Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Intrigue #7: Farewell old friend
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageMar 17 Mai - 16:28

farewell party
The camaraderie never dies.

Mes yeux se plissent deux fentes pleines de reproches alors que mon regard glisse sur Daniel et son air franchement moqueur. Il me paiera ça… Je ne sais pas encore comment, mais je vais le lui faire payer ! Je suis certain qu’il a manigancé ce plan foireux avec tous les autres.
Une fois une première salve d’applaudissements passée, je vois Elvis s’avancer vers moi pour me donner une accolade brutale. Je me laisse faire et entends pour la première fois quelqu’un me dire ce que tout le monde fiche ici : ils sont là pour mon pot de départ. Un pot de départ, sérieusement ? J’ai mis les voiles y a pratiquement trois mois maintenant : c’est pas un peu tard ? Apparemment non…
Quelques uns de mes anciens collègues viennent à leur tour me serrer la main, me taquiner, m’enlacer et y vont de leur petite plaisanterie. Je leur adresse à tous un sourire, leur avoue que je ne m’y attendais pas du tout (ce qui était véridique avant que Manuel balance tout) et puis Amber me rejoint finalement près de l’entrée où je me trouve toujours.

Mon ébauche de sourire ne doit pas lui convenir parce qu’elle me fourre ses doigts à la commissure des lèvres pour les étirer un peu plus.
- C'est quoi cette tête d'enterrement ? Regarde donc qui est là ! s’enthousiasme-t-elle avant de déposer un bécot sur ma joue, qui me laisse très certainement une marque de son rouge à lèvre. Je l’efface du poing pendant qu’elle me fait remarquer que tout le monde a fait le déplacement.
Tous ceux qui l’ont pu en tout cas. Ou l’ont voulu. Peu m’importe, je ne vais pas établir de liste. Je suis l’invité d’honneur et je n’ai pas envie de me trouver là, je ne blâmerai personne pour ne pas avoir eu envie de ramener ses fesses au Paddy…

Je me tourne ensuite vers Jo et lui donne un coup de poing dans l’épaule, ma colère un peu dissipée malgré tout.
- Espèce de gros naze ! T’as trahi toute la confiance que j’avais placée à l’intérieur de toi. Tu vas devoir me le payer maintenant. Rendez-vous sur le ring dans la semaine qu’on règle ça, je fait mine de le menacer, avant de lui tapoter affectueusement la joue.
Le pauvre a du sacrément baliser en m’entendant refuser à plusieurs reprises de lui emboiter le pas… Je lui en veut toujours un peu de m’avoir embarqué là-dedans mais je suppose qu’il n’avait pas plus le choix que moi. Si Lyla a tout organisé comme je le soupçonne : il valait mieux pour lui me ramener, quitte à trainer mon cadavre derrière lui jusqu’ici.  

C’est au tour de Daniel de s’approcher et, alors qu’il tente de me donner une accolade maladroite (à cause de son bras toujours en écharpe) je me soustraie à son contact.
- Alors là, c’est mort mon vieux ! Mort ! J’suis fâché, je lui signale d’un air boudeur. Tu les as laissé m’faire un coup pareil ? Et arrête de sourire, avec ta grosse tête là ! Tu m'agaces ! Et au Paddy Maguire Fucking Ale’s House en prime ? Tss… Faux frère ! Y a combien de boite de striptease dans le coin, hein ? Pourquoi on est là ? J'suis trop fâché, je continue de le taquiner. Et pourquoi j’ai toujours pas un verre dans la main ? je questionne la foule qui m’entour, provoquant un éclat de rire général.
C’est Kilian, mon collègue, qui se charge de m’apporter mon verre. Un whisky bien entendu. Tous les convives partent en quête d’un verre et j’en profite pour me rapprocher de Pénélope et Lyla.
- Désolé Pablo, j’ai pas été très cool avec toi dehors, je m’excuse en passant mon bras autour de son épaule, avant de me tourner vers Lyla. Alors c'est toi la responsable de ce piège infâme ?  
Evidemment, je le lui ai dis sur le ton de la plaisanterie, histoire de donner le change. Je ne suis pas ravi d'être là, je n'ai pas envie de m'amuser...mais je ne suis pas un ingrat, contrairement à ce que beaucoup veulent penser. Je vais offrir à Lyla et les autres absolument tout ce qu'ils attendent de moi.

...Pendant une quinzaine de minutes.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 19 Mai - 15:44





Intrigue
Farewell old friend




Jasper ne semblait malheureusement pas convaincu par mes propos. Pourquoi fallait-il que les choses soient si compliquées ? Je ne savais pas, mais Herrera semblait vouloir faire en sorte que Jasper n'assiste pas à la fête qui avait été préparée en son honneur, tout du moins qu'il n'y reste pas longtemps alors qu'il semblait avoir dans l'idée de finir la soirée avec Cinzia et basta. C'est dommage, mais bon, je ne pouvais pas faire grand chose, n'est ce pas ? Lyla arriva alors, je sentais que les choses ne seraient pas aussi joyeuses que prévus. Il faut dire que ces dernières semaines, il y avait eu tellement d'événements pour elle, entre un braquage de banque, son propre mariage et ce soir cette petite fête, ça faisait beaucoup à vrai dire. Je lui indiquais donc Jasper avec Manuel, un peu plus loin, enfin c'est surtout Josef qui lui indiqua parce qu'elle était passée devant moi trop rapidement. Mais heureusement, tout allait bien se passer. Jasper arriverait finalement à l'intérieur et la fête pourrait battre son plein, n'est ce pas ? Hein que ça va se passer comme ça ? Oui, bien entendu, ça me parait logique. En tout cas, nous rentrons tous à l'intérieur, enfin, Jo, Lyla, Jasper et moi. Ce dernier fait mine d'être surpris de l'organisation de la fête. Nous sommes en petit comité, enfin, nous ne sommes pas si nombreux que ça, sans doute que cela lui permettra d'être plus à l'aise que si le Paddy était plein à craquer. J'espère qu'il arrivera à se détendre en tout cas, ce serait bien que cela soit le cas. Amber vient alors le saluer alors que Jo lui a précédemment fait un baiser amical sur la joue. Je n'ai pas été très attentive, mais je crois bien qu'au mariage de Lyla, ils se sont un peu tournés autour, non ? Je n'en sais rien en fait, il faut dire que j'étais plus obnubilée par Benjamin qu'autres choses mais ce n'est pas grave. En tout cas, Jasper semble réussir à se détendre, s'excusant même de son comportement à mon égard dehors.

" T'en fais pas pour ça, depuis le temps que je te connais, ce n'est pas ça qui va me choquer. "

C'est vrai, j'avais du le supporter pendant un bon petit moment et même si je savais qu'il n'était pas toujours d'humeur, il faisait bien son travail, je n'ai jamais eu quelques choses à lui reprocher, alors bien qu'il ne soit plus avec nous, il méritait bien ce petit pot de départ, non ?


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 20 Mai - 10:18

@Mayor Bloomberg a écrit:




Intrigue
Farewell old friend


- Maintenant qu'il est là, que vous êtes tous là, oui ! On allait finir par se demander si tu allais réussir à le traîner ici ! Bravo en tout cas, Jo' ! Ça n'a vraiment pas l'air d'avoir été facile de le faire venir. Il tire une de ces tronches, haha !
- Pas facile ? C’était pire que ça. Il sourit, amusé. Non, plus sérieusement, il a juste trainé un peu de pieds… mais il n’en finissait plus de bougonner et de râler dans son coin comme une mamie à qui on a bousculé d’un peu trop près son planning.

Il le revoit entrain de bougonner dans son coin de la bagnole, bras croisés sur la poitrine ou entrain de serrer les dents lorsque Josef lui a annoncé qu’ils iraient finalement rapidement au Paddy. Et si Mani(-couche-toi-là) n’avait pas tout foutu en l’air en balançant l’info, la surprise aurait pu être complète… Même si Amber vise juste en disant qu’il tire une tronche de dix kilomètres de long. Il est aussi heureux que d’apprendre qu’il recevra une boite de thon en guise de prix pour une tombola.

Amber se saisit de sa main et de celle de Daniel pour les entrainer vers un Jasper crispé mais qui essaie au moins de faire un effort.

- Venez ! On va le saluer quand même !

Il se laisse entrainer, appréciant le contact chaud de la main d’Amber dans la sienne. Depuis le mariage, ils se sont rapprochés, en douceur. Quelque chose qui le fait se sentir bien, presque apaisé après ces semaines d’angoisse, de  trop plein. Il lui en a un peu voulu pour cette histoire au mariage de Lyla, Josef aurait aimé qu’elle soit au moins honnête avec lui… mais force est de constaté qu’elle possédait suffisamment de moyen de persuasion – sourire à croquer et des yeux de chatons adorables – pour qu’il baisse sa garde.

- C'est quoi cette tête d'enterrement ? Regarde donc qui est là !

Il la laisse essayer de faire sourire – ou si elle est faiseuse de miracle, rire – alors qu’il accorde un regard à Daniel, levant les yeux au ciel pour accentuer le fait que c’était peine perdue. Quand Jasper n’a pas envie, Jasper n’a pas envie. C’est comme dire à un gamin de manger ses épinards jusqu’à ce qu’il vous les vomisse sur vos chaussures.

Jasper finit par se tourner vers Jo qui lui accorde un large sourire, main dans les poches alors qu’il accueille un coup de poing dans l’épaule.

- Espèce de gros naze ! T’as trahi toute la confiance que j’avais placée à l’intérieur de toi. Tu vas devoir me le payer maintenant. Rendez-vous sur le ring dans la semaine qu’on règle ça.

Pourtant je n’ai pas mangé de mousse au chocolat avant le repas…

:face:
 

- Fais pas ta princesse Jasper, on sait tous que t’aime être la star. C’est peut-être l’occasion d’enfin nous montrer ton string à paillette. Mais le vrai cette fois.

Il le point du doigt, faussement menaçant.

- Et j’espère pour toi que tu passes plus de temps à t’entrainer qu’à râler, j’ai pas envie d’être obligé de te laisser gagner.

Il continue de le taquiner, volontairement gentiment moqueur tout en sachant que lorsqu’ils sont sur le ring, il n’y en a pas un qui domine l’autre. D’égal à égal, leurs forces et leurs expériences sont plus ou moins similaire et c’est ce qui rend le combat plus intéressant lorsque l’on doit trouver la faille pour faire plier l’autre. C’est toujours avec un plaisir certain que Josef fait face à Jasper pour un combat, même s’il s’en sort avec quelques bleus sur la figure.

Il glisse un œil vers Daniel et son épaule en écharpe. Josef se souvient de l’horreur du moment, celui où il a appris coup sur coup que Daniel se trouvait dans ce braquage qu’il avait vu à la télé, mais que Natalia et Eliott s’y trouvaient aussi.
Un foutu cauchemar qu’il pensait faux, inexistant, un pur fruit de son imagination. Jasper s’occupe de taquiner allégrement leur ami commun pendant que Josef se dit qu’il s’en est fallu de peu pour qu’il passe l’arme à gauche. Une affection soudaine et profonde se manifeste alors qu’il s’approche de Daniel, restant toujours à proximité d’Amber.

- He. Léger sourire en coin. Comment tu te sens ? La blessure se referme correctement ?

Tu ne t’es pas sortie de tout ce merdier pour nous quitter mon vieux. Pas comme ça.


 




by SerialWords.







Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 29 Mai - 10:26

farewell party
The camaraderie never dies.


Quinze minutes, c’est pas si long, non ? Quand on a été contraint de passer des heures coincés sous les décombre d’un immeuble avec la rate éclatée et un bras en charpie, ça vous fait relativiser un peu les choses. Il me suffit de repenser à ce moment ô combien désagréable pour me convaincre que, quinze minutes en compagnie des gens que j’apprécie en temps normal, n’est pas si terrible que ça. Et puis j’ai mon whisky, gentiment servi par Kilian à siroter pour tenir le coup… Ca devrait le faire.
Je ne sais pas si les autres sont dans le même état d’esprit que moi, s’ils se forcent à donner le change et en rajoute des couches pour faire croire qu’ils sont ravis de se tenir là. Josef enchaine les railleries, Amber a un sourire jusqu’aux oreilles, Elvis commence déjà à parler trop fort et à raconter des blagues salaces à tout va et Daniel a l’air de prendre du bon temps aussi… Mais je n’arrive pas à y croire. Tout me paraît surjoué et c’est frustrant. Je sais bien que c’est ma mauvaise humeur qui est à blâmer pour cette impression de laquelle je n’arrive pas à me défaire. Je m’agace moi-même et manque de chance, je suis coincée avec moi-même pour un petit bout de temps encore…  

- T'en fais pas pour ça, depuis le temps que je te connais, ce n'est pas ça qui va me choquer, me lance Pénélope dans un sourire qui se veut surement rassurant.
Sauf que, tout ce que génère sa remarque, c’est un peu plus de culpabilité. Je sais que je devrai m’estimer heureux d’avoir des personnes autour de moi, suffisamment concernée pour m’organiser cette soirée. En même temps, elle arrive presque trois mois après mon départ officiel de la caserne et ne fait plus vraiment sens à présent… Si ?
Je sais que c’est Lyla et son acolyte de toujours, Cinzia, qui se sont chargées de tout organiser et ça me chagrine pour elles. J’imagine d’ici mon ancienne collègue secouriste, fulminer en comprenant que personne ne compte se bouger les fesses pour m’organiser quoi que ce soit, comprendre surtout que, du coup : cette tâche va lui revenir. Elle qui sort tout juste de l’organisation de son propre mariage.
Je n’arrive pas à savoir ce que je pense de tout ça : est-ce que je suis vexé d’avoir attendu si longtemps ? Est-ce que ça me fait réaliser qui sont mes véritables amis ? A moins que tous les autres n’aient rien fait parce qu’ils me connaissent bien et savaient justement à quel point être mis à l’honneur de cette manière me mettrai mal à l’aise ?
Allez, plus que dix minutes maintenant.  
- Ouais, vu comme ça, je réponds à Pénélope en avalant le contenu de mon verre, cul sec.

Et c’est à cette seconde que tout bascule. J’entends un trou du cul faire cogner une cuillère contre son verre et l’instant d’après, les deux mots que je redoutais sont prononcés. D’abord par Elvis et puis par tout le monde. Ils se propagent dans la salle comme une trainée de poudre.
Putain de merde…
- Un discours ! Un discours ! scandent-ils tous, savourant certainement de me voir si mal à l’aise.
Je prends une longue inspiration, me forçant à faire apparaître un sourire sur mes lèvres pour ne pas décevoir tout le monde. Surtout pas les organisatrices de cette soirée de merde.
- Va m’falloir un autre verre alors, je plaisante en levant mon verre vide, très rapidement remplacé par mon collègue barman, sous les regards de tous les convives.
Je les sens peser sur moi et concentre donc toute mon attention sur mon verre qui contient cette fois de la bière. Et peu à peu, mon sourire s’efface. Je lutte pour le maintenir en place, sans parvenir à beaucoup de résultats. Je me racle nerveusement la gorge, passe ma main dans ma nuque, cherchant quelque chose de léger à dire pour détendre l’atmosphère et donner le change. Sauf que rien ne me vient. Rien de positif du moins…  
Ca me tombe dessus comme la putain de misère sur le monde : le regret. Celui d’avoir quitté la caserne sur un coup de tête au lieu de me battre pour conserver à la fois la garde de ma fille et ce boulot pour lequel j’étais fait. Et évidemment, ce n’est pas la seule décision de merde que j’ai prise au cours de mon existence. J’ai aussi fait le choix de mentir à tout le monde en arrivant à New York, de ne faire confiance à personne, quitte à repousser mes collègues. Ces collègues qui auraient donnés leur vie pour moi. Jared m’a arraché ma famille et il m’a fallut pratiquement une décennie pour réaliser que j’en avais trouvé une de substitution ici… Et au lieu de chercher à m’en rapprocher, je l’avais quittée.  
Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je fais systématiquement ce genre de trucs ?

Nouveau raclement de gorge. Le silence se fait plus pesant à chaque seconde qui passe. Ma gorge reste nouée et ma cervelle vide. Mon cœur, lui, en revanche, est lourd. Je sens une main se poser sur mon épaule. Je ne cherche même pas à savoir à qui elle appartient. Je ne peux pas relever les yeux parce que si je le fais, ils verront tous que je suis en train de me laisser gagner par l’émotion. J’étais déjà sur les nerfs, à fleur de peau, avant que Josef vienne frapper à ma porte pour me déloger de mon appartement et c’est pire maintenant que je suis ici.
Maintenant qu’ils me demandent officiellement de faire mes adieux et de renoncer pour de bond à cette vie que j’aspirais à me construire et que le destin avait une fois de plus balayée.
- J’peux pas.
C’est que j’arrive finalement à coasser avant de me détourner pour filer comme un lâche en direction de l’arrière salle du Paddy, contournant le comptoir. Je me sens complètement stupide. Je suis furieux. Contre moi-même d’abord et contre tous ceux qui ont fait le déplacement et devaient forcément s’attendre à ce genre de scène !

Une fois à l’abri des regards, je prends une longue inspiration et tourne mon regard embué de larmes vers le plafond, essayant de reprendre mes esprits. Bien entendu, je ne reste pas seul très longtemps.    


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageDim 29 Mai - 11:25





Intrigue
Farewell old friend




N’importe qui en ce bas-monde aurait été heureux qu’on lui fasse une fête de départ, même à retardement mais pas Dolan qui jouait les princesses, je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il allait faire chier et je ne fus pas étonnée de le trouver devant la porte et encore moins de le trouver avec Herrera qui devait tenter de le soudoyer pour qu’il mette les voiles. Je sentis une bouffée de violence m’étreindre et je fis de mon mieux pour ne pas la laisser gagner ou j’allais me disputer avec Luciano et en coller une au grand blond et au bouclé, personne n’avait besoin de ça ! Dolan tenta de m’amadouer et s’il parvint à m’arracher un sourire et à s’épargner le coup de pied au cul pour lui donner une bonne raison d’avoir mal, je le poussai de force dans la fosse aux lions. Il récolta tout de même un coup sur l’épaule pour avoir critiqué mon nouveau nom et je bénis le ciel que mon mari ne puisse l’entendre, il aurait probablement tapé un scandale. Je laissai Jasper entre les mains des invités, tentant de rassurer Josef d’une tape dans le dos. « De rien, il est particulièrement persuasif quand il a une idée en tête, j’aurais dû aller récupérer Jasper moi-même, il n’aurait pas osé me dire non ! » Mais il aurait fallu que je trouve une bonne excuse pour que monsieur Gambino ne vienne pas, ça aurait été tellement compliqué ! Je rejoignis Cinzia, le laissant être au cœur de l’attention de tous avant qui ne se tourne vers moi. « Cinzia et moi, pour être exacte ! On voulait marquer le coup, t’étais important pour la caserne, tu vas manquer à tout le monde, je voulais que tu le saches et comme j’ai eu l’impression que t’as fait exprès de taire la date du précédent pot de départ, ça s’imposait ! » Je lui offris un large sourire et m’empêchai de le prendre dans mes bras, si c’était pour me coltiner une crise de jalousie apocalyptique, je préférais éviter, je tenais au calme de mon ménage et je n’avais pas la force pour ce genre de dispute, pas ce soir. Je le regardai papillonner auprès des invités, je le suivis des yeux et j’aurais aimé faire taire le premier connard qui demanda à ce qu’il fasse un discours. J’étais angoissée pour lui, je sentais qu’il se décomposait à vue d’œil et j’aurais aimé intervenir mais sous quel prétexte ? Pour dire quoi ? Faire quoi ? J’étais démunie et je me balançais d’un pied sur l’autre avant qu’il ne capitule et disparaisse. Je posai mon verre et le suivis aussi sec. « Jaspou ? » appelai-je en tâtonnant pour tenter de le retrouver, il ne me fallut pas longtemps et je détournai les yeux pour ne pas qu’il se sente plus mal à l’aise qu’il ne l’était déjà. « J’aurais dû t’entraîner fumer une cigarette quand quelqu’un a demandé un discours, je suis désolée. Est-ce que ça va ? Tu veux qu’on te ramène chez toi ? »

 




by SerialWords.







_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 30 Mai - 18:42

Farewell old friend
This end is only a new beginning


Alors que je me tiens toujours aux côtés d'Amber, nous sommes rapidement rejoints par Josef qui ne tarde pas à râler à propos de Jasper qui apparemment s'est comporté comme un gosse ce qui me fait davantage sourire encore. Je sers la main de Josef et l'observe du coin de l'oeil quand il s'approche d'Amber, m'attendant à les voir s'embrasser parce que bon, au mariage, si ça se trouve, c'est devenu vraiment quelque chose cette histoire et je ne le sais pas. Un bisou sur la joue : donc non, pas officiel. Pas encore tout du moins parce qu'à voir les joues d'Amber, elle ne demande que ça. Faut dire qu'en les regardant... Oui, ils formeraient un beau couple tous les deux. Je réponds brièvement que ça va quand Josef nous le demande et laisse Amber faire davantage la conversation. De toute façon, même si je le voulais, je n'ai pas vraiment le temps d'en placer une puisqu'Amber nous entraîne Josef et moi vers Jasper et plus je m'approche de mon ami qui tire une tête absolument dépitée, plus je souris, davantage encore quand nous arrivons à sa hauteur et que Amber le force à sourire. Je laisse même échapper un petit rire. En plus, elle a raison : tous ceux qui sont là -ou presque- sont venus pour lui, parce qu'ils tiennent à lui alors il a de quoi se réjouir non ? Enfin, pas vraiment se réjouir parce que c'est son départ qu'on célèbre alors que finalement il ne doit pas avoir envie de le célébrer et que moi non plus d'ailleurs, en y pensant, je n'ai pas envie de célébrer son départ parce que ça n'a rien de chouette. Plutôt que célébrer, on peut dire qu'on rend hommage à tout ce qu'il a fait et qu'on veut lui montrer qu'il compte, voilà. Malheureusement, pour pouvoir réussir à faire entrer ça dans la tête de Jasper, ça risque de ne pas être simple. Jasper qui continue de râler et quand je m'approche pour le prendre tant bien que mal dans mes bras avec mon épaule en vrac, il m'évite. Je hausse les sourcils. Carrément ? Monsieur est contrarié à ce point là ? Visiblement oui et le fait que je passe mon temps à sourire l'énerve encore plus alors forcément, je souris encore plus, surtout que je sens pointer la taquinerie dans ses mots et cela me rassure.

L'ambiance devient plus légère quand Jasper demande pourquoi il n'a pas encore à boire. Josef se rapproche soudain de moi et je tourne mon regard vers lui. Il me sourit, je lui rends le sourire et il me demande soudain comment je me sens, si la blessure se referme. Oh, mon épaule. Je hoche la tête.

« Oui, oui, ça va. Je revois le médecin la semaine prochaine, j'espère qu'il me donnera de bonnes nouvelles. J'ai envie de reprendre le boulot même si je sais que je dois y aller doucement. »

Pour éviter de refaire des dégâts qui ont heureusement été évités de justesse. Pas le temps de poursuivre la conversation qu'un con demande un discours. « Con » parce que bon, demander un discours à Jasper... Oui, c'est vraiment très con. Je le vois bien qu'il se force à sourire et j'en perds le mien. Il se racle la gorge à plusieurs reprises, je vois son regard se voiler. Quand il annonce soudain qu'il ne peut pas avant de s'éloigner, mon cœur se serre et j'ai envie d'aller cogner sur le connard qui a demandé un discours à mon ami. Jasper disparaît de mon champ de vision et je vois Lyla le suivre. Je décide de faire pareil.

« Je vais le voir. » j'annonce à Amber et Josef, les laissant derrière moi sans y réfléchir à deux fois.

Il ne me faut pas longtemps pour rejoindre Lyla qui a réussi à mettre la main sur un Jasper au bord des larmes. Je pose doucement ma main sur l'avant bras de Lyla pour lui faire savoir que je suis là, lui adresse un petit sourire avant de porter mon regard sur mon ami.

« Mec, si tu veux qu'on prenne la fuite, je t'emmène. » j'ajoute pour faire écho à la proposition de Lyla.

S'il ne veut pas rester, qu'il ne reste pas. Le forcer était une mauvaise idée en réalité...





(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 1 Juin - 9:10

farewell party
The camaraderie never dies.


Lyla m’a poursuivit dans l’arrière salle et je lutte un peu plus ardemment pour faire disparaître toute trace de faiblesse. Je suis certain qu’elle va s’en prendre à moi, qu’elle va s’énerver parce que je m’apprête à ruiner tous les efforts qu’elle a fourni pour monter cette surprise. Quand les gens vous organisent ce genre de truc ou vous offre un cadeau, ils s’attendent toujours à ce que vous tombiez à genoux de reconnaissance et si ce n’est pas le cas, s’indignent et vous prennent pour le dernier des salopards. Je n’ai jamais compris. Je n’ai surtout jamais aimé les surprises et tout le monde le sait…
Mais ce n’est pas ce qui se passe. Plus tard, sans doute, je me sentirai coupable d’avoir pensé  qu’elle réagirait de cette manière, mais pour le moment, je suis simplement très gêné que mon amie me surprenne dans un état pareil. Le pire étant que ce n’est pas la première fois puisqu’elle a été présente le jour où j’ai reçu l’appel de la prison d’Etat m’annonçant que Jared avait été attaqué. Ce foutu appel qui était en train de déclencher toute une série de rebondissements détestables dont je devais taire la nature.
- J’aurais dû t’entraîner fumer une cigarette quand quelqu’un a demandé un discours, je suis désolée. Est-ce que ça va ? Tu veux qu’on te ramène chez toi ?
Lui tournant toujours le dos, je laisse échapper une exclamation chargée d’ironie, un sourire sardonique aux lèvres. Tout ça pour ça ?
J’entends d’autres pas se rapprocher, plus lourds, mais me refuse à me retourner pour voir de qui il peut s’agir. L’idée que tout le monde me rejoigne ici m’agace à dire vrai. Mais ce sentiment s’estompe dès que je reconnais la voix de Daniel qui me fait la même proposition que son ancienne collègue secouriste.
- Pour que j’ai l’air encore plus stupide ? je leur demande en me retournant enfin vers eux, les yeux encore brillants mais toute trace de larmes ayant disparu. C’est un peu tard de toute façon.
Mon ton est un peu accusateur évidemment et tant pis si ça les chagrine. Ce sont eux qui ont décidés de m’emboiter le pas, là encore, je ne leur ai pas forcé la main. Je pousse un soupir et mon regard dévie vers le décor familier. Le décor de ma nouvelle vie de merde…  
- J’avais prévu d’me tirer d’ici une dizaine de minutes en passant par la porte arrière, je leur confesse, décidant d’assumer et de ne pas mêler Manuel à tout ça pour ne pas lui attirer d’ennuis. Mais je me rends compte maintenant que c’est une idée débile. Et puis j’veux pas donner cette image. J’ai jamais reculé devant un incendie ou un danger quelconque, j’vais certainement pas commencer aujourd’hui.

Sauf que je pourrai. Parce que c’est ce que j’ai fait toute ma chienne d’existence, non ? J’ai fuis Dix HIlls, fuis June à l’époque alors qu’elle avait besoin de moi. Je me suis tenu à l’écart de toute relation qui pourrait me compromettre, réveiller de vieilles souffrances. J’ai repoussé Rose au premier obstacle, tenté de me débiner face à la grossesse de June et, quand Merrin a vu le jour, je me suis sauvé le plus loin possible d’elle et de mes responsabilités.
Ma main vient inconsciemment se refermer sur mon avant-bras droit. Celui qui arbore une cicatrice s’étirant sur une dizaine de centimètres. La preuve ultime de ma lâcheté. Peut-être que je devrai partir finalement… Au point où j’en suis…
- J’pensais que ça deviendrait plus facile avec le temps, je finis par reprendre, m’adossant au large réfrigérateur bourdonnant, complètement abattu. J’pensais que je finirai par m’y faire mais c’est pas l’cas. Quand j’ouvre les yeux et que j’me dis que c’est ça ma vie, que c’est pour venir dand c'bar de merde pour servir des poivrots que j’me lève… J’resterai bien couché. Si y avait pas Merrin, j’aurai arrêté d’me lever depuis longtemps… Et certains matins je la déteste de m’y obliger. Certains matins, je voudrai qu’elle disparaisse pour de bon.  
J’ai prononcé ces derniers mots à voix basse. Parce que je sais quelle portée ils vont avoir. Je sais à quel point c’est affreux. C’est pour cette raison que je n’ai jamais formulé cette pensée à qui que ce soit d’autre que Daya. Lyla va certainement s’énerver cette fois et Daniel… Daniel qui a perdu un enfant va sûrement être écoeuré et me planter là. Une part de moi espère qu’il le fera pour que j’obtienne ce que je mérite. Une part de moi espère vivement qu’il s’en aille après m’avoir collé son poing en pleine figure.  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 2 Juin - 16:32





Intrigue
Farewell old friend




Je ne sais pas pourquoi je m'y attendais mais Jasper n'est clairement pas très heureux d'être là, de savoir qu'une soirée est organisée pour lui de la part de ces anciens collègues, de la part de ceux qui sont toujours ces amis. Même s'il n'est plus à la caserne, il restera pour moi un collègue consciencieux, qui fait bien son travail, et je ne doute pas qu'ici ce sera aussi le cas, je veux dire au Paddy. Il me réponds alors avalant son verre cul sec mais je ne le sens pas convaincu. Il faut dire qu'il n'est plus là depuis quelques mois à présent, mais rien n'est jamais évident, n'est ce pas ? Peut être qu'il aurait fallu organiser cela plus tôt. Je pensais même que cette soirée se ferait avant mais comme Lyla & Cinzia avaient voulues s'en occuper, avec le mariage de cette première, cela avait du s'en ressentir, surtout que j'ai cru comprendre que le mariage de Cinzia ne tarderait pas non plus dans l'année qui était en train de s'écouler, mais peut être que j'avais mal compris, mais peu importe. C'est donc le moment du discours de la part de Jasper. Je ne sais pas s'il va réussir à dire quelques choses parce que ce n'est pas son genre, il n'est pas forcément très expansif à vrai dire, et n'aime pas être au centre des attentions, c'est un travailleur de l'ombre, qui n'a pas forcément toujours reçu les lauriers qu'il méritait, mais c'est ce que nous avons dans le sang. Les pompiers ne sont pas forcément ceux qui reçoivent le plus de consécration de la part des autres, mais nous faisons notre boulot, nous essayons de bien le faire, sauvant le plus possible de vies. Et cela me convient, je sais que cela convient à Jasper, mais ce soir, c'est lui la star de la soirée. Mais je sens qu'il ne va pas y arriver, qu'il n'y arrivera pas, parce que tout simplement, il n'est plus avec nous depuis déjà quelques mois, qu'il s'est fait sans doute à cette idée, et qu'il n'arrivera pas à nous remercier. Et finalement, il n'y arrive pas. Il me fait un peu de peine, pour ce moment qui pourrait être si joyeux pourtant, mais c'est Jasper, du pur jus, ce qu'il a toujours été. Bien entendu, les choses se sont abattues sur lui, plus que sur moi, alors je ne peux que l'excuser de cela. Jasper n'est pas capable de faire un discours, il ne le fera pas, il ne va sans doute pas rester d'ailleurs, parce que s'il le faisait, cela voudrait dire qu'il allait mettre une croix définitive sur ce qu'il avait été durant une décennie. Et ça, je crois qu'il ne le voulait pas, comme si finalement, être ici au Paddy n'était qu'un passage pour mieux revenir à nos côtés quand sa petite sera plus grande, ou qu'il aura retrouver le goût à l'amour avec une autre jeune femme. Mais la période est compliquée pour lui. Je vois Lyla & Daniel partir voir l'ex-pompier, sans doute pour l'aider à surmonter tout ça. Je me joindrais bien au débat, parce que je l'ai côtoyé nuits et jours pendant 10 ans ou presque mais ils sont déjà deux, c'est bien assez, après il va se sentir oppressé. Pourtant, j'aimerais tellement le prendre dans mes bras pour le rassurer et lui dire que tout ira bien, mais je ne peux pas lui faire cette promesse là malheureusement.


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageJeu 2 Juin - 17:32





Intrigue
Farewell old friend



Bon d'accord, ça me trottait dans la tête depuis quelques jours, depuis le mariage en fait, et je savais que c'était une mauvaise idée, une très mauvaise idée, mais j'avais envie de me greffer à la petite fête qui était donnée en son honneur sur son dernier lieu de travail. Comment je le savais ? Il me semblait avoir entendu parler Lyla de cette petite fête, qui devait avoir lieu juste après son mariage. Je me disais que cela serait le bon moment pour le confronter à nouveau à la réalité des choses, parce que ... Non, je ne voulais pas me l'avouer, je n'en avais parler à personne, pas même au principal intéressé. Si le soir du mariage, je m'étais sentie honteuse d'avoir agit aussi bêtement, je me rendais compte que peut être l'alcool m'avait fait ouvrir les yeux à propos de Jasper. J'avais du mal à réaliser, cela semblait carrément fou, un peu trop même, mais serais-je en train de tomber amoureuse du mec qui me déteste sans doute le plus au monde ? Non, ce n'était pas possible, c'était complètement fou. C'était absurde à un point que j'avais du mal à imaginer même. Pourtant, en repensant à ce moment, à cette scène qui avait du en faire rire plus d'un, ce qui s'était passé juste après n'avait pas été du grand art. Les propos de Jasper avaient été si durs à mon encontre, mais pourtant, je ne méritais pas mieux. Je n'avais pas été réglo avec lui, et si je venais ce soir à la fête qui était donné en son honneur, je risquais de me prendre encore plus ces foudres, n'est ce pas ? Pourtant, j'avais fait le pas, jusqu'au Paddy. Je m'étais habillé normalement, comme si j'allais simplement boire un verre mais j'étais bien plus intéressée que ça. J'arrivais donc devant le bar, je regardais à l'intérieur, la salle était bien décorée, je voyais de nombreux visages que j'avais croisés quelques jours plus tôt au mariage de Lyla. J'avais la main sur la poignée de la porte, j'allais entrer, mais finalement, je repartais. Je ne pouvais pas faire ça maintenant, non, il était avec ces vrais amis, ces anciens collègues pompiers, je ne pouvais pas gâcher cela déjà qu'il avait du être bien ronchon en apprenant l'existence de cette fête surprise. Et puis, je pensais à sa défunte femme qui avait été si gentille avec moi lors de notre première rencontre, disant que j'avais de beaux cheveux, comme il m'avait dit avant de me baiser d'un coup sec le jour du mariage, preuve s'il en est qu'elle était toujours dans son coeur. Je versais une larme appuyant sur la poignée, ouvrant la porte mais préférant fuir. J'osais espérer que personne ne m'avait vraiment vu même si la porte s'était donc ouverte sans personne pour venir à l'intérieur de l'établissement, comme si finalement un fantôme venait de faire son entrée, comme si finalement June était arrivée à la fête de son mari, comme si elle était là pour lui passer un peu de baume au coeur comme si j'étais encore plus lâche que je ne l'aurais pensée ...



 




by SerialWords.







_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 25 Juin - 20:22

Farewell old friend
This end is only a new beginning


Si j'étais à sa place, je réagirais sans doute de la même façon. Je n'aime pas qu'on me force la main et c'est ce qu'on a fait même si tout ça partait d'une bonne intention, même si on voulait simplement célébrer ce qu'il représente pour nous, ce qu'il a apporté à toute l'unité, au final, si ça lui fait plus de mal que de bien, cela ne sert à rien d'insister. Je ne veux pas qu'il soit mal, au contraire. Même si j'avoue avoir un peu jubilé en le voyant mal à l'aise, quelque peu revanchard après l'épisode du mariage, il y a une différence entre se moquer gentiment et se délecter de la souffrance de l'autre et jamais je ne pourrai me délecter de sa souffrance à lui, jamais. Alors c'est pour ça que je lui offre cette porte de sortie, c'est pour ça que je lui propose de prendre la fuite s'il en a envie. Après tout, on peut très bien s'éclipser par la porte de derrière sans regarder derrière nous. L'idée ne semble pas l'emballer plus que ça parce qu'il se retourne vers Lyla et moi pour nous dire que s'il prend la fuite il aura l'air encore plus ridicule. Je ne réponds rien, commence à réfléchir en silence à un plan pour le sortir de là sans qu'il ait l'air ridicule justement. On l'a coincé. Nous, on l'a coincé alors il faut qu'on trouve un moyen, pour lui. Il soupire, se détourne de nous et un sourire teinté de compassion naît sur mes lèvres quand il avoue qu'il avait prévu de filer après être resté parmi une petite dizaine de minutes. Je continue à l'observer en silence quand il dit que c'est une idée débile : moi je ne la trouve pas si débile que ça cette idée, au contraire. Je perds mon sourire et fronce les sourcils ensuite quand il parle de l'image qu'il ne veut pas donner, sauf qu'il se trompe là : se tirer maintenant ce n'est pas donner l'image de quelqu'un qui recule, de quelqu'un de lâche, c'est juste donner l'image d'un homme qui n'aime pas être coincé et forcé, c'est tout. Mais bon, s'il y tient tant que ça à son image, je vais trouver quelque chose pour la préserver. Les idées commencent d'ailleurs à prendre forme dans ma tête quand il poursuit en parlant de la façon dont ce n'est pas facile même s'il pensait que ça le serait davantage avec le temps.

Comment cela pourrait-il être facile alors que tout est remis en question ?

Je le comprends. Je le comprends vraiment. En ce moment, je m'accroche à mon boulot parce que c'est une passion, parce que ça fait partie de ma vie et si je devais arrêter... Jamais ce ne serait facile de passer à autre chose, jamais. Le fait qu'il n'ait pas envie de venir bosser dans ce bar, le fait qu'il aurait préféré garder sa vie d'avant, oui, ce sont des choses que je peux comprendre. Comme son manque d'envie de faire des efforts, de se lever comme il dit. Bon sang, ça aussi je peux le comprendre. Je suis passé par là et je passe encore par là parfois tout en ayant toujours mon boulot alors... Mon cœur se serre quand il parle de Merrin, du fait que ce soit pour elle qu'il soit obligé de faire des efforts et que parfois il en veut à sa fille de l'obliger à les faire ces foutus efforts. J'suis con, mais les larmes me montent aux yeux parce que ça aussi, je le comprends. Être obligé de faire des efforts pour un enfant, être forcé de tenir le coup pour cet enfant... J'ai dû, moi aussi, le faire. J'ai échoué finalement et on sait comment ça s'est terminé mais je sais... J'aimerais qu'il sache que je sais. Je soupire, jette un regard en biais à Lyla avant de m'approcher de mon ami. Je viens me poster devant lui, chercher à capter son regard et une fois que c'est fait, je lui adresse un petit sourire avant de venir poser ma main sur sa nuque dans un geste amical.

« On bouge. T'as pas à rester là puisque t'en n'as pas envie. Ce soir, ça va être toi et moi. »

Je pose brièvement mon front contre le sien avant de me reculer un peu de porter mon attention sur Lyla.

« Tu peux mentir pour nous s'il te plaît ? Tu peux dire que j'ai glissé ou une connerie du genre, que je me suis fait mal à l'épaule et que du coup Jasper m'a ramené chez moi ? Tant pis s'ils avalent pas le mensonge mais vaut mieux tenter de leur servir ça pour pas qu'ils lui prennent la tête par la suite. »

Je m'approche de Lyla en lui souriant.

« Je m'occupe de lui. » je lui affirme pour la rassurer.

Je ne lâcherai pas Jasper ce soir. Un petit clin d'oeil amical et je m'en retourne vers mon ami.

« Allez, on se tire. Toute façon je te laisse pas le choix. »

Et, justement sans lui laisser le choix, je passe mon bras autour de ses épaules et le force à sortir par la porte de derrière avec moi.

Je lui ai dit que ça allait être lui et moi et ça va être lui et moi.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 26 Juin - 14:11

farewell party
The camaraderie never dies.

Alors que je suis presque parvenu à me convaincre qu’il faut que je reste là, que je le dois à tous mes anciens collègues, à Lyla qui a vraisemblablement décalée sa lune de miel pour moi… Daniel reprend la parole. Sa main dans ma nuque, il m’annonce que nous partons. Le soupir que je laisse échapper traduit évidemment mon soulagement. Ceci étant dit, je ne parviendrais à me détendre complètement qu’une fois que j’aurai obtenu l’assurance que Lyla ne m’en voudra pas trop. Je sais qu’elle va être déçue, sûrement un peu vexée, mais je veux être certain qu’elle ne m’en tiendra pas rigueur trop longtemps, qu’elle ne sera pas blessée.
Je me tourne donc vers elle pour obtenir son approbation. Evidemment, elle m’a proposé elle-même de mettre les voiles, mais je me méfie toujours des paroles des femmes. Je ne me souviens que trop bien de cette fois où June m’avait demandé d’être honnête avec elle avant de tirer sur ses petites poignées d’amour en me demandant si je ne trouvais pas qu’elle avait grossi. Bien sûr qu’elle avait grossi et je le lui avais fait savoir, en prenant la peine de lui dire que je la trouvais malgré tout toujours aussi désirable. Elle avait fondu en larmes puis avait évidemment refusé de m’adresser la parole durant deux jours…  
Je guette donc ses réactions, l’interrogeant du regard pour savoir ce qu’lele pense vraiment de tout ça. Quand elle a l’air de se faire à cette idée, après que Daniel lui ait demandé de mentir pour nous, je m’approche d’elle pour déposer un baiser sur son front.
- Désolée. J’me rattraperai. J’sais que j’le dis toujours mais un jour, une occasion se présentera et ce sera vrai, je tente de plaisanter, avant de renifler discrètement et de me laisser entrainer vers la sortie par mon meilleur ami.  
Je jette un dernier regard derrière-moi, adresse un demi-sourire désolé à Lyla.

Et puis la porte battante se referme sur notre passage et la fait disparaître de mon champ de vision. Je reste silencieux pendant que nous nous éloignons le plus discrètement possible du bâtiment où l’ambiance n’est pas vraiment festive. Parce que je continue de me sentir un peu coupable, je m’autorise à jeter un œil par-dessus mon épaule pour apercevoir la devanture éclairée du Paddy. J’aperçois alors une silhouette féminine qui s’en éloigne, dans la direction opposée à la nôtre.
Mon cœur manque un battement lorsque je reconnais la chevelure de la jeune femme. La chevelure de Florence. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Est-ce qu’elle était à l’intérieur ? Je ne crois pas l’avoir vue dans le bar… Est-ce que quelqu’un l’a éconduite quand elle a tenté de rentrer à l’intérieur ? Est-ce que c’est Lyla qui l’avait invitée ? Pourquoi aurait-elle fait une chose pareille ? J’ai dû mal à imaginer qu’elle me fasse un coup pareil… Florence serait donc venue de son propre chef ?
La voix de Daniel m’arrache à mes contemplations. Il veut s’assurer que je ne regrette pas ma décision d’être parti.
- Non. J’peux pas. Allons-y. File-moi tes clés, ça va m’détendre de conduire.
Avec son épaule de toute façon, il doit galéré pour conduire. Il y arrive, d’autant que la circulation est tellement dense à New York que ce n’est pas bien compliqué et que tout le monde roule au pas.
Nous nous installons dans l’habitacle et, au lieu de démarrer, je me tourne d’abord vers lui.
- Merci, je lâche avec gêne, essayant malgré tout de continuer de soutenir son regard. De toujours être là j’veux dire... J’sais que j’suis un trou du cul la plupart du temps alors…merci d’pas laisser tomber. J’sais qu’ça a pas dû être facile de v’nir jusqu’ici…
Et je ne parle pas du fait que son épaule lui fasse mal, mais du fait de rentrer dans un bar alors qu’il est un alcoolique et qu’il tente de rester sobre.
- Enfin bref. J’voulais l’dire, je conclus dans un raclement de gorge, faisant tourner la clé dans le contact, avant de m’engager dans la circulation.  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageMar 28 Juin - 19:12





Intrigue
Farewell old friend




Rien ne se passe jamais comme prévu quand Jasper est compris dans l'équation. Tout le monde s'était imaginé que ce serait le pot de départ de l'année et malheureusement, il fut de courte durée puisque le principal invité finit par déserter, laissant des tonnes de nourriture sans estomac pour l'accueillir et tout cet alcool sans personne pour le boire. Si Cinzia a gentiment proposé à tout le monde de repartir avec quelque chose, c'est déçu qu'ils ont tous mis les voiles pour rentrer chez eux. A croire qu'il y avait plus de monde que prévu qui aurait voulu célébrer l'ancien pompier. On en connait deux qui furent néanmoins ravis de ce concours de circonstances.

 




by SerialWords.







Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Intrigue #7: Farewell old friend
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: The beginning of the end :: EVERYTHING YOU NEED :: Intrigues :: FIESTA FIESTA-
Sauter vers: