Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
You found me - pv Alvaro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageVen 10 Fév - 0:04

you found me

« Estrella tu vas rentrer quand…? » Au téléphone avec sa petite sœur, la jeune Estrella soupira. Elle n'avait aucune réponse à donner à se petite sœur. Elle ne voulait pas l'affoler mais elle ne voulait pas lui mentir non plus. Elle avait quinze ans maintenant, elle était en âge de comprendre ce qu'il se passait. « Pas encore, tu sais bien que Papa me l'a interdit... » De toute façon même s'il ne l'avait fait la jeune fille ne serait pas rentré, du moins pas tout de suite. Elle était encore bien trop troublée par ce qui venait de se passer. Jamais elle n'aurait cru qu'elle viendrait à avoir peur de son propre père. Cet homme qu'elle idolâtrait petite fille, celui qui l'a faisait rire et sourire, qui lui promettait de toujours l'aimer… On en était bien loin aujourd'hui. Mais Reya n'avait pas besoin de savoir tout ça. « En plus j'ai beaucoup de travail, je vais rester à Columbia. Embrasse Abuela pour moi. » Sa famille lui manquait énormément mais pour le moment elle devait accepter la situation. « D'accord, mais appelle moi bientôt ! » Sa petite sœur savait se montrer autoritaire parfois. « Promis. Te quiero hermana » Estralla raccrocha en regardant tout autour d'elle. Maintenant elle était seule dans sa chambre d'étudiante, neuf mètres carrés de grand luxe, si seulement… Il fallait qu'elle aille en cours à présent. Elle s'habilla simplement et laissa ses cheveux détachés afin d'essayer de dissimuler les ecchymoses sur son visage. Elle ne souffrait plus à présent mais son visage était orné de gros bleus qui commençaient à virer au violet. Elle remarquait bien les regards des gens qui la croisait.

Elle avait toujours eue la chance d'avoir une réelle facilité pour les études, tout l’intéressait et elle retenait vite. Mais aujourd'hui elle restait au fond de la classe à regarder ce qu'il se passait dehors. Elle n'avait guère la tête à son cours de droit pénal… Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis l'incident avec son père. Elle n'aurait jamais pensé que tout dérape aussi vite et aussi violemment. Il avait été si furieux, elle ne l'avait jamais vu comme ça. Bien sur elle l'avait provoqué et lui avait désobéi, mais sa réaction avait été disproportionnée. Elle voulait simplement qu'il la remarque, qu'il s’intéresse à elle. Et aujourd'hui elle l'avait déçue, peut-être pour toujours, lui aussi allait arrêter de l'aimer et la laisser tomber comme sa mère, sa belle-mère. Comme toutes les personnes de sa vie… Elle ne savait plus quoi faire, elle ne pouvait pas rentrer, la situation semblait bel et bien bloquée. Elle s'attendait qu'à tout moment il l'appelle pour la prévenir qu'il arrêtait de payer ses études et qu'elle devait se débrouiller seule, qu'il ne voulait plus la voir. Estrella avait même commencé à chercher un travail, si elle devait bientôt s'assumer elle serait obligé de trouver un moyen de gagner un peu d'argent pour se nourrir, se loger au moins. Elle devrait peut-être abandonner ses études…  La jeune fille préférait ne pas y penser encore.

Sa journée finit, la nuit commençait à tomber sur New York, un petit vent soufflait. Estrella ferma sa veste pour ne pas avoir froid, mais elle avait oublié son écharpe et un courant d'air attaquait son cou. Heureusement elle n'avait pas un long trajet pour rejoindre la résidence où elle vivait. Ce soir encore, elle passerait la soirée seule avec ses devoirs ou un livre, sans parler à qui que ce soit. Et ce week-end encore elle resterait ici, à tourner en rond. La jeune fille arrivait enfin devant l'immeuble où elle vivait quand elle entendit son prénom. Elle leva la tête interdite, est-ce qu'elle avait rêvée ?! Elle regarda autour d'elle et finit par voir son père… Mais qu'est-ce qu'il faisait ici ?! Peut-être était-il venu lui annoncer qu'il ne voulait plus la voir… Elle s'approcha à petit pas, elle avait peur.  Cet homme qui consolait ses cauchemars d'enfant avait levé la main sur elle, il l'effrayait. Elle ne savait pas quoi dire. Autrefois elle aurait couru à sa rencontre et se serait blotti dans le réconfort de ses bras. Mais plus maintenant. Elle portait encore sur son visage les marques de sa colère. Mais il était sûrement venu jusqu'ici pour une bonne raison. Elle s'approcha suffisamment prêt pour l'entendre, elle croisa alors ses bras sur sa poitrine, en une position défensive. « Papa...? » Qu'est-ce qu'elle devait lui dire ? S'excuser et se traîner à ses pieds ?! Pas encore, elle voulait d'abord savoir ce qu'il faisait ici…  
roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageSam 11 Fév - 16:14

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


Violent, il l’était, indéniablement. Il l’avait été avec Gloria pour des tas de raisons mais il ne se cherchait aucune excuse, il assumait ce qu’il était dans son entièreté et on ne faisait pas plus soupe au lait e excessif. Pourtant, il y en avait qui échappait à son courroux. Sa mère et ses deux filles. Lever la main sur l’une d’entre elles lui paraissait impensable et pour qu’il en arrive à de telles extrémités avec sa fille aînée, c’était qu’elle avait tout bonnement dépassé les bornes. Il ne lui mettait pas des limites pour l’emmerder, il n’était pas si dur avec elle pour rattraper le temps perdu et jouer au père attentif des années trop tard mais parce qu’il souhaitait le meilleur pour elle, parce qu’il voulait être sûr qu’elle s’en sortirait et ce ne serait pas avec un vaurien du barrio qu’elle y parviendrait, ça, il en était sûr et certain. Le provoquer était la pire des tactiques, c’était comme pisser sur son autorité et rire sous son nez, il ne pouvait le tolérer et forcément, la punition avait été à la hauteur de l’offense. Il lui avait fallu des heures pour se calmer et après ça, il ne prit pas la peine d’aller la voir pour discuter, pour quoi faire ? Quand bien même, il n’aurait pas su par quel bout prendre cette conversation. C’était le truc de sa mère, pas le sien. Il était sorti depuis à peine quelques mois et il devait tenter de se comporter comme s’il avait toujours été là, c’était lui demander l’impossible. Pourtant, il n’avait pas l’impression que les choses étaient si compliquées avec Reya. Inquiet à l’idée qu’elle puisse aller plus loin dans la provocation, il lui interdit formellement de rentrer le weekend jusqu’à ce qu’il lève la punition et il fut parfaitement clair sur ce qui arriverait si elle osait enfreindre son interdiction. Il n’était pas homme à balancer des paroles en l’air et il comptait bien serrer la vis à ses filles, suffisamment fort pour que leur passe l’envie d’être aussi médiocres qu’il ne pouvait l’être. Elle appelait régulièrement sa grand-mère et sa sœur, parfois même Elvira mais ne demandait jamais à lui parler. Il aurait sans doute fallu le torturer pour qu’il l’admette mais ça lui faisait de la peine. Il avait sans doute été trop loin dans sa volonté de lui donner une leçon mais ce n’était que parce qu’il l’aimait plus que tout et qu’il espérait tellement pour elle. Il aurait aimé avoir un autre rôle que celui du tyran mais s’il fallait qu’il soit joué par quelqu’un, il se dévouait. Il était prêt à se faire détester par ses deux filles si ça leur permettait de suivre un chemin qui n’avait rien à voir avec la drogue, la prison ou bien des gosses à 15 ans à peine. Et si ça n’avait tenu qu’à lui, elles n’auraient fréquenté aucun homme.


Il prit la route au petit matin, laissant le soin à Elvira d’accompagner la petite en taxi à l’école. Il était formel, il refusait qu’une femme de sa famille ne se serve des transports en commun, il préférait les accompagner en personne, quitte à être en retard ou à perdre du temps. Il s’arrêta en chemin pour lui acheter sa pâtisserie favorite et s’il était parvenu à se souvenir précisément de la marque de l’ordinateur portable qu’elle réclamait depuis des mois, il le lui aurait offert. Il se freina un peu, se disant qu’il devait bien préparer ce qu’il aurait à lui dire. Sa conversation avec Delgado avait été salutaire et lui permit de remettre un peu ses idées en place et de l’ordre dans ses priorités. Il était fin prêt quand il arriva devant le bâtiment dans lequel elle vivait. Il sonna mais un étudiant l’informa que la majorité des cours avaient commencés. Alvaro soupira, sortit son téléphone pour prévenir son patron qu’il ne pourrait être là de la journée mais qu’il viendrait bosser n’importe quel autre jour en compensation, y compris un samedi, même si ça le faisait royalement chier. Il prit le parti d’aller se prendre de quoi manger pour attendre. Et ça dura des heures qu’il dut occuper tant bien que mal, il passa deux trois coups de fil, prévint Elvira et ajouta qu’elle devrait aller récupérer la petite à l’école. Il finit par se poser contre la voiture pour se fumer une cigarette alors que la nuit était tombée depuis un moment. L’idée qu’elle puisse rentrer seule en pleine nuit le rendait malade mais on lui avait assuré que le campus était sûr et il lui avait offert une bombe au poivre, au cas où. Quand il la vit enfin, il se sentit un peu nerveux et sa réaction n’arrangea rien, ce fut pire encore quand il put lire la peur dans son regard. Il se gratta la barbe, cherchant ses mots, se demandant s’il y avait quoi que ce soit à sauver. « Salut princesita ! On peut aller quelque part pour discuter ? » Elle hésita longuement et ce fut un déchirement pour lui mais elle finit par accepter qu’il monte à sa suite. Il ramassa son petit cadeau pour le lui tendre une fois qu’ils furent rentrés, la pâtisserie avait bien survécu au froid qu’il faisait aujourd’hui, tant mieux, ce serait au moins ça qui ne serait pas un fiasco total. Il eut le privilège de se faire servir un café et il la remercia d’un sourire avant qu’elle ne pose les yeux sur lui, se demandant ce qu’il lui voulait. « Ecoute, princesita, je suis venu ici pour te présenter mes excuses. Je suis allé trop loin mais parce que je voulais que tu comprennes la leçon, je ne veux pas que ta vie ressemble à la mienne ! Ca ne veut pas dire que je ne t’aime pas, bien au contraire. Je passe mon temps à m’inquiéter pour toi et ta sœur, vous êtes ce que j’ai fait de mieux dans ma vie et sans vous, je ne serais certainement pas là aujourd’hui. Je ne voulais pas en arriver là mais tu dois comprendre que si c’était à refaire, je referais exactement la même chose ! Il n’y a pas de limite à l’amour que j’ai pour vous et je ne vous demande rien sans raison. Défier mon autorité en me provoquant, c’était stupide, Ella ! » Elle était adulte maintenant, il était temps pour elle de comprendre qu’il n’y avait jamais qu’un seul revers à une médaille. « Si tu veux revenir les weekends, tu es la bienvenue. Je pourrais m’arranger pour venir te chercher et te ramener. »






_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageDim 12 Fév - 13:48

you found me


Capricieuse n'était pas un trait de caractère que l'on pouvait vraiment attribuer à Estrella. Toute sa vie elle s'était plutôt débrouillée pour se faire le moins remarquer possible, ne pas être pénible. Très tôt elle avait compris qu'elle était un fardeau pour la plupart des gens… Ses parents avaient tout juste quinze ans à sa naissance et elle avait du concurrencer avec la drogue pour leur attention. Souvent leur addiction à la poudre avait été plus forte que l'amour pour leur fille. Mais elle avait eu son Abuela et puis sa petite sœur. Son oncle Mateo aussi avait toujours été là, une figure stable et à qui on pouvait faire confiance. Estrella avait toujours été le genre de gamine à idolâtrer son papa, et en grandissant ça n'avait pas tellement changé. Bien sur la prison n'avait rien arrangé du tout, surtout quand Alvaro avait refusé que ses filles lui rendent visite en prison…. Mais aujourd'hui la famille était réunie et pourtant tout n'allait pas pour le mieux. Estrella aurait aimé avoir une relation avec son père comme celle que Reya avait avec lui. Mais il ne la voyait plus comme une petite fille, il avait investi trop d'espoir et d'argent dans son avenir pour qu'elle ne fasse d'erreur. Estrella voulait juste qu'il la voit, qu'il la remarque. Mais elle avait définitivement choisi la mauvaise stratégie, le provoquer avait été une terrible idée, totalement stupide. Au début elle ne pensait pas que les choses iraient si loin, elle pensait juste attiser la colère de son paternel. Mais elle s'était laissé emporter et elle s'était retrouvée à cette fête avec Carlos, elle avait bu, trop. Et pour une fois elle s'était sentie vivante et appréciée. Dans les yeux de ce garçon, que son père voyait comme un rejeton du diable, elle avait vu l'attirance, le désir. Pour une fois on ne la rejetait pas, on ne l'abandonnait pas. Pour une fois elle était le choix numéro un. Comment ne pas céder… ?

Au moins maintenant elle avait compris, et surtout elle ne ferait plus jamais confiance à ses sensations. Ne plus jamais céder, ne plus jamais laisser le corps prendre le dessus sur la raison. Jamais elle n'avait vu son père autant en colère, pour la première fois elle avait eu peur. Cet homme furieux n'était pas son père. L'humiliation avait été cuisante, à peine rentrée elle s'était réfugiée dans sa chambre avant de vite s'enfuir rejoindre sa minuscule chambre à Manhattan. Elle n’arrêtait pas de ressasser cet épisode en vain. L’incertitude la rendait folle, qu'allait-il se passer maintenant ? La jeune fille n'avait aucun doute, son père était totalement capable de la bannir, de lui interdire de revenir, et de ne plus lui payer ses études…

Alors qu'elle surprise de le trouver ce soir là devant sa résidence. Alvaro n'était pourtant pas le genre de personne à faire le premier pas, à revenir sur ses décisions. Estrella restait sur la défensive, elle ne savait pas sur quel pied danser. Il semblait nerveux, sa voix n'était pas aussi assurée qu'en temps normal. Il l'avait appelé « princesita », comme quand elle était enfant...Il voulait aller discuter quelque part. La jeune fille réfléchit juste un instant, elle avait peur, peur qu'il s'emporte encore… Mais il était son père, il avait le droit à une seconde au chance, il avait au moins le droit de parler elle l'écouterait. Elle soupira avant de lui répondre. « On a qu'à monter, il fait froid, viens. » Elle n'attendit pas qu'il lui réponde, elle commença à avancer, il la suivrait. Une porte ouverte et un étage plus loin, ils entraient dans le tout petit appartement de la jeune fille. Son père avait l'air si énorme ici, sa maison n'avait l'air que plus petite. A peine entrés il lui tendit un paquet, elle l'ouvrit maladroitement et découvrit sa pâtisserie préférée. Un léger sourire apparut sur son visage fatigué. « Merci. Je vais faire du café. » La jeune fille s'affaira à préparer la boisson chaude, bien heureuse d'avoir quelque chose à faire de ses deux mains et de se concentrer sur une tâche simple. Tout pour éviter de penser à son père, ici dans la même pièce qu'elle. Elle finit par poser les deux tasses sur la table avant de s'installer en silence. Elle observait Alvaro sans rien dire, attendant qu'il fasse le premier pas. Il ne se fit pas prier, Alvaro Garcia n'était pas le genre d'homme à reculer devant un obstacle. Il était désolé, tiens Estrella fut presque surprise. C'était rare d'entendre ces mots sortirent de la bouche de son père. Il était allé trop loin mais au nom de l'amour qu'il lui portait… Elle avait du mal à avaler ça. Elle savait pertinemment qu'elle avait été bête de le provoquer ainsi mais il n'avait pas réagi de la meilleure manière non plus. «  On ne frappe pas les gens qu'on aime Papa... » Estrella prononça ces quelques mots les yeux fixés sur ses mains, sans regarder son père. Elle n'avait pas l'habitude discuter à cœur ouvert avec lui. De plus ses sentiments restaient encore confus. Elle avait envie de courir se réfugier dans ses bras et en même temps elle avait encore peur et était encore fâchée. « Je sais que j'ai fais une erreur, je suis allé trop loin. Mais la seule chose que j'ai apprise c'est que… que... » Les mots avaient du mal à sortir, c'était une épreuve de lui dire ça. « C'est que je dois avoir peur de toi maintenant... » Estrella ne voulait pas lui faire du mal, mais il devait comprendre, trop souvent elle taisait ses sentiments et dissimulait sa tristesse, pas aujourd'hui. Elle leva les yeux vers lui, elle l'aimait de tout son cœur, il était son père, mais elle était blessée et ne tournerait pas la page si vite. Dire qu'il n'hésiterait pas à faire la même chose n'arrangeait rien. La jeune fille but une gorgée de café avant de reporter son attention sur Alvaro. Il levait l'interdiction de rentrer le week-end. Elle soupira d'un côté elle avait envie de rentrer et de retrouver Reya et son Abuela, mais d'un autre côté elle voulait le torturer un peu… Foutu caractère des Garcia. « Je peux me débrouiller, je n'ai pas besoin que tu t'embêtes à venir jusqu'ici. » Après tout elle avait réussi à se débrouiller cinq ans sans lui… Mais il fallait qu'elle lui annonce qu'elle avait pris un petit travail pour gagner un peu d'argent. « Et puis je ne sais pas si je vais rentrer les week-ends, j'ai trouvé un travail dans un café alors... » Elle ne savait pas encore si elle devra travailler le samedi et le dimanche, elle espérait que non et elle avait stipulé ne pouvoir travailler que la semaine. Mais elle ne voulait pas rendre les armes trop facilement devant son père. Après tout elle avait pris ce travail car elle croyait qu'il allait lui tourner le dos et la laisser se débrouiller seule.
roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageMar 14 Fév - 14:48

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


S'il était irréprochable ? Loin de là même et c'était justement la raison pour laquelle il était si dur avec ses filles. Il était important qu'elles ne tombent pas aussi bas que lui, peu importait les raisons pour lesquelles il le fit, il ferait en sorte d'être là pour qu'elle n'ait jamais à faire ce genre de sacrifices pour qui que ce soit, il le ferait à leur place, quoi qu'il lui en coûte, quitte à se perdre en route. Tant que ses filles, la prunelle de ses yeux, étaient saines et sauves, il se fichait de savoir où et comment il passerait les années à venir. Il n'était pas le modèle dont elles auraient pu rêver, malheureusement et il pensait sincèrement que ça encourageait forcément à jouer avec les limites et à prendre de mauvaises décisions mais il veillait au grain. Il était là, omniprésent pour avoir la certitude qu'elles ne pencheraient pas du mauvais côté de la barrière. Ca le rendait intransigeant et terriblement sévère mais c'était proportionnel à l'amour qu'il nourrissait pour ses petites. Il les aimait de tout son coeur, encore plus maintenant qu'il était en pleine possession de ses moyens et mesurait tout le temps qu'ils avaient perdu. Enfermé dans une relation exclusive avec la drogue, il en oublia l'essentiel. Il arrivait sans doute trop tard et peut-être même que ses leçons de morale étaient également malvenues mais il restait leur père et il ne comptait pas abandonner son rôle parce qu'il n'avait pas été foutu de bien le faire pendant des années et des années. Tout le monde méritait une autre chance et c'était la raison de sa présence ici, ce pour quoi il venait présenter des excuses pour se faire pardonner de sa fille. Parce que l'idée qu'elle puisse se ranger à l'avis général et le détester le rendait malade. Il voulait continuer à être son héro et le seul homme de sa vie. Il voulait qu'elle continue de le regarder avec admiration, parce qu'il n'y avait que pour ses filles qu'il avait l'impression d'être quelqu'un. Pour le reste du monde, il n'était qu'un criminel, un ex junkie ou un ex taulard quand il n'était tout simplement pas un raté parmi les autres. Ses frères et soeurs le voyaient comme le pire raté de la création, refusant d'admettre que leurs études avaient été financées par l'argent sale qu'il brassait. Que grâce à lui, ils eurent des vêtements chauds, ils ne manquèrent de rien pour l'école ou leurs études plus  tard. Et pourtant, ils s'étaient tous tenu loin de ses filles au moment de son incarcération, comme si c'était contagieux, comme si c'était trop demandé de rendre ce qui leur avait été donné. Sans sa mère, les gamines auraient été placées en foyer sans que ça n'émeuve qui que ce soit, sauf peut-être son frère Matéo, les autres auraient accepté de vivre avec ça et les auraient laissées entrer dans le système. Que leur avait-il fait pour mériter pareil traitement ? Les trois quarts du temps, il prenait leurs réactions à la rigolade mais pas quand il était question du bien-être de sa progéniture.



Elles n'avaient plus de mère et ne pouvaient plus compter que sur un nombre restreint de personnes, ça lui brisait le coeur mais il devait être à la hauteur de leurs attentes. Il n'était pas venu pour se flageller cependant, il s'en voulait mais certainement pas pour les raisons qu'elle croyait. Ce recadrage avait été nécessaire, ce n'était pas la première fois qu'elle le provoquait et si elle voulait comprendre quel était l'ordre des choses, il fallait qu'elle apprenne à la dure. « Ca dépend, parfois, il n'y a pas d'autres moyens de se faire entendre. Je n'ai pas été là pour te mettre des fessées quand tu faisais l'idiote, disons que je rattrape le temps perdu. Je me suis seulement laissé emporter par ma colère. Mais je suppose que tu as mieux retenu la leçon, non ? » Toutes ces conneries qu'il entendait sur l'éducation le faisaient doucement marrer. Son propre père s'était tiré quand il n'était qu'un gosse et il se souvenait de sa mère lui collant des coups de savate quand il dépassait les bornes, il n'en était jamais mort. C'était une manière comme une autre de prouver son amour à ses proches, il ne prétendait pas que c'était une bonne façon de faire mais jusqu'à présent, personne n'était mort. Si ? L'éducation c'était la base pour tout, pour s'en sortir dans la vie autant que pour être apprécié et il n'était pas question qu'on puisse lui faire la moindre remarque à ce propos concernant l'un ou l'autre de ses bébés. « Si c'est tout ce que tu as retenu, c'est que tu n'es pas aussi intelligente que je le pensais et que tout le monde le croit. Et je me demande du coup ce que tu fais ici, à longueur de journée. » répliqua-t-il, sans se démonter. Il ne laissa rien paraître de la peine que ça lui causait de savoir que sa fille avait peur de lui. Ce n'était pas la peine de lui signifier, visiblement, les leçons de son père la laissaient de marbre alors ses états d'âme. Il allait de déception en déception avec elle et il avait beau prendre sur elle pour tenter d'arranger les choses, c'était comme si ce n'était pas suffisant. Si elle attendait de lui qu'il se prosterne à ses pieds, elle pouvait attendre longtemps. « Si je te le propose c'est que je n'ai pas envie que tu te débrouilles. Je viendrai te chercher, Reya sera de la partie, elle sera contente et elle pourra voir le campus, Ca pourrait lui donner envie de faire ça, elle aussi. Venir à l'université, étudier et devenir quelqu'un. Quelqu'un de bien, histoire de redorer le blason des Garcia ! » La discussion prenait une tournure inattendue et il soupira, sentant que son côté soupe au lait finirait par prendre le dessus s'il ne se mesurait pas un tantinet. « Un travail ? Pour quoi faire ? Tu as besoin de quelque chose ? Un nouveau téléphone ? Un ordinateur ? » Il payait tout pour elle, pour qu'elle n'ait que ses études en tête et rien d'autre et elle voulait bosser ? Est-ce qu'elle était stupide ou bien était-elle en train de lui faire comprendre qu'elle ne voulait pas de son pognon ? Elle crachait dans sa main tendue et il le vivait mal. « Y a un problème avec l'argent que je te donne ? Ella, tu es ici pour bosser à l'école, pas pour t'esquinter à côté, je fais ce que je peux pour ça et toi tu veux travailler ? C'est quoi ce délire ? »





_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageMar 14 Fév - 17:08

you found me


Sa famille n'avait rien de normale, Estrella savait bien qu'elle faisait parti d'une famille bien particulière. Et pourtant elle n'en changerait pour rien au monde. Oui elle avait perdue sa mère très jeune et en gardait un souvenir pénible. Gloria s'était fait tuer par des ennemis de son père, un jour qu'elles marchaient dans la rue on avait tiré sur la jeune femme. La fillette avait assisté sans pouvoir rien faire. Après ça son père était devenu le centre de sa vie, son héros. Ils étaient tous partis vivre chez Lupe, et ces quelques années avaient été très heureuses. Estrella et sa jeune sœur vivaient chez leur grand-mère, le rêve de n'importe quel enfants. La famille Garcia comptait de nombreux membres et les deux fillettes n'avaient manqués de rien. Estrella comprenait aujourd'hui que leur père avait toujours tout fait pour subvenir à leurs besoin. Mais ce que la jeune fille voulait aujourd'hui c'était son attention. Elle voulait qu'il passe du temps avec elle, qu'ils partagent des choses tout les deux. Elle voulait qu'il s’intéresse réellement à sa vie. Qu'il voit plus loin que la jeune fille prometteuse qui devait réussir à l'université et quitter le bario. Son père lui manquait terriblement et elle avait voulu attirer son attention, manifestement de la mauvaise façon. En vérité elle avait tiré sur la corde la plus sensible, et elle le savait. S'il y avait bien une chose qu'Alvaro ne supportait pas c'était bien de voir ses filles sortir avec des garçons, et d'autant plus avec des garçons du bario. Mais Estrella avait foncé tête baissée, et elle n'avait pas changé de stratégies quand son père l'avait prévenu… Il faut dire qu'au niveau tête dure, elle avait de qui tenir…

Mais jamais elle n'aurait cru voir son père venir la trouver sur le campus pour discuter. Il n'était pas le genre de personne à parler, il préférait agir. Mais elle ne savait pas quoi lui dire, ou du moins pas comment lui dire. Elle ne voulait pas lui faire de la peine, enfin pas trop. Mais il devait comprendre lui aussi qu'il avait été trop loin. Estrelle avait eu peur, pour la première fois elle avait eu peur de son père. Elle essayait de lui faire comprendre qu'il ne devait pas agir ainsi, pas avec elle. En venir aux mains n'était pas la solution. Mais il ne voulait rien entendre. Elle soupira en levant les yeux. « Bien sur que j'ai compris la leçon Papa. J'avais des bleus pour m'en souvenir. » Elle ne pouvait pas oublier cette leçon, et elle avait bien retenue qu'elle ne devait pas le provoquer, plus jamais. Mais son père avait un don pour tout tourner dans son sens, il n'avait jamais tord et ça la rendait folle. Mais aujourd'hui elle devait essayer de garder profil bas mais sans rendre complètement les armes. Il la provoquait et il lui brûlait les lèvres de lui répondre, mais elle ne voulait pas jeter de l'huile sur le feu. Elle se retint alors de lui dire que si elle était si bête il n'avait qu'à investir son argent ailleurs. « J'étudie, ici à longueur de journée. Tu sais pour avoir une meilleure vie, un vrai boulot et tout ça. » Jamais il n'avait remis en cause son intelligence et elle ne devait surtout pas tomber dans son piège. Ils étaient pareil, l'un comme l'autre étaient plus que têtus, et c'était difficile d'avoir une conversation… Elle voyait bien qu'il essayait de faire un pas vers elle en proposant de venir la chercher. Il ne fallait pas totalement le braquer. Il avait besoin de garder le contrôle sur la vie de ses enfants, il voulait rattraper le temps perdu. Il n'avait même pas envie qu'elle trouve un autre moyen de rentrer, il voulait le faire. Il en profiterait pour promener Reya et peut-être lui donner envie de faire des études. Estrella soupira. «  Papa arrête avec ce discours. » La jeune fille s'approcha de son père et posa sa main sur son bras. « Notre blason n'a pas besoin d'être redoré. Tu es quelqu'un de bien Papa. Ta vie n'est pas toute dorée et tu as parfois fais les mauvais choix. Mais tu as toujours été là pour ta famille, malgré tout. Tu es quelqu'un de loyal, sur qui on peut compter. Parfois tu cèdes à la colère mais bon... » Dit-elle en souriant. Son père était son héros, il était un homme bien. Estrella n'en doutait pas une seule seconde. « Ce n'est pas parce que tu as de l'argent, un grand nom et une belle maison que tu es quelqu'un de bien. » C'était même souvent l'inverse. L'argent ne faisait pas le bonheur, loin de là. Mais on en avait besoin et Estrella avait trouvé un travail pour gagner un peu d'argent. Et comme elle s'y attendait son père n'aimait pas ça du tout… Il travaillait dur pour qu'elle puisse suivre des études et avoir une vie meilleure. Il le prenait vraiment mal… Estrella baissa la tête, elle allait lui dire la vérité. « Après notre dispute je ne savais pas si tu voulais encore me voir, ou si tu allais me tourner le dos complètement... » Il risquait de mal le prendre, mais la jeune fille n'avait jamais vu son père si en colère et elle n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire. « J'ai eu peur que tu me laisses tomber, que tu me laisses me débrouiller. Alors je devais trouver un travail pour gagner un peu d'argent pour vivre et pour mes études... » Elle savait que c'était bête, mais elle ne savait pas comment il allait réagir suite à leur dispute. Elle ne voulait pas lui tourner le dos, elle avait eu peur que ça soit lui qui l'abandonne...
roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageJeu 16 Fév - 17:26

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


Il n’était pas stupide et savait qu’il ne pouvait pas tout contrôler quand il était question de ses enfants, même s’il aurait bien aimé. Il ne pouvait pas les empêcher de vivre sous prétexte qu’elles étaient susceptibles de faire comme lui, voire même pire. Il était devenu père à 15 ans, à l’âge où on ne pense qu’à baiser et à faire la fête. Mais il était déjà un homme, il subvenait aux besoins des Garcia depuis deux ans, depuis le départ de son père. Forcément, ça rendait certaines choses presque évidentes et naturelles. Il accueillit la nouvelle avec joie et un brin d’inquiétude. Gloria vivait déjà chez les Garcia à ce moment-là, elle partageait la chambre des filles parce que Lupe refusait que son fils et sa petite amie partagent le même lit sans être mariés. Il avait peut-être arrêté l’école pour mener une vie de criminel mais il y avait des règles à respecter et elle ne comptait pas les abandonner. Il partageait sa chambre avec ses frères et elle dormait dans une autre avec ses sœurs, pour que rien ne dérape mais il n’avait pas attendu l’aval de qui que ce soit pour profiter des charmes de sa douce. Dès que tout le monde était au travail ou à l’école, il s’en donnait à cœur joie. Estrella n’était pas un accident mais le fruit de la passion que vivaient ses parents. Il ne se défila pas, il ne lui donna pas l’impression de prendre la nouvelle avec dédain, il était heureux, conscient que ça ferait une bouche supplémentaire à nourrir et que ça lui coûterait un bras mais il était prêt à assumer, comme il le faisait depuis toujours. Oh, il ne fut pas le père idéal, il manqua sans doute tout un tas d’occasions de briller et de s’illustrer mais malgré ses délires de camés, il se souvenait toujours de chaque anniversaire, de chaque Noël et de chaque remise de diplôme. Il était là autant que possible, qu’il neige, qu’il vente ou bien que l’Apocalypse soit lancée, ça ne l’arrêtait pas. Il se pointait parfois avec la tronche en vrac mais il était là, ayant l’air d’être son grand frère plutôt que son père. Il ne se demanda jamais si elle en souffrait, c’était probablement plus douloureux pour lui, quand on se marrait alors qu’il affirmait être son père. C’était encore pire maintenant, quand ils se baladaient tous les deux et qu’il supportait les regards envieux de ses copines d’université qui le prenaient pour le vieux qu’elle s’envoyait pour tenter de nouvelles expériences. Il avait l’impression de n’avoir aucune crédibilité et d’être un père à chier. Au fond, ça lui faisait surtout de la peine. Ses sacrifices, il ne les reprochait à personne mais il avait fait son possible pour satisfaire tout le monde et offrir sur un plateau d’argent les rêves de tous ses proches. Ce qu’il récolta ? Leur mépris ! Si on omettait Matéo, tous ses autres frères et sœurs ne se gênaient pas pour lui faire sentir qu’il n’était qu’un raté et qu’il le resterait jusqu’à la fin des temps, oubliant qui les avait sortis du barrio. Il en riait mais au fin fond de lui-même, il y avait cette petite blessure qui ne faisait que s’agrandir.



Il était prêt à beaucoup pour ses filles et pour le peu de famille qu’il lui restait mais pas à n’importe quoi et encore moins à baisser son froc. Il jeta un drôle de regard à Estrella avant de lui balancer : « C’est supposé vouloir dire quoi ? Tu veux me faire culpabiliser ? Tu crois que je vais me traîner à tes pieds pour te demander pardon ? T’as frappé à la mauvaise porte, ma fille ! Tes bleus, tu les as tous mérités, tous ! Si quelqu’un doit se sentir coupable, c’est toi ! De travailler avec autant d’ardeur à gâcher toutes les chances que je tente de te donner ! » Parce que c’était l’histoire qui se répétait, lui qui se sacrifiait une fois de plus pour les autres et qui se saignait pour que les autres soient heureux, c’était comme ça qu’il l’était lui aussi mais qui pensait à lui ? QUI ? « Arrête de me parler comme si j’étais un demeuré, tu sais très bien que je ne supporte pas ça ! » Il avait passé sa jeunesse dans la rue, il avait une manière bien particulière d’écrire l’anglais mais il n’était pas stupide pour autant, contrairement à ce que le commun des mortels pouvait se figurer. Qu’on le prenne pour un con, que le commun des mortels le fasse, il s’en battait les couilles un soir d’orage mais que sa propre fille le prenne de haut, ça le rendait malade. Elle venait du même endroit que lui, du même endroit ! Elle devait redescendre et ne pas oublier comment elle s’était retrouvée là. De mauvais choix ? Elle avait grandi dans de l’ouate, elle était loin des réalités, si loin, il pourrait le lui chanter en dansant qu’elle ne comprendrait jamais comment il en était arrivé là. « Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour ma famille, pour que tout le monde puisse s’en sortir et avoir un bel avenir. Je ne regrette aucun de mes choix, les regrets, c’est pour ceux qui ont du temps et de l’énergie à perdre ! Je ne cède pas à la colère, je suis en colère que tu puisses gâcher tant de talent bêtement ! Je suis ton père, que ça te plaise ou non et je continuerais à faire tout ce qu’il faut pour que tu ne te gâches pas ! Tu n’as pas idée de ce que tu pourrais faire ! » Qu’est-ce que l’argent, au fond ? Il était prêt à vivre jusque mille ans et à bosser toutes ces années comme un forcené pour payer la réussite de ses filles. « Pour qui tu me prends, sérieusement ? Ella, même si je suis en colère contre toi, ça ne veut pas dire que je vais te renier. Si demain, tu devais faire un truc qui me foutrait en rage, je continuerais à t’aider comme je le fais même si je décidais de ne plus t’adresser la parole, parce que c’est mon rôle, c’est comme ça ! Alors tu vas me faire le plaisir d’appeler ton employeur et de lui dire qu’il y a un changement de programme ! » Elle lui jeta un drôle de regard alors qu’il croisait les bras, ce qui signifiait maintenant, sous son nez, qu’il soit sûr qu’elle ne se foutait pas de sa gueule. « Bah t’attends quoi ? Vas-y ! » l’encouragea-t-il en prenant sa tasse de café pour quelques gorgées. Quand on évoluait dans le cercle de Garcia, il fallait accepter de le faire à sa mode.





_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageSam 18 Fév - 10:33

you found me


La communication n'avait jamais été le point fort de la famille Garcia. Depuis toujours Estrella s'était contenté d'observer les gens qui l'entourait et de tenter de les déchiffrer. Enfant elle n'avait pas eu un environnement parfait pour une fillette. Ses parents étaient très jeunes, souvent drogués. Toute sa vie elle avait vécue avec des gens impulsifs. Son père en était le parfait exemple, elle n'avait aucun doute concernant son amour pour elle. Il avait simplement une étrange façon de le montrer. Il ne le disait pas, parlait peu. Durant sa peine de prison il avait même refusé que ses filles viennent lui rendre visite. Et aujourd'hui Estrella se sentait totalement incomprise. Ils avaient beaux essayés de se parler, l'un interprétait mal les paroles de l'autre et la conversation ne cessait de dévier vers des sujets un peu plus polémiques… Son père était le plus fort à ce petit jeu là, il arrivait toujours à détourner ce qu'elle disait pour que ça sonne comme des critiques. La jeune fille essayait de garder son calme, mais il était tellement pénible quand il faisait ça… « Écoute toi un peu Papa. Je ne veux pas te faire culpabiliser, j’énonce des faits. Je sais que j'ai fait une erreur, je le reconnais. Mais admets que tu es allé trop loin, ou du moins promets moi que tu ne recommencera jamais ! » La jeune fille ne voulait plus jamais avoir à vivre ça, avoir peur de son père et être en froid avec sa famille, elle ne le supportait tout simplement pas. Elle était bien trop proche des membres de sa famille pour ça. Son père ne supportait pas le sarcasme elle le savait, mais il commençait sérieusement à la pousser dans ses retranchements. Elle baissa la tête un instant. « Excuse moi. » Elle ne voulait pas que ça sonne comme ça, son père était loin d'être stupide ! Il avait été à l'école de la vie et ça lui avait appris bien plus que n'importe quel cursus universitaire. Oui sa vie n'avait pas été toute rose, mais ça ne faisait pas de lui une mauvaise personne. Estrella était intimement convaincue que son père était un homme bien. Mais il ne voulait pas l'entendre, encore une fois il arrivait à détourner tout ce qu'elle lui disait. La jeune fille soupira, il ne comprenait pas. « Je sais bien que tu as fais tout ça pour ta famille, pour nous. » Estrella se leva pour s'approcher de son père, elle posa sa main sur son épaule. « Je ne te reproche rien, bien au contraire. Je n'aurais jamais voulu d'un autre père que toi, je t'aime. Mais tu dois me laisser faire mes erreurs, il n'y a qu'en me trompant que j'apprendrais. Si tu m'empêches d'expérimenter la vie, autant que je reste enfermée... » Elle devait se confronter au monde extérieur, faire ses propres armes. Mais elle savait que son père ne serait pas très sensible à ce genre d'arguments… Après tout il ne suivait que ses propres règles et parfois la jeune fille aurait vraiment aimé avoir un mode d'emploi. Elle ne savait jamais à quoi s'attendre avec lui et une fois de plus elle s'était trompé. Après leur dispute elle ne savait pas à quoi s'attendre, jusqu'où serait-il capable d'aller ? Après tout se tuer à la tâche pour permettre à sa fille aînée d'aller à l’université n'était pas évident, et il aurait peut-être aimé se débarrasser de ce fardeau. Mais non il était prêt à payer ses études même s'il décidait de ne plus lui adresser la parole. Il lui demanda alors d'appeler son employeur pour démissionner. La jeune fille leva les yeux au ciel en soupirant. « Comment je pouvais savoir ce que tu comptais faire ?! Tu ne m'adressais plus la parole, je n'ai pas le droit de rentrer à la maison. Je devais trouver un plan B, au cas où... » Son père croisa les bras out en la fixant, il attendait qu'elle le fasse là maintenant devant lui...Il ne reculait devant rien, et malheureusement Estrella savait pertinemment qu'elle n'avait pas d'autres échappatoires. Il ne laisserait pas tomber tant qu'il n'aurait pas ce qu'il veut ! « Dio mios...T'es pas croyable... » Estrella attrapa son téléphone en soupirant, elle sentait le regard de son père sur elle. Elle alla sa réfugier dans la salle de bain et appela son tout nouveau patron pour lui annoncer que finalement elle ne pourrait pas venir travailler, du tout. Une fois le coup de fil terminé elle prit une grande inspiration et quelques secondes avant de retourner voir son père. Alors qu'elle ouvrit la porte pour rejoindre son petit studio elle vit son père faire le tour de son chez elle… « Qu'est-ce que tu fais ? Tu cherches quelque chose ?! » Il avait l'air en pleine inspection du studio de sa fille, mais bon pas vraiment surprenant venant de lui… « J'ai téléphoné, je n'ai plus de travail. Tu es content ? » Elle ne voulait pas être insolente mais seulement lui faire remarquer qu'elle avait cédé à ses caprices, une fois de plus… Elle ne voulait pas se disputer avec lui.
roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageDim 19 Fév - 23:19

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


Il avait du mal à imprimer qu’elle n’était plus la petite fille d’autrefois, qu’elle était adulte ou presque et qu’elle avait son mot à dire sur ce qu’il faisait et lui imposait. Pour lui, elle demeurerait à jamais son bébé, sa petite fille et il lui semblait normal de lui apprendre à la dur à respecter ses règles. Il ne le faisait pas pour l’humilier et la transformer en petite chose faible et peureuse mais parce qu’il voulait la rendre plus forte et surtout lui permettre de revoir l’ordre de ses priorités. Alors non, il ne comptait pas discuter avec elle de ses méthodes d’éducation. Il était clair qu’il l’aimait à en crever et qu’il ferait tout son possible pour la maintenir loin de ce qui pouvait précipiter sa chute. Elle était trop jeune pour voir le danger là où il se trouvait, elle croyait maîtriser tous les paramètres de son existence, de près ou de loin mais tout ça c’était de la poudre aux yeux et elle se retrouverait enceinte avant d’avoir pu dire ouf. Ouais, on se retrouvait tellement facilement avec un môme sur les bras, il était le meilleur exemple de ça. Mais chez les catholiques, on ne parlait pas de rapports sexuels hors mariage, on ne parlait pas de sexe du tout et encore moins de prévention, de capotes et du reste. Il avait tenté d’informer ses filles avant de se rendre compte qu’il ne pouvait pas les imaginer dans une position pareille avec un homme, il avait fini par débaucher sa mère pour qu’elle se charge en personne de la leçon, c’était probablement un peu tard pour Ella qu’il espérait toujours immaculée comme au jour de sa naissance mais peut-être pas pour Reya. Le plus dur pour lui, c’était d’accepter que ses bébés grandissaient. « Quand tu auras des enfants, on rediscutera de ça, après que tu aies trouvé ta fille à moitié nue dans une tente pendant une fête de quartier, prête à se faire tringler par un tocard à côté de témoins. Tu veux bien ? » Il ne promettrait rien, parce que si cette situation devait se reproduire, il referait précisément la même chose, à la note près, ouais, il jouerait la putain de même partition. Se rendait-elle compte que la pire humiliation n’était pas celle que son père lui fit subir mais bien celle qu’elle avait décidé de s’infliger ? Une fille ave une réputation pareille dans le barrio ne survivait que sous la protection d’un type et personne ne voulait de cette vie, sa mère en était morte. Il ravala son fiel, penser à Gloria et l’utiliser comme prétexte lui étaient toujours insupportables.



Elle s’approcha, un peu adoucie et il l’imita, se détendant un peu, il n’était pas venu pour se disputer et aggraver la situation, bien au contraire. Il lui offrit un sourire quand elle prétendit ne pas vouloir un autre père que lui. Elle mentait mais elle le faisait bien, c’était déjà ça de pris. « Si ça ne tenait qu’à moi, tu ne sortirais pas. Ta sœur et toi êtes mes trésors, les autres ne font que vous abîmer… Mais ne compte pas sur moi pour te laisser faire des expériences qui pourraient pourrir le restant de tes jours. Si tu tombais enceinte ? Tu imagines ? Tes études ? Ta carrière ? Non, ça je ne peux pas, surtout pas si ça te cloue au barrio ! » Peut-être que Gloria aurait fini par devenir quelqu’un d’important et de bien si elle n’avait pas croisé la route d’Alvaro. C’était même plus que certain. Il eut une pensée mélancolique pour sa défunte femme et une ombre de tristesse passa dans ses yeux et il prit la main de sa fille pour l’attirer à lui et la serrer dans ses bras, contre son cœur, caressant sa tête. Elle était le cadeau de Gloria au monde et à Alvaro, un privilège qu’il n’avait pas le droit de gâcher bêtement. Gloria lui fit cadeau de diamants bruts qu’il tentait de tailler le plus habilement du monde. « Je t’aime aussi, niña ! » Il déposa un baiser sur sa tempe avant qu’elle ne lui parle de cette histoire de travail et qu’il n’exige qu’elle démissionne. Il n’était pas question qu’elle perde du temps et de l’énergie alors qu’il bossait assez pour l’aider. Oh bien sûr, il vivait en comptant tout mais c’était son rôle de père, il avait 5 putain d’années à rattraper. Le temps qu’elle passe le coup de fil, il se leva, observant les cadres où se côtoyaient photos de famille et d’amis. Il effleura ses livres du bout des doigts et en feuilleta un avant de le reposer. Curieux de découvrir un peu plus l’univers de sa fille. « Non, je regarde simplement ! » dit-il avec un sourire en se tournant vers elle. « Très ! Et je me disais qu’on pourrait aller manger quelque part, tous les deux. A moins que sortir avec ton vieux père soit la honte ! Y a une exposition d’un pote à moi qui est devenu un peintre renommé, il m’a envoyé un message tout à l’heure et je me disais que ça pourrait te plaire. Mais je ne voudrais pas pourrir tes plans pour la soirée ! T’as peut-être un rendez-vous avec un étudiant, un futur médecin ou avocat ! Ca me plairait bien ça ! Que tu te maries avec un type sérieux comme ça, je serai certain que tu seras toujours à l’abri ! »






_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageLun 20 Fév - 16:24

you found me


La communication n'avait jamais été leur fort. Il faut dire que Estrella était la copie conforme de son père niveau caractère, ils étaient l'un et l'autre très têtu, alors essayer de parler était devenu quelque chose de très compliqué. Estrella ne savait pas toujours comment faire, son père jouait dans un tout autre niveau qu'elle. Elle avait compris dernièrement qu'avec lui il fallait dire les choses sans déguisement, sans mascarades. La vérité dure et pure, brute. Mais la jeune fille avait aussi sa fierté, et elle n'était pas toujours prête à céder à son père. Elle avait besoin qu'il fasse un pas vers elle aussi de temps en temps. Ils ne s'étaient jamais disputés autant, c'était le première fois que la colère d'Alvaro prenait le dessus. C'était la première fois qu'Estrella avait eu peur de son père, vraiment peur. Mais elle commençait à comprendre comment tout fonctionnait dans sa tête. Il avait peur lui aussi, il ne voulait pas qu'on blesse sa famille et encore moins ses filles. « Je n'étais pas à moitié nue... » La jeune fille baissa les yeux un instant, il exagérait un tout petit peu. Au fond il avait fait ça parce qu'il avait eu peur et il voulait l'empêcher de faire des bêtises. Mais Estrella se sentait bridée, comme privée de sa liberté et de son libre arbitre. Plus son père l'enfermait, plus elle essaierait de s'enfuir.

Mais elle voulait passer au dessus de tout ça et aller de l'avant. Pour une fois elle prit le parti de dire les choses clairement à son père, même si elle voyait bien qu'il ne la croyait pas. Il pensait toujours le pire de lui-même, alors que la jeune fille pensait que son père était un héros. Pour lui il n'était pas aussi sombre que ça. Il voulait les protéger simplement. Il attira sa fille contre lui. La jeune fille soupira d'aise, rassurée à ce simple contact. Son père ne voulait pas qu'elle gâche sa vie en tombant enceinte...  « Papa, est-ce que j'ai gâché ta vie…? » Après tout il était devenu père à quinze ans, et il voulait éviter ça à sa fille. Peut-être qu'il regrettait d'avoir eu un enfant si tôt, peut-être avait-elle gâché ses chances… « Je t'aime vraiment tu sais, même quand tu es pénible... » lui dit-elle en riant et en quittant son étreinte. Elle devait prévenir son nouveau patron qu'elle démissionnait, son père refusait qu'elle travaille… le temps qu'elle passe le coup de fil, quand elle regagna son studio, son père était là à regarder ses affaires. Peut-être cherchait il quelque chose… ? Des indices de ses bêtises. Il regardait simplement, d'accord. Alors quelque chose d'inattendu se passa, il proposa à sa fille de se rendre à une exposition, tous les deux. Un vrai sourire illumina le visage de la jeune fille. Elle savait que son père était un vrai artiste, et elle avait un réel amour pour la peinture. Elle ne l'avait jamais dit à sa famille. Étant jeune ils n'avaient pas beaucoup de moyen pour lui payer des cours ou du matériel. Aujourd'hui elle dessinait et peignait un peu, gardant tous ses dessins chez elle. Cachés dans une grande pochette bien trop près de là où se trouvait son père. Elle ne savait pas comment il le prendrait. Mais elle était trop heureuse de faire quelque chose avec lui. Normalement il faisait ce genre de sorties uniquement avec Reya. Estrella enviait sa jeune sœur, elle aurait voulu que son père passe autant de temps et s’intéresse autant à elle. « C'est vrai ? Tu veux vraiment faire ça avec moi ?! » Elle était réellement surprise. Il ajouta alors qu'elle n'était pas obligée d'accepter, elle avait peut-être honte d'être vue avec lui. La jeune fille leva les yeux au ciel, n'importe quoi. Elle n'avait jamais eu honte de son père ou de sa famille. Elle était fière de ses racines. «  Je n'ai pas honte de toi, arrête. » Estrella commençait à s'habiller et enfiler ses chaussures quand son père lui dit qu'elle avait peut-être rendez-vous avec un étudiant médecin ou avocat… «  Tu veux que je me marie maintenant ?! » Elle n'aurait jamais pensé entendre son père lui parler de ça… Mais comme d'habitude tout était une question d'argent et de réussite. « Tu sais Papa ce n'est pas parce que tu es avocat ou médecin que tu es quelqu'un de bien. L'argent ne fait pas le bonheur. » C'était cliché comme phrase, mais Estrella préférait fréquenter quelqu'un qui travaillait dur de ses mains mais qui l'aimait follement, que vivre avec un homme plus que riche qui ne lui accorderait que peu d'importance. « Je me marierais avec quelqu'un que j'aime avant tout. » enfin elle espérait que son père viendrait à aimer la personne qu'elle choisirait.

Elle enfila son écharpe et attrapa son père par le bras pour sortir avec lui. Elle n'avait vraiment pas l'habitude de passer du temps avec lui, pas comme ça. «  Tu es sur que tu n'as rien de plus important à faire ? » Elle était trop heureuse de sortir et de partager ça avec son père. « C'est rare que tu passes du temps avec moi, d'habitude tu fais des choses avec Reya... » et pas avec elle. Mais aujourd'hui elle voulait se concentrer sur le côté positif, il voulait passer du temps avec sa fille, sans se battre.
roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageJeu 23 Fév - 22:32

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


« Et alors, tu veux une putain de médaille ? » répliqua-t-il de but en blanc, sentant qu’elle n’avait visiblement rien compris de la leçon qu’il avait tenté de lui donner et il se demandait si quelque chose entrerait un jour sa putain de tête de pioche. Vu l’endroit d’où elle venait et le fait que la vie ainsi que ses parents ne l’avaient pas épargnée, elle aurait dû savoir qu’il y avait des gens et des choses à éviter. Il aurait aimé qu’elle imprime ça et ne pas être obligé de lui faire un putain de rappel alors qu’elle était une adulte et qu’elle n’aurait dû penser qu’à son avenir et à sa sortie du barrio pour devenir quelqu’un et enfin tirer cette famille vers le haut. Elle avait tellement d’opportunités qu’elle finirait par gâcher si elle refusait d’entendre ce que ceux qui l’aimaient lui hurlaient et tentaient de lui faire entrer dans le crâne. « Gâché ma vie ? » répéta-t-il en fronçant les sourcils, n’étant pas bien sûr de comprendre la question. Personne n’était prêt et fait pour être père aussi jeune mais elle n’avait pas gâché sa vie. Il avait sacrifié son avenir au profit de celui de sa famille, il avait décidé qu’il avait moins d’importance que les siens et c’était un sacrifice qu’il était prêt à refaire si la nécessité l’imposait. Un sourire vint éclairer son visage alors qu’il posait un regard empreint de douceur sur sa fille aînée. « Si tu n’existais pas, ma vie n’aurait pas eu le moindre sens. Sans ta sœur et toi, j’aurais fini par me laisser crever à la mort de votre mère, j’aurais abandonné la partie et je n’aurais même pas cherché à changer de vie. Pour quoi faire ? Vous êtes celles qui me rendent meilleur et sans vous, j’aurais pas eu autant de bonnes choses dans ma vie ! J’étais déjà un homme à quinze ans, j’assumais tes oncles et tantes depuis deux ans déjà, j’aidais abuela de mon mieux. J’ai fait ce que j’ai pu avec toi, maladroitement, sûrement, mais avec le cœur. » Il aurait pu être un bien meilleur père mais il n’avait pas vraiment la possibilité de faire plus, tellement de personnes comptaient sur lui à l’époque. Il avait fait au mieux pour tout le monde et il ne le regrettait pas, même s’il était le grand oublié et négligé chez les Garcia. Tant pis !


Il ne proposait que rarement des choses à son aînée parce qu’elle avait l’air d’avoir déjà du mal à supporter sa présence parfois alors se le farcir toute une soirée, cela devait ressembler à l’antichambre de l’enfer. « Bah ouais, sauf si tu as autre chose de prévu avec quelqu’un d’autre, je ne veux pas te forcer la main ! » Il haussa les épaules, signe que ça lui serait égale mais ce ne serait pas le cas. Ca lui ferait de la peine, il aimait bien passer du temps avec ses filles et apprendre à mieux les connaître. Découvrir leurs passions et leurs goûts et rire avec elles et il ne l’avait pas suffisamment fait avec la plus vieille de ses filles, sans doute parce qu’il la voyait beaucoup moins que la cadette. « L’argent fait tourner le monde. Pourquoi tu crois que je me suis retrouvé en prison, niña ? Pourquoi tu crois que je porte tous ces tatouages ? Parce qu’il fallait nourrir mes 5 frères et sœurs, maman, abuela et puis toi après. Avec trois boulots je n’aurais jamais pu les aider et encore moins leur payer des études. Je ne veux pas que mes petits-enfants souffrent et je veux que mes filles ne manquent plus jamais de rien. Un avocat ou un médecin saura prendre soin de toi correctement ! Tu te marieras quand tu auras l’impression que c’est le moment mais ne te gâche pas avec des types qui n’en valent pas la peine. Une femme a tellement de choses précieuses qui ne méritent d’être données qu’une seule et unique fois… » Comme la virginité mais il n’était pas question de rentrer dans ce débat avec la petite, l’imaginer sexuée lui était insupportable. « Oui, c’est ce qu’il faut… » Et de préférence qu’il soit le plus différent possible de son père. Il ne lui souhaitait pas d’endurer ce qu’il avait fait subir à sa mère. Non, il ne souhaitait ça à personne. Elvira n’avait pas la moindre idée d’où elle foutait les pieds. « Si t’essaies de me faire comprendre que t’as vraiment pas envie qu’on y aille ensemble, je peux t’y déposer et rentrer ! Tu vas finir par me vexer, Ella ! » la prévint-il avant de lui ouvrir la portière de la voiture et d’y monter derrière le volant. « Oui, parce qu’elle est plus jeune et à la maison. Je ne sais pas vraiment ce que tu aimes, parce que tu ne m’en parles jamais, forcément, c’est pas évident pour moi de te proposer de faire des trucs. » Il sortit son téléphone et appela un de ses potes qui bossait dans un resto afghan sympa pour savoir s’il y avait une petite place pour deux. Il lui confirma et il démarra la voiture. Une fois au restaurant, il aida sa fille à s’asseoir et s’installa en face d’elle. « Alors, tu aimes faire quoi ? Tes passions, c’est quoi ? Qu’on prévoit une prochaine sortie ! »





_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Estrella Garcia
LILAS

❖ MESSAGES : 307
❖ AVATAR : Victoria Justice



" La famille ce n'est pas uniquement par le sang. Ce sont les personnes de ta vie qui te veulent dans la leur. Ceux qui feront tout pour te faire sourire, qui t'acceptent et qui t'aimeront toujours tel que tu es."


" The only way to get rid of temptation is to yield to it "




MessageLun 27 Fév - 18:04

you found me


Pendant des années Estrella n'avait jamais fait attention que sa famille était différente des autres. Oui elle passait beaucoup de temps chez son abuela, oui ses parents avaient l'air jeunes. Mais ce n'est qu'en entrant à l'école, qu'elle compris que sa famille n'était pas comme celles de ses camarades. Et en grandissant elle commença à se poser des questions. Être parents à quinze ans n'avait peut-être pas été un choix de la part de Alvaro et de sa mère. La famille s'était agrandie d'un membre, un bébé à nourrir et dont il fallait s'occuper. Et plus tard Reya était venu rejoindre la tribu. Estrella n'en n'avait jamais vraiment parlé avec son père, comme de beaucoup d'autres choses à vrai dire. Mais en grandissant elle ne pouvait s'empêcher de penser, que d'une certaine manière elle avait gâchée la vie de ses parents. Ils avaient peut-être d'autres rêves, d'autres aspirations que de nager dans les biberons et les couches. Elle n'avait jamais entendu personne se plaindre, mais elle ne pouvait s'empêcher de garder cette pensée au fond de son esprit. « Je sais que tu as fait tout ce que tu pouvais et toujours avec amour. Mais ta vie aurait sans doute été différente sans moi. Tu aurais pu vivre ailleurs, avoir une vie meilleure... » Sans enfant à charge, évoluer aurait sans doute été plus simple.

Estrella n'en revenait toujours pas que son père lui propose de faire quelque chose, rien que tous les deux. Même si elle avait eu quelque chose de prévu, elle aurait décommandé. Du temps, en tête à tête, avec son père était un cadeau. Elle eut un petit sourire, comme s'il n'allait pas lui forcer la main. Alvaro était le genre de personne qui voulait que tout son entourage fasse comme il l'entendait. «  Comme si j'avais mieux à faire. » Et non elle n'avait pas rendez-vous avec un futur médecin ou avocat… La jeune fille était surprise que son père lui parle de ça aussi ouvertement et sans reproche. Il aimerait que sa fille se marie bien pour être à l'abri. Tout était toujours question d'argent. Elle savait que la vie de son père n'avait pas été simple et que tout ce qu'il avait fait, il l'avait fait pour subvenir aux besoin de toute sa famille. Il n'avait ménagé ni les efforts ni les sacrifices. « Oui l'argent fait tourner le monde, mais regarde on ne roule pas sur l'or mais tu ne peux pas dire que notre famille n'est pas heureuse. On s'aime énormément les uns les autres, et on ne manque de rien. » Les mots qui sortirent de la bouche de son père, eurent un effet refroidissant sur la jeune fille… Est-ce qu'il était réellement en train d'essayer de lui parler de sexe ?! Le moment le plus gênant de toute son existence… Ses joues prirent aussitôt une teinte rouge. « Papa ! Je ne veux pas parler de ça avec toi, jamais ! » Elle était encore incrédule face à cette proposition de sortie et son père prit ça pour de la retenue, mais loin de là. « J'ai vraiment envie qu'on y aille ensemble ! J'ai juste du mal à croire que tu me consacres du temps à moi toute seule... » Après tout d’habitude il partageait des choses avec Reya, non avec Estrella. Elle pouvait le comprendre, après tout les affinités ne se contrôle pas. Il avait le droit de préférer passer du temps avec sa cadette, ils avaient sans doute plus de choses en commun et moins de difficultés à communiquer. « Oui mais tu ne me parles pas et tu ne sembles pas t’intéresser à moi, donc je ne dis rien... » C'était un véritable cercle vicieux. Le père et la fille était simplement incapable de communiquer, deux têtes de mules qui prenaient pour acquis leur impressions sans chercher à vérifier. Estrella pensait que son père s'en fichait donc elle se taisait. Et Alvaro prenait le silence de sa fille pour une porte fermée et ne cherchait pas plus loin… Sale caractère des Garcia…

Alors que son père conduisait, il sortit son téléphone pour réserver dans un restaurant. Estrella ne dit rien, elle se contenta de profiter de cet instant entre père et fille. Assez rapidement ils arrivèrent devant un restaurant afghan qui avait l'air fort sympathique. Les deux Garcia entrèrent et prirent place à la table qu'on leur avait réservé. Son père lui teint sa chaise pour qu'elle s'installe. Quelle galanterie quand il voulait. Elle le regarda s'installer à son tour et l'observer. Il lui demanda alors qu'elles étaient ses passions, ce qu'elle aimait faire. Pour qu'il puisse organiser une prochaine sortie. « Mes passions, euh… j'aime peindre et dessiner. » Elle n'en n'avait jamais parlé à sa famille, elle avait toujours aimé ça mais avait toujours préféré garder le silence. Sa famille n'avait pas les moyens de lui payer des cours ou du matériel. Mais aujourd'hui elle pouvait en parler, son père était l'artiste de la famille après tout. « Puis j'aime aussi faire du sport, je cours et je prends des cours de boxe depuis quelques temps. » Depuis qu'elle était à l'université en fait, elle prenait des cours d'auto-défenses et de boxe. Étant une fille elle voulait pouvoir être capable de se défendre un peu juste au cas où. Elle n'aimait pas se sentir sans défenses et sans ressources. Elle avait appris il y a longtemps à compter sur elle même. «  Et toi, ça va à la maison ? Reya et Abuela vont bien ? Et Elvira ? » Sa famille lui manquait elle voulait avoir de leurs nouvelles à toutes.

roller coaster

_________________
.
I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageSam 4 Mar - 15:57

 



I'll always find you

ft la princesita de su papa


Il n'avait jamais pensé sa vie différemment. Il ne s'était jamais dit qu'il n'aurait pas dû tomber dans les histoires de gangs et de drogue, de meurtre et de trafics, parce que ça lui avait permis d'apporter beaucoup de bonheur autour de lui. Il ne demandait rien en échange, ni reconnaissance, ni merci, il aurait simplement apprécié un peu de respect mais pour la majorité de ses frères et soeurs, ça semblait être trop demandé. Il ne pensa jamais à sa vie sans ses filles, probablement parce qu'elles n'avaient jamais eu les atours d'un problème à ses yeux. Bien au contraire ! Il n'était pas toujours fier de ce qu'il avait fait et de la manière dont il avait géré la situation mais il aimait être père, autant qu'il aimait ses filles. Il n'aurait rien changé à son existence, il aurait seulement fait en sorte que Gloria ne meure pas, il aurait un peu mieux veillé sur elle et peut-être  qu'ils auraient pu arrêter la came avant et former une famille un peu plus normale. Mais c'était le passé et il n'était pas du genre à avoir des regrets, il préférait regarder vers l'avenir et se fixer des objectifs pour ne surtout pas sombrer dans ses sales travers qui s'apparentaient à de la facilité. C'était tout ce qu'il connaissait mais surtout le meilleur moyen de tout donner à sa famille, pourtant, ça pouvait le renvoyer tout droit d'où il venait. « On ne sait jamais, les filles de ton âge préfèrent tout faire plutôt que de passer du temps en famille, je suppose que c'est normal ! » Sauf qu'il n'avait pas vraiment l'air d'être son père, non, plutôt un grand frère ou un petit ami plus vieux, ça dépendait des interprétations et des gens. Il les recadrait immédiatement, avant que ça ne dégénère et qu'il y ait un mot malheureux.  Lui était toujours heureux de passer du temps avec elle mais il s'était promis de ne pas l'obliger à se coltiner des moments en famille, pour la simple et bonne raison que ça ne lui ferait pas plaisir qu'elle soit là parce qu'elle y avait été contrainte, il préférait savoir qu'elle était là de son plein gré. « On ne manque de rien parce que ta grand-mère et moi, on se saigne comme des esclaves pour ça, pas parce que l'amour permet de bien vivre, ça se saurait ! » la reprit-il alors qu'elle nageait en plein délire. Au fond, il aurait peut-être dû la laisser garder son petit job pour qu'elle se rende compte de la valeurs des choses, que la vie n'était pas si simple qu'elle semblait se le figurer. « Je ne te demande pas d'entrer dans le détail, je te dis seulement que ta virginité est précieuse, j'espère simplement que tu l'as compris, même si j'étais pas là pour ne parler avec toi. Je pense que abuela l'a fait, enfin j'espère ! » Ouais et puis de toute façon, il n'allait pas s'engager sur cette pente glissante, plutôt crever. « Allez, arrête de faire ta miséreuse deux minutes, ça t'empêchera de dire des conneries et de me foutre en rogne par la même occasion ! » Refroidi par l'attitude de sa fille, il eut un peu de mal à se mettre dans le bain de la soirée, il l'écouta surtout, relançant en lui posant des questions sur son quotidien et  sur le reste mais il la trouvait gonflée. Il payait ses études, il donnait tout pour elle, pour qu'elle soit heureuse et Dieu savait qu'il essayait de tout son coeur de parler avec elle, de se faire une place dans son quotidien mais si elle usait moins d'énergie à jalouser sa soeur, peut-être qu'elle en aurait eu davantage pour s'ouvrir à son père. L'exposition était un réelle succès, il retrouva son ami rencontré en prison à qui il présenta sa fille et qui leur fit une visite guidée de l'exposition. Puis il redéposa la gamine chez elle, lui fila 50 billets au cas où et rentra, un peu mitigé sur cette soirée. Il lui promit de venir la récupérer le vendredi soir, il ne s'attendait pas à ce que les choses tournent de cette manière mais au fond, c'était presque prévisible. Les Garcia ne savaient pas rester loin des emmerdes !





_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
You found me - pv Alvaro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 06. you found me lying on the floor
» Internet au service de la politique:Président Alvaro Colom accusé de meurtre
» « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.
» Troc à sens unique [Alvaro]
» Vanora J. Alvaro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: BACK TO SCHOOL :: COLUMBIA UNIVERSITY-
Sauter vers: