Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Elvira ~ The guilt, the pain, the hurt, the shame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Elvira Delgado
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : Eiza Gonzalez



“Une rencontre, c'est quelque chose de décisif, une porte, une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant et un après.” E.E.S

MessageJeu 2 Fév - 22:53


ELVIRA DELGADO
( 26 ANS ● MEXICAINE ● ANCIENNE PROSTITUEE, FEMME DE CHAMBRE DANS UN HOTEL ● SOUTH BRONX ● REGULAR CITIZENS )


Jeune femme d’apparence rude et revancharde, elle n’est en réalité qu’une âme brisée d’avoir trop aimé et d’avoir fait confiance. Ses parents, profondément catholiques, durent lui répéter trop souvent que les épreuves de la vie sont comparables à la traversée du désert de Jésus-Christ, qu’il suffit d’y croire pour s’en sortir. La réalité est tout autre cependant. Durant un temps, elle était incapable de distinguer le bien du mal. Elle ne connaissait pas la méfiance et aimait démesurément. C’est cette nature excessive et sa foi en l’humanité et en la rédemption qui la poussèrent à faire les plus mauvais choix. Est-ce qu’elle les regrette ? Souvent ! Elle n’aime pas ce qu’elle est devenue. Il lui serait tellement facile d’abandonner, de lâcher prise et d’oublier de se respecter. Or, elle distingue ce qu’elle est de ce qu’elle fait. Elle préserve au mieux sa dignité avec une véhémence certaine, une hargne peu commune et une rude impudence. Elle n’a pas peur d’être violentée d’une quelconque manière. Elle est habituée. A contrario, elle refuse qu’on la détruise plus qu’elle ne l’est. Elle ne veut pas entrer dans cette spirale infernale qui la transformerait en déchet. Les drogues, qu’elle ingère de temps à autre, c’est leur but. Ne pas flancher ne pas déposer les armes, car elle n’a de cesse de chercher des solutions pour toucher du doigt le destin qu’elle envisageait pour elle lorsqu’elle a posé le pied à New York
* Elle regarde toujours les dessins animés le dimanche matin et plus ils sont niais, plus elle aime.*Elle prie, elle aide son prochain, elle utilise de son temps pour accomplir de bonnes actions auprès des vieilles personnes, en distribuant les repas à l’Église ou en collectant des vêtements pour les plus démunis. Elle espère que Dieu posera à nouveau les yeux sur elle, qu’il constatera qu’elle ne méritait pas ça et qu’il la sauvera. *Elle regarde le patinage artistique pendant les JO. * Elle croit encore qu’elle va rencontrer le prince charmant et qu’il en aura une tellement grosse qu’il la sauvera de sa propre vie et surtout d’elle-même. Si elle cesse d'y croire, ce sera le début de la fin. Or, elle ne peut pas vivre sans espoir. Elle ne le peut pas, car c'est ce qui la maintient en vie



derrière l'écran
PSEUDO ● SALEM AGE ● FILLE OU MEC ● FILLE PRESENCE ENCORE ET TOUJOURS SOUVENT DE QUEL PAYS TU VIENS ● BELGIQUE Tu nous connais d'où ? ● DEPUIS LONGTEMPS SURTOUT SCENARIO OU INVENTE ● INVENTE AVATAR ● EIZA GONZALEZ CRÉDIT ● TUMBLR




_________________
A quien dan, no escoje.
Je suis optimiste parce que je trouve le monde cruel, injuste, indifférent. Je suis optimiste parce que je pense que tout équilibre est fragile et provisoire. Je suis optimiste parce que je crains que le pire n'arrive et que je ferai tout pour l'éviter. Je suis optimiste parce que c'est la seule action cohérente que le désespoir me souffle.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elvira Delgado
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : Eiza Gonzalez



“Une rencontre, c'est quelque chose de décisif, une porte, une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant et un après.” E.E.S

MessageJeu 2 Fév - 22:54

 



this is who you are

( in this story you are the hero )

Mes parents avaient pourtant fait du beau boulot avec moi. Élevée dans les valeurs sûres de la chrétienté, j’étais polie, propre sur moi, bienveillante. En bref, j’étais bien sous tout rapport. Je sortais peu ou pas beaucoup. D’après mon père, c’était trop dangereux dehors. Il détestait le vice et le crime, moi aussi, mais je les préférai à l’insouciance de mon âge. Ma rencontre avec Carlo fut certainement des plus banales, à des kilomètres de ce que j’avais imaginé, mais elle fut également décisive pour mon avenir. Je travaillais à l’épicerie tenue de main de maître par mon père. Il était un habitué. Je le soupçonnais d’y venir uniquement pour me voir et il n’en fallut pas davantage pour me laisser charmer par ses rustres manières. De belles paroles en gestes tendres, il insinua en moi son venin, comme un serpent, sournoisement, vicieusement. Il prit, avec mon consentement, ce qu’il y avait de plus beau en moi, absolument tout ce que j’avais à offrir. Alors, pour le suivre, je renonçai à mon confort, à la sécurité du cocon familial, à ma vie, à mes rêves et à mes proches. Persuadée qu’il était mon grand amour, le vrai, je tolérais ses sautes d’humeur et sa folie. Avais-je d’autres choix ? Si, forte de mon tempérament, je l’ouvrais un peu trop, il me répondait en usant de violence. J’étais sa victime favorite, et moi, naïve, j’encaissais, allant jusqu’à lui demander pardon d’être un poids pour lui, d’être ce boulet inutile qu’il traînait à ses pieds comme un prisonnier. Il prétendait l’être, par amour et j’y croyais dur comme fer, sans doute parce que ça m’empêchait de voir la réalité en face. J’étais surtout son jouet, sa poupée désarticulée. Je vivais pour lui et à travers ses désirs. Je n’avais pas compris que son seul véritable amour, c’était l’argent. Il lui en fallait encore et toujours plus. Il racontait que nous en manquions. Il me culpabilisait d’être une bouche de plus à nourrir alors qu’il avait à peine de quoi survivre lui-même. Un jour, il ajouta que c’était mon devoir de l’aider à s’en sortir et qu’à défaut d’être douée de compétences quelconques, je jouissais d’un corps de rêve que je devais apprendre à l’utiliser, pas seulement pour lui, mais pour nous, et au profit des autres.

Bien sûr, au fond de moi, je me doutais que c’était malsain et amoral. Mais, comment ne pas courber l’échine après avoir été tabassée comme un homme ? Comment refuser de tapiner pour rendre son existence plus douce ? Refuser m’était tout bonnement impossible, et pas seulement parce que je l’adorais comme une dingue, mais parce que je vivais dans la peur perpétuelle qu’il m’abandonne, qu’il me tue ou qu’il me déteste. Sans lui, je n’avais plus rien, rien d’autre que le remord et le regret. Alors, j’arpentai le trottoir comme il l’exigea, priant pour qu’aucun homme ne se retourne sur moi. Il avait raison cependant. Outre mon corps, dans mon regard brillait cette lueur de fragilité qui excite la noirceur de l’homme. J’étais une créature blessée, une proie facile qui ne se débattrait pas et qui subirait toute sorte de sévices sexuels sans broncher. Était-ce facile pour autant ? Non ! Je me dégoûtais. Je pleurais chaque jour, avant, après, pendant parfois. Cette vie, ce n’était pas celle que j’avais souhaitée pour moi. J’envisageai d’arrêter, sérieusement, mais Carlo détenait la solution à tous les problèmes. Un peu de miel sur les lèvres, des promesses et une dose plus tard, j’apprenais à dissocier, à lâcher prise sur le travail de mon corps et ce dont je rêvais secrètement pour mon futur. L’idée de m’en sortir m’aida à tenir, mais dévorée par mes sentiments pour mon bourreau, j’y pensais plus que je n’agissais. Je me réveillai un soir où il choisit lui-même, non pas mon client, mais une ribambelle de types assoiffés de luxure. Je le suppliai à maintes reprises, mais il rit à gorge déployée, s’amusant du traitement qu’ils me réservèrent. Cette nuit-là, je pleurai mon amour pour lui et ma mort. Une part de moi a disparu ce jour-là, la plus docile et la plus stupide. Il ne demeura que la défiance et la volonté farouche de quitter le pays, de le quitter lui, par tous les moyens. Je me suis enfouie sans un sou dans le fond de ma poche pour frapper à la mauvaise porte. J’avais souvent entendu parler de ses filles qui, contre la rédemption, jouaient les mules pour passer de la drogue aux États-Unis d’Amérique, cette légendaire destination où tous les rêves sont permis. Je signai donc un contrat avec le diable, terré dans une piaule miteuse en attendant le jour J, me cachant de Carlo qui retournait ciel et terre pour retrouver son gagne-pain. Le sacrifice en valait la peine, ma liberté n’ayant pas de prix, d’autant que ce n’était pas bien compliqué… ça n’aurait pas dû l’être. Le pied à peine posé sur le sol américain, alors que je touchais du doigt ma nouvelle vie, je frôlai la mort de près.

Mon salut, je le devais à ces sales types qui me confièrent aux bons soins d’une sainte. Elle me soigna et me veilla comme si j’étais sa propre fille. Elle m’entoura de toute l’affection nécessaire pour m’aider à me relever d’entre les morts. Je me croyais condamnée et, dans le fond, ça m’aurait sans doute soulagée. Aucun service n’est gratuit dans le monde auquel j’appartiens. Le deal était clair, pour les remercier de m’avoir sauvé la vie et pour qu’il ne me la reprenne pas maintenant que j’étais sur pied, j’étais forcée d’embrasser à nouveau mon ancienne vie. Ma reconnaissance à la dent dure. Accepter n’était pas une option. Les choses sont cependant différentes. Je ne me fie plus qu’à moi, je dis non, j’encaisse et je ne m’excuse plus, tout simplement parce que je me nourris d’espoir au quotidien. Je ne courbe l’échine que dans ce but-là, celui de devenir la fille qui rendra fier mes parents et certainement qu’un jour, je pourrai alors frapper à leur porte la tête haute, mais à genoux, pour leur demander pardon.





_________________
A quien dan, no escoje.
Je suis optimiste parce que je trouve le monde cruel, injuste, indifférent. Je suis optimiste parce que je pense que tout équilibre est fragile et provisoire. Je suis optimiste parce que je crains que le pire n'arrive et que je ferai tout pour l'éviter. Je suis optimiste parce que c'est la seule action cohérente que le désespoir me souffle.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageJeu 2 Fév - 22:57





Bienvenue à New York
Tu es désormais des nôtres!



Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

Pour essayer de trouver les liens qu'il te manque et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé ou par ici, si tu souhaites proposer une situation de jeu ou en choisir une parmi celles déjà proposées par les membres.

 Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées.

 Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!

 
   N'OUBLIE PAS QUE TU AS 10 JOURS, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP
 

 Bienvenue parmi nous, encore une fois
 







by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageJeu 2 Fév - 22:58


_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elvira Delgado
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : Eiza Gonzalez



“Une rencontre, c'est quelque chose de décisif, une porte, une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant et un après.” E.E.S

MessageJeu 2 Fév - 22:59


_________________
A quien dan, no escoje.
Je suis optimiste parce que je trouve le monde cruel, injuste, indifférent. Je suis optimiste parce que je pense que tout équilibre est fragile et provisoire. Je suis optimiste parce que je crains que le pire n'arrive et que je ferai tout pour l'éviter. Je suis optimiste parce que c'est la seule action cohérente que le désespoir me souffle.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alvaro Garcia
CALLA

❖ MESSAGES : 523
❖ AVATAR : D.J Cotrona

"La gente te dicen que yo solo soy un bandido, que yo soy de la calle, que tu corres peligro "






MessageJeu 2 Fév - 23:01

Tu aimes souffrir, c'tout!

_________________
I'm still in chains
This ain't the right time for you to fall in love with me. In my dark time I'll be going back to the street, Promising everything I do not mean. In my dark time, baby this is all I could be And only my mother can love me for me by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elvira Delgado
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 204
❖ AVATAR : Eiza Gonzalez



“Une rencontre, c'est quelque chose de décisif, une porte, une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant et un après.” E.E.S

MessageJeu 2 Fév - 23:06

Et c'est rien de le dire, mais tu as vu ta bouille aussi ?

_________________
A quien dan, no escoje.
Je suis optimiste parce que je trouve le monde cruel, injuste, indifférent. Je suis optimiste parce que je pense que tout équilibre est fragile et provisoire. Je suis optimiste parce que je crains que le pire n'arrive et que je ferai tout pour l'éviter. Je suis optimiste parce que c'est la seule action cohérente que le désespoir me souffle.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sam Haynes
LILAS

❖ MESSAGES : 413
❖ AVATAR : Tom Hardy.



MessageVen 3 Fév - 16:42


_________________
il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaire du nécessaire. Un peu d'eau fraîche et de verdure que nous prodigue la nature, quelques rayons de miel et de soleil.  ©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 3 Fév - 20:06

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriele Gambino
ADMIN MI JALOUX MI POU

❖ MESSAGES : 570
❖ AVATAR : Mariano Di Vaio



MessageVen 3 Fév - 21:08


_________________
La malavita
Mio caro amico, disse, qui sono nato, in questa strada ora lascio il mio cuore. Ma come fai a non capire, è una fortuna per voi che restate. Passano gli anni ma otto son lunghi, però quel ragazzo ne ha fatta di strada, ma non si scorda la sua casa.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageVen 3 Fév - 22:45

Re-Bienvenue par ici What a Face

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Elvira ~ The guilt, the pain, the hurt, the shame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Elvira Von Kilmt, élémentaliste de Glace
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: You're a hero, now.-
Sauter vers: