Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Some love and complicity ► Charlotte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageSam 4 Juin - 2:16

Some love and complicity
Charlotte Stanton & John Cooper
Dans cette belle petite maison au numéro sept Decker Avenue, depuis quelques semaines, une nouvelle pièce commençait tout doucement à s’aménager. Cette pièce était destinée à devenir une chambre. Une chambre pour enfant plus précisément. Depuis qu’ils savaient le sexe du bébé qui allaient naître dans quelques mois, John et Charlotte avaient fait le tour de plusieurs magasins de meubles et de décorations pour se donner une idée de la chambre qu’allait avoir leur future petite fille. Ils avaient longuement hésité sur la couleur qu’ils allaient utiliser pour peindre les murs. Rose, gris ou blanc ? John avait même fait des tests sur le mur pour savoir quelle peinture irait le mieux pour cette chambre. C’est finalement le gris qui l’emporta. Le blanc irait alors pour le sol et le rose serait les quelques éléments de décoration qui allaient donner un certain style à cette chambre.

John et Charlotte profitaient alors de leur week-end pour commencer à peindre les murs en gris. Cependant, même s’il avait vraiment envie d’effectuer tous ces travaux avec sa fiancée, John remarquait que Charlotte était un peu plus fatiguée ces derniers temps et il ne voulait pas qu’elle fasse trop d’effort, il préférait qu’elle se repose un peu plus.

« Je peux m’en charger tout seul. Toi, en attendant, tu peux rester assise, tu peux même me regarder faire si tu veux, mais je veux que tu te reposes. »

John et Charlotte se chamaillaient, peut-être même un peu trop souvent ces derniers temps. Ce n’étaient pas de grosses disputes, bien au contraire, John souhaitait juste que Charlotte ralentisse un peu la cadence à cause de sa grossesse mais elle faisait tout l’inverse. Il ne voulait que son bien-être et celui du bébé. Ils s’étaient déjà chamaillés pour la vaisselle, l’aspirateur, les courses et même pour aller promener leurs deux grands chiens. L’un finissait toujours par céder et ces petites chamailleries se finissaient toujours en éclat de rires. John avait cédé pour la vaisselle et les courses mais il n’allait pas céder aussi facilement pour mettre en peinture la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 6 Juin - 20:08

some love and complicity.


Il était 14 heures lorsque Charlotte ce réveilla, en ce beau samedi de printemps. Elle était rentrée aux alentours de 7 heures, lorsqu'elle avait terminé sa garde de nuit aux urgences. Enceinte, elle ne ralentissait pas le rythme au grand désespoir de John. Elle était le genre de personne à vivre à 100 à l'heure, 24 heures sur 24. Elle ne pouvait pas s'arrêter, c'était presque impossible. D'ailleurs, le mot « repos » ne faisait pas partie de son vocabulaire. Pourtant, elle devait ralentir le rythme pour le bébé qu'elle portait. Elle n'en était qu'à 5 mois de grossesse mais la fatigue commençait déjà à prendre le dessus, parce qu'elle en faisait trop pour son état. Elle se croyait invincible, ce qui était loin d'être le cas mais elle ne l'admettrait pas. Elle avait sa fierté.  

La première chose qu'elle fit, c'est d'aller voir John. Il ne travaillait pas le samedi et lorsqu'elle se levait, elle le retrouvait souvent dans le jardin avec les chiens ou à faire quelque chose comme regarder la télévision, bricoler ou autre. Elle retrouva son fiancé dans la pièce qui serait la chambre du bébé, prêt à peindre les murs. Elle fonça les sourcils, l'air vexé qu'il ne l'attende pas pour faire ça. « Hey. », dit-elle assez fort pour qu'il l'entende. Elle s'approcha et l'embrassa du bout des lèvres, une main posée sur son ventre. « Alors comme ça, tu ne m'attends pas ? ». Elle fit une moue triste et prit un pinceau, qui lui fit rapidement retiré des mains. Elle eut un air offusqué avant de soupirer.  « Je peux m’en charger tout seul. Toi, en attendant, tu peux rester assise, tu peux même me regarder faire si tu veux, mais je veux que tu te reposes. ». Elle soupira, de nouveau. Décidément pas d'accord avec son fiancé, elle croisa les bras en ronchonnant. « Je suis enceinte, pas malade. Je suis en pleine forme, je peux le faire ! », râla-t-elle. Elle était sans arrêt de mauvaise humeur, depuis que la fatigue commençait à prendre le dessus. Elle se sentait inutile et inactive, ce qu'elle détestait par dessus tout. Elle s'en prenait à chaque personne qui se mettait sur son chemin, osant défier ses envies. Malheureusement, John en faisait partie et il devenait rapidement l'une de ses victimes.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 14 Juin - 23:45

Some love and complicity
Charlotte Stanton & John Cooper
John venait tout juste de commencer à peindre une partie d’un mur quand il entendit Charlotte. Il se retourna vers elle et lui sourit alors qu’elle s’avançait vers lui pour l’embrasser. Charlotte semblait plutôt vexée que John ne l’ait pas attendue pour peindre mais il lui répondit qu’il préférait qu’elle se repose tout en lui retirant le pinceau de ses mains. Sa réponse ne faisait pas plaisir à sa compagne, et même s’il comprenait qu’elle voulait aider dans les préparatifs, elle ne comprenait pas encore que c’était pour son bien et celui de leur future petite fille.

« Je sais bien Chacha… Chaton… »

Il ne pouvait s’empêcher de l’appeler Chacha. John aimait beaucoup ce surnom mais Charlotte le détestait, et quand ils étaient sur le point de se chamailler, il valait mieux qu’il se rattrape et il s’en sortait plutôt bien en la surnommant Chaton par la suite.

« ...je sais qu’on s’était mis d’accord tous les deux pour peindre la chambre ensemble mais… »

John grimaça légèrement car il savait très bien que ce qu’il était sur le point de dire n’allait pas faire plaisir à Charlotte. Dès qu’il lui parler de ralentir la cadence, Charlotte disait toujours qu’elle était en pleine forme mais John n’était pas dupe et il voyait bien que sa fiancée était fatiguée ces derniers temps.

« …je sens que tu es fatiguée ces temps-ci. Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose, ni à toi, ni à notre fille à cause de l’accumulation de fatigue. Tu travailles déjà dur tous les jours alors en rentrant, le mieux à faire pour toi, ce serait d’être au calme et de te reposer. »

John espérait lui ouvrir les yeux mais il avait beau lui dire quoique ce soit, rien ne lui faisait changer d’avis et elle travaillait toujours autant. Il comprenait que rester à rien faire était difficile pour elle car il était exactement pareil, mais elle ne devait pas oublier que pendant les quatre prochains mois, elle devait porter une vie en plus.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 19 Juin - 18:53

some love and complicity.


Plus John parlait, plus les larmes montaient. Peindre la chambre, c'était quelque chose de tellement important à ses yeux qu'elle ne pouvait pas concevoir l'idée d'être mise de côté. Elle n'en avait pas le coeur brisé, mais ça lui faisait de la peine...au point d'en pleurer. Depuis le début de la grossesse, elle était très sensible et la fatigue de ces dernières semaines n'arrangeait pas grand chose. Néanmoins, elle ne voulait pas admettre qu'elle était épuisée. Elle pensait être invincible, elle pensait pouvoir faire ce qu'elle avait l'habitude de faire même en étant enceinte hors...ce n'était pas le cas. Peut-être qu'il avait raison, mais elle ne l'admettrait pas : parce qu'elle était trop fière pour ça et parce que la peinture de la chambre comptait beaucoup pour elle. Elle aurait l'impression de louper quelque chose, de ne pas être une bonne mère. Elle en faisait peut-être trop, mais elle voulait tout faire pour son bébé.  

D'un coup, quelques larmes se mirent à couler sur ses joues et elle baissa la tête pour essayer de les cacher. Elle ne voulait pas qu'il la voit aussi faible et fragile. Ses lèvres tremblaient, parce qu'elle essayait de retenir ses larmes qui venaient malgré elle. Elle entrouvrit la bouche, afin de parler mais fut obligée de ravaler un sanglot qui venait.

« Je ne suis pas en sucre, je suis juste enceinte. », se défendit-elle, d'une voix tremblante. Elle était à la fois triste et en colère, parce qu'il n'avait pas le droit de l'éloigner comme ça des projets concernant leur bébé. Elle voulait tout faire. Absolument tout. Elle savait qu'elle en était capable et qu'il n'arriverait rien à leur future fille. Elle était déjà forte, puisqu'elle avait survécu à un coup violent au coin d'une table. C'était un malheureux accident que Charlotte avait du mal à oublier, mais John allait voir un psy et il faisait des efforts pour eux. C'était le plus important, mais pourtant elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir peur lorsqu'il haussait le ton.

La jeune femme croisa les bras, bien décidée à faire la peinture de la chambre du bébé et attrapa un pinceau. Les larmes coulaient encore sur ses joues, mais elle têtue comme elle était : elle n'allait pas lâcher l'affaire. Elle en voulait déjà à John de vouloir l'écarter, alors il ne fallait pas qu'il aille plus loin et le mieux à faire c'était de la laisser jusqu'à ce qu'elle admette elle-même qu'elle était trop fatiguée. « Rien n'arrivera à notre fille, ni à moi. », dit-elle d'une voix déterminée.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 2 Juil - 1:09

Some love and complicity
Charlotte Stanton & John Cooper
Une fois que John eut exposé les raisons de son refus, Charlotte baissa la tête. L’espace d’un instant, il avait eu l’impression de l’avoir convaincue mais la seconde d’après, Charlotte se braqua et lui sortit qu’elle était juste enceinte. John ne put s’empêcher de soupirer. Aucun doute, il l’aimait plus que tout au monde mais par moment, il souhaiterait tellement qu’elle ne soit pas aussi têtue. Il aperçut des larmes couler le long des joues de sa compagne. Si seulement elle pouvait comprendre qu’il ne faisait pas tout ça pour l’ennuyer mais juste pour lui faciliter les choses. De toute évidence, s’il continuait encore à lui conseiller de se reposer plutôt que de peindre, les choses allaient mal se terminer et il n’était pas prêt à se disputer une énième fois. Il lui releva la tête délicatement et essuya ses larmes du bout de son pouce.

« D’accord, j’ai compris le message. Je te laisse peindre cette chambre mais s’il te plait, réfléchis à ce que je t’ai dit. Tu en es encore qu’au début de ta grossesse mais en gardant un tel rythme de vie, même si je sais à quel point tu es forte, tu vas difficilement le supporter. »

Il se rappelait la seconde grossesse de sa mère. Elle était journaliste et avait des horaires plus raisonnables que Charlotte et pourtant il se souvenait de son état de fatigue quand elle rentrait à la maison. Sa mère avait pris l’habitude de jouer avec John tous les soirs avant qu’il n’aille dormir pour qu’elle puisse passer un peu de temps avec son fils et lorsqu’elle était enceinte d’Aaron, elle continua au début mais au fur et à mesure que sa grossesse avançait, elle préférait se reposer plutôt que de jouer avec lui.

John se remit à peindre le mur qu’il avait commencé tout en repensant à tous ses souvenirs. Il ne comprenait pas pourquoi Charlotte réagissait de cette manière, à croire qu’elle ne voulait pas admettre qu’elle pouvait être fatiguée de temps en temps. Il ne voulait plus se battre désormais, il était las de toutes ses chamailleries et déjà que depuis l’accident, c’était plutôt tendu entre eux, mais au plus ils se chamaillaient et au plus l’atmosphère était tendue. La prochaine fois, il lui laisserait faire tout ce qu’elle voulait sans discuter. Elle allait bien admettre un jour qu’elle était trop fatiguée pour faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 3 Juil - 20:58

some love and complicity.


Charlotte était bien décidée à peindre cette chambre, que John soit d’accord ou non. Elle était déjà prête, un pinceau fermement tenu entre ses doigts délicats. Ces mêmes mains qui soignaient des personnes, en journée ou pendant la nuit. Heureusement qu’elle était têtue, ça lui avait permis de s’imposer dans un milieu principalement masculin. Malheureusement pour John, lorsqu’il se passait des évènements comme celui-ci : elle n’abandonnait pas avant qu’on lui donne raison ou qu’on la laisse faire.  

Quand il l’autorisa à peindre, enfin…quand il capitula, plutôt : il lui demanda de réfléchir à l’idée de ralentir le rythme. Alors qu’elle commençait à peindre, Charlotte secoua la tête. Non, elle ne ralentirait pas le rythme. Tout irait bien. Il n’avait pas à s’inquiéter. Elle en était capable.

« Ne t’inquiète pas, tout ira bien. », avoua-t-elle, convaincu de ce qu’elle avançait. Oui, elle pensait pouvoir garder ce rythme de vie jusqu’à la fin de sa grossesse. Après tout, certaines femmes y arrivaient alors pourquoi pas elle ? Elle avait l’habitude d’être active, se reposer signifiait faire autre chose que travailler à ses yeux. Elle était incapable de rester assise plus d’une heure, sur le canapé, devant la télévision. Impossible. Mais…La remarque de John faisait son petit chemin et elle se rendit compte que peut-être, elle n’aurait pas la force de continuer sur ce rythme jusqu’à la fin. Elle en eut la gorge nouée mais continua de peindre silencieusement.  

Voyant que ça ennuyait John et qu'il semblait dans ses pensées, elle soupira longuement. La future maman retourna son fiancé, pour qu'il soit face à elle. « Je sais que ça t'ennuie que j'en fasse autant... », commença-t-elle d'un ton qui se voulait compréhensif.  « Je sais aussi que tu fais ça pour notre bien mais...  ». Elle hésita un instant, avant de prendre ses mains dans les siennes. « Tu me connais, tu sais que j'ai besoin d'être active à chaque minute. Je...Je sais qu'à un moment, je ne pourrais plus faire tout ce que je veux. Pour l'instant, ça va. Je suis fatiguée mais je me sens bien et je veux en profiter... je veux faire le maximum et je me reposerais quand je ne pourrais plus. ». Elle baissa les yeux. Charlotte avait fait un énorme pas en avant, puisqu’elle avait avoué qu’à un moment elle ne pourrait plus être autant active. Quelque part, elle avait avoué une de ses craintes : celle de se sentir inutile. Elle détestait ça.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 24 Juil - 0:23

Some love and complicity
Charlotte Stanton & John Cooper
John regarda Charlotte mais ne lui répondit pas quand elle essaya de le convaincre que tout irait bien et qu’il n’avait pas à s’inquiéter. En réalité, il craignait un peu que la grossesse de sa compagne se complique au fur et à mesure des mois suite à l’incident qui s’était produit quelques semaines plus tôt. Cela n’avait jamais été son intention de faire du mal à Charlotte, ni à leur bébé et à la seconde où il l’avait fait, il se sentait comme un véritable monstre, surtout après que Charlotte se soit plaint de douleurs dans le ventre. Il avait emmené sa fiancée à l’hôpital et même si le médecin n’avait rien décelé, il avait cependant dit de redoubler de prudence. Depuis ce jour, John se sentait terriblement coupable et avait commencé à être surprotecteur envers Charlotte. Peut-être même un peu trop.

John sortit de ses pensées quand Charlotte le retourna pour qu’il soit face à elle. Il l’écouta attentivement et une fois terminé, il ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire sur les lèvres. Charlotte prenait finalement conscience qu’elle ne pourrait pas garder ce rythme jusqu’à la fin de sa grossesse et rien que de l’entendre avouer ceci, John en était plutôt satisfait. Il l’embrassa tendrement sur le front.

« Je sais que tu détestes être inactive mais je suis content que tu avoues enfin que tu ne pourras pas continuer ainsi jusqu’à la fin de ta grossesse. Promets-moi juste une chose : quand tu as atteint ton maximum, tu ne dois pas essayer de lutter. Tu t’arrêtes et tu me le dis. »

Il lâcha les mains de sa compagne pour pouvoir l’enlacer tendrement. Il était tellement fier de Charlotte, c’était une grande avancée pour elle de lui avouer tout ça alors que la veille, elle ne l’aurait certainement pas fait, voulant toujours en faire plus.

« Tu ne vas sûrement pas apprécier tes semaines d’inactivité, mais pour moi ce sera appréciable. Je vais pouvoir m’occuper de ma formidable fiancée, la chouchouter, la dorloter… Tu verras, tu vas finir par y prendre goût. »

Il se mit à rire. Pour ses dernières semaines de grossesse, il allait essayer de faire en sorte que Charlotte ait tout ce dont elle ait besoin et il voulait être le plus présent possible pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 12 Aoû - 23:14

some love and complicity.


Charlie releva les yeux vers son fiancé, quand il l'embrassa sur le front. Elle eut presque un sourire, appréciant ce geste. Il était content, elle le sentait et ça lui plaisait. Elle aimait le voir sourire, satisfait d'une chose. Elle posa une main sur sa joue et plongea son regard dans le sien. Bien sûr qu'elle allait faire un effort, parce que leur couple et leur fille en valait la peine mais ça impliquait plusieurs choses que Charlotte voulait mettre au clair. Il n'y avait pas qu'à elle, de faire des efforts. « Je te promets de faire des efforts, mais je veux que tu me promette une chose en retour : arrête de t'inquiéter comme ça et de me surprotéger. Je sais que tu t'en veux, concernant l'accident mais c'est passé et nous allons bien. Je suis la mieux placée pour te le dire, et tant que je peux m'occuper c'est que je vais bien. Dès le moindre coup de fatigue, je me reposerais mais cesse de me dire de me reposer à chaque fois que je veux faire quelque chose... D'accord ? ». Elle fit un petit sourire rassurant, embrassant tendrement sa joue avant de se blottir dans ses bras.

La future maman chouina. L'idée d'être dorlotée, chouchoutée et compagnie ne l'enchantait pas vraiment. Elle enfouit sa tête dans le cou de son fiancé en rechignant, pas très heureuse à l'idée d'être chouchoutée, dorlotée et compagnie. Ce n'était pas quelque chose qu'elle appréciait beaucoup, puisque ça allait avec l'idée de ne rien faire. « Tu sais que je déteste ça, John... », soupira-t-elle doucement. Elle admettait qu'elle pourrait s'arrêter à un moment, mais qu'on fasse tout à sa place ne lui plaisait pas vraiment. Cependant, elle eut l'impression que John la regardait avec insistance et elle soupira de nouveau, levant les yeux au ciel. « ...mais je ferais un effort, je te le promets. », ajouta-t-elle, vaincue par son fiancé. C'était pour lui qu'elle faisait ça, et peut-être pour leur bébé, mais ce serait une véritable torture de ne rien faire. Elle allait se sentir inutile et elle détestait ça, elle savait bien qu'elle ne pourrait pas s'empêcher de faire quelques trucs par-ci, par-là et John ne pourrait pas toujours l'en empêcher.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 9 Sep - 1:58

Some love and complicity
Charlotte Stanton & John Cooper
Les yeux dans les yeux, ils se disaient mutuellement ce qu’ils attendaient l’un de l’autre pour les prochains mois. Alors que John voulait que Charlotte ralentisse un peu la cadence, Charlotte quant à elle lui demandait de moins la surprotéger. Il grimaça légèrement mais elle n’avait pas vraiment tort. Il avait tout le temps été sur son dos depuis l’accident. Il le faisait surtout pour se pardonner à lui-même d’avoir été violent avec sa fiancée alors qu’il ne l’avait jamais été auparavant. Il le faisait pour le bien de Charlotte mais il n’avait jamais pensé qu’il aurait pu l’étouffer. Charlotte l’embrassa sur la joue et se blottit dans ses bras. Il l’a serrait tendrement contre lui, et après avoir repensé à tout ce que sa compagne lui avait dit, il lui répondit enfin.

« Excuse-moi, je ferais aussi des efforts, je te le promets. C’est juste que l’accident… »

Il soupira. Il se demandait vraiment comment il en était arrivé à ce point, de blesser sa propre fiancée et sa future fille par la même occasion. Il ne poursuivit pas sa phrase et préféra passer à autre chose. Il lui avoua qu’il apprécierait quand elle devra se reposer pour pouvoir la chouchouter. Il savait que sa fiancée détestait tout cela et l’entendre chouiner le fit rire.

« Tu verras, tu vas finir par apprécier je suis sûre. »

Il l’embrassa tendrement avant de se retourner vers les murs encore blancs ou avec seulement quelques coups de peinture grise. Il redonna le pinceau à Charlotte qu’il lui avait pris des mains.

« On a encore du boulot. »

Ils passèrent le reste de la matinée à peindre les murs jusqu’à ce qu’il ne reste plus une seule trace de blanc. La chambre de leur future fille commençait à prendre forme.
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Some love and complicity ► Charlotte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Seul sur la plage,pas vraiment{Délire Charlotte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Topics archivés et terminés-
Sauter vers: