Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
L'enfer de Dante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 19 Fév - 22:21

 
Dante Gabriel Romanelli
( 29ans ● Americain/Italien ● Barman et Golden Boys ● gang (aucun) ● Le Queens ● REGULAR CITIZEN )


✤ DÉFAUTS — Franchement, si je devais faire une analyse psychologique de mon caractère de cochon, on n'en verrait pas le bout. Alors on va faire bref, ce sera mieux pour tout le monde. Je ne suis pas foncièrement mauvaise. Mais je ne suis pas non plus gentil non plus.  je ne suis pas patient, compréhensif, ou attentionné sauf rare cas. Je ne suis pas non plus romantique, quoi que ? "avec deux grammes ou quelques bonne motivation". Pas que je ne crois pas en l'amour, détrompez vous, seulement j'ai bien vite appris que 1 : il fait plus de mal que de bien, 2 : c'est une faiblesse à laquelle il est souvent sage d'éviter de succomber et 3 : qu'il est bien trop éphémère pour avoir une place centrale dans mon existence. Et comme je vous ai annoncer que je ferais cours, et que je suis un chieur. je vous dirais que le nombre des années donne la sagesse ? Je peux vous affirmer le contraire, si sagesse j’ai eu, j’ai su aussi la perdre bon nombre de fois. Mais cela ne fait pas de moi un être moindre, juste une personne un peu tête brûlée quand on touche à certaines valeurs qui m'ont permises de survivre autant d’années. Je cultive le mystère comme certains cultivent des légumes dans leurs champs ou les bécasses dans leurs plumards . Il n'est jamais bon, dit-on, de placer toutes ses pommes dans le même panier ou ses capotes dans la même purée a vous voir, mais et là encore je peux vous assurer que c’est véridique. Pour ce qui est des sentiments, les années m'ont fait passer par bien des étapes ou des périodes. Ce serait débile de sous-estimer mon caractère d'emmerdeur de première, car celui qui arrivera à me faire faire ce qu'il veut n'est pas encore né ou dans coin ! Mais je suis bon acteur si bien qu'aujourd'hui, divers adjectifs pourraient me décrire et beaucoup d'entre eux sont des défauts. Sarcastique, calculateur, emmerdeur, borné, manipulateur à mes heures, rancunier, sans tact ni pitié, franc quitte à être blessant, égoïste au besoin et tout un tas de charmants qualificatifs dont je suis très fier.

✤ QUALITÉS — Rares sont ceux qui ont eu l'occasion de me voir sous un autre jour depuis que le monde a changé, mais il m'arrive d'être agréable avec certaines personnes. Croyez-le ou non je peux être très charmant quand je veux, et suis très protecteur envers les personnes auxquelles je m’attache. Bon, elles ne sont pas nombreuses depuis trois ans et là, sur le coup, je ne pourrais vous en citer qu'une seule : ma demi-sœur. Avec elle je suis le grand frère ultra protecteur et même si elle et moi ne sommes pas du même sang (sœur par alliance), je tiens à elle comme à la prunelle de mes yeux et elle est la seule capable de me faire entendre raison avec ma mère quoi que... – enfin parfois – et de faire ressortir les meilleurs côtés de ma personnalité. Mais ça ne dure jamais bien longtemps, il suffit qu'elles disparaisse de ma vue et je reprends mes bonnes vieilles habitudes pour notre survie. Quant aux autres eh bien... Il va falloir vous contenter du roi des emmerdeurs, parce que c'est tout ce que vous aurez, pour le moment, le monde n'offrant plus la possibilité d’être altruiste et romantique pas vrai ?
Ses manies, ses habitudes, ses passions, ses peurs, des choses dont il rêve. N'hésitez pas, plus on en saura, mieux ce sera. (min 5 lignes) → Je fais des sport de combat depuis mes années lycée militaire.
→ Je porte sur moi un zippo, que je triture des que je suis nerveux, ou que ma patiente touche a son terme.
→ Je passe de fille en fille, sans me soucie de leurs sort, j'avoue que je ne m'attache plus vraiment.
→ Je fus gosse de riche, pour moi je n'ai plus rien a voir avec eux, je parle même jamais d'eux. mon frère est mort pour moi depuis quatre ans, mes parents... Mon oncle, ma cousine, mon cousin et ma tante, son pour moi la seul famille est même avec eux, c'est complexe.
→ Je bosse comme barman, j'arrondis les fin moi comme golden boys et cela m'éclate, d'autant plus que je gravite dans monde de mes parents, sans les croisé, je joue avec le feu et me fais de la tune sur le dos des riches solitaire en manque d’aventure.




derrière l'écran
PSEUDO ● Hystéria AGE ● 29 FILLE OU MEC ● je suis une chieuse   PRESENCE Au reponse rp  DE QUEL PAYS TU VIENS ● Ir et Fr Tu nous connais d'où ? ● je suis aussi Samara SCENARIO OU INVENTE ● Inventé   AVATAR ● Nick Bateman CRÉDIT ● Jerry



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 19 Fév - 22:21

 



this is who you are

( in this story you are the hero )

"Par où, par qui ? Par quoi puis-je commencer ? Ma naissance, mon parcourt, ma vie tout bonnement. Alors elle est simplement normale ma vie, enfin aussi normale que je veux qu’elle soit. Il était une fois un crétin sans limites, non, non, je suis sérieux, vous voulez l’entendre alors laissez-moi vous compter mon histoire telle que je la vois. Je suis donc un crétin Irlandais pur malte ou presque vue que ma mère est de chez vous. J’aime la bagarre, le sport et tout ce qui touche à la compétition. Proche de mon père et mon frère et mon cousin, qui comme moi a toujours fait de sa vie ce qu’il en voulait, on s’éclatait lors de ses visites mais tout a bien changé plus tard. J’y reviendrai, soyez patients. Quoi, vous n’avez pas que cela à faire ? Ben je ne vous retiens pas, je ne vous ai pas forcé à venir ou à m’écouter, c'est vous qui tenez à connaître ma vie, moi je la connais déjà et j’aimerai même par moment en oublier des morceaux. "

Donc je disais que j’aimais m’amuser à tellement de choses… Enfin que cela soit donc au dépend de ma cousine, qui a souvent perdu ses petits amis à cause de moi ou grâce à mon cousin Jerry, ou encore en jouant le petit frère relou avec mon aîné…

Mais revenons à Jerry et à ce que je peux vous en dire car c’est important, c’est que sa vie était si dissolue que ma mère et mon père tenaient particulièrement à ce que je reste hors de ses histoires, non je déconne c’est un saint Bernard et mes parents auraient clairement souhaité que je suive son exemple. Il a dix ans de plus que moi et c’est l’unique gamin de l’unique frère de ma mère. Je dis cela juste pour vous situer car je doute que vous le rencontriez un jour.

Autant mes parents nous ont donné un enseignement rempli d’amour, de droiture et de fondements, autant mon cousin n’en a jamais vraiment suivi et quelque part j’en avais fait mon héros, il semblait cool sur sa moto à vivre d’aventures, à disparaître et revenir comme il l’entendait et son côté américain de mère devait sûrement bien y jouer. Bien qu’aux yeux de ma mère qui a toujours grandis dans l’opulence bourgeoise (fille cadette d’ambassadeur Italien basé à New-york un temps) je déshonorais mon héritage en suivant les âneries de mon cousin en grandissant, ne semblant pas avoir pris conscience (de son point de vue) de la mesure de mon statut social hérité de multiples générations (dont je me fichais).

Tout cela pour vous dire que mon enfance était donc sage, trop sage, protégé dans un grand domaine de l’ambassade où travaillaient mes parents, je me livrais souvent à quelques escapades régulièrement rattrapé par mes nourrices et parfois pris en flagrant délit par mes parents, mais rien de bien pénible à supporter en soit. Des sorties non autorisées, des aventures que tout gamin rempli d’audace aime suivre, exploration de vieux entrepôts, sortie au cœur de la nuit avec des amis. Le tout alors que je n’avais pas encore dix ans, je pense que mes parents ont gagné quelques cheveux blancs par ma faute et qu’ils en ont sûrement plus acquis par la suite, mais cela je ne l’avouerai qu’à vous.

Le pire dans tout cela est que je rapportais sans le moindre effort de bonnes notes et que j’arrivais toujours à me sortir d’affaires en me faisant aimer par mes profs ou autres membres des écoles privées que je fréquentais. Je m’adonnais donc au grand drame des miens à la vente de devoirs, ou au plaisir simple de faire l’école buissonnière sans qu’on me cherche trop d’histoires, sagement placé dans un établissement catholique durant mes jeunes années.

Cela changea à l’annonce du cancer de ma mère... Alors que j’avais treize ans, je faussai compagnie à ce luxueux bahut côté pour voyager bêtement avec la carte gold black volée à un autre élève plus âgé pour ses loisirs, quand je fus à deux doigts de me retrouver dans la merde finie. Je vous passerai les détails de l’affaire, ce qui est sûr, c’est que la carte de mon père et de ma mère brûla quelques belles calories…
Mère malade, père tout le temps parti pour le travail. Je me retrouvai domicilié chez mon oncle paternel (vous vous rappelez le père de Jerry) sans grande fortune, issus de l’immigration Italienne, il vivait de sa petite entreprise de vente de produits bio Italiens dans le Queens, où il venait d'épouser en seconde noce une belle Italienne veuve tout comme lui avec chacun un gamin (enfin pour la nouvelle tante une gamine). Je me mis alors aux études pour de bon, je continuais à sortir, à faire du sport, mais je me calmai sur bien des points, là où beaucoup rentrent dans les conneries, moi je trouvais le confort d’une maison familiale.

Ce changement fut si radical que mon entourage eut bien du mal à y croire et avec le temps moi aussi.

« Bon pause dans mon histoire avant que le clic vous démange pour courir voir si le mec d’après peut convenir à votre idéal, pote, amant, cousin, voisin, tête de lardon, chaussons… bref vous tenez l’idée. Je tiens à dire pour ma défense que je suis certes un gosse de riche, mais que bien des choses ont changées à partir de là, que ce fut à cause de la maladie de ma mère ou de l’éloignement dû au fait que je fus viré du collège Catholique. Bon pas le compte en banque, mais mon oncle s’est révélé sur un jour plus humain, plus présent pour moi, que mes parents trop pris pas leurs soucis ou vie. Quand à ma mère elle survécu à son cancer, mais ne reprit jamais le travail… Elle ne chercha pas non plus à me reprendre auprès d’elle. J’avais entaché le nom vous comprenez...

Quant à ma tante elle tachait au mieux de jouer son rôle de mère par intérim et de femme amoureuse qui convolait amoureusement avec un veuf qu’elle avait rencontré quelques mois plus tôt, j’avais quatorze ans, et je me retrouvais armé d’une demi-cousine du même âge un brin casse pied et un cousin pas forcément ravi de la voir jouer les allumeuses avec moi qui partageais sa chambre.

Bon comme c’est ma présentation, on va faire un bond dans le temps car je trouve cela marrant à écrire…et on y reviendra sûrement. »


J’avance dans la vallée des morts, je suis son soldat et ma main faite pour aimer est devenue une arme. J’avance sans m’arrêter, sans attendre qu’on me sauve. Je ne sais que trop qu’on ne peut sauver ce qui a déjà disparu. Je croise sur le sol détrempé des regards que je connais parfaitement. Leurs mains s’agrippent à mon pantalon et leurs cris me supplient, mais je ne ressens rien pour eux. Je n’ai qu’un but et il se trouve à l’autre bout de la ville. Je les chasse donc tour à tour d’un revers du pied. Je n’ai qu’une route, qu’un objectif. Il a poussé en moi, il grandit à chaque instant, comme une ronce, il serre mon cœur, mon âme, et m’empêche de respirer. Je ne peux faire marche arrière, pourtant sa voix m’appelle, hurle mon nom, mon prénom, me supplie d’ouvrir les yeux, de revenir vers elle. Mais je ne me détourne pas, je repousse de la main l’écho et fais un nouveau pas vers ce ravin où je sais que ma place est. Une nouvelle fois, alors que j’atteins enfin mon but, une main se tend, son regard croise le mien et ses larmes me brûlent. Je reconnais ses iris, je ressens ses sentiments, mon cœur se déchire sous ses battements, la douleur est si brutale que je sombre, le souffle court. Ma main se glisse dans la sienne alors que mes genoux s’affaissent dans cette marre de sang.

Rapidement une nuée noire voile mon horizon, la douleur devient insoutenable. Je voudrai hurler, implorer son pardon. Mais rien ne vient, le monstre en moi éclate d’un rire sadique. Mon cœur se sèche, alors que mon regard sombre dans ces pupilles qui me regardent avec compassion, avec cette tendresse que je ne mérite pas. Mes poumons ne trouvent plus l’air qui pourrait me garder en vie, mais alors que mes mains lâchent la sienne, un hurlement jaillit du plus profond de ma gorge. Mon regard se détourne et plonge dans la rivière de sang où mon corps a pris place, à genoux, mes yeux détaillent la blancheur de mes doigts, parfait contraste avec le rouge dans lequel ils baignent. La chaleur, la douceur prend place, je me sens revivre. Les pulsations de mes veines réchauffent mon corps glacé. Mes bras serrent de plus en plus fort à présent le corps qui gémit, qui peu à peu s’affaisse tandis que mon corps prend force. Un nouveau soupir raisonne alors que je relève la tête pour retrouver le regard tendre, je me sens à présent assez fort pour le suivre. Mais je ne trouve que l’effroi. Des corps vidés de toute vie, leurs visages pâles et tristes baignent dans un rouge carmin. Je me redresse alors et mes yeux se troublent à la vue du corps à mes pieds. La fureur m’enveloppe à présent au-delà de tout. La peine, la haine, ma vie sombre, dans une tempête sans pareille.

En un bond j’ouvre les yeux, le même plafond, le même calme pèsent. Seuls les crépitements des feuilles dans les arbres voisins résonnent à présent à mes oreilles, plus de hurlements. Mon regard se pose sur mes mains immaculées. Ce cauchemar je le fais depuis des mois à présent, ce même rêve qui vient me hanter depuis mes années au moyen orient. Alors que mon esprit replonge doucement dans le sommeil, un bruit attire mon attention, un parfum, un mouvement près du balcon. Un sentiment me partage alors entre la foutre hors de ma chambre ou la questionner.

Ma « demi cousine ou cousine sans ADN par alliance » celle que l’on m’a imposé comme telle depuis le mariage de sa mère avec mon oncle qui joue mon père depuis l’aube de mes treize ans. Je suis de retour depuis quelques jours et déjà elle me tape sur les nerfs.

C’est infernal, elle a ce pouvoir particulier d’être à la fois intrigante et terriblement irritante, et amusante, pire elle a ce pouvoir particulier qui illumine la salle et fait oublier combien le monde peut être sans vie, sans charme. D’un geste ma main frappe mon front et mes idées sont repoussées d’un coup pour me faire grogner. C’est toujours dans les moments où je m’y attends le moins qu’elle pointe le bout de son nez. J’inspire puissamment, cherchant à lui signifier mon mécontentement, mais une fois de plus rien ne change, elle reste là, dos à moi, face à la baie entre-ouverte, attendant que je prononce un mot, un salut simple ou une interrogation. Elle veut sûrement qu’on discute, et bien que je le comprenne, je ne peux l’exaucer, que pourrais-je lui dire, des mensonges ? Les uns accumulés aux autres ? Non le plus simple est encore de contourner tout cela, ma vie et son monde ne se mélangeront pas.

Un bref instant je remonte le temps, me rappelle les jours heureux de l’adolescence où, d’un geste vif et joyeux, mon oncle me sortait à toute heure du lit pour une heure de sport providentielle, tout cela me manque. La vie était simple, j’avais trouvé un équilibre dans cette famille recomposée.

Quand je fus viré de mon école, mes parents m’avaient déplacé chez mon oncle, m’éloignant un peu plus de mon aîné dont je n’avais en commun que les souvenir de mes plus jeunes années et qui avais six ans de plus que moi.

Bref les premiers temps, je me sentais libre, dans leurs bonnes fortunes, bien que plus préoccupé de la santé de ma mère que mes conneries, mes parents avaient engagé des précepteurs à domicile durant une année.

Il faut aussi avouer que me retrouver à treize ans avec une nouvelle famille, de nouvelles règles de vie, une cousine sortie de nulle part n'avait pas été simple à gérer.

Surtout que la gamine du même âge que moi m’avait tout de suite adopté, alors que j’avais pour ma part bien d’autres choses en tête qu’une fille, enfin merdeuse qui venait se glisser dans ma piaule et fouillait mes affaires, ou s’infiltrait dans ma vie comme un parasite. J’avais assez de mon cousin pour cela au besoin, qui semblait préférer mes affaires aux siennes.

J’avais été inscrit dans une nouvelle école dès la rentrée, encore, fini l’internat bonjour le métro, mon oncle vivait dans Queens, l’école était à Manhattan, j’aurai sûrement préféré le colège plus proche où étudiait mon cousin et cette cousine fraîchement tombée du pommier, mais bon, avais je le choix ? Tous les matins je partais une heure avant eux, le soir rentrais une heure après eux, affublé d’un uniforme débile qu’ils n’avaient pas à porter, prenant les railleries des gamins du quartier, m’endurcissant aussi.

Décidément, à croire que la haute chieuse société aux côtés des gamins de gratte papiers de Walt Streets ou de la mafia et autres belles richesses de N.Y qui comptent leurs milliards et jouent de l’eldorado américain en disant qu’ils n’avaient confiance qu’au système de leur mère patrie américaine serait mon lot pour toujours. Un mois après mon entrée j’avais été sélectionné pour faire partie de l’équipe de lutte et de natation et n’aspirais qu’à une façon rusée de sortir de cette école, je n’étais donc pas vraiment à la fête en faisant les cent brasses dans le bassin pour gagner la place convoitée par mon équipe dans les prochaines compétitions inter lycées.

Vous me direz et alors et la nouvelle union familiale et la maladie ma mère, ou la sexy gamine qui m’allumait à la maison tu nous en cause pas du genou ? Si, si j’y viens…

Avec les mois, j’avoue que mes vrais parents n'étaient plus la principale affaire de ma petite vie d'ado donc, pourquoi tu nous parles de tes études et du sport là ?

« Car c’est moi qui raconte, oui, oui… »

Donc avec la jolie chieuse, cela ne s’arrangea pas, deux ans passés sous le même toit, j’entrai dans la période où le sexe est bien, on aime la pratique et y penser aussi… les filles, les sorties, les potes, les soirées, les nanas, en duo ou en trio. Ma mère faisait alors pression et mon oncle qui lui tentait les méthodes plus douces pour me centrer sur mes études et en secret calmer ma nouvelle cousine et nos prises de tête régulières car je ne la calculais jamais dans mes plans.

Le pire aux yeux de ma mère venait des rumeurs des nombreux cœurs brisés dans les hautes sphères, qui faisaient crisser ma petite maman d’amour si droite en apparence… Mais revenons à ma chieuse, au début l’avoir à ma suite à m’appeler à tout vas ou me suivre en douce pour ruiner tous mes loisirs avait un temps mis quelques tensions dans la maison recomposée.

Mais peu à peu cette sale gosse avait fini par devenir importante, trop importante, au point que je ne trouvais aucun goût dans mes relations dîtes amoureuses qui passaient rapidement à l’as, à la faveur d’une tentative de paix avec celle que je tentais de voir comme une cousine et qui aux yeux de nos familles en avait le statut.

Le temps n’avait donc pas joué en ma faveur et alors que j’avais atteint le but scolaire visé par mes paires et qu’on avait été sélectionnés, notre relation changea, dérapa totalement durant trois mois, je surfais autant sur la vague du sport que sur notre liaison, tachant au mieux de ne pas me noyer, de ne pas nous noyer. Mais un soir alors qu’on avait la maison pour nous, tout bascula, ma tante avait oublié son rouge machin assorti à sa robe de soirée bidule et au lieu de trouver celui-ci, nous retrouva bouche contre bouche et pas que... En une nuit mes affaires avaient été pliées, j’avais été envoyé chez mes vrais parents à l’ambassade. Fini pour moi la nage, la lutte, le lycée, le lundi suivant durant plusieurs heures de voyage silencieux j’étais conduit à Fort Benning pour la première fois, secrètement j’espérais que cela se calme. Bref compliqué tout cela, ce qui est à en retenir c’est que ma mère et mon père ne souhaitaient pas juste me faire peur, non juste plus entendre parler de ce foutu gamin, inondable.

Mais voilà trois mois plus tard je démontrai à ceux-ci que la vie là-bas était faite pour moi. Et je rentrai pour quelques années à l’école militaire et n’en sortis que quelques semaines pour les fêtes.

Les années ont coulé, j’avais à peine dix-huit ans quand je m’engageai dans l'aéroportée. Pour les moins cultivés dans ce métier, l'US Air Force en somme est pour ceux à qui ça parle : Delta Force - 1st SFOD-D Airborne. Je fus basé dans le Colorado un temps avant de m’envoler deux ans plus tard pour le moyen orient, c’est à peine âgé de vingt-trois ans que je revins aux États-Unis clairement désillusionner sur le les bons côtés de l’humanité par la guerre à laquelle j’avais participé contre les talibans. Mon passé quant à lui était totalement rangé dans les oubliettes, l’histoire avec ma cousine par alliance tout autant en somme, je construisais ma vie partagé entre mon travail dans ma nouvelle base de Virginie « De Langley », les missions auxquelles mon régiment était assigné, les rares permissions où je pouvais tout oublier et chez mon cousin qui rappelons-le avait grandi avec moi, et les retours compliqués chez ma mère ou ma tante, qui elles n’oubliaient rien de cette histoire, bien que ma tante, elle, se reprochait mon travail où me reprochait ma liaison de trois mois avec Savy qui m’avait conduit à celui-ci, ne voulant comprendre que j’aimais réellement ma vie.

Notre relation ne s’arrangea jamais vraiment, elle s’apaisa les derniers temps, avant que je coupe les ponts, quand elle apprit que j’étais fiancé... Ok remontons un peu le temps alors car je vous vois bien là vous demander d’où sort cette union.

Deux ans plus tôt… (je sais je vous perd dans les retours pas vrai ?)

Diplôme en mains. Je ne pouvais plus reculer sur un retour, avais-je réellement envie d'affronter leurs regards, non pas le moins du monde, la famille vous porte, la famille peux tout aussi bien vous enterrer, l’orgueil aussi, et si les femmes de ma famille ne semblaient pas me pardonner pour ma part je ne pardonnais pas à mes parents, je m’étais donc engagé comme je vous le disais plus haut, et quelques jours avant mon vol, alors que je fêtais ce dernier, Rafaël, mon meilleur ami, me donna le plan le plus fou qu’il avait eu et forcément dans l’ivresse je trouvai celui-ci génial, si génial que durant trois jours entre bières, rhum et whisky, on le mit en place avec l’aide d’une cousine à lui. Et c’est ainsi que ma vie prit un tournant imprévu. Armé d’une fiancée improvisée qui ne m’avait jamais vraiment attiré que durant quelques nuits je pris la route pour le Queens, passant en revue sa vie et mes goûts pour parfaire notre plan, j’y gagnais la paix, elle y gagnait un logement et des papiers et je sortais mon meilleur ami et sa famille de ma merde. J’avais donc là une somme de bonnes raisons non ? Me restait donc qu’à tenir la longueur quelques mois et ensuite je pouvais signer pour une mission, m’envoler au loin et à mon retour sagement divorcer. Le plan semblait tenir la route, utopie quand tu ne nous tiens pas vrai ?

Si tout semblait parfait, que notre couple idéal semblait crédible, intérieurement la revoir n’avait rien de simple, d’autant que peu à peu au jeu de dupe vinrent se placer quelques défoulements physiques imprévus avec Kaya et un attachement à des noces blanches qui devenaient peu à peu de vraies noces, du moins pour moi…
Grand mal m’en prit ou je suis certain avec le recul que j’aurai simplement arraché Kaya à notre logis commun avec mon frère qui pour je ne sais quelle raison jouait pour la première fois de ma vie son rôle d'aîné dévoué à mes fiançailles et ma pauvre petite amie, perdue loin des siens qui vivrait dans un appartement seule durant mes jours d’absence sur la base.

Le plus dur fut de la trouver là, dans ma chambre, quelques heures à peine après mon retour, Savy attendant une explication impossible à lui donner.

Sur le papier donc tout aurait dû être aussi simple, mais voilà, rien ne se passa ainsi, la veille du mariage, le dérapage eut lieu et j’allais tout annuler, rentrer plus tôt pour mes noces, un vol, un simple putain de vol plus tôt et je trouvai mon frère et Kaya se chevauchant, trop bon, trop con sûrement...

Les noces se firent sans moi, je coupai les ponts avec tous, ne répondant plus aux appels d’aucuns. Laissant Kaya à mon frère si on peut nommer ainsi et ma famille derrière moi. Au début tout fut simple, une histoire de quelques semaines avant de partir à la chasse aux talibans à l’autre bout du monde.

Trois années passées sans que je ne donne de nouvelles réelles aux miens, je ne vivais que pour mon travail, puis je fus blessé et remercié, pour l’armée je n’étais plus en état de servir… pension de retraité à 28ans franchement, je n’imaginais pas finir ainsi… Mon contrat prit fin, avec une médaille à la con pour service rendu, et valises en mains, je dû rentrer dans le Queens, prenant une chambre dans un hôtel, sympathisant avec le proprio, cherchant une nouvelle voie, tachant de composer avec la proximité toute relative avec ma famille, oh pas mon frère ou mes parents, non, j’évitais Manhattan et ils me le rendaient bien en m’évitant aussi, mais il n’en était pas de même avec Savy, Jerry ou mon oncle et ma tante, visiblement plus attachés à recoller les morceaux.

Après quelques mois de galère, je me retrouvai barman dans l’hôtel où je vivais, j’arrondissais les fin de mois grâce aux filons d’un pote qui tenait une agence de goldens boys, sexe, argent, et pas d’attache, la belle affaire. Un an et je prenais mon envol de l’hôtel, j’y bossais toujours mais n’y vivais plus. Quelques soirs les démons des combats remontaient et ces nuits-là, je parcourais les rues, c’est comme cela que j’appris pour les combats de rue et que je me mis quelques fois à me défouler ainsi. Bref une routine de merde qui me convient, une vie choisie par la force des choses, mais dont je suis le seul propriétaire…




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageDim 19 Fév - 22:23

Rebbiiieennvveenuuueee du coup, c'est ça ? What a Face

Bon courage pour ce nouveau personnage :P

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageDim 19 Fév - 22:24

BOH CE CANON REBIENVENUE CHEZ TOI MA BICHE!!!

_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Barthelemy Halloran❞
ADMIN COEUR D'ARTICHAUT

❖ MESSAGES : 318
❖ AVATAR : Alisha Boe


MessageDim 19 Fév - 22:26

Re-bienvenue parmi nous !
Choix intelligent que je salue

Tu sais où me trouver choupette

_________________
..... ▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 19 Fév - 22:32

Merci vous trois ♥️, bon qui a besoin d'un petit con dans sa bande ou son lit ... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sam Haynes
LILAS

❖ MESSAGES : 413
❖ AVATAR : Tom Hardy.



MessageDim 19 Fév - 22:58

Re bienvenue et bonne rédaction

_________________
il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaire du nécessaire. Un peu d'eau fraîche et de verdure que nous prodigue la nature, quelques rayons de miel et de soleil.  ©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageDim 19 Fév - 23:00

Me câline pas comme ça Sam tu va mal finir Sexy Boy (message de Samara de l'au-delà)

merci garde moi un lien ma plume d'or

_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 10:15

Re bienvenue toi
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 10:41

Re-bienvenue alors mister ou miss, on sait plus en fait
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samara L. Matthews
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1224
❖ AVATAR : Margot Robbie

www - Sam Haynes
www - Anarkia Kooks
www - Ethan Sanders
www - Lowen O'Connor



MessageLun 20 Fév - 12:16

viens me voir irl je vais montré moi visiblement ta oublié un détail ou deux Glenn

Merci Mon Liam ♥

_________________
Blow a kiss, fire a gun. What will we do when we get old? Will we walk down the same road?

Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 12:40

Liam va vraiment finir par virer gay avec ces blocs de l'autre monde que tu nous colle là si continue
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 12:44

ça va si on peut même plus déconner...

Oui t'as raison vire gay Liam, ça en fera plus pour moi
chacun ses goûts après tout
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 12:49

Glenn mon pote t'as trop raison mais en fait non quedalle mec t'as rêvé la vierge en 3D là
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 13:28

Re-bienvenue sous cette belle gueule !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Romanelli
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 244
❖ AVATAR : Nick Bateman


WwW.The Lost Causes. (Elvira Delgado)
WwW.And Then We'Re Gonna Talk. (Carrie Willis)
WwW.Say My Name (Stella Crossgrove)
WwW.Stop Problems, GO Fun! (Glenn Fendon)
WwW.It's a new day (Shandra Reyes)



MessageLun 20 Fév - 16:41

Merci sexy lady

_________________

Hey Invité



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samara L. Matthews
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1224
❖ AVATAR : Margot Robbie

www - Sam Haynes
www - Anarkia Kooks
www - Ethan Sanders
www - Lowen O'Connor



MessageLun 20 Fév - 17:11

oh mais j'ai pas vue les deux types la plus haut !! Liam Gay dieu, voila qui changerais bien des choses...

_________________
Blow a kiss, fire a gun. What will we do when we get old? Will we walk down the same road?

Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 20 Fév - 18:14

Bon et bien vu que tu insiste...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sloan K. Redfield
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1234
❖ AVATAR : James McAvoy

“ We start off with high hopes, then we bottle it. We realise that we’re all going to die, without really finding out the big answers. We develop all those long-winded ideas which just interpret the reality of our lives in different ways, without really extending our body of worthwhile knowledge, about the big things, the real things. Basically, we live a short disappointing life; and then we die. We fill up our lives with shite, things like careers and relationships to delude ourselves that it isn’t all totally pointless. ”
― Irvine Welsh, Trainspotting

MessageLun 20 Fév - 18:32

Re-bienvenue o/

_________________


I'm a puppet on a string. Tracy Island, time-traveling. Diamond could've shaped heartaches. Come to find you four in some velvet morning. Years too late. She's a silver lining lone ranger riding. Through an open space. In my mind when she's not right there beside me. I go crazy 'cause here isn't where I wanna be. And satisfaction feels like a distant memory. And I can't help myself. All I wanna hear her say is "Are you mine?" + R U MINE ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samara L. Matthews
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1224
❖ AVATAR : Margot Robbie

www - Sam Haynes
www - Anarkia Kooks
www - Ethan Sanders
www - Lowen O'Connor



MessageLun 20 Fév - 18:46

Merci ^^

ps et oui Liam, j'insiste mdr

_________________
Blow a kiss, fire a gun. What will we do when we get old? Will we walk down the same road?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageLun 20 Fév - 19:05





Bienvenue à New York

Tu es désormais des nôtres!



Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

Pour essayer de trouver les liens qu'il te manque et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé ou par ici, si tu souhaites proposer une situation de jeu ou en choisir une parmi celles déjà proposées par les membres.

Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées.

Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!


N'OUBLIE PAS QUE TU AS 10 JOURS, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP


Bienvenue parmi nous, encore une fois



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageJeu 23 Fév - 14:33

Re-Bienvenue :)

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samara L. Matthews
OISEAU DE PARADIS

❖ MESSAGES : 1224
❖ AVATAR : Margot Robbie

www - Sam Haynes
www - Anarkia Kooks
www - Ethan Sanders
www - Lowen O'Connor



MessageJeu 23 Fév - 14:59

Merci bichette ♥

_________________
Blow a kiss, fire a gun. What will we do when we get old? Will we walk down the same road?

Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
L'enfer de Dante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'enfer de Dante [Pv][Terminé]
» L'enfer de Dante
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: You're a hero, now.-
Sauter vers: