Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
Intrigue #7: Venez picoler et bouffer gratis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 12 Mai - 18:53


Image
Intrigue #7: Venez picoler et bouffer gratis


feat Les mariés & les invités


- C’est plus courant en Australie, répondis-je à ma bien-aimée concernant mon patronyme. Du moins c’est la première fois que je croise une personne avec le même nom de famille que moi.


Par contre je n’obtins aucune réponse de la part de Pénélope concernant ce fameux Jasper puisque Cinzia se joignit à nous après avoir jouer un mauvais tour à Miss Hamilton. Pourtant j’aurais tout de même aimé savoir. Je n’étais pas jaloux… enfin, si peut-être un peu, mais je lui faisais confiance. Je me rendais compte que si je ressentais une pointe de jalousie à voir ma petite-amie accompagner un simple collègue, Pénélope n’avait du ne pas apprécier de me voir en compagnie d’une ex. Je n’avais vraiment pas réfléchi en acceptant l’invitation de Daya ! Pour moi, le passé s’était le passé… mais quand même. Je ne serais volontiers excusé auprès de ma jolie rouquine mais l’agitation soudaine d’Amber attira mon attention !
Le piment semblait considérablement fort et le verre avalé ne sembla avoir aucun effet. Le regard de la victime de Cinzia se posa sur cette dernière qui serait sûrement morte si cela avait été des mitraillettes. Histoire de ne pas passer pour le dernier des connards je m’adressais tout de même à Amber.


- Est-ce que ça va ? demandais-je simplement.


Bien sûr je n’eus aucune réponse car la jeune femme filait déjà en direction des toilettes. Je haussais les épaules et reportais mon attention sur Pénélope. Je ne saurais dire pourquoi mais j’avais eu l’impression que ses paroles à l’attention de Cinzia sonnaient faux et apparemment cette dernière fut vexée. Autant dire que ce n’était pas forcément une bonne chose ! La future femme de mon boss déclara que j’étais effectivement quelqu’un de bien tout en précisant que sa dette était lavée.
Je hochais la tête à l’affirmative mais je tenais à mettre les choses au clair concernant ce qui s’était passé pour Noël.


- C’est vrai Cinzia… Mais j’espère que tu sais que je n’ai jamais pensé une seule seconde que tu avais une dette envers moi.


D’ailleurs la preuve en était que je n’avais pas su qu’après que Cinzia était la fiancée de Manuel. Je l’avais appris quand il avait payé cette fameuse dette ! Je n’eus pas le temps d’ajouter quoique ce soit d’autre que la jeune femme s’éclipsait. Je lui adressais un rapide…


- A plus tard, amuse-toi bien. Puis je glissais ma main dans celle de Pénélope avant de me pencher vers elle. Je suis désolé, dis-je sincèrement à son oreille avant de la regarder dans les yeux. J’aurais du réfléchir avant d’accepter l’invitation… j’ai pas pensé au fait que ça pouvais être déplacé de venir avec...


Je m'étais sincèrement excusé mais je ne pus pas terminer ma phrase car je me mis à tousser. Pénélope aurait sûrement deviner la fin de toute façon...
Je priais alors pour que ce désagrément perturbateur ne soit pas une énorme quinte de toux. Visiblement ce n’était pas parti pour mais j’eus tout de même l’impression de me faire broyer le torse alors qu’un léger gout métallique se fit sentir dans ma bouche. C’est ce qui m’avait poussé à m’arrêter de fumer… si on ne comptait pas la clope que je m’allumais après le boulot.
Je me servais un verre d’eau et le vidais d’une traite.





Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 12 Mai - 21:48





Wedding
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS

Josef s’interrogeait sur la familiarité avec laquelle Jasper et elle se parlait, elle s’interrompit donc et se tourna vers lui en hochant la tête. Loin d’elle l’idée de balancer de but en blanc qu’il est son patient, premièrement parce que ce serait anti-professionnel au possible, mais aussi parce que ce n’était certainement pas à elle de le faire. « On s’est croisé il y a peu au Paddy. » Daya adressa à Jasper un sourire amical tandis que son ex petit-ami justifiait sa question par le fait qu’il soit un peu perdu, sans doute comme la plupart des gens ici, car du monde, il y en avait et pas forcément ceux qu’on avait envie de croiser à une fête aussi réjouissante que celle-là. La tension descend un peu à mesure que les langues se délient même s'il faut bien le dire l’ambiance à la table n’était pas tout à fait celle qu’elle aurait imaginée, enfin la soirée n’en était qu’a son commencement. Luciano s’approcha de leur table, provoquant les cris de la petite Merrin, elle avait de la voix pour une petite chose de cette taille. Daya lui adressa un sourire, elle ne le connaissait pas vraiment depuis longtemps, mais sa première opinion s’était vite effacée au profit d’un autre bien plus à son avantage dès lors qu’elle avait eu l’occasion de le côtoyer lors de son séjour chez la famille Canjura. Le marié décida soudainement de s’amuser de la situation plus qu’abracadabrantesque laissant l’assemblé se regarder les uns après les autres dans un silence détonnant. Daya s’en amusa intérieurement, elle savait pertinemment connaissant madame l’épouse de Luciano qu’il savait sans doute avec exactitude qui courrait après qui, on n'épousait pas la reine des commères sans intégrer une partie de ses babillages. « Luciano, je crois que ta charmante épouse va devoir te faire une petite session de rattrapage, t’es pas tout à fait au point sur les ragots ! » Finit-elle par lui répondre en lui adressant un clin d’œil. Après l’intervention de Josef , le marié s’éclipsa probablement alpaguer par un invité, il n’était pour autant pas très loin et elle ne doutait pas qu’il n’hésiterais pas à faire come back explosif au moment le plus inopportun.

Daniel se braqua relativement rapidement lorsque les insinuations concernant Amber se précisèrent, Daya assista amusé à l’échange des deux hommes sur le sujet, sa réaction ne laissait honnêtement que peu de doute quant à la nature de ses sentiments envers elle (sentiment étant peut-être un grand mot), Daniel n’était décidément pas le meilleur dans le domaine du mensonge, Amber quant à elle, c’est une autre histoire dans son genre, elle commençait à cumuler, entre le marié, son ex et Daniel, il semblerait que la jeune fille ait un historique de choix…Daya semblait comprendre un peu mieux les chuchotis et les rancunes qui semblaient tourner autour de sa patiente. Fort heureusement pour elle, la psychiatre était tenue par son travail, autrement, elle se serait fait un plaisir de lui dire deux mots au nom de Lyla.

Son prénom énoncé à voix haute, la sortie de ses pensées et elle braqua son regard sur son voisin et ancien (?) ami qui s’excusa auprès d’elle avant de lui tendre un sourire. En temps normal, elle aurait peut-être trouvé ca un peu léger, mais aujourd’hui était un jour de fête et il faisait tout de même très penaud avec son bras en écharpe, elle lui rendit donc son sourire et agita sa main comme pour chasser sa défense. « Ce n’est rien. ». Elle se rendit subitement compte lorsqu’il continua et lui proposa une danse pour se faire pardonner qu’il lui avait manqué, ils ne s’étaient pas vus depuis ce qui lui semblait une éternité, depuis qu’il avait fait s’effondrer comme un château de cartes, l’amitié qu’ils avaient commencé à construire, un jour comme ca…. « T’as pas intérêt de te défiler Mills. » Répondit-elle avec un sourire avant qu’il ne se lève pour aller s’isoler, parce que la soudaine clope sonnait un peu comme une excuse tout de même.

Les deux pompiers commencèrent ensuite à plaisanter, la réplique de Jasper tirant un rire franc à la jeune femme. Jasper saisit ensuite l’occasion de planter sa fille dans les bras de son ancien collègue pour aller leur chercher quelque rafraîchissement.

« Je vais tenter le coup quand même, je te laisse choisir ! » Répondit-elle avant qu’il ne tourne les talons, la laissant seule avec Josef.

L’instant bizarre de la soirée : round 1 Il fallait de toute façon y passer à un moment ou à un autre et histoire d’y aller franco, josef ne perdit pas un instant pour mentionner celui avec qui elle s’était présenté à cette petite soirée.

« Heu non, c’est juste un ami, enfin, on s’est fréquenté y a pas mal de temps, mais…juste ami quoi, on s’est dit que ce serait un bon moyen de passer un peu de temps ensemble, mais je crois qu’il a trouvé plus intéressant que moi ! » Un sourire amusé s’afficha sur ses lèvres tandis qu’elle jeta un regard à la table qu’il occupait en charmante compagnie. Elle tapotait du bout des doigts sur la table, elle avait perdu l’habitude de lui faire la conversation, ce qui avait été un jour particulièrement naturel, ne l’était plus vraiment. Le silence obligea de nouveau Josef prendre la parole ce qui détourna le regard de Daya d’Amber qui partait en courant en direction des toilettes ou lui semblait t-il elle avait vu Lyla s’engouffrer quelques minutes auparavant. Cet évènement peut-être aussi anodin qu’il pouvait paraître aiguisa sa curiosité et elle fut tentée de répondre à la positive à la proposition qu’il venait de lui faire, mais elle ne voulait pas non plus le laisser complètement seul à la table qui venait progressivement d’être désertée.

« Je crois que ta cavalière n’a pas l’air dans son assiette. » lui dit-elle en lui adressant un signe de tête en direction de la porte qu’elle s’apprêtait à franchir. « Je crois que l’amener ici n’était pas une idée particulièrement brillante, tu sais…je veux dire compte tenu du fait qu’elle a une histoire avec le marié…. »
 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 12 Mai - 21:58

the wedding
For this day, for this day will last forever and all of her friends will work together to make it the perfect day she's always dreamed. Our hopes and our pride. Our bride, our lovely bride. Δ corpse bride.

Je suis le pire père du monde entier, c’est officiel. J’ai lourdé ma fille aux mains de Josef pour aller…me bourrer la gueule aux frais du couple Gambino. A moins que ce ne soit leurs familles respectives qui se chargent des frais de mariage ? Peu m’importe. Je veux me détendre et je sais que je vais avoir besoin de quelque chose pour le faire.
Parce que si je me contente d’être moi-même, la version sobre de moi-même… Disons que ça ne va pas donner grand chose de positif. Pas en ce moment. Sauf que je ne peux pas me permettre de tirer la gueule au mariage d’une de mes plus chères amies, n’est-ce pas ? Pas alors que la plupart de mes anciens collègues sont présents et que je me suis promis de ne pas leur laisser voir à quel point ma vie craint depuis que j’ai quitté la caserne ?
Alors je dois serrer les dents. Enfin non, je vais les desserrer pour faire entrer suffisamment d’alcool dans mon gosier afin d’avoir l’air heureux et épanoui. La partie la plus coton va être de ne pas avaler le verre de trop. Celui qui me ferait basculer dans un état dépressif lamentable qui ruinerait mes plans…
Bien entendu, j’ai pleinement conscience que ce plan génial fait également de moi le pire ami de tous les temps. Je compte m’en mettre plein le foie en compagnie de Daniel qui lutte perpétuellement pour rester sobre. Mais avec un peu de chance, et beaucoup de champagne, je parviendrais sans doute à oublier ça aussi.
- Tant que t’oublies pas que t’as une fille. Connard, je me murmure à moi-même, en me faisant servir trois coupes de champagne.
Oh moins je n’oublie pas mes voisins de table… En parlant de voisin de table, je pense qu’une fois cette soirée terminée, je ne pourrai jamais plus me pointer au cabinet du Docteur Laghari. Mais tant pis. De toute façon, je comptais mettre un terme à ma thérapie. Elle ne m’a jamais vraiment servi à grand chose de toute manière. je ne sais même pas pourquoi j’ai cherché à prolonger tout ça. J’aurai dû lui souhaiter bon vent en quittant la caserne…

- Et alors, Monsieur Dolan, tu as essayé de me fuir tout à l’heure ? me lance Cinzia, me faisant sursauter et manquant de me faire renverser un peu du précieux liquide…
Elle précise sa pensée et je le sourire forcé que j’avais immédiatement fait apparaitre sur mes lèvres en la reconnaissant.  
- Elle est avec Miller. Josef, je précise, me demandant si elle le connaît. J’allais retourner près d’elle, je prenais juste quelques rafraichissement pour ma table, en parfait gentleman que je suis.
Tu parles…
- Et t’en fais pas pour tout à l’heure. Cette fille n’existe plus pour moi, je mens effrontément. Evidemment, ça ne prend pas avec Cinzia qui m’incite à lui en dire davantage. Je capitule assez vite (‘alcool déjà ingurgité aidant à me délier la langue) Cette connasse a fait un reportage sur ma vie après mon accident. Elle a dit que c’était un hommage mais c’était faux. Elle a juste voulu faire sensation, cette charogne… Elle a parlé de Jared et grillé ma putain d'identité auprès de tout New York.
Je déglutis péniblement et jette un œil à l’une des coupes. Si ça ne tenait qu’à moi, j’en avalerai une cul sec, histoire de faire passer mon amertume… Pas besoin de préciser à Cinzia qui est Jared. Elle était là le jour où j’ai reçu le coup de téléphone de la prison pour m’annoncer qu’il avait été poignardé en prison et réclamais ma présence. C’était il y a moins d’un mois et, si je ne lui ai pas raconté grand chose, je suis certain que Lyla se sera chargée de le faire…  
- Bref, c’est une connasse. Elle a fait tout ça sans mon autorisation, sans même me consulter et aurait pu ruiner toute ma putain de vie. Ceci dit, quand on y pense, ça n’aurait pas changé grand chose, quand on voit où en est ma vie aujourd’hui, je ricane, sarcastique, avant d’avaler cette interminable gorgée de champagne à laquelle j’aspirai plus tôt. C’est à cause de cette journaliste de mes deux que Lyla et moi nous sommes disputés et avons arrêtés de nous parler pendant un moment. Du coup ça me fait chier de la voir. Bref ! Alors, heureuse que Manuel et moi nous soyons croisés, j’enchaine très vite pour ne pas m’attarder sur le sujet Florence Fleury-Pouffiasse-Arnaud. Il m’a même pas broyé les doigts pendant notre poignée de main, c’est pas mal comme d’but, non ? je la taquine un peu, portant à nouveau ma coupe à mes lèvres.
A ce rythme, dans deux minutes, je l’aurai terminée. Pas grave, j’en ai deux autres qui n’attendent que moi. J’ai déjà oublié Daya et Josef. Je suis le pire type de l’univers.  


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageVen 13 Mai - 15:30





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS


Qu'est ce qui allait se passer maintenant ? Je n'en savais trop rien à vrai dire, j'étais avec Gethin, nous étions en train de boire tranquillement un verre. Je ne savais pas si je devais faire quelques choses en particulier, pour aider, ou simplement profiter de ces moments là. Je voyais qu'il y avait des rires d'un côté et des visages plus fermés. Je ne pus pas m'empêcher de jeter un oeil à Jasper qui me détestait toujours autant, mais disons que je l'avais un peu chercher quand même, n'est ce pas ? Oui, j'aurais pu lui demander son avis avant de faire ce reportage, mais cela n'avait pas d'importance. Il pouvait penser ce qu'il voulait, moi je ne lui en voulait pas, surtout que concrètement, cela n'avait pas changer sa vie, n'est ce pas ? Non, pas vraiment, du moins, c'est ce que j'avais cru comprendre. Je n'aurais jamais pu deviner la suite des événements pour lui. Mais je détournais déjà le regard de sa personne, je soupirais. Je n'aimais pas tellement les mariages, parce que tout simplement, je trouve ça stupide de se passer la bague au doigt et de se dire oui pour la vie, ce n'est tellement pas ma vision des choses, tellement pas. Ou alors si jamais je me mariais, il faudrait m'autoriser à aller voir ailleurs, je ne sais pas trop. Je crois que je ne préfère pas savoir à vrai dire. Lyla m'avait dit qu'elle me présenterait du monde, j'attendais de voir, elle était occupée ailleurs pour le moment. Bref, pour le moment, je ne servais pas à grand chose, mais c'est comme ça. Mon moment dans ce mariage viendra, j'en suis sûre.
 




by SerialWords.







_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 13 Mai - 15:44





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




Je faisais donc la rencontre de la fameuse Cinzia. Elle était vraiment magnifique en tout cas, mais je crois qu'elle n'a pas tellement appréciée la remarque que j'avais pu faire alors que je voulais seulement me montrer la plus sympathique possible avec elle. Une poignée de main s'en était suivie, pas ce qu'il y a de plus amical, mais ce n'était pas bien grave pour ma part, j'avais vu pire en quelques sortes. Elle nous faussa alors compagnie alors que Amber semblait ne pas être au mieux. Il me semblait que ce nom me disait quelques choses, nous nous étions plus ou moins croisées à la caserne si je ne m'abuse mais je ne la connaissais pas vraiment en vérité, elle n'était qu'une vague connaissance. Bref, même s'il y avait du monde à ce mariage, je me retrouvais presque en tête à tête avec Benjamin. Cela ne me déplaisait pas vraiment, mais j'avais encore un peu de mal avec le fait qu'il soit venu ici avec une de ces ex petite amie. Mais je n'arrive pas à vraiment lui en vouloir. Parfois, il est comme ça, il dit oui pour faire plaisir, sans se rendre compte qu'il est en train de se mettre dans le pétrin le plus total. Mais c'est comme ça, n'est ce pas ? Il s'était donc tourné vers moi pour s'excuser, mais il se mit à tousser, et cela ne me plaisait pas trop. Il but donc un verre d'eau pour estomper cela.

" T'es sûr que ça va ? Tu te soigne pour cette toux ? Non, parce qu'elle a l'air quand même profonde ... "

Je n'étais pas médecin, non, mais je connaissais ce genre de choses et cela avait l'air plus que sérieux. Un peu trop même pour un moment comme celui-ci.



 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageSam 14 Mai - 20:34





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS



Tout le monde sera d’accord sur au moins une chose : les Gambino savent recevoir et les Canjura sont des gens charmants avec un goût prononcé pour la fête. Tout le monde a bien mangé, bien bu également. L’heure à la fête et les mariés ouvrent le bal sur une chanson italienne qui parle d’amour et de beau sentiment. Là encore, les invités s’accordent à penser qu’ils sont touchants, presque émouvants, bien qu’ils ne soient pas mécontents que s’achève cet instant de romantisme. Tandis que des concours de bière s’organisent autour du bar, que certaines femmes s’extasient devant quelques beaux mâles, certains ont les pieds qui les démangent et heureusement, le coup d’envoi est donné. Après un tour de piste dans les bras de son père et de son mari, la piste s’ouvre à tous et toutes. Les premiers sur la piste : Manuel et Cinzia. Il y a des gens, comme ça, qui sont incapables de résister à l’appel de la musique. Tant mieux. Ça préserve l’ambiance alors que Joseph se fait harceler par une beauté caliente pour qu’il l’invite à danser, que Daya cherche désespérément après un Benjamin qu’elle regrette d’avoir si lâchement abandonné, que Daniel lutte pour ne pas succomber à l’appel de l’alcool et que Jasper, un verre à la main, mais sur la piste de danse, réfléchit sérieusement à la possibilité de se déshabiller, là, pour montrer à tous la couleur de son string à paillettes.


Les règles

    • Pas de tour par tour.• Veiller à rester cohérent face à la situation !• Faites également attention à bien prendre en compte les actions des autres (ainsi que les paroles bien entendu) et de jouer le jeu.• Amusez-vous.

 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 14 Mai - 23:49

the wedding
For this day, for this day will last forever and all of her friends will work together to make it the perfect day she's always dreamed. Our hopes and our pride. Our bride, our lovely bride. Δ corpse bride.

Cinzia et moi échangeons un petit moment près du bar. Elle tente de me faire revenir sur le sujet de Florence, mais j’estime en avoir fait le tour. Je n’ai absolument aucune envie de me gâcher la soirée en évoquant ma mésaventure avec la journaliste. Elle n’est pas franchement ravie mais tant pis. De toute façon, nous sommes rapidement interrompu par sa mère qui l’appelle. Elle a visiblement l’air pressée et je ne propose donc pas à la jeune femme de nous présenter tout de suite. J’aurai certainement d’autres occasions dans la soirée de tout manière. Ceci dit, je ne suis pas sûr que l’idée soit vraiment excellente, vu que je viens de terminer ma…quatrième ? cinquième ? coupe de champagne.
De nouveau seul, je me fais resservir et retourne à table rejoindre Daya et Josef à qui j’avais promis un verre. Je dépose les trois coupes sur la table, attrape ma fille et la fait tournoyer dans les airs pour son plus grand plaisir, avant de danser sur une musique qui ne s’élève que dans ma tête. Je propose aux deux autres de porter un toast aux mariés et fais disparaître son contenu rapidement. Le temps que ce soit fait, Daniel est de retour et notre tablée commence à parler de tout et de rien dans une ambiance d’abord un peu tendue et puis de plus en plus détendue.
A moins que je sois le seul à l’être. Détendu j’entends.

Près de deux heures plus tard, nous nous en sommes mis plein la panse. Enfin j’ai avalé tout ce qui ne contenait pas de viande (c’est à dire pas grand chose) et me suis rattrapé en ingurgitant quantité de vin blanc pour remplir mon estomac. Merrin, elle, s’est contentée d’un biberon de lait à température ambiante, avant de s’endormir dans les bras de Daniel. Il a jugé plus prudent de la prendre. Je n’ai pas cherché à lui demander pourquoi parce que je connais déjà la réponse : parce qu’il est sobre et moi pas. Et même s’il a une épaule littéralement flinguée, il est convaincu que c’est plus prudent et je le crois sur parole. Nous allons chercher Cinzia pour qu’elle nous indique où déposer la petite afin que ma fille puisse dormir dans un environnement plus calme. Elle nous guide avec Daniel jusqu’à l’intérieur où nous faisons la connaissance d’une des babysitters engagée pour garder toute la marmaille durant l’événement. Je lui donne un maximum d’information, lui laisse mon numéro de portable et, après avoir embrassé ma fille sur le bout de on adorable petit nez, je la laisse derrière moi.
- Tu crois que ça va aller ? Si elle se réveille dans un endroit qu’elle connaît pas elle va paniquer… Peut-être que j’devrais pas la laisser là. P’t-être que je devrai retourner la prendre. Je vais la chercher.
Je retourne donc sur mes pas, avant que Daniel ait pu me rattraper et récupère ma fille. Je demande s’ils ont une poussette à me prêter et la babysitter me fournit gentiment le matériel nécessaire. Daniel et moi retournons donc vers le reste des convives, au moment où la piste de danse s’éclaire.
Lyla et son père ouvrent le bal et je les regarde s’agiter, un sourire niais aux lèvres. Evidemment, je me projette dans un avenir flou et très lointain, en train de faire danser Merrin sur une piste similaire, sous l’œil ému de ses convives… Et puis Luciano prend le relai et récupère la main de son épouse. Je les observe, mon pied s’agitant malgré moi, au rythme de la musique.
- Tu danses avec moi ou tu gardes Merrin ? je demande à Daniel, taquin.
Il choisit une fois encore de rester auprès de ma beauté, et pour ma part, je me dirige vers la piste, attirer comme un insecte par une lumière artificielle dans la nuit. J’harponne un serveur au passage pour récupérer un énième verre (un délicieux digestif) avant de m’approcher du couple de mariés.

C’est un choix audacieux, mais avec tout l’alcool que j’ai avalé, je dois être devenu le type le plus audacieux de la soirée ! Je viens donc à la rencontre des amoureux et, sans gêne, me permets de les interrompre en leur servant mon plus beau sourire.
- Je peux ? je questionne Luciano une fois qu’ils m’ont remarqués et se sont immobilisés, désignant Lyla.  
Lorsqu’il accepte de me confier ce qui est aujourd’hui son bien le plus précieux, je lui donne mon verre en échange. Lui adressant un signe de tête en guise de remerciement, j’attrape la main de la mariée et la fait danser pendant que Lucky s’éloigne.
- Dis donc, tu m’avais pas dit qu’il était dans le commerce ? Parce que si c’est le cas, va falloir que tu te retrouves vite un job ma belle pour payer vos factures ! Il vient de te troquer contre un simple verre… Faudra le lui faire payer ce soir, je plaisante, avant de la faire tourner sur elle-même. C’est moi où il fait chaud ? Il fait chaud hein ?
Me moquant un peu de sa réponse, je la relâche une seconde pour me débarrasser de ma veste que je laisse négligemment tomber au sol, au moment où la chanson suivante démarre, sur un air bien plus entrainant que le précédent. Peu m’importe. Je rattrape la main de Lyla et nous reprenons là où nous en étions.
- T'es trop belle, je lui glisse pendant que nous nous déhanchons.  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 16 Mai - 14:05





El Mariage de la Muerte

Bien sûr, il fallait qu'elle tombe sur Lyla. Tout d'abord, elle ne lui prête pas attention, s'occupant simplement de sa bouche qui brûle intensément. Pas un millimètre carré ne lui fait pas mal, elle ne sent même plus sa langue.  « Ça ne va pas ? »  Non. Ça ne va pas. Elle relève la tête, se regarde dans le miroir et voit sa bouche enflée, plus rouge que le rouge à lèvres qu'elle avait pu mettre avant d'arriver. Elle secoue la tête et s'appuie sur le rebord de la paillasse. « Pas trop, non. » Elle grimace. Sa voix n'est pas déformée, mais elle a un peu de mal à articuler correctement. C'est comme si tous les nerfs de ses lèvres, de ses joues, de sa langue avaient cessé de fonctionner. Elle se sent anesthésiée. « T’as l’air de faire une crise de quelque chose, t’es allergique aux crevettes ou ? Non parce qu’on a une panoplie de secouristes qui pourront t’aider ici ! » Elle hausse un sourcil et ne peut s'empêcher de sourire. « Non, non. Quelque chose dans ou sur mon verre qui a provoqué ça. Comme du piment, ou je sais pas. » Elle fait bouger ses lèvres comme pour essayer de récupérer le contrôle et les sensations totales de sa bouche. C'est ça, comme après une anesthésie. Désagréable sentiment. Elle s'essuie la bouche du revers de sa main valide. « Ça aurait été drôle de te voir comme ElephantMan sur mes photos de mariage ça m’aurait fait un souvenir marrant à raconter à mes gosses ! »  La mariée ricane, mais pas Amber, elle soupire cependant. « Je ne te ferai pas ce plaisir, Lyla. J'ai déjà l'étiquette Ironman, on va pas en rajouter, hein ! » Elle sourit un peu finalement et se regarde à nouveau dans le miroir. Au moins, ses lèvres ont l'air plus charnues, plus rouges. Douloureuses, certes, mais, faut souffrir pour être belle. « Je peux faire quelque chose ? »
Elle inspire et regarde Lyla. « A moins que tu aies quelque chose qui aide à réduire l'inflammation, je ne vois pas trop… Mais merci de proposer.. » Elle lui sourit, vaguement. « Je suis désolée, Lyla. Je sais bien que je n'aurais pas dû venir. Après tout, tu m'avais désinvitée. Faut croire que je mérite ce qui vient de m'arriver. Ça doit être le karma. » Elle lui fait un clin d’œil. Elle sait que ce n'est en rien l’œuvre du destin ou de n'importe quelle autre forme de mysticisme, ce doit être celle de Cinzia, après tout, celle-ci ne l'a jamais vraiment portée dans son cœur et elle sait la proximité entre la mariée et son ex-belle-sœur. C'était de bonne guerre, au final. Elle soupire et s'essuie les mains, se tournant vers la porte. Avant de repartir manger un bout, elle adresse à nouveau la parole à Lyla. « En tout cas, je te souhaite tout le bonheur du monde avec Luciano. Je ne l'ai jamais vu aussi heureux, je suis contente que vous vous soyez trouvés. » Elle lui sourit et s'éclipse pour rejoindre à nouveau Miguel, Benjamin et Pénélope à table, afin de continuer à manger. Le latino s'enquit de son état, sur quoi elle le rassure en lui disant, suffisamment fort pour que Benjamin entende également ses mots, que ça finira par passer. Elle sourit au couple.

Le repas ayant bien avancé, vint alors le temps des réjouissances : autrement dit, danser. Miguel l'invite à le rejoindre sur la piste et elle le suit, cherchant tout de même Josef des yeux ou même Daniel. Au début, elle ne les voit pas, se laissant embarquer par le beau brun, finalement, quand il se tait, il est quand même bien plus intéressant. A moins que ce soient les quelques verres alcoolisés (sans piment) qu'elle s'est enfilé qui la fasse penser ça... Puis, au bout de quelques pas, elle aperçoit finalement son cavalier initial, le beau pompier au doux sourire… qui se trouve en compagnie d'une femme belle et sulfureuse, comme seule une latina peut être. Elle fronce les sourcils et s'excuse auprès de Miguel, qu'elle plante au milieu de la piste pour s'avancer vers son ami. Jalouse ? Noooon. Mais c'est juste hors de question de ne pas tenter sa chance. Elle l'a déjà laissé aux mains d'une autre pendant la soirée de la St-Valentin et tout le monde sait comment ça s'est terminé. Elle n'avait même pas eu l'occasion de l'inviter à danser à ce moment, alors, ce soir, elle sauterait le pas. Elle arrive à sa hauteur et sourit à la jeune femme. « Désolée, je vous l'emprunte. » Elle tend la main vers Josef, un grand sourire alcoolisé aux lèvres. « Tu inviterais ta cavalière à aller danser, quand même, Jo' ? »





by SerialWords.








Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageLun 16 Mai - 14:17





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




Il aurait aimé attraper la main de sa fiancée pour l’entraîner sur la piste mais papa Gambino semble déjà sur le coup et il ne peut refuser à un père quelques danses avec sa fille unique. Il les regarde s’éloigner, la mort dans l’âme et finit pet observer l’assemblée, se disant qu’il n’avait jamais vu une faune aussi diverse et étrange à la fois. Clancy est toujours là, apparemment éméché alors que Benjamin semble bien profiter de la soirée. Il passe d’invité en invité, essayant de s’assurer que personne ne viendra gâcher la fête de son meilleur ami, sous aucun prétexte, sous peine de se manger la raclée de sa vie. Il finit par retomber sur Daniel, prostré dans un coin et visiblement en pleine lutte interne, il avait vaguement entendu parler de tous ses problèmes, c’était sa spécialité, de se renseigner sur tout et sur tout le monde, principalement sur les gens envers lesquels il contractait des dettes, on ne savait jamais. Il finit par se lever pour profiter de la place qu’il y avait de libre près du secouriste. « Ca ne va pas, Daniel ? » demanda-t-il en ayant l’air le plus innocent du monde. « Tu t’ennuies ou bien tous ces couples qui se forment te collent la gerbe ? J’ai bien vu comment tu regardais la brunette avec sa main bionique ! Je ne crois pas qu’il se passe quelque chose avec son cavalier, tu devrais tenter ta chance ! » Il lui donna un petit coup de coude en souriant et en lui offrant un haussement de sourcils de toute beauté. « Si j’ai un conseil à te donner, c’est que quand y a une femme qui te plaît, faut pas trop étudier le terrain et les possibilités, sinon y en a toujours un plus rapide qui te vole tout ce que tu aurais aimé avoir ! » Avec la musique, il était certain que seul son voisin l’entendait, il n’était pas question de le mettre mal à l’aise, seulement de faire la conversation et de tenter de l’aider. « Tu n’es jamais venu me voir, pour discuter de la façon dont je pourrais payer ma dette envers toi, ma porte est toujours ouverte, tu sais… » crut-il bon de lui rappeler.



 




by SerialWords.







_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageLun 16 Mai - 15:08





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




« Mange de la mie de pain et bois du lait si c’est du piment, il y en a à la table des enfants ! » lui répliquai-je avec sérieux, j’avais promis d’être une hôte agréable et respectueuse, même s’il fallait bien admettre que ça me coûtait avec elle. « En effet, tu n’aurais jamais dû venir. Je t’avoue que je ne sais pas ce que je t’ai fait de si grave pour que tu me manques de respect à ce point, Amber… Mais de toute façon, ce qui est fait est fait ! J’espère que tu t’amuseras quand même ! » Personne ne m’avait pour autant demandé de mentir, si ? Je profitai de son absence pour me remettre un peu de mes émotions et essuyer mes yeux. Je retournai enfiler une autre robe pour le reste du repas et être plus à l’aise pour danser alors que mon mari me cherchait partout depuis dix bonnes minutes pour me présenter un de ses oncles, un homme charmant et avec un humour qui manqua de me tuer. Il semblait surpris, comme tous les autres qui me voyaient rire, habituellement, il était le seul à rire à ses blagues. Je m’étais fait un allié à vie ! Je mangeai comme quatre dès que j’eus l’occasion de m’asseoir pour profiter du menu, refusant de louper ça, me disant que nous pourrions toujours passer voir les invités plus tard, il fallait que je mange et Luciano dut lire la détresse dans mes yeux puisqu’il céda. Ouvrir le bal fut sans doute le moment le plus facile de cette journée, mon père était ému, je pouvais le sentir à ses yeux embués de larmes et à ses mains tremblantes. Il m’embrassa sur le front avant de me confier à mon cher et tendre à qui je glissai quelques compliments à l’oreille pour finalement déposer un baiser sur sa joue. Je profitai du fait qu’il était dans de bonnes dispositions pour qu’il me fasse danser encore jusqu’à ce que Jasper nous interrompe et ne demande à le remplacer. Je crus que ça allait partir en vrille mais il accepta, voyant sa mère qui approchait pour prendre ma place. « Et bien, Jasper, on dirait que tu n’as plus peur de mourir ! » lançai-je avec humour alors qu’une chanson plus enjouée remplaçait la précédente. J’éclatai de rire à sa remarque. « C’était du super alcool, ça devait en valoir la peine ! » Je ricanai avant de le laisser mener la danse jusqu’à ce qu’il me lâche pour laisser tomber sa veste. « Non mais je fais cet effet là à tout le monde ! Ne sois pas gêné ! » le taquinai-je, hilare. Son attitude me tuait et je connaissais le Jasper ivre mort, je sentais que ça n’allait pas tarder à devenir très très drôle. Dès qu’il me lâcha les mains pour danser dans la foule d’invités, tentant des mouvements improbables, m’obligeant à suivre parce que ça m’amusait, j’eus un mal fou à danser sans m’arrêter pour rire. « T’es pas mal non plus, Rasper ! Alors, t’as trouvé une proie à ramener chez toi ce soir ou bien tu as prévu de câliner la cuvette des toilettes toute la nuit ? » m’enquis en m’approchant un peu pour qu’il m’entende alors qu’une salsa débutait et que je me saisissais de sa main pour mettre son endurance à dure épreuve. « Allez Dolan, fais-moi rêver, montre-moi comment tu danses la salsa ! Avec un peu de chance, tu vas te dégoter une dizaine de cavalières à la suite ! »



 




by SerialWords.







_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 16 Mai - 18:58

Venez picoler et bouffer gratis
The Wedding


Quelques mots encore changés avec Manuel et voilà que nous retournons vers nos tables respectives puisque le dîner va être servi et quel dîner ! J'ai beau encore manquer d'appétit, je ne me prive pas et me régale ce qui se fait tellement rare que c'est à noter d'une croix sur le calendrier. L'ambiance est plutôt bonne et finalement, les conversations fusent, on échange même des rires à notre tablée. Au moins, ça a le mérite de vraiment me changer les idées. Je vois bien que Jasper enchaîne les verres d'alcool mais sur le moment, je ne m'en inquiète pas plus que cela : après tout, c'est la fête et quand on fait la fête on boit, ça n'a rien d'anormal. Il ne faut que je voie le mal partout juste parce que moi je suis alcoolique. Bientôt, le repas se termine et je m'occupe de Merrin puisque mon ami est trop imbibé d'alcool pour le faire. Je ne lui demande pas son avis d'ailleurs, je garde la petite dans mes bras après son biberon. Finalement j'accompagne Jasper pour aller déposer Merrin auprès de la personne qui s'occupe de garder tous les enfants pour le reste de la soirée sauf que voilà, mon ami change finalement d'avis, refusant de laisser Merrin, une réaction pour laquelle je ne lui jette pas la pierre parce que dans mon souvenir, j'étais pareil avec Jessica et Jason. La pensée m'arrache un petit sourire et un pincement au cœur : encore et toujours. Nous nous retrouvons donc de nouveau à notre table avec Merrin qui dort dans sa poussette et je propose à Jasper de m'en occuper. Danser ? Je n'ai pas envie. Pas pour le moment. Lui, par contre, semble avoir envie de s'amuser alors autant qu'il y aille et c'est ce qu'il fait.

Et moi ? Moi, je reste auprès de la petite et veille sur elle, cela me convient très bien.

De là où je suis tranquillement installé, j'observe les uns et les autres danser, discuter, se rapprocher, j'aperçois Amber qui va interrompre Josef d'un pas décidé : elle a l'air de tenir à danser avec lui. J'esquisse un petit sourire : ils sont mignons ensemble. J'ai beau, intérieurement, crever de jalousie, ils sont mignons. J'avale mon énième verre d'eau et jette en regard en coin à la bouteille de champagne posée sur la table qui n'attend que d'être terminée. L'envie est là et je ne sais franchement pas comment ne fais pour résister. C'est dur mais je résiste. Cela doit vouloir dire que je fais des progrès. Je suis soudainement sorti de mes pensées quand Manuel vient me rejoindre. Je lui adresse un sourire.

« Si, si, ça va ! » je lui assure.

Je ne pète pas la forme comme bon nombre de personnes ici mais ça va oui : y'a du mieux.

« Je ne m'ennuie pas, je garde Merrin et ça me va très bien. »

Ceci dit, il met quand même la main sur un truc : tous les couples qui se forment et moi qui reste en retrait, assis ici. Oui, bon, c'est sûr que ça fout un peu le bourdon surtout que la personne avec laquelle j'aimerais bien être, ce dont je ne m'aperçois que là en plus, je ne m'en approcherai pas. Pourtant, Manuel ne manque pas de parler d'elle justement. Cette fois, contrairement à tout à l'heure, je suis plus calme, moins sur la défensive, du coup, je suis parfaitement capable de lui sourire le plus naturellement du monde quand il me donne un coup de coude.

« Non mais elle ne m'attire pas de cette façon Amber. Nous sommes très amis, c'est tout. Et je crois bien qu'elle va tenter sa chance avec Josef. » je lui dis en les désignant d'un geste du menton. « Elle applique tes conseils même si tu les lui a pas donnés. » j'ajoute avec un petit clin d'oeil.

La conversation prend soudain une toute autre tournure. Il parle de la dette qu'il a à mon égard et je secoue doucement la tête.

« Je suis jamais venu parce que j'avais besoin de rien mais merci. C'est chouette de savoir que je peux compter sur toi si besoin. Vraiment. »

Sur le moment, rien ne me vient mais qui sait ? Un jour peut-être.

« Bon, dis-moi, tu ne connaîtrais pas une jeune femme célibataire qui serait capable de supporter ma compagnie pour la soirée ? » je lui demande finalement, redonnant une tournure plus légère à la conversation en lui adressant un nouveau sourire. « Une pas imbibée d'alcool si possible. » j'ajoute à voix plus basse avec un sourire plus crispé. Vouloir éventuellement terminer la soirée avec une jolie jeune femme est plutôt un bon plan, non ? Parce que tant qu'à me changer les idées et à profiter de cette soirée, autant le faire à fond.




(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageLun 16 Mai - 19:19





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS


Il n'y a pas à dire, mais je savais bien que j'allais bien mangé ce soir, par contre, je crois que j'ai bu un peu trop malheureusement, ou heureusement, selon les points de vue d'ailleurs. Je ne sais pas trop quoi en penser, mais je me sens bien à l'aise, un peu trop sans doute. Je n'ai cependant pas fait de tâches sur ma belle robe, et c'est tant mieux. Je ressemble toujours à une belle demoiselle d'honneur, même si la belle a un coup dans le nez. Combien j'ai bu de verres ? Pas énormément pourtant, deux ou trois apéros et trois ou quatre verres durant le repas. Avec ce que j'ai mangé, cela a du être épongé, non ? Non, pas vraiment. En tout cas, l'ouverture du bal est classe, j'approuve. J'aimerais bien me dire que je pourrais prendre la main d'un petit jeune homme pour danser sur cette piste, mais je n'ai personne, ou presque. Je pense alors aux hommes que je connais ici. Je ne me vois pas danser avec Gethin, il est trop bisounours pour ça, du coup, je réfléchis, du moins, mes neurones tentent de se joindre avec eux-même et je pense à Dolan. Non ? Pas lui, ce serait bizarre ... Quoique, ça pourrait avoir de la gueule, surtout s'il a un peu bu comme moi, peut être qu'il sera assez à l'aise ? Je ne sais pas, je vais voir si je le vois déjà. Ah bah, il est sur la piste de danse, il vient d'éjecter Luciano, autrement dit, il est cuit à point pour que je tente ma chance. Je suis sûre que la blondasse voudra bien de moi. En même temps, tout le monde voudrait de moi, je suis tellement désirable dans cette robe, n'est ce pas ? Bah ouais, je suis trop canon, un vrai boulet, il ne reste plus qu'à trouver le vrai canon pour tirer le boulet à sa juste valeur. Comment ça, l'image est moche et peu appropriée pour un mariage ? Je m'en fous, je veux juste m'amuser, un peu, juste ce qu'il faut. Ok d'accord, je veux trop en profiter, alors je me lance. Je réussis à me lever de ma chaise. Le sol tourne un peu, rien de grave cependant, j'ai un peu peur alors je prends un verre qui se baladait dans le vide comme ça, je le prends au vol et je le vide d'une traite. En fait, il était sur le plateau d'un serveur, mais il doit être aussi rapide que Flash, je l'ai même pas vu, j'ai juste vu le verre. Je sais pas ce qu'il y avait dedans mais c'était bon. Je tente de poser le verre sur la table et je réussis. Je ne suis pas si pompette que ça voyez-vous, j'arrive encore à poser une flûte de champagne sur la table, sans la briser. Je devrais peut être faire un article dans le journal pour le signaler. J'arrivais donc à hauteur de Jasper et Lyla. Il vient de faire tomber sa veste, et une salsa commence alors que Lyla semble ivre morte, eux non, pas ivre morte, ivre de rire, enfin, elle se fout bien de la gueule de Jasper qui n'y capte rien. J'arrive donc au moment où elle lui demande s'il a une proie en vue. Je suis juste là derrière, je me déhanche déjà comme une folle dans cette superbe robe, merci Lyla encore pour celle-ci et je me rapproche du duo.

" Salsa, c'est bien ça, c'est épicé ! Tu crois que je peux la faire avec Jasper. Hein, Jasper, on se fait une salsa endiablée ? T'as pas chaud avec tout ces vêtements là ? T'as quoi, une chemise encore, une cravate ? T'as une cravate d'ailleurs ? C'est un papillon peut être ? Enfin, enlève ce que tu as autour du cou, ça pourrait te donner un coup de moi, euh un coup de mou. Excuse Lyla, mais euh ... "

Et je m'étale par terre glissant sur la veste de Jasper, ma tête frappant l'entrejambe de ce dernier, et ça me fait rire.

" Putain, mais c'est que tu en as une dure à moins que ma tête ne soit tombée sur le sol. "

Bon d'accord, mon plan séduction se compliquait, mais c'est pas grave, je suis persévérante, un peu trop. Du coup, je me relevais en titubant un peu, je n'avais pas prévue une attaque sauvage de veste au sol comme ça, c'est violent ces trucs là quand même.
 




by SerialWords.







_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 16 Mai - 20:34

the wedding
For this day, for this day will last forever and all of her friends will work together to make it the perfect day she's always dreamed. Our hopes and our pride. Our bride, our lovely bride. Δ corpse bride.

J’aimerai que ce moment dure le plus longtemps possible. Pas simplement parce que danser en compagnie de mon ancienne ravissante collègue me plait, mais surtout parce que, pour la première fois depuis une éternité, j’ai l’impression d’être vraiment à mon aise, vraiment heureux. Lyla et moi nous sommes toujours relativement bien entendus et notre dispute après l’été dernier m’avait profondément meurtri. Plus que je ne l’avouerai jamais à la jeune femme. Être avec elle, retrouver notre complicité d’antan me fait un bien fou… Bon, et l’alcool aide aussi pas mal à me faire planer.
Je sais en tout cas que je dois en profiter parce qu’à partir de demain, les choses vont sans aucun doute changer, et pas pour le mieux. Elle va devoir gérer sa vie de famille et moi… Moi je vais vouloir éviter que la merde dans laquelle mon frère m’a mis ne l’éclabousse. Il va sans doute falloir que je prenne mes distances avec Lyla et avec quelques autres personnes…
Mais ce n’est pas le moment de penser à ça. Pour le moment, je me marre bien et ma cavalière semble également de très bonne humeur. Il faut dire qu’elle a de quoi se réjouir ce soir : son mariage est une très belle réussite et elle est divine.    
- Alors, t’as trouvé une proie à ramener chez toi ce soir ou bien tu as prévu de câliner la cuvette des toilettes toute la nuit ? me questionne-t-elle alors que je fais exprès d’exécuter une série de mouvements complètement loufoques et aléatoires pour continuer de provoquer son hilarité.
J’hausse une épaule, n’ayant pas tellement envie d’aborder ce sujet. La vérité c’est que je n’ai aucune envie de fréquenter la moindre femme et que draguer n’a jamais été mon truc. Avant que Rose n’entre dans ma vie et que June y revienne, disons que je m’attaquais à des filles faciles et la plupart du temps un peu ivres que je rencontrais dans des boites de nuit ou des bars. Elles n’étaient jamais très jolies et n’opposaient donc jamais trop de résistance. Elles affichaient la couleur et je ne me perdais pas en longs discours. Je leur offrais juste un verre, nous échangions deux ou trois mots, et puis je leur proposais de passer chez moi.
Je pourrai reproduire ce schéma ici ce soir, mais je n’ai pas envie de prendre le risque de troncher une cousine de Lyla et de me retrouver à devoir l’épouser. Et puis j’ai Merrin.

La mariée enchaine de toute manière, m’incitant à l’accompagner pour une salsa. Ce n’est pas ma spécialité mais je connais els bases et ça devrait le faire. Mais alors que nous entamons quelques pas : Florence sort de nul part et vient se mêler à notre conversation. Je ne l’écoute même pas vraiment. Sa voix de crécelle m’agresse les oreilles et je trouve qu’elle parle trop. De toute façon, m’adresser plus de trois mots revient forcément à parler trop puisque je ne veux rien avoir à faire avec cette saleté de garce.
- Ne sois donc pas si dur, me glisse tout à coup la voix réprobatrice de June.
- J’fais c’que j’veux, je proteste mentalement, alors que la journaliste continue de déblatérer à propos de mon noeud papillon…
- Tu portes des lunettes d’habi…
Mais je n’ai jamais l’occasion de terminer ma phrase. La jeune femme perd tout à coup l’équilibre et tombe sur moi. Mes bijoux de famille me remontent dans la gorge et je suis pris de nausées. D’ailleurs, je dois serrer les dents et ravaler ce qui menace de sortir, alors que mes deux mains se retrouvent sur mon entrejambe, devant tous les invités.
Devant la famille de Lyla. L’ancienne et la nouvelle. Génial.
- Dis donc, ça d’vient une habitude pour toi d’ruiner ma réputation hein, j’articule entre mes dents alors qu’elle vient de se relever. Et d’me casser les couilles aussi, tant qu’on y est. La vache… Faut qu'j'aille m'asseoir.  


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 17 Mai - 11:11





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




- Heu non, c’est juste un ami, enfin, on s’est fréquenté y a pas mal de temps, mais…juste ami quoi, on s’est dit que ce serait un bon moyen de passer un peu de temps ensemble, mais je crois qu’il a trouvé plus intéressant que moi !

Fréquenté ?
Putain, s’il n’avait pas eu la gamine dans les bras, ils lui seraient tombés le long du corps de surprise. Depuis quand Benjamin se tape son ex ? Il a du mal à démêler toutes ses émotions, du mal à savoir s’il est en colère, surprit, agacé ou s’il s’en fout.

Il se concentre sur autre chose, sur Daya plus précisément et essaie de lui faire la conversation comme avant. Chose qui a du mal à revenir à cause de multiples détails. Disons que ce mariage n’est peut-être pas le moment rêver pour rétablir les bonnes vieilles habitudes, pas quand il y a un milliard d’info qui lui tombe sur le nez comme des pavés.

- Je crois que ta cavalière n’a pas l’air dans son assiette.
- Hum ?

Il lève le regarde vers Amber et constate effectivement que la jeune femme se rue en courant vers les toilettes mais sans réussir à savoir si elle fuit quelque chose ou si elle s’empresse de rejoindre quelqu’un. Inquiet, il fronce les sourcils. Peut-être qu’il devrait aller voir non ?

- Je crois que l’amener ici n’était pas une idée particulièrement brillante, tu sais…je veux dire compte tenu du fait qu’elle a une histoire avec le marié…
- Quelle histoire ? Il tient toujours Merrin dans ses bras, secouant une jambe comme pour la bercer ou l’amuser. Elle est sortie avec Luciano ?

Pur réflexe, il tourne son regard vers le concerné en fronçant les sourcils.
Amber et lui ? Sans déconner ?
Il prend d’un seul coup conscience de toute sa boulette… Le petit manège de Lyla prend tout son sens, tout comme les allusions de Luciano.

- Merde… J’étais pas au courant. Elle m’a rien dit. Il affiche une grimace avant de reporter son regard vers Daya. J’ai combien de chance de survie d’après toi ? Pas sûr que Lyla me laisse repartir entier après ça.

Il esquisse un sourire même si dans le fond, il se sent foutrement mal et qu’il ira présenter ses excuses un peu plus tard dans la soirée. Il se sent pour le moment un peu à l’ouest, un peu paumé parmi tout ce monde mais il le fera en temps et en heure.
Josef glisse un œil vers Jasper qui se trouve près du bar, bien décidé à s’enfiler le plus de coupe de champagne possible…

- A ton avis, au bout de combien de verre il va se souvenir qu’il devait nous ramener du champagne ? Il regarde la bouille de Merrin qui est déjà entrain de jouer avec un bouchon en liège, le faisant rebondir allégrement sur la table. Je ne lui donne pas dix verres avant qu’il ne nous montre son fameux string à paillette qui nous provoquera sûrement à tous une crise d’épilepsie. Aussi bien pour les couleurs bariolées que pour la vue imprenable sur son derrière blanc comme neige.

Comment il sait ça ?
Il esquisse un sourire amusé avant de reprendre.

- Les douches entre pompiers donnent parfois quelques informations intéressantes… Il la regarde et enchaine avant qu’elle n’ait pu intervenir sur cette dernière information. Et je t’interdis de faire quelconque allusions bizarre !

Il ricane, se sent même plus léger qu’au début de la soirée. Peut-être que finalement, tout n’était pas perdu. Aussi bien pour profiter de ce mariage que pour rétablir un lien courtois avec Daya.

Une heure passe, puis deux. Les estomacs se remplissent, Josef s’intéresse à Daniel et son épaule, à comment il se sent et lui propose même une nouvelle excursion lorsqu’il sera rétablie pour un peu d’escalade et de camping. Le pompier se surprend à enquiller les verres à faible mesure, mais suffisamment pour se sentir guilleret au point de tenir la conversation à Daya avec un naturel presque déconcertant. Ou pas. Pourquoi ne pourraient-ils pas tisser de nouveau quelque chose ? Suffisamment pour au moins bien s’entendre, comme avant. Ils avaient une complicité qui, parfois, ne nécessitait aucun mot pour se comprendre.
Le bal s’ouvre sur un couple qui transpire l’amour et la tendresse. Josef en sourit, heureux pour son amie d’avoir l’air aussi rayonnante.

Jasper quitte de nouveau la table pour boire et danser, chose qu’il n’hésite pas à faire en invitant Lyla. Josef se retrouvant de nouveau seul à la table avec Daya. Il se sent plus guilleret, plus enjoué.

- Au fait, tu pei….

Il s’apprête à lui demander où est-ce qu’elle en est avec ses peintures, si elle continue quelques expositions et même si elle a besoin qu’il l’aide de nouveau comme il le faisait… Mais se retrouve coupé net dans l’élan par une brune qui débarque de nulle part, sans qu’il ne comprenne ce qu’il lui arrive.

- Désolée de vous interrompre mais j’aimerais savoir si un beau gosse comme toi aimerait venir danser avec moi ?

Elle est là, elle lui présente ses atouts de la façon la plus délicate et l’air de rien qui soit avec son décolleté plongeant qui lui offre une vue imprenable sur sa poitrine. Josef fronce les sourcils, ne comprend pas très bien ce qu’il se passe.
Danser ?

- Euh … Loquace au possible quand il est pris au dépourvue celui-là. C’est gentil mais non merci, je n’suis pas encore dans l’esprit du déhanché.
- Oh, t’en fais pas, je peux arranger ça sans problème.

Clin d’œil qui en dit long sur ce qui l’attend et il se sent brutalement mal à l’aise.
Alcool veut dire sens exacerbé. Et donc la timidité avec. Toute sa maladresse revient au triple galop, il se sent bafouiller, avoir subitement chaud et se sent soudainement étriqué dans tout son costume. La présence de Daya avec cette jeune femme absolument sexy le fou hyper mal à l’aise.

- Je suis un très mauvais danseur, je n’veux pas t’infliger la torture d’avoir les pieds bousillés en plus de te rendre ridicule.

Il sourit de travers, étoufferait presque sous sa veste dont il se défait maladroitement, mains coincés dans la manche. Il se contorsionne l’épaule pour essayer de s’en défaire mais n’arrive qu’à aggraver son cas en ayant l’air complètement ridicule.

- T’es plutôt mignon quand t’es maladroit. Je suis prête à prendre le risque.

Pas moi. J’ai pas envie.
Et Daya ?
Elle n’est déjà plus là. Profitant peut-être de l’occasion pour s’éclipser de ce type ennuyeux au possible qu’il est. A moins qu’elle ne se soit absentée rapidement pour revenir après. Il ne sait plus très bien, son esprit alcoolisé se mélange dans tous les sens possibles.
Il réussit enfin à se défaire de sa veste qu’il laisse pendre mollement sur sa chaise alors que la sulfureuse continue ses allusions, insiste pour qu’il l’invite à danser au point de s’en sentir presque obligé.

- Désolée, je vous l'emprunte.

Il lève les yeux face à sa délivrance et c’est un soupir de soulagement qu’il lâche.

- Tu inviterais ta cavalière à aller danser, quand même, Jo' ?
- Et comment. Jusqu’au bout de la nuit même. Il tourne un regard désolé vers la jeune femme qui, en devenant aussi oppressante, avait réussi à lui faire oublier à quel point elle était superbe. Désolé. Peut-être plus tard.

Ou pas.
Il se saisit de la main d’Amber avant de se lever et de contourner la table pour l’entrainer sur la piste de danse. Il se met en position pour une chanson plus langoureuse que la précédente et n’hésite pas à poser une main sur sa hanche pour entamer ce qu’il espère être une danse à la hauteur. Ca n’est pas un pro mais il se débrouille un minimum pour ne pas avoir l’air trop ridicule.
Josef s’approche de l’oreille d’Amber, sourire aux lèvres.

- Merci de m’avoir sauvé la vie, je n’savais pas comment réussir à m’en défaire. Il s’écarte légèrement pour lui faire face, lui accordant cette fois un sourire d’excuse. Et désolé de ne pas avoir pu être avec toi depuis le début de la soirée, je fais un piètre cavalier.

Il se garde pour le moment d’entamer la conversation sur Luciano parce que malgré toute l’adoration qu’il porte à Amber, il aimerait obtenir quelques explications. Il s’est certainement attiré les foudres de Lyla à cause de cette histoire et il aurait au moins aimé être au courant.

- Par contre il va falloir que tu assumes le fait de terminer avec des pieds douloureux, je ne suis en rien responsable de ta volonté à danser avec un maladroit comme moi !






by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMar 17 Mai - 23:20





Wedding
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS

Josef semble surpris de la révélation concernant sa petite copine et pour être tout à fait honnête, Daya ne pensait pas lui apprendre quoi que ce soit. Un bon nombre de personnes semblaient être au courant du passif qui entourait la jolie Amber alors de penser que son propre cavalier ignorait tout… Elle acquiesce donc à ses questions, non sans en rajouter une couche juste pour le plaisir… « À dire vrai, Lyla l’avait littéralement désinvité, mais de toute évidence, elle a réussi à faire son chemin par d’autres biais… » Son ton est volontairement accusateur non pas envers son interlocuteur, mais envers celle qui s’était imposée à une cérémonie où elle n’avait rien à faire. « On peut au moins lui accorder le fait qu’elle soit coriace celle-là ! » Elle esquissa un sourire un peu innocent, bien qu’il fût complètement hors contexte. Le pompier semble prendre tout cela un peu à la légère et après tout il n’y a pas mort d’homme enfin pas pour le moment, elle laisse échapper un éclat de rire. « oh tant que tu t’arranges pour ne pas te retrouver seul avec notre jolie mariée… sinon COUIC ! » Finit-elle par répondre en mimiquant un égorgement avec index.

Le sujet se trouve vite clos et Josef détourne la conversation vers le père de la petite qui gazouille sur ses genoux, la jeune femme jette au même moment un œil vers le blondinet qui se trouve visiblement bien installé au bar, elle hausse les épaules de façon un peu machinale. « Je pense qu’il a surement déjà oublier jusqu'à notre existence, mais on a une monnaie d’échange, c’est l’avantage. » Lança-t-elle en attrapant la main de la petite Merrin qui lui adresse un large sourire. Les informations qu’il laisse échapper lui arrachent un sourire et elle relève son regard vers lui. « Ouhlaaaa beaucoup, beaucoup trop d’informations Josef, je suis éblouie rien qu’a cette idée et je vois que t’es toujours plutôt observateur même avec tes petits copains de la caserne. » Il s’en défend presque immédiatement en lui interdisant de se lancer dans des réflexions scabreuses. Elle lève les mains devant elle en signe d’abandon. La conversation s’enchaîne finalement assez naturellement et après un certain temps, la table se remplie de nouveaux à commencer par Jasper qui revient d’un air guilleret les mains chargé de coupe de champagne avant de récupérer sa petite fille. Le dîner s’enchaîne assez simplement, les esprits et les langues se délient un peu et l’ambiance s’adoucit d’elle-même.

Viens le moment de l’ouverture du bal qui se fait dans un silence religieux qui s’impose de lui-même autour des tables, les mariés donnent cette image de perfection dégoulinante qui en temps normal à plus tendance à agacer qu’autre chose, mais il s’agit de Lyla et de Luciano alors le plus grand nombre fera sans doute d’eux une exception. Lorsque les lumières passent d’une ambiance tamisée à un effet plus festif, Daya tente de repérer l’endroit ou se trouve son cavalier, elle sait qu’il est sans doute avec sa petite amie, mais elle avait espéré passer plus de cinq minutes avec lui et puis elle était aussi un peu curieuse de rencontrer celle dont il ne tarissait pas d’éloges ces derniers temps. Au moment où elle l’aperçoit et cherche l’impulsion pour se lever, Josef l’interpelle, mais il n’a pas le temps de terminer sa phrase puisqu’une charmante créature vient l’inviter a danser et si la scène et la gêne qui s’empare de lui est plutôt amusante à regarder, elle se dit que c’est l’occasion de l’abandonner à son sort qui en soit n’est pas si mal que ca, plus d’un homme ici aimerait bien être à sa place, voir même Florence au vu des informations qu’avaient pu échanger Daya avec elle lors de la préparation de la mariée, celle-ci était de toute évidence bien décidé à repartir avec un peu tout ce qui pourrait lui passer sous la main.

Elle rejoint finalement Benjamin et Pénélope tout sourire. « Décidément Benji c’est pas encore ce soir qu’on va pouvoir rattraper un peu le temps perdu, ceci dit t’as pas l’air de t’en formaliser. » Elle lui adresse un clin d’œil et décoche un sourire à Pénélope avant que celle-ci ne se tare d’une impression erronée. « Pénélope, c’est ca ? Ce grand gaillard n’a que ton nom à la bouche, je suis Daya, enchanté de mettre enfin un visage sur ton nom ! » Promis, elle ne les embêterait pas longtemps de toute façon, elle avait déjà dans l’idée d’aller répondre aux œillades que lui lançait Munez depuis cinq minutes.
 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageMer 18 Mai - 23:54





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS


Est ce que j'ai trop bu ? Non, ça va, pas trop, enfin, je crois, c'est à cause de sa veste que j'ai chuté sur lui, juste à cause de ça, non ? Non, pas vraiment, cette veste est juste une excuse, rien de plus, et je le sais bien, enfin, j'en ai conscience, à moitié, mais c'est comme ça que ça fonctionne, non ? Nous sommes à un mariage, celui de ma meilleure amie et j'ai envie de savourer ce moment. Malheureusement, je n'ai peut être pas choisie le meilleur cavalier pour ce soir, mais mon dévolu s'est jeté sur Jasper, vraiment, un peu trop fort d'ailleurs puisque je viens de lui fracasser l'entrejambe avec un coup de tête savamment placé. J'aurais voulu le faire exprès pour lui dire que je voulais voir ça de plus près, je n'aurais pas pu mieux faire. Mais rien n'est encore perdu, je le sais, j'ai encore toutes mes chances, parce que déjà je me relève, l'air de rien. Enfin, presque parce que Jasper se tient les bourses comme si elles lui étaient remonté au niveau du ventre ou peut être même plus haut. Imaginez si ça ressortait par sa bouche ? Ce spectacle serait horrible, mais c'est une façon de parler, techniquement ce n'est pas possible que cela soit ainsi, n'est ce pas ? Oui, techniquement, mais la douleur doit être bien présente. Je peux lui panser ces plaies, s'il n'y a que ça, n'est ce pas ? Oui, je suis sûre que ça pourrait le faire. Je l'entends donc dire quelques mots, mais je n'ai rien compris de ce qu'il vient de dire. Je vois qu'autour de moi ça rigole bien, je crois que celle qui rigole le plus c'est Lyla, je pense même qu'elle va finir par s'étouffer avec son propre rire, mais au moins, elle ne pourra pas dire que ce mariage aura été morne comme certains que j'ai pu faire. Ici, on s'amuse, et j'en profite, je vais en profiter, Jasper, je passerais sur ton corps, que tu le veuille ou non. Bon d'accord si tu le veux pas, je n'insisterais pas, pas trop, juste ce qu'il faut pour que ta fille soit heureuse de m'avoir en belle-maman le temps d'une soirée. C'est quoi son petit prénom déjà ? Merry Christmas ? Un truc comme ça, non ? Je ne sais même plus, c'est pas grave.

" Désolé, je ne voulais pas te casser les couilles Jasper. Attends, je viens avec toi, je te fais un massage si tu veux. Je m'en voudrais carrément s'il fallait t'amputer à cause d'un malheureux coup de tête, ce serait dommage, hein ? Parce que ça pourrait toujours servir. "

Mais qu'est ce que je raconte ? Sérieusement ? Je crois que l'alcool a trop d'effet sur mon organisme là, parce que je dis n'importe quoi et vous savez le pire : je n'en ai pas pleinement conscience, je dis ça le plus naturellement du monde, comme si c'était tout à fait normal, alors que si j'étais sobre, je ne me serais sans doute pas approchée de lui, sans doute, parce que parfois, je me demande si je ne suis pas masochiste sur les bords.

 




by SerialWords.







_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 20 Mai - 9:36

the wedding
For this day, for this day will last forever and all of her friends will work together to make it the perfect day she's always dreamed. Our hopes and our pride. Our bride, our lovely bride. Δ corpse bride.

Un massage ? Un massage de quoi ? Qu’est-ce qu’elle veut masser ? Mes burnes ? Non mais qu’est-ce que c’est que ce délire ? Si elle croit que je vais la laisser approcher à nouveau de mes bijoux de famille après ce qu’elle vient de leur faire subir, elle se fourre le doigt dans l’œil. Jusqu’au coude. Et pourquoi est-ce qu’elle parle d’amputation ? Même pour rire, ça ne se fait pas ! On ne déconne pas avec ce genre de sujet…
Je la dévisage, sourcils froncés, les mains toujours sur mon entrejambes. Je jette un coup d’œil un peu vexé à Lyla qui va certainement finir par se faire dessus tellement elle s’esclaffe, puis à toute l’assemblée que ma mésaventure amuse beaucoup. Je les imagine d’ici, évoquant le somptueux mariage du couple Gambino et en passant invariablement chaque fois par relater le ridicule incident du coup de boule dans les parties survenu sur la piste de danse…
- J’te déteste, je lance à Florence en me redressant dignement.
Je ramasse alors ma veste puis m’éloigne en serrant les dents, essayant de refouler la douleur qui commence à peine à s’estomper.

Bien entendu, je me dirige immédiatement vers le bar. Je ne l’ai même pas encore atteint que j’entends déjà la voix nasillarde de la journaliste qui me poursuit. Je lève les yeux au ciel et accélère un peu mon allure en espérant vainement la semer. Elle me rattrape alors que je commande un whisky au serveur.
Dès qu’elle m’a rejoint, la brunette me présente à nouveau ses excuses. Je soupir, attrape le verre que le type me tend et puis referme ma main sur le poignet menu de Florence pour l’entrainer un peu plus loin. Elle se laisse faire, prenant malgré tout la peine de me demander où je compte l’emmener. Puisque je ne réponds pas, la jeune femme me menace de crier si jamais je veux lui faire de mal… C’est le comble.
Jugeant que nous sommes suffisamment loin de tous les invités, je m’immobilise et me tourne vers elle.
- J’vais pas t’faire mal, espèce d’andouille, je lui lâche, offensé qu’elle me prenne pour ce genre de type. Si j’avais du le faire, je l’aurai fait le jour où je m’suis pointé au journal. Non, c’que je veux, c’est comprendre à quoi tu joues exactement. Pourquoi tu m’parles ? Et pourquoi tu fais tous ces sous-entendus chelous depuis tout à l’heure ? J’t’ai dis que j’voulais rien avoir à faire avec toi ! T’as failli ruiner ma vie toute entière et mon amitié avec Lyla, je lui reproche, adoptant un ton cependant plus boudeur que réellement énervé. J’suppose qu’elle t’a raconté puisque vous êtes de si bonnes copines. J’sais même pas ce qu’elle te trouve… Bref : à quoi tu joues ? Qu’est-ce que tu m’veux ? T’as besoin d’un nouveau scoop, c’est ça ?
Et tout à coup, malgré le peu de lueur que nous offre l’emplacement reculé que je nous ai choisi, je vois ses yeux se mettre à briller très nettement.
Elle va quand même pas chialer…
- Tu vas pas chialer hein ? J’supporte pas d’voir une fille pleurer. Arrête ça et assume je lui ordonne, dirigeant mon verre dans sa direction, un index menaçant dressé. Chiale pas, putain ! Florence, arrête…  

Contrarié, je pousse un soupir et me détourne, avalant mon verre d’une traite pendant qu’elle bredouille et se confond encore en excuses larmoyantes. C’est bien ma veine, tiens ! Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que les choses tournent n’importe comment dans ma vie, hm ?  C’est tellement typique…
Je pousse un nouveau soupir et puis me retourne vers la jeune femme. Je ne sais pas si elle pleure parce qu’elle s’en veut, parce que je lui ai crié dessus ou simplement parce qu’elle a trop bu et ne contrôle plus rien. Ce que je sais, c’est qu’elle ne pleurait pas avant que je lui parle et que ça me fait sentir un peu minable. Alors naturellement, laissant mon verre retomber dans l’herbe, je me rapproche pour lui déposer ma veste de costume sur les épaules.
- Tiens, mets ça, je bougonne en lui faisant face, ajustant le vêtement avant de replacer une mèche de ses cheveux bruns derrière son oreille. C’est vrai qu’t’as des beaux cheveux.
C’est ce que June lui avait dit le jour où nous nous étions rencontrés.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 20 Mai - 15:04





El Mariage de la Muerte


- Et comment. Jusqu’au bout de la nuit même.
« - J'espère bien ! »
Elle rit et suit Josef à travers la foule, ça y est. Enfin. Un peu de temps juste tous les deux. Collés l'un à l'autre, le pauvre petit cœur d'Amber s'excite dans sa poitrine tandis que son ami pose sa main sur sa hanche. Elle n'avait encore jamais dansé avec lui, jamais été aussi physiquement proche de lui, alors un sourire niais exacerbé par les verres d'alcool qu'elle a avalés reste scotché à ses lèvres. Même la musique qui passe au moment où ils mettent un pied sur la piste joue le jeu d'Amber et elle pose sa main bionique sur l'épaule du beau brun. Il se penche à son oreille.
- Merci de m’avoir sauvé la vie, je n’savais pas comment réussir à m’en défaire. « Je t'en prie ! Puis, j'allais pas te laisser me filer entre les doigts, non mais ! »
Il s'écarte et lui sourit, encore, le sien, n'a toujours pas quitté ses lèvres.  Et désolé de ne pas avoir pu être avec toi depuis le début de la soirée, je fais un piètre cavalier.  « C'est pas grave, tu sais. »

- Par contre il va falloir que tu assumes le fait de terminer avec des pieds douloureux, je ne suis en rien responsable de ta volonté à danser avec un maladroit comme moi !
Elle rit et lui colle un bécot sur la joue. « J'assume entièrement ! Si avoir mal aux pieds est le prix à payer pour passer un peu de temps avec toi, ça me va ! »
Puis, ils dansent, au rythme de la musique, au début, hésitants, maladroits. Lui, toujours adorablement mignon dans sa maladresse, elle, perturbée par ces papillons qui volettent dans son estomac. Elle finit par se rapprocher plus encore de lui, quasiment collée à lui. Elle lève la tête vers lui et lui sourit doucement, ses joues s’enveloppent d'une couleur rosée et ses yeux brillent. L'envie de l'embrasser la brûle, mais elle résiste, elle n'a pas envie de rompre le charme de cet instant. Elle profite juste de ne l'avoir que pour elle, elle profite de ses sourires qui lui sont adressés, de sa main dans la sienne et de l'autre sur sa hanche. De l'odeur de son parfum qui l'enivre et de cet alcool dans son sang qui exacerbe toutes ses sensations.
A présent, elle ne prête plus attention à rien, si ce n'est à Josef et à la musique. Son cœur martèle sa poitrine, elle a chaud, des mots qu'elle s'interdit de prononcer attendent la moindre occasion pour s'échapper, mais elle tient bon. Et si lui ne la considérait vraiment que comme une amie et rien de plus ? Elle ne voudrait pas souffrir de l'humiliation de se faire rejeter. Elle préfère se contenter de ce qu'il lui offre pour le moment sans se douter de tout ce qui se passe dans la tête de sa cavalière, du moins, c'est ce qu'elle espère.
Mais il la sort de ses pensées en lui écrasant le pied droit. Elle couine et grimace. « Outch ! » Elle rit un peu et le rassure en lui disant : « Ça va, t'inquiètes pas, j'ai pas eu si mal que ça. » Et comme pour illustrer ses propos, elle lui embrasse à nouveau la joue, tout pardonné le Josef.
Puis, la chanson laisse sa place à une autre, plus animée.






by SerialWords.








Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 20 Mai - 21:27


Image
Intrigue #7: Venez picoler et bouffer gratis


feat Les mariés & les invités


Je regardais brièvement Cinzia partir avant de reporter toute mon attention sur Pénélope… Je me rendais compte que je lui devais des excuses et c’était ce que j’étais en train de faire lorsqu’une légère quinte de toux m’interrompit. Heureusement, elle ne fut pas trop catastrophique mais me donna de nouveau ce goût métallique écœurant. Cela devait être une irritation de la trachée… rien de bien grave contrairement à ce que m’avait dit le médecin. Je me resservais de l’eau et acquiesçais d’un signe de tête à la question de ma petite-amie. A vrai dire, maintenant que j’étais à ses côtés, je ne pouvais pas aller mieux ; si on mettait à part cette maladie qui ne voulait pas guérir.
Je buvais une nouvelle gorgée avant de répondre à la rouquine.



- Oui, je me soigne et aujourd’hui je me suis carrément dopé, avouais-je avec un haussement d’épaules. Je me suis dit que ça m’éviterait peut-être cette fameuse opération que veut m’imposer le médecin. Sérieusement, depuis quand on opère pour une simple toux et un mal de gorge ?


OK ! Ce n’était pas aussi simple que ça mais je ne pouvais pas me permettre de manquer des jours de boulot et encore moins le mariage de mon boss. Je priais d’ailleurs pour que cette fameuse opération, si elle était vraiment obligatoire, tombe après le Grand Jour de Cinzia et Manuel. Je n'avais pas forcément envie de ma le mettre à dos car je savais ce que cela pouvait donner...


Après un excellent repas l’ouverture du bal fut faite par le couple avant qu’ils ne soient rejoints par d’autres danseurs. Je souris à Pénélope en me demandant si elle était motivée à aller danser mais je ne pus lui poser la question car la voix de la victime de Cinzia se fit entendre. Apparemment elle allait mieux et ce n’était pas plus mal. Je n’avais pas dénoncé Cinzia mais je ne voulais pas non plus que la jeune femme fasse un malaise. Aussi je lui adressais un signe de tête bienveillant alors qu'elle nous souriait avant de filer. 


De nouveau je me tournais vers Pénélope et me contentais de l’observer… Il n’y avait pas à dire, je la trouvais magnifique et j'étais réellement ravi de pouvoir passer ce moment avec elle ! Le temps de ma contemplation je cherchais la motivation pour l’inviter à danser. Je n’étais pas un habitué des pistes de danse et encore moins des invitations. Cependant, cette fois, c’était différent ! Pény était différente à mes yeux… D’ailleurs j’étais tellement concentré sur sa personne que je ne remarquais pas immédiatement l’arrivée de Daya.



- Hein ? Ah oui, pardon ! dis-je en revenant à la réalité.


Je n’eus pas le temps d’ajouter quoique ce soit d’autre car la brune reprit la parole pour s’adresser à Pénélope. J’espérais que cette dernière ne serait pas trop vexée par cette intervention mais je devais dire que la suite me gêna. Une chance pour moi je n’étais pas du genre à rougir car cela aurait sûrement été le cas en entendant Daya dire à ma petite-amie que je ne cessais de parlé d’elle… Ok ! Je lui avais avoué mes sentiments, ou du moins fait clairement comprendre, mais je ne lui avais jamais dit que je parlais constamment d’elle à mes amis.
Je me concentrais donc de nouveau sur mon verre et pris même le soin d’en boire une gorgée tout en m’intéressant à ce qui se passait sur la piste de danse que je rejoindrais sûrement bientôt avec Pénélope.




Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 21 Mai - 20:07





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




Je trouvais que cette toux, pour la saison n'était vraiment pas fameuse, mais visiblement, il se soignait, comme il fallait, alors je n'avais pas grand chose à dire, du moins en théorie. Il ne m'en avait pas parlé, mais le médecin pensait cela plus grave que cela. Il pensait même à une opération. Benjamin semblait prendre cela un peu trop à la légère.

" Si le médecin pense que c'est plus grave que ça, il ne faut pas prendre cela à la légère. Je me renseignerais. "

Peut être que le médecin était un charlatan, ou quelques choses comme ça, mais peut être qu'il était très bien noté et très sérieux. Alors, je ne voulais pas prendre ça trop à la légère même si là, ce soir, je ne dirais rien de plus à ce sujet s'il ne se remettait pas à tousser. Nous étions après tout là pour passer un bon moment, même si je ne pensais pas le voir à ce mariage. Mais il était venu avec son ex Daya avec qui il était resté ami, et je ne voyais pas cette amitié d'un bon oeil, surtout quand cette dernière vint faire véritablement connaissance. Son clin d'oeil, le fait qu'il lui parle souvent de moi, ça ne me plaisait pas trop, dans le sens où ils étaient à mon goût un peu trop proche. Intérieurement, ça ne me plaisait pas du tout, mais il n'en paraissait rien extérieurement, ou presque d'ailleurs. Je lui faisais un petit sourire.

" C'est vrai qu'il m'a parlé de toi, mais sans doute un peu moins qu'il ne te parle de moi, mais c'est également un plaisir. J'espère que tu t'amuseras bien ce soir, mais Benji est à moi pour la soirée. "

Et pour les jours suivant aussi. Après, je ne pouvais pas l'empêcher de voir ces amis, mais quand ceux-ci sont des ex comme Daya, c'est un peu plus compliqué que ça, n'est ce pas ? Oui. J'étais néanmoins restée polie et courtoise avec la jeune femme qui semblait être d'origine indienne, mais peut être que je me trompais complètement sur ces origines. Je me désintéressais donc déjà d'elle voyant que mon petit ami regardait la piste de danse avec envie. Je le prenais par la main pour aller danser.


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 23 Mai - 18:00





Wedding
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS

Benjamin n’avait pas vraiment l’air d’être là, plus concentré sur tout sauf sur sa présence qui semblait le déranger plus qu’autre chose, elle ne s’en formalisa pas vraiment en apparence bien qu’elle se sentît un peu vexée par tant d’indifférence, lui qui avait tant insisté pour qu’il reste ami. Elle reporta tout de même son attention sur la jeune femme qui l’accompagnait, qui elle-même derrière un sourire affiché ne dégageait rien de très sympathique et qui se confirma par la réponse qu’elle lui apporta. Daya pris parti de garder ce sourire qui était désormais un peu moins franc et haussa les sourcils, il n’y avait pas grand chose à répondre à tant de condescendances, elle se contenta donc du peu.

« Ne t’en fais pas, je n’ai pas l’intention de te l’enlever, ce fut…un plaisir. »

Son sourire était désormais clairement de circonstance, une façade polie, mais qui dissimulait la certitude qu’elle ne reviendrait pas jouer les ex sympas de sitôt. Le couple disparut sans un mot et se dirigea vers la piste de danse, de laquelle venait de disparaître un Jasper visiblement en souffrance et une Florence un peu penaude. Elle capta par la même Josef qui s’était visiblement détachée de sa prétendante au profit d’une Amber visiblement pendu à son cou, cela la fit sourire, décidément la jeune femme avait un appétit sans limite….

Loin de se laisser distraire de son idée première, l’Indienne attrapa une coupe de champagne sur la table et se dirigea vers Munez qui était adossé au bar, elle lui adressa un sourire et se détourna de sa direction pour aller à la rencontre de Daniel, il lui avait après tout promis une danse et elle espérait par la même qu’il puisse échanger quelques mots, même si de toute évidence, c’est d’une conversation dont ils avaient vraiment besoin, mais chaque chose en son temps et le mariage de Lyla n’était ni l’endroit, ni le moment pour ce genre de chose.

« Hey ! Il me semble que tu me dois une danse si je ne m’abuse ! » Elle lui adressa un sourire sincère et amical. « A moins que tu n’ais changé d’avis. »

Elle s’aperçut alors qu’elle n’avait pas pris la peine de saluer celui avec qui il discutait au préalable. Manuel, lui semblait-il, le fiancé de la meilleure amie…elle n’en était plus très sûre, trop de monde, en même temps, difficile de tenir les comptes.

« Désolé, Manuel, c’est ca ? Je suis Daya, une copine de Lyla. » Elle lui adressa un sourire à son tour. « J’espère que je n’interromps pas une réunion au sommet ! »

Après tout, ils affichaient tous les deux un air plus que sérieux compte tenu des circonstances.
 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageJeu 26 Mai - 1:39





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS



Parfois, je me dis que je suis une idiote finie. Pourquoi je fais ça ? Je ne le sais même pas à vrai dire, mais ce soir, je crois que j'ai clairement un peu trop abusée sur l'alcool. Du moins, c'est ce que je crois. Non, mais c'est carrément ça, parce que même si je ne suis pas une jeune femme qui n'ose pas faire les choses, les mots sortant de ma bouche dépassent mon entendement logistique ou quelques choses dans ce genre là en tout cas. Pourtant, je ne lâche pas Jasper d'une semelle. Je ne veux pas qu'il continue à me détester de la sorte, parce que j'aurais pu foutre sa vie en l'air, et que ce soir, j'ai agit bizarrement. Malheureusement, le destin s'est chargé à ma place de lui gâcher sa vie, il se retrouve père célibataire, parce que le sort l'a voulu ainsi. Je ne sais pas où est sa gamine, sans doute entre de bonnes mains, mais je ne veux pas qu'il continue de me prendre pour une journaliste avide de scoop pour faire grimper l'audimat. Je ne dis pas que je ne le suis pas, mais je fais avant tout ce métier par pure passion, j'ai déjà grimpé quelques échelons, parce que je fais bien mon travail tout simplement, pas parce que j'ai couché à droite, à gauche avec les bonnes personnes. Bref, je suis Jasper, qui veut me fuir comme la peste, mais quand je suis bourrée, je suis encore plus tenace qu'habituellement. Je m'excuse encore auprès de lui, il me prends alors le poignet, je ne sais pas ce qu'il veut faire et il ne me réponds pas, ça ne me plait pas. Je ne pense pas qu'il me veuille du mal, mais j'aimerais comprendre cette mise à l'écart. Veut-il pouvoir me gueuler dessus sans que personne ne le voit ? Peut être que c'est ce qu'il veut, que cela lui fera du bien, je n'en sais rien moi. Nous nous retrouvons ainsi tous les deux finalement et là, il se met à me parler plus sincèrement. Il me demande pourquoi j'agis comme ça avec lui, mais je suis bien incapable de lui répondre. Tout ce que je trouve à faire, c'est de presque commencer à pleurer, parce que je lui ai fait trop de mal. Et comme je suis bien alcoolisée, les émotions sont comme décuplées, à fleur de peau, voilà ce que je suis. Il me demande de ne pas pleurer, alors je réussis presque miraculeusement à me retenir. Pourtant, en m'excusant encore, sans vraiment me justifier, ma voix est chevrotante.

" Tu sais que je n'ai jamais voulu te faire de mal. C'était comme ça, je ne voulais pas, vraiment ... "

Pas très convaincant vous en conviendrez, mais je n'arrivais pas à faire mieux, pas ce soir. Les vannes finissent cependant par s'ouvrir. Pas très fortement heureusement, mais je pleure quelques larmes, et c'est alors que le miracle se produit. Jasper fait preuve d'un geste gentil envers moi. Il met sa veste sur mes épaules, comme s'il voulait me faire comprendre quelques choses. Puis, il replace une mèche de mes cheveux, me disant que j'avais de beaux cheveux. Tout d'un coup, cette phrase me revient en pleine figure, comme étant celle que la défunte June avait dit à mon propos lors de notre première et unique rencontre. Comment faisait-il son deuil ? La voyait-il ? Est ce qu'elle le conseillait de faire des choses ? Serait-ce elle qui lui avait dit d'être tout d'un coup plus doux avec moi ? Mais je n'ose pas lui parler d'elle, de peur qu'il ne se braque à nouveau. J'essaye de reprendre le contrôle mais ce n'est pas évident. Je lui souris pourtant à présent. Il me fait face, et finalement, je me rapproche un peu de lui, et une envie de l'embrasser me vient alors.

" Merci Jasper, les tiens aussi sont beaux tu sais. "

Mais arrête de parler Florence, tu vois bien que tu dis n'importe quoi, comme si lui renvoyer le compliment pouvait lui faire quelques choses. Puis, je réalise que j'ai vraiment envie de l'embrasser, alors je rapproche mon visage du sien, pour déposer un baiser sur ses lèvres. Je ne sais pas quelle sera sa réaction cependant ...


 




by SerialWords.







_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 26 Mai - 9:49

HRP:
 

the wedding
For this day, for this day will last forever and all of her friends will work together to make it the perfect day she's always dreamed. Our hopes and our pride. Our bride, our lovely bride. Δ corpse bride.

Je devine ce qui va se passer. Je la vois se rapprocher, fermer doucement ses paupières à mesure que nos visages se rapprochent et pourtant, je ne fais rien pour l’éviter. Je décode parfaitement les signaux qu’elle m’envoie et, peut-être que sans vraiment le vouloir, je lui en ai envoyé quelques uns aussi. Et puis ce qui devait se passer se passe et Florence colle ses lèvres aux miennes. Je sens les effluves de son parfum fleuri, mais l’odeur de l’alcool surtout. Je n’ai certainement rien à lui envier. N’ayant pas fumé ce soir (depuis que Merrin est dans mon sillage, je m’efforce d’éviter) je lui épargne au moins l’odeur et le goût du cendrier froid…
Qu’est-ce que ça peut foutre de toute manière ? C’est pas comme si tu l’avais forcée à venir t’embrasser ? …Ni à tenter de t’astiquer les dents avec sa langue…
Florence tente de forcer le passage et…je l’y encourage. Je n’ai aucune idée de la raison de mes gestes, je me contente d’agir. Je la déteste. Je la déteste et j’ai envie de lui faire payer tout ce qu’elle m’a fait endurer sauf que dans un même temps, ma main gauche s’est glissée dans sa nuque pour mieux l’attirer vers moi et donner plus de force à notre échange de salive. Quant à mon autre main, elle est déjà positionnée dans le bas de ses reins et entreprend une exploration sans douceur du postérieur de la demoiselle qui fait de même. La veste que j’ai précédemment posée sur ses épaules ne tient pas accrochée bien longtemps.
Alors que nous titubons l’un comme l’autre, continuant de nous tripoter dans des gestes fébriles et brouillons, ma veste se retrouve par terre et Florence manque de chuter à nouveau quand ses talons se prennent dans le tissu. Je la retiens de justesse, la soulevant en continuant de la dévorer de baisers frénétiques, jusqu’à sentir un obstacle sur notre trajectoire. Un mur. Elle s’y cogne en poussant un petit gémissement plaintif, mais n’a pas l’air de s’en formaliser. Au contraire, ses baisers en deviennent plus mordants, plus passionnés encore.

Je la laisse retrouver terre, gardant mes mains sur ses fesses pendant que mes lèvres explorent son décolleté. Tout va très vite. Elle commence à s’attaquer à ma braguette. Et pendant que j’embrasse chaque centimètre de sa peau légèrement poudrée et parfumée, je pense à June. Je pense à ce que je suis en train de faire, au mal que ça lui ferait si elle pouvait nous voir. Mais elle ne nous voit pas. SI quelqu’un mérite sa place au Paradis, c’est bien elle, mais un tel endroit n’existe pas. Elle n’existe plus. Tout ce qu’il reste de ma petite ami, c’est un corps décomposé, là-bas au cimetière de Dix Hills.
Je me demande à quel stade elle en est.
Ouais, c’est à ça que je pense alors que mes mains farfouillent sous le tissu de la robe de la journaliste pendant que je tente d’atteindre ses sous-vêtements. Je finis par sentir de la dentelle sous mes doigts et fais glisser le morceau de tissu le long de ses cuisses. Entre temps, elle a terminé de déboutonner mon pantalon et s’est chargé de le faire descendre un peu, en même temps que mon boxer.
Je ne perds pas une seconde. Dès que mon cinquième membre est libéré de ses entraves, je passe à l’action. Elle gémit à mon entrée soudaine, s’agrippant à moi et subissant mes assauts répétés contre le mur où je l’ai plaquée.  

Je ne fais pas durer le plaisir. Si tant est qu’elle en éprouve. Moi, tout ce que j’éprouve, c’est du dégoût. Pas pour elle. Florence est une jolie femme, mais bien pour moi. Pour ce que je suis en train de nous faire. A elle, à moi, à June. En trois minutes, l’affaire est réglée et je me sens au moins aussi souillé figurativement qu’elle l’est au sens propre. Je me retire alors, le souffle court, sans lui adresser un regard. Je m’attaque plutôt à essayer de reboutonner mon pantalon, les mains tremblantes. Florence reprend son souffle de son côté. Je renifle et puis frisonne. J’ai la nausée. Certainement autant à cause de l’alcool qu’à cause de ce que j’éprouve à cette seconde pour moi-même.
Un petit verre et ça passera.
Mouais… Disons plutôt une bouteille.

Je suis en train de me battre avec mon ceinturon lorsque Florence tente une approche et essaie de me venir en aide. Mais je la repousse sans douceur et la fusille du regard. Parce que tout ça c’est sa faute au fond, non ? C’est elle qui est venue me chercher et elle qui m’a embrassé. C’est elle qui a provoqué tout ce qui vient de se passer et qui me fait sentir aussi sale…
- Me touche pas, je la cingle d’un ton froid. Me parle pas. On est quitte maintenant. Tu m’a baisé et j’viens d’te baiser. T’approche plus jamais d’moi. Bonne soirée, je conclus en la jaugeant de bas en haut, affichant une grimace traduisant ma répulsion.
Et là-dessus, comme le plus parfait des enfoirés, je me détourne, ramasse ma veste et m’éloigne sans plus un regard en arrière en recommençant à essayer de remettre ma ceinture.  

©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageVen 27 Mai - 16:36

Venez picoler et bouffer gratis
The Wedding


Je suis tranquillement en train de discuter avec Manuel quand Daya vient nous rejoindre. Elle me rappelle que je lui dois une danse ce qui est tout à fait vrai. Son sourire est sincère et amicale et celui que je lui rends l'est tout autant. Quand elle parle du fait que je n'ai pu changer d'avis entre temps, je secoue doucement la tête de droite à gauche mais je n'ai pas le temps de désigner Merrin qui dort dans sa poussette juste à côté de moi qu'elle salue Manuel. Elle ajoute finalement qu'elle espère qu'elle n'interrompt pas une réunion au sommet et j'échange un regard entendu avec Manuel. Il me semble que nous avons dit tout ce que nous avions à dire au sujet de sa dette. Je sais que si j'ai besoin de quoi que ce soit, je peux faire appel à lui et je n'ai besoin de rien d'autre que ça pour le moment : savoir que j'ai cette possibilité est déjà très, très bien. Je reporte finalement mon regard vers Daya en lui adressant un sourire.

« Non, ne t'en fais pas. Pas de réunion, une simple petite conversation entre amis. » j'ajoute avec un second regard entendu à Manuel. « Par contre, pour la danse, je ne vais pas pouvoir te l'accorder. Je n'ai pas changé d'avis, j'ai toujours envie de danser avec toi mais... »

Je désigne d'un petit mouvement de la tête la poussette de Merrin sur le bord de laquelle ma main est posée. La petite dort malgré le bruit mais je veille sur elle.

« J'ai promis à Jasper que j'allais veiller sur elle alors je ne peux pas la laisser. Mais tu peux t'installer avec nous en attendant qu'il revienne et on pourra danser à ce moment-là. Enfin s'il est pas trop imbibé d'alcool pour ça. Il est où d'ailleurs ? »

En jetant un regard autour de moi pour essayer de voir où se trouve mon ami, j'aperçois Amber et Josef en train de danser et je détourne rapidement le regard car entre le regard qu'il lui lance et les joues rosées d'Amber... Oui, bon, si la prochaine étape c'est le baiser je préfère me préparer psychologiquement avant d'y assister maintenant que je sais et ne préférerais pas savoir d'ailleurs. Je détourne donc le regard tout en continuant de chercher Jasper qui ne semble pas décidé à... Si, il est par là. Enfin, j'aperçois sa silhouette au loin et... Il est en train de remettre sa braguette ? Je soupire. Bon. Bah au moins, lui, il aura profité de la soirée. Je reporte mon regard vers Daya.

« Il est là-bas. Je vais aller voir s'il se sent assez bien pour rester avec Merrin et si c'est le cas, on pourra danser. » je dis à Daya avec un sourire en me redressant. « A plus tard Manuel. » j'ajoute à l'intention de ce dernier avant de retirer les freins de la poussette de me m'avancer en direction de Jasper sans avoir la moindre idée que tout est sur le point de prendre des proportions disons... Inattendues.




(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageDim 29 Mai - 11:41





Intrigue
VIENS PICOLER ET BOUFFER GRATIS




J’avais exigé que chaque moment de mon mariage soit immortalisé. Nous avions donc engagé plusieurs préposés aux photos et deux autres qui devaient tout filmer, ce n’était pas de trop vu la quantité d’invités que nous avions. Ce serait juste pour nous, je voulais pouvoir regarder tout ça et en profiter, encore et encore. D’ailleurs, je cherchais ma dernière demoiselle d’honneur pour une photo, nous étions toutes défaites et parmi nous certaines étaient pas mal éméchées mais toujours aussi enjouées. Mon maquillage avait coulé après mon fou rire face à la danse de Jasper puis à l’intervention d’une Florence en forme qui manqua de me tuer, j’avais dû m’éloigner pour m’en remettre où j’aurais fini par faire une crise de quelque chose tellement je riais. Mon rire peu discret et communicatif avait commencé à contaminer certains de mes invités, il fallait dire que la scène était d’anthologie. Quand le photographe m’informa pour le tableau des demoiselles d’honneur, je demandai à tout le monde où était Florence, on me répondit par des haussements d’épaule et des réponses laconiques jusqu’à ce que je tombe sur Tony qui me dit qu’il avait vu une des demoiselles d’honneur partir avec le type qui dansait comme un handicapé, c’était peut-être elle. Jasper ? Et Florence ? J’en doutais fort… Il la vomissait de tout son être, il n’y avait aucune chance ! « Flo ! J’ai besoin de toi, pour une photo et… » Je tombais sur Dolan qui refermait son froc et je refusai de voir ce qui pourtant était évident. « T’aurais pas vu Florence par hasard ? Il paraît qu’elle s’est éloignée avec un grand blond… Ne me dis pas que c’était toi, y a des trucs que je ne suis pas prête à envisager, à entendre ou même à voir ! FLO ?! » J’entendis les babillements de Merrin alors que Daniel s’arrêtait près de moi avec la poussette, aussi surpris que je l’étais. « Danou, t’as pas vu mon amie Florence ? Une petite brune en robe couleur pêche ! » Elle émergea finalement de Dieu seul savait où et l’expression sur son visage teinta mon bonheur de la journée par une sacrée dose d’amertume. Je me tournai vers l’ancien pompier et lui lançai un regard noir. « Tu lui as fait quoi ? »


 




by SerialWords.







_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
Intrigue #7: Venez picoler et bouffer gratis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Intrigue #7: Venez picoler et bouffer gratis
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» “ MacDonald's™ : Venez comme vous êtes. ”[with Jade]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: The beginning of the end :: EVERYTHING YOU NEED :: Intrigues :: FIESTA FIESTA-
Sauter vers: