Revenir en haut Aller en bas


Partagez
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:09





Jessalyn « Jazz » Rivera
feat Nathalie Emmanuel

Nom Rivera Prénom(s) Jessalyn, renommée « Jazz » Age 26 ans Nationalité et Origines Née à Brooklyn, son père est le fils d’un immigré porto-ricain et d’une italienne, sa mère est jamaïcaine. Métier Tatoueuse / serveuse / barmaid Tu vis dans quel quartier? Le Bronx Groupe Simple Men Membre de gang ou pas Non  Avatar Nathalie Emmanuel Crédits répondre ici


Chacun voit midi à sa porte, dit-on. C’est dire joliment que tout est une affaire de perspective. C’est vrai pour les lieux, c’est vrai pour la bouffe, c’est vrai pour… A peu près tout et n’importe quoi, y compris les personnes. Ainsi, si vos standards d’intellect se mesurent à la capabilité de calculer des intégrales et de résoudre des équations, alors Jazz est la plus idiote parmi les idiots, car scolairement, la pauvrette est loin de faire des merveilles. Si votre standard de réussite est la famille idéale, une villa quatre façades, une belle bagnole et le chien qui va avec, alors, une fois encore, Jazz risque de vous décevoir, car elle n’a rien de tout cela, et pas même l’ambition de se tourner vers cette voie. De ce fait, il n’est pas rare de la voir dépréciée par les bonnes gens aux bonnes mœurs bien pensantes. A leurs yeux, elle est sauvage, elle perd son temps, gâche sa vie, et le regrettera bien assez tôt quand, à cinquante ans, sans mari et sans enfants, elle pleurera, filera, même, comme le disait si bien Rimbaud, au soir, à la chandelle.

La vérité, c’est que Jazz s’en fout. Elle s’en fout, en fait, de quasiment tout. Summum de l’égocentrisme pour certains, pouvoir indécemment développé du « lâcher priser » pour d’autres, c’est comme si elle vivait avec pour mot d’ordre « Hakuna Matata ». Possiblement irritante, car il n’est pas rare qu’elle explose de rire face aux situations dîtes « dramatiques », elle balaie les reproches de ce type, ceux qui tentent de la faire culpabiliser, de plomber sa légèreté, d’un revers de main nonchalant. De ce fait, c’est une personne d’un naturel plutôt zen, sur le système de qui on peut taper longtemps avant de voir les câbles céder. Parce que, oui, même zen et désinvolte, Jazz reste humaine et donc, comme n’importe qui, a ses humeurs. Quand elle est de mauvais poil, elle râle, un peu, pour des conneries. Elle s’isole aussi, histoire de se détendre. Elle en a besoin, même en étant quelqu’un de très sociable. C’est une femme à l’indépendance pas seulement de circonstance, mais réelle. Indépendante financièrement et sentimentalement parlant, elle n’a, à l’heure actuelle, besoin de personne pour être épanouie, sait apprécier les interludes de calme qui lui sont réservés, sans avoir besoin de les combler par la présence d’un tiers.

Si vous lui posez la question, elle vous répondra qu’elle est heureuse, avec sincérité, parce qu’elle n’a pas grand-chose, mais le peu qu’elle a lui suffit. Son appart’, c’est pas le grand luxe mais c’est chez elle. Sa caisse, elle paie pas de mine mais c’est la sienne. Elle a pas la clim’, alors l’été elle roule toutes les fenêtres baissées, musique à fond pour couvrir les hurlements du moteur. Normal. Et si ça plaît pas ? Bah, tant pis. Ça ne sera pas suffisant pour lui ôter son sourire. L’avis des tiers l’indiffère, vu que ses parents, eux, sont fiers. Oui, elle n’est pas avocate ou médecin, n’a pas été à l’université. Et alors ? Elle ne leur emprunte pas d’argent, ne se drogue pas, fait un métier qu’elle aime… ça leur suffit, et à elle aussi.

A l’image de ses géniteurs, Jazz est une femme d’une extrême simplicité, profondément bienveillante, dynamique et enjouée. Mais attention, ça ne la rend pas naïve pour autant. Dire qu’elle ne l’est jamais serait mentir, car comme beaucoup, elle se laisse facilement attendrir par les mots doux d’un homme qui lui plairait. En revanche, elle ne se laisse pas abuser indéfiniment. Si elle donne, énormément, bien plus que ce qu’elle reçoit généralement, quand elle a décrété que c’était assez, c’est assez et rien ne peut la faire changer d’avis. Du jour au lendemain, elle peut rayer de sa vie sans la moindre espèce de remords, regrets ou nostalgie quelqu’un qu’elle estime l’avoir prise pour une conne. Être d’un caractère aussi indifférent qu’elle a un revers de médaille souvent méconnu, c’est de voir la vie en noir et blanc. S’il en faut beaucoup pour passer du blanc au noir, revenir à un état antérieur est impossible, car en plus, madame est butée.

D’une curiosité modérée, elle ne veut jamais en savoir trop, et déteste devoir tirer les vers du nez des gens, tout comme qu’on les tire de son propre nez. Profondément pudique, si elle peut parler de généralités n’importe comment, de sexualité ou de racisme sans le moindre problème, sans une once de retenue ou tabous, la conversation se stoppe assez brutalement dès qu’on empiète sur son terrain personnel. Elle écoute les autres parler, raconter, mais elle, elle ne raconte rien et déteste qu’on lui force la main. Ça, c’est un motif d’énervement, et l’agacement, chez Jazz, est impulsif quand trop important. Elle claque des portes et s’en va fulminer sans demander son reste, ou chasse la source de sa colère si elle est sur sa propriété, envoie chier sans pincettes, se lâche tout à fait, pouvant aller jusqu’à devenir un infâme vortex de merdier… Ses mots dépassant parfois sa pensée, pensée qu’elle a généralement du mal à mettre en mots, à retranscrire fidèlement ses impressions et ressentis, blessant ainsi par maladresse verbale ceux qui pourraient lui être proches et tenir à elle. Le fait est qu’elle déteste les contraintes et se sentir acculée la fait mordre, comme une bête prise au piège.
Si elle peut parfois apparaître comme brutale, du fait d’un certain manque de tact, l’âme de Jazz est indubitablement celui d’une artiste, avec ses passions, ses colères, ses joies, ses déceptions, dans la mesure que cela implique. Une certaine frivolité, pour certains, la peur de l’engagement pour d’autres. Pour d’autres encore, il s’agit simplement d’un manque d’attention, d’un amour du drama. Mais rien de tout cela n’est vrai. Ce qui l’est d’avantage, c’est qu’elle aime avec une passion dévorante, mais que celle-ci est éphémère, et quand c’est fini… C’est fini. Jazz s’attache aux gens pour eux, pas pour ce qu’ils lui apportent ou pour le chemin parcouru. Bonne chose ou mauvaise, elle est un livre à la page d’aujourd’hui, ne se projette en avant que pour se synchroniser avec les sorties des films au cinéma et ne replonge dans le passé que par amour de l’art.

Peinture, sculpture, musique… Tous ne lui parlent pas de la même façon, mais elle les écoute tous. Si elle n’a jamais souhaité apprendre à jouer d’un instrument, elle ne peut pourtant pas vivre sans musique. Eclectique, elle refuse les étiquettes et lorsque son MP3 se met en mode aléatoire, on passe volontiers du rap à la dubstep, du métal au classique, en n’oubliant pas la pop commerciale. Tant que c’est bon, c’est bon. Sans prétention, elle apprécie ce que l’art apporte, sous toutes ses formes, mais ne se départit pas de son esprit critique pour autant… Ainsi, il n’est pas rare de la trouver hilare dans les expositions « d’art » contemporain. C’est une forme d’expression à laquelle elle est profondément hermétique, peut-être la seule, et vis-à-vis de laquelle elle exprime une certaine condescendance… Parce que, vraiment, qui peut saigner du tarin sur une toile et prétendre que c’est de l’art ? Etant elle-même dessinatrice, elle sait pourtant que la critique est bien plus aisée que l’art en tant que tel, mais que voulez-vous, elle reste humaine et comme tout le monde, elle a parfois besoin de décompresser en bitchant.

Et ses dessins, à elle, elle les soigne. Dénuée d’orgueil, elle ne s’estime pas excellente, mais elle a à cœur de faire son maximum pour contenter ses clients. Certains sont des habitués, elle aime à penser que s’ils lui sont fidèles, c’est qu’elle n’est pas si mauvaise. Au-delà de ça, dessiner est pour elle un excellent exutoire. Quand ça la prend, elle s’enferme chez elle, met la musique à fond et s’évade pendant des heures. La concentration que requiert la minutie de son travail occulte tout le reste, et elle ne pense plus à rien. Ces pauses, pour elle qui intellectualise tout, sont salutaires, elles mettent son encéphale en stand-by, le plongeant dans une espèce d’agréable léthargie, de laquelle il lui faut une à deux heures pour s’en soustraire.

Peu matérialiste, certains diront « un peu perchée », Jazz est parvenue à se débarrasser de la peur de « tout perdre ». Pour avoir été dans la dèche très souvent, elle sait que « plaie d’argent n’est pas mortelle ». Jeune femme sans histoire, elle ne craint pas l’inimitié d’un tiers  (pourquoi lui en voudrait-on ?) et se met rarement dans des situations à risque. La seule chose qui l’inquiète réellement, c’est de perdre ses proches, raison pour laquelle elle va les voir extrêmement souvent, passe autant de temps que possible avec eux. D’un autre côté, ses aspirations sont très simples. Elle est unique, en vérité. Jazz ne rêve que de passion, d’émotions fortes. Peu importe ce qu’elles sont, d’où elles viennent, elle a faim de vie, un appétit d’ogresse.
I took this way
Tout ça en dix lignes

Pendant longtemps, Jazz s’est contentée de flotter, ballotée par et au sein de la vie, suivant le chemin qu’on traçait pour elle. « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » était la question qu’elle redoutait le plus. Chanter, jouer, peindre, écrire, voyager… Elle voulait tout faire, et rien en même temps, partir mais pas trop loin, pour rester près de sa famille. Il était pourtant clair, aux yeux de tous, que Jazz ne serait jamais une carriériste. Ses parents l’ont poussée, en revanche, pour qu’elle étudie. Alors elle a étudié, et elle ne s’est pas trop mal débrouillée. Sans péter tous les records, elle obtenait des notes suffisamment correctes pour avoir la paix, pour que ses parents n’aient pas à regarder par-dessus son épaule quand elle faisait ses devoirs. Du coup, ça n’a pas été une surprise qu’elle obtienne son diplôme. Oui, c’est bien, mais, et après ? Après, il s’en est fallu de peu qu’elle se laisse gagner par la terreur. Aller à l’université ? Pourquoi faire ? Non, ce n’est décidément pas pour elle. Alors quoi ?

Alors, elle n’a pas laissé le temps à ses parents de l’enguirlander et de la qualifier de feignasse. Alors elle s’est bougée et elle a pris un petit boulot. Serveuse, bon. C’est pas Byzance, mais ça lui a permis de ramener un peu d’argent, d’en donner à ses parents. Quand ça l’a gonflée de travailler dans un diner, elle a changé d’endroit. En changeant d’endroit, elle a ajouté un set de talents à ses compétences, en l’occurrence, elle a appris le métier de barmaid, dans un tout petit truc à la popularité très moyenne. Peu importe, une expérience est une expérience. Et quand elle a voulu voir autre chose, elle s’est mise à postuler pour des endroits où ça payait un peu mieux, mieux côtés, dans Manhattan. Présentant bien, elle a été embauchée relativement rapidement dans un club assez select. C’est à ce moment-là qu’elle s’est rendu compte qu’elle adorait la vie nocturne, mais qu’elle détestait les gosses de riches et les riches. Trop superficielles, comme personnes, pour elle. Mais ce n’est pas tout, c’est aussi là qu’elle a rencontré quelqu’un de déterminant.

En effet, une jeune femme, très alcoolisée et exagérément riche, a comme qui dirait « flashé » sur le tatouage de Jazz. Ça remonte à quatre ans, elle n’en avait qu’un, derrière l’oreille. La gosse de riche lui a demandé où elle avait eu son motif. La barmaid lui a répondu que c’était elle qui l’avait dessiné, et c’est tout naturellement, comme si tout lui était dû ou qu’elles étaient copines depuis les couches-culottes, qu’elle lui a demandé de lui en dessiner un. C’est là que la vie de Jessalyn a pris un réel tournant. Elle s’est dit « pourquoi pas ? », elle a saisi l’opportunité, et s’est lancée là-dedans, à corps perdu. Il a fallu qu’elle fasse plusieurs tatoueurs avant que l’un d’entre eux n’accepte de l’engager, de lui apprendre le métier, se faisant chaque fois reluquer et refouler par des sosies des ZZ Top, Rob Zombie au mieux, ou Rick Genest… Mais, obstinée, elle n’a rien lâché. Son patron actuel, elle ne lui a pas laissé le choix. Elle est entrée dans sa boutique, déterminée, et a plaqué l’un de ses dessins sur son comptoir avec fermeté. « Je veux que vous m’appreniez à encrer ça sur la peau de quelqu’un, et je veux que vous le fassiez maintenant. »

Ça l’a fait rire. Enormément. Il lui a fallu cinq minutes pour se calmer, cinq minutes pendant lesquelles Jazz s’est vexée comme un pou, indignée, et aurait presque tapé du pied… Mais finalement, au bout des cinq minutes, il a essuyé les larmes qui perlaient au coin de ses yeux et il a fouetté l’air de sa main, désinvolte. « Ok petite, je t’embauche. Je ne sais pas ce que tu vaux ou vas valoir en tatouage, mais ce qui est sûr, c’est qu’avec une entrée pareille, je vais pas m’ennuyer avec toi ! » Et hop, il est reparti à se bidonner comme un phoque. Jazz ? Elle n’écoutait plus. Elle avait son boulot, et un tout autre monde s’ouvrait devant elle. C’était la fête, et elle était bien résolue à en profiter.


PSEUDO J’en ai beaucoup. AGE 26 ans FILLE OU MEC C’est important ?  PRESENCE Aléatoire ici  DE QUEL PAYS TU VIENS Je voyage Tu nous connais d'où ? Facebook, principalement. C’est pas comme si vous spamiez les groupes de RPG mais vous spamez les groupes de RPG :lol: (attention, ce n’est pas du tout un reproche Wink ) SCENARIO OU INVENTE Inventé VOULEZ VOUS RECEVOIR DES MPs D’INACTIVITÉ ? Non merci.





by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:11


 



 
Tell us everything about you
Tout ça en 30 lignes

 

  Les mélomanes seraient tentés de vous dire que le jazz, ça ne se raconte pas. Ça se vit. La jeune fille au surnom éponyme, c’est un peu pareil. On peut parler d’elle pendant des heures (si on a que ça à faire), être persuadé de la connaître parfaitement, d’être en mesure de l’anticiper… Et ben non. La raison à cela, c’est qu’elle-même ne sait déjà pas où elle va… Alors comment les autres peuvent-ils le savoir ?

Mais imprévisible, elle ne l’a pas toujours été. En fait, elle a été prévisible à crever, banale à pleurer, sans substance, une très grande partie de sa vie. Petite plutôt calme lotie de nombreux complexes, notamment vis-à-vis de son poids, changer régulièrement d’école, ses parents soucieux de lui offrir toujours ce qu’il y a de mieux dans leurs moyens, l’a empêchée de développer des relations durables, qui soient plus que superficielles. Jazz est ce qu’on appelle une déracinée, ce qui est la base de son caractère désinvolte. S’intégrer lui était particulièrement difficile. Les enfants sont cruels, et toute son enfance se pave de tentatives de se faire accepter par ses camarades, pour qu’au moment où ça commence à se faire, déménager. Beaucoup de gens ont des amis d’enfance, des amis de longue date. En ce qui la concerne, sa plus longue amitié ne s’est pas forgée au bac à sable, mais à la table de la cantine, quand elle est arrivée au lycée.

En soi, elle ne s’en plaint pas. Certes, ça n’a pas été facile tous les jours, et ça l’a faite grandir peut-être un poil trop vite, mais ça lui a aussi ancré les pieds sur terre, dans la réalité, lui a donné du pragmatisme, de savoir ce qui est vraiment important, et, même si son caractère veut qu’il lui en faille peu pour s’écrouler, lui a donné le pouvoir de se reconstruire très rapidement, plus forte qu’avant, en toute indépendance.

Avant vingt ans, Jazz avait compris que baser son bonheur sur quelqu’un d’autre (un petit-ami, à l’époque du lycée, synonyme de réussite sociale) était très surfait, chose que la plupart des gens ne comprennent que bien plus tard. Avec habileté, étant une intellectuelle émotionnelle, elle a su éviter les écueils de la stigmatisation, la facilité de la victimisation, en tant que fille d’immigrés, fille tout court, et autres. Fille, jeune femme puis femme correcte et honorable, elle n’a jamais eu de véritables démêlés avec l’autorité, mais, pétrie de grands principes par ses parents, ça lui est arrivé de se faire taper sur les doigts pour s’être élevée contre ce qu’elle considérait être une injustice. D’accord, c’était contre ses professeurs, donc le risque était juste de se prendre une retenue (chose dont elle a écopé d’ailleurs), mais à seize ans, c’est tout un monde !

Le lycée, aussi, lui a appris que ça ne servait à rien de mentir, et que l’exercice était particulièrement difficile. En effet, le plus dur, quand on ment, c’est de rendre son mensonge cohérent et de faire oublier les petits détails qui le menacent de destruction. Et, il faut se souvenir de ce qu’on a dit, très exactement, à qui. Elle n’a pas beaucoup d’expérience en la matière, mais le peu qu’elle a lui suffit. Qui plus est, ayant elle-même été victime de mensonge, elle a depuis longtemps résolu de toujours être honnête, de ce fait, que ça soit agréable ou pas. Ainsi, l’effort de mémoire est bien moindre, et, surtout, elle est droite dans ses bottes, intègre.

A tort ou à raison, elle pense qu’une malédiction pèse sur ses épaules de toute façon, et de ce fait, ne pose pas de questions dont elle ne veut pas connaître les réponses. En effet, soupçonnant un jour son copain de l’époque de la tromper, elle a vérifié dans ses mails et trouvé la preuve qu’elle cherchait. Deux fois elle a cherché, avec deux garçons différents, deux fois elle a trouvé. A partir de ce moment, elle a décidé de ne plus chercher mais ça n’a rien changé. Même sans chercher, elle trouvait les preuves accablantes, qu’elle le veuille ou non. Si, au début, l’amertume l’a rongée, ce n’est plus du tout le cas à l’heure actuelle. Ses déboires, ainsi que l’écoute de ceux des autres, lui ont appris que ni le beau ni le laid sont éternels. Du coup, elle philosophe, et s’est mise à croire au karma. D’une façon générale, ça a fait d’elle une meilleure personne. Jazz veut être quelqu’un de bien. Pour se faire, elle fait preuve de générosité, d’attention, tente de raisonner, d’apaiser ceux sur qui elle aurait une influence… Accepte aussi ce qu’elle ne peut pas changer et compose en conséquence. A moins de trente ans, elle tiendrait sans peine le rôle du sage sous son baobab !

Le plus beau, c’est que ça n’entame en rien son appétit de la vie ni sa curiosité ou son ouverture d’esprit vis-à-vis de son prochain. Jazz est curieuse d’entrer partout où on la laisse, adore donner, apprécie de recevoir, de façon totalement ingénue. Elle ne cherche pas le profit ni la renommée. Elle cherche à aimer les gens. Bon, ça ne marche pas avec tout le monde, il y en a quand même beaucoup qu’elle ne peut pas blairer, ce qui ne l’empêche pas de conserver une certaine objectivité vis-à-vis de ceux-ci. Après tout, si elle accepte de ne pas plaire à tout le monde, elle doit aussi accepter que tout le monde ne lui plaise pas.

Son surnom, c’est son patron qui l’a trouvé. Jessalyn, c’était trop long, d’une part, et de l’autre, la boutique voyant défiler de nombreux membres de différents gangs (mine de rien, la boutique est la mieux réputée du coin, à tous les niveaux), c’est aussi devenu une façon de protéger l’identité de son employée, et par extension, sa famille. Il ne croit pas Jazz suffisamment con pour se coller dans le pétrin avec les gangs, mais sait-on jamais… Il voulait aussi la pousser progressivement à prendre des cours de self-défense, juste au cas où, mais il a été devancé par le père de cette dernière, quelques… vingt bonnes années auparavant. Papa Rivera savait que sa fille pouvait ne pas rester en surpoids toute sa vie et devenir, avec la puberté, vaginalement motocultable, et donc afin d’éviter la destruction du jardin de sa princesse, il ne lui a pas laissé le choix et lui a fait prendre des cours de jujitsu. Au début, c’était la croix et la bannière pour Jazz, qui détestait le sport, mais ça lui a permis de canaliser sa colère au moment de la crise d’adolescence, et elle s’est mise à adorer ça. Elle s’est d’ailleurs essayée à la boxe thaï et au krav maga pendant quelques temps, avant d’abandonner le tout pour du street fight, beaucoup plus violent. Au même titre que le dessin, qui défoule son âme, se battre défoule son corps et, surtout, savoir donner des coups lui permet de marcher dans la rue sans peur, ce qu’elle sait apprécier à sa juste valeur.


 



 
by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Gambino
Jezabel Gambino
ADMINE REINE DU SILENCE

❖ MESSAGES : 2938
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2znwqhi

"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:16

Bienvenue chez toi "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  480849733 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999 Je constate que tu as fini par craquer, hein HEINNN "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2027071358 N'hésite pas si tu as des questions, le staff est là pour toi "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3639520506

_________________

    Let me feel your devotion
    Let me feel your emotion
    Love me like it's the last night
    Like it's the last night
    Hit me like a meteorite
    Don't let me go, don't let me go



Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:17

Moh qu'elle est mignonne! Bienvenue, baby.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:19

Voui, Jade m'a vendu du rêve avec ses pantoufles "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1735157886
Merci n_n

Merci Clancy "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  480849733
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:26

Bienvenue dans le coin ! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2242293796
Je plussoie l'originalité de l'avatar et j'aime beaucoup ta façon d'écrire !
Au plaisir de se trouver un petit quelque chose ensemble !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:32

Merci beaucoup Daya, ça serait avec un immense plaisir! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  4264274939
Revenir en haut Aller en bas
Mayor Bloomberg
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Giphy

"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:39





Bienvenue à New York
Tu es désormais des nôtres!


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999
Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

Pour essayer de trouver les liens qui te manquent et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé ou parici, si tu souhaites proposer une situation de jeu ou en choisir une parmi celle déjà proposée par les membres.

Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées. Si tu es flic, secouriste, pompier ou même brigand, tu devrais passer dans ce topic

Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!


N'OUBLIE PAS QUE TU AS UNE SEMAINE, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP


Bienvenue parmi nous, encore une fois








by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 13:40

Merci beaucoup!! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3821652764
Revenir en haut Aller en bas
Florence Fleury-Arnaud
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Tumblr_mzk13qDSMF1qaa8d1o6_250
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Tumblr_mh932rJdgO1qiahp5o4_250

"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 15:26

Bienvenue :)
Choix d'avatar super original en tout cas :)
Validation express, la classe quoi :)

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 15:28

Merci beaucoup ^^
Voui, Jezabel valide plus vite que son ombre! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  69751225
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 18:29

T'ES TROP BELLE MADAME ! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1017941868
Bienvenue dans le coin !
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Odair
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Tumblr_og9idtL5hd1qh109ao1_250

"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 19:27

Biienvveeenuueee.

Mouuhh elle est trop choupinette **

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyJeu 2 Juin - 23:57

Choix d'avatar original ! Je l'aime bien cette petite ! Personnage très intéressant, j'ai adoré lire ta fiche ! Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyVen 3 Juin - 8:37

MERCI, TOI AUSSI MONSIEUR! "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1017941868

Merci Matthew "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2022206362

Merci Katharina "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyVen 3 Juin - 19:56

J'avais pas eu l'occasion de passer mais CE CHOIX DE VAVA QUOI "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3018577799 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3018577799 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3018577799 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  3018577799

J'vais venir t'embêter pour un lien avec Ryan "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2478307811

Bienvenue chez toi ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyVen 3 Juin - 20:03

bienvenuue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptySam 4 Juin - 10:18

Merci Daniel n_n
Viens m'embêter voui "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  4264274939


Merci beaucoup Alicja :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyDim 5 Juin - 10:33

Bienvenuuuuuuuuuuuue OMG.
NATHALIE EMMANUEL EST JUSTE TROP BEEEEEELLE. "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999

J'espère que tu te plairas ici "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  1060995999
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  EmptyDim 5 Juin - 11:25

Merci Amber n_n

Voui, je trouve aussi "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  480849733


Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii

"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755 "Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  2884711755
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty
Message"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."  Empty

Revenir en haut Aller en bas
"Le Jazz est la révolte de l'émotion contre la répression."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Révolte] _elisabeta_ (27/09/1457) COUPABLE
» [Tentative de révolte, coop jud] Florian9 (13/9/58) Coupable
» Obama n’a pas sa place à ici. Nous ne pouvons accepter cela dans une soirée patr
» [Révolte Poitiers] Nidhal (27/10/1458) (2ème) Classé
» [coupable]26/03/1455-Siuol-révolte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: Game over, try again.-
Sauter vers: