Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
BOITE A RP #18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageJeu 1 Sep - 13:09





Boite à RP #18
Ready ? Fight !


Des disputes, ça arrive souvent, n'importe quand, n'importe où et dans le coin, c'est plus souvent que rarement. Le ton monte entre un couple, ça crie en pleine rue, au milieu des passants : ils se croient seuls mais ce n'est pas le cas. Les hurlements s'intensifient et voilà que la femme s'en prend à son conjoint à coups de sac à main mais elle ne s'arrête pas là : coups de poings, coups de pieds, elle ne plaisante pas. Y'en a que ça fait rire, y'en a que ça fait pas rire (le conjoint entre autres...) et Ashley fait partie de ceux que ça ne fait pas rire. Elle décide de s'en mêler, tout en demandant renfort à quelques personnes autour d'elle et c'est finalement Jasper et Manuel qui décident de lui venir en aide. Faut dire que le type semble décidé à ne plus se faire frapper sans réagir et ça risque de mal finir, ils ne seront donc pas trop de trois pour calmer le couple et éviter le pire !
 


Participants :

- Ashley Kilmister
- Jasper Dolan
- Manuel Herrera
- un couple de cinglés  


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 1 Sep - 20:57


C’était une journée de repos qui se voulait tranquille. Et ça avait bien commencé, lever vers 9 heures, petite sortie avec le chien, petite séance de sport et à midi petit repas avec son frère et des amis à Staten Island. Alors que son frère part directement après manger, ce n’est qu’un peu plus tard qu’Ashley se décide à retourner chez elle. Jusque-là tout va bien, mais alors qu’elle retourne tranquillement à sa moto, elle entend des cris qui l’attire. Ce genre de disputes, elle en a trop connu, au début de sa carrière de flic elle était souvent appelée pour des problèmes de couple. Souvent des hommes violents, mais aussi des femmes, y’en a plus qu’on pourrait le penser. La preuve avec cette scène…

Ashley ne prend que quelques secondes pour analyser la scène, le temps est compté, l’homme jusqu’à présent presque calme semble perdre son sang-froid. Le pire c’est peut-être les gens autour, qui regarde la scène sans rien faire ou pire qui rigole et critique.


Hé! Au lieu de rire ça vous dit pas de calmer la chose? Lance Ashley a deux filles qui gloussent un peu plus loin, le message est destiné aux autres autour aussi, au moins pour annoncer qu’elle va essayer d’agir, ça suffit parfois pour qu’un élan de générosité se mette en route et que d’autres gens se décident à agir aussi.
Sur ce, la brune s’approche pour entrée en contact verbal avec le couple, enfin au moins avec la femme pour tenter de la calmer avant que ça empire.


Madame s’il vous plait! Calmez vous!

La femme prise dans son délire ne semble même pas avoir entendu Ashley. Pourtant dans la police on sait parler fort pour stopper ce genre de scène. Pas assez fort peut-être… Les menaces et les coups continuent de plus belle.
Ashley se donne encore quelques secondes et une injonction de plus avant de s’approcher davantage. Avec une seule personne c’est simple, une clef de bras et on en parle plus, mais là il faut que quelqu’un puisse retenir l’autre. Si l’homme décide de s’énerver et qu’il devient violent alors que sa femme est bloquée… ça fait un peu règlement de comptes en bande contre elle.
Elle ne peut tout de même pas s’empêcher d'agir plus longtemps, elle essaie déjà de les séparer tout en restant sur ses gardes pour ne pas se prendre un mauvais coup de la part de l'un ou de l'autre.


C'est pas comme ça qu'on se calme! Ho!

Elle qui demande à des gens de se calmer, alors qu'elle mène tous les jours un combat pour que ses propres nerfs n'explosent pas...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageJeu 1 Sep - 22:00

Quoi de plus détestable qu’une bonne femme qui croit qu’elle peut se laisser pousser une paire de couilles ? Etre témoin d’une scène pareille lui colla la nausée. Cette connasse aurait mérité de prendre une bonne correction pour lui rappeler sa place dans la chaîne alimentaire. Et il n’avait pas plus de sympathie pour la merde qui lui servait de type et qui ne broncha pas le moins du monde alors que sa chère et tendre le faisait passer pour une couille molle devant témoins. Son maigre sursaut de virilité était risible. Dire qu’il était venu jusqu’au centre de Staten Island pour trouver des fleurs à offrir à madame Gambino qui organisait un repas dominical pour réunir la famille, chose qui était de plus en plus rare, bizarrement. Chacun menait sa petite vie de son côté et peinait à libérer du temps pour profiter les uns des autres et l’emménagement de Cinzia chez lui n’avait pas franchement fait du bien, malgré ce que tout le monde tentait de faire croire. Il s’en fichait bien, c’était le juste retour des choses, il avait été suffisamment patient et compréhensif. C’était une chose de respecter les traditions, c’en était une autre de laisser sa bonne femme vous faire passer pour un con ! Alors que les choses dégénéraient et qu’un cercle de curieux se formait autour du couple. Il leva les yeux au ciel et fonça droit sur la furie pour l’agripper fermement et l’éloigner de son conjoint. Elle eut beau lutter, celle qu’elle blessa le plus, ce fut elle-même. « On va se calmer maintenant ! Ce n’est pas un exemple à donner aux gosses qui sont là ! » « Toi, l’étranger, personne t’a demandé ton avis ! Retourne manger des tacos dans ton pays ! A l’aide ! Le bronzé m’agresse ! » Il ouvrit de grands yeux et la lâcha aussitôt, se demandant si c’était une blague ou si elle cherchait vraiment à se manger une correction par un homme qui n’avait pas laissé ses burnes dans le congélateur ce matin. « Je trouve que ton mari est un sage homme, d’autres auraient craqué depuis longtemps et auraient trouvé le moyen de t’encastrer ton claque merde à sa place, à savoir dans le fondement ! » répliqua-t-il ce qui fit éclater de rire quelques témoins.

_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 2 Sep - 9:57

ready ? fight !
boite RP #18.

Être assuré d’avoir tous mes weekends est un fait plutôt étrange. Lorsque j’étais combattant du feu, des mots comme "weekends" n’avaient pas beaucoup de sens. Je bossais de jour comme de nuit, peu importe les conditions climatiques, que ce soit une période de congé ou pas. D’ailleurs, j’avais tendance à apprécier d’être au travail pendant les fêtes de famille qui m’étaient pénibles. Mais en revenant travailler à la caserne, bénéficier de mes weekends pour passer du temps avec Merrin a été une de mes conditions et elle a été acceptée. Il ne me reste donc plus qu’à occuper tout ce temps libre et aujourd’hui, j’ai décidé de le faire en me baladant du côté de Staten Island pour m’éloigner un peu de la folie qui règne en ville. Evidemment, je n’échapperai pas à la horde de touristes qui connaissent parfaitement l’existence de notre île, mais j’ai dans l’espoir que l’endroit sera un peu moins bondé et plus respirable dans cette fournaise… Et me trompe lourdement, comme d’habitude.
Merrin pour sa part, s’est endormi dans sa poussette et fait un très mauvais compagnon. Ceci dit, elle m’inspire l’envie de profiter d’être ici pour essayer de rendre visite à Cinzia. Nous ne nous étions plus croisés depuis un moment et je suppose que Manuel sera plus enclin à m’ouvrir sa porte si j’ai la petite avec moi pour l’amadouer… C’est que ma fille paraît être complètement sous son charme et que l’inverse est vrai… Pour mon plus grand désarroi.

L’idée a tout à fait germé dans mon esprit et je suis sur le point de consulter le premier plan venu pour trouver le meilleur itinéraire pour rejoindre mon ami lorsque je repère un attroupement un peu plus loin. La ville regorge d’animations en tout genre et, puisque je n’ai rien à perdre, je décide de m’approcher. Et le regrette presque aussitôt. Deux personnes se donnent effectivement en spectacle, mais pas de la manière dont je l’avais escompté. Une femme est en train de cogner sur un homme. J’ignore s’il s’agit de son conjoint, d’un étranger qui a tenté de l’accoster ou l’agresser. Je ne sais rien mais cette situation me dérange beaucoup. Tellement que l’espace d’une seconde, mes vieux réflexes refont surface et que je lâche la poussette pour aller les séparer, puisque personne n’a l’air décidé à le faire. Sauf que je réalise très vite que je ne peux pas laisser Merrin au beau milieu de la rue, sans surveillance, pour aller jouer les justiciers.
Mais avant que j’ai pu inciter d’autres passants à le faire, une femme s’avance pour mettre un terme à ce carnage. J’aimerai m’approcher pour lui venir en aide, mais ce serait prendre un risque inutile pour la petite. Mais dès que je la reconnais, je devine qu’elle sait parfaitement ce qu’elle fait et ne se la joue pas héroïne de l’heure pour faire un peu de buzz. Je n’arrive pas à remettre un nom sur son visage dans l’immédiat, mais je sais que je la connais. Nous avons suivi un stage de gestion de la colère ensemble il y a des années de cela et je me souviens qu’elle était flic à l’époque.

Mais tout le monde ne sait pas de quoi elle est capable et un homme ne tarde pas à intervenir pour calmer la furie qui, un instant plus tôt, frappait l’homme à bout de nerfs qui lui fait face. A l’expression de son visage, je devine qu’il est prêt à rendre coup pour coup à présent. Il suffirait d’un mot, d’un geste pour qu’il craque et décide que son humiliation a été trop grande. C’est une bombe a retardement et j’espère que la flic arrivera à le désamorcer.
- Toi, l’étranger, personne t’a demandé ton avis ! Retourne manger des tacos dans ton pays ! A l’aide ! Le bronzé m’agresse ! s’époumone la jeune femme.
Ce n’est qu’à ce moment que je reconnais le deuxième héros de cette journée cuisante, qui n’est autre que Manuel Herrera. Ca pour une coïncidence ! Le salvadorien lui fait connaître sa façon de penser, que je ne peux qu’approuver. Ce type – dont j’ignore l’histoire – a une patience et un self control incroyable.
- Qu’est-ce qu’il fait à ma copine ? je l’entends cependant s’alarmer, alors que la flic tente de l’aborder.
- Il ne lui fait rien du tout, tout va bien Monsieur, je m’en mêle finalement, restant à bonne distance malgré tout, pour éviter les ennuis. J’adresse un signe de tête à Manuel pour lui signifier que je lui fais confiance pour gérer et lui faire savoir que j’apprécie sa présence ici. Et il n’y a plus rien à voir mesdames, messieurs. Circulez. Je suis sûr que vous avez mieux à faire. Vous avez eu vos vidéos choc, c’est bon maintenant.
Je continue d’essayer de disperser les foules (pour l’instant sans rencontrer beaucoup de succès), laissant aux deux autres la charge de calmer le jeu.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 6 Sep - 14:45


Il ne faudra que quelques secondes pour que deux autres personnes essaient de séparer le couple. L’ambiance est pourtant bien loin de devenir plus calme. La femme prétend qu’elle est agressée par un bronzé… okay… il lui en faut peut à celle-là. Mais attendez, c'est qui qu'elle traite de bronzé? Le frisé là? Ha oui il lui en faut vraiment peut. Bref…
Et tient l’homme semble en plus se soucier de ce qui arrive à sa copine. Il en est pas arrivé là quand même? Genre homme battue qui va trouver des tas d'excuses à sa femme pour justifier ce traitement?
Ashley jette un œil vers l’homme qui lui répond, elle se reconcentre vite sur la « victime » et se met entre lui et sa femme qui est encore entrain de brailler. Mais… Ashley regarde de nouveau le blond un peu plus loin. Mais c’est… heu, c’est comme le fantôme, Casper. Jasper, c’est ça!


De quoi il se mêle de toute façon? C’est nos histoires, vous venez faire quoi au milieu?
Quand on se bat dans la rue, faut pas s’étonner que l’histoire devienne publique.

Manquerait plus que ça, que les deux se retourne contre les gens qui essaient de les séparer. Baston générale! Comme si Ashley avait de besoin de ça.

Mais y’a pas de problème! On peut finir de régler ça en privé!

Avec le ton qu’emploie l’homme, il ne semble pas vouloir en finir calmement avec cette histoire. Car il sait que sa femme va continuer à faire sa crise ou qu’il va commencer à riposter moins calmement. Dans les deux cas, c’est une mauvaise idée. Mais c’est toujours la même galère à traiter les violences de ce genre, si aucun des deux ne veut porter plainte. Dans le meilleur des cas ils partent là chacun de leur côté pour disperser la foule ou ils rentrent calmement chez eux et finissent la dispute là-bas, sans témoin donc encore plus violemment.

Commencer en privé aussi ça aurait été pas mal.

Là elle n'est pas en service et s'ils arrivent à les calmer ici, elle ne les suivra pas jusque chez eux pour voir s'ils s'étripent là-bas. L'avenir lui dira, pour le moment elle doit surtout garder son calme. S’énerver pour calmer les autres, ce n'est pas une très bonne idée.

Et ques-ce que tu parles à cette fille toi hein?

Entend Ashley derrière elle. Quoi? Elle est jalouse en plus? Tout ça part peut-être de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageVen 16 Sep - 10:30

Assister à un tel déballage de conneries en public, ça le laissait songeur et lui donnait presque envie de lâcher les deux abrutis et d'orchestrer leur petite bagarre et de prendre les paris. Deux abrutis pareils étaient une honte pour l'humanité et qu'ils s'entretuent ne pouvait qu'apporter un soulagement temporaire au reste du monde. Elle avait perdu toute sa sympathie quand elle avait déblatéré des propos racistes sans le moindre fondement. Au Salvador, une femme qui se permettait un coup pareil devait avoir de bonnes raisons ou le retour de flamme était violent et laissait des traces. Il observa tout ce beau monde avec un brin de désespoir, reporta son attention sur Jasper, se demandant ce qu'il foutait là lui aussi, espérant de tout son coeur qu'il ne cherchait pas à voir Cinzia, parce que les petites visites chez lui étaient désormais de l'histoire ancienne. Il n'était pas question que sa femme aille chez un autre homme, père ou non, pour l'aider ou pas avec sa fille, ça lui était simplement égal. Sa place n'était pas là-bas mais près de lui, fin de l'histoire. Par contre, s'il voulait laisser la petite chez eux de temps à autres pour souffler et venir discuter avec Cinzia sous sa surveillance, il n'y voyait pas le moindre inconvénient, bien au contraire. Il s'accroupit pour que la blondinette puisse le voir et la réaction fut immédiate, elle lui fit un énorme sourire en babillant, tendant les bras et ce fut pire quand il lui caressa la joue et lui donna son doigt pour qu'elle puisse le serrer dans sa petite paume. « Hola, princesita. Comment tu vas ? Ca faisait longtemps ! T'es en promenade, Dolan ?! » s'enquit-il l'air de ne pas y toucher avant de se redresser, constatant que rien ne s'était calmé autour deux, bien au contraire. Le bout de femme qui tentait de calmer le jeu depuis le départ n'avait pas abandonné la partie et il finit par l'apostropher, son accent chantant à chacun de ses mots : « Vous devriez les laisser gérer ça, ils ont l'air aussi débile l'un que l'autre, vous perdez votre temps et votre énergie ! Tout ce que vous allez gagner, c'est de prendre des coups perdus et à quoi bon ? Enfin, je vous dis ça, vous en faites ce que vous voulez ! » Il avait une folle envie de cigarettes mais s'il sortit son paquet, il n'en prit aucune, ne voulant pas enfumer la bouille d'amour qui se trouvait avec son père. « Si on les laissait se taper dessus et qu'on essayait de deviner qui sera le survivant ? Hein ? »

_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 20 Sep - 0:21


Des fois Ashley aimerait être comme ces gens qui s’en foutent. Qui passent à côté d’un couple entrain de s’étriper et qui baissent juste la tête comme si de rien était pour continuer sa vie. La vie de ces gens-là doit être si simple. Mais non, il a fallu qu’elle hérite d’un côté justicière. Comme si elle pouvait aider tout le monde et quand elle n’y arrive pas ça lui fait quelque chose. Ça va qu’avec l’âge elle devient de plus en plus j’men foutiste, donc quand elle n’arrive pas à ses fins, elle s’en remet vite. Elle n’aime pas ça, mais ça ne l’empêche pas de dormir la nuit.
L’autre homme qui est intervenu n’a pas tort, ça ne servira pas à grand-chose de gaspiller son énergie pour ce genre de personne. Malheureusement pour elle, c’est son boulot de le faire. En parlant de boulot, elle profite d’un petit temps mort pour sortir son téléphone de sa poche et envoyer un message à un collègue qui patrouille aujourd’hui. Si lui ou une autre patrouille est dans le coin, qu’ils passent dans cette rue. C’est histoire d’assurer ses arrières au cas où le couple deviendrait incontrôlable.


Vous n'avez pas tort, mais je me sentirais presque coupable si jamais demain je vois aux infos qu’un des deux a tué l’autre.

Espérons qu’ils n’aillent pas jusque-là.

Hey! C’est moi que tu traites de débile?! D’où tu me traites de débile? S’offusque d’un coup l’homme en entendant les propos de « l’étranger »
C’est surement pacque t’en est un!
Un peu d’huile sur le feu… merci madame!
Ouai ben je suis pas le seul!

Et voilà c’est reparti et ils se mettent à brailler l’un sur l’autre. On n'est vraiment pas sauvé avec des gens comme ça. Une bonne droite a chacun, c’est tout ce qu’ils mériteraient et il y a quelques années elle ne se serait peut-être pas privé pour le faire.
Ashey soupire avec un air blasé et faire quelques pas vers son dernier interlocuteur.


Je sais pas trop s’ils m’énervent ou s’ils me font juste pitié.

Ashley sait ce que c'est d'avoir une femme très prise de tête, mais elle n'aurait jamais accepté de se donner en spectacle comme ça avec son ex. Si elle sent qu'une relation tourne mal, elle stop tout avant d'en arriver là de toute façon. Pourquoi les autres ne le font pas?

Je parierais quand même pour la femme. Elle a l'air beaucoup plus... enragé, si on peut dire.
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
BOITE A RP #18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Waaagh du boss ouvr'boite
» dreadnought ou boite ki tue
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» La boite à Bitz (Recherche de Bitz)
» Question GW boite de pillards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: The beginning of the end :: GET SOME ACTION :: BOITE A RP :: ARCHIVES-
Sauter vers: