Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Il y a un fossé entre explication et excuse. [Joséphine Kenway]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMer 2 Nov - 18:01




Isaac & Joséphine
Il y a un fossé entre explication et excuse


Complètement interdit devant la porte de l’appartement 19 en plein centre de Brooklyn, Isaac n’osait frapper, ne cessant de se demander ce qu’il faisait là. Oh, bien sûr, il savait pertinemment pourquoi il était devant l’appartement de Jo depuis maintenant presque dix minutes, tout simplement parce qu’il avait mit des semaines entière à tenter de retrouver sa trace. Il ignorait son nom d’épouse, son numéro de téléphone et même sa date de naissance car tout simplement, il ne lui avait jamais demandé. Ses collègues à l’hôpital l’ignorait ouvertement, feignant même de ne pas la connaître. Des semaines à devoir jouer ses relations pour retrouver la trace de celle qui était venu en plein milieu de la nuit dans sa maison de banlieue, qui l’avait embrassé à pleine bouche avant, qui n’avait fait qu’un avec lui avant de disparaître au petit matin, ne laissant pour seule trace de son passage, des souvenirs et un mot. Un mot qui lui demandait de ne pas lui en vouloir, qu’elle lui expliquerait. Il avait espéré quelques jours, il avait attendu son coup de téléphone ou sa venue sur son lieu de travail ou à son domicile mais rien. Puis il avait tenté de l’oublier mais il s’était avéré qu’il en n’était tout bonnement incapable. Parce que cette nuit partagée, avait fait ressurgir des sensations, des souvenirs, des sentiments qu’il pensait disparu à jamais mais qui renaissait, accompagné d’une certaine colère à son égard mais aussi contre lui-même. Il s’en voulait toujours d’avoir baissé sa garde, de l’avoir laissé pénétrer chez lui, dans son intimité, surtout qu’il savait que cela était dangereux mais c’était Jo…
Et voilà que maintenant, il se retrouvait face à son appartement et qu’il n’arrivait pas à frapper chez elle. Pour lui dire quoi ?! Qu’il attendait toujours une explication ? Qu’elle lui manquait ? Peut-être bien, oui.
Puis ses pensées furent coupées par la voix d’un vieil homme dans l’appartement voisin.

- « Vous attendez quoi comme ça jeune homme ?! »
- « Je ne sais pas vraiment. »
- « Elle ne va pas s’ouvrir toute seule cette porte, vous savez. Faut frapper mon garçon. »
- « Ce n’est pas si simple. »
- « Baliverne ! Tout est simple dans la vie quand on n’a pas une canne pour marcher et des douleurs dans les articulations pour gambader. Il faut juste frapper un bon coup. Allez ! En plus vous faites suspect à rester ainsi devant sa porte à jolie demoiselle. »

Isaac se mit à sourire, il n’avait pas tord finalement. Il leva la main et frappa avant de tourner la tête vers le vieil homme qui était déjà retourné chez lui. Les gens étaient étranges dans cet immeuble. Il attendit un instant et frappa de nouveau puis la porte s’ouvrit. Ce fut une petite voix qui l’obligea à baisser les yeux sur une enfant âgé de peut-être trois ans tout au plus, le regard pétillant de vie et un sourire sur les lèvres.
S’était-il trompé d’appartement ?! Ça ne semblait pas le cas à première vue. Appartement 19, dans la bonne rue et bon étage. Puis elle apparut et il baissa à nouveau les yeux sur l’enfant.
Complètement perdu, Isaac resta interdit alors que son cerveau commençait à faire le lien entre Jo et l’enfant… Non… Ce n’était pas possible, elle lui avait dit que son ex-mari et elle, n’étaient pas parent. Manquait plus que le mari qui sort de la douche en l’appelant « Chérie » et ça serait le comble. Son coeur battait plus fort qu’à son habitude et il avait quelques difficultés à réfléchir soudainement.
Il releva un regard grave en direction de Jo, contractant la mâchoire à se la briser. « Je vois que tu as appris à mentir avec le temps ! Tu deviens même meilleure que moi à ce petit jeu, dis-moi. C’est ce que tu voulais après tout, que je sache ce que ça faisait de se lever le matin, seul, sans explication ou de se retrouver devant le fait accompli ! »

Disparaître au petit matin avait été un coup dur pour Isaac mais se retrouver devant une enfant à peine en âge de comprendre ce qui se déroulait devant ses yeux, c’était bien pire pour le cinquantenaire. Pour ne pas effrayer l’enfant, Isaac posa son regard sur la petite fille avec douceur tout en se baissant pour être sa hauteur.


- « Bonjour ma puce. Tu me laisses entrer, je suis un ami de ta… » Il releva son sombre regard qui changea du tout au tout, sur Jo et ajouta « maman. »

Il se redressa et posa sa main sur la tête de la petite fille tout en la faisant entrer dans l’appartement et ferma la porte derrière lui.

- « Il serait peut-être temps de me donner cette explication que j’attends toujours... »

BY .SOULMATES


_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMer 2 Nov - 19:44






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Aujourd'hui Jo ne bossait pas. C'était journée détente juste sa fille et elle. Du temps privilégié avec sa petite fée. Du temps également pour se rattraper de l'avoir laissé si souvent entre la nounou et la baby-sitter. Le planning de l'infirmière avait été chaotique depuis quelques semaines, ne lui laissant que peu de temps pour avoir une vraie vie. Alors aujourd'hui, elle avait fait monté sa fille dans son lit lorsqu'elle avait entendu ses petits pas sur le parquet et elle lui avait raconté des histoires, rien que pour voir briller ses yeux et entendre son rire qu'elle adorait tant. Rire qui d'après sa mère était identique au sien lorsqu'elle était petite.

Elles avaient ensuite traîné toutes les deux en pyjamas, et Jo avait fait des crêpes pour le petit déjeuner. Une des seules choses qu'elle maîtrisait à la perfection en cuisine. Bien entendu Jill s'était mise de la pâte à tartiner jusqu'aux oreilles mais ce genre de moment n'avait pas de prix pour Jo. Sa fille grandissait trop vite, bien trop vite à son goût… Et elle s'en voulait de ne pas être aussi présente qu'elle le voulait. Mais son travail lui prenait beaucoup de temps et d'énergie… Alors elle tentait de conjuguer au mieux comme depuis la naissance de Juliane.

La suite de la matinée avait été la prise d'un bon bain pour la petite, qui était restée pas mal de temps dans l'eau à jouer. Jo l'avait ensuite prise avec elle sous la douche, la laissant sur le sol avec ses jeux pendant qu'elle se lavait. Puis elles étaient sortie de là toutes les deux en serviettes pour aller choisir les vêtements que porterait l'une et l'autre pour la journée. Si le temps le permettait, Jo avait envie d'aller au parc, afin que sa fille puisse jouer au grand air.

Jo avait habillé sa fille, après avoir mit de la musique. Elle s'était habillée à son tour d'un jeans boysfriends et d'un t-shirt qui moulait le haut de son corps. La jeune femme avait attaché ses cheveux à l'arrache avec un crayons de couleur qui traînait là, avant d'installer sa fille sur le canapé pour la coiffer. Deux petites tresses dans ses boucles brunes… Un peu de rangement s'imposait alors elle avait laissé Juliane jouer avec ses poupées dans le salon, et elle était partie s'occuper du linge sale. Elle avait froncé les sourcils en entendant frapper à la porte, ne sachant pas si c'était à cause de son imagination, si ça venait de la musique ou si on avait réellement frapper.  

Lorsque de nouveau coups furent donné, elle laissa la machine à laver en plan pour rejoindre le salon. Jill était sur la pointe des pieds, la main sur la poignée. « -attends j'arrive. » avait-elle demandé mais la petite avait ouvert la porte tout de même. De sa petite voix enfantine elle dit bonjour avec politesse à la personne qui se trouvait sur le pas de la porte, personne que Jo n'arrivait pas à voir pour le moment. Lorsque la jeune maman s'approcha au plus vite posant une main sur l'épaule de sa fille, son coeur sembla comme loupé un battement. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise et elle souffla simplement : « -Iz... »

Qu'est ce qu'il faisait là ? Enfin non, elle se doutait bien, enfin elle savait pourquoi il était là. La vraie question c'était comment avait-il eut son adresse ? Mais elle n'eut pas le temps de se poser plus de question que ça. Les mots qu'il venait de prononcé eurent l'effet d'une gifle. « -qu'est ce que tu fais ici ? » demanda-t-elle sans pour autant employer un ton cassant comme il venait de le faire. Elle était surprise. Mais elle savait bien qu'un jour où l'autre cela arriverait. Jo n'avait pas trouver le temps de contacter à nouveau Isaac après cette fameuse nuit où elle avait agit comme une adolescente. Il avait le droit d'avoir des explications, elle aurait juste aimé que ça ne soit pas chez elle, et surtout pas en présence de sa fille. Elle avala sa salive avec difficulté lorsqu'il se baissa pour parler à Juliane. Sa voix était bien plus douce et Jo l'en remercia intérieurement, alors que sa fille venait se coller dans ses jambes, sans doute un peu apeuré par cet inconnu.

Jo ne s'interposa pas, laissant Isaac entrer chez elle. Elle prit sa fille dans les bras, cherchant ses mots, son regard ne quittant pas l'homme qui se trouvait maintenant dans l'entrer de son appartement. « -je... » Commença-t-elle. Elle avait bien comprit dans quel état d'esprit il était, et la vu de sa fille ne semblait pas avoir apaisé sa colère. Parce que c'était bien ce sentiment là qu'elle lisait dans ses yeux, qu'elle entendait dans sa voix. « -je sais… J'suis désolée… J'ai pas eu le temps... » Il allait sans doute lui dire que c'était bien trop facile, mais c'était la vérité. Elle aurait voulu avoir assez de temps pour aller chez lui ou pour lui fixer un rendez vous afin qu'ils puissent parler de tous. Mais les jours avaient défilés à toute allure…

Serrant sa fille dans ses bras, elle la regarda et lui sourit avant de dire : « -Juliane, je te présente Isaac. » Ses yeux noisettes se fixèrent à nouveau sur lui et elle souffla : « -j'vais t'expliquer. Tu… Tu veux bien passer au salon ? J'te fais un café ? » Mais à quoi elle jouait là ? Elle pensait sérieusement que c'était comme ça qu'elle allait l'amadouer ? Sans attendre de réponse, elle le devança pour se rendre dans la cuisine et de mettre du café en route, sa fille toujours dans les bras.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMer 2 Nov - 21:47




Isaac & Joséphine
Il y a un fossé entre explication et excuse



En restant de longues minutes devant la porte, un nombre incalculable de scénario s’était imposé à lui, s’attendant à toutes les réactions… Tout sauf de se retrouver face à une enfant de deux ans à peine qui le salua d’une voix presque inaudible. Il avait cru défaillir en relevant son sombre regard sur Jo. Non, il ne s’était pas trompé d’appartement. La réalité était bien plus complexe et douloureuse pour Isaac qui se retrouva devant le fait accompli. Pourquoi lui avait-elle mentit au sujet de la petite fille ? Pourquoi ne lui avait-elle donné aucune nouvelle après leur nuit ensemble ? Pourquoi ces mensonges ? Ces omissions au sujet de sa vie privée ? Tant de question qu’il abandonna dans un coin de son esprit et se concentra sur la colère qui l’envahissait un peu plus à chaque seconde. Il n’avait pas mesuré la portée de ses mots et s’en moquait bien. Pourtant, elle resta d’un calme qui le déstabilisa quelque peu mais resta égal à lui-même malgré tout. Il préféra ignorer la question au risque d’être d’autant plus désagréable que ce qu’il était déjà.
Il finit par se baisser pour arriver à hauteur de la petite fille qui s’accrochait au jambe de sa mère, comme pour y trouver refuge. Son regard et sa voix changèrent à l’encontre de l’enfant avant d’entrer dans l’appartement de la jeune femme.
Son regard redevint plus grave lorsqu’il fixa Jo qui venait de se saisir de l’enfant dans ses bras. Les quelques mots prononcés par la jolie brune n’eurent pas pour effet de l’apaiser, bien au contraire « Pas eu le temps… Oui, avec un travail et un enfant au bas âge, tu n’as pas eu le temps… Un coup de fil est si dur à passer après tout. ».
Il tentait de se temporiser intérieurement mais c’était plus fort que lui. Une défense comme une autre pour le cinquantenaire qui accusait le coup des révélations surprises de dernière minute.

« Enchanté Juliane. » Il reposa son regard sur Jo et fronça les sourcils. Lui expliquer, un café, le salon… Il resta un moment dans l’entrée et leva la tête au ciel tout en inspirant profondément. Il n’avait pas le droit de s’emporter, tenta-t-il de se répéter sans relâche. Une enfant se trouvait au milieu de tout cela et elle n’avait pas à subir les conséquences d’actes de grandes personnes. Il décida alors de talonner la jeune femme qui gardait l’enfant dans les bras, jusque dans la cuisine. Il l’observa faire un instant et s’avança jusqu’à elle pour prendre l’enfant entre ses mains « Tu viens avec moi ma puce ? ». Il se saisit de l’enfant tout en lançant un long regard à Jo « On va attendre qu’elle aille dans sa chambre avant que tu me donnes ta version des faits. ».
Isaac prit la petite fille dans ses bras et l’observa un instant  avant de lui sourire. Elle était aussi belle que sa mère. Il se rapprocha de Jo et lui souffla « Ne pense pas un instant que je ne sois plus en colère contre toi, Joséphine ! »

C’était bien la première fois qu’il l’appelait par son prénom et c’était assez déstabilisant pour lui. Il préféra se concentrer sur l’enfant et lorsque le café fut prêt, il se rendit dans le salon avec la petite fille qu’il posa au sol.
Isaac prit place sur le canapé tout en observant brièvement l’appartement décoré avec goût avant de reporter son attention sur Jo « On commence par quoi ? Le fait que tu m’es mentit, que tu m’es cachée l’existence de ton enfant ? Ou on commence par cette fameuse nuit où tu es venu jusqu’à chez moi avant de repartir au petit matin, me laissant pour seule consolation un mot ? » Il souffla et ajouta « Je voulais une amitié avec toi et … Tu as tout foutu en l’air Jo ! Dire que je n’ai pas aimé ça, serait te mentir mais… De cette façon… Non, je ne suis pas d’accord. » Il se passa une main lasse sur le visage « Qu’est-ce qu’il s’est passé ?! Tu n’avais pas envie de passer la nuit seule et au lieu de retourner au bar pour draguer un inconnu, tu as préféré éviter toute la partie flirte et venir chez moi, ça serait plus rapide ?! Après tout, un autre ou moi, quelle différence ?! On a eu la même conclusion au final. »

Son ton montait quelque peu sans pour autant crier, ne souhaitant pas affoler l’enfant mais son regard parlait tout autant que ses mots. Il était perdu, en colère, trahit… Pour n’en citer que quelques-uns et dans ces cas-là, il pouvait être blessant. Un aspect de sa personnalité que Jo ne connaissait que trop bien et qui avait été sûrement l’une des causes de leur séparation.

BY .SOULMATES


_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMer 2 Nov - 22:28






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Jo serra les dents lorsqu'il parla d'un simple coup de fil. Ça ne servait à rien qu'elle s'énerve, ça ne résoudrait rien. Bien au contraire. Elle avait déjà donné dans ces engueulades qui ne finissait que par blesser. Il y avait également le fait que sa fille était là, dans le creux de ses bras, se blottissant contre elle, intimidé par cet homme qu'elle ne connaissait pas. La jeune maman n'avait pas envie de donner ce genre de spectacle à sa fille, alors elle prit sur elle et souffla simplement : « -je ne voulais pas en parler ainsi. » Point barre. Non, elle voulait le voir en face à face pour pouvoir lui expliquer. Et qu'il le croit ou non, et bien oui sa vie était compliquée et oui elle n'avait pas trouvé le temps qu'elle voulait lui accorder. Mais monsieur ne semblait pas vouloir entendre cela. Après tout, il ne connaissait plus rien de sa vie.

Elle préféra donc l'inviter à prendre place dans le salon, et elle lui proposa même un café. Ça ne changerait sans doute rien, Jo en était bien consciente. Jill dans les bras, Jo prépara ce foutu café du mieux qu'elle le put. Mais elle se figea lorsqu'elle entendit la voix d'Isaac juste derrière elle, proposant à sa fille de venir avec lui. Il ne lui laissa pas le choix à dire vrai, saisissant la petite. Jo le fixa du regard, d'un regard dur qui laissait bien entendre qu'il n'avait plutôt pas intérêt à mettre la petite au milieu de tout ça. Mais elle ne bougea pas, lançant la cafetière en silence. Lorsqu'il disparu de la cuisine, le coeur de la jeune femme se serra. Le passé d'Isaac, sa vie d'avant, les choses qu'il avait pu faire, tout remontait à la surface et Jo eut soudainement peur.

De quel droit donnait-il des ordres et des directives ? Elle n'était pas sa captive encore moins une inculpée. « -non sans blague... » marmonna la jeune femme en sortant une tasse qu'elle posa sur le comptoir de la cuisine avec un peu trop de poigne. Il venait de l'appeler par son prénom. Il s'attendait à quoi, que ça ait un peu plus d'effet sur elle ? Elle trouva cela ridicule et elle sentit une pointe de colère monter en elle. Rapidement elle revint alors dans le salon. Ses yeux cherchèrent au plus vite sa fille. Soulagement de la voir sur le sol, quelques pas pour venir la prendre à nouveau dans ses bras. Son regard sombre se posa sur son ex petit ami. Elle avait bien entendu ce qu'il venait de dire, elle avait bien reçu les coups de poignard en plein coeur qu'il venait de lancer. Mais pour le moment c'était son instinct de maman qui prenait le dessus. Elle laissa Isaac seul dans le salon pour se rendre dans la chambre de Jill. « -tu va jouer un peu dans ta chambre d'accord ma chérie, maman revient vite et on pourra aller au parc. » Elle embrassa sa fille sur le front avec la plus grande des tendresses, comme si elle avait peut soudainement de ne plus jamais la revoir. Un dernier sourire avant qu'elle ne rabatte la porte sans la fermer complètement. Hors de question qu'elle laissa Jill sans surveillance juste parce qu'Iz avait choisi aujourd'hui pour avoir ses explications.

Prenant une inspiration elle revint vers le salon, le traversant pour aller chercher la tasse de café qu'elle avait proposé à Isaac. Elle ne le regarda même pas en passant. Elle ne devait pas se laisser gagner par la colère. Elle savait que ça ne servait à rien. Alors lorsqu'elle revint dans le salon, elle déposa la tasse sur la table basse, avant de s’asseoir sur le pouffe en face d'Isaac. Elle joignit ses mains entre elle, ses coudes posés sur ses genoux. « -je ne parle jamais de Juliane à des inconnus. Lorsque nous nous sommes revu à l’hôpital, j'ai préféré ne rien dire, parce que… Parce que ça faisait dix ans qu'on ne s'était pas vu et que… Et bien que je ne savais plus qui tu étais, comment était ta vie. » Qu'il comprenne ou non, elle s'en foutait. C'était son choix, elle n'avait aucun obligation envers lui. Comme si sa fille sentait qu'elle était mal, l'enfant se mit à chanter dans sa chambre de sa si belle petite voix. Jo sourit en baissant les yeux, et elle ajouta : « -j'suis désolée, je voulais pas que tu l'apprennes comme ça. Mais oui, j'ai une fille de deux ans. Logan n'est pas au courant, j'ai appris que j'étais enceinte quelques jours après qu'il mets annoncé qu'il avait trouvé quelqu'un de mieux que moi pour faire son bonheur. » Bon ba voilà ça c'était dit.

Jo prit une nouvelle inspiration avant d'ajouter son regard passant d'Isaac à la table basse : « -et je suis complètement consciente que j'ai tout gâché pour nous. » Oui, c'est bon elle s'en voulait déjà assez comme ça, c'était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie non ?! Elle préféra ne pas répondre au sous entendu dévalorisant qu'il avait fait à son sujet, même si les mots d'Isaac l'avait blessé. Le connaissant, il reviendrait sur le sujet de toute façon.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageJeu 3 Nov - 21:06




Isaac & Joséphine
Il y a un fossé entre explication et excuse




Même s’ils s’attiraient comme deux aimants lorsqu’ils se trouvaient dans la même pièce, ils avaient aussi cette capacité à nuire radicalement au peu de bonheur qu’ils s’octroyaient l’un avec l’autre. Jonglant entre amour et colère continuellement en se demandant sans cesse quand cela se terminera. Tout du moins, c’était la question que se posait Isaac alors qu’il attendait le retour de Jo, assis sur le canapé du salon face à une tasse chaude de café qu’il ne toucha pas. Quand est-ce qu’ils pourraient tenter d’être heureux l’un avec l’autre sans détruire leur relation à la première occasion ?! Il s’était montré blessant avec la jeune femme comme cela avait toujours été le cas lorsqu’il était lui-même blessé ou en colère. Une défense comme une autre mais qui pouvait s’avérer bien douloureuse… Mais Jo ne semblait pas en reste non plus lorsqu’elle commença ses explications en l’évoquant comme un inconnu. C’était donc ce qu’il était finalement ? Un inconnu ? La mâchoire serrée, il releva son regard noir sur Jo « Un inconnu ?! Pourtant lorsque tu es venue me chercher chez moi il y a quelques jours, j’étais tout sauf un inconnu ! Donc pour la baise, tu me connais, me fais confiance mais en ce qui concerne le reste, je ne suis qu’un type, comme ça, rencontré un soir dans un bar. Rien de bien important. » Il baissa la tête pour en se passant une main lasse dans la nuque. Les mots de Jo l’avait blessé et son coeur se serra. Il avait aimé cette femme comme jamais, il voulait faire d’elle son présent et son avenir mais il n’était finalement qu’un inconnu à ses yeux… A cet instant, il avait envie de partir et de lui dire que c’était bon, il l’a laissé tranquille, qu’elle n’avait plus besoin de lui donner d’explication, qu’il était temps pour eux deux de reprendre des routes différentes et que ça seraient mieux autant pour l’un que pour l’autre.

Puis il entendit la voix de l’enfant dans la pièce voisine qui se mit à chanter et il dirigea son regard vers la porte avant de reporter son attention sur Jo qui poursuivit son explication. Il fronça les sourcils lorsqu’elle évoqua le fait que Logan n’était pas au courant de la naissance de l’enfant. Elle s’occupait donc de sa petite-fille seule, depuis le début, tout ça pour ne pas l’obliger à rester avec elle sûrement… Son coeur se serra de nouveau mais cette fois-ci, c’était pour Jo et pour cet enfant qui grandissait sans connaître son père.
Isaac resta silencieux un instant et baissa les yeux à son tour. Finalement, ils étaient peut être deux à avoir tout gâché. Toutes ces informations, les unes après les autres, commençaient à lui donner le tournis. Il avait perdu l’habitude des sensations fortes.  « Pourquoi es-tu partie le lendemain matin ? » Finit-il par demander avec un calme qui l’étonna lui-même.  « Tu aurais pu m’expliquer tout ça, je ne suis pas le connard total que tu penses que je suis. J’aurai pu comprendre. Mais au lieu de ça, c’est ta fille dont j’ignorais tout qui m’ouvre la porte. » Il se leva et commença à faire les cents pas dans le salon, les mains sur les hanches, comme si cela pouvait l’aider à mettre de l’ordre dans ses idées.

« Que pensais-tu que j’allais faire si j’avais appris pour ta fille ?  Que j’aurais refusé de passer la soirée avec toi ? Ou que j’aurai contacté mes potes de la mafia au cas où, si besoin, une enfant de deux ans sur les marchés clandestins, ça fait un tabac ! » Il poussa un soupir « On a changé tous les deux en dix ans mais j’aurai pensé que tu me connaissais mieux que ça, Jo... »

Isaac s’arrêta de marcher et se rapprocha de la jeune femme, s’accroupissant à sa hauteur et la fixa droit dans les yeux alors qu’il tentait de reprendre son calme « Peu importe qui j’aurai pu devenir Jo, de comment aurait été ma vie, que ça soit légal ou non… Jamais, tu m’entends, jamais je ne t’aurai mis en danger d’une quelconque façon que ce soit, ni toi, ni ton enfant. Suis-je clair ?! »

Pendant un moment, Isaac avait bien cru que la justice n’était plus pour lui, qu’il était devenu un pur produit de la mafia, le fait d’avoir tué de sang froid l’assassin d’Elsy en était la preuve mais même si ça avait été le cas, il avait tenu et tenait bien trop à Jo pour commettre les mêmes erreurs qui leur avaient coûtés leur histoire.  « Va chercher Juliane, on va dehors. J’ai l’impression d’étouffer ici… J’ai besoin de prendre l’air et on n’a pas fini de parler tous les deux. »

Oh que non ! Des pars d’ombres, des explications restaient encore en suspens, que ça soit d’aujourd’hui ou d’avant… Ils n’en avaient pas fini tous les deux…

BY .SOULMATES


_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageJeu 3 Nov - 22:06






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Jo n'aurait sûrement pas dut employé ce mot. A peine l'avait-elle prononcé qu'elle savait très bien qu'Isaac réagirait directement. Mais c'était la stricte vérité. Elle ne pouvait pas affirmée qu'elle ne connaissait aujourd'hui, puisque dix années s'étaient écoulées depuis qu'ils s'étaient quittés, à New York après une ultime dispute. Sa propre vie était complètement différente, elle n'était plus la même également, alors elle avait préféré taire l'existence de Juliane. Ça n'était pas contre lui, ou parce que c'était lui. Jo agissait ainsi avec la plus part des gens. « -arrête s'il te plait, tu sais très bien que ça n'est pas ça. » répondit Jo en levant les yeux sur lui. Elle ne voulait pas partir dans cette spirale, ne pas se laisser entraîner dans sa colère. Elle voulait qu'il comprenne que sa vie était compliquée aujourd'hui. Bien plus que lorsqu'ils étaient ensemble. Jo lâcha la totalité des infos. Que le père de la petite n'était pas au courant. Oui elle élevait sa fille seule, mais elle n'avait pas envie de voir de la pitié dans les yeux d'Isaac. C'était son choix et elle l'assumait.

La petite voix de sa fille qui chantait dans sa chambre lui faisait du bien, l'aidait à garder son calme et à ne pas se laisser trop atteindre par la rage qu'Isaac déversait sur elle. Elle n'était plus la jeune femme d'un peu plus de vingt ans qu'il avait rencontré dans un bar un soir. Aujourd'hui elle était une femme active, et surtout une maman. Ça changeait un bon paquet de chose.

Jo baissa les paupières lorsqu'il posa sa nouvelle question. Elle passa sa langue sur ses lèvres et répondit en le regardant à nouveau : « -pour elle… » Un petit sourire qui n'était adressé qu'à sa fille, et non à Iz avant qu'elle ajoute : « - j'avais dis à la baby-sitter que je serais rentrée à 7 heure, lorsque je suis partie de chez toi, il était déjà 9heure passée… » Qu'est ce qu'il voulait qu'elle lui dise de plus ?! « -arrête avec ça ! Je ne pense pas ça de toi, et j'sais pas, j'me voyais pas te donner ce genre d'explication au petit matin la tête dans le cul. Hé au fait, j't'ai pas dis, j'ai une fille de deux ans, mais comme son père c'est tiré avec une connasse j'l'élève en solo. J'm'en voulais déjà bien assez d'être sortie ce soir là... » Ouais, elle avait culpabilisé à mort en partant de chez elle. Il avait réussit à lui faire oublier ce sentiment quelques heures. Et puis… Et puis il avait réveillé trop de chose… « -j'ai merdé, et j'en suis désolée. » conclue la jeune femme d'un ton neutre.

Elle le suivit du regard quelques instants dans ses va et viens, avant de détourner le visage, haussant les sourcils les paupières closes. « -c'est pas toi le problème, c'était ton univers. » Il avait oublié ce qu'il lui avait fait vivre ? Comment pouvait-il lui demander ça ? Il n'avait été que mensonge, alors est ce qu'elle le connaissait vraiment, Jo n'en avait jamais été certaine. Alors dix ans après ! Et voilà qu'il se la jouait proximité, et rassurant avec ça ! Il était amnésique visiblement. Parce qu'elle avait été mise en danger à l'époque. Elle l'avait trouvé chez elle, sans autorisation, sans parlé des menaces de la mafia… Alors encore une fois, le souci ça n'était pas lui, mais le monde dans lequel il évoluait. Jo se contenta de le fixer du regard, sans rien répondre.

Lorsqu'il lui demanda d'aller chercher sa fille pour sortir, Jo fronça les sourcils. Il était qui pour décidé de quand est ce qu'elles sortiraient de chez elle ? Un enfant c'était un chien qu'on baladait en laisse ! « -va faire un tour pour te calmer, parce qu'un enfant ça prends un peu de temps à préparer. » Oui ba ça il pouvait pas le savoir. Oh que c'était moche de penser ça. Jo soupira en se levant, pour se rendre dans la chambre de sa fille. Heureusement pour Iz, il faisait du soleil. C'était hors de question que sa fille tombe malade parce que monsieur était sur les nerfs !

Ignorant Isaac, elle poussa la porte de la chambre et elle s'adressa à sa fille en souriant : « -ça va ma chérie ? » Jo prit Juliane dans ses bras avant de venir frotter son nez contre le sien. « -tu as vu, le soleil est là. Alors ça veut dire quoi ? » demanda-t-elle amusée du sourire de sa fille. « -le parc ! » s'exclama la petite avant de battre des mains. « -on va mettre ton manteau, et... » La petite voix enfantine de sa fille compléta le reste de la phrase : « -un bonnet ? » Jo embrassa sa fille sur le front. Elle avait envie de la serrer très fort contre elle. « -oui un bonnet ma chérie. »

Jo déposa la petite sur le parquet, et Juliane entraîna sa mère jusque dans le hall d'entrer à toute vitesse. Elle ralentit tout de même en regardant Isaac toujours intimidé. « -aller viens là Jill. » Jo passa sa veste à sa fille, et lui mit son bonnet péruvien sur la tête. La jeune maman enfila son propre manteau, et entoura son cou d'une écharpe, avant de fourrer son téléphone dans son sac à main. Elle vérifia qu'il y avait le nécessaire dans le sac à langer, puis elle prit à nouveau Juliane dans ses bras. Elle habituée à porter tout ça toute seule. Elle ouvrit la porte, souriant à sa fille, évitant le regard d'Isaac. Elle n'avait pas envie de le laisser gâcher ces petits instants avec Juliane, ni de le laisser s'y immiscer.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 7 Nov - 23:40




Isaac & Joséphine
Il y a un fossé entre explication et excuse



Avec le recul, Isaac comprenait quelque peu sa décision de lui cacher l’existence de cette enfant. Il lui avait mentit par le passé, il avait été un homme dangereux des années durant, jonglant entre légalité et illégalité, avec parfois, cette impression de ne plus savoir réellement à quel camp il appartenait. Il avait forcé la porte de son appartement pour y trouver refuge alors qu’un contrat chiffré était sur sa tête, il l’avait traînée jusqu’à New York, avait mis sa vie en danger et avait frôlé la mort plus d’une fois. Alors oui, sa méfiance à son égard était peut-être finalement compréhensible. Il n’était pas père mais imaginait tout de même le lien qui unissait cette petite fille à sa mère.
Pourtant, la nuit passée à l’hôpital, il s’était confiée à elle, sur son mariage mais aussi sur son métier. Il avait espéré que cette confiance soit réciproque, mais il n’en fut rien… Alors même s’il comprenait les raisons de Jo, il n’en restait pas moins blessé par son geste. Alors oui, elle avait merdé mais elle avait ses raisons, ce fut la raison qui le poussa un inspirer longuement tout en prenant en compte les informations que lui donnait Jo.  « Non, mais tu aurais pu m’en parler la veille Jo. » Finit-il par dire avant de se rapprocher de la jeune femme et de s’accroupir à sa hauteur, tout en tentant de la rassurer tant bien que mal puis elle évoqua son univers, alors il détourna un instant le regard avant d’ajouter « Tu le savais depuis le début que j’avais changé de profession Jo. Tu savais que j’avais quitté tout ça pour devenir instructeur alors trouve une autre excuse, s’il te plaît. »

Isaac finit par se relever et lui proposa de quitter cet appartement avec elle et l’enfant mais la réponse de Jo ne fut pas au goût du flic qui contracta de nouveau la mâchoire, se retenant d’être blessant à nouveau. Il tendit ensuite l’oreille alors que la jolie brune venait de s’éclipser dans la chambre de sa fille. Il finit par la suivre, silencieusement et appuya l’épaule contre le mur, observant discrètement la scène. Qui aurait cru que la jeune femme qu’il avait rencontré dans un bar et qui ne souhaitait prendre que du bon temps, finisse par devenir une maman attentionnée et prête à tout pour cette petite fille. Il retourna dans le salon, ne souhaitant pas briser cet instant et attendit patiemment le retour des deux demoiselles.

Le regard de l’enfant le fit sourire, elle n’était toujours pas en confiance avec lui. « Elle n’a toujours pas confiance en moi… Faut croire que vous avez pas mal de point commun toutes les deux. ». Puis il ferma les yeux avant d’ajouter « Désolé... »
Il ne lui demanda pas si elle voulait de l’aide car il connaissait déjà la réponse. Ils descendirent jusque dans la rue en silence et marchèrent jusqu’à Prospect Parc, l’un des parcs de Brooklyn.
Isaac n’osa prononcer le moindre mot durant tout le trajet qui les menèrent jusqu’au coin de verdure en plein New York et attendit patiemment d’être arrivé pour prendre la parole « Pourquoi n’avoir rien dit à Logan ? » Finit-il par demandé calmement. Si les rôles avaient été inversés, s’il avait été le père, il aurait souhaité le savoir pour participer à l’éducation de cette petite fille pleine de vie.

Il décida de se saisir de l’enfant tout en souriant à la petite pour tenter de la rassurer tant bien que mal et l’amena jusqu’à la balançoire où il l’installa « Tu te tiens bien et ne lâche rien surtout. » et se mit à pousser la balançoire lentement tout en regardant de temps à autre Jo « Je suis désolé pour tout à l’heure mais… Je m’en suis voulu… Voulu d’avoir succombé, voulu d’avoir souhaité une amitié depuis le début sans y parvenir parce que… Parce que tu es toi et voilà. Le réveil a été dur le lendemain et le fait de n’avoir aucune nouvelle, ça n’a rien arrangé. » Il souffla tout en continuant de pousser la balancelle « Je comprends que tu es voulu protéger ta fille mais comprends moi aussi que tu reviens dans ma vie 10 ans après, qu’on passe de bons moments ensemble, même de très bon. » Fit-il taquin avant de reprendre « Et puis soudainement, plus de nouvelle. »

Isaac poussa un nouveau soupir et rétorqua « Je ne sais pas où on va ainsi mais maintenant que les choses sont claires entre nous ou tout du moins sur ses derniers éléments, à toi de décider si tu veux de moi dans ta vie ou que je m’en aille. Je respecterai ta décision quelle qu’elle soit. »

Il n’était pas difficile pour Isaac de disparaître, il avait su le faire à la suite de son meurtre pour venger Elsy, il avait su le faire après la faculté de droit pour venir à Washington… Isaac serait encore une fois disparaître, tout en restant à New York, la ville était assez grande pour eux deux. C’était à elle de décider…



BY .SOULMATES


_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMer 16 Nov - 11:08






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Trouver une autre excuse ?! Non mais il se prenait pour qui de lui en vouloir pour des mensonges ?! Ne l'avait-il pas exercé à la perfection ce don de ne jamais dire la vérité, de la cacher, de la détourner ? Alors non, Jo n'acceptait pas aujourd'hui qu'il lui demande de trouver mieux, parce qu'il avait simplement dit qu'il avait changé de vie. Malgré ce qui s'était passé l'autre soir, malgré ce côté de lui qui l'attirait toujours, ce Isaac là qu'elle avait vu pendant cette soirée et qui l'avait fait craquer, il y avait toujours cette part d'ombre, ces doutes, cette petite voix dans la tête de Jo qui se demandait si il était sincère ou non. Elle n'y pouvait rien, c'était sa faute à lui si elle était méfiante ! Alors d'accord elle avait tout fait foirer, ça elle assumait, mais il ne pouvait pas lui reprocher d'avoir mentit. « -peut-être, mais ça fait dix ans qu'on s'est pas vu. Et tu m'as appris malheureusement à douté de la confiance que je peux te donner. »

Jo n'était pas froide dans ses propos, elle était plutôt désolée qu'il prenne les choses ainsi. Oui elle s'en voulait de ne pas avoir eut le temps de lui parler, de lui expliquer. Mais encore une fois de toute façon tous partait en live. C'était comme s'ils étaient destinés à ne pas pouvoir être heureux trop longtemps l'un à côté de l'autre. Comme dix ans auparavant, Jo avait l'impression de parler dans le vent… Alors elle répliqua sans doute un peu froidement, avant d'aller dans la chambre de sa fille. Ça n'était pas la journée qu'elle avait prévu, mais au moins elles allaient aller au parc… Jill n'était pas encore assez grande pour comprendre ce qui se passait là. Et tant mieux… Elle retiendrait juste cette journée au parc, les jeux, les rires… Jo puisa de la force dans le sourire radieux de sa fille, de son petit trésor, avant de revenir dans le salon.

Étrangement, la réplique que fit Isaac eut l'effet de faire sourire en coin Jo. Elle aimait bien qu'on lui dise que sa fille lui ressemblait. Elles avaient beaucoup de traits de caractères en communs, tout comme des traits physiques ou encore ce rire qui rebondissait sur les murs et qui était contagieux. « -laisse lui un peu de temps, elle ne te connaît pas. » répondit Jo avec presque de la douceur dans la voix. Jill était petite, alors des nouveaux visages étaient toujours un peu intimidant. Mais ça viendrait. Iz était adorable avec les enfants, et Jo savait que sa fille finirait par devenir sa copine !

Jo posa sa fille à terre lorsqu'ils furent dans la rue, lui donnant la main, avançant à son rythme. La question que posa Iz lui fit lever le visage vers le sien et elle répondit : « -c'est compliqué... » Elle n'avait pas envie de parler de ça là, tout en marchant. Elle lui répondrait, mais pas là.

Lorsqu'Isaac prit Juliane dans ses bras, cette fois-ci Jo ne ressentit aucune sensation de danger ou de stress, même si la petite la regarda en se demandant ce qui se passait. Mais lorsqu'elle comprit que c'était l'heure de la balançoire, le sourire revint. A mesure que le balancement prenait de la vitesse, Juliane se mettait à rire, et cela fit sourire sa mère qui lui faisait des petits signes de la main, debout juste à côté. Ça donnait un peu l'impression qu'elle n'écoutait pas ce qu'Isaac était en train de lui dire, mais ça n'était pas le cas. Elle le laissa finir, le regardant de temps à autre. Puis elle s'avança vers lui afin d'immobiliser la balançoire. « -et si on allait au château ? » demanda la maman à sa fille alors que la petite sautait dans ses bras en riant répondant de sa voix chantante : « -Oui !! » Jo se mit à rire avec sa fille tout en la posant au sol après un bisou sur la joue. Jo lui tendit la main et Juliane la saisit mais avant d'avancer, l'enfant se tourna vers Isaac et lui tendit sa main libre.

Jo sourit avec tendresse en voyant ce geste, regardant Isaac. Oui pour le moment elle n'avait rien répondu sur tout ce qu'il avait dit. Elle avait elle aussi des choses à dire, mais d'abord ils allaient au château qui était en réalité un des jeux du parc qui faisait à la fois cabane, escalade, cache-cache… Enfin c'était le préféré de Juliane et Jo savait que l'enfant pouvait y jouer sans souci sans qu'elle soit à côté d'elle. Ainsi elle pourrait prendre place sur un banc, et parler à Isaac entre adultes.

Bien entendu ce fut en courant que la gamine parcouru les derniers mètres, lâchant sans le moindre état d'âme leurs mains. « -doucement ma chérie, on reste là, sur le banc d'accord ? » Bon bien sur pas de réponse de la part de la petite qui jouait déjà comme une folle. Un regard pour Iz avant que Jo ne vienne s’asseoir sur le banc dont il était question. Elle posa les deux sacs sur le banc, et glissa ses deux mains dans ses poches. Un regard pour sa fille, avant qu'elle ne dise enfin sans pour autant quitter Juliane du regard : « -ça faisait déjà quelques années qu'on parlait d'avoir un bébé. Mais ça marchait pas. Ça a sans doute un peu plus creuser le faussé entre lui et moi. Lorsqu'il m'a annoncé qu'il avait rencontré quelqu'un d'autre, j'ai mis les nausées et le mal-être sur ce compte là. Au final j'ai eu la confirmation que j'étais enceinte le jour où il s'est pointé avec les papiers du divorce. » Jo marqua une pause, fixant toujours sa fille, sourit avec douceur et ajouta : « -j'voulais pas qu'elle soit le pansement, le remède à notre rupture. Je ne voulais pas qu'il reste rien que pour elle. Parce que ça n'est pas ça une famille. » Jo baissa le regard sur ses genoux et elle se pinça les lèvres. Puis elle soupira et ajouta : « -Je lui parle de lui. Elle connaît son visage grâce à des photos. Mais pour le moment je n'ai pas trouvé le courage de lui dire qu'il avait une fille. Qu'on a une fille. »

Un nouveau petit silence avant qu'elle reprenne en levant à nouveau les yeux vers Juliane : « -c'est ma fille, ma princesse. Logan a refait sa vie, et le connaissant si je lui dit il va tout lâcher pour revenir. Sauf que… J'ai pas envie de recoller les morceaux. Parce que j'ai pas changé, mon job est toujours là, toujours aussi important. Je m'en veux déjà de ne pas passer assez de temps avec Juliane, alors si en plus y'a une garde alterné… » Elle se pinça les lèvres et ajouta : « -j'sais même pas pourquoi j'te dis tout ça… »



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMer 16 Nov - 22:11




Isaac & Joséphine
Il y a un fossé entre explication et excuse




Entre les mensonges, les mots blessants, les disputes, sa double vie… Oui, Isaac lui avait donné de quoi accroitre sa méfiance en lui, même encore aujourd’hui. Après tout ce temps passé, à lui mentir, à lui faire croire qu’il était un homme bien avec une situation dès plus basique, comment pouvait-il lui demander une fois encore, de lui faire une confiance aveugle ? De croire chacune de ses paroles lorsqu’il lui disait qu’il avait changé ? D’autant plus que la vie d’un enfant se trouvait au milieu de tout ça… Même si les mots de Jo lui faisait mal, il ne pouvait qu’acquiescer face à sa méfiance pour le moins normale.
Alors il ne répondit pas, restant silencieux avant de suivre Jo jusque dans la chambre, observant discrètement l’échange entre la jeune femme et son enfant avant de retourner sur ses pas pour ne pas briser ce moment rien qu’à eux deux.

En arrivant au parc, Isaac décida de saisir de nouveau l’enfant entre ses bras et l’entraîna jusqu’à la balançoire, ce qui permettait au cinquantenaire de faire comprendre à l’enfant qu’il ne lui voulait aucun mal, qu’elle n’avait rien à craindre de lui. Puis les rires laissèrent place à la peur qu’elle avait de lui. En cet instant, alors qu’il voyait Jo sourire à ses côtés et que lui aussi, en faisait de même, il avait l’impression que tout allait bien. Une image de la famille parfaite qu’il avait bien longtemps désiré avec la jeune femme. Malheureusement, cette vie ne lui appartenait pas. Le tableau pour le moins parfait qu’ils pouvaient offrir aux regards des autres, ne l’était en rien. Et même s’il parlait sérieusement à Jo, qui ne lui répondit pas, il n’avait, pas pour le moment, envie de réitérer ses paroles. Il se doutait bien qu’elle avait entendu et il décida de lui laisser le temps de poursuivre cette conversation plus tard. Ils avaient le temps après tout.

Isaac resta légèrement en retrait lorsque la jeune femme se saisit de l’enfant et qu’elle la posa au sol pour l’entraîner au château un peu plus loin. Ce fut avec grand étonnement que l’enfant lui tendit la main. Le cinquantenaire leva alors son regard sur Jo et saisit la main de Juliane après un brève hésitation tout en souriant. Mais le chemin fut pour le moins rapide car la petite fille décida qu’il était temps de lâcher leurs mains pour se ruer vers l’attraction seule. Isaac observa Jo un instant tout en souriant avec tendresse. Le rôle de mère lui allait à ravir. Il décida de la suivre jusqu’au banc où il s’installa aux côtés de la jeune femme sans pour autant prendre la parole, attendant qu’elle fasse le premier pas.

Contre toute attente, Jo se mit à lui raconter le pourquoi elle n’avait rien dit au père de l’enfant au sujet de cette enfant qui jouait tranquillement dans le château à quelques mètres d’eux.
Il l’écouta avec attention tout en fixant le sol face à lui et releva son regard brun en sa direction lorsqu’elle se demanda pourquoi elle lui disait tout cela. Il se redressa pour s’appuyer contre le dossier du banc et se mit à sourire tout en ajoutant amusé « Peut-être que tu as encore un tout petit confiance en moi. »

Isaac reprit son sérieux et poussa un long soupir « Tu as eu raison de ne rien lui avoir dit lorsque tu étais enceinte. » Il tourna la tête en direction de Jo avant de poursuivre « Un enfant rend un divorce bien plus difficile encore car ça aurait eu lieu tôt ou tard. Vous auriez finis par être malheureux autant l’un que l’autre et Juliane aurait fini par le ressentir alors… »Il sourit et reprit « Je ne suis pas peut-être la personne la mieux placée pour te dire ça, mais je pense que tu as pris la meilleure décision. »

Non, en effet, Isaac n’était pas le mieux placé pour donner le moindre conseil à autrui au vu de ses relations passées mais il voulait rassurer Jo sur sa décision. Il posa sa main sur le genou de la jolie brune et ajouta « Ne t’en veux pas de ne pas passer beaucoup de temps avec ton enfant, profites des moments sans te poser de questions. Tu es une bonne mère, n’en doute pas un seul instant princesse. »

Le cinquantenaire retira sa main de la jambe de Jo et souffla entre ses mains glacées avant d’ajouter « Au faites, notre cher ami Terrence n’a pas fini la soirée seule la dernière fois. Il est repartit au bras de deux jeunes femmes. J’aurai peut-être dû rester un peu plus longtemps finalement. » Fit-il en riant avant de donner un petit coup d’épaule à Jo « Je plaisante ! La soirée a été… Parfaite. » conclut-il tout en la regardant fixement. « Mais je n’aurai pas été contre d’une deuxième femme... » Finit-il par ajouter pour détendre légèrement l’atmosphère.


BY .SOULMATES


_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageVen 18 Nov - 14:48






Il y a un fossé entre explication et excuse.

C'était pas faux… Pourquoi est ce qu'elle était en train de lui raconter tous ça ? Et pourquoi pas les détails de l'accouchement aussi ? Peut-être parce que cette décision peu de gens la comprenait, peu de gens comprenait vraiment le sens de son choix surtout. Beaucoup pensait que c'était juste une histoire de vengeance, pour faire souffrir Logan. D'autre une histoire d'égoïsme de sa part… Sincèrement si elle avait pu avoir une fille si extraordinaire et garder le père de l'enfant avec elles, Jo l'aurait fait. Mais la relation qu'elle avait avec Logan s'était essoufflée, ils ne s'aimaient plus comme avant… Il n'y avait plus cette petite flamme qui faisait briller ses prunelles foncés, plus ces petit picotement dans le ventre lorsqu'il rentrait du travail et qu'ils avaient la joie d'être enfin ensemble… Elle savait qu'une partie de tout ça était sa faute…

Joséphine expliquait tout cela à Isaac sans doute pour qu'il comprenne un peu mieux sa vie actuelle. Elle n'était plus la jeune femme insouciante, qui prenait la vie comme elle venait. Maintenant elle était maman et ça changeait bien des choses… Elle voulait qu'il parvienne à comprendre pour qu'il arrête de la juger si sévèrement. Encore une fois, elle était fautive, elle le savait.

Iz sembla s'être un peu calmé, et la colère avait quitté son regard. Jo pu le constaté lorsqu'elle le regard faire une trait d'humour. Un sourire s'afficha au coin de ses lèvres et elle baissa à nouveau la tête quelques secondes. Il avait peut-être raison… « -j'ne sais pas si c'était la bonne décision, mais en tout cas c'est celle qui me paraissait la plus censée à ce moment là. » Parfois Logan lui manquait… Elle aurait aimé que sa fille puisse sauter dans les bras de son père lorsqu'il rentrait le soir du travail, qu'elle puisse lui montrer ses dessins, rire avec lui… Tisser une belle complicité… Il aurait été également là pour l'épauler lorsque ça n'allait pas, lorsqu'elle se sentait trop fatiguée pour faire un repas équilibré, ou gronder sa fille. Mais elle était seule et chaque jour elle assumait son choix, en se disant qu'elle allait assurer… Si ça n'était pas le cas, elle se jurait de faire mieux le lendemain.

Jo regarda à nouveau Isaac lorsqu'il voulu la convaincre qu'elle était une maman pas trop merdique. « -j'essaye de faire de mon mieux… Elle me fait des câlins, ça veut dire qu'elle me déteste pas... » ajouta la jeune femme en regardant sa fille, un sourire amusé sur les lèvres.

« -oh les pauvres... » souffla Jo au sujet des conquêtes de l'ami d'Isaac. « -si y'avait eut une autre femme dans ton lit, crois moi ça m'aurait empêcher de tout faire merder entre nous... » Oui, elle aurait sûrement fait demi tour au plus vite. Son sourire resta quelques instants sur ses lèvres alors qu'elle regardait ses pieds. Puis elle poussa une petit soupire avant de dire : « -j'suis désolée Iz… Vraiment... » Désolée justement d'être venu chez lui, d'avoir été faible…

« -Maman! Maman ! Coucou ! » cria Juliane un peu plus loin, toujours en train de jouer avec entrain. Sa petite main s'agita dans l'air froid du début d'hiver et Jo lui sourit avant de lui rendre son signe de la main : « -coucou ma chérie ! » Jo ne prit pas la peine de lui dire de faire attention. Sa fille avait hérité d'un beau mélange de son caractère intrépide et de celui de son père. Ce qui en faisait une petit casse-cou qui grimpait toujours de partout. La jeune femme regarda encore sa fille pendant quelques secondes avant de dire : « -j'men suis voulu aussi… crois moi… Lorsque je me suis levée ce matin là, et que j't'ai vu dormir si paisiblement… J'avais envie de rester encore une fois… » Elle marqua une pause. Oui, elle avait eu envie de rester, de revivre en quelque sorte une seconde fois leur histoire. Mais… Mais les choses étaient bien différente aujourd'hui…

« -j'ai pensé à t'appeler… Mais j'voulais pas parler de ça par téléphone… J'ai déjà assez gâché les choses pour les rendre encore plus moches… Et puis j'ai passé ma vie au boulot, j'ai pas trouvé le bon moment… et... » Un nouveau soupire. Elle avait dit tout ça sans le regarder, le visage tourner vers sa fille qui jouait. « -et plus les jours avançaient moins je trouvais d'explication... » Lorsqu'elle se pinça les lèvres entre elle, cette fois-ci elle tourna le visage vers Isaac. Elle tu un petit rire nerveux avant de dire : « -en même tant t'es bien fautif aussi dans tout ça, tu débarques en jouant notre chanson au piano, tu me fais danser en me regardant comme si j'étais la femme la plus désirable du monde… Je... » Jo secoua la tête de gauche à droite en souriant avant d'ajouter : « -je sais pas pourquoi j'ai débarqué chez toi, c'était comme plus fort que moi. Parce que c'est toi… tout bêtement... » Oui, bon c'était peut-être pas une super argument mais c'était le seul qu'elle avait sous la main, le seul qui donnait de la crédibilité à son acte. « -j'avais prévu de rentrer pas trop tard ce soir là, me coucher seule dans mon lit après avoir regarder Juliane dormir dans son petit lit, l'avoir embrassé sur le front en lui soufflant tendrement un bonne nuit à l'oreille. » Elle sortit sa main gauche de sa poche et l'ouvrit devant elle comme pour appuyer le constat : « -mais c'était toi, pas un autre… Toi et… Quand j'suis montée dans ce taxi j'avais déjà lutté pour pas t’embrasser… » Elle rit à nouveau un peu nerveusement et ajouta en le regardant en souriant : « -oui t'es contant tu me fais toujours de l'effet... » Jo souriait parce qu'elle n'avait pas envie de cette colère entre eux. Ils étaient sans doute capable de parler gentiment, en s'expliquant les choses avec sincérité. En tout cas c'était ce qu'elle était en train de faire…



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageSam 19 Nov - 21:31

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway
Pourquoi se confiait-elle à lui de la sorte ? Il n’en avait pas la moindre idée mais il s’en moquait bien de connaître les raisons de ces confidences soudaines. Elle se livrait à lui, elle lui faisait confiance en lui confiant une partie importante de sa vie et c’était ce qui importait le plus à Isaac en cet instant. Elle faisait un pas en sa direction et il n’avait pas envie de reculer, alors il l’écouta avec attention tout en tentant de la rassurer sur la décision qu’elle a prise. Une décision qui n’était pas aisée car c’était sa fille qui se trouvait au milieu de tout cela, la prunelle de ses yeux et depuis le jour où le test s’était révélé positif, la jeune femme n’avait eu d’autre choix que de penser pour deux. Alors oui, Isaac comprenait sa décision. Elle voulait uniquement protéger l’enfant d’une situation bien trop compliquée et complexe pour elle. Pourtant, après toutes ces années, la jeune femme ne savait toujours pas si cela était une bonne décision mais pour aux yeux du cinquantenaire, ça l’était. Il tenta alors de la rassurer sur le fait qu’elle était une bonne mère et il sourit lorsqu’elle lui répondit qu’elle tentait de faire de son mieux. « En général, c’est comme ça que ça se passe avec les enfants. » Fit-il tout en suivant le regard de Jo pour se poser sur la petite fille qui jouait non loin d’eux.

Isaac décida de jouer la carte de l’humour pour tenter d’apporter un peu de légèreté à l’ambiance, même s’il s’était calmé, les révélations de Jo avaient sûrement été difficile pour cette dernière, alors il préféra lui changer les idées en plaisantant. Il se mit à rire lorsqu’elle plaignit les deux jeunes femmes qui étaient reparties avec Terrence. Lui aussi les plaignaient. Il tourna la tête en direction de Jo, ne comprenant pas vraiment où elle voulait en venir en disant cela mais il eut sa réponse lorsqu’elle s’excusa. Le cinquantenaire baissa alors la tête et son regard se posa sur ses pieds. « Ce n’est rien, ne t’en fais pas. » Finit-il par dire avant que l’enfant n’appelle sa maman au loin. Il releva alors les yeux et sourit légèrement face à la complicité des deux « femmes ».
Isaac n’osa prendre la parole et observa les alentours avant que la voix de Jo ne le fasse revenir sur l’instant présent. Sans la regarder, il continua de l’écouter jusqu’à ce qu’elle lui avoue qu’elle avait eu envie de rester. Le cinquantenaire reporta alors toute son attention sur Jo et alors qu’il s’apprêtait à rétorquer qu’il aurait aimé aussi, l’avoir dans ses bras au réveil, elle poursuivit…

Le policier resta interdit face aux révélations de Jo, l’écoutant avec attention, ne la quittant pas un instant du regard et puis il se mit à rire lorsqu’elle évoqua le fait que c’était aussi de sa faute, avec son regard, le piano… Oui, ça l’avait fait rire mais ne regrettait pas un seul instant cette soirée passée avec elle. Son sourire disparut peu à peu et continua d’écouter la jolie brune à ses côtés. Si elle savait à quel point cela avait été dur pour lui aussi de ne pas l’embrasser ce soir-là, avant qu’elle ne parte… Puis il se mit à sourire, taquin lorsqu’elle lui avoua qu’il lui faisait encore de l’effet.
Après plus de dix ans, ils s’attiraient encore l’un et l’autre, tels des aimants.  «  Hum… Intéressant tout ça, dis-moi. En faites, je n’ai plus besoin de te séduire finalement ?! » Finit-il par dire, pour la taquiner.

Isaac redevint sérieux et la regarda fixement dans les yeux, comme si c’était la huitième merveille du monde, comme lors de cette soirée, lorsqu’elle dansait dans ses bras, blottit contre lui. Puis l’enfant les interpella de nouveau, ce qui attira l’attention d’Isaac  « On va jouer avec elle ? ». Il se leva et se dirigea vers le château avec Jo avant de s’arrêter et de lui saisir le poignet pour l’attirer à lui. Son autre main froide se posa contre la joue de la jolie brune et il lui sourit tout en approchant son visage du sien « J’aurai aimé, moi aussi, que tu restes pour le petit-déjeuner et je suis ravi de voir que finalement, tu es toujours aussi folle de moi. ». Isaac jeta un coup d’oeil vers Juliane qui était dos à eux et il en profita pour embrasser Jo à pleine bouche. Il mit lentement fin au baiser et souffla tout en la regardant droit dans les yeux « Je voulais juste vérifier à quel point je faisais toujours d’effet. ». Il lui sourit et se rendit auprès de l’enfant et se retourna en direction de Jo « Si on allait se réchauffer... » Fit-il taquin avant d’ajouter « Dans un café, pour boire quelque chose de chaud ?! Parce que je ne sais pas vous mesdemoiselles, je suis gelé. » Il s’approcha de la jeune femme et ajouta « Ensuite je partirai. »

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageSam 19 Nov - 23:01






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Jo avait été plus que sincère dans ses propos. Et elle ne le regrettait pas. Ça lui avait fait du bien, elle se sentait presque soulagé d'avoir avoué ça à Isaac. Même si elle savait qu'il allait avoir les chevilles qui allaient gonfler ou croire qu'elle était complètement folle de lui. Ça n'était pas le cas, mais elle ne pouvait pas nier qu'elle était toujours sensible à son charme et qu'elle éprouvait toujours pour lui une profonde tendresse. Et même s'il était arrivé énervé chez elle aujourd'hui, elle ne regrettait pas sa venue. Au moins ils pouvaient se parler, mettre les choses à plat. Et ça faisait du bien.

Elle sourit en regardant Isaac avant de répondre : « -une femme a besoin d'être séduite chaque jour qui passe... » Un petit haussement de sourcil amusée avant que son sourire ne s'élargisse un peu plus. Pas besoin de chanson au piano ou de bouquet de fleur… Parfois juste un petit post-it sur le frigo suffisait. Un petit sms dans la journée, un « j'suis en bas » alors qu'on était pas censé ce voir ce jour là. Jo n'avait jamais cru au prince charmant des contes de fées. Elle était loin d'être la princesse idéale… Elle ne souhaitait pas vivre une histoire d'amour parfait, parce que le parfait c'était très vite chiant. Enfin de toute façon, ça n'était pas parce qu'elle venait d'avouer tout ça qu'elle demandait à Isaac une nouvelle love story.

Jo tourna le visage en direction de sa fille qui les appelait en riant, heureuse et pleine de vie. Elle hocha la tête pour dire oui à Iz, et elle se leva en souriant à sa fille. Mais à peine quelques pas de fait, qu'Iz lui saisit le poignet pour l'attirer à lui. Elle ne résista pas, se laissant faire, son regard s'encrant dans celui de cet homme qui avait le don de perturber sa vie. Elle sourit avec tendresse à ses aveux, avant de rire. « -j'ai pas... » mais elle n'eut pas le temps de finir sa phrase. Iz venait de l'embrasser avec passion. Elle répondit à son baiser avec la même intensité, son corps coller contre le sien. Puis elle se mit à rire joyeusement de ce rire enjoué qui la caractérisait. « -qui est le plus fou ? » demanda alors la jeune femme en reprenant sa marche, jetant un regard amusé à Isaac.

« -coucou ma chérie ! » chantonna Jo en arrivant près de la petite. Celle-ci se tourna vers sa mère tout sourire. L'enfant lui indiqua le grand toboggan, et Jo plissa le nez en disant : « -tu crois que tu es assez grande Juliane ? » La petite fit exactement la même mimique que sa mère lorsqu'elle était prise en faute, avant de pencher la tête sur le côté complètement adorable. « -d'accord une fois et on va se mettre au chaud après. » L'enfant poussa un cri de joie, avant de courir jusqu'à l'échelle qui permettait de monter sur le toboggan. « -tu l'aides ? » demanda la jeune femme à Isaac, alors qu'elle se dirigeait vers le bas du jeu, afin de réceptionner sa fille.

Elle n'avait pas répondu ni relevée les derniers mots d'Isaac, parce qu'elle n'avait pas envie d'y répondre tout simplement. Il lui avait posé une question un peu plus tôt, lui demandant de faire un choix. Mais ce choix, elle n'avait pas la moindre envie de le faire. Parce que parfois c'était bien de ne pas mettre de vraies limites. Pourquoi choisir ? Pourquoi dire oui ou non.

« -oui ! Youpi ! » s’exclama Jo alors que sa fille glissait le long du toboggan, riant à coeur joie. Elle tendit les bras pour la récupérer au vol, évitant ainsi qu'elle ne tombe avec la vitesse. Puis elle tourna sur elle même avec la petite dans ses bras avant de coller un bisou sur le joue froide de la petite. Juliane vint frotter son nez contre celui de sa mère. Elles riaient toutes les deux, heureuse de ce moment passé ensemble. « -aller on va au chaud. » déclara Jo en leva les yeux vers Isaac avant de reposer sa fille sur le sol et de lui prendre la main. Puis elle remit son sac à main et le sac change sur son épaule tendit que Juliane tendait à nouveau la main vers Isaac.

« -y'a un petit café sympa pas loin. » En quelques minutes ils furent arrivés, et ce fut avec délice que Jo se laissa entouré par la chaleur du lieux. Après un bonjour au serveur derrière le comptoir, elle se dirigea vers une table dans le font, tenant toujours Jill par la main. Elle l'installa sur la banquette de cuir, avant de lui retirer son écharpe, son bonnet et son petit manteau. « -c'est possible d'avoir un chocolat chaud avec un paille, et un thé au citron s'il vous plait ? » demanda la jeune femme lorsque le serveur s'approcha pour prendre la commande. Elle laissa le soin à Iz de passer sa commande, et quitta à son tour son manteau. Juliane grimpa alors sur ses genoux, et Jo embrassa ses cheveux.  



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageDim 20 Nov - 21:39

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway

En cet instant, alors assis sur le banc dans la froideur de l’hiver, Isaac était complètement perdu face à la situation même s’il n’en montrait rien à la jeune femme à ses côtés. N’étaient-ils que des ex qui étaient en bon termes ? Construisaient-ils l’amitié qu’il désirait à leur séparation ? Ou était-ce une seconde chance qui s’offrait à eux ? Une chance de faire la différence, de tout changer ? Si on le lui demandait en cet instant précis, il aurait haussé les épaules en disant qu’il n’en avait pas la moindre idée et qu’il allait laisser le temps faire son chemin et décider pour eux. Finalement, c’est comme ça que ça se déroulait depuis le début alors pourquoi tout arrêter ?! Pourquoi se poser des questions alors qu’il n’y avait aucune réponse ? Autant laisser faire le destin, il semblait, contrairement à Isaac et Jo, savoir où toute cette histoire allait les mener…

En attendant, autant profiter de cet instant…

Alors il sourit tout en jetant un long regard à la jolie brune à ses côtés. Elle avait raison. Une façon se séduisait un peu plus chaque jour et de bien des façons, comme lorsqu’elle rentrait exténuer d’une fin de journée de travail et qu’elle n’avait plus qu’à mettre les pieds sous la table car le dîner était prêt et les chandelles posées sur la nappe blanche. Ou encore un week-end improvisé à la dernière minute pour s’évader en tête à tête…
Puis la voix de l’enfant retentit et le cinquantenaire se leva avec Jo mais décida au dernier instant de l’embrasser avec passion et contre toute attente, elle le lui rendit alors qu’elle aurait pu le repousser. Mais non, elle l’avait embrassé en retour, avec cette même envie et puis ce rire qui le faisait frissonner de toute part, retentit, ce qui le fit sourire avec tendresse. « Je crois que nous sommes à égalité pour le moment princesse. » Finit-il par dire sans se départir de son sourire avant de rejoindre l’enfant. Jo ne succombait pas qu’à son charme, mais aussi à celui de sa fille qui réussi à obtenir une descente sur le grand toboggan. Isaac resta un moment interdit lorsqu’elle lui demanda d’aider Juliane à monter les marches. Il sourit de nouveau et accepta, saisissant les mains de la petite fille et il avança à son allure avant de s’accroupir à sa hauteur lorsqu’ils furent tout en haut « Tu fais attention. », puis elle glissa, s’amusant aux éclats de ce court instant. Le cinquantenaire s’approcha de Jo et Juliane et hocha d’un signe de tête. Oui, il était temps d’aller au chaud parce qu’il commençait à geler sur place le policier ! Il saisit la main que lui tendit la petite fille et ils se rendirent dans un café non loin d’ici et que semblait connaître Jo « On te suis princesse. »

Isaac s’installa sur la chaise face à la banquette où se trouvait les deux jeunes femmes et les laissa prendre commande avant d’ajouter « Un café pour moi s’il vous plaît. » avant de tendre un billet pour régler les consommations. « Gardez la monnaie. » ajouta-t-il avant de reporter son attention sur Jo et l’enfant assise sur ses genoux « C’est impressionnant comment elle te ressemble… » Ajouta-t-il avec un sourire tout en s’appuyant contre le dossier de son siège. Il remercia le serveur qui leur apporta les boissons et il prit une gorgée de café avant de reposer son regard sur Jo. Son téléphone sonna, ce qui le fit sursauter. Il s’éloigna pour répondre tout en jetant quelques coups d’oeil à Jo et l’enfant. « C’est un café entre la 5ème et la 8ème avenue, à Brooklyn. » « ... » « Je m’en fou qu’il y ait de la circulation, je n’ai pas que ça à faire. » « ... » « C’est ça, oui ! ». Isaac raccrocha et inspira profondément avant de retourner auprès de la jolie brune « Désolé, c’était le travail. ». Il se mit à sourire amusé en voyant la moustache de chocolat sur les lèvres de Juliane. Il se saisit alors d’une serviette et se pencha pour essuyer la bouche de l’enfant « C’est mieux comme ça. ».

Isaac se sentait apaisé au contact de Jo et de sa fille, voire même heureux en leur compagnie, oubliant les tracas de la vie quotidienne et son entrée fracassante dans l’appartement de la jeune femme quelques heures auparavant. Mais son sourire disparu lorsque le serveur posa sa main sur son épaule pour le prévenir que quelqu’un l’attendait à l’entrée du café. Il se retourna et vit un homme en costume, les mains croisées devant lui, une trentaine récente et relativement joli garçon même si son côté bad boy en effrayer plus d’un. Isaac se retourna en direction de Jo et ajouta « Je reviens, ne bouge pas. ». Il se leva et avec toute la froideur dont il était capable, s’avança vers l’homme à qui il serra une brève poignée de main.

- « Jolie famille. » Dit-il en regardant en direction des deux jeunes femmes que venaient de laisser Isaac.
- « On arrête de jouer et c’est moi qu’on regarde, compris ?! Voici le nom et l’adresse de Danny Cutter, il vous donnera les informations dont vous avez besoin. Maintenant disparaissez et oubliez-moi. C’est de l’histoire ancienne dorénavant. »
- « Bonne journée. »
- « C’est ça, oui. »

Isaac attendit que l’homme quitte le café pour retourner auprès de Jo et de l’enfant, prenant une gorgée de café à peine fut-il installé.  « Désolé… Bon, de quoi on parlait déjà ?! » Fit-il avec un sourire, comme si de rien n’était.

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 21 Nov - 15:11






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Comme Jo l'avait dit à Iz, il avait juste fallu un peu de temps à sa fille pour l'accepter. Bien entendu ça n'était qu'une petite fille, alors les choses pouvaient très bien changé, mais pour le moment Juliane semblait bien aimé celui qui lui avait pourtant fait peur lorsqu'il était arrivé chez elle. Elle avait du sentir qu'il y avait un truc entre sa maman et cet homme, que Jo l'appréciait sinon, connaissant le caractère déjà bien trempé de Jill, Jo aurait parié qu'elle aurait boudé, lançant des regards noirs à l'étranger venu perturber leur petite vie. Alors suivant l'instinct de sa fille, Jo ouvrit un peu plus la porte à Isaac, cette porte d'entrer dans sa vie, dans celle de sa fille. Elle espérait ne pas faire une connerie, mais de toute façon elle ne pouvait pas avoir de certitude… Lui demander d'aider Juliane pour grimper sur le toboggan, d'un point de vu de maman c'était une super preuve de confiance.

Tout en marchant, serrant la main de sa fille dans la sienne, Jo se mit à penser que les choses auraient pu être bien différente entre Isaac et elle. Que l'enfant qu'ils tenaient chacun par la main aurait pu être le leur… S'ils s'étaient rencontrés plus tard, autrement, dans une autre vie… Peut-être qu'elle aurait pu pardonné les mensonges, construire une vraie belle histoire d'amour… Non pas qu'un nuage de fumée… De toute façon elle ne pouvait pas réécrire l'histoire. Juliane était la fille de Logan, d'un homme qui n'était pas là, qui ne savait même pas qu'elle existait. Et c'était sans doute mieux ainsi.

« -tu n'es pas le premier à me le dire… » Oui, sa fille avait hérité d'un bon paquet de choses qui la caractérisait elle. Son rire, ses grimaces, sa façon de froncer les sourcils et de bouder… Son goût pour l'aventure, son amour pour la musique et le chant. Jo aimait lorsqu'on lui disait ça, parce que son petit trésor lui ressemblait à elle, et non à son père. Enfin… Si parfois elle avait des expressions de Logan, des façons de se tenir… Lorsqu'elle constatait ça, étrangement ça lui donnait comme un coup de poing dans le ventre… Mais c'était son choix, sa responsabilité, sa faute aussi. Alors elle continuait de la nourrir de son amour, de la protéger comme une lionne tout en lui laissant vivre ses propres expériences.

Jo sourit alors à Isaac avant de remercier le serveur pour les boissons avant de dire à sa fille d'attendre quelques secondes. « -souffle ? » Jo se mit à rire et répondit : « -oui on souffle parce que c'est chaud. » Sa fille c'était sa joie de vivre ! Elle avait même du mal à imaginer comment elle avait pu vivre sans elle pendant tout ce temps. Soufflant toutes les deux en coeur, Jo leva les yeux vers Isaac qui se levait pour téléphoner. Elle l'observa de loin, son regard s'assombrissant légèrement. Elle connaissait trop de genre de chose, ces messes basses, ce ton de voix… Il avait pourtant dit avoir changé… Alors elle embrassa les cheveux de sa fille. La petite refusa la paille et Jo essaya de négocier : « -tu es certaine Juliane ? » Un signe de tête avec un sourire complètement innocent, alors forcement Jo finit par dire oui, tout en l'aidant à soulever la tasse.

Les moustaches de chocolat de sa fille la firent rire, évitant ainsi de relevé les fait qu'elle avait déjà entendu trop de fois cette excuse de boulot de la part d'Iz. Elle n'eut pas le temps de dire quoi que se soit qu'Isaac se levait à nouveau pour se diriger vers un homme qui ne lui inspirait pas confiance. Elle adressa tout de même un petit signe du menton à l'homme qui la fixait du regard, avant de se concentrer à nouveau sur Juliane.

Lorsqu'Isaac revint comme si de rien, cette fois-ci Jo n'arriva pas à sourire. Elle posa son regard sur lui, et ses yeux posait ses questions pour elle. C'était qui ? C'était quoi ? Pourquoi ? « -on disait qu'on allait bientôt rentrer… » souffla la jeune femme en buvant son thé, son regard insistant toujours posé sur Iz. Elle patienta le temps que Juliane et terminée son chocolat, buvant son thé assez rapidement. Jo soupira tout en se pinçant les lèvres, regardant à nouveau Isaac. « -dis moi que ça n'est pas ce que j 'crois... » Oui, elle voulait savoir, être certaine. Et pas de mensonge cette fois-ci, sinon c'était vraiment terminer. Elle stopperait nette ce qui était en train d'arriver. Elle répondrait à la question qu'il lui avait posé dans le parc, et elle dirait non. Elle lui dirait de sortir de sa vie. Parce qu'elle ne voulait pas de lui s'il se traînait encore de vieilles casseroles du passé.  



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 21 Nov - 16:34

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway


Un retour en arrière… Voilà quelle impression cela pouvait donner à Jo tout comme Isaac lorsque son portable sonna. Il avait reconnu le numéro sans peine et c’était la raison pour laquelle il s’était levé, s’éloignant ainsi de la petite famille. Son passé comptait lui rendre une petite visite, s’il l’on pouvait dire cela ainsi et il ne voulait pas que Jo interprète mal la conversation avec interlocuteur, aussi brève fut-elle.
Isaac retourna alors auprès de la jeune femme tout en s’excusant et même ces mots lui donnaient une sensation de déjà vu mais l’ignora, se concentrant uniquement sur la moustache de chocolat de l’enfant qui fit rire Jo mais une fois encore, le travail venait briser ce doux instant de complicité entre eux trois et de nouveau, Isaac se leva pour aller à la rencontre du trentenaire qui l’attendait près de l’entrée. Quoi que l’on pouvait penser, Isaac n’aimait en rien l’homme qui était face à lui mais il ne pouvait pas le laisser dans une situation difficile et délicate sans agir, c’était ainsi. Il ne pouvait se l’autoriser mais là encore, il tenta de mettre fin rapidement à leur conversation, puis le cinquantenaire retourna auprès de Jo et de l’enfant.

A peine fut-il installé, qu’il croisa le regard de la jeune femme et comprit ce qu’elle voulait lui dire. Ces questions silencieuses, les doutes que tout ça venaient de faire surgir en elle, l’impression que finalement il n’avait pas changé, tout cela, il s’en doutait mais Isaac ne souhaitait pas en parler ainsi, dans le café au risque d’oreilles indiscrètes qui pourraient les entendre parler. Alors il feignit de ne rien avoir vu, que rien ne s’était passé mais la réalité le rattrapa plus vite que prévu. Jo souhaitait rentrer, ce qui ne présageait rien de bon sur ce qui allait venir mais n’en montra rien, répondant simplement « Je vous raccompagne. » et termina son café avec autant de rapidité que Jo finissait son thé citron. Son regard posé sur sa tasse vide, il entendit la question de Jo. La question qu’il attendait depuis qu’il s’était rassis face à elle. Sans un mot, il releva lentement son regard brun sur elle et l’observa un court instant. Elle semblait sincèrement vouloir croire qu’il avait changé sinon pourquoi ces yeux-là ? Pourquoi ce pincement de lèvres et cette question à demi mot…  « Si on pouvait ne pas en parler ici, cela m’arrangerait Jo. »

Isaac ponctua ses mots en se levant, enfilant son long manteau et se saisit de la petite fille, le temps que Jo ne se prépare à son tour. Il déposa l’enfant au sol et déposa sa main sur le bas du dos de Jo, la conduisant ainsi à l’extérieur du café après avoir salué le serveur. Il inspira profondément l’air frais qui soufflait à l’extérieur et posa son regard sur la jeune femme. « Non, ce n’est pas ce que tu crois… Enfin pas totalement... » Ça ne commençait pas très fort ! Il se passa une main dans la nuque tout en se dirigeant jusqu’à l’appartement de Jo. Comment commencer ?! « J’ai quitté le milieu de l’infiltration il y a un peu plus d’un an pour devenir instructeur à l’académie de police. Je pensais que tout ça était derrière-moi, jusqu’à ce qu’un jeune officier de police ne vienne me voir un soir en fin de semaine, ça remonte à quelques jours à peine. Il m’a dit être infiltré dans une petite famille mais dont l’organisation était en plein essor et que sa couverture était en danger, ils commençaient à se douter de quelque chose à son égard. » Il posa son regard sur Jo, se demandant si elle avait toute attention et si elle lui faisait assez confiance pour le croire « Je lui ai dis que tout ça était terminé pour moi, qu’il allait devoir se débrouiller seul mais il n’a rien voulu entendre et m’a dit que si je ne lui donnais pas une astuce pour qu’il s’en sorte en vie, alors il n’hésiterait pas à me pourrir la vie… Petit con ! Je lui ai donc donné le nom de Danny Cutter, un ancien indic’ qui bossait pour moi et qui a des oreilles partout dans cette ville. »

Le policier s’arrêta de marcher et s’approcha de la jeune femme, son regard dans le sien « Tout ça est terminé et si ce petit con revient, je lui ferait comprendre qu’il ne faut pas jouer avec moi… Je ne veux plus te mentir et encore moins vous mettre en danger toutes les deux…  Si tu veux savoir autre chose, pose-moi tes questions mais je te demande juste une chose, de me croire sur parole lorsque je te dis que tout ça, ça n’existe plus pour moi. » Il posa tour à tour son regard sur Jo et Juliane puis reporta son attention sur la jeune femme « Je peux au moins vous raccompagner ? »

Il avait été sincère, lui avait expliquer qui était réellement cet homme qui se croyait au-dessus de lui alors qu’il n’était qu’un adolescent à qui on avait confié une mission d’homme.
Ce métier, ces mensonges… Ça avait détruit tout ce qui était bien dans sa vie et en voyant cette enfant, le regard que Jo posait sur elle… S’il n’avait pas tout gâcher, peut-être que ça aurait pu être leur bonheur à tous les trois… Alors non, il ne voulait pas détruire à nouveau ce qui se passait entre eux… Même s’il ne savait pas vraiment ce qui se passait entre eux…

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 21 Nov - 17:14






Il y a un fossé entre explication et excuse.

« -d'accord... » avait soufflée Jo en baissant les yeux sur sa fille avant de se lever et de lui mettre son manteau. Parfois elle l'enviait de vivre dans ce petit monde innocent où tous n'étaient que jeu et rire… Elle voulait la préservé le plus possible des blessures de la vie, lui donner la meilleure des enfance possible. Jo noua l'écharpe de sa fille et lui mit son bonnet un peu trop loin sur les yeux juste pour avoir la joie d'entendre son petit rire cristallin. Puis elle enfila sa veste, laissant Isaac prendre Juliane dans ses bras. Il était temps de rentrer.

Une fois dehors, Jo glissa sa main dans celle de l'enfant, avant de regarder Isaac qui commençait à lui donner des explications. Mais les premiers mots qu'il dit lui firent froncer les sourcils, ça n'était pas vraiment ce qu'elle voulait entendre. Pourtant elle ne le coupa pas, le laissant aller jusqu'au bout de ses explications. Son regard se posa sur le chemin qu'ils empruntaient, alors que sa main faisait balancier avec celle de sa fille qui sautillait complètement indifférente à la conversation qu'avaient les adultes. « -petit con ! » répéta Juliane alors avant de se mettre à rire en levant sa bouille d'ange vers sa mère qui avait écarquillé les yeux. « -oh non mademoiselle, ça c'est un vilain mot, les petites filles n'ont pas le droit de dire ça. Parce que c'est moche dans ta bouche. » Et voilà que la petite prenait cette mine boudeuse, avant de se remettre à sautiller comme si elle avait déjà oublié.

Jo leva alors son regard vers Isaac et lui fit les gros yeux pour lui faire comprendre que ça serait sympa qu'il surveille son langage… Elle s'arrêta de marcher en même temps que lui, plantant son regard dans le sien. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait envie de lui faire confiance, de croire en ce qu'il était en train de lui dire. Il semblait sincère, et elle avait l'impression qu'il n'avait pas la moindre envie de gâcher à nouveau ce qu'ils étaient en train de vivre. « -d'accord... » souffla-t-elle à nouveau, pour lui faire comprendre qu'elle avait bien entendu son discours. Un léger sourire avant qu'elle ne se remette en route.

Une fois devant les escaliers qui menait à l'appartement, Juliane tendit les bras vers sa mère. « -viens là poussin. » dit la maman en prenant l'enfant dans ses bras afin de grimper les marches avec elle. « -tu es fatiguée ma chérie ? » Un petit hochement de tête de la part de sa fille et Jo sourit avec tendresse. Il était peut-être temps pour elle de faire une petite sieste. Cela laisserait du temps à la jeune femme pour parler avec Isaac. Parce qu'elle comptait bien lui poser ses questions.

Jo déverrouilla la porte la petite tête de Jill blottit dans son cou. « -tu peux t'installer dans le salon, je la mets couchée et j'arrive. » dit-elle à Issac avant de déposer sa fille sur le sol et de s'agenouiller près d'elle pour lui retirer ses affaires. Elle accrocha le manteau, l'écharpe et le bonnet sur le portant avant d’entraîner Juliane vers sa chambre. « -aller un petit dodo et on fera le goutter lorsque tu te réveillera. « - tu va chercher mister panda ? Il se cache où ce coquin ? » demanda la maman avant de frotter le bout de son nez contre celui de sa fille. Celle-ci partie en courant dans le salon pour chercher sa peluche fétiche, et avant de revenir dans la chambre d'enfant, elle fit un petit signe de main à Isaac. Jo observa la scène une épaule coller contre le montant de la porte, un sourire tendre sur les lèvres.

Après un câlin et un gros bisous, Jo mit en route la boite à musique et laissa sa fille se reposer. Elle ferma la porte avec lenteur, avant de revenir vers le salon où elle avait laisser Isaac. Elle se passa une main dans les cheveux en penchant la tête sur le côté, avant de s’asseoir dans le fauteuil en face du canapé. « -j'suis désolée de réagit ainsi… Mais… J'en ai tellement vu avec toi... » ironisa Jo en souriant à Isaac. « -j'espère que ça ne va pas t'attirer des ennuis le venu de ce type… » Oui, elle voulait le savoir en vie, sain et sauf et non pas en train de courir à nouveau pour éviter la mort. Un léger petit silence passa avant qu'elle ajoute sur un tout autre sujet : « -j't'avais dis que Juliane finirait par t'apprécier. » Et il fallait bien avouer que cela plaisait à la maman qu'était Jo.

Elle passa une mèche de ses cheveux derrière son oreille, avant de sourire à cause de son geste. Voilà il savait déjà que c'était un truc sérieux qu'elle allait dire. Elle se lança alors : « -tu m'as demandé si je voulais que tu restes ou non dans ma vie. » La jeune femme posa son regard sur Iz et ajouta : « -je n'ai pas de réponse à te donner. Je ne veux pas faire ce choix. J'suis heureuse de t'avoir retrouver, et je crois que… - haussement d'épaule – j'crois qu'on devrait voir, laisser se faire les choses sans calculer, sans se donner une ligne de conduite ou un but à atteindre. » Elle espérait qu'il comprenait ce qu'elle voulait dire par là.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 21 Nov - 18:24

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway



Depuis leur retrouvaille cette nuit-là dans l’hôpital, Isaac s’était promis de ne plus jamais lui mentir, tout simplement parce qu’il s’était étonné à éprouver encore de l’affection pour la jeune femme après tout ce temps écoulé. Il se demandait encore pourquoi le destin les avaient réunis mais pour une fois, Isaac avait envie de faire confiance en la vie et de se laisser guider. Tout cela ne relevait pas du pur hasard, il le savait et il voulait mettre toutes les chances de son côté pour ne plus décevoir Jo, une fois encore. Alors oui, il avait envie d’être honnête, sincère avec la jeune femme car il avait confiance en elle, parce qu’il tenait à elle et qu’une seconde chance s’offrait peut-être à eux… Il tendait la main, c’était à Jo de voir si elle souhaitait la lui saisir ou non. C’était elle qui décidait et il ne l’obligerait en rien de l’accepter dans sa vie, de croire en lui, si elle ne le souhaitait pas… Mais contre toute attente, ce fut Juliane qui brisa cet instant de vérité en répétant l’insulte qui était sortie par mégarde de la bouche du policier, ce qui le fit hausser les sourcils tout en souriant, amusé. Il releva ses yeux bruns sur une Jo qui disputa, si l’on pouvait nommer cela ainsi, l’enfant d’environ deux ans qui fit une légère moue avant de poursuivre son sautillement comme si de rien n’était.
Le regard que lui lança la jeune femme le fit rire, amusé par la réaction de la mère de Juliane « Je ferai attention, promis… ».

Isaac finit par s’arrêter de marcher, son sourire disparu le temps d’un instant et il lui demanda de le croire, de lui faire confiance et elle acquiesça, un sourire sur les lèvres, ce qui le rassura quelque peu mais il se doutait que toute cette histoire ne serait pas terminée, qu’elle avait sûrement des questions à lui poser, parce que même si dix ans s’étaient écoulées, il connaissait encore et toujours la femme devant lui.

En arrivant en bas des escaliers, Isaac hésita un instant avant de monter les marches mais finit par suivre Jo et Juliane jusqu’à l’appartement, au moins pour leur dire au revoir si jamais la jeune femme désirait qu’il s’en aille. Néanmoins, Jo lui proposa de s’installer au salon pendant qu’elle allait coucher l’enfant pour la sieste de l’après-midi. Il hocha simplement de la tête et prit place sur le canapé, observant un instant les alentours, les photos, la décoration puis la petite fille arriva en courant dans le salon et salua le cinquantenaire qui lui rendit son signe de main avec un sourire attendri.  Il attendit quelques minutes et releva les yeux sur Jo qui entra dans la pièce et elle s’installa en face de lui… Elle gardait une distance entre eux deux… Ce n’était pas bon, pensa-t-il.
Puis il se mit à sourire, elle n’avait pas tord après tout, il lui en avait fait voir de toutes les couleurs et il s’en voulait encore aujourd’hui « Je n’étais pas vraiment l’homme idéal, il faut bien l’avouer. » Il sourit et ajouta « Non, ne t’en fais pas, je ne risque rien et vous non plus. ». Isaac avait fait une croix sur cette vie d’avant et il ne comptait pas replonger dans l’univers sordide des infiltrations. Pas maintenant que Jo avait de nouveau croisée sa route…

Isaac avait de nouveau baissé le regard mais se mit à rire légèrement en entendant le nom de la petite fille. « Elle est adorable cette enfant. Tu as fais du bon boulot avec elle. ». A peine quelques heures avec l’enfant et il avait déjà succombé à sa joie de vivre et sa quiétude. Jo avait su rendre cette enfant équilibrée malgré l’absence de Logan à ses côtés et il trouvait cela vraiment courageux de sa part d’avoir relevé ce défi.

Puis elle passa une mèche de cheveux derrière son oreille et soudainement, le coeur d’Isaac se serra. Ce qui allait suivre allait être un sujet délicat et se demanda s’il était temps pour lui de partir ou non. Son regard posait sur Jo, il l’écouta avec attention et acquiesça légèrement de la tête à sa question puis au fur et à mesure des paroles de la jolie brune, Isaac recommença à respirer puis il enfouit la tête entre ses mains, le regard sur le sol. « Jo… Mon dieu… Mais qu’est-ce que je suis en train de faire… Je fais une erreur… Tout ça, c’est une erreur… »
Isaac se leva soudainement et se saisit de son manteau puis revint finalement sur ses pas et d’ajouter, un sourire en coin « Je plaisante. » avant d’ajouter « Tu as eu peur, n’est-ce pas ? ». Il posa son manteau sur le dossier du fauteuil et s’accroupit pour être à la hauteur de la jeune femme « Je suis d’accord avec toi, laissons faire le temps et on verra ce que cela donne princesse. » Il se redressa pour déposer un baiser sur sa joue « Merci de me laisser une chance pour faire la différence. » Ajouta-t-il avec sérieux.

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageMar 22 Nov - 21:43






Il y a un fossé entre explication et excuse.

L'homme idéale… C'était un mythe. Un truc pour faire rêver les filles, remplie de fausses idées. D'ailleurs Jo ne s'était jamais mise en quête de ce genre d'idéal masculin. Parce comme elle le disait souvent, la perfection c'était vite ennuyant. Elle était loin d'être la femme idéale, bourrée de défauts. Mais elle était elle, et avec les années elle trouvait qu'elle s'en sortait plutôt bien, même s'il y avait bien des échecs dans sa vie. Elle n'avait pas su être une bonne épouse, n'avait pas su alimenté la petite étincelle d'amour qu'il y avait entre Logan et elle. Pourtant aujourd'hui, elle était heureuse. Heureuse d'être ce qu'elle était, même si elle était un peu bancale. Iz avait bien des qualités pour être ce genre d'homme. Il était attentionné, charmeur, doux et tendre. Il savait faire la cuisine, trouver les mots qu'il fallait pour faire en sorte qu'elle se sente mieux. Si tout avait foiré entre eux, c'était peut-être parce que ça n'était pas le bon moment, qu'ils n'étaient pas prêt pour vivre ça. Aujourd'hui peut-être que c'était une seconde chance. Un nouveau départ possible.

Jo avait sourit à Isaac lorsqu'il l'avait complimenté sur sa fille. Elle faisait de son mieux pour que sa fille soit bien élevée, sage, polie. Même si assez souvent elle n'était pas capable de serrer la vise ou punir lorsqu'il le fallait. Elle préférait la manière douce, lui expliquer les choses. Sa fille était intelligente et généralement, lorsque Jo disait quelque chose, elle était écoutée par l'enfant, qui comprenait. Le fait que Juliane apprécie Isaac rassurait sa mère. Même si ça n'avait été quelque quelques gestes, que quelques heures. C'était déjà ça.

Jo ouvrit son coeur à Isaac, lui expliquant le plus clairement possible ce qu'elle désirait. Ne pas avoir à faire ce choix, ne pas forcer les choses. Juste laisser du temps au temps et voir ce que cela pouvait donner. C'était la seule issue qu'elle envisageait. La seule qui lui plaisait. Parce que malgré leur passé, elle ne voulait pas le voir disparaître à nouveau. Jo tenait toujours à cet homme assis en face d'elle dans son salon. Comme elle le lui avait dit, il y avait toujours de l'attraction entre eux, encore quelque chose. Un quelque chose qu'elle voulait voir grandir peu à peu.

Elle venait d'être des plus sincères lorsqu'Iz se prit la tête entre les mains, clamant qu'il était en train de faire une erreur. La jeune femme cligna des yeux à plusieurs reprise, la bouche légèrement ouverte, un peu confuse. Elle ne comprenait pas cette soudaine réaction, ce revirement de situation. Qu'est ce qu'elle avait dit ? Elle le suivit du regard lorsqu'il prit sa veste. Elle ne trouva aucun mot pour le retenir, mais il revint de lui même vers elle et lorsqu'il déclara qu'il plaisantait, la jeune femme plissa le nez en fronçant les sourcils avant de dire : « -et tu te crois drôle ? » Un sourire se dessina alors sur ses lèvres. Elle était tout de même soulagé de comprendre enfin qu'il se foutait d'elle.

Jo se pinça les lèvres entre elle, avant de sourire à Isaac qui acceptait son offre, semblant en accord avec elle. C'était une première ça ! Ils étaient d'accord sur quelque chose ! Enfin sur ce qu'ils voulaient l'un de l'autre. Elle avait la conviction qu'il ne gâcherait pas cette nouvelle chance, sans vraiment savoir pourquoi. Et cela la rendait heureuse. Avant qu'il ne bouge, elle approcha son visage du sien, et embrassa la commissure de ses lèvres, avec la plus grande tendresse, fermant les yeux pour savourer ce petit moment de douceur.

Lorsqu'elle détacha ses lèvres de celle d'Isaac, elle sourit en baissant les yeux, avant de dire : « -tu veux bien rester pour le goûter ? » Son regard se fixa dans celui du policier et elle ajouta : « -j'avais envie de faire des crêpes. Juliane adore ça. » Elle sourit et ajouta : « -et pour ça j'suis pas top nulle en cuisine... » Son sourire s'élargit amusée parce qu'elle savait très bien qu'Iz était au courant de sa médiocrité en cuisine. « -il reste du café si tu en veux... » ajouta la jeune femme sans pour autant bouger de sa place. « -enfin tu as peut-être autre chose de prévu... » Elle venait de réalisée qu'Isaac avait peut-être un emploi du temps chargé, et qu'il n'était peut-être pas disponible pour passer un peu plus de temps avec elle et Juliane.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMer 23 Nov - 22:54

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway




Isaac se souvenait comme si c’était hier du regard de May, son ex-épouse, aux côtés de qui, il était resté durant sa convalescence afin qu’elle puisse se rétablir au mieux et en n’étant pas seule avec elle-même dans cette période compliquée pour la femme avec qui il avait partagé une partie, même infime, de sa vie. Elle lui avait demandé qui était cette femme qui l’avait tant bouleversé à l’hôpital, cette infirmière bienveillante qui s’était occupée de lui en son absence. Oui, il se souvenait encore du regard qu’elle lui avait lancé lorsqu’il avait évoqué le nom de Joséphine. Il lui avait alors compté son histoire avec cette femme pour qui, il avait éprouvé encore des sentiments, même s’il était bien fort que durant un temps. May avait eu ce regard qu’il connaissait que trop bien. Ce regard qui lui faisait comprendre qu’elle savait où tout cela allait les mener. Elle n’avait jamais entendu ce nom avant et en l’entendant parler ainsi de la jeune femme, elle avait finalement préféré qu’il en soit ainsi, sinon elle aurait su dès le début de leur relation, qu’elle était loin d’avoir la première place dans le coeur de celui qui avait, durant quelques mois, son époux.
Isaac avait décidé d’écouter pour une fois son conseil, celui d’être lui-même et de ne plus jamais lui mentir car il l’avait fait souffrir autant qu’elle lorsqu’ils étaient mariés et que si le destin les réunissait de nouveau, ce n’était pas par juste question de hasard…

Et lorsque Jo lui fit comprendre, assise dans le fauteuil de son salon, qu’elle souhaité voir où tout cela allait les mener, alors il se rappela des paroles de son ex-épouse et ne put que penser qu’elle avait, une fois encore, raison à son sujet. Et même s’il s’était amusé à lui faire peur un court instant, Isaac n’en restait pas moins ému de la confiance qu’elle venait de lui donner malgré leur passé compliqué et douloureux. Ce petit instant d’humour lui avait permis de reprendre contenance avant de s’approcher de Jo, accroupis à ses côtés pour être à sa hauteur et il sourit comme il en avait l’habitude « Oui, exactement. ».

Il se retint de l’embrasser à cet instant, préférant attendre qu’elle fasse le prochain pas en sa direction, ne souhaitant pas la brusquer et cela même s’ils faisaient tout à l’envers depuis le début. Puis il ferma les yeux en sentant les lèvres de Jo se poser à la commissure des siennes puis les ouvrit de nouveau lorsqu’il la sentit se reculer. Il sourit de nouveau à la proposition de Jo avant de se mettre à rire lorsque cette dernière évoqua ses talents culinaires catastrophique « Tu es douée dans bien des domaines alors tu peux me laisser la cuisine en contre partie. » fit-il en posant sa main sur le genou de la jolie brune. « Non, je n’ai rien de prévu. Pas de travail qui risque de m’appeler en pleine préparation de crêpes ou de la nuit… Pas de mafieux à qui rendre visite. Je dédie ma journée uniquement à toi et à ta fille. »

Isaac se leva et tendit la main à la jolie brune « Allez viens avec moi, je vais te donner un cours particulier en cuisine. » tout en gardant sa main dans la sienne, se dirigea jusque dans la cuisine puis il observa les placards avant de poser ses yeux sur Jo « J’espère que tu n’as rien de compromettant dans tes placards, car je vais devoir fouiller pour trouver ce dont j’ai besoin. ». Le cinquantenaire lâcha la main de la jeune femme et ouvrit quelques placards et tiroir avant de réussir à trouver ce dont il avait besoin. Il commença à tout mettre dans un plat afin de prendre de la farine avec son doigt et de le poser sur le nez de la jeune femme. Il termina de tout préparer et fit chauffer la poêle avant de glisser un coton dans de l’huile qu’il étala sur le fond et fit la première crêpe qui, comme toujours, fut ratée. Il se retourna en direction de la jeune femme « Même le meilleur cuisinier rate la première. Allez approche princesse. Tu vas en faire une avec moi. »

Il attendit que Jo se saisisse de la poêle et posa sa main sur la sienne, son corps contre le sien et remua la poêle avant de faire sauter la crêpe en joignant son geste à celui de Jo puis reposa la poêle sur le feu « Un vrai chef. ». Il lui sourit avant d’ajouter « Tu sais, c’est long à faire les crêpes, alors si tu veux faire autre chose, tu peux, ne t’en fais pas pour moi. »
Il comprenait que Jo puisse avoir d’autres occupations que de le regarder faire la cuisine et ne lui en voudrait pas, cela ne devait pas être bien intéressant à regarder.

Son regard posait sur la jeune femme, il lui sourit tout en continuant de faire chauffer le repas du goûter et il se sentait apaisé, bien et ne souhaitait pas un seul instant que cette journée prenne fin…

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageSam 26 Nov - 14:13






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Pas de vrai baiser, juste ses lèvres touchant presque les siennes… Pourquoi… Parce qu'elle ne voulait pas que les choses se passent trop vite. Elle ne voulait pas qu'ils se considèrent à nouveau en couple. Pour le moment comme elle venait de le dire, elle voulait les choses se faire. Réapprendre à le connaître, se voir en dehors, comme un début d'histoire. Parce que la jeune femme avait comme besoin de ça, pour faire table rase du passé, oublier tout ce qu'ils avaient traversé, et repartir sur quelque chose de nouveau. Oh bien entendu elle avait envie de l'embrasser, follement même… Parce qu'il avait ce sourire en coin sur le visage, celui qui la faisait littéralement craquer. Alors pour éviter cela, elle avait sourit, et proposé qu'il reste encore pour le goûter.

La jeune femme fut ravie de l'entendre lui dire oui. Son sourire s'était étirée à cause des mots qu'il avait employé. De la nuit… Elle ne l'avait pas invité à rester cette nuit… Ne grillons pas les étapes… Enfin cela l'avait fait sourire, avant qu'elle ne réplique : « -j'me suis améliorée quand même… Un peu… Un petit peu... » Faible défense, mais bon elle ne pouvait pas prétendre être devenu une cordon bleu ! Généralement c'était Logan qui faisait le repas… Mais bon depuis son départ, l'arriver de Juliane, Jo ne l'avait pas encore empoisonné ou fait mourir de faim, c'était donc qu'elle gérait à peu près non ?  

La brunette glissa sa main dans celle d'Isaac lorsqu'il lui tendit la sienne, souriant toujours amusée. « -avec plaisir ! » répondit-elle en l’accompagnant. « -j'ai rien de compromettant dans… Non pas celui là ! » s'exclama la jeune femme en tendant les bras avant de se mettre à rire. « -oh ça va moi aussi j'ai le droit de te faire des blagues ! » Jo se hissa sur le comptoir de la cuisine, s’asseyant ainsi, ses pieds ne touchant plus le sol. Malgré les années, elle n'avait pas perdu ses habitudes de ne jamais s’asseoir comme les autres le feraient. Pourquoi prendre une chaise ?! En le voyant fouiller ça et là, Jo resta silencieuse un petit instant avant de souffler : « -tu sais, tu peux aussi demander, c'est ma cuisine. La bordélique que je suis, sais tout de même où se trouve les ustensiles et les ingrédients… hé !! » Fin de phrase dut à la farine que venait de mettre Iz sur le nez de Jo.

Elle plissa le nez avant de passer une paume de main dessus pour en chasser le farine. « -comment tu te justifie ! » lança Jo en riant. « -ça arrive même au meilleur » pouffa-t-elle en imitant une voix masculine, fronçant les sourcils d'un air supérieur. Elle sauta de son perchoir pour venir prendre place. Son rire ricocha dans la cuisine lorsqu'elle fit sauter la crêpe avec l'aide d'Isaac. Activité enfantine mais qui la faisait rire aux éclats. « -hé tu crois quoi, trois entraînements par semaine ! » à nouveau elle se mit à rire en ajoutant : « -j'déconne. » Sinon ça aurait été avec 40 kilos en plus qu'il l'aurait retrouvé ! Alors même si Sam était toujours là pour les rappeler à l'ordre elle et Holly sur ce qu'elles mangeaient, Jo avait toujours un corps plutôt pas mal. La course et le sport aidait bien sur. Surtout après une grossesse.

« -t'as raison… J'vais… Juste rester là à te regarder bosser. » répliqua Jo en prenant à nouveau place sur le comptoir, à côté de la cuisinière. Un léger petit moment de calme passa et elle tendit l'oreille pour voir si Jill n'était pas réveillée, mais pour le moment sa fille semblait dormir, récupérant de son début d'après midi à l'extérieur. « -on dirait presque tu as fais ça toute ta vie ! » le taquina la jeune femme en reposant son regard sur la crêpe qu'il venait de faire sauter. « -j'adorais quand mes parents faisaient ça. J'me souviens d'un jour où mon père a fait un concours avec mes frères… ça c'est terminer avec des crêpes au plafond et un magnifique fou rire général ! »

Iz savait que Jo avait perdu son père lorsqu'elle était plus jeune, et que ça avait été un déchirement pour elle. Très lié, il lui manquait chaque jour. Mais avec le temps, elle avait apprit à parlé de lui en riant, en pensant aux bons souvenirs. Et ce qu'elle venait conter à Iz en était un. Un super bon.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageSam 26 Nov - 22:24

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway



Isaac tentait de prendre ses marques dans la cuisine de la jeune femme. Son manque d’organisation était toujours présent, même dix ans après et ça l’amusait. Il avait toujours aimé ce petit côté bordélique chez Jo, même si ça aurait agacé plus d’un. Puis la voix de l’intéressée le fit quelque peu sursauté lorsqu’il s’apprêta à un ouvrir l’un des tiroirs de Jo. Il stoppa son geste et fixa la jeune femme avant de se mettre à rire. Il l’avait bien mérité ! Il devait bien l’avouer.  « C’est un juste rendu des choses princesse, je dois l’avouer. ». Il resta un court instant à l’observer alors qu’elle prenait place sur le comptoir de la cuisine. Elle n’avait pas changé tant que cela finalement, pensa-t-il alors qu’il reprenait sa vaine recherche des ustensiles de cuisine. Puis il lança un regard en coin, accompagné de ce petit sourire charmeur qu’il savait si bien faire et décida de lui répondre tout en lui mettant un peu de farine sur le nez « Et moi qui croyait que tu rangeais vraiment n’importe comment ! » fit-il avant de lui faire un clin d’oeil et de commencer la préparation du repas.

La première crêpe fut ratée, sans grand étonnement pour Isaac qui décida, malgré tout, de se justifier à l’égard de Jo qui l’imita sans une once de sérieux dans le regard ou encore dans la voix « Eh oui ! Tu en as eu la preuve. ». Puis Isaac décida de l’inviter à la préparation des crêpes et le fait de faire sauter la crêpe, la fit rire aux éclats. Si elle continuait ainsi, Isaac craignait de retomber amoureux de celle qui avait su le faire succomber une première fois, déjà. Craindre ? Oui, il avait peur des sentiments qu’il pouvait éprouver à l’égard de la jeune femme, craignant de la faire souffrir une fois encore ou de souffrir à son tour… Mais il ne préféra pas y penser et se concentra uniquement sur le repas qu’il préparait et la présence dès plus agréable, de la jeune femme. « Connaissant ton côté gourmand, j’aurai pu tout à fait croire aux trois fois par semaine. ». Il se rappelait, comme si c’était hier, du jour de leur rencontre où elle lui avait dit qu’elle aimait le chocolat.
Tout en continuant de préparer les crêpes, il sourit avec tendresse lorsque Jo décida de rester à ses côtés pendant qu’il faisait la cuisine. « Il paraît que c’est sexy un homme qui prépare la cuisine. » Fit-il taquin avant de se concentrer sur sa crêpe qu’il rata de justesse de faire tomber au sol. « Depuis mon retour à New York, j’essaie de me libérer une journée pour faire des crêpes à l’orphelinat. ». Certains passaient leur dimanche en famille, lui c’était un peu le cas aussi.

Isaac releva lentement ses yeux bruns sur Jo, étonné de l’entendre évoquer feu son père. Un sujet sensible voir délicat pour la jolie brune et durant un court instant, il hésita à répondre quoi que ce soit. Puis finalement, il se dit que si elle abordait le sujet, c’était qu’elle ne craignait pas la conversation qui pouvait en découler. « Ta mère s’est remarié depuis… enfin… Tu vois. ». Bon… Isaac n’était pas tout à fait à l’aise avec le sujet et décida d’ajouter avec une infinie tendresse « Ça fait plaisir de te voir sourire comme ça lorsque tu évoques ton père, princesse. ».
Les souvenirs n’étaient pas là pour faire uniquement souffrir mais pour se rappeler des temps de joie partagé par le passé. Même s’il n’était jamais simple, dans les premiers temps, de penser à ces moments-là… Lorsqu’il pensait à Elsy, il revoyait encore et toujours son corps tuméfié sur cette table de fer et le visage de son assassin qui le suppliait de ne pas le tuer…
Perdu dans ses pensées, Isaac fit brûler la dernière crêpe et jura entre ses dents « merde ! ». Il la jeta dans la poubelle avant de se concentrer à nouveau sur le moment présent « Un coup de fatigue… » Il regarda Jo et lui sourit « Tu accepterais de dîner en tête-à-tête avec moi un soir ? Que l’on tente de faire les choses dans l’ordre, comme des gens normaux. Une soirée où apprend à se connaître, comme si on n’était qu’un inconnu pour l’autre. » . Il termina la dernière crêpe et reposa la poêle sur la cuisinière « Tu pourras emmener un chaperon si tu veux. Tu sais maintenant les hommes, ils ne sont plus ce qu’ils étaient, on ne sait jamais. » Dit-il en souriant avant de nettoyer et de faire la vaisselle, ne laissant ainsi, aucun signe de son passage dans la cuisine à l’exception des crêpes fumantes dans l’assiette aux côtés de Jo.

Isaac s’essuya les mains avec le torchon avant de se retourner complètement vers Jo « Par contre, il faut que je te prévienne… Je suis plus âgé que toi… ». Il lui lança le torchon dans le visage pour la taquiner « Je prépare le goûter pendant que tu vas voir si la petite fée est réveillée ?! ».
Il lui sourit avant de se remettre à la quête de la pâte à tartiner, sucre, confiture, verre et lait pour compléter le tout…  

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageDim 27 Nov - 20:33






Il y a un fossé entre explication et excuse.

« -je suis ordonnée dans mon désordre. » répondit Jo en souriant amusée de la réaction qu'avait eut Iz à sa petite blague. C'était dans son droit après tout ! Et c'était bien moins moche que la petite touche d'humour qu'il avait voulu faire quelques minutes plus tôt !

Elle aimait le voir là, dans sa cuisine. A nouveau elle sourit mais cette fois-ci pour elle même, se disant qu'ils auraient pu avoir droit à ce bonheur, formé cette famille s'ils n'avaient pas tout gâché quelques années plus tôt. « -j'avoue que ça te va plutôt bien… » répondit la jeune femme. Même s'il n'y avait pas qu'en cuisinant qu'elle le trouvait sexy. C'était dingue l'effet qu'un homme pouvait faire sur une femme avec des petits rien. Iz avait bien des défauts, mais il y avait tant de chose chez lui qui la séduisait. Ces petits détails qui l'avait fait craquer étant plus jeune, ils étaient toujours là et la faisait encore sourire et fondre…

« -et déconne pas, trois fois par semaines, faut pas abuser quand même. J'ai galéré un peu quand même pour perdre les quelques kilos que j'ai pris pendant la grossesse de Juliane. J'suis toujours hyper gourmande, mais j'essaie de faire un petit peu attention. Surtout que j'ai plus vraiment le temps d'aller courir très régulièrement. » Elle n'avait pas prit trente kilos durant sa grossesse, mais le peu qu'elle avait prit, elle avait fait en sorte de les éliminer, allant courir avec Juliane dans la poussette. « -et j'ai pas tout perdu d'ailleurs… au cas où tu l'avais pas remarqué... » ajouta Jo avec un sourire en coin. Il n'y avait peut-être pas fait attention lorsqu'ils avaient couché ensemble mais il lui restait sur les hanches quelques traces de grossesse.

« -oh c'est top ça je trouve ! » répondit la jeune femme lorsqu'il parla de l'orphelinat. Elle y avait de très bons souvenirs des moments passés avec les enfants ou la mère d'Isaac. Et elle trouvait ça super qu'il prenne de son temps pour les enfants. Lorsqu'elle évoqua ses souvenirs d'enfance, Iz posa une question à propos de sa mère et Jo sourit en répondant : « -non, elle se consacre uniquement à ses petits enfants ! » Un léger rire s'échappa à nouveau de sa gorge. Grand mère poule bonjour ! Son sourire se fit plus tendre encore et elle répondit à nouveau : « -j'ai appris à prendre du recule tu sais. Les années passent… Lorsque… Lorsqu'on s'est rencontré toi et moi, c'était encore récent, à vif. Aujourd'hui j'me dis qu'il serait plutôt fière de moi, ravie d'avoir une petite fille comme Jill. » Le temps était un très bon allier pour effacer la peine et la douleur. Aujourd'hui, Jo ne retenait que les bons souvenirs qu'elle avait eut avec son père. Cette magnifique enfance qu'il lui avait donné, essayant de reproduire la complicité avec sa fille. Oh bien sur elle aurait aimé que Juliane ait un papa présent, mais la vie en avait voulu autrement, alors même lorsqu'elle était fatiguée, elle enfilait son costume de super maman qui déchire pour voir sa fille sourire et rire aux éclats.

« -bravo monsieur le super chef ! » lança Jo en riant à nouveau. « -ça sens le brûler maintenant ! » ajouta la jeune femme en plissant le nez, se mettant à rire de la gaffe d'Isaac. « -moui c'est ce qu'on dit... » s'amusa-t-elle avant d'écarquiller les yeux en entendant la proposition qu'il venait de faire. « -heu.. » commença-t-elle souriant toujours, ravie de cette demande. C'était une belle idée de faire comme si il n'y avait pas eut tout ça avant. Reprendre à la base, sur de bonnes bases sans doute… Mais elle se mit à rire lorsqu'il parla d'un chaperon avant de répondre en plissant les yeux : « -t'as raison on sait jamais. »

A nouveau son rire ricocha dans la cuisine et elle leva les yeux vers le plafond avant de répondre en sautant du plan de travail : « -c'est pas bien gênant, j'ai toujours été attiré par les hommes d'âges murs… ça donne un petit côté sexy en plus les petits rides aux coins des yeux... » Jo se pencha pour humer l'odeur des crêpes toutes chaudes et elle dit : « -j'vais voir si elle est réveillée. » Mais avant de sortir de la cuisine, elle se positionna dans l'encadrement de la porte et ajouta avec sérieux : « -je serais ravie d'aller diner en ta compagnie Iz. Et de faire ça dans l'ordre. » Ses derniers mots avaient été dit avec un sourire en coin. Puis elle fit demi tour et se dirigea vers la chambre de sa fille.

Avec lenteur elle ouvrit la porte, et en voyant sa fille les deux yeux grands ouvert jouant avec sa peluche panda, la maman qu'elle était sourit avec une tendresse infinie et dit avec douceur : « -tu es réveillée ma chérie ? Tu t'es bien reposée ? » Jo tendit les bras vers son petit trésor et Juliane vint se blottir contre elle. Jo embrassa sa fille sur le front, la câlinant avec tendresse avant de lui dire : « -Isaac t'as fais une surprise. Il a fait des crêpes pour le goûter ! » Le sourire encore ensommeillé de sa fille lui fit chaud au coeur et ce fut en riant avec elle que Jo l'habilla pour venir prendre le goûter.

Une fois dans le salon, elle dit à Iz : « - ne lui en veux pas, mademoiselle est un peu sauvage lorsqu'elle sort du lit... » Elle haussa les sourcils pour le petit sous entendu. Telle mère telle fille…  



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageLun 28 Nov - 0:09

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway




En se trouvant dans le coeur de la maison, cuisinant pour la jeune femme et son enfant, Isaac comprit alors toute la dimension que prenaient ses erreurs du passé. Combien de fois ils auraient pu préparer le repas tous les deux, échangeant sourire et regard avec tant de quiétude, s’il ne lui avait pas mentit ?! Combien de fois il aurait pu préparer le goûter pour la petite fille qui dormait encore si paisiblement dans sa chambre ?! Cela lui faisait prendre conscience à quel point ses erreurs lui avait coûtées et à quel point il remerciait Jo pour la seconde chance qu’elle lui offrait, d’entrer une fois encore dans sa vie…

De nouveau, un sourire se dessina sur les lèvres de l’afro-américain qui releva lentement son regard brun sur la jeune femme. Il connaissait parfaitement l’effet qu’il avait sur elle et cela depuis le jour de leur rencontre dans ce bar. Un ressentit qui était réciproque et Jo le savait tout autant que lui. Il se retenait de la saisir dans ses bras, de l’embrasser, de la blottir tout contre lui comme par le passé, tout simplement parce qu’elle méritait que l’on prenne son temps avec elle. Même s’ils avaient fait les choses quelque peu dans le désordre depuis leur retrouvaille à l’hôpital et elle sut lui rappeler cette fameuse nuit qui l’avait poussé à venir chez elle quelques heures plus tôt. Un sourire taquin se dessina alors sur les lèvres du cinquantenaire qui rétorqua « Rien de très significatif si je peux te rassurer et puis je trouve ça très charmant. » Il sourit et ajouta « J’ai beaucoup aimé ce nouveau corps. » Fit-il avec un regard qui en disait long sur ses souvenirs de cette nuit passée avec elle.

Un sourire bienveillant prit place sur le visage d’Isaac qui ne répondit rien. Il ne savait pas si cela était « top » comme le disait si bien Jo, mais ça lui permettait de passer un peu de temps avec Maria et Tina ainsi que les enfants auxquels il avait fini par s’attacher avec le temps. Après tout, c’était sa famille, sa seule famille depuis son divorce avec May et il souhaitait chérir chaque instant passé avec elle.
En parlant de famille, Jo évoqua son père sans la peine qu’il avait pu lire dans ses yeux quelques années plus tôt et il osa demander si elle avait un beau-père qui avait prit place aux côtés de sa mère et il se mit à rire en entendant sa réponse « Une grand-mère gâteau je suppose ?! ». Son regard ne quitta pas Jo un seul instant et son sourire lui fit chaud au coeur, elle avait fini par accepter le décès de son père, se concentrant uniquement sur les bons souvenirs qu’elle avait pu partager avec lui. « C’est ce qu’il faut se dire et puis quand tu vois ta vie aujourd’hui, tu peux être rassurée, tu as su t’en sortir. ». Il reprit la préparation des crêpes après un dernier regard pour la jeune femme. Il n’y avait plus de joins qui traînaient dans le cendrier… A dire vrai, elle ne semblait plus fumer et sa vie avec Juliane… Oui, elle avait su s’en sortir sans l’aide d’aucun homme à ses côtés, tentant de trouver un équilibre stable.
Finalement, d’une certaine manière, ils avaient tous deux réussis à trouver un équilibre dans leurs vies, à l’exception faites qu’Isaac n’avait pas d’enfant à gérer. Ils avaient tout de même réussi à se sortir du passé pour tenter de construire un avenir stable.

Puis lorsqu’il pensa à Elsy, cela le perturba et il en oublia la crêpe qui était dans la poêle, il jura entre ses dents et prétexta un coup de fatigue. Son rire le rassura, elle n’avait pas remarqué son absence. Il n’avait pas envie de lui dire pour le moment qu’Elsy avait été assassiné et qu’il avait tué son meurtrier de sang froid, sans aucune pitié… Il lui dirait un jour… Mais pas maintenant, pas aujourd’hui alors que tout se passait pour le mieux entre eux deux.
Il changea rapidement de sujet en l’invitant à dîner mais son hésitation l’inquiéta, malgré le sourire semblablement ravi qu’elle affichait. Venait-il de faire une gaffe ?! Puis il se mit à rire timidement à sa réponse pour le chaperon.

Puis de nouveau, ce rire qui le faisait frissonner de toute part, qui le rendait heureux rien qu’à l’entendre. A force d’agir de la sorte, il risquait bien de retomber amoureux d’elle…  Puis ce fut à lui de rire en entendant sa réponse « Hum… Alors c’est parfait ! » puis la laissa partir chercher l’enfant. Mais contre toute attente, elle se retourna et accepta sa demande, ce qui le fit sourire à pleine dent. Il ne sut quoi répondre alors il resta silencieux, la laissant quitter la pièce.
Il en profita pour préparer la table et s’appuya contre l’établi un instant, souriant béatement dans la cuisine. Tout était parfait. Peut-être un peu trop mais pour le moment, il s’en moquait. Il voulait uniquement savourer l’instant présent.

En voyant Jo arrivait avec l’enfant dans ses bras, il sourit puis se mit à hausser les sourcils, surpris par le sous-entendus qu’elle venait de faire. Il se mit à la regarder, taquin pour lui répondre « Tout comme la mère, d’après mes souvenirs. ». Il s’approcha de la jeune femme, posa sa main dans son dos et tira la chaise pour permettre à Jo de s’asseoir et prit place à ses côtés, préparant les crêpes des deux jeunes demoiselles avant de s’en préparer une, à son tour. « Je te propose, si tu veux toujours de moi, que l’on regarde un film tous les trois, ensuite je vous laisserai en tête à tête, profiter l’une de l’autre avant que tu reprennes le travail. Enfin si tu es d’accord. » Il conclut en prenant une bouchée de crêpe puis se mit à rire en voyant le visage sale de l’enfant « Exquise comme ça petite fée. ». Il se leva, se saisit d’un essuie-tout qu’il mouilla avant de venir nettoyer le visage de la petite fille, la taquinant en même temps pour la faire rire. Il releva son regard sur Jo et déposa un baiser sur son front avant de jeter le papier, puis reprit place à leurs côtés pour poursuivre le goûter.

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joséphine Kenway
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 129
❖ AVATAR : Winona Ryder

Une femme est belle quand elle ose être qui elle est, quand elle ose danser sa vie et quand elle ose dire ses ressentis. Elle révèle alors sa sensualité naturelle, en étant simplement elle même, parfaite dans sa parfaite imperfection.

MessageLun 28 Nov - 20:21






Il y a un fossé entre explication et excuse.

Iz n'avait jamais eut l'occasion de rencontrer la mère de Jo. La jeune femme ne savait pas comme ça se passerait d'ailleurs si jamais… Enfin bon il fallait peut-être déjà qu'ils fassent les choses dans l'ordre justement comme venait de le dire Isaac. C'était un peu brouillon tout ça, mais en même temps ils n'avaient jamais rien fais dans les règles. A la base, lorsqu'ils s'étaient rencontrés dans cette boite de nuit, Jo s'était seulement dit qu'il était sexy ce type plus âgé quelle accoudé au bar en solitaire devant son verre. Elle avait eut le culot d'aller lui parler, ils avait clairement fait grimper le mercure assez vite tout en prenant le temps d'en apprendre un peu plus l'un de l'autre au fils des heures. Le lendemain matin, elle aurait du partir, comme elle le faisait toujours à l'époque, sans laisser de numéro, ni de mot… Mais elle ne l'avait pas fait. De là c'était créé une histoire d'amour hors du commun, quelque chose d'unique pour elle. Iz avait été le premier capable de voler son coeur.

Après leur rupture, elle avait bien souffert et c'était avec le temps qu'elle s'était reconstruite. Aujourd'hui, elle ne voulait pas refaire les mêmes erreurs. Ils avaient changé tous les deux. De vie mais aussi de comportement. Elle avait vieillie, elle avait vécu d'autres choses. Elle était devenue maman et ça changeait bien des choses aussi. Maintenant c'était pour deux qu'elle pensait, et c'était toujours en faisant passer sa fille en premier qu'elle prenait une décision. Alors dire oui pour ce dîner, accepter qu'Isaac revienne dans sa vie, oui d'accord, mais elle ne voulait pas bouleverser l'équilibre de sa fille, faire exploser cette bulle dans laquelle elles vivaient jusqu'à présent à deux. Même si elle n'avait rien promis à Iz, elle ne voulait pas qu'il se fasse de faux espoir ou encore qu'ils aillent trop vite. Pas question pour le moment de l'intégrer trop vite dans sa vie. C'était peut-être moche mais c'était nécessaire de son point de vue.

Elle se connaissait, et elle savait aussi quel homme il était. Même s'ils s'étaient aimé à en crever, ils s'étaient également détruit l'un l'autre. Jo ne voulait pas revivre ça. Parce qu'elle ne pouvait pas se permettre de gérer une peine de cœur et d'assumer sur tous les autres plans de sa vie en même temps.

Lorsqu'elle revint avec Juliane dans les bras, Jo sourit à Isaac. Elle n'avait jamais été du matin et c'était quelque chose qui était toujours véridique aujourd'hui, malgré les horaires décalés et compliqués qu'elle avait. Jill avait hérité de ça, il lui fallait un peu de temps pour ouvrir à nouveau la bouche et se mettre en marche. Jo prit place gardant Juliane dans les bras, l'installant sur ses genoux. Lorsqu'elle se levait et que maman était là, généralement elle profitait pour faire des câlins. Jo adorait ça lorsqu'elle se lovait contre elle ainsi. Elle embrassa le front de sa fille avant que celle-ci ne se redresse peu à peu en voyant ce qu'Isaac était en train de faire.

« -la gourmande est réveillée ! » s'amusa Jo « -qu'est ce qu'on dit Juliane ? » La petite fille mit ses deux mains devant sa bouche, comme si elle était timide de nature, et après quelques secondes à regarder Isaac elle souffla un petit merci trop adorable. Puis elle prit entre ses petites mains la crêpe au chocolat, et mordit dedans avec envie. Jo se pencha légèrement pour mettre mister panda un peu plus loin, lui évitant d'être plus marron que noir et blanc. Puis elle prit à son tour la crêpe qui lui était destinée et fit un « hum !! » un peu démesuré qui fit rire sa fille qui en fit de même.

« -c'est super bon Iz, merci. » souffla Jo qui se régalait clairement. Puis elle regarda sa fille qui avait forcement des moustaches jusqu'aux oreilles. Le petit rire de Juliane se fit entendre lorsqu'Iz le débarbouilla. Jo leva les yeux vers Isaac quand il l'embrassa sur le front, avant de répondre : « -pourquoi pas, mais elle est encore petite pour regarder un film en entier. Alors ça serait quelque chose de court. » Elle ne disait pas ça parce qu'elle voulait le voir partir, c'était simplement la vérité. Un enfant de deux ans n'était pas le plus adapté pour regarder un disney en entier.

« -ou alors on peut faire un jeu ? » demanda Jo à sa fille Elle vit ses yeux s'éclairer et cela la fit sourire toujours avec cette même tendresse. « -à chat ? » demanda l'enfant. « -tu crois qu'Isaac serait d'accord pour jouer à chat perché avec toi ? Parce que tu es super forte à ce jeu là ! » L'enfant regarda alors Isaac avec sa petite bouille d'amour, souriant comme pour le supplier. Jo préféra expliquer à Iz de quoi il s'agissait avant qu'il ne s'engage là-dedans. « -généralement on joue à ça dehors, mais bon… Comme on a pas de jardin et qu'il fait moche, on joue à chat perché dans le salon. Si tu te sens de relever le défi... » Un sourire en coin et un regard rieur. S'il disait oui, ça pouvait être drôle.



Tends moi les bras, encore une fois... Même si on sait que c'est pas comme ça qu'on s'oublira
(c) black.pineapple

_________________
Imaginez de quoi notre monde aurait l'air si nous nous regardions les uns les autres en pensant:
"je sais qu'il y a quelque chose de magnifique à l’intérieur..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaac Samuel Jacobs
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 103
❖ AVATAR : Blair Underwood


MessageMar 29 Nov - 0:10

Il y a un fossé entre explication et excuse
Isaac Samuel Jacobs & Joséphine Kenway






Isaac avait toujours su faire preuve d’assurance, c’était le fondement de son charisme. Il n’avait pas peur de prendre des risques, de prendre la parole en public ou d’agir comme il le sentait. C’était sûrement l’un des traits de caractère qui avait séduit la jeune femme le jour de leur rencontre, mais c’était aussi ce qui lui avait permis de sortir indemne de ces infiltrations. Son assurance lui permettait d’agir sans craindre les conséquences. Malheureusement, la donne changeait avec Jo aujourd’hui. La jeune femme lui offrait une nouvelle chance, une unique chance sûrement, de pouvoir faire la différence et de lui prouver qu’il avait changé, qu’il avait appris de ses erreurs. Et la crainte de tout gâcher avec la jeune femme et l’enfant… Ça réduisait à néant la confiance en lui qui était, pour ainsi dire, sa ligne de conduite depuis qu’il était en âge de penser et d’agir par lui-même.
Même s’il se montrait confiant en compagnie de la jeune femme, qu’il semblait être à son aise dans cette cuisine et malgré cette quiétude qui le gagnait en présence de la jolie brune et de la petite fille, intérieurement, c’était un tourbillon de sentiments contradictoires qui l’assenait. Le bien-être, la crainte, le souvenir de ses erreurs passés, son affection pour elle, les questions qu’il ne cessait de se poser… Oui, cette journée qu’il pensait mettre à terme à sa relation avec Jo car dix ans plus tôt, c’est comme ça que ça se serait produit, chambouler tout chez Isaac. Pas qu’il ne regrettait sa décision d’accepter cette nouvelle chance mais cela soulevait bien des questions qu’il n’était pas en droit de poser en présence de l’enfant, qui était le facteur X au milieu de leur histoire. Ce n’était plus tous les deux dorénavant mais tous les trois. Isaac savait qu’il n’avait pas le droit de la faire souffrir une fois encore en sachant que ça en pâtirait sur l’équilibre que Jo offrait à sa fille, cette bulle de bien-être qu’elle lui offrait depuis le jour de sa venue dans ce monde bancale. Alors oui, Isaac était perdu dans tout cela mais n’avait pas l’envie de briser ce doux instant en mettant sur table ce qu’il éprouvait. Alors comme une fois n’est pas coutume chez le cinquantenaire, il resta muet à ce sujet et se concentra uniquement sur Juliane qui le remercia d’une manière si… Juliane qui gonfla le coeur du policier. Comment ne pas adorer cette enfant ?! Puis ce fut au tour de Jo de le remercier et il lui sourit tout en hochant d’un signe de tête. Non, il n’était pas en droit de briser tout cela…

« C’est comme tu le sens, princesse. » En aucun cas, Isaac prit mal le fait que ça ne serait qu’un film court car il avait l’habitude de regarder de temps à autre un Disney avec les enfants de l’Orphelinat et bien souvent, il montait au lit les plus jeunes qui s’étaient endormis sur le canapé. Il fronça les sourcils lorsque Jo évoqua un jeu mais la petite demoiselle sur ses genoux semblait ravie de cette nouvelle et en proposa un tout naturellement. Il se mit à sourire avec tendresse devant le visage de Juliane « Je veux bien jouer avec toi mais faut être gentil, je ne suis pas très fort à ce jeu. » Il releva son regard sur Jo et attendit la précision qu’elle lui apporta « Je m’adapte très bien. N’ait crainte. Et puis comme résister à ce sourire de toute façon ?! ». Entre la mère et la fille, Isaac était tout bonnement cerné.

Ils terminèrent le repas et Isaac débarrassa avant de retirer ses chaussures car s’ils jouaient dans la maison, cela signifiait monter sur le mobilier de l’appartement alors oui, il préféra ôter ses chaussures de ville. « Je me propose de faire le chat en premier si cela convient à la petite fée ?! » Demanda-t-il en baissant ses yeux sur l’enfant.
Il les laissèrent s’éloigner de lui puis Isaac se mit à leur poursuite, ralentissant le pas pour ne pas attraper l’enfant dans l’immédiat. Enfant qui riait aux éclats et qui faisait d’autant plus rire Isaac qui s’arrêta devant le canapé où la petite avait prit refuge. Le cinquantenaire posa son regard sur la jeune femme et lui fit un clin d’oeil puis se recula, leur laissant ainsi une marge de manœuvre puis il attrapa Jo par la taille « Je crois que c’est à ton tour d’être le chat. » fit-il en riant avant de tendre la main à Juliane « C’est maman le chat maintenant. »

Il aida la petite fille à monter sur la table basse pendant qu’il prenait place sur le canapé, riant avec l’enfant et la mère, puis il reprit la main de la petite fille et l’entraîna jusque dans la cuisine, montant sur la table de cette dernière. « Tu me tiens bien, faut pas tomber. » il se retourna en direction de Jo « Elle est vraiment force à ce jeu. » Isaac se baissa pour être à la hauteur de la petite fille et lui en tapa cinq « Tu es trop forte ! On essaie d’atteindre ta chambre ?! ». Il descendit de la table tout en portant Juliane dans ses bras et la posa au sol par la suite, courant à sa suite jusqu’au lit, découvrant ainsi une chambre pleine de jouet et décorée avec goût.

Durant ce moment, il oublia toutes ses questions, ses sentiments, ses craintes et profita de l’instant présent que lui offrait la petite famille que formait Jo et Juliane.

_________________
It's just me !
" La vie peut nous mettre au tapis, mais c'est à nous de choisir si l'on veut ou non se relever."
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Il y a un fossé entre explication et excuse. [Joséphine Kenway]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Il y a un fossé entre explication et excuse. [Joséphine Kenway]
» Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]
» Explications entre collègues (MATT)
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: New york :: BROOKLYN-
Sauter vers: