Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Bottle of Wine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageSam 27 Aoû - 8:23

Spoiler:
 



Shyla étire le bras, tendant au bout de celui-ci le verre-ballon que le propriétaire des lieux lui avait remit un peu plus tôt. Bientôt un liquide rubis vient remplir le verre à mi-hauteur et d’un sourire rieur, Shyla remercie Lowen de l’avoir resservie en vin. Une journée off c’était une journée qui se devait d’être dignement dépensée en badinage et autres activités jugées médiocres, non ? Alors c’était ce qu’elle faisait, déchaussée et plus ou moins vautrée dans le canapé de son meilleur ami, abusant de son vin tandis qu’il lui montrait le dernier costume sur-mesure qu’il avait fait faire histoire de bien paraître dans son prétoire, sûrement.

Lowen était ce genre d’homme qui aurait probablement eu l’air beau dans un sac à patates mais à qui le sur-mesure donnait cette touche d’élégance que finalement peu d’hommes possédaient. Les coutures bien faites soulignait sa taille longiligne quoi que pas dénuée de puissance, loin s’en faut et la chemise d’un joli bleu pâle mettait en valeur le teint légèrement hâlé dû au dernier été d’un homme qui, de toute évidence, avait le goût de prendre soin de lui, que ce soit par nécessité ou réelle envie.

« Moi j’aurais choisit une chemise rose. »

Il lui semblait que la chemise rose, c’était l’article number one que les femmes achetaient à leurs copains. Ceux-ci avaient tendance à bouder les articles de ce coloris mais hey, elles, elles savaient bien que ça avait un charme fou. Enfin Lowen, avec son côté « métrosexuel » comme elle s’amusait à le taquiner souvent, était bien le genre à avoir toutes les déclinaisons de l’arc-en-ciel dans sa penderie, en terme de chemises.

Shyla reporte son verre à ses lèvres, laissant une gorgée de ce vin un brin râpeux lui glisser sur la langue puis dans la gorge. Elle détaille à nouveau Lowen, à commencer par son visage. La coupe était un peu défaite parce que le moment était détente mais de toute façon Lowen cultivait –lui semblait-il- avec goût ce côté « négligé » qui ne l’était de fait pas vraiment. Il en était donc de même pour ce petit collier de barbe qu’il portait et qui avait rarement plus de quelques jours. Etre rasé de près, de nos jours, c’était moins viril que de prouver qu’on avait une certaine pilosité. Ca la fait sourire, même rire un peu et tandis que son meilleur ami lui montre deux cravates, elle désigne celle de droite, le laissant la nouer autour de son cou avec une rapidité qui prouvait l’habitude.

« Il y a une affaire en particulier qui mérite que tu te fasses tout beau où t’as juste eu une bulle en passant devant la boutique de ton couturier préféré ? »

On sait jamais ! Dans un métier comme celui de Lowen, les apparences comptaient pour beaucoup, souvent. Bref, elle finit d’étudier un peu l’homme, notant le triangle légèrement inversé mais pas trop de sa silhouette, ses cuisses sportives correctement prises dans le pantalon et… Ses chaussettes, dont une était trouée. Elle pouffe, la montrant du doigt.

« Très classe ça. C’est histoire de faire de l’aération ? »

Sérieux, les hommes étaient tous les mêmes non ? Capables de prouesses parfois tout en oubliant le plus petit détail ! Shyla vient noyer quelques petites moqueries qu’elle avait sur le bout des lèvres d’une nouvelle gorgée de vin, convenant finalement :

« Tu es parfait. Je te soupçonne de le savoir déjà mais d’avoir juste eu la tête comme un melon à vouloir me l’entendre dire. »

Elle a un petit clin d’œil pour l’homme, jetant un rapide coup d’œil autour d’eux. Cet appartement, tout comme l’homme qui y vivait, était à l’exact opposé de celui qu’elle possédait. Lowen et elle ne pouvaient pas être plus différents sur le papier. Allez savoir ce qui faisait que ça avait « matché » comme ça entre eux. Ils étaient le genre d’amis à pouvoir passer une nuit entière à refaire le monde de manière plus ou moins sensée et intelligente comme le genre à pouvoir passer la soirée à ne juste rien dire, simplement dans leurs bulles, se réconfortant sans vraiment en avoir conscience de la présence de l’autre.

Lowen avait été une bouée de sauvetage à une époque de sa vie. Il lui avait offert une nouvelle impulsion, une seconde chance. Shyla n’avait jamais vraiment su ce qui l’avait motivé à l’époque et plusieurs fois depuis la question lui avait brûlé les lèvres sans néanmoins les franchir. Un jour peut être qu’elle lui demanderait. Peut être que ce jour là, ou un autre, Lowen aurait une réponse. Parce que ce gars là, il était capable de faire des choses à l’instinct, sans trop savoir pourquoi. Parfois pas toujours pour le mieux mais… Il avait quand même un putain d’instinct, c’est clair. C’était sans doute la marque de fabrique des grands avocats.

« Tu devrais enfiler un truc plus confo et venir profiter du vin avant que je ne siffle toute ta bouteille. Et me raconter un peu ta semaine. »

Ho et tiens, avant qu’elle oubli et puisqu’elle y pensait :

« Il faut que tu passes chez moi demain. J’ai complètement oublié de ramener ton Tupperware. Ma mère a fait un poulet cari à tomber par terre. Comme d’hab’ il y en avait trop. Elle m’en a donné double ration « pour Lowen » parce que tu es « un peu maigrichon » et tu as sans doute « besoin qu’on s’occupe de toi ». »

Sa mère avait le chic pour materner, même à leurs âges et Lowen n’y coupait que difficilement. Surtout que ses parents lui vouaient une infinie tendresse et dévotion depuis l’épisode de la fac. C’était un peu le sixième enfant de la famille même s’il était arrivé sur le tard !

« Quand ma mère parle de toi comme d’un gosse j’ai à nouveau envie de t’appeler Winnie ! »

Le petit ourson !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageMar 30 Aoû - 16:27

Une journée de tranquillité, et pour une fois en commun avec Shyla, sa meilleure amie. Ils avaient donc profité de cette étrange – et merveilleuse- coïncidence pour se voir et se raconter les derrières choses qui leur été arrivé dans la vie… et à vrai dire pour Lowen, le tour était quand même assez vite bouclé. C’était plus « boulot boulot boulot » qu’autre chose et il ne pouvait pas vraiment parler de ces cas, ou plutôt de ces clients à son amie, tout comme elle ne pouvait pas parler de ses patients. C’était parfois ça qui était le plus dommage dans leurs métier : c’est qu’ils ne pouvaient pas trop échanger avec les autres sur ce qu’ils faisaient réellement. Il avait donc opté pour quelque chose de pus ennuyeux, comme sujet, ais qui avec Shyla pourrait rapidement tourner à quelque chose de marrant. Il lui avait donc montré son dernier costume sur-mesure (histoire de de s péter un peu et également parce que l’avis raffiné de la jeune femme lui importait). Ce n’était certainement pas la chose la plus maligne qu’il avait faite, montrer à quel moins il avait de l’argent alors que ce n’était pas forcément facile pour elle tous les jours… mais en même temps c’était plus fort que lui et il avait bien du mal à se montrer raisonnable. Il avait grandi dans la richesse et ce genre de chose était donc juste normal pour lui. Il haussa un sourcil lorsqu’elle parla de chemise rose.

Moi vivant, tu ne me verras JAMAIS porter de rose… même si je sais pertinemment qu’il e faut jamais dire jamais. Mais je déteste cette couleur !

Même s’il était vrai qu’en matière de vêtement cette couleur passait beaucoup mieux surtout si elle n’était pas trop flashi. Il préférait être sobre pour aller au boulot et s’amuser un peu plus avec les coloris – mais pas du rose- lorsqu’il était seul chez lui ou alors lorsqu’il se promenait ou voyager. Bref, pour les cadres en dehors du boulot ! les chemises et costards il adorait ça, mais il y avait un moment où trop c’était trop et après le boulot il préférait revêtir une tenue beaucoup plus décontractée. Et puisqu’il était dans l’essayage autant lui montrer le « reste » de la tenue … ou plutôt les deux cravates sur lesquelles il hésitait. Il fallait que sa tenue soit parfaite et irréprochable ! Il n’y avait aucun doute là-dessus !

Grosse affaire, avec des gens importants, très friqués… Tu vois, le genre du te jugent d’un seul coup d’œil. Il faut que la tenue soit parfaite… Et que lui aussi le soit. Si le cabinet pouvait travailler sur cette affaire, ça serait tout bénéfique ! Il soupira faiblement avant de rajouter Je ne dirai pas que c’est un peu la chance de ma vie, mais travailler et gagner cette affaire, c’est se faire une bonne renommée, tu vois, il ne faut pas que je gâche tout !

Et en parlant de tout gâcher voilà que Shyla se mit à pouffer parce qu’il avait LE détail qui tue : les chaussettes et les trous. Ceci dit une fois les chaussures enfilées, cela ne se verrait plus ! Il lui tira la langue à sa réflexion, un peu comme l’aurait fait un gamin vexé… même si en l’occurrence dans le cas présent c’était plutôt parce qu’il était amusé.

Ouais, mon pied a trop chaud, alors faut bien que je le ventile comme je peux ! Puis j’aime bien ces chaussettes, elles sont confortables ! vas-y Lowen enfonce toi tout seul comme un grand ! Et j’aime quand tu me parles comme ça, tu sais l’estimes ça fait toujours du bien à l’égo.

Il aurait certainement dû lui dire qu’elle aussi était une fille magnifique, totalement charmante, mais il craignait qu’elle croie qu’il essayait de la draguer pour la mettre dans son lit, et il ne voulait pas risquer d’abimer d’une quelconque manière leur amitié.

Si tu finis la bouteille, il suffira d’en ouvrir une autre… mais par contre demain, il ne faudra pas te plaindre si tu ne te sens pas fraiche ! C’est peut-être pas super fort le vin, ais en grande quantité, ça fait quand même effet !

Mais bon, là il ne lui apprendrait rien. Il en profita pour s’éclipser dans sa chambre et revenir quelques instants après vêtu d’une tenue un peu plus confortable, plus souple… plus colorée aussi. Il se laissa tomber dans le canapé et s’amusa à passer sa main tendrement dans les cheveux de la jeune femme, non, il n’avait pas envie de lui raconter sa semaine vu qu’il n’y avait rien d’intéressant à dire aucune pépite ! De toute manière elle avait embrayé avec un sujet beaucoup plus intéressant : la bonne bouffe.

Ta cuisine si bien, j’me damnerais bien parfois pour un de ces bons petits plats… alors c’est avec plaisir, je passerai après le boulot ! En tout cas elle sait toujours comment m’appâter : avec de la bouffe. Il lui jeta un regard qu’à moitié aimable lorsqu’elle l’appela Winnie Sérieusement, Winnie est un des surnoms les plus idiots que j’ai jamais eus ! Et en plus est-ce que j’ai la tronche d’un ours qui bouffe du miel ?

Hum. Peut-être qu’avec tee-shirt rouge qu’il avait enfilé la réponse était oui. Il un doigt pour lui montrer qu’il allait dire quelque chose mais le laissa retomber, il sentait la vanne arriver grosse une maison.

Vas-y lâche toi ! Je t’écoute ! souffla-t-il finalement tout en lui resservant un énième vin, avant de remplir son propre verre. Mais avant dis-moi ce que je pourrais apporter ta délicieuse mère pour lui faire plaisir ?

Il était clair, qu’il n’irait pas là-bas les mains vides !

_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 30 Aoû - 18:02

Spoiler:
 



Shyla lève les yeux au ciel alors que Lowen lui fait son petit caprice comme un enfant boudeur ! Il savait le faire ça, pas de doute ! Parfois Shyla se disait que les femmes qui craquaient pour lui le faisaient parce qu’au-delà de son assurance et de son égo, il perçait chez cet homme une sorte de vulnérabilité qui parlait à leur instinct maternel. Bon après elle n’était pas psy et elle ne se mouillerait pas non plus à en rajouter sur le sujet. Du coup, pour répondre à propos de la chemise plutôt :

« Bien noté mon capitaine. Toi vivant jamais. Je choisirais le costume pour la dernière fiesta de ta vie avant qu’on ne te mette en boîte ! »

C’était que de la plaisanterie évidemment. Shyla n’imaginait perdre aucun de ses proches… Et surtout pas ceux qui comptaient le plus à ses yeux. New-York était un endroit dangereux. Ce n’était pas Los Angeles ou Tijuana mais ça restait une ville dangereuse. A ce qu’on lui avait dit, il y avait plus de crimes graves à Los Angeles en une seule journée qu’à Tôkyô en un an. Ca lui donnait le frisson. Désagréablement s’entend. Mais peu importe.

Lowen lui parle un peu de son affaire. Ou plutôt de son client. Il n’était pas question pour lui d’en dire beaucoup plus et elle le savait bien. Ils étaient un peu dans le même genre de situation même si elle se sentait pas mal plus libre parce qu’elle pouvait parler de quelques cas juste drôles. En tout cas, c’était toujours tout un concept pour elle de voir Lowen, qui pouvait se permettre de péter dans la soie, parler de clients riches et important comme s’il était un pauvre immigrant sans papiers. D’accord : elle exagérait le trait. Mais ça vous donnait une dimension très étrange de la situation. Elle avait l’impression qu’elle ne vivait pas dans la même ville parfois. Ou alors au ras du bitume tandis que Lowen naviguait dans quelques sphères plus élevées et pourtant encore loin du sommet. De quoi vous donner le tournis.

« Criminel ou rien à voir ? »

Elle ne savait pas trop comment tout ça fonctionnait, si on s’adressait aux mêmes personnes pour des litiges en affaire ou pour des accusations graves. D’ailleurs pour autant qu’elle sache il n’était pas dit que le client de son ami était celui qui se défendait et non pas celui qui attaquait.

« Tu vas ouvrir ton propre cabinet un jour ? Ou devenir associé du tiens ? »

Il était assez ambitieux pour ça non ? Et sans doute assez compétent. Peut être qu’elle n’était pas très impartiale bien sûr… Mais elle ne doutait malgré tout pas des qualités de Lowen. Ho il avait beaucoup de défauts ! Mais elle aussi. Elle rebranche plutôt sur cette histoire de chaussettes, rieuse et un peu attendrie c’est sûr. Les femmes et les hommes avaient des approches très différentes des choses. Ca lui faisait penser à cette étude psychologique qu’elle avait lue dans un magazine médicale à propos des hommes et des femmes par rapport à la rupture. Ces hommes qui souffraient peu mais longtemps d’une séparation et ces femmes qui souffraient immensément mais sur un délai très court. Ce n’était pas une vérité universelle mais ça en disait long à son avis.

« Je sais. »

Ca c’était pour cette histoire d’estime qui faisait du bien. On était dans une société très portée sur la critique et à son avis on oubliait un peu trop de féliciter ou d’encourager. Ho elle n’était pas exempte de ce défaut hein… Mais elle faisait de son mieux pour y penser avec les gens qu’elle aimait. Même si elle taquinait, ce n’était que de l’affection.

Elle a droit à une jolie petite morale sur le vin ensuite qui lui fait à nouveau lever les yeux au ciel ! En tout cas elle ne comptait clairement pas se passer à elle seule toute la bouteille ! Demain elle commençait assez tard (et finissait encore plus tard !) mais pas question qu’elle arrive avec la gueule de bois ou même seulement en ayant mal aux cheveux ! Et puis franchement :

« Ce serait faire insulte à ce vin hors de prix que de le boire comme une pochtronne ! »

En tout cas elle était à peu près sûre qu’il était hors de prix ! Comme elle n’avait pas l’habitude d’en boire seule ou quoi elle n’en achetait pas et était très peu renseignée sur le sujet. Ca lui avait même prit du temps à apprécier le bon vin et Shyla s’était longtemps contenté des vins blancs sucrés ou pétillant. Lowen avait été un sommelier attentif pour lui apprendre à apprécier les meilleurs crus et elle lui laissait toujours l’occasion de briller en lui offrant des saveurs goûteuses à ce niveau.

Son ami quitte… Et Shyla en profite pour lui servir un verre à son tour. Lorsque Lowen revient, changé mais pas moins élégant à son avis elle lui tend son verre, fermant brièvement les yeux en penchant légèrement la tête, comme un chat le ferait pour mieux apprécier une caresse. Elle était du genre sociable, parfois tactile… Et là c’était bien comme ça. Toutefois histoire de taquiner elle prévient :

« Si tu emmêles tes doigts dans les boucles, tu devras redoubler de patience pour les enlever sans tirer sinon la chatte que je suis va se transformer en vraie lionne ! »

Au-delà de ça sa mère faisait visiblement carton plein en parlant à l’estomac de Lowen.

« Elle commence à te connaître depuis le temps ! Méfie-toi quand même, elle cherche à t’engrosser et je sais pas si tu as vu mon père dernièrement mais je crois qu’il va bientôt devoir changer de taille de pantalon ! »

Parce que sa mère y réussissait trop bien, visiblement ! Par contre à propos de Winnie l’ourson et à la petite perche qui lui est tendue, Shyla fait semblant d’y réfléchir longuement en observant son ami qui se résous rapidement au fait qu’à ce niveau et pour ce soir : il ne peut pas gagner !

« Ho, avec ce petit côté « c’est crop’injuste ! » tu es plutôt un mix de Winnie l’ourson et de Calimero. Un vrai Don Juan quoi. »

Elle lui tire la langue à son tour, imitant son compagnon un peu plus tôt dans la conversation. Mais pour en revenir à sa mère :

« Quoi que tu ramènes elle va te disputer en te disant que tu n’aurais pas dû, tu sais bien. »

Shyla pose son bras contre le dossier, prenant sa tête dans une main tout en observant le profile de Lowen puis son visage lorsqu’il est tourné vers elle. Elle vient dégager rapidement une petite mèche prise pas loin des longs cils de Lowen, suggérant :

« Ramène de petites pâtisseries de cette boulangerie au bout de la rue. La dernière fois que tu lui en as ramené elle en a parlé pendant huit jours. »

Les boulangeries et tout ce qu’on y trouvait, c’était pas un concept si courant ici… Et bien souvent c’était bon mais sans plus. Mais cette boulangerie là… Ha ! On sentait que le patron était du pays de la brioche et du glaçage hein ! C’était un peu cher mais Shyla avait apprit depuis longtemps qu’elle ne devait pas compter les choses de Lowen comme pour elle. Et puis taquine :

« Et si tu veux m’offrir un éclair au café, je ne protesterais pas… ! »

Elle plaisantait hein ! Et puis finalement, cessant un peu de rire et son sourire se faisant plus calme, elle se renseigne :

« Comment ça va le moral en ce moment ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageDim 4 Sep - 18:03

A la limite, si tu veux me faire porter un truc qui ne me va trop au teint, je veux bien une chemise hawaïenne… mais PAS DE ROSE ! Non mais oh ! Sa virilité pourrait être remise en cause et puis il n’aimait de toute manière pas cette couleur. Il lui fit un grand sourire avant de continuer Et d’ailleurs, tu veux me mettre en boite ? Tu comptes m’empoisonner ou quoi ? Ou alors tu es lu dans les lignes de ma main un jour que ma fin était proche.

Il haussa finalement les épaules avant de soupirer, même s’il plaisantait de ça, on ne savait jamais sur qui (ou sur quoi) on pouvait tomber. Ils faisaient quand même tous deux des métiers où ils pouvaient fréquenter aussi des gens fous que pas net et un petit coup de couteau c’était bien simple à donner –et ne parlons pas d’un coup de pistolet vu le nombre de personnes qui possédaient une arme dans cette ville-. Il hésita quelques instants à répondre à sa question suivante, certes, sans détail, elle ne pouvait pas savoir ce qui se passait au cabinet, mais il craignait laisser échapper un jour une information importante qui pourrait lui coûter cher.

Non, non, non, ça n’a rien avoir avec le crime tout ça… mais il n’empêche pas que ce sont des gens TRES fortunés et qui font très attention aux apparences !

STOP ! On s’arrête-là avant de donner plus d’indices possibles ! Il se contenta donc de s’arrêter là et de lui faire signe qu’à partir de maintenant ça serait motus et bouche cousue sur le sujet ! Il haussa ensuite les épaules.

Je préfère avoir plus d’expérience avant de réellement m’associer à quelqu’un, mais si j’ai le choix c’est l’opportunité que je choisirais plutôt que d’ouvrir mon propre cabinet, je trouve ça plus simple, plus sympa, et la notoriété est déjà là. Il y a beaucoup plus d’avantages dans mon cas, je trouve !

Mais après bien sûr peut-être qu’il se trompait… peut-être même qu’il changerait d’avis mais devenir un associé, actuellement, vu la crise et en prenant en compte bon nombres de données était la meilleure solution pour la suite de sa carrière… seulement comme il lui avait déjà expliqué, il préférait acquérir plus d’expérience, se faire un peu plus un nom, voir plus de choses C’était peut-être un peu stupide, mais il trouvait que cela faisait « plus sérieux ».
Les deux amis n’avaient pas tardé à changer de sujet pour retomber sur quelque chose d’un peu plus léger quand même. Il haussa les épaules, si elle voulait se taper la bouteille entière, elle le pouvait, cela ne le gênait pas même si le vin était hors de prix. Il était parti se changer et en revenant il tapota la tête de son amie… qui… en fait il eut du mal à dire si elle apprécia ou pas. Des fois, il y a certaines réactions féminines qu’il avait un peu de mal à interpréter !

Sinon, je peux aussi te raser la tête, ou couper la partie qui est coincé… quand je dis couper je parle de ta tignasse pas de mon doigt. Il lui sourit, amusé avant d’ajouter J’admire toujours ton volume de cheveux tout autant que j’admire ta volonté, ton courage de passer sûrement des heures à tout démêler le matin. Elle avait vraiment une coupe magnifique, des cheveu qu’il adorait mais il avait l’air galère à peigner. T’inquiètes pas, si je mange trop après je ferais plus de sport et le soir ou le lendemain je mangerai plus light ! Comme ça j’peux me faire plaisir, à volonté et je n’ai pas ce souci de m’engrosser, comme tu dis ! Il se tut quelques instants avant de continuer Et pour ton père, c’est normal qu’avec l’âge on prenne un peu d’embonpoint, d’autant plus que le métabolisme ne marche plus comme avant je suppose !  mais ça… tu dois mieux le savoir que moi !
Il préféra ne pas répondre sur le mix entre Winnie et Caliméro et se contenta juste de faire une petite grimace bien significative ! Non, il ne fallait pas qu’il entre dans le débat, ça serait certainement beaucoup plus stérile qu’autre chose !

J’aime bien quand ta maman me fâche ceci dit ! dit-il avec un petit sourire Et je suis assez grand je rapporte des choses si j’en ai envie et si ça me fait plaisir ! Et puis même si elle grondait il savait bien qu’au fond cela lui faisait plaisir et c’était l’essentiel pour le jeune homme. Humhum ! Entendu des petites pâtisseries pour par mère et un éclair au café pour toi ! Mais je crains que si tu entends parler de ces petites merveilles pendant huit jours, encore une fois, tu t’en lasses rapidement ! plaisanta-t-il.

Mais l’information n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd et il était heureux de savoir que son dernier « cadeau » avait fait sensation. Il s’étira un peu tandis qu’elle avait déjà repris la parole lui demandant comment ça allait. Il fronça les sourcils se demandant s’il faisait triste à voir pour qu’elle lui demande ça.

Bien sûr que oui ça va. Pourquoi le moral ne serait-il pas là ? Je ne suis pas à plaindre ! J’ai la belle vie, elle me plait comme ça ! Il secoua la tête, avant de soupirer Et ne commence pas à me dire qu’il faudrait que je me case, qu’il me manque une petite femme dans ma vie, ma mère me sert le couplet à chaque fois que je vais la voir ou presque ! il laissa passer quelques instants avant de continuer Et toi, donc les amours comment ça va ?


_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 7 Sep - 13:34



Shyla prend un air malicieux. Parler de la mort c’était pas toujours juste glauque, fallait dédramatiser. Elle observe son verre de vin, comme si elle réfléchissait à un moyen de l’empoisonner avant de faire semblant de réfléchir à haute voix :

« Zut, avec tout le mal que je me suis donnée pour mettre le poison dans le poulet cari… ! »

Elle éclate de rire, faisant un petit clin d’œil complice à son ami qu’elle imaginait très bien en chemise hawaïenne pour maintenant. Et c’était tout un concept en soit ! Ce que cet homme ne ferait pas pour ne pas mettre une chemise rose… !

En tout cas, Lowen en rajoutait sur le « TRES » fortuné et Shyla commence à se dire qu’elle ne peut même pas juste visualiser ce que ça représente. Ces gens faisaient quoi de tout leur argent ?

« Ca me donne le tournis. »

D’ici quelques années elle aurait remboursée les quelques prêts qu’elle avait fait et commencé à rassembler un petit pécule, parce que la médecine ça payait bien… Mais elle ne gagnerait jamais de quoi faire dire à qui que ce soit qu’elle était TRES fortunée. Ni fortunée tout court sûrement.

De son côté Lowen semblait sage dans ses projets, ne se lançant pas bille en tête dans des idées de cabinets perso et tout ça. Il gravissait les échelons de manière intelligente. Et puis il avait besoin de se faire un portefeuille de clients de toute façon dans un premier temps non ?

« Je te fais confiance, tu as toujours été très malin pour ce qui est de tirer ton épingle du jeu. Tu as un instinct incroyable. »

Et elle ne disait pas ça parce qu’il lui avait offert une seconde chance là où personne n’aurait cru qu’elle pourrait rebondir !

Dans le même temps Shyla vient taper sur la main de ce faux frère qui parle déjà de lui couper les cheveux ! Mais à ce qu’il ajoute, elle se fait un peu toute fière, même si c’était débile !

« J’ai plein d’astuces ! Mais bon, je t’avoue que je pense louer tes services pour porter plainte contre mes parents pour vice de forme lors de la conception, vu le côté pas pratique… ! »

Lowen relativise sur sa prise de poids… Puis sur celle de son père et Shyla a un rire très amusé en levant les yeux au ciel. Ca va, elle n’était pas inquiète pour son père même si elle s’amusait pas mal à le taquiner sur sa récente prise de poids ! Quant à Lowen, c’était un homme très actif et malgré tout soucieux de son apparence. Elle ne s’inquiétait pas pour lui non plus.

« Ca va, vous êtes des forces de la nature tous les deux. Vos voisines continueront encore longtemps à vous faires les yeux doux… ! »

En tout cas, d’après sa mère c’était ce qui se passait mais elle avait son petit caractère jaloux et possessif ! Pour Lowen elle n’avait jamais constaté par elle-même mais savoir que quelques voisines lui sortaient parfois leur numéro de charme dans l’ascenseur ou quoi ne l’étonnerait pas beaucoup. En plus d’être un très bel homme son meilleur ami avait de l’esprit, du respect pour les femmes et c’était un bon partit financier, on va se l’admettre.

En tout cas Shyla –et sa mère- avaient gagné quelques pâtisseries. Une chance qu’elle aussi soit une femme très active parce qu’en vrai c’était elle qui allait enfler sinon !

« Je survivrais… ! »

A ça et sa mère lui rappelant l’air de rien que Lowen était célibataire et très beau garçon. Merci maman hein ! Shyla avait des yeux. Mais ils en viennent au moral et Shyla acquiesce.

« Disons que je vérifiais. Je te connais et je ne suis pas sûre que tu viendrais me le dire à chaque fois si quelque chose n’allait pas… ! »

Bon, c’était sans doute un peu l’hôpital qui se foutait de la charité parce qu’ils étaient un peu pareil à ce niveau, ce qui leur avait déjà valu quelques prises de bec parfois. Mais ce n’était qu’à cause de la tendresse réciproque qu’ils se portaient. Par contre elle repose son verre, levant les mains pour se défendre d’essayer de caser Lowen.

« Ho non, j’ai des yeux, je sais très bien que si tu as envie de te trouver une copine tu n’as besoin de personne ! »

En plus, elle serait sans doute assez jalouse de ce temps que Lowen passerait avec plein d’autres femmes en attendant de trouver la bonne. Celle qui le remettrait dans le droit chemin, vu son caractère d’avant. Mais d’avouer, songeuse et charmée par l’idée :

« Je te vois bien avec des enfants. Un en tout cas. Pas tout de suite quoi ! Mais quand même. »

C’était une jolie vision d’imaginer une toute petite chose dans les bras de Lowen. Tenez, visualisez le fantasme : la nuit, devant une des grandes baies vitrées, seulement en pantalon de nuit avec un bébé dans les bras. Est-ce que ça c’était pas une jolie vision ? Ouais, Shyla était d’accord avec elle-même pour ce coup. Mais la question lui est retournée et elle hausse les épaules, maussade.

« Ho tu sais, je ne prends pas vraiment le temps de m’occuper de ça. J’ai vaguement fréquenté quelqu’un récemment… Mais avec mes horaires… Enfin tu sais ce que c’est, tu es un bourreau de travail toi aussi. Finalement, on n’est pas de si bon partit que ça… ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageDim 11 Sep - 12:31

Il haussa un sourcil, lorsqu’elle parla de l’empoisonnement du poulet. Oui, d’accord, d’accord.  Bien sûr, il mangerait quand même le poulet avec appétit, sans se poser AUCUNE question, il avait bien trop confiance en elle, pour se demander s’il n’y avait pas un fond de vérité là-dedans… quoique empoisonner ne voulait pas forcément dire mourir, si ça se trouve, elle avait mis du laxatif dedans. Il fronça un peu les sourcils, en s’imaginant la scène qui serait forte drôle à voir mais pas à vivre ! Mais non, son amie n’était pas aussi machiavélique, du moins tant qu’elle n’avait pas à se venger de quelque chose… malgré tout il préféra ne pas émettre l’hypothèse du laxatif tout haut. Lui donner de mauvaises idées n’était pas quelque chose de très bon. Mais non l’argent ne donnait pas le tournis ! Il aidait juste à ouvrir beaucoup de portes, mais il préféra ne pas rebondir sur ce sujet-là, cela ne servait à rien et il ne voulait pas la blesser d’une quelconque manière.

Lowen eut un petit ricanement joyeux –et flatté- que sa meilleure amie le brosse dans le sens du poil. C’était vraiment très agréable ! C’était indéniable ! Monsieur l’égo ne se sentait plus et c’était parfait comme ça ! Il était indéniable qu’elle savait lui parler, comment lui faire plaisir. Il savait que c’était triste de s’aimer autant, mais après tout c’était un trait de caractère comme un autre, du moment que cela ne faisait pas de lui un con égoïste !

De toute façon dans ce métier, tu es un peu obligé de te fier aussi à ce que te dis ton instinct pour plaider certains cas ! Heureusement que j’en ai un pas trop mal, sinon j’étais foutu dans la profession !

Il fallait aussi des fois ne pas avoir trop de conscience, ils ne défendaient pas que des « gentils gens ». Il y avait des criminels et c’était beaucoup plus dur psychologiquement. Défendre des violeurs, des meurtriers lorsqu’on est commis d’office, jeune avocat était compliqué, mais aujourd’hui, il commençait à pouvoir beaucoup plus pouvoir trier les affaires sur lesquelles il allait travailler, même s’il aimait  les enquêtes un peu plus compliquées qu’un simple divorce ! Et à New-York ils étaient quand même servis avec les différents gangs. Il ricana de nouveau lorsqu’elle parla de couper ses cheveux, il haussa les épaules avant de sourire malicieusement.

En même temps, ma choupette, blonde et les cheveux plats comme une crêpe, je pense que tu perdrais beaucoup de ton charme, pour ne pas dire que ça serait probablement pas très esthétique ! Et dis-toi que ça aurait pu être pire…tu aurais pu être chauve ! tes parents ont fait un boulot formidable, mais ce sont les lois de la génétique, c’est le Destin, qui ne t’aime pas trop plutôt. Il haussa les épaules avant de rajouter Mes voisines me font les yeux doux ? Oui, peut-être, mais elles peuvent continuer longtemps, elles ne sont pas du tout mon style, un peu trop superficielle si tu veux mon avis.

Il aimait les belles femmes, certes…. Mais il fallait qu’elles aient quelque chose dans la cervelle et ses voisines étaient plus des accros du shopping qui ne pensaient qu’à ça, qu’à la mode et qui n’avaient jamais aucun sujet de conversation et qui était, désolée du terme, mais complètement débiles. Ou alors peut-être était-il trop exigeant ? Bref concernant son célibat depuis la mort de son ex’, il est vrai qu’il avait du mal à trouver quelqu’un qui lui arrivait ne serait-ce qu’à la cheville. Il soupira doucement avant d’hausser un peu les épaules.

Mais ne t’inquiètes pas, tout va bien. Je n’ai juste pas envie de me caser avec n’importe qui… Pour le reste, je pense que je n’ai pas à me plaindre bien au contraire ! Il était chanceux, il savait pertinemment, alors il n’allait pas se plaindre sur ses petits soucis de riches débiles. Avec des enfants ? Tu me vois avec des enfants ? demanda-t-il plus amusé qu’autre chose C’est vrai que ça pourrait être… bien…mais encore faut-il trouver quelqu’un avec qui faire sa vie. Si c’est pour que le gosse soit trimballé d’une maison à une autre, ballotté entre sa mère et son père et leurs conflits, ne ce n’est pas quelque chose que je veux pour lui. Il faut un environ sein et stable en priorité selon moi. Il lui sourit avant d’ajouter Par le plus hasard, toi pour me sortir des choses comme ça tu n’aurais pas tes hormones maternelles qui te titilleraient ? parce que si j’ai un gosse, tu sais que tu seras la marraine et donc que tu pourras t’en occuper si tu n’en as pas.

Et comme elle l’avait fait remarquer, avec les horaires de médecins, surtout en tant que débutante. . Ce n’était pas encore pour aujourd’hui qu’elle pourrait faire et élever un gosse et il en avait totalement conscience ! il secoua un peu la tête avant de soupirer.

Enfin en d’autres termes, ce n’est pas demain que toi ou moi on aura des gosses avec toutes nos contraintes !

Contraintes n’était pas forcément le mot le plus approprié mais bon. Il se racla la gorge avant de continuer

Mais c’était qui ce type que tu as fréquenté ? Ou cette fille d’ailleurs…. Je ne sais pas, ça parait logique quand on est en couple avec un métier comme celui de médecin… c’est compliqué niveau horaires et tu n’y es pour rien. Il se tut quelques instants avant de froncer les sourcils. Il n’a pas été trop dur avec toi, j’espère ? Je le connais ?

_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 15 Sep - 13:32



Il passe dans le regard de Lowen ce genre de réflexion qui met le doute à Shyla. Il ne songeait pas vraiment qu’elle pourrait l’empoisonner n’est-ce pas… ? Peu importe la méthode. Du coup, surprise mais histoire de dissiper le doute :

« Le poulet est safe, Lowen. »

Elle ne s’était pas attendue à devoir assurer un jour à quelqu’un qu’elle ne l’avait pas empoisonné… Mais soit ! Y avait un début à tout, c’était sa façon de faire carrière dans le grand banditisme à ce tarif ! Heureusement la conversation s’égaie. Lowen parle des subtilités de son boulot, de l’importance de l’instinct… Et Shyla acquiesce. Le droit c’était quelque chose qui aurait pu la séduire mais il y avait trop de concession à faire. Elle avait préféré un chemin qui lui permettait d’aider tous ceux qui en avait besoin sans notion d’argent dans la balance et sans devoir se poser trop de questions sur la morale de ce qu’elle faisait.

Shyla se mérite ensuite quelques compliments qui font toujours du bien, surtout venant d’un homme comme celui-là. Bon, il n’était peut être pas cent pour cent sincère mais s’il ne l’était effectivement pas ce n’était pas grave parce que ce genre de petit mensonge pieux renforçaient sans doute une amitié.

« Je suis sûre que je déchirerais grave en blonde platine. »

Ou pas ! Et disons qu’elle ne ferait pas le test, fallait pas abuser ! Shyla donne un petit coup de poing sans trop de force dans le bras de son meilleur ami alors que ce dernier, après avoir joué l’avocat de ses parents, lui assure que c’était plutôt la vie qui en avait après elle !

« Hey, tu es mon ami, c’est moi que tu dois défendre et consoler ! Faux frère ! »

Elle a néanmoins un petit clin d’œil amusé pour Lowen, haussant les épaules à propos des voisines. Elle ne les côtoyait pas et ne les voyait pas vraiment… Mais elle supposait que ça devait pas mal roucouler dans les ascenseurs ou lorsque Lowen avait l’élégance de leur tenir la porte d’entrée quoi. Les femmes sont sensibles à ce genre de choses… Dire que les hommes pensaient que seuls les bijoux coûteux pouvaient faire briller leurs yeux !

Shyla lève ensuite les yeux au ciel alors que Lowen lui parle « du reste ». Le sexe ? Ben ça promettait une belle brochette de conquêtes si c’était le cas ! Mais bon, Lowen avait toujours eu un petit côté collectionneur non ? Shyla désapprouvait à une époque et elle ne se gênait pas trop pour le lui dire… Mais depuis qu’il était célibataire, franchement, elle n’avait plus rien à objecter et Lowen avait sûrement raison de profiter de sa jeunesse et de sa popularité auprès des femmes. Tant qu’il se protégeait, tout ça… !

La jeune femme acquiesce ensuite brièvement à propos d’imaginer Lowen avec des enfants. Et pourquoi pas ? Lowen aussi semblait pouvoir se projeter et ce avec une philosophie de vie qui la fait sourire.

« Je suis d’accord avec toi. »

Même si elle se doit d’ajouter :

« Il y a quand même des parents monoparentaux ou qui agissent chacun de leur côté sans troubler la croissance de leur enfant. »

Mais elle admettait volontiers qu’ils n’étaient pas forcément les plus nombreux. Elle aussi préférait imaginer un couple amoureux et stable. Niveau sentiment et financier d’ailleurs. L’argent ne faisait pas tout, sa famille pouvait en témoigner, mais c’était quand même un avantage notable.

« Tu crois qu’un jour tu pourrais trouver une femme à la hauteur de tes attentes ? »

Quant à ses propres hormones, Shyla se défend :

« Je n’en veux pas tout de suite… Mais je me vois mère, c’est clair. »

La famille avait toujours prit une très grande place dans sa vie et l’exemple de sa propre mère était fort et chéri à son cœur.

« Il n’y a pas forcément d’âge pour avoir un enfant mais j’en suis plus proche aujourd’hui que jamais. »

C’était quoi la moyenne d’âge des mères ces dernières années ? Trente-trois ou quelque chose comme ça ? En tout cas…

« Tu crois que si j’ai un enfant je ne pourrais pas m’occuper du tiens ? Pourquoi ? »

Elle trouvait au contraire que ça avait un aspect plutôt positif ! C’était permettre aux enfants de sociabiliser très jeunes et ça lui permettait d’avoir tout le nécessaire et tous les réflexes important ! Mais tranchant à la blague, Shyla suggère :

« Bon le moment venu, faisons un enfant ensemble, ça résout ce point de détail. »

Shyla a un sourire sans rien ajouter à propos du fait que c’était pas pour demain la veille. Elle récupère son verre, venant y tremper les lèvres avant de finalement avaler le fond qui restait dans le verre ballon. Elle arque un sourcil en le reposant, répétant :

« Ou une fille ? »

A ce stade de leur amitié elle était surprise qu’il se pose la question de son orientation ! Ho elle pouvait reconnaître la beauté d’une femme et la douceur de sa peau… Mais ça ne dépassait pas ce stade dans sa vie. En tout cas, puisque Lowen commençait à jouer un peu les grands frères protecteurs, elle assure :

« Tu ne le connais pas. Enfin je ne pense pas. Quelqu’un rencontré dans une soirée. Et ne t’inquiète pas je ne me sens pas coupable. »

Elle hausse les épaules une énième fois, admettant :

« J’ai quand même hâte d’être correctement posée dans ma vie active et affective. Vivre seule ça a plein d’avantage et puis en même temps je suis pas faite pour vivre en solitaire toute ma vie. »

Mais bon, son envie de ne pas vivre seule ne signifiait pas qu’elle était prête à se retrouver mal accompagnée et Shyla n’était pas amoureuse de l’amour. Elle choisissait ses partenaires quoi !

« Arg, je parle comme une vieille femme, achève-moi… ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageDim 18 Sep - 14:44

Oui, oui, bien sûr que le poulet était safe ! Il le savait, mais les blagues de son amie étaient parfois un peu étranges et il avait subsisté jusque-là, un léger doute. C’était plus fort que lui, certainement à cause de tous les affaires qu’il pouvait voir ci et là, mais bien sûr il ne pouvait pas lui dire ça… et si elle l’empoisonnait, il se doutait que ça serait soit par erreur, soit un petit truc qui, au pire lui donnerait une bonne grosse diarrhée. En résumé, rien de bien méchant mais qui pouvait être fort incommodant. Il lui sourit avant de tenter de plaisanter avec ça, histoire qu’elle ne le prenne pas mal

Non, mais j’espère en tout cas que je ne t’ai pas donné de mauvaises idées pour la prochaine fois. J’te vois bien subtiliser un laxatif à l’hosto… et te venger sur moi pour je ne sais quelle raison !

C’était une plaisanterie, c’était des dires destinés à la faire rire, à l’amuser, à lui montrer qu’il savait qu’au pire il ne risquait pas grand-chose. D’ailleurs… il se demandait bien ce qui pouvait se passer dans la tête de certaines personnes pour avoir envie d’empoisonner ses proches. Heureusement, ils avaient bientôt parlé d’autre chose qui n’était pas forcément plus gai, mais l’avocat tenta de lui expliquer l’importance de l’instinct et compagnie, des faits, des preuves, de savoir bien parler. C’était complexe, il y avait beaucoup de choses à prendre en compte et c’était presque au plus inventif sur les arguments.

Tu serais ignoble en blonde platine. Tu veux qu’on t’achète une perruque pour te le prouver ? Tu verras, tu seras méconnaissable ! Je suis désolé, hein Skyla, je t’adore, mais tu es belle au naturel ! Comme ça ! La nature t’a gâtée, alors tâche de ne pas tout faire foirer en te teignant en blonde ! Il lui tira la langue avant d’ajouter je défends tes parents parce qu’ils gagneraient, désolé, j’aime pas perdre ! ricana-t-il

C’était à la fois vrai et faux. Il prendrait n’importe quelle affaire qui l’intéressait, même si cela impliquait qu’il était presque sûr de perdre. Le challenge il adorait ça, mais il fallait avouer qu’il n’était pas toujours très bon perdant ! C’est aussi pour cette raison, qu’il ne jouait que très peu aux jeux de sociétés.

Et si tu te teins en blonde, je fais même semblant de ne pas te reconnaitre. Mais M’dam, vous êtes ? Où est passée ma meilleure amie et son bon goût ? Où ? Je suis même certain que je pourrais te condamner, pour mauvais goût !

Les femmes, les enfants tout ça… il n’aimait pas forcément trop en parler, cela évoquer trop de mauvais souvenir et élever un enfant seul ne lui plaisait pas plus que cela. Il voulait de la stabilité pour le gosse et compagnie. Il avait l’impression qu’il y avait plein de choses qu’il ne pourrait pas lui apporter. Il savait qu’il n’avait pas tout à fait raison dans ce qu’il disait mais quand même.

Oui bien sûr, je suis même certain qu’il y en a plein Shyla, mais je ne me vois pas élever un enfant seul… Je veux dire pas aujourd’hui pas dans ces conditions. Alors bien sûr si un jour j’apprends que je le suis, je ne le renierai pas ou ce genre de conneries débiles… Il se tut quelques instants avant de se racler la gorge. Mais je préfère en avoir un avec quelqu’un que j’aime ! Il soupira doucement avant de reprendre J’espère trouver un jour une femme comme ça… mais après les sentiments sont parfois étranges, je préfère pas chercher. Ca arrivera bien un jour si le Destin le veut ! Il eut ensuite un petit rire avant de continuer Pour que tu t’occupes du mien, il faut déjà que j’en ai un beauté !

Il fit une petite moue ne sachant pas trop quoi répondre sur le fait qu’ils pourraient faire un gosse ensemble, il se contenta d’hausser les épaules ne sachant pas trop quoi penser cette idée. Il n’était ni pour ni contre, pour une fois il n’avait même aucun réel avis là-dessus. Il se passa une main dans les cheveux et changea donc de sujet, préférant donc parler des relations actuelles de son amie plutôt que de gosses

Il s’appelle comment alors ? Je pourrais te dire si je le connais ou pas. Il eut ensuite un petit rire lorsqu’elle se mit à dire qu’elle parlait comme une vieille femme Ne t’inquiètes pas tant que tu n’as pas trop de chats chez toi, je pense que ton cas peut-être sauvé ! Et puis tu sais ce qu’on dit il vaut mieux être seul que mal accompagné ! Il secoua un peu la tête avant de boire quelques gorgées de vin Mais tu trouveras quelqu’un sans aucun souci, je ne m’en fais pour toi ! Tu es belle et intelligente, parait un peu plus conne, les hommes ont parfois du mal avec les nanas qui ont en plus dans le ciboulot qu’eux !

C’était une plaisanterie…. A moitié… mais quand il voyait certains de ses voisins, il ne comprenait absolument pas leurs choix…



_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 25 Sep - 13:49



Shyla prend le partit d’en rire avec cette histoire de laxatif ! Pas qu’elle soit incapable de ce genre de plaisanterie un peu douteuse éventuellement… Mais disons que ce n’était probablement pas le genre de blagues qu’elle réservait aux amis ! Il y avait un peu de parano là-dessous et elle en venait à regretter un peu d’avoir juste voulu taquiner. Quant à la perruque blonde platine elle se contente de retrousser le nez dans une petite attitude juste dégoûtée ! Merci mais non merci, comme on dit ! Lowen avait parfaitement raison à son avis : elle serait ignoble avec ce genre de coupe.

Shyla passe une main dans sa crinière, ses ongles courts griffant légèrement le cuir chevelu sous les boucles. Ha ! Les ongles courts… Elle aurait adoré les laisser pousser, long et très féminin, peint avec élégance, tout ça… Mais hygiène dans son métier oblige –et praticité aussi- Shyla les gardait résolument court. Par contre lorsque Lowen assure que ses parents l’emporteraient, elle proteste avec amusement :

« On est en Amérique, tout peut arriver. »

Le pire comme le meilleur et à son avis, dans un procès aussi débile que celui sur lequel elle avait plaisanté, il ne fallait pas vendre la peau de l’ours ! Mais bon, dans les faits évidemment c’était Lowen qui avait raison et ça pas besoin d’être un homme de loi pour le reconnaître.

« Ha ! Tu refuses de condamner mes parents pour vice de forme mais tu me condamnes pour mauvais goût ! Il n’y a plus de justice ! »

Shyla a un petit clin d’œil pour son meilleur ami avant d’ajouter avec malice :

« Le jour de mon procès tu auras intérêt à être irréprochable d’un point de vue mode très cher… ! »

Puis le sujet devient grave. Plus qu’elle ne l’aurait souhaité même si elle n’avait pas non plus abordé le sujet à la légère. Lowen semblait prendre très au sérieux cette histoire d’avoir un enfant et lorsqu’il se justifie, elle assure :

« Lowen, je faisais une généralité. Je n’utilisais pas cet argument contre toi. »

Elle non plus, malgré ce qu’elle avait dit et le fait qu’elle pensait qu’elle ferait une bonne mère ne se sentait pas de devenir soudainement mère célibataire. Elle n’était même pas sûre de songer à être mère en couple ! Enfin elle y songeait mais pas dans un avenir forcément proche quoi. C’était pas un truc qu’on décidait sur un coup de tête après une soirée ponctuée de verres de vin. Shyla n’était pas moins romantique que Lowen sur ce coup là et elle espérait bien trouver chaussure à son pied avant de voir un jour sa silhouette changer pour ce genre de cause… !

« Ca ne coûte pas grand-chose de refaire le monde le temps d’une soirée. »

De mettre Paris en bouteille, tout ça. Les « et si » ne tuaient pas, dans les pires des cas. Et c’était bon de se laisser aller à rêver un peu. Pas qu’avoir des enfants soit le rêve par excellence mais elle avait juste cherché à faire dévier le sujet dans le fond. Mais l’esprit très cartésien de Lowen semblait l’avoir prise au pied de la lettre et il était vraiment à fond sur le sujet. A tel point qu’elle se sentit mal à l’aise lorsque sa plaisanterie sur le fait de faire un gamin ensemble tomba franchement à plat. Shyla camoufla son embarras derrière une dernière gorgée de vin, préférant ne pas en rajouter.

« Il ne s’appelle pas… ! »

Parce qu’il n’y avait aucune raison de parler de ce type avec qui ça n’avait pas marché. Dire que ça avait été un échec était déjà assez chiant comme ça pour qu’elle ne désire pas rentrer dans les détails. Ho elle ne disait pas : si ça avait été le grand chagrin d’amour elle serait sans doute venue épancher un peu son chagrin sur l’épaule réconfortante de Lowen. Peut être qu’elle aurait lâché le flot d’émotions mais là… Ca allait, vraiment, la page s’était vite tournée disons.

Cette histoire de vieille femme aux chats la fait sourire et même rire un peu par après même si elle grimace à nouveau devant la réflexion suivante.

« Une phrase digne d’un biscuit chinois très cher. Dans le TOP10 des gens désespérés juste après « un de perdu, dix de retrouvés » ! »

Mais ça la fait rire parce qu’aussi clichée soit cette remarque elle restait vrai. Celle à propos du fait qu’il valait mieux être seule que mal accompagnée hein. Pas celle qui disait qu’elle finirait peut être par avoir un harem ou quelque chose du style… !

La dernière phrase sonne comme un compliment agréable malgré la tournure de la phrase et Shyla a un sourire pour simplement remercier son ami. Elle ouvre la bouche pour répliquer… Mais son biper sonne, quelque part un peu plus loin et elle se relève pour aller jusqu’à son sac, cherchant le petit appareil. Non elle n’était pas de garde ni rien… Mais en cas de grosse urgence elle pouvait être rappelée. Shyla allume donc le petit appareil pour regarder le message suivre et finalement elle renvoie le pager dans le fond de son sac, testant rapidement ses réflexes parce qu’elle avait bu deux bons verres de vin dans la soirée quoi.

« Je vais devoir t’abandonner. Un bus qui s’est renversé, l’hôpital a besoin de monde. »

Elle récupère ses clefs de voiture, venant les fourrer dans sa poche tout en allant chercher son manteau.

« Je vais prendre un taxi par mesure de prudence, pas de panique… ! »

Shyla ne faisait pas partit des irresponsables ou de ceux qui pensaient qu’un risque minime n’était pas un vrai risque. Elle irait en taxi et reviendrait de la même manière chercher sa voiture. Et à l’hôpital elle ferait contresigner ses décisions pendant une heure ou deux, le temps que la sobriété se saisisse à nouveau d’elle.

Finalement Shyla rejoint son meilleur ami à nouveau. Ce n’était pas la première fois qu’elle était obligée de couper court à une de leurs soirées même si ça restait relativement rare. Elle vient claquer un baiser sur sa joue, assurant :

« Je me ferais pardonner. Et je n’oublierais pas le plat la prochaine fois ! Toi n’oubli pas le repas chez mes parents ! »

Là il fallait vraiment qu’elle file… Et d’une certaine façon, ça la frustrait un peu que le boulot ait prit le pas sur sa soirée avec Lowen… Mais on faisait rarement tout ce qu’on voulait dans la vie…

Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Bottle of Wine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Businessmen they drink my wine, Plowmen dig my earth[Topic sons of]
» LC / Acer Aspire one
» betty ☆ wine colored roses.
» (f) girl, wine ton body. montre que t'as pas peur d'exciter tous les bandits.
» Crash wine lors du chargement DirectAudio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics archivés et terminés-
Sauter vers: