Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
L'équilibre fragile d'un chateau de cartes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 13 Fév - 20:46

La soirée n'avait pas pu être plus chaotique.
A croire qu'elle aurait mieux fait de suivre son instinct, d'écouter la petite voix dans sa tête qui lui disait d'annuler, de ne pas y aller. Au lieu de tous ça, Jo aurait pu passer la soirée avec sa fille, comprendre ce qui n'allait pas, pourquoi est ce qu'elle n'avait pas été sage chez la nounou et pourquoi est ce qu'elle boudait depuis son retour à la maison.

Voilà qu'elle rentrait chez elle le moral composé d'un mélange de colère, de tristesse et une douleur intense au creux de la poitrine. La jeune femme avait tenu bon jusqu'à ce que la babysitter soit parti, après avoir écouter que la soirée de sa fille s'était bien déroulée. C'était déjà ça. Lorsque Jo referma la porte, elle la verrouilla comme si cette action pouvait la tenir loin du monde, loin des ce qui s'était passé. Serrant les dents, elle retira ses chaussures et les jeta avec rage dans l'armoire de la penderie. Les larmes aux yeux, l'infirmière lâcha son sac à main sur le meuble de l'entrer, avant de chercher avec frénésie un paquet de cigarette. Elle en alluma une sans même prendre la peine d'ouvrir une fenêtre, ce qu'elle n'avait pas fait depuis des années. Puis elle se laissa glisser contre le canapé, tirant sur sa cigarette d'une main tremblante. Comment avait-il pu ?!

Isaac l'avait planté là, au milieu de resto simplement parce que son ex femme avait pointé son nez. Il avait osé faire ça alors que depuis le début de cette soirée catastrophe elle n'avait que s'efforcer de repousser Logan et son passé ! Elle avait réellement voulu leur donner une putain de chance ! Et une fois de plus, il avait tout gâché. Comment avait-il pu parler de Juliane à cette May ! Et cette co… Logan était loin d'être débile.

D'un geste rageur Jo chassa une larme qui glissait le long de sa joue. Elle ne lui avait pas laisser le choix, elle avait regarder Isaac partir, complètement sur le cul, abasourdit par ce qui venait de se passer. Son ex mari s'était levée et l'avait aidé à s'asseoir avant de lui demander ce qu'avait voulu dire cette femme. Jo l'avait regarder, avait cligné des paupières avant de se relever chancelante. Elle avait jeter les clés de la mustang d'Isaac dans les assiettes sales, et s'était dirigées vers le vestiaire pour récupérer son manteau et son sac. Logan sur ses talons. « -pas maintenant s'il te plaît... » avait simplement soufflée la jeune femme, les regards brillants de larmes contenue.

Son téléphone vibra dans son sac à main, et elle le fixa quelques secondes… Cette sonnerie… C'était Logan… Jo se décida à bouger lorsqu'il eut appelé pour la troisième fois. Elle ne voulait pas que cela réveille Juliane. « -quoi ? » demanda-t-elle en chuchotant. « -j'suis à la porte, tu peux m'ouvrir s'il te plaît ? » Sans rien répondre elle raccrocha, et mit quelques secondes à se lever. Reniflant, elle chassa ses larmes, et ouvrit une fenêtre pour dissiper l'odeur de cigarette. Puis elle se dirigea vers la porte et entre-ouvrit.
« -qu'est ce que tu fais là ? »
« -laisse moi entrer Honey… J'désteste te voir comme ça. Et… Et je crois qu'on a des choses à se dire... »

Jo se pinça les lèvres, glissant une mèches de ses cheveux derrière l'oreille… Il avait plus que raison. Ce putain de jour fatidique était arrivé… Elle devait lui parler.

Elle se décala de la porte, et le laissa pénétrer dans son appartement. « -très jolie déco… Et très jolie… Peluche… » Un regard interrogatif et elle répondit :
« -tu devrais t'asseoir… »
« -attends Jo... »
« -j'vous t'expliquer, mais tu me laisses parler d'abord... »

Le ton qu'elle avait prit était un mélange de lassitude, de tristesse, et un peu de honte sans doute.

En l'espace de quelques minutes Logan apprit qu'il était père d'une petite fille. Que Jo n'avait pas voulu lui en parler parce qu'elle n'avait pas voulu recoller leur amour ainsi. Que Juliane, puisque c'était son prénom savait qui il était… Plus Jo parlait, plus Logan semblait se décomposer sur place… Étrangement Jo réalisait que cela la soulageait de lui parler de tout ça.

« -si tu veux, tu peux venir demain matin pour déjeuner avec nous. Je… Tu pourra faire sa connaissance... » proposa Jo qui ne parvenait pas vraiment à le regarder en face.
« -je… je sais pas trop… Jo je… Tu… Enfin... »
C'était assez étrange de le voir incapable de trouver ses mots… D'ordinaire c'était lui qui rassurait… Qui trouvait ce qu'il fallait dire.
« -je… Je crois que j'ai besoin d'un peu de temps pour… Pour assimiler la nouvelle… »
« -je comprends… Je suis désolée… Je voulais pas que tu l'apprennes ainsi... »
« -j'aurai aimé le savoir plus tôt... »
lâcha-t-il assez tranchant.

Jo prit cela en plein coeur. Voilà tout était totalement gâcher sous tout les angles… Quelques minutes plus tard, Logan quittait son appartement la laissant le coeur gros, l'âme triste… Demain était un autre jour… Demain peut-être que tout irait mieux…

Elle ne dormit pas beaucoup, mais au matin, lorsque des petits bruits de pieds nus sur le parquet se firent entendre, Jo sourit doucement avant de rabattre la couette pour laisser monter sa fille dans son lit. Jill vint se blottir contre elle, comme si elle avait la capacité de sentir que sa maman n'était pas au top de sa forme.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageDim 19 Fév - 17:30


Isaac & Joséphine

L'équilibre fragile d'un château de carte...







Ce fut sous un silence pesant que May conduisit son ex-époux jusqu’à l’hôpital. Aucun d’eux n’osait parler de ce qui s’était passé dans le restaurant. Isaac s’en voulait de l’avoir laissé face à Logan et cette révélation qui mettait en péril tous ses plans d’avenir seule avec sa fille… Il ne cessait de revoir le visage décontenancé de Jo tout le temps que dura la route et ne cessait de tourner les différents scénarios probables dans son esprit et dans aucun d’eux, il n’apparaissait… Tout ça parce qu’il était partit, parce qu’il l’avait laissé une fois encore…
Mais tout cette histoire laissa place à la mine grave de l’agent qui était resté à l’hôpital afin d’attendre les nouvelles concernant l’officier agressée quelques heures plus tôt. Isaac voyait encore son sombre regard, sa mine confite et puis il le vit remuer les lèvres en tentant d’articuler une phrase courte et audible à l’attention du cinquantenaire et de May qui était restée à ses côtés.

- « Je suis désolé Lieutenant mais… Elle n’a pas survécu… »

Isaac resta interdit un instant tout en prenant en considération la nouvelle que l’on venait de lui annoncer. Il surprit à retenir sa respiration. Ce fut la brûlure de ses poumons qui le rappelèrent à l’ordre alors qu’il inspira profondément.

- « Que s’est-il passé ? »
- « Je ne suis pas sûr que... »
- « Que s’est-il passé ? » Réitéra Isaac avec plus de gravité dans la voix.

L’agent jeta un bref regard en direction de May qui hocha lentement de la tête avant de baisser les yeux, écoutant elle aussi le récit des faits qui s’étaient déroulés quelques heures plus tôt. Elle était intervenue sur une altercation entre jeunes de banlieue et une jeune femme prise à parti. La victime avait réussi à fuir mais ce ne fut pas le cas de Trent qui fut rouée de coup et laissée pour morte dans un coin sombre de Washington Avenue. Au fur et à mesure des descriptions de l’agent en face de lui, Isaac sentit la colère monter en face de lui et d’autant plus lorsque ce dernier ajouta que les agresseurs étaient en garde à vue depuis une demi-heure maintenant.

Isaac se retourna en direction de May qui lui tendit les clefs de sa voiture sans attendre qu’il prononce le moindre mot et fila à toute allure dans les rues new-yorkaises jusqu’au commissariat où était retenu les quatre individus. Elsy, un de ses officiers et maintenant Trent…

En arrivant à la 22ème, il fut accueilli par un jeune officier et un ami, lieutenant à la brigade depuis des années maintenant. Pas de questions. Ils savaient pourquoi l’ancien agent du FBI était face à eux en cet instant.

- « Rentre chez toi Izzy. »
- « Soit je me défoule sur toi, soit c’est sur eux. A toi de choisir Paul. »

Le cinquantenaire avait les poings serrés et était capable de flanquer une raclée à Paul si cela était nécessaire. Lui aussi le savait alors il acquiesça et lui demanda de le suivre jusqu’à la cellule de celui qui était, d’après le lieutenant, la tête pensante du groupe et qui au vu de ses poings en sang, avait causé le plus de dommages sur le corps de Trent.

Un échange de regard et il laissa Isaac entrer dans la salle d’interrogatoire du grand blond qui ne surpassait pas pourtant l’afro-américain en taille. Il leva les yeux en sa direction et comprit alors que ce dernier n’était pas venu lui rendre une visite de courtoisie. Sans mot dire, le cinquantenaire s’appuya contre le mur et observa longuement le suspect avant de prendre la parole :


- « C’est toi qui a frappé cette pauvre femme ? »
- « De quoi je me mêle ?! Dégage de là ! »
- « Réponds à ma question ! Est-ce toi qui a frappé jusqu’à la mort cette jeune femme ? »
- « Au mauvais moment, au mauvais endroit. Elle a voulu jouer, elle a tenté sa chance, elle a perdu. »

A peine ces mots prononcés qu’Isaac se rua sur l’individu, le frappant encore et encore, le prisonnier lui rendant lui aussi les coups qu’il recevait mais le cinquantenaire encaissa et malgré le sang qu’il cracha sur le sol bétonné de la cellule, il se rua de nouveau sur ce dernier, assena tour à tour coup de genoux et coup de poing jusqu’à le mettre à terre et alors qu’il s’apprêtait à le finir, des officiers se hâtèrent pour les séparer.

- « Oh ! Qu’est-ce qu’ils se passent ici ?! Sortez de là Lieutenant ! »

Ils poussèrent le policier hors de la salle et Paul lui fit comprendre qu’il était temps pour lui de partir, ce qu’il fit sans se faire prier…

La nuit fut mouvementée pour Isaac qui n’arriva chez lui qu’aux premières lueurs du matin. Il avala un verre de scotch cul sec avant de prendre une douche et de troquer son costume ensanglantée pour un jean, un t-shirt et un blazer. Il croisa son reflet dans le miroir et son visage portait la marque des coups du suspect. Lèvre fendue, égratignure à vif sur la pommette, jointure de ses mains égratignée, hématome sur le torse… Oui, son adversaire n’avait pas été avare de coup lui non plus.
Un nouveau verre de scotch avant de se raser et de se parfumer. Après une nuit blanche éreintante, il devait se rendre auprès de Jo pour lui donner une explication au risque de la perdre elle aussi, pour toujours…

Interdit devant sa porte, il était dans un piteux état malgré le fait qu’il était propre sur lui. Il n’osait pas frapper à sa porte… Elle le détestait sûrement déjà et sa venue ne ferait sûrement qu’empirer la situation. Il tourna alors les talons avant de revenir vers la porte d’entrée. D’un autre côté, il tenait à elle et lui devait une explication, même si elle devait le détester encore davantage après… Il frappa à la porte …

Tout reprendre à zéro pour mieux recommencer…
AVENGEDINCHAINS

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 20 Fév - 18:30

« -tu as bien dormis ma chérie ? » demanda Jo en caressant les cheveux en bataille de sa fille.
Juliane sourit à sa mère et lui adressa un signe de tête répétitif, les yeux rieurs. Visiblement ça allait mieux que la la veille. Cela réchauffa le coeur de Jo qui sourit à son tour, même si elle sentait une boule dans sa gorge. C'était ça le souci d'être une maman, lorsque ça n'allait pas, elle n'avait pas trois minutes à elle pour pleurer un bon coup… Enfin il fallait voir les avantages, un câlin comme celui que venait de lui faire Juliane avait le pouvoir d'alléger bien des choses.

La petite fille fit le tour du visage de sa mère avec son index, et Jo se laissa faire en souriant avec tendresse. « -tu restes avec moi aujourd'hui ? » demanda la petite fille. Jo embrassa sa petite main et répondit : « -oui, toute la journée ! J'avais envie de faire de la peinture après le petit déjeuner. Ça te dirait ? » Un oui plein d'entrain résonna dans la chambre, avant que Jo ne se mette à rire, et à chatouiller sa fille qui se tortilla dans tous les sens. Le jeu matinal fut interrompu par le bruit de la sonnette…

Jo fronça les sourcils, se demandant qui pouvait se pointer maintenant. Elle espérait sincèrement que ça ne soit pas Isaac, parce que là, elle n'avait pas le courage, encore moins la patience de l'écouter ou encore de lui parler. Il allait lui falloir un peu de temps… Il avait mit, malgré lui peut-être, le bordel ! Jo ne s'était pas attendu à ce que Logan réagit ainsi. Enfin… Jo essayait de se mettre un peu à sa place… Elle n'aurait sans doute pas réagit autrement… De toute façon maintenant c'était fait, alors il allait falloir improviser avec ça. En parler avec Juliane également…

« -tu restes ici Jill, j'vais voir qui c'est. » Elle embrassa le front de sa fille avant de sortir de son lit, et d'enfiler un sweet trop grand pour elle par dessus son débardeur. Un frisson la parcouru parce qu'en short, il fallait avouer qu'il ne faisait pas bien chaud. La jeune femme passa une main dans ses cheveux, histoire d'y mettre un peu d'ordre avant d'ouvrir la porte pour savoir de qui il s'agissait.

Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle fronça les sourcils en voyant un homme de dos. Lorsqu'il se tourna dans sa direction, elle cligna plusieurs fois des paupières. « -qu'est ce que tu fais là ? » demanda-t-elle à son ex mari. Car oui, c'était bien Logan qui se tenait là, avec des pâtisseries dans un sachet. « -tu m'as dis que j'pouvais venir pour le petit déj'… Alors… Me voilà... » déclara-t-il avec un sourire peu assuré. Jo répondit un heu… en clignant des paupières plusieurs fois, surprise. « -d'a… d'accord entre... » Finit-elle par dire en ouvrant la porte.
« -je… j'ai pas eu le temps de lui parler de... »  
« -c'est pas grave, t'en fais pas… »
« -mais elle sait qui tu es… »
« -écoute Jo… Je crois qu'on sait pas trop ce que ça va donner, et j'veux pas foutre le bordel… J'aimerais juste la rencontrer une... »

« -maman... »
D'un seul mouvement Jo et Logan tournèrent la tête en direction de la petite fille qui se tenait à quelques mètres, en pyjama.
« -et sweety, viens ma chérie. Je voudrais te présenter…ton papa... »
Logan semblait tétanisé. Juliane s'était approchée de sa mère, regardant celui qu'elle ne connaissait qu'en photo. « -bonjour... » souffla l'enfant.
« -bonjour Juliane… Je suis vraiment content de te rencontrer… »
L'instant était… Étrange, comme si le temps s'était suspendu. La petite fille s'agrippa tout de même à sa mère, intimidée. Jo la prit dans ses bras et la laissa se blottir contre elle. La jeune maman sourit à son ex mari, avant de dire : « -on le prends ce petit déj' ? »
« -oui… Oui j'ai amené des croissants... »

Cela fit sourire à nouveau Jo. La situation était vraiment étrange. « -on t'appelle quand tous est prêt ma chérie, tu peux aller jouer tu sais… » La petite n'avait pas quitté Logan des yeux ses doigts dans sa bouche, agrippé à sa mère.

L'infirmière la posa à terre et Jill s'enfuie dans sa chambre, jetant un coup d'oeil avant de passer la porte.
« -il lui faut un peu de temps... » commenta la jeune femme.
« -Jo, Honey… Je… J'suis désolé… Si j'avais su… Je… J'veux pas tout boulverser. »
« -on ne revient pas en arrière Logan. Et pour le boulversement, je crois que c'est déjà fait. Alors on va juste… Agir comme des adultes, se parler, tenter de se comprendre… Et faire au mieux. Pour elle. »


Elle n'avait pas envie de prendre des décisions maintenant. Donc comme elle avait prit l'habitude de le faire, elle allait prendre le temps, et voir ce qui se passerait. Jo mit à chauffer de l'eau, ainsi que du café à couler. Puis elle sortie des bols, un couteau avant que quelqu'un ne frappa à nouveau à la porte. « -tu veux que j'ouvre ? » demanda Logan. Elle fit un signe de tête, mais le silence qui régna après l'ouverture de la porte la fit sortir de la cuisine. « -qu'est ce qui...  Isaac ? Qu'est ce que tu fais là ? » demanda-t-elle froidement. « -c'est bon Logan, ça va aller… » dit-elle en jetant un regard à son ex mari, avant de refermer doucement la porte – pas complètement- derrière elle, resserrant son pull autour d'elle.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 20 Fév - 22:57


Isaac & Joséphine

L'équilibre fragile d'un château de carte...









Au moment où son poing s’abattit contre la porte, Isaac sentit son estomac se nouer alors qu’il se demandait ce qu’il faisait là. Pourquoi était-il venu aux premières heures du matin ? Pourquoi était-il venu tout simplement ? Ses paupières se fermèrent et il revit le visage, le regard de Jo et son coeur s’étreignit à la simple pensée qu’il l’avait laissé seule face à une telle situation… C’était toute une partie de sa vie qu’il avait chamboulé à tout jamais et lui, il était tout simplement partit… Jamais elle ne le pardonnerai… Puis la porte s’ouvrit sur nul autre que Logan. Que faisait-il ici au petit matin ? Ses craintes semblaient se réaliser et il n’avait qu’une envie en cet instant : Fuir et oublier une fois encore la jeune femme. Les deux hommes de jonchèrent du regard jusqu’à ce que la voix de Jo ne retentisse alors qu’elle arrivait jusqu’à lui puis il tourna les yeux vers elle, son coeur se serra un peu plus encore.

Isaac se recula d’un pas alors que Jo le rejoignit sur le pallier de l’appartement, refermant à peine la porte derrière elle. Le fait qu’elle ne le laisse pas entrer dans son appartement n’était pas dénoué de signification mais il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, une fois encore. Il passa une main lasse dans le cou tout en réfléchissant ce qu’il pouvait dire, qu’il pouvait faire pour lui faire oublier la soirée pitoyable qu’ils avaient passé tous les deux la veille.

- « J’ai merdé… »

C’était un bon début mais ça, elle le savait déjà alors il poursuivit tout en inspirant profondément, ce qui le fit grimacer légèrement. Cet enfoiré n’était pas allez de main morte.

- « Je vois que ça s’arrange doucement avec Logan. Je suis ravi pour vous deux. Bon, au revoir et à un de ces quatre. »

Isaac lui fit un rapide signe de main et s’éloigna avec une certaine hâte de la jeune femme tout en se giflant mentalement de sa réaction. Face aux escaliers, le cinquantenaire arrêta sa marche et fixa le vide un moment avant de tourner les talons pour poser son regard sur la jolie brune à quelques mètres de lui.

- « Tu as tant de raisons de me détester en cet instant, tant de raisons qui te donnent sûrement envie de m’envoyer aller me faire foutre et de ne plus me revoir. Je suis un ancien alcoolique, un fumeur occasionnel, un ancien membre de la mafia sous couverture, un homme prêt à tout pour son travail, je t’ai déjà détruite par le passé, j’ai chamboulé ta vie d’aujourd’hui et celle de ton enfant, je suis partit sans un mot, je t’ai laissé seule pour affronter la situation, j’ai reculé alors que tu faisais un pas en ma direction. » A chaque phrase prononcé, Isaac faisait un pas en direction de la jeune femme sans la quitter du regard « Je t’ai dis que j’avais changé mais pas dans le bon sens du terme… Je réuni tout ce que tu as toujours détesté chez moi et tout ce que as horreur chez les autres hommes. »


Il arriva à la hauteur de la jeune femme et poursuivit :


- « J’ai parlé à May parce que j’avais besoin d’elle, j’avais besoin qu’elle me conseille sur la route à tenir. Je lui ai demandé si je faisais bien d’entrer à nouveau dans ta vie… Mais hier, je viens de te prouver que non. »

Isaac poussa un long soupir tout en levant la tête au ciel, comme s’il cherchait quelque part, une aide particulière et ajouta :


- « Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit et… Et je ne sais même pas ce que je fais devant chez toi. » Ajouta-t-il tout en riant nerveusement. Il fit un signe de tête en direction de l’intérieur de l’appartement et rétorqua :


- « Ouvre-les yeux ! Logan est l’homme qu’il te faut. Il est là pour toi, il est encore présent ce matin, il est le père de ta fille… » Il fit un pas en direction de la jeune femme et posa sa main sur son visage avant de déposer un long baiser sur son front « Je vais tenter d’aller dormir après une bonne bouteille de scotch  et… Enfin peu importe j’ai merdé, j’ai tout gâché entre nous… Et je me rappellerai de ne plus aller dîner dans ce restaurant à l’avenir. » Conclut-il tout en souriant.

Isaac se recula d’un pas sans la quitter des yeux. Une unique chance et il avait tout gâché, il avait merdé et aucun retour en arrière était possible. Il le savait et cette réalité lui était si douloureuse…

- « Au faites, tu pourrais me redonner les clefs de la Mustang s’il te plaît ? Les taxis new-yorkais, peu pour moi... »

AVENGEDINCHAINS

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMar 21 Fév - 13:54

Non mais sérieux ça allait jamais s'arrêter trois secondes ce bordel ?! Sérieux ils s'étaient donnés le mots les deux là ? C'était un blague ? Une bonne vieille blague pas drôle, un caméra cachée peut-être ?! Sincèrement, c'était épuisant pour Jo. Elle avait besoin d'espace, de temps, de mettre les choses au clair dans sa tête, de savoir ce qu'elle voulait ou non. Pour le moment c'était le brouillon, tout était mélangé, tout faisait mal.

Hors de question qu'il passa la porte. Hors de question également qu'elle reste trois plombes dehors. Sa fille était seule dans l'appartement avec son père, qu'elle ne connaissait pas encore. Jo n'avait pas envie que cette rencontre soit mise en péril. Déjà qu'elle ne l'avait pas prévu comme ça, et que tout était précipité !

« -non sans blague ?! » s'exclama Jo d'une voix cassante, les bras croisés sous la poitrine, le regard fixant Isaac avec rudesse. La jeune femme s'était promise de ne pas se mettre en colère, de ne pas réagir ainsi. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle savait très bien qu'en vouloir à Iz n'aiderait rien. Mais il était là, devant chez elle et il en trouvait que ça à lui dire ! « -ouais c'est ça... » souffla-t-elle alors qu'il concluait la conversation tout seul, et qu'il se tirait comme un lâche.

Elle aurait du rentré, fermé la porte. Pourtant Jo le regarda s'éloigner, et aussi étrange que cela puisse paraître, celui lui fit mal. Un peu plus encore. Mais il fit demi tour. Elle n'avait pas bougé. Et elle ne le fit pas durant tout le discours d'Isaac. Plus il parlait, plus elle se sentait triste. Lorsqu'il lui dit d'ouvrir les yeux vis à vis de Logan, elle serra les dents. C'était quoi son but ? La pousser à nouveau dans les bras de son ex mari ? Jo baissa les yeux, ferma les paupières lorsqu'il l'embrassa sur le front. Elle avait le coeur en lambeau… Elle ne savait pas quoi dire. Pas quoi faire. Et c'était hors de question de prendre une décision comme ça, là, maintenant. Alors elle leva les yeux vers Isaac et dit d'un ton radouci : « -tu va rentrer chez toi. Tu oublie le scotch parce que visiblement tu lui as déjà dis bonjour. » Il sentait l'alcool et de grand matin ça n'était pas appréciable du tout. « -Iz, j'aimerais que tu te repose. D'accord ? » là c'était aussi l'infirmière qui parlait. Il avait une mauvaise mine. Même si elle ne demanda pas ce qui c'était passé, elle pouvait le deviner.

« -si tu es d'accord, j'aimerais qu'on se revoit. Pour… Pour parler de tous ça avec calme, reposé. Je suis fatiguée, et… Et je ne veux pas qu'on se fasse plus de mal encore. Alors rendez vous dans une semaine, chez toi. Je t'enverrai un sms pour te dire quand est ce que je passe. » C'était elle qui prenait les décisions, il n'avait pas le choix. C'était ainsi. « -les clés sont à l'accueil du restaurant. Logan les a déposé… A bientôt Iz. » Sur ses mots, elle recula, et pénétra à nouveau dans l'appartement. La porte se referma et elle colla son dos contre. Un pincement de lèvres, une boule dans la gorge, une lourdeur sur les épaules…

Une semaine plus tard, la jeune femme avait écrit à Isaac. Ils avaient convenu qu'elle passerait chez lui le jeudi soir. Jill était avec la babysitter, Jo avait toute sa soirée pour pouvoir mettre les choses au clair avec Isaac. Elle devait le faire. Elle en avait besoin. La jeune femme inspira un grand coup avant de sonner, une certaine appréhension dans le coeur.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMar 21 Fév - 16:35


Isaac & Joséphine

L'équilibre fragile d'un château de carte...












La culpabilité le rongeait de l’intérieur mais il trouva tout de même la force de formuler ce qu’il éprouvait tout en concluant son monologue par un long baiser sur son front. Par ce simple geste, il voulait lui faire comprendre que malgré le temps et les épreuves, il tenait toujours à elle.
Isaac se mit à sourire en l’entendant lui prodiguait de doux conseil sur la journée à venir, de son ton si doux malgré les circonstances. Il acquiesça sans rien lui promettre. Parce qu’il savait que lorsqu’il franchirait le seuil de sa porte, le coeur lourd et l’estomac noué, le seul réconfort qu’il trouvera, sera celui qui se trouve dans la bouteille de scotch encore posée sur le comptoir de sa cuisine.
Il hocha simplement de la tête et attendit que la porte ne se referme sur lui avant de tourner à nouveau des talons. Il récupéra sa voiture en route et a peine eut-il franchi le seuil de sa porte que son regard se posa sur la bouteille à moitié rempli de ce liquide brun qui avait le don d’anesthésié son esprit mais de décupler ses sentiments… Il l’a saisit et se servit un verre qu’il fit tourner entre ses doigts de longue minute avant de succomber en pensant à Jo, à  Trent, à Elsy… Et ce premier verre fut suivit de plusieurs autres et cela jusqu’à ce qu’il se laisse tomber de fatigue dans le canapé que tard dans la journée.

Les jours qui suivirent ne furent pas meilleurs pour Isaac qui dû annoncer le décès de son officier à sa famille avant de se rendre à l’enterrement de celle qu’il avait prit sous son aile à son entrée dans l’école. Puis la pensée de Jo ne le quittait plus une seconde même lorsqu’il buvait avec excès pour tenter d’oublier tout ça… Puis il reçu ce message qui pansa quelque peu ses blessures. Elle souhaitait passer le jeudi soir en sa compagnie afin de mettre tout ça au clair.

Ce fameux soir, il avait préparé la cuisine et avait mis les petits plats dans les grands afin de se faire pardonner et alors qu’il ajustait sa veste de costume sur sa chemise blanche ouverte au col, il entendit sonner et l’appréhension le submergea un peu plus… Il inspira profondément et ouvrit la porte tout en offrant un léger sourire à la jolie brune :

- « Jo… Bonsoir. Vas-y, entre. »

Il s’écarta afin de la laisser entrer dans son antre et referma la porte derrière elle. Il resta un instant interdit derrière elle, l’observant silencieusement et il décida de lui proposer de s’installer confortablement sur le canapé.

- « Tu veux boire quelque chose ? Scotch ? Bière ? Eau ? Thé ? J’ai un peu de tout. »

Isaac lui servit ce qu’elle avait choisi et se contenta d’un verre d’eau pour sa part. L’appel de son parrain deux jours auparavant lui avait permis de reprendre le contrôle de la situation et il tenta de rester sur la bonne route. Il s’installa à ses côtés sans pour autant être proche de la jeune femme. Il resta un moment silencieux avant de prendre la parole.

- « Tu voulais qu’on parle alors parlons. »

Au vu de l’angoisse qu’il ressentait, il regretta bien vite de ne s’être servi qu’un verre d’eau ce soir.


- « Comment s’est passée la rencontre entre Juliane et son père ? »

Isaac sourit poliment alors qu’intérieurement, il ne souhaitait que prendre ses jambes à son cou et disparaître de la vie de Jo. Il craignait qu’elle lui dise que finalement, ils en resteront là tous les deux, que tout ça les mèneraient obligatoirement à leur perte… Finalement, le cinquantenaire tronqua son verre d’eau pour un fond de scotch.

- « Je répondrai à toutes les questions que tu me poseras, sans exception. Je n’ai plus le droit de me défiler et tu mérites ce droit... »

Le cinquantenaire savait que selon les questions qu’elle poserait, tout pourrait changer à jamais entre eux et en disant cela, il risquait aussi de la perdre après tant d’effort du destin de les réunir…
Il sourit avec nervosité et ajouta :


- « Ce soir c’est indonésien. C’est du Nasi Campur, j’espère que tu aimeras. »

Enfin si elle ne claquait pas la porte avant de partager un repas entre eux… Et ça, c’était moins sûr.

AVENGEDINCHAINS

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMar 21 Fév - 17:16

A nouveau elle se sentait comme une gamine de 15ans… La boule au ventre comme si elle allait demandé au plus beau mec du lycée de l'invité au bal ! Jo se sentait complètement partagé dans ses sentiments, complètement pommée. Elle avait pourtant prit le temps d'y penser, repenser et rerepenser… Mais les choses n'étaient toujours pas clair pour elle. Elle en était arrivée à la conclusion que le souci était qu'il s'agissait d'Isaac. Rien n'était simple quand il s'agissait de lui. Avec Logan s'était totalement différent. Au moins ils avaient mit les choses aux points. C'était déjà ça…

« -salut... » souffla Jo avec ce qui ressemblait plus à une moue qu'un sourire. Un truc un peu gêné, un peu lâche, un peu nul. Pourtant elle était totalement dans ses droits. La faute ne venait pas d'elle ! Alors pourquoi elle se sentait si mal alors que son regard croisait celui d'Isaac. Costume bien taillé, il était beau… Même si il avait le visage fatigué et les traits tirés. Jo fit quelques pas dans l'appartement qu'elle n'avait pas eut le temps de visité la dernière fois. Puis elle se tourna légèrement vers Iz qui était resté en arrière. Elle dirigea vers le canapé qu'il venait de lui proposer, retirant sa veste, la posant sur le fauteuil à côté, son sac sur le sol.

Elle n'avait pas fait des efforts vestimentaire de fou. Un jeans moulant, des talons noirs, un chemise blanche… Ses cheveux étaient détachés et tombaient en cascade sur ses épaules, ses yeux légèrement maquillés. « -écoute j'veux bien un scotch. » demanda-t-elle, même si cela semblait assez fou venait d'elle. Elle pensait que cela lui donnerait la petite dose de courage qui lui manquait.

Il avait raison, elle était venu ici pour parler, alors elle devait s'y mettre. Mais il ne lui laissa pas vraiment le temps d'en placer une… Il semblait nerveux, tendu… Au moins elle n'était pas la seule. Jo jeta un regard vers la table. Sincèrement elle n'avait pas faim, et elle n'était pas venu ici pour manger en tête à tête. Mais bon, autant ne pas commencer hostilement. Elle prit une inspiration et répondit alors à la première question d'Isaac. Franche sincère.

« -j'n'avais pas vraiment imaginé ça ainsi. Disons que May a précipité les choses… Mais c'est peut-être un mal pour un bon dans le fond… Au moins comme ça elle l'a rencontré. » Elle se pinça les lèvres, évitant de croiser le regard d'Isaac. « -quand tu… quand tu es passé à l'appart', Logan n'était là que depuis dix minutes. » Elle ne tenait pas à se justifier, juste situer les choses. « -les explications que je lui ai donné le soir même ne lui ont pas vraiment plu… Mais je lui avais dis qu'il pouvait venir prendre le petit déjeuner avec Juliane et moi… Pour faire sa connaissance. Je m'attendais pas à ce qu'il vienne vu qu'il était parti en colère. A cause de moi... » A nouveau elle se pinça les lèvres, joignant ses deux mains entre elle, les coudes sur les genoux, légèrement penchée en avant. « -au final ça c'est plutôt bien passé. » Conclue-t-elle enfin en regardant cette fois-ci Isaac.

La jeune femme prit le verre de scotch qu'il lui avait servit, et se contenta de le tenir entre ses mains. A la base rien que l'odeur de cette alcool lui donnait des hauts le coeur. « -pour le moment on a juste discuter avec Logan. Il ne réclame pas la garde alterné. Il aimerait la reconnaître comme sa fille. On va faire ça en douceur. Pour elle. »

Jo baissa les yeux sur le contenu du verre, avant de froncer les sourcils, changeant de sujet : « -comment tu va toi ? » c'était une demande sincère, pas une simple question de politesse. Elle avait bien comprit ce soir là qu'il y avait eut un souci. Elle savait également que la jeune femme était décédée. Alors elle pouvait comprendre qu'Iz se sente mal. Pour le moment, autant y aller en douceur.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMar 21 Fév - 21:13


Isaac & Joséphine

L'équilibre fragile d'un château de carte...















Isaac ne savait pas s’il devait être rassuré ou encore plus terrorisé par le fait que la jeune femme était aussi angoissait que lui face à cette soirée. La distance qu’ils maintenaient l’un avec l’autre ne présageait rien de bon quant à la suite de la soirée. Finalement, le dîner risquerait bien de rester dans le réfrigérateur pour aujourd’hui.
Pour ne rien arranger, le cinquantenaire déblatéra les questions les unes après les autres sans laisser un instant à Jo d’y répondre puis il se décida finalement à se taire afin de la laisser en placer une à son tour.
Droit comme un i, installé dans le canapé avec son verre de scotch entre les mains, le policier appréhendait les réponses de la jolie brune et tout précisément celles concernant Logan qui était, entre autre, le père de son enfant. En entendant prononcé le nom de May, l’afro-américain baissa les yeux tel un enfant prit en faute, prenant en plein visage les conséquences de ses erreurs. Il ne cessait de se demander pourquoi il en avait parler à son ex-femme et cela depuis leur fameuse soirée au restaurant. Puis Jo poursuivit en évoquant Logan et soudainement, il eut comme un poids en moins sur la poitrine lorsqu’elle le conforta sur le fait que non, il n’avait pas dormi avec elle cette fameuse nuit.
Son regard brun posé sur la jeune femme, il resta silencieux et hocha lentement de la tête lorsqu’elle leva les yeux enfin sur lui. Même si ça c’était bien passé entre eux trois, il ne cessait pas pour autant de culpabiliser face à tout cela.


- « C’est le principal. Et comment a réagi Juliane lorsqu’elle s’est retrouvée en face de son père ? »

Parce que c’était aussi de l’enfant qu’il avait chamboulé avec tout cela et ça ne devait pas être simple pour la petite de se retrouver face à un inconnu qui s’avérait être son père. Ce qui le rassurait, c’était aussi le fait qu’il ne demande pas la garde alternée de l’enfant car il savait pertinemment que ça serait le plus difficile pour Jo. Être séparée de son enfant même pour quelques jours seulement était une torture pour Jo alors il espérait qu’ils s’arrangeraient à l’amiable pour éviter qu’aucun d’eux ne souffre de la situation.

- « D’accord… C’est le principal. Logan est un homme intelligent. »

Il avala une gorgée de scotch pour conclure. Tellement habitué au liquide brun que ce dernier ne le fit même pas grimacer lorsqu’il coula le long de sa gorge. En entendant la question de la jeune femme, il arrêta son geste avant de terminer son verre d’une simple gorgée et prit un instant avant de lui répondre :


- « J’ai connu des jours meilleurs. » Il baissa les yeux sur son verre vide et poursuivit « Mais ça ira, enfin je pense. On verra bien. » Il releva son regard brun sur Jo et lui sourit sans aucune conviction.

Comment espérer que ça puisse aller mieux ? Il avait l’impression que tout se casser la gueule en ce moment, que la vie l’avait laissé sur le coin de la route en lui donnant un 10$  tout en lui donnant une tape sur l’épaule, lui souhaitant « bon courage » pour la suite. Il se laissa choir au fond du canapé tout en poussant un long soupir.

- « En réalité ? Non, ça ne va pas. Je viens de perdre mon deuxième officier en l’espace de quelques semaines. La première s’est suicidée et la seconde… Trent… Elle a été rouée de coup et est morte sur un lit d’hôpital, seule. Et le pire tu vois, c’est que j’ai tapé jusqu’à ce que l’on m’arrête, le responsable mais ça n’a rien arrangé. Et malgré tout ça, ma seule préoccupation, c’est toi. Je n’arrive pas à te sortir de ma tête. Je vois encore ton regard ce fameux soir, encore et encore. » Il leva ses yeux vers elle et poursuivit « Je ne fais que boire depuis le décès de Trent. Je viens de ruiner deux ans d’abstinence. Alors non, ce n’est pas vraiment la force ces temps-ci... »

Comment lui dire qu’il avait été prêt à tuer cet homme de ses propres mains ? Que si personne ne serait intervenu, il l’aurait frappé, encore et encore. Comment lui dire qu’en voyant cet homme, il voyait celui qui avait tué Elsy et ne souhaitait qu’une chose : Le tuer une fois encore. Comment lui avouer qu’il se faisait peur à lui-même dans ce cas-là ?  Que le matin, il ne se reconnaissait plus et encore moins maintenant ? Comment lui dire qu’il avait tant espéré avec elle, qu’avec elle, il voyait la lumière au bout du tunnel mais que finalement, ce n’était qu’un lueur ?!

Il se servit un nouveau fond de scotch et en prit une gorgée, se retenant de ne pas finir la bouteille ce soir. Il n’avait pas le droit de faire endurer cela à la jeune femme.

- « Question suivante. »


AVENGEDINCHAINS

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageJeu 23 Fév - 11:42

« -De la timidité… Je crois qu'elle a été un peu impressionnée… En plus elle venait de se lever… Mais bon, elle connaissait déjà son visage et elle a vite fait le lien. Pour le moment elle est quelque peu distante… Il faut juste qu'ils s'apprivoisent je pense… » Jo n'exprimait pas tout ça avec la plus grande des joies. Sa vie, celle de sa fille, tout avait été chamboulé, sans qu'elles y soient préparé ; Mais comme elle venait de le dire, il fallait bien que cela arrive un jour. C'était peut-être mieux ainsi. Juliane était encore petite, Logan aurait la chance de pouvoir participer à son enfance.

Lorsqu'Iz prit le parti de Logan, Jo se contenta de lever les sourcils. Elle avait l'impression que tout était remis en question. Que c'était une sorte de retour en arrière, d'entre vu de ce qui aurait pu, ou du se passer si Logan n'était pas partie. Pour l'instant, ils n'avaient jamais été question de eux. De leur couple, de ce qu'ils étaient avant. Et c'était très bien ainsi. Jo était incapable de prendre la moindre décision.

La jeune femme ne s'attendait pas à une autre réponse de la part d'Isaac au sujet de son état de santé qu'il soit physique ou mental. Elle fronça les sourcils, le regardant presque dubitative. Elle voulait la vérité. Il le savait. Et c'est sans doute pour cela qu'il lâcha prise et avoua enfin qu'il était au plus mal. De part son métier, mais aussi de pas son expérience avec Isaac par la passé, elle avait une petite idée de ce qui se passait dans cet appartement, et dans la vie d'Isaac actuellement. Elle soupira en regardant à nouveau le contenu de son verre.

« -je pensais que toutes ces années t'auraient apprit des choses… La violence, la colère… L'alcool… Iz pourquoi est ce que tu t'autodétruit ? Pourquoi est ce que tu te punis ainsi ? » Il avait changé de vie, mais dans le fond c'était toujours le même refrain. « -tu sais, ce soir là… J'ai eu l'impression que c'était fait exprès. Juste pour illustrer tes propos. Juste pour faire en sorte de… De tout ruiner à nouveau. » Cette fois-ci elle avala d'un trait le verre de scotch, grimaçant à cause du goût et de la brûlure dans sa gorge. « -je suis désolée pour cette jeune fille… Ils ont tous essayés pour la sauver. » souffla-t-elle au sujet de ses collègues qui avaient vécu une nuit éprouvante sur ce cas.

« -tu sais… Parfois je me dis que j'aurais aimé ne jamais te connaître. » Elle marqua une pause avant d'ajouter en levant son regard sur lui : « -et à peine ai-je pensé à ça, que… J'ai l'impression de faire une rechute ! Tu comprends certainement, exactement comme ton sevrage d'alcool. Lorsqu'on s'est rencontré, tu es devenu comme une sorte de drogue. Un truc qui me faisait un bien fou, et qui était capable de me détruit également… Aujourd'hui j'me rends compte que j'suis encore accro… Comme une putain de toxico. Que malgré tout ça, tout ce mal… »

Pas la peine de terminer sa phrase, s'il n'était pas con il comprendrait facilement tout seul ce qu'elle voulait dire. « -j'crois qu'il y a trop de non dit, trop de mensonge. Trop de malchance aussi ! Parce que cette soirée au resto c'était vraiment un truc de fou ! » Peu à peu, le ton de sa voix montait, elle avait besoin de tout sortir. Elle savait très bien qu'ils finiraient pas s'engueuler à un moment où à un autre. Douloureusement, Jo leva son regard sur Iz et dit : « -t'as tout gâché, une nouvelle fois Iz. » C'était un constat, un reproche, mais aussi sorte de provocation. Elle ne cessait de se dire que si ça partait en live, s'ils s'engueulaient comme pas possible, au moins les choses serait dites.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageVen 24 Fév - 21:40


Isaac & Joséphine

L'équilibre fragile d'un château de carte...








Toute cette histoire avait chamboulé le quotidien de cette enfant pour qui, il s’était prit d’affection dès les premiers instants passé avec elle. Et le fait de savoir que c’était la petite fille qui endurait les erreurs des adultes lui serra le coeur, espérant que Logan soit un véritable père pour elle, faisant ainsi oublier à Juliane tout cela… Il n’imaginait même pas ce que Jo devait endurer face à tout cela. La chair de sa chair qui se retrouve face à un inconnu qui n’est nul autre que son père, du jour au lendemain, bouleversait quelque peu les plans de Jo et de Juliane dans l’avenir. Dorénavant, elles ne seraient plus toutes les deux mais bel et bien tous les trois. Et cela ne devait pas être facile a accepter…

Puis le sujet bifurqua sur lui, sur comment il allait aujourd’hui, ou comment il allait hier et comment il irait demain. Ce à quoi, il formula une réponse plus ou moins évasives avant de finalement, lâcher prise en partie et lui avouer que non, il n’allait pas bien. Il décida de baisser les armes tout en avalant son verre de scotch et il savait pertinemment qu’il ne serait pas le seul à exploser ce soir… Oh que non !
Puis la fameuse question : Pourquoi il s’autodétruisait ? Il leva son sombre regard sur Jo et resta de marbre, seul sa mâchoire serrée laissait rien présager de bon sur la suite de la conversation. Puis elle poursuivit sur la soirée, sur son officier décédée et cela le poussa à boire une fois encore. Il voyait encore le visage de cet homme qu’il cognait encore et encore dans la salle d’interrogatoire sans que cela n’apaise sa peine…
Il inspira profondément tout en baissant les yeux sur son verre vide qu’il remplit de nouveau avant de fermer les paupières lorsqu’il entendit les mots de Jo. Il était sa drogue. Elle avait tenu à lui par le passé et l’avait détruite à petit feux et aux dires de Jo, il semblait que cette histoire se réitérait. Elle tenait de nouveau à lui mais c’était douloureux… Il avala une gorgée de scotch alors qu’il n’osait lever son regard brun sur la jeune femme.
Puis la voix de Jo monta peu à peu et elle l’accabla. Oui, il avait tout gâché une fois encore mais il avait prévenu et elle savait pertinemment de quoi il était capable. Ce n’était qu’une histoire qui se répétait après tout… Il avala cul sec son verre et posa son sombre regard sur elle :

- « Tu crois que je ne le sais pas, Jo ?! Tu crois que je suis dans un tel état juste pour le plaisir ? Je sais que j’ai tout foiré ! J’ai ruiné ta vie de famille, je te fais de nouveau souffrir et aucun retour en arrière est possible. » Isaac se leva du canapé et commença les cents pas, sentant que l’alcool commençait à lui tourner la tête sans pour autant altérer sa capacité à réfléchir convenablement « Je t’ai prévenu Jo pourtant tu as voulu y croire, tout comme moi et tu vois où tout cela nous a mené ?! »

Isaac arrêta les cents pas, posant les mains sur ses hanches et fixa le sol un court instant avant de se retourner vers Jo. Il l’observa longuement alors qu’il menait un combat intérieur sur ce qu’il devait dire ou non. Silencieux, il se lança finalement d’une voix calme et posée, contrastant avec la tension qui régnait entre eux depuis son arrivée.


- « Il y a de ça un peu plus de dix, lorsque nous nous sommes quittés, j’ai sombré dans l’alcool. Je n’étais plus que l’ombre de moi-même et Elsy… Elsy m’a aidé à remonter la pente. » La gorge nouée, il poursuivit « J’ai commencé à tenir à elle d’une manière différente, à entrevoir l’avenir différemment. Cela a été compliqué parce que l’on ressemblait tellement… C’est elle qui m’a habitué à fumer de temps à autre. » Il se mit à sourire à ce doux souvenir avant de poursuivre « Puis on s’est séparé, parce que c’était mieux ainsi et elle a accepté un poste à Seattle en tant qu’agent infiltré. Elle aimait le terrain autant que moi... »

Isaac s’avança vers la table basse pour se servir un nouveau verre dont il se saisit avant de s’éloigner de nouveau, sans le porter à ses lèvres et poursuivit son récit « Puis j’ai reçu un appel en pleine nuit. Elsy avait été exécuté et jeté dans le lac Union. » Il baissa les yeux et inspira profondément avant de porter son verre à ses lèvres, l’avalant d’une seule gorgée. Il se retourna ensuite en direction de Jo et ajouta tout en la fixant droit dans les yeux « A compter de maintenant, tu ne vas plus jamais porter ce même regard sur moi, tu vas comprendre à quel point je suis nocif et dangereux... » La gorge serrée, il se lança « J’ai pris mon arme et me suis rendu à Seattle où j’ai identifié le corps, j’ai ensuite enquêté de mon côté jusqu’à retrouver le responsable. Je l’ai frappé encore et encore, jusqu’à qu’il ne puisse plus se relever et je l’ai tué d’une balle… Je l’ai fixé tout le long et ce visage me hante encore. » Il se laissa glisser contre le mur du salon « Je suis rentré, j’ai pris mes affaires et je suis venu à New York. J’ai côtoyé les pires crapules de la côte est et lorsque j’ai divorcé, on a remis en doute mon intégrité au sein de la police. Je buvais jusqu’à sombrer lentement dans un sommeil assez profond pour ne plus être hanté… Puis j’ai changé de métier, de vie. Puis cette fameuse soirée, je suis allé jusqu’au commissariat où se trouvait l’assassin de Trent et je l’ai frappé sans jamais réussir à m’arrêter. Ce fut d’autres flics qui m’ont demandé de partir... »

Il posa sa tête contre le mur et fixa longuement la jeune femme.

- « Tu connais toute l’histoire. Je suis un tueur de sang froid, un assassin, un alcoolique, qui tente de se racheter une conduite en vain… Je ne t’en voudrais pas si tu partais. Tu sais maintenant que je ne suis plus l’Isaac que tu as connu... »
AVENGEDINCHAINS

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 27 Fév - 9:46

« -tu te fou de ma gueule là j'espère Iz ?! » répliqua Jo. Il avait prévenu ? Oh non il n'avait rien prévenu du tout ce fameux soir où il avait décidé de lui parler à nouveau. Il n'avait pas prévenu la fois suivante lorsqu'il était monté sur cette scène, qu'il avait posé ses doigts sur le piano, faisait remonter tout les souvenirs en elle. Faisant ressurgit du passé bien des choses… Non il n'avait pas dit : attention Jo tu va souffrir encore une fois ! Je ne suis qu'un con.

Pff en fait non la conne c'était elle ! Pourquoi est ce qu'elle n'avait pas écouté la petite voix dans sa tête ! Elle avait pourtant dit : attention ! Tu va droit dans le mur Jo !  Mais sensiblement, elle n'avait pas hurlé assez fort pour que la jeune femme y prête de l’intérêt. Elle était juste sur cet sorte de petit nuage que créait Iz avec ses beaux mots, ses belles manières, ses regards et ses baisers. Elle s'était laissée abusée comme une gamine, comme il y avait de cela des années. L'amour rendait aveugle. Dans son cas, c'était comme si son cerveau était séparé de son corps et qu'elle écoutait juste son coeur, et ses putain de sentiments !

La jeune femme se tourna sur le canapé qui était maintenant entre eux. Ce qui était sans doute mieux. Au moins ils s'entreturaient juste par les mots. Oh et voilà monsieur se la jouait il était une fois le pauvre petit Isaac ! Jo l'écouta sans le quitter du regard, sans desserrer les dents. Jo se souvenait de cette femme. Une magnifique blonde avec un caractère bien trempé… Bien entendu malgré son énervement, la jeune femme sentit son coeur se serrer lorsqu'il lui apprit qu'elle était décédée.

Plus il parlait, plus la jeune femme comprenait qu'il se trompait lourdement. Mais elle le laissa poursuivre jusqu'à la fin. Elle avait détourner les yeux, passer ses deux mains sur sa nuque, les deux coudes toujours sur ses genoux, lui tournant le dos. « -tu veux que je te dise ce que j'ai appris durant toutes ses années. Ça n'est pas la vie qui nous façonne. On devient qui l'on est à cause de nos choix. » Jo se leva, le regard sombre elle détailla Isaac quelques secondes avant d'ajouter : « -tu n'as pas changé. Ce sont les choix que tu as fais dans ta vie qui t'ont poussé à être qui tu es aujourd'hui. Alors ne te fais pas passer pour une victime qui n'a jamais eut de chance. Tu aurais pu retenir Elsy, décidé d'être heureux en couple avec elle. Tu aurais pu décidé de laisser la justice de ce pays trouver son assassin au lieu de te venger. Tu aurais pu rester dans l'ombre l'autre soir, ne pas monter sur cette scène, ne pas jouer du piano. »

Elle se passa une main dans les cheveux, avant de venir s'asseoir sur le dossier sur canapé, croisant les bras face à lui. « -Je suis désolée pour Elsy, sincèrement. » Jo l'était vraiment, ça n'était pas juste pour s’adoucir un peu. « -mais je crois qu'elle n'aimerait pas savoir ou voir l'homme qui se tient actuellement devant moi. Tu as tellement de belles choses en toi Iz... » ça pouvait sonné comme mielleux ou comme le discours d'un psy… ça n'était que sincérité.

L'infirmière baissa les yeux quelques secondes avant d'ajouter : « -tu te souviens de notre séjour forcé à New York…Lorsque tu t'es réveillé dans la voiture après des heures à dormir… Je crois que ce jour là, j'ai comprit qu'il y avait une immense part d'ombre en toi. Quelque chose d'effrayant. Quelque chose qui te pousse à toujours tout détruire autour de toi. C'est comme si tu te punissais d'avoir une chance d'être heureux. Pourquoi ? »

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageJeu 2 Mar - 22:42

 



L'équilibre fragile d'un château de cartes

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs





Pourquoi s’étaient-ils retrouvés ?! Pourquoi May avait-elle eu cet accident ?! Tout ça ne se serait pas produit s’il ne s’était pas rendu à l’hôpital en plein milieu de la nuit. Ils ne seraient pas là, souffrant autant l’un que l’autre, dans son salon en ce début de soirée. Il n’aurait pas brisé le quotidien de Jo et de son enfant. Logan n’aurait jamais appris qu’il était papa et tout serait allé dans le meilleur des mondes. Mais le destin en avait décidé autrement…

Maintenant, Isaac était assis à même le sol, un énième verre de scotch entre les mains et l’alcool qui commençait lentement à embrumer ses sens et sa perception. Il commença à évoquer cette vie d’avant qui briserait sûrement à jamais sa relation avec Jo. Il se mit à évoquer son meurtre de sang froid, à évoquer Elsy mais aussi cette officier qui était décédé une semaine plus tôt… Il délivra les plus sombres secrets qu’il détenait et qui l’empêchait encore de sombrer dans un sommeil profond la nuit.

Le regard perdu dans le vide, Isaac n’avait pas la force de poser ses yeux bruns sur Jo au risque d’y percevoir dans les siens, une chose qu’il craignait depuis le début de leur retrouvaille, d’y trouver un jour ou l’autre… Il se mit à rire nerveusement en entendant les mots de la jeune femme sans prendre la peine de lever les yeux vers elle. Il sentit seulement qu’elle se rapprochait de lui puis elle évoqua sa victimisation. Ce fut un regard froid qu’il finit par poser sur elle tout en serrant les dents puis il posa la tête contre le mur et ferma les paupières tout en terminant son verre d’une simple gorgée. « Tu penses vraiment ce que tu dis, Jo ?! Si j’avais été tué de la même façon... » Il redressa sa tête pour regarder fixement Jo « Tu aurais laissé la justice le mettre simplement en prison ? Et si ça avait été Logan ? » Il poussa un soupir « Ne me juge pas Jo, tu n’étais pas là... ». Toujours son regard rivé sur elle, il rétorqua avec calme, se contenant d’éclater « Je n’ai pas retenu Elsy parce que même si je tenais à elle, je ne l’aimais pas assez et elle non plus, pour lui demander de rester à mes côtés. Il n’y a qu’une seule personne que j’ai vraiment aimé... » Dit-il en lui faisant comprendre à son regard posé sur elle, qu’elle était cette unique personne. « C’est pour cela que je n’ai pas pu rester dans l’ombre ce fameux soir même si aujourd’hui… Je le regrette… Sincèrement Jo... ».

Isaac reposa sa tête contre le mur et ferma les yeux une fois encore tout en écoutant les paroles de Jo qui lui fit serrer la mâchoire, la gorge nouée par ce qu’elle venait de dire. Lui aussi, était désolé qu’elle ne soit plus de ce monde. Puis une larme coula sur le visage d’Isaac lorsqu’elle évoqua l’homme qu’il était devenu aujourd’hui. Il inspira profondément sans bouger, ne répondant en rien à ce qu’elle venait de dire. Il n’en avait pas la force.
Il ré-ouvrit finalement les yeux lorsque Jo évoqua New York et sourit malgré lui. Oui, il s’en souvenait parfaitement mais fronça bien vite les sourcils en entendant la suite. Il posa de nouveau sa tête contre le mur et fixa le plafond pendant un instant avant de répondre dans un murmure « Peut-être parce que c’est plus simple d’être malheureux qu’heureux. » Il redressa sa tête une fois encore pour regarder la jeune femme « Parce que j’ai commis et j’ai assisté à des horreurs. Je ne mérite pas la chance d’être heureux alors que j’ai fais souffrir tant de monde autour de moi, que j’ai laissé tant de chose se produire sans agir... ». Combien de fois aurait-il pu intervenir dans une exécution ? Combien de fois il aurait pu arrêté une valise pleine de drogue de venir jusqu’aux lycées pour y être distribuée à de jeunes adolescents ?

Il poussa un soupir et se redressa pour se servir un nouveau verre de scotch avant d’en prendre une gorgée et s’appuya à nouveau contre le mur de son salon. « Je n’avais pas du tout prévu de passer la soirée ainsi » ajouta-t-il en riant légèrement tout en observant l’alcool brun qu’il faisait tourner dans son verre. « Ça te dis d’aller faire un tour dehors ? ». Il se leva un peu trop vite, ce qui lui fit tourner la tête mais il reprit rapidement contenance et déposa le verre de scotch encore plein, sur la table basse et se rendit dans la cuisine pour se servir un café serré qu’il avala d’une traite sans un mot. Il s’en servit un second tout en revenant auprès de la jolie brune « Tu me détestes ? » fit-il tel un enfant prit en faute « Est-ce que cette part d’ombre que tu as vu en moi ce fameux jour… Est-ce que tu en as peur ? Est-ce que tu as peur de moi, Jo ? ».

Combien de femmes auraient pris leurs jambes à leur cou en entendant de la bouche de leur ex petit-ami, que ce dernier était un tueur de sang-froid, un vengeur de l’ombre qui sombrait dans l’alcool pour tenter d’apaiser son esprit lors des nuits difficiles ? Alors si Jo avait peur de lui, il comprendrait. Lui-même se faisait peur lorsqu’il croisait son reflet dans le miroir…







_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMer 15 Mar - 21:05

« -je ne te juge pas ! » répliqua Jo. « -je ne l'ai jamais fais et tu le sais très bien. » ajouta-t-elle avant de se pincer les lèvres entre elle pour éviter de laisser sortir sa colère. Lorsqu'il lui fit comprendre qu'elle était la seule qu'il n'ait jamais aimé, elle détourna le regard, bougeant légèrement la tête. Comme si ça allait aider… C'était beau d'entendre ça de la bouche d'un homme. Et cela aurait du lui faire chaud au coeur, le faire battre plus fort, plus vite. Au lieu de ça, Jo avait ressentit comme une vive douleur. C'était à croire qu'au final la vie ratée d'Isaac était uniquement sa faute à elle. « -je te l'ai déjà dis à l'époque. Si tu n'avais pas mentit, si tu avait joué cartes sur table dés le début… Rien n'aurait prit cette tournure. J'aurai pu comprendre. » Oui, elle en était certaine pour y avoir penser des tonnes de fois. Les mensonges d'Isaac avait tué leur amour. Sans compter qu'elle s'était sentit trahit, comme s'il était incapable de lui faire confiance.

« -mais tu es qui pour décidé de te punir ainsi ? » répliqua la jeune femme. La vie selon elle ça n'était pas ça. L'homme n'avait pas le droit de se punir. Pas le droit de se détruire ainsi. « -chaque étapes dans la vie, qu'elle soit heureuse ou surtout douloureuse est là pour nous apprendre des choses. Pour que nous puissions évoluer, apprendre, comprendre, s'améliorer. » Bon d'accord elle avait peut-être trop fait de séance de yoga, et ça sonnait peut-être comme le message d'une illuminée. Mais c'était sincèrement ce en quoi elle croyait. « -ce que tu fais j'appelle ça une solution de facilité. » conclue-t-elle avec un regard froid. C'était certainement douloureux à entendre, mais c'était vrai.

« -tu devrais apprendre à te pardonner. Comme je l'ai fais pour toi... » souffla-t-elle alors le regard brillant. Oui, elle lui avait pardonné pour la douleur qu'il lui avait fait enduré. Pour cette sorte de descente aux enfers qu'elle avait vécu à cause de lui. Mais voilà, elle s'était relevée, elle avait reprit goût à la vie, et avec le temps elle avait comprit qu'elle était ressortit plus forte. « -ça faisait partie de ton job Iz. Tu ne peux pas sauver la terre entière. Tu n'es qu'un homme. Parfois des choses se produisent et malheureusement, on n'y peut rien. »

Un léger silence les entoura, avant qu'il ne propose d'aller dehors. Elle répondit par un signe de tête positif, avant de se redresser les bras croisées sous la poitrine. Jo suivit Iz du regard lorsqu'il se servit un café, puis un second. La question qu'il posa lui déchira le coeur. Alors elle préféra fermer quelques secondes les paupières plutôt que de soutenir le regard d'Isaac. Il enchaina, alors elle posa à nouveau son regard sur lui. « -si je te détestais, est ce que tu crois vraiment que je serais là ce soir, à te demander de te pardonner, de t'accorder une chance d'être heureux ? » Il ne comprenait vraiment rien ! Ou alors elle n'était pas assez clair dans ses propos. Elle avança de deux pas pour réduire la distance qu'il y avait entre eux, sans le quitter des yeux. Puis d'une voix posée, elle ajouta : « -je n'ai pas peur de toi. Je n'ai jamais eu peur de toi Iz. » Certain pourrait dire qu'elle était trop conne. D'autre qu'elle était toujours sous son charme… Elle le connaissait, elle connaissait ce qu'il était vraiment. Le pire comme le meilleur. Et c'était cette partie là qu'elle aimait.

La jeune femme pouvait comprendre l'acte d'Isaac. Même si elle ne cautionnait pas cela. Comme elle l'avait dit, dans ce pays il y avait une justice. Elle connaissait cette facette de sa personnalité. Le côté passionné qui pouvait basculer dans la rage, la haine, la folie. Il était fait ainsi. C'était la vie qui l'avait forgé ainsi. Cela ne faisait pas de lui un monstre à ses yeux. « -j'suis désolée, je ne voulais pas qu'on se cris dessus de cette façon... » elle était sincère.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 27 Mar - 0:22

 



L'équilibre fragile d'un château de cartes

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs







Appuyé contre le mur de son salon à quelques mètres de Jo, Isaac était au plus mal et pourtant, il tenta de trouver les mots pour exprimer sa pensée, son ressentit face à la situation, face à toutes les révélations qu’il venait de lui faire en ce début de soirée. Dans son esprit, il avait prévu tout autre chose pour ce soir entre eux mais comme toujours, il avait réussi à tout gâcher, une fois encore… Comme Jo venait de si bien le dire, s’il avait joué cartes sur table par le passé, leurs vies se seraient dérouler d’une toute autre façon. Enfin, ce n’était qu’aberration aujourd’hui comme ça l’était par le passé, de lui avouer ce qu’il effectuer comme mission pour le FBI. « Je sais que j’ai merdé, mais je ne pouvais pas tout te dire, Jo ! Et tu le sais pertinemment alors s’il te plaît, ne reviens pas sur ça ! ». Il inspira profondément, Isaac ne souhaitait pas se laisser emballer par la colère, pas ce soir. Il avait déjà assez envenimé les choses entre eux, alors il était hors de question qu’il empire les choses !

En entendant la question rhétorique de la jolie brune, le cinquantenaire leva les yeux sur cette dernière et se poussa un long soupir, épuisé par tout ça, par cette conversation, cette soirée, son passé et l’alcool qui embrumait ses sens. « Je suis moi. Je suis celui qui a fait assez d’erreur pour en arriver là aujourd’hui ». Il ferma de nouveau les yeux tout en posant sa tête contre le mur derrière lui. Il ré-ouvrit finalement les paupières et fixa la jeune femme, un sourire en coin, amusé par le discours qu’elle venait de lui faire « Tu as passé trop de temps sur une chaîne hippie à la télévision, toi ! » avant de lui lancer un regard noir lorsqu’elle évoqua le fait que c’était de la facilité ce qu’il était en train d’entreprendre. Le regard acéré, il se retint de se lever et de lui demander de partir de sa maison, de sa vie ! « Je croyais que tu ne me jugeais pas, Jo ?! » ajouta-t-il sur un ton empli de défiance à son égard « Tu n’as pas vécu 1/4 de ce que j’ai vécu alors ne me parle de facilité, Joséphine, toi et ta vie... » Il inspira profondément et se cogna la tête contre le mur « Excuse-moi… Je… Je ne suis pas en état d’avoir ce genre de conversation avec toi, là ». Il était sous l’emprise de l’alcool, de la colère et de l’épuisement. Il n’était en rien un bon interlocuteur et leur conversation était bien loin d’être constructive en cet instant…

La mâchoire serrée, il plissa les yeux comme s’il n’avait pas réellement comprit ce qu’elle venait de lui dire. Venait-elle de lui avouer qu’elle lui avait pardonné ?! Il ouvrit la bouche mais aucun mot n’en sortit. Quoi dire à cela ?! Isaac n’en avait pas la moindre idée alors il opta pour un long regard et un silence de plomb. Des fois un silence valait mieux qu’un long discours. Il finit par baisser son regard brun tel un enfant prit en faute. Oui, il souhaitait sauver le plus de personne possible et mettre en prison le plus de criminel possible… Mais en effet, il n’était qu’un homme. Un homme qui en cet instant, n’en était plus vraiment un…

Isaac se décida finalement à se lever et se dirigea jusque dans la cuisine pour y avaler un premier café serré suivit d’un second afin de se remettre les idées en ordre. Il se décida à lui demander si elle avait peur de lui. Quelle femme n’aurait pas eu peur ?! Il venait de lui avouer que c’était un tueur de sang froid, alcoolique, tourmenté et insomniaque. Alors oui, quelle femme n’aurait pas prit ses jambes à son cou en cet instant ?
Il sourit timidement à ce qu’elle venait de lui dire. Il hocha lentement de la tête sans rien répondre, la laissant poursuivre alors qu’il continuait de la fixer droit dans les yeux. « Promet-moi de ne jamais avoir peur de moi, Jo… Jamais je ne te ferai du mal, tu le sais. Jamais. » Dit-il en faisant un pas vers elle. Derrière son aspect brut et rugueux, Isaac n’était en rien un homme violent, d’autant plus lorsque cela concernait Jo.

Un nouveau sourire se hissa sur ses lèvres et haussa les épaules tout en ajoutant « Ne sois pas désolé, je l’ai bien cherché ». Et c’était le moins que l’on puisse dire ! Il se rendit vers le porte-manteau et enfila son long manteau d’hiver avant de se retourner en direction de la jolie brune « On y va ?! Ça nous fera du bien et puis tu dois avoir envie de partir depuis plusieurs minutes maintenant ». Il lui fit un clin d’oeil taquin et ouvrit la porte pour laisser Jo sortir en première avant de fermer la porte derrière eux.
Il souffla dans ses mains face à l’air vivifiant qui soufflait sur eux et posa sa main dans le bas du dos de la jeune femme pour l’entraîner dans la direction dans laquelle il souhaitait se rendre. « Je suis étonné que tu n’es pas prit tes affaires et que tu ne m’es pas laissé seul avec moi-même ». Il regarda où il marchait avant de relever la tête vers Jo « Qu’est-ce que tu veux que l’on fasse maintenant ? Enfin je veux dire pour nous deux ? ». Souhaitait-elle seulement une amitié ou qu’il quitte définitivement sa vie ?! Les cartes étaient entre ses mains dorénavant…





_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 3 Avr - 23:01

Ils étaient sans doute destiné à s'entre déchirer. Tout était trop fort entre eux. Les sentiments qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre les transportaient de l'amour à la haine… De la joie à la colère. Cette conversation en était encore un bel exemple. Le problème c'était qu'ils étaient incapable de lutter contre. C'était plus fort qu'eux. Jamais elle n'avait rencontré un homme qui lui avait fait éprouver de telles choses. Il avait le premier qui avait été capable de voler son coeur. Celui qui l'avait brisé également. Mais c'était Jo la fautive. Elle s'était laissée faire. Elle était tombée amoureuse de lui, malgré ses nombreux défauts. Elle avait su voir tellement de belles choses en lui… Ces qualités, cette façon d'être qu'il semblait incapable de voir lui même.

La jeune femme savait qu'il n'était pas mauvais. Qu'il avait simplement une vie compliqué, douloureuse. C'était pour cela qu'elle avait baissé les yeux lorsqu'il avait répliqué qu'elle n'était pas capable de comprendre, qu'elle n'avait rien vécu de tel. Il avait raison. A côté de tout ça, sa propre vie ressemblait à un long fleuve tranquille, à une promenade de santé. C'était peut-être justement pour ça qu'elle voulait qu'il trouve la paix, qu'il s'accorde un peu de bonheur…

Si ses collègues diplômés en psychologie la voyaient, elle la prendrait sûrement pour une folle. Pourtant elle était sincère dans ce qu'elle venait de lui dire. Non elle n'avait pas peur de lui. Parce qu'elle connaissait la lumière qu'il avait en lui. Le bon côté d'Isaac, ce qu'il ne montrait qu'à peu de monde. La jeune femme sourit avec tendresse avant de souffler : « -tu sais très bien que je ne fais jamais de promesse... » Depuis le temps, il devait s'en souvenir. Elle détestait ça. Parce que c'était impossible de tenir parole. La vie semblait vous poussez à ne pas y parvenir. Alors non, elle ne lui promettrait pas ce qu'il attendait. Mais son regard en disait long. Jo savait qu'il ne lui ferait jamais de mal.

Une fois dehors, Jo marcha silencieusement remontant un peu le col de sa veste. Elle esquissa un sourire et répondit : « -parfois tu sembles si mal me connaître... » Il fallait aussi dire qu'elle avait changé depuis la fin de leur relation. Elle avait apprit à prendre sur elle, à maîtriser ses colères parce que cela ne menait jamais à rien. Jo se pinça les lèvres en entendant les paroles d'Isaac. Un soupire passa ses lèvres alors qu'elle fixait un point devant elle. Devait-elle vraiment choisir ?

« -je n'en sais rien Iz... »
Voilà ça c'était une réponse qui aidait beaucoup. Mais c'était la vérité. Elle n'était pas capable de prendre une décision ferme. Maintenant qu'elle l'avait revu, qu'elle savait qu'il était dans cette ville, si proche, il lui semblait impossible de reprendre sa vie en ignorant cela. Elle le sentait si mal qu'elle se sentait presque responsable d'avoir ajouter du bordel dans sa vie. « -c'est moi qui ait prit la décision il y a maintenant bien des années. Aujourd'hui, je pense que c'est à toi de choisir. C'est moi qui ait foutu le bordel en venant chez toi l'autre soir… Moi qui ait tout mélangé. Alors… Alors c'est à toi de me dire ce que tu veux que nous fassions. »

C'était peut-être un peu lâche, mais Iz serait peut-être capable lui de trancher. De dire si oui ou non leurs chemins devaient se séparer de nouveau. Ou si ils pouvaient continuer à sa voir de temps en temps.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMar 11 Avr - 21:57

 



L'équilibre fragile d'un château de cartes

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs







A peine avait-il commencé à s’avancer dans sa rue, qu’Isaac regretta intérieurement la chaleur de sa maison qui ne se trouvait qu’à quelques mètres derrière eux. Pourtant, la neutralité de l’endroit leur était nécessaire au stade où ils se trouvaient et l’air glacial qui soufflait cette nuit sur New York, lui permettait de se désinhiber des effluves de l’alcool qui commençait, peu à peu, à s’estomper. Il inspira profondément, le faisant légèrement frissonner  et se mit à sourire en l’entendant lui répondre. La connaître ?! C’était si facile à dire mais dix ans venait de s’écouler et la femme qui se trouvait à ses côtés était bel et bien différente que celle qu’il avait rencontré une nuit, dans un bar. Peut-être était-ce la raison pour laquelle finalement, ils n’arrivaient plus à trouver un terrain d’entente. Leurs vies nouvelles étaient l’opposé de celles qu’ils avaient connu par le passé. Il était différent. Elle était différente. Et au final, c’était un peu comme s’ils ne se connaissaient pas… « Tout simplement parce que je ne te connais plus, Jo » finit-il par répondre tout en fixant un point invisible devant lui.

Isaac se décida finalement à poser la question qui était la base de tout entre eux. Qu’est-ce qu’elle voulait pour eux ? Quelle était réellement leur relation en cet instant ? Tout semblait si fragile, si perdu, si flou que même Isaac s’y perdait. Il avait perdu l’habitude, ces dernières années, de se poser de telles questions et cela en devenait même épuisant à la longue. Il avait passé l’âge de marcher sur des œufs, de ne pas savoir de quoi sera fait demain. Et la réponse de Jo était bien loin d’être un éclaircissement pour le cinquantenaire qui contracta la mâchoire. Ce genre de réponse aussi, ça le fatiguait… Lorsqu’elle précisa sa réponse, Isaac releva son sombre regard sur la jeune femme et hocha lentement de la tête. Peut-être que finalement, la clef se trouvait entre ses mains et uniquement les siennes.

Pendant de longues minutes, le lieutenant continua de marcher dans un silence de plomb, les mains dans les poches tout en observant le sol qu’il foulait à chacun de ses pas. Le quartier était toujours aussi calme et c’était l’une des raisons qui l’avait poussé à venir résider en ces lieux. Cela lui permettait de prendre de la distance avec le brouhaha incessant du centre de New York. Tout en s’avançant dans cette rue, il repensa à leur histoire dix ans auparavant mais aussi celle qu’ils avaient tenté de construire à leurs retrouvailles quelques semaines plus tôt. Des retrouvailles si fragiles que cela lui rappelait les châteaux de cartes qu’il construisait enfant, les après-midi pluvieuses mais il se rappelait aussi à quel point, il était facile de les détruire. Un simple coup de vent et les piques se mêlait aux cœurs. Ce qui était finalement le cas aujourd’hui, à l’exception que ce soir, il ne pleuvait nullement.
« Tout ceci n’est pas sain, que ça soit pour toi, que pour moi ou encore pour l’enfant qui se trouve au milieu de tout cela. » Commença-t-il d’une voix presque sereine que ça le déstabilisa quasiment mais n’en montra rien. L’alcool ne faisait plus effet et son esprit n’avait jamais été aussi clair que ce soir. « On a voulu revivre un passé révolu et finalement, cela a brisé le peu d’équilibre que l’on avait réussi à construire dans cette nouvelle vie. Tu n’es plus la femme d’une vingtaine d’années que j’ai rencontré dans un bar en plein milieu de la nuit et que j’ai ramené dans mon luxueux appartement et je ne suis plus ce flic infiltré, menteur et manipulateur d’antan. » Il s’arrêta de marcher pour fixer droit dans les yeux la jeune femme à ses côtés « Arpenter cent fois le chemin ne nous apprendra rien alors il est peut-être temps pour nous deux, d’en arpenter un nouveau et de voir ce que la vie a à nous offrir. Après tout, c’était peut-être la leçon à tirer de tout cela ?! Je suis ta kryptonite autant que tu es la mienne, on se détruit dès que l’on est ensemble alors autant éviter de l’être… Pour tout t’avouer, je suis fatigué de tout cela. Pas toi ? » Conclut-il avec un léger sourire en coin.

Les mains toujours dans les poches, son sourire toujours sur ses lèvres, Isaac ne la quitta pas du regard un seul instant et répliqua « Je ne suis pas contre être ton ami, Jo mais je ne peux être plus. Peut-être un jour, lorsque l’on aura compris ce qui déconne chez l’un et l’autre lorsque l’on est ensemble mais pas aujourd’hui, pas ce soir… Je veux tenter d’être de nouveau l’homme que j’étais quelques mois avant et d’approfondir cette esquisse d’homme semblablement bien, que je tentais de devenir. Et toi, tu as une petite fille qui t’attend et qui n’est pas en âge de panser ton coeur et de sécher les larmes que je pourrais faire couler encore et encore. »

Il tendit la main et ajouta « Ami ? »




_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageJeu 13 Avr - 17:20

Quand elle était jeune, elle avait fait de la boxe. Ça lui faisait un bien fou de pouvoir se défouler grâce à ce sport. Mais ça faisait bien longtemps que Jo n'était pas montée sur un ring. Et visiblement elle avait perdu la capacité à se défendre. Le coup que venait de porter Isaac la sonna. Ça n'était que des mots, mais si elle avait eut la possibilité de s'asseoir, elle n'aurait pas dit non. Jamais Jo n'avait pensé que ça lui ferait si mal. Entendre ça de la bouche d'Isaac c'était… Un coup de poignard en plein coeur. Jusqu'à présent c'était elle qui avait dit stop, qui avait réglé le pas. Mais ce soir elle lui avait laissé le choix à lui, et la décision qu'il venait d'énoncer lui fit bien plus mal que ne le pensait.

Pourtant elle ne laissa rien voir, marchant avec lenteur tout en tentant d'encaisser le coup. Bien entendu elle savait parfaitement qu'il avait raison ! Il était en train de le lui le prouver par a+b. Ils étaient nocifs l'un pour l'autre. La jeune femme était tellement abasourdit par tout ça qu'elle avait avancer de quelques pas avant de réaliser qu'Isaac c'était arrêté. Jo se contenta d'esquisser un léger sourire, même s'il n'était pas des plus heureux ni des plus chaleureux. Loin de là même. C'était complètement con de se mettre à pleurer maintenant, ça n'arrangerait rien. Pourtant elle les retenait ces foutues larmes. Elles étaient là, faisant briller ses yeux. Et c'était pour cela qu'elle évitait de regarder Iz, cherchant un point au loin sur lequel fixer son regard.

Jo aurait aimé qu'il arrête de la fixer ainsi. En fait elle avait envie qu'il se casse, qu'il la laissa là. Ils n'étaient pas ensemble, et pourtant elle avait l'impression de se faire plaquer. Devenir ami ? Putain mais est ce que c'était possible ça ? Pourquoi lorsqu'il s'agissait de lui elle était dans l'incapacité de faire des choix, de prendre des décisions qui avaient du sens surtout ! Elle se sentait vraiment nulle, avec ses espoirs de faire de lui un homme meilleur, son envie de le voir heureux. N'importe quoi… C'était n'importe quoi… Sans compter la main qu'il lui tendait, comme si elle allait taper dedans en mode pote !

Jo se pinça les lèvres, avant de regarder à nouveau ailleurs. Puis elle prit une grande inspiration, et dit : « -je te souhaite une bonne fin de soirée... » Voilà c'était sa réponse. Elle le regarda furtivement, avant de se tourner et de partir loin. C'était finit. Voilà. Point à la ligne.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageJeu 27 Avr - 19:45

 



L'équilibre fragile d'un château de cartes

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs








Je te souhaite une bonne fin de soirée… N’étaient pas les mots qu’Isaac s’était attendu à entendre ce soir. Il s’était attendu à tout, surtout venant de Jo, mais pas à la fuite. Elle venait comme, de baisser les bras face à lui, face à ses paroles qui, pourtant, il avait pensé être censées les concernant. Alors qu’il l’observa rebrousser chemin, Isaac se demanda comment interpréter ces quelques mots… Quelques années plus tôt, elle aurait agi différemment, aurait tenté d’arranger les choses ou au moins, lui aurait répondu, mais ce soir, c’était bel et bien une Jo différente qui se trouvait face à lui et son coeur en fut meurtri. Lui qui pensait agir de la meilleure des façons pour eux deux… Venait-il finalement de se fourvoyer sur les intentions que lui portait Jo ?! Peut-être qu’en réalité, elle ne désirait pas de lier une amitié avec lui, qu’elle souhaitait autre chose ou rien, peut-être bien.

Ce qui était certain, c’était qu’il faisait froid alors qu’il souffla entre ses mains pour tenter de les réchauffer sans la quitter des yeux. Jamais auparavant, il ne s’était retrouvé aussi partagé entre sentiment et cohérence ! Il leva alors les yeux au ciel comme si les étoiles pouvaient l’aider dans son choix puis il se baffa mentalement. C’était puérile d’espérer un signe du destin. Enfin… Peut-être pas tant que ça, pensa-t-il lorsqu’il entendit Just The Way You Are provenir de la maison de son voisin. Pour une fois, il ne viendrait pas frapper à sa porte pour qu’il baisse le son comme il avait l’habitude de le faire les week-ends.

Isaac reposa son sombre regard sur la jeune femme qui se trouvait maintenant à plusieurs mètres de lui et il se mit à courir jusqu’à elle et ralentis lorsqu’il arriva à sa hauteur. Il lui saisit alors délicatement le bras pour la faire se retourner vers lui et lui sourit alors qu’il posa sa main sur son visage froid. Ses yeux brillaient et cela ne fit que resserrer l’étau autour de son coeur… Il déposa un baiser sur son front comme s’il pouvait la consoler par ce simple geste avant de poser ses lèvres sur les siennes dans un doux baiser, comme s’il craignait briser cet instant si précieux.

Il détacha lentement ses lèvres des siennes et la regarda droit dans les yeux, lui souriant avec tendresse « Moi aussi, je t’aime » répliqua-t-il avec un léger sourire sur les lèvres. « Enfin j’espère que tu m’aimes parce que sinon, j’ai l’air très con là, devant toi ! » Fit-il en souriant davantage « J’ai dis tout ça pour te protéger alors oublie, d’accord ?! Et je ne sais pas toi, mais j’ai un petit côté sado-maso, j’aime bien souffrir finalement… Surtout avec toi Joséphine. » avant de tourner les yeux vers la résidence dont émanait maintenant Sugar de Robin Schultz, de quoi briser le moment entre la jeune femme et lui. « Je vais tuer ce gamin ! » Conclut-il tout en levant les yeux au ciel avant de reporter son attention sur Jo « Maintenant, je te souhaite une bonne fin de soirée... »





_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageSam 29 Avr - 17:18

Qu'est ce qu'elle avait bien pu imaginer ? Pourquoi est ce qu'elle s'était bercée d'illusions comme la jeune femme qu'elle était lorsqu'elle avait rencontré Isaac pour la première fois. Pourquoi est ce que son coeur était enfermé dans un étau ? Ça faisait mal… Tellement mal… Autant sans doute qu'à leur première rupture. Même s'ils avaient vieilli et qu'aujourd'hui ça n'était pas une rupture mais un véritable point final à leur relation. Il allait falloir qu'elle s'y fasse… Qu'elle encaisse, et digère tout ça. Plus elle s'éloignait, plus Jo avait l'impression que l'air lui manquait. Qu'on était en train de lui arracher une partie de son être…

Sans même qu'elle s'en rende compte, les larmes coulaient sur ses joues, emportant avec elle un peu de maquillage… Ses pas étaient maintenant bien plus lent que les premiers. Comme si elle était retenu par quelque chose d'invisible, comme si elle était incapable d'aller plus loin. Perdue, elle n'entendit pas les pas d'Isaac, et sursauta légèrement lorsqu'elle sentit sa main sur son bras. Jo le regarda comme si c'était un rêve ou une hallucination plutôt. Elle ferma les paupières lorsqu'il l'embrassa sur le front, et ne n'osa pas bouger d'un pouce lorsqu'il l'embrassa. C'était doux, chaud, tendre… Comme irréelle.

Pourtant il était bien là, son corps contre le sien, elle sentait la chaleur de ses mains sur ses joues froides. C fut avec lenteur qu'elle se pinça les lèvres, le regard baisser. Elle n'osait pas le regarder, comme si elle avait peur qu'il s'envole. Puis il prononça tous ces mots… Ces mots qu'ils ne s'étaient jamais dis. Jo ouvrit la bouche cherchant à répondre, mais tout restait bloqué là… Dans gorge nouée.

Puis son cerveau sembla se remettre en marche, elle ferma les paupières avec insistance, avant d'enfin regarder le visage d'Isaac. Doucement un sourire se dessina sur ses lèvres, alors que ses larmes coulaient toujours. S'il était en train de jouer avec elle, c'était la chose la plus cruelle qu'il ne lui ait jamais fait subir. Pourtant il y avait une part d'elle même, qui voulait croire que tout cela était sincère, et qu'il n'était pas en train de lui mentir ou de la manipuler.

Pas envie de réfléchir, pas envie de se projeter sur ce qui pouvait ou non arriver. Puis elle se mit à bouger doucement le tête de gauche à droite. Un signe de négation. Oh non il n'allait nul par sens elle. Pas question qu'il la plante là au milieu du trottoir. Alors elle le retint par la main, l'attirant à elle avant de l'embrasser à son tour en guise de réponse. La meilleure qui soit sans doute. Les gestes avaient plus de force que les mots parfois. Ses deux mains entourèrent le visage d'Isaac, alors qu'elle était sur la pointe des pieds, ses lèvres collées aux siennes.

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageDim 30 Avr - 21:28

 



L'équilibre fragile d'un château de cartes

Joséphine Read ♠ Isaac S. Jacobs










Pour la première fois de son existence, Isaac avait su trouver les mots qu’il fallait pour panser, pour apaiser toutes les souffrances qu’ils avaient pu s’infliger avec le temps. Pour la première fois, il avait su se montrer cohérent et cela, sans se laisser dompter par ses sentiments personnels. Puis, elle lui avait souhaité bonne soirée et avait tourné les talons. Il prit alors conscience de l’ampleur que ces mots avaient pu avoir sur elle, sur lui, sur leur relation… Et son coeur s’alourdit soudainement. Pourquoi se quitter ?! Parce qu’ils se faisaient du mal lorsqu’ils étaient ensemble ?! Mais ils souffraient bien plus de ne pas l’être… Elle était sa kryptonite et pourtant, il était tombé amoureux d’elle, un soir, alors qu’elle s’était approchée de lui, dans le seul but de le joindre à la longue liste de ses conquêtes d’un soir…

Et voilà que maintenant, elle s’éloignait de lui. Alors oui, il préféra pour une fois, écouter uniquement son coeur et la rejoignit en toute hâte sous les quelques notes de leur chanson, de celle qui finalement, les avait réunis cette seconde fois. Tout en continuant sur sa lancée, il lui avoua l’aimait, il ne masqua pas cette révélation sous des sous-entendus mais prononça bel et bien ces trois mots sans aucune retenue, sans angoisse. Juste de la sincérité.

Mais lorsqu’elle ouvrit la bouche, restant silencieuse… Là, Isaac commença à angoisser, se demandant si finalement, son entreprise ne venait pas de rompre définitivement leur relation. Puis ce sourire apparût et il reprit sa respiration, remarquant au même instant, qu’il s’était arrêté de respirer durant quelques secondes. Il essuya avec son pouce, les larmes qui coulaient sur ses joues et lui rendit son sourire.
Lorsqu’il lui souhaita une bonne soirée, la jeune femme ne sembla pas être de son avis et cela l’amusa alors qu’elle le retint par la main pour l’embrasser en retour. Elle l’aimait aussi. Du moins, ce qu’il souhaitait croire par ce simple geste de sa part.
Il l’entoura de ses bras tout en approfondissant le baiser avant de quitter ses lèvres pour ancrer son regard dans le sien, un sourire tendre sur son visage.

« On rentre à la maison »

Il glissa sa main dans la sienne, entrelaçant ses doigts aux siens pour être sûr qu’elle n’ira nulle part et poursuivit leur route jusqu’à sa maison…








_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
L'équilibre fragile d'un chateau de cartes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le chateau Beauclair
» Battaille du chateau de merac
» Le chateau de sedan
» chateau d'or d'édoras
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: BROOKLYN-
Sauter vers: