Revenir en haut Aller en bas


Partagez
Ofelia ▬ I come with knives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 14:56





Ofelia Isabel Cabestany
feat Karla Souza

Nom Cabestany Prénom(s)Ofelia, Isabel Age 30 ans Nationalité et OriginesNée sur le sol Américain, d’origine Mexicaine Métier Avocate au compte de la CoA Tu vis dans quel quartier? Mannathan Groupe répondre ici Membre de gang ou pas Non, seulement affiliée à la CoA de part les relations familiales et de son métier Avatar Karla Souza Crédits Tumblr


Ofelia est partie des bas fonds pour toucher l'excellence. Dôtée d'un caractère acharné et explosif, elle n'hésitera pas à user de quelques manières peu conventionnelles pour obtenir ce qu'elle veut. Elle est née avec une rage de vaincre et de vivre peu commune, lui permettant ainsi de gravir les échelons. Ofelia ne supporte pas les défaites, encore moins lorsqu'elle repense à toutes ces nuits blanches passées dans son petit appartement pourri du Bronx pour réussir ses examens, marchant sur ses concurrents sans l'ombre d'un remords s'il le fallait. Sournoise, manipulatrice et menteuse qualifiée, elle manie les émotions des autres avec une habilité digne d'une marionnettiste, résultat de pratique pas toujours victorieuses mais qui lui a sans conteste permit de se faire la main et d'être l'excellente avocate qu'elle représente aujourd'hui. Et si pour certains ses façons de faire son parfois perçues comme honteuses ou, à l'extrême, inhumaines, pour Ofelia rien n'est trop humiliant pour obtenir la victoire de son client. Peu importe que ce dernier soit la pire des pourritures s’il possède de quoi payer sur son compte en banque. Le métier d'avocat n'est pas, à son sens, le job rêver pour les mères Thérésa du coin.  Défendre son client et gagner le procès, là est son seul objectif. Elle est habituée au mauvais jugement que son entourage ou tout autre inconnu lui cingle en pleine face mais jamais Ofelia ne s'en offusque. Pourquoi y prêter attention lorsque lors du jugement, elle sera seule face à Dieu et que lui seul est et sera en droit de la juger ?
Au-delà de son caractère dominant et désagréable, Ofelia sait être présente pour le peu d'amis qu'elle possède. Ses valeurs familiales restent ancrées pour la plupart et la fidélité en fait partie. Mais trahissez-là et l'enfer vous paraîtra bien doux comparé à ce qu'elle vous réservera. Elle est passionnée, intelligente, de mauvaise foi, est une bien mauvaise perdante et d'une jalousie excessive. Elle n'est pas le genre de femme à vous dire les choses avec tact, peu importe si cela vous blesse ou non, ça n'est de toute façon pas son problème. Mais croyez-le ou non, elle sait s'amuser et se perdre. Là où se trouve une piste de danse ou tout autre endroit où la vie règne, Ofelia s'y trouvera avec l'infime satisfaction d'être une Impératrice perdue au sein d'une foule. C’est peut-être le seul moment où elle trouve un avantage à ses insomnies chroniques. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Ofelia a toujours eu un mal fou à faire des nuits correctes et même encore aujourd’hui, elle se trouve à devoir user de somnifères pour trouver le sommeil ou, à contrario, de prendre des psychotrope pour tenir éveiller lors d’un gros dossier. Le mélange n’est pas toujours une bonne idée…
Sa famille est le pilier central de sa vie. Ofelia n’hésitera pas à se plier en quatre pour un membre de sa fratrie, ses parents ou même les CoA. Sa fidélité est inébranlable et il n’y a rien qu’elle ne fera pas pour eux. D’ailleurs, c’est auprès de sa famille qu’elle passe le peu de temps libre qu’elle possède.  
Le café est sûrement l'un de ses meilleurs alliés pour faire face à de longues nuits de préparations pour une plaidoirie. • Bon, les psychotropes également. Sans compter les somnifères qu’elle prend pour tenter de pallier ces insomnies chroniques.  • Séductrice à ses heures perdues, elle n'hésite pas à consumer des nuits aux bras d’inconnus.  • Fiancée à la Tequila et aux M&m's • Voue une fidélité sans faille à la CoA • A été engagée auprès d'eux suite à l’histoire qui unit la famille Cabestany et Sobolevski • Sa famille est le pilier central de sa vie et elle n’hésitera pas à se plier en quatre pour eux. •  Adore passer ses nuits dans les bars et danser  jusqu'au petit matin • Aime faire sa propre cuisine et s'avère être un véritable petit cordon bleu • Son angoisse inavouée est très certainement de faire face à  l'échec mais aussi de décevoir son grand-père et de briser de part une incompétence toute la relation construite avec Sobolevski • Son rêve, elle l'a déjà atteint et s'évertue à le conserver bien précieusement • Elle déteste les bruits de bouche et n'hésitera pas à le faire remarquer • Lunatique, elle aime autant la solitude que la compagnie. Ses humeurs changent au gré des heures • Déteste le sport mais, à contradiction, adore la boxe et la pratique depuis 10 ans. • Quotidien réglé comme du papier à musique • s'est rendu compte qu'elle était allergique aux poils de chien quand elle a eu le sien mais suit un traitement qui lui permet d'être tranquille • laisse peu de place à l'imprévu dans son travail, a toujours un coup d'avance, Ofelia est assez visionnaire et anticipe instinctivement les choses et les coups de ses adversaires • A les dents et le bras longs. Possède un répertoire de contact en tout genre suffisamment garni pour réussir à gravir les échelons mais aussi à gagner ses plaidoiries • adore jouer au tarot, bonne stratège • Déteste les gosses de riches, encore plus ceux qui exposent leur argent à n'en plus pouvoir • Issue d'une famille pauvre, elle a conservé la valeur de l'argent et économise plus que nécessaire. Elle n'hésite pas à donner de l'argent à ses parents pour compléter leur maigre salaire, même s'ils refusent avec application à chaque fois. • Porte toujours son chapelet en bois autour du cou, sous ses vêtements • Pourrie jusqu'à la moelle, elle n'hésite pas à écraser ses adversaires sans ménagement • Maîtrise un peu trop bien l'informatique... • D'une énergie débordante, les seules fois où elle supportera de rester assise sans bouger sera lors des procès • D'un caractère très indépendant, Ofelia a toujours refuser de se marier ou même de s'engager à long terme • Joueuse et lunatique, il est parfois difficile de la suivre. • Ne fume pas et n'a jamais essayé. • S'est déjà essayée à la drogue dure lorsqu'elle était plus jeune, sans tomber dans la dépendance. • A toujours un bouquin dans son sac • la fin justifie les moyens... •
I took this way
Tout ça en dix lignes

Pour les membres de gangs: Comment et pourquoi êtes-vous devenu membre et quel est votre domaine d'activité
Pour les flics, pompiers, secouristes, médecins ...: Qu'est-ce qui vous a donné envie d'emprunter cette voie? Vocation? Pur hasard?

Ofelia a toujours voulu faire un job qui mettait en pratique son sale caractère et sa détermination inépuisable. Celui d'avocate s'est présenté à elle par le plus grand des hasards mais aussi en grande partie pour obtenir une revanche sur la vie. Venant d'une famille pauvre au fin fond du mexique, il était déjà clair pour Ofelia qu'elle ne se laissera pas aller à la médiocrité que s'infligeaient ses parents, malgré eux. Elle a d'abord été tentée par la médecine pour ensuite trouver son terrain de prédilection sur le parquet des tribunaux. D'émissions télé en articles de journaux, elle parfait sa curiosité maladive en égrainent plusieurs bouquins à la bibliothèque durant son adolescence. Vu la situation familiale en terme de finance, elle ne pouvait compter que sur ses petits boulots mais aussi sur d'excellents résultats pour réussir à intégrer des écoles aux renoms nécessaire pour obtenir les meilleures études possibles. Tout du moins, c’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce que Abuelo face jouer de ses relations pour que la CoA participe au financement de ses études… Si pour certains cela représente un contrat enchainant la vie de la jeune femme au gang avec tous les risques que cela comporte, Ofelia y voit elle le meilleur moyen d’atteindre ses objectifs mais aussi de prouver à son grand-père et au gang que sa fidélité est aussi inébranlable que celle de ses pairs.


PSEUDO Kasia  AGE Immortelle ♫♪ FILLE OU MEC Girl powa PRESENCE 5/7  DE QUEL PAYS TU VIENS France Tu nous connais d'où ? Du bouche à oreille SCENARIO OU INVENTE Inventé VOULEZ VOUS RECEVOIR DES MPs D’INACTIVITÉ ? Yep





by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 14:56


 



 
Tell us everything about you
Tout ça en 30 lignes

 


 
▬ Février 1994, Acapulco

Elle y voit toute cette faune et flore ravagée par leurs pas trop lourd, leurs rangers écrasant tout sur leur passage rythmé par l’instinct de survie. Elle y voit les corps morts criblés de balles, ceux encore vivants mais terrorisés, planqués derrière des fourrés. Elle y voit le sang, cette couleur vermeille aussi fascinante qu’effrayante. Elle entendrait presque les cris des soldats hurlants leurs ordres à tout va, buglant des choses qu’elle ne comprendrait sûrement pas. Mais surtout, elle le voit Lui, son Abuelo, son héros parmi tout ce désastre. De ses yeux d’enfant de huit ans, elle le regarde alors qu’il est assit son vieux fauteuil rapiécé et l’imagine avec beaucoup moins de rides, moins de cheveux blancs. Ofelia s’aide même de cette photo qu’elle a déjà vu de lui, celle où il porte son  uniforme de soldat.
De héros.
Elle se concentre avec force alors que la voix grave de son grand-père la transporte une fois de plus au travers le paysage guerrier et sanguinaire, là où la poussière naissait sous forme d’épais nuage sous le conflit. Il est là, grand et majestueux, dans sa tête. Ofelia se dit qu’il devait bien avoir au moins une ou deux blessures quelques part. Une à la cuisse peut-être ? Ou sur le flanc. Celle-ci elle la connait, elle en a déjà vu la cicatrice alors qu’il venait se baigner avec ses frères et sœurs. Donc ? Oui, Abuelo tenant fermement contre lui un autre homme, un « frère d’arme » comme il le dit si souvent. Blessé lui aussi. Et si Ofelia en croit le récit de son aîné, c’est bien Pablo Esteban Cabestany qui a sauvé la vie de cethomme qu’elle imagine trainant, épuisé, à bout de force, reposant toutes ses chances de survie sur son grand-père à elle.

— Il s’appelait comment déjà ? Sokoski ?

Sofia, sa cadette de deux ans écoute leur grand-père avec autant d’émerveillement qu’Ofelia, qui la reprend en levant les yeux au ciel, exaspérée.

— Sobolevski ! Pas Sokoski Sofia, je t’ai déjà appris comment le dire. Répète après moi. So-bo-lev-ski.

Et elle le lui fait répéter deux fois, puis trois. Jusqu’à ce que ce nom rentre dans le crâne de sa petite sœur un peu maladroite mais qu’elle chérie tant.
Pablo regarde avec amour et tendresse ses deux petites filles et plus particulièrement la petite brune qui se tient droite, essayant d’apprendre ce nom Russe a sa petite sœur, celui-là même qui allait les accompagner toute leur vie. Il voit déjà en Ofelia un potentiel qu’il ne négligera pas. Intelligente, vive d’esprit, obstinée avec un caractère de diablesse, cette gamine avait déjà la rage au ventre. Celle de vaincre et de vivre ou même d’écraser ses adversaires si tant est que ces derniers représentent un danger potentiel pour elle.

— Et il est où maintenant Abuelo ?
— Qui donc ?
— Bah Soko… Sofia jette un regard à Ofelia qui le lui rend sévèrement. Euh, So…bolevski.
— Chez lui, en Amérique. C’est lui qui a aidé vos parents à venir vivre sur le sol Américain.
— Wouaaw.

Ofelia est admirative et jamais elle ne se lasse de cette histoire que Pablo lui raconte. Celle où il sauve ce fameux Vitaly Sobolevski. Celle où ce dernier lui doit une dette qu’il honore en aidant la famille Cabestany à obtenir tous les droits et papiers pour venir vivre et s’installer en Amérique. Celle aussi où, du plus loin qu’elle se souvienne, les deux familles continuaient de temps à en temps à se voir. Elle se souvient même de cette histoire de club avec des motos, celui qui jettera des étoiles en plein dans les yeux encore innocents de son grand frère, Léandro.
Déjà, la gamine vouait une admiration certaine pour cet homme qu’elle n’avait encore jamais vu, mais aussi un amour inconditionnel à ce club qui aurait permis à ses parents de fuir la pauvreté mexicaine. Car même si la situation n’est pas bien glorieuse au fin fond du Bronx, là où ils habitent, Ofelia se dit que c’est toujours mieux que de croupir dans un bidonville où les grand-pères héros n’existent pas…





▬ Juillet 1998, le Bronx.

— Laura, qu’est-ce que tu fou !
— Attends, j’ai presque fini.

Ofelia se frotte les yeux de fatigue. Encore une nuit où elle n’a pas trouvée le sommeil, encore une nuit qu’elle a essayée de combler en lisant un énième bouquin sur la médecine légale. Elle est en avance pour une gamine de douze ans, même un peu trop, et ça n’est pas seulement dû à une vivacité d’esprit mais surtout à ces nuits d’insomnies qu’elle essaie d’occuper de la meilleure des façons.
Il n’est pas loin de dix heures du matin et déjà, elle crève de chaud. Elle a l’impression que ses petits pieds humides de transpiration vont s’agglomérer à ses souliers vernis. Elle déteste ces chaussures mais ne rechigne jamais à les porter. Elle sait combien sa mère a trimée pour obtenir une tenue descente à chacune de ses filles pour aller à l’église tous les dimanches.

— Alors ?
— J’y suis presque.

Ofelia jette un œil à son frère au loin, Estevan, plus jeune qu’elle de deux ans et qui est entrain de faire le guet au coin de l’Eglise. La messe est presque terminée et leur mère a déjà dû remarquer leur absence depuis bien longtemps. Ça allait barder à la maison mais ça n’est pas grave, car lorsque padre leur hurlera dessus qu’ils ne sont que des enfants du Diable, Ofelia se souviendra de la tête du Pasteur recouverte de farine après avoir poussé la petite porte à l’arrière de l’église. Et c’est ce qui se passera car la jeune fille a toujours un coup d’avance. C’est instinctif chez elle, elle ne supporte pas être prise au dépourvue et de faire face à l’imprévue. Alors elle use de ce qu’elle juge être une qualité et ce, à son avantage. Celle de voir toujours plus loin que le présent, que les faits. Celle de passer au-dessus d’une possibilité pour voir toutes les autres qui suivent, histoire d’être certaine d’exploiter toutes les éventualités et de pouvoir ainsi, garder le contrôle.
Et ça, le contrôle, Ofelia en raffole. Douze ans et elle possède déjà les réflexes d’une meneuse intransigeante et carnassière, le genre de dirigeante qui aurait fait claquer de trouille le caleçon d’Hitler. C’est ce qu’elle s’amuse à se dire même si, comme le dirait sa mère, ça n’est pas très conventionnel. De toute façon, Ofelia sait qu’elle n’est pas aussi cruelle que ce type avec sa moustache bizarre. A quel moment devenons-nous inhumain au point de prendre des êtres vivants pour un nombre d’insectes à éliminer ? Elle en a entendu un peu parlée à l’école mais surtout par son Abuelo parce que lui, il connait tout sur tout. Il a toujours un tas d’histoire à raconter et quand il leurs a conté celle d’Hitler et de ses horreurs, Sofia n’a pas pu dormir seule deux jours de suite. Il a fallu que Laura et Ofelia s’allongent à côté d’elle pour la rassurer et lui murmurer que cet homme-là, n’existe plus.

— Voilà !

Laura sautille de l’escabeau, manque de chuter tant elle est hilare. Ofelia s’apprête à l’entrainer au loin avec elle mais Estevan donne l’alerte qui ressemble à un petit sifflement d’oiseau que lui seul sait effectuer.

— ‘Y a Petterson qui s’ramène !
Mierda.

Ils détalent comme des lapins derrière l’Eglise, tous morts de rire à l’idée d’avoir pu piéger le pasteur. Enfin, en théorie. C’est le genre de moment qui rendra nostalgique Ofelia. Ceux-là même où rien d’autre ne comptait que de faire des conneries entre frères et sœurs où même Laura en faisait partie. Celle qui deviendra deux ans après aussi sérieuse qu’une adulte.
Et si leurs rires les tenaient comme une bonne grippe pour la journée,  il en fut tout autre le soir venu où, après avoir entendu par un fidèle de la paroisse que le pasteur s’était pris un seau remplit d’eau et de farine droit sur la tête, leur père les aligna, comme des condamnés à mort.

Por el amor de dios !! Vous ne savez donc pas vous tenir tranquille ?!

Estevan a déjà les yeux baissés, idem pour Laura. Ofelia ? Jamais. Toujours le port de tête droit, presque effrontée. Et pourtant, dieu sait qu’elle respecte son père comme jamais mais sa fierté est déjà insoumise, prête à recevoir ce qu’il faut en pleine gueule.  
Léandro est derrière leur père, Diego, regardant Ofelia en secouant la tête, les yeux ronds. Traduction ? Baisse les yeux, tout de suite.
Hors de question. C’était simplement pour s’amuser, qu’est-ce qu’il y avait de mal à ça ? Après avoir entendu ses oncles et ses tantes se lamenter à longueur de journée que la vie était vraiment insoutenable et après avoir entendu ses propres parents gémir face à la difficulté de subvenir à leur besoin, devait-elle vraiment se priver de ces moments de pures euphories ? Non, pas quand elle avait parfaitement consciensce qu’adulte, elle devrait trimer autant que sa mère dans des hôtels miteux à faire le ménage ou comme son père, à faire des horaires d’esclaves à l’usine et tout cela, au fin fond du Bronx.

Diego est un homme bon, ça n’empêche pas qu’il ne supporte pas le désordre et la désobéissance. Mais avec une portée de cinq diablotins comme eux, pour sûr qu’il allait en avoir pour son argent en terme de connerie. Et quand Ofelia le voit sortir le martinet…

— D’accord padre, c’est moi.

Il s’arrête en chemin, la fixe de ses intenses yeux bleus. Ofelia en a héritée et quand elle se confronte à lui, elle imagine toujours un grand un combat entre deux gros icebergs. Elle voit bien dans son regard qu’il n’est pas étonné. Comment le pourrait-il avec une gamine pareille ? Effrontée mais jamais irrespectueuse, certes, ses parents ne se sont pas saigner pour lui donner une éducation quasi-irréprochable pour rien mais bon dieu, quel foutu caractère. Il le sait, il le voit, tout comme son père avant lui, qu’elle obtiendra toujours ce qu’elle veut et qu’elle saura faire en sorte que cela arrive. Mais il sait aussi qu’elle serait prête à prendre dix coups de martinet sur les fesses si ce manège peut éviter à Laura et Estevan d’en recevoir aussi.
Oui, il en a marre de leurs âneries à répétition mais il ne peut pas nier qu’il est fier de les voir aussi soudés.

Comme ce jour où ils ont accidentellement laissé échapper le chien de la voisine que l’on a retrouvé écraser cinquante mètres plus loin et où Laura en avait pris l’entière responsabilité pour épargner à Estevan une lourde correction.
Comme ce jour où Sofia s’était aventurée trop haut sur un arbre malgré les interdictions de ses parents, chutant ainsi lourdement et se cassant le bras et où Léandro avait menti avec un aplomb déconcertant que c’était lui qui l’avait brutalement poussé d’une balançoire.
Et encore, il ne sait pas que Laura et Ofelia ont fait accidentellement tomber le vase en bois comportant les cendres d’une tante et qu’elles n’ont pas eu d’autre choix que d’aller chercher d’autres cendres dans la cheminée d’une amie pour qu’à l’arrivée des parents, personnes ne se rendent compte de rien.

Ofelia le sait depuis qu’elle est en âge de comprendre, si elle devait aider un de ses frères ou sœurs a enterrer un corps, elle serait la première à le faire et à emporter le secret jusqu’à la tombe. Mais en attendant, elle serre les dents sous les coups donnés, ne versant pas une seule larme. Plutôt crever que de laisser entrevoir ne serait-ce qu’une once de faiblesse.





▬ Décembre 2003, le Bronx.

Les choses évoluent en cinq ans. Ce nombre parait si petit quand on vous l’apprend en classe. Cinq, c’est le nombre de doigts que l’on a sur une main, ceux qu’on utilise pour faire de rapide calcul. Cinq, c’est aussi le nombre de leur fratrie soudée comme jamais. Mais c’est aussi le nombre d’année qu’il a fallu à Ofelia pour comprendre que finalement, elle ne passerait pas sa vie à fouler le lino d’un hôpital mais que c’est sur le parquet d’un tribunal qu’elle passerait ses journées et construirait sa carrière. Devenir chirurgienne a vite été une évidence pour elle malgré le peu d’espoir qu’elle misait sur ce projet d’avenir. C’était pourtant quelque chose de précis, qui demande de la rigueur mais aussi du caractère. Elle n’est pas dupe, elle a vite compris que dans ce genre de job, être née avec une paire de seins et un vagin n’était pas forcément la combinaison idéale pour percer dans le milieu. Mais ça tombe bien, Ofelia aime les défis et c’est exactement ce genre de difficulté qui la stimule.
Puis il y a eu Leandro et son premier cuir. Leandro chez les Children of Apocalypse en tant que prospect. Leandro et sa moto. Après tout, les Cabestany étaient un peu comme de la famille finalement. Ca n’était peut-être pas au goût de tout le monde mais c’était le cas.
Ofelia a 17 ans, Leandro en a 20. Il est passé du beau jeune homme impétueux, passant ses journées auprès des membres du gang à ce jeune homme au regard délavé, menottes aux poignets, faisant face à un juge en attendant la sentence finale.
Officiellement, il a dealé de la meth dans les ruelles de New-York. Officieusement ? La même, mais au compte du club mais ça, jamais il ne le crachera. Tout ce que constate Ofelia c’est qu’il a un avocat de merde. Elle a lu un tas de bouquins sur la loi parce que même encore à son âge, ses insomnies sont devenues chroniques et elle ne supporte pas regarder le temps s’écouler sans rien faire. Bref, elle sait qu’il aurait pu contourner la loi, appuyer sur le fait que Leandro n’a JAMAIS fait de prison pour alléger sa peine ou tout un tas d’autre truc. Elle ne connaît pas tout c’est vrai mais un peu quand même… Alors merde. Et ça la fou en rogne de voir qu’il est aussi mal défendu.
Germe alors une éventualité qui lui parait finalement comme une évidence… Devenir avocate ? Pourquoi pas. Mais au même titre que chirurgienne, elle peut rêver, elle n’aura jamais les moyens d’obtenir assez d’argent pour les écoles.

Dix ans de prison pour le frère. Dix ans d’amertume pour la sœur. Dix ans de déception pour maman. Dix ans de colère et de fierté pour papa. Leandro a tenu sa parole, il n’a pas flanché. Pour le club. Celui qui a été fondé par l’homme dont la vie a été sauvé par Pablo, leur grand-père.
Ce dernier est d’ailleurs sur New-York, pour « l’occasion ». Tu parles d’une occasion.

— Ton frère a été courageux. C’est bien un hombre, un vrai.

Assise sur le perron avec son grand-père, Ofelia est piquée au vif. 

Premièrement : Elle ne digère pas cette défaite cuisante.
Deuxièmement : Son propre frère est en prison plus qu’il ne devrait l’être et sa mère n’en finit plus d’en pleurer.
Troisièmement : « C’est un homme maintenant, un vrai… »

— Parce que selon toi, nous, ses sœurs, n’aurions pas pu être aussi courageuses que lui ?

Son ton est froid, presque acide. Pablo sourit dans sa grosse barbe blanche parsemée de gris.

— Ca n’est pas ce que j’ai dit.
— Il aurait eu une peine moins lourde avec un meilleur avocat.
— Et tu penses que quelqu’un aurait pu faire mieux ?
— Moi, j’aurai pu.

Audacieuse, revancharde et passionnée, elle se surestime sûrement, portée par la flamme adolescente. Pourtant, elle le sait, elle le sent au creux de ses tripes. Elle a toujours eu cette rage de vaincre inébranlable, cette force psychologique qui lui fait garder le cap malgré les difficultés. Mais surtout, elle n’hésite pas à s’imposer. Que ça soit en poussant sa gueulante ou que ça soit de manière plus sournoise et subtile. Utiliser sa grande gueule ou ses charmes, elle s’en fou tant que les résultats sont là.
Pablo ricane.

— Depuis quand comptes-tu devenir avocate ?
— Laisse tomber Abuelo. Nous n’avons pas les moyens de se payer ce genre d’école de toute façon. Même Laura se demande si elle ne va pas devoir lâcher ses cours d’infirmières.

La vérité est qu’Ofelia a le cœur lourd de savoir son frère derrière les barreaux. Qu’il lui manque déjà et qu’elle aurait préféré que ça soit elle plutôt que lui.
Il fait froid, le Mexique de ses souvenirs de vacances lui manque avec ses températures avoisinant les 25°, même en plein mois de Décembre.

— Nous allons faire un marché toi et moi.
— Lequel ?
— Si tu fais partie des cinq premières de ta promo en plus d’avoir ton diplôme de fin d’étude, je m’occupe de tes écoles de droits.

Elle le fixe, brutalement. Impossible qu’il soit sérieux. A coup sûr il se moque d’elle, elle ne voit pas d’autre solution… et pourtant, son grand-père n’est pas le genre à blaguer sur ça.

— Je ne plaisante pas Ofelia. Fais-moi confiance. Contente-toi d’honorer ta part du marché et je m’occupe de tout.

Euphorie ou méfiance ?
Il se pourrait bien que même en ayant les pieds dans les bas-fonds, elle puisse enfin toucher la lumière New-Yorkaise.







▬ Aujourd’hui, Manatthan.

Assise à son bureau, Ofelia ouvre l’un des tiroirs et s’empare d’un tube médicamenteux. D’un geste qui frôle l’automatisme, elle glisse une gélule dans sa paume qu’elle avale ensuite d’une gorgée d’eau. Insomnie, fatigue, besoin d’énergie. Le serpent se mord la queue et il emmerde son monde. Le psychotrope l’aidera au moins à tenir debout pour la journée.
Le bureau est d’une propreté presque maniaque. Siège de cuir, bureau de bois luisant, bibliothèque vomissant de bouquin en tout genre et surtout, le diplôme accroché au mur, là, juste derrière elle.
Son grand-père ne lui a pas fait défaut. Mieux encore, il lui a assuré un avenir plus brillant que ses rêves d’enfants. Cette dette entre papy Cabestany et papy Sobolevski  tient toujours, que ça soit dans la tombe ou non. Les Cabestany font partie intégrante du club, de près ou de loin. Ne serait-ce que par cette dette de Guerre ou de Leandro faisant partie des CoA… Quoi qu’il en soit, l’argent a été réuni grâce à tout ce petit monde. D’accord ou non, la famille reste la famille. Mais un contrat reste un contrat. Ofelia a beau être la petite fille de Pablo Cabestany, elle n’en reste pas moins cette gamine à qui le club a dû payer ses études de droits et c’est en parfaite connaissance de cause qu’Ofelia s’est laissé porter. Car ce diplôme encadré sur le mur n’est pas seulement le résultat d’une longue et éprouvante bataille acharnée, mais c’est aussi la preuve que si jamais elle devait foirer une seule affaire concernant le club, elle en paierait de sa vie. Mais ça, elle n’y pense même pas. Si certains auraient vu cette opportunité comme un piège, Ofelia y a vu l’occasion en or massif de rendre fier son grand-père et de faire honneur à toute la lignée des Cabestany, de pouvoir montrer au CoA à quel point leur ancien avocat n’était qu’un incompétent inutile et surtout et qu’ils pouvaient avoir une confiance aveugle envers elle mais aussi de pouvoir faire ses preuves en tant que femme Cabestany.

Elle attend la venue de Johnson, c’est son premier rendez-vous. Ofelia a seulement prit la peine de le rencontrer parce qu’elle sait de source sûr que cette petite tête gérante d’entreprise a de gros emmerdes mais surtout, un gros compte en banque.
Ses études lancées, Ofelia n’a fait preuve d’aucune pitié. En plus d’avoir cette lourde pression sur ses épaules de ne pas décevoir son grand-père, sa famille ET le club, il était tout simplement hors de question de faire face à un échec. S’il fallait écraser ses concurrents pour ça alors elle n’aurait aucun remord à le faire. Et c’est en faisant preuve d’intelligence, de sournoiserie mais aussi en étant visionnaire qu’elle put se faire sa place et se faire un nom entre ces requins qui ne demandaient qu’à la bouffer sur le tas. Son principal objectif est d’avoir toujours un coup d’avance sur l’adversaire, Ofelia prend grand soin d’avoir une carte cachée dans la manche et qu’elle ressortira toujours au bon moment.
La petite frappe des ruelles dégueulasses du bronx est désormais une avocate aux dents et au bras longs, reconnue pour son talent mais aussi pour ce caractère qui lui est propre. Elle ne lâche jamais prise, pire qu’un chien affamé sur son os.

Et pourquoi se plaindre quand en plus de pouvoir prouver sa fidélité à la famille des CoA, elle peut mener ses petites affaires à côté ?

— Entrez !

Voix joviale et chantante, il ne faut pas se fier aux apparences. Celles qui montrent une Ofelia séduisante, toujours bien apprêtée, sourire jusqu’aux oreilles et qui n’hésite jamais à utiliser son accent pour séduire quelques hommes… Car un coup bas et elle vous ferait passer l’Enfer comme un lieu de joie et de paix comparée à ce qu’elle vous prépare.

Johnson entre avec son costume deux pièces dont la qualité porte l’odeur d’au moins de 2000$ et Ofelia l’invite à s’installer face à elle avec quelques mots courtoise accompagné d’une poigne ferme en guise de salut. Il a l’air sûr de lui, le genre de mec qui sait qu’il peut faire en sorte que tout soit sous contrôle.
Son dossier est déjà sur le bureau, Ofelia s’installe.

— Alors. Vous venez pour l’accusation suivante : Violence conjugale depuis cinq ans sur votre… troisième femme ?
— C’est exact.

Ofelia ne tourne pas autour du pot, elle n’aime pas prendre dix chemins différents pour arriver à la même finalité. Elle croise ses mains sur le dossier qu’elle connait déjà par cœur parce qu’elle sait d’avance qu’elle le prendra.

— Je ne vous cache pas qu’avec les preuves fournies par votre femme, il va m’être compliqué de ne pas vous exempter de lui verser la somme qu’elle demande…
— J’ai de quoi vous payer.

Il fouille dans la poche intérieure de son veston et en sort un chèque qu’elle prend entre ses doigts.
Elle y lit le montant, sourire carnassier aux lèvres.

— Bien. Venez demain à mon bureau, pour 9 heures.

Peu importe de savoir si Johnson est en faute ou non, son job est de défendre son client pas de faire du social.
Et c’est ce qu’elle fera, contre ce gros chèque qui l’attend déjà.



 



 
by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:00

Re bienvenue ! Karla est trop parfaite *o* !!!
Revenir en haut Aller en bas
Lyla Gambino
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox
Ofelia ▬ I come with knives Vv7z
Ofelia ▬ I come with knives X6k0

Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:01

REBIENVENUE CHEZ TOI Ofelia ▬ I come with knives 3821652764 Ofelia ▬ I come with knives 3821652764 Ofelia ▬ I come with knives 3821652764
J'ai hâte de voir ce que tu vas faire d'elle Ofelia ▬ I come with knives 3036478708

_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:03

Seksi le choix de vava! Bon courage pour écrire ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Odair
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee
Ofelia ▬ I come with knives Tumblr_og9idtL5hd1qh109ao1_250

Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:10

ReeBienvenuueeeee =D


Bon courage pour ta fiche :coeur: :coeur: :coeur:

Karla est tellement belle et parfaite *_____*

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:17

ReBienvenue bichette ! Amuse-toi bien avec ce nouveau compte Ofelia ▬ I come with knives 2884711755
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:38

Mais regardez qui se fait un TC Ofelia ▬ I come with knives 1017941868

Rebienvenue chez toi mon chat Ofelia ▬ I come with knives 2884711755

(Kurtis, HS total mais je kiffe ton gif MDR)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 15:57

rebienvenue What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Florence Fleury-Arnaud
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie
Ofelia ▬ I come with knives Tumblr_mzk13qDSMF1qaa8d1o6_250
Ofelia ▬ I come with knives Tumblr_mh932rJdgO1qiahp5o4_250

Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 16:56

Re-Bienvenue à la maison :)

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 17:06

Merci les coupains, z'êtes trop mignons Ofelia ▬ I come with knives 1060995999 Et oui Karla est trop belle et parfaite Ofelia ▬ I come with knives 3064701084 Ofelia ▬ I come with knives 3064701084
Ouais Dan, j'suis une fifolle moi j'ai peur de rien *out*

Lyla, j'espère que ça vous ira ! Je me suis pas trop étalé sur la MS13, je préfère voir ça directement en lien avec vous Ofelia ▬ I come with knives 1060995999
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 17:50

Rebienvenue parmi nous ! Excellent choix d'avatar, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de ce personnage ! Je veux un lien même !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 17:56

Merciiiii Ofelia ▬ I come with knives 1060995999 Et oui avec grand plaisir ! Je viens de terminé l'histoire, elle est pas géniale mais j'ai toujours un mal fou avec les fiches, c'est dramatique xX
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 18:32

REEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE Ofelia ▬ I come with knives 3018577799 Ofelia ▬ I come with knives 3018577799 Ofelia ▬ I come with knives 3018577799 Ofelia ▬ I come with knives 3018577799 Ofelia ▬ I come with knives 3643878020 Ofelia ▬ I come with knives 3643878020
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 19:39

R'bienvenue apparemment Ofelia ▬ I come with knives 3665277325 une avocate, ça c'est la classe, nous faudra un lien ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyDim 1 Mai - 23:06

Merci les loulouuuuuus !!!! Ofelia ▬ I come with knives 3821652764 Ofelia ▬ I come with knives 2884711755 Ofelia ▬ I come with knives 3643878020 Ofelia ▬ I come with knives 3643878020

Et Hans, pas de soucis, j'suis partante pour tout ! xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyMar 3 Mai - 11:25

Huhuhu rebienvenue parmi nous mon petit chat I love you
Revenir en haut Aller en bas
Deputy Woodward
Deputy Woodward
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 140
Ofelia ▬ I come with knives 1487371704-tumblr-ol24w8xety1rka2o5o1-500

Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyMar 3 Mai - 18:35


     



     
REREBienvenue à New York
Tu es désormais des nôtres!

     

     Cette fois c'est la bonne ! Ce n'est peut-être que moi, mais je t'ai sentie plus inspirée pour ce remaniement que pour l'original. En tout cas, c'était très agréable à lire Wink Je n'ai plus rien à redire en tout cas bichette, mis à part : amuse-toi avec ce requin ! haha  

     Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

     Pour essayer de trouver les liens qui te manquent et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

     Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé ou parici, si tu souhaites proposer une situation de jeu ou en choisir une parmi celle déjà proposée par les membres.

     Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées. Si tu es flic, secouriste, pompier ou même brigand, tu devrais passer dans ce topic

     Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!

     
       N'OUBLIE PAS QUE TU AS UNE SEMAINE, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP
 

     Bienvenue parmi nous, encore une fois    


     

     



     
by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝Invité❞
Invité


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives EmptyMar 3 Mai - 18:50

Merci Daya Ofelia ▬ I come with knives 1060995999

Owiiiii Ofelia ▬ I come with knives 1060995999 Merci ! Et ça n'est pas une impression, il est rare que je fasse des histoires aussi longues pour mes fiches et il est vrai que le remaniement m'a beaucoup inspiré =)
Et si tout te va, alors tant mieux ! Kurtis, accroche toi à ton slaïp haha
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Ofelia ▬ I come with knives Empty
MessageOfelia ▬ I come with knives Empty

Revenir en haut Aller en bas
Ofelia ▬ I come with knives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ofelia ▬ I come with knives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: Game over, try again.-
Sauter vers: