ma main dans la sienne et l’emportai à ma suite.

« J’ai une course à faire avant de te trouver ton pyjama, on prend le métro »

Ralentissant le pas pour m’adapter à ses talons qui clapotaient sur le béton, je ne relâchais pas sa main, marchant avec elle comme un couple dans la rue, m’amusant presque de ce fait.

« On serait pas mal ensembles dis-je lançant un regard à nos reflets dans une des vitrines. C’est con que tu te tape que des hommes riches et mariés. »


code by © Hystéria


_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shandra Reyes
LYS

❖ MESSAGES : 93
❖ AVATAR : Kendall Jenner

Sujet en cours :

www It's a new day feat. Dante Romanelli
www Alors comme ça vous avez une vie en dehors du boulot ? feat. Florence Fleury-Arnaud

MessageSam 13 Mai - 15:27



Shandra & Dante


Dante était devenu comme une sorte d'obsession pour Shandra. Est-ce bien ou mal ? Elle l'ignore, mais il est comme un parfum que l'on adore se mettre et qui, une fois terminée, on se voit obliger de racheter même s'il peut être douteux juste pour en avoir la douceur odeur sur sa peau parce qu'il se marie si bien avec cette dernière. Se passer à nouveau de cet homme se révélerait donc impossible pour la jeune femme qui fait tout pour rester dans son existence quitte à mentir allègrement sur certains points de sa vie. Oh bien sûr, Shanra est loin d'apprécier cette tactique, une bien piètre stratégie, mais honnêtement comme réfléchir avec un homme qui n'était pas apte à l'accueillir. Alors, la savoir en détresse aurait-elle la seule manière de faire à nouveau partie de sa vie sans plus en sortir. Elle souhaitait simplement se rendre assez indispensable pour lui afin qu'il ne veuille plus se séparer d'elle même si c'est pour entrer dans une compétition de mots acerbes et de mauvaises blagues. Étant même apte à supporter ces multiples conquêtes qui ne sont là que pour satisfaire son besoin humain. Shandra le connaît très bien Dante, il est capable de tout pour la femme qu'il aime, mais c'est justement cela qu'il déteste pour s'être fait avoir par Kaya. Cette garce l'a brisé comme jamais et cette dernière parvient à vivre normalement comme si de rien n'était. Honnêtement, Shandra n'arrive pas à la comprendre et cette différence n'a fait que naître rancœur entre les deux sœurs à tel point que rester dans la même pièce se révèle impossible. C'est tellement électrique qu'on a l'impression que des lames de poignards sont capables de sortir de leurs pupilles lorsqu'elles se regardent en chien de faïence avec une froideur si intense qu'on se penserait au pôle nord.

Très épuisé entre son travail et le fait d'avoir décidé de jouer les femmes de ménages pour Dante, le sommeil fut bien court. Surtout que même si elle s'est endormie, Shandra n'a pas eu l'impression de se reposer un minimum. Un café n'a pas été suffisant pour la jeune femme qui en ce moment se dit qu'une cure de caféine ne lui ferait pas de mal. Un bon expresso accompagné d'une douceur serait du plus bel effet, surtout pour tenir avec Dante, qu'elle voyait déjà à jouer les critiques de mode sur les choix vestimentaires de la demoiselle.

La petite tirade ne le laissa pas de glace que ce dernier l'attira à elle. Shandra sentait déjà des paroles qui allaient la déconcerter.

« Je m'écouterais j'effacerai les mains du vieux pervers en te faisant l'amour là ici sur ce muret. »

Comme elle le pensait, Shandra avait l'impression de fondre sous ces paroles. Ce n'est pas le genre qu'il aurait dit quand elle était adolescente, mais plutôt à faire le moralisateur pour tel ou tel comportement. La jeune femme peut même affirmer que seul lui a eu assez d'ascendant pour la calmer. La jeune fille d'autrefois faisant tout pour avoir de l'attention de Dante. Elle soupçonne Kaya d'avoir saisi son jeu tout comme Shandra a pu comprendre que cette dernière n'était sincère en rien, elle ne pensait qu'au papier et à sa facilité de vie.

« La djellaba et la burqa, j'ai donné, et je suis plus à imaginer quelle arme cachent ces robes, que quel tanga retient le peu de féminité qu'on laisse à ces pauvres femmes. Donc sérieusement, non merci. »

Un sourire se dessine sur les lèvres de Shandra tandis que son regard d'un marron presque glacé se posa dans les pupilles sombres de son interlocuteur. C'est un jeu perplexe comblée d'une ambiguïté sans limite qui consument ces deux-là. Si Shandra écouterait son corps, elle se laisserait frémir contre lui allant même jusqu'à capturer les lèvres de Dante pour un baiser des plus passionnés et fougueux où leurs langues danseraient un tango à la hauteur des émotions et des sentiments qu'ils cachaient l'un et l'autre. Vous connaissez cet adage. Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis. On peut dire que cela les définissait parfaitement l'un et l'autre.

Shandra était prête à dire quelque chose, mais sa pensée s'envola au même moment où il lui prit la main. Un instant, la jeune femme regarda la main de Dante qui tenait la sienne. C'est un contact sans nul autre pareil. Assez étrange et qui faisait naître tellement de chose en elle, que Shandra ne savait plus comme prendre la chose. Est-ce pour jouer avec elle ou bien est-ce simplement une manière de la tenir par la main comme le ferait un adulte avec un enfant pour le guider jusqu'à l'école.

« J'ai une course à faire avant de te trouver ton pyjama, on prend le métro »

« Si tu veux, je n'ai rien à faire de toute manière... » Elle le suit simplement et sans un mot, son regard rivé sur l'écran de son portable pour voir si elle avait des messages, à moins que ce ne soit qu'une autre manière de remettre de l'ordre dans ses pensées.

« On serait pas mal ensembles … C'est con que tu te tape que des hommes riches et mariés. »

S'arrêtant après lui, Shandra regarde leur reflet tout en écoutant les paroles quelque peu blessante de Dante. Ceci dit, il ne faisait que réagir au mensonge inventé par la jeune femme pour entrer à nouveau dans sa vie.

« Ce qui est con, c'est que tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez Dante... »

Lâchant sa main, assez lasse pour le moment des multitudes de petites piques lancées à son encontre, Shandra prit le temps de sortir ses écouteurs pour écouter de la musique une fois qu'elle prendrait le métro.

Sur le quai, elle patientait doucement, le train n'était pas encore là et il ne le serait sans doute pas avant 4 ou 5 minutes. Cela laissa le temps à Dante de la rejoindre pour se mettre à côté d'elle ou pas, il n'a qu'à faire comme il le souhaite. Musique dans les oreilles avec un son minimum pour entendre à peu près ce qu'il se passe autour d'elle. Consciemment, Shandra rejoint Dante pour éviter cette bande de crâneur qui la regardait avec des yeux plutôt lubriques. Doucement, elle mit un de ses écouteurs à l'oreille de Dante pour lui faire écouter la musique. Ses lèvres formaient les paroles de la chanson qu'elle connaissait par cœur, si elle pouvait, elle danserait dans un bachata langoureux et parfait, mais bon, il ne lui reste que son esprit pour l'imaginer.

« Dis..Tu sais danser le bachata ? » Elle se demandait si avec son travail actuel, s'il avait appris divers style de danse à moins qu'il ne bouge que son cul sous les regards affamées de garces en chaleur qui sont loin de plaire à Shandra avant même de les connaître. « Je ne doute pas de ton talent de danseur pour bouger un cul pareil, mais je me demandais si tu avais un style particulier... »

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
It's a new day | PV : Dante Romanelli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Epreuve de Dante
» Le monde à ses défauts, pas moi ! ✟ « Dante's Inferno » {OK}
» [Lac] Première sortie du Royaume Obscur [Megan et Dante]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Stand up all Night Long! [Dante & Lysandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: LE QUEENS-
Sauter vers: