Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
AMOR A MORT ~ TOPIC # 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageMar 23 Fév - 22:28





Intrigue
Amor à mort



Participants


    - Cinzia Gambino
    - Lucky Gambino
    - Lyla Canjura
    - Manuel Herrera



Situation


Lorsqu’ils foulèrent le sol de cette salle des fêtes transformées pour l’occasion en petite réception conçues pour les désespérés, d’aucuns ne se rappelèrent réellement lequel, parmi cette joyeuse bande d’amis, balança cette idée stupide : participer à un speed dating. Ce dont ils étaient tous les quatre plus ou moins certains en jouant les célibataires, c’était que ça finirait mal. C’était inévitable. Lyla et Cinzia sont réputées pour leur jalousie sournoise. Manuel et Luciano ne sont pas en reste. Combien de temps pourront-ils supporter de voir l’élu de leur cœur badiner avec d’autres, tantôt beaux, tantôt stupides, mais quelquefois sous le charme de nos protagonistes ? Les paris sont ouverts. La soirée s’achèvera-t-elle après que les deux amies aient balancé au visage d’une fausse prétendante ou après que les associés aient collés un coup de poing à un culturiste pathétique ? Les paris sont ouverts !!  


Les règles:


    • Pas de tour par tour.
    • Veiller à rester cohérent face à la situation !
    • Faites également attention à bien prendre en compte les actions des autres (ainsi que les paroles bien entendu) et de jouer le jeu.
    • Amusez-vous.


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageJeu 25 Fév - 17:35





Intrigue
Amor à mort



Il avait son idée sur ce qu'ils feraient pour la St Valentin et ça n'impliquait aucunement un speed dating avec Lyla dans l'équation. Il en fallut de la persuasion à Cinzia pour le convaincre de participer plutôt que de passer la soirée à bosser, comme tous les soirs de la création. Il n'était pas dans les meilleures conditions pour apprécier l'ironie de la situation et même tout l'humour de celle-ci. Il la suivit en traînant les pieds et en faisant sa mauvaise tête, pour ne pas changer, se demandant pourquoi il devait se farcir la Mexicaine même lors de soirées où elle n'aurait pas dû se trouver là. A l'entrée, on lui donna une étiquette sur laquelle il nota son prénom et qu'il colla sur son torse, jetant un coup d'oeil autour de lui et remarquant que ça puait le désespoir à des kilomètres. Son humeur ne s'arrangea pas quand il vit que Cinzia ne savait pas où coller son étiquette à cause de son extravagant décolleté. Elle avait mis ça en pensant que ça égayerait un peu l'humeur de son fiancé mais ça n'arriva pas. « T'as qu'à te la mettre sur le front ! » cracha-t-il en sentant que ça allait partir en cacahuète plus rapidement que ce qu'il s'était figuré. Il n'était pas le seul à ne pas être très à l'aise, Lyla mettait un point d'honneur à éviter un maximum le contact avec cette masse de gens qui grouillait autour d'elle. Il était pourtant persuadé que l'idée venait d'elle, il s'était peut-être trompé finalement. Il aurait presque compati s'il ne s'était pas souvenu qu'il la vomissait du plus profond de son âme. Il retira sa veste et la déposa sur les épaules de la brunette, passant devant elle pour la fermer ce qu'il considérait comme une propriété privée. Il lui prit l'étiquette des mains et la fixa sur sa veste, esquissant le premier sourire de la soirée. « Voilà, là, c'est parfait. » Sa chemise d'un blanc immaculé contrastait avec le hâle de sa peau et laissait deviner sa musculature ainsi que ses tatouages dont certains dépassaient un peu de ses manches et de son col. S'il n'avait pas été aussi obnubilé par les seins de sa dulcinée, il aurait senti les regards affamés des femmes célibataires sur son derrière parfaitement dessiné par un pantalon qui le mettait à son avantage. « C'est l'histoire d'une heure ou deux et après on ira faire la fête ! » dit-il pour s'encourager.

 




by SerialWords.







_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luciano Gambino
ADMIN COUP DE BOULEUR

❖ MESSAGES : 1779
❖ AVATAR : Taylor Kitsch



La cruauté est essentielle si l’on veut conserver le pouvoir. Sans elle, on apparaît faible et les adversaires en profitent. Comme les chiens : celui qui aboie le plus fort devient le chef de meute. [Saviano]

MessageDim 28 Fév - 15:48





Intrigue
Amor à mort



C’était certainement la soirée de Saint-Valentin la plus incongrue pour les couples que nous étions. Pourtant, nous étions bel et bien là, dans le hall de la grande salle, à remplir des formulaires d’inscription pour regarder nos fiancées assises face à de parfaits inconnus. Car, c’était bien là que se situait le problème à mon niveau. Je me moquais bien que la réciproque soit vraie. A chaque fois que je posais les yeux sur Lyla, resplendissante dans cette robe verte qui lui allait à merveille, je bouillonnais de jalousie par anticipation. « Qu’est-ce qu’on fout là ? Sérieusement ? » lançais-je à Manuel trop concentré pour ma sœur pour m’entendre. Il la couvrait de sa veste, estimant soudainement qu’elle n’était plus aussi décemment vêtue qu’avant de partir. Il était aussi jaloux que je pouvais l’être. Ça allait fatalement mal tourner. Il me faudrait une bonne dose de bon sens pour ne pas bondir de ma chaise et tirer sur le premier connard qui oserait toucher ma dulcinée. « C’était une idée de merde. On devrait se barrer. » chuchotais-je à Lyla alors que j’étais contraint de lui lâcher la main. « On devrait se barrer. Il est encore temps de le faire et de nous repaître dans la luxure quelque part dans une chambre d’hôtel. Tu en penses quoi ? C’est vachement plus excitant que ce speed-dating. » J’aurais juré qu’elle fut tentée. Une minute de plus et j’aurais pu tous nous convaincre de mettre les voiles en tenant compte du fait, bien entendu, que Manuel était aussi motivé que je pouvais l’être. Malheureusement, une petite pimbêche boudinée dans un pantalon Chino trop petit pour elle s’empara du micro. Paraît-il qu’il était temps que nous nous préparions. Mais, à quoi exactement ? A nous disputer ? A nous battre ? A peine s’éloigna-t-elle de moi que je me sentis fulminer devant le spectacle de tous ces célibataires qui se pressaient autour des tables pour gagner la leur. « Crois-moi bien que si un de ces putains d’enfoiré de désespéré se montre insistant avec elle ou si elle a le malheur de sourire. Je ne donne pas cher de sa peau et de cette soirée. Tu peux me rappeler comment elles ont encore réussi à nous embarquer dans ce genre de merdier ? Je suis sûre que c’est ma sœur. Elle n’a que des idées de merde. » soupirais-je en me dirigeant vers les tables la mort dans l’âme. « La prochaine du genre qu’elle nous balance, agis s’il te plait. Fais-la taire…de la manière que tu voudrais, mais par pitié, fais la taire. »

 




by SerialWords.







_________________
 
............
“Vos parents vous ont souvent dit de ne pas jouer avec moi. Je suis la contradiction. Je suis le feu de sang-froid. Toujours avec le sourire, toujours avec les brûlures, tous les jours à quelques centimètres de la rupture. Petit sauvage est né dans la jungle de béton. Il y a les rêves que l'on fait. Il y a les rêves qui nous font. ”

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageDim 28 Fév - 22:53





Intrigue
Amor à mort



J’avais trouvé l’idée exceptionnellement drôle quand nous étions tombées sur l’annonce de cette soirée par hasard, nous nous étions dit que ce serait super et que ça changerait, c’était avant que e me fasse agressée et que je vois tous les autres comme un danger potentiel. Ma main était crispée sur celle de Luciano et je n’arrivais plus à m’en détacher. En effet, j’aurais préféré être à des kilomètres plutôt qu’ici et pour une fois, ma jalousie n’avait rien à voir là-dedans. Je lançai un regard désespéré à mon fiancé quand on nous sépara par sexe et que je me retrouvai assis face à mon premier prétendant. Un maigrichon du genre intello qui pensait avoir inventé le fil à couper le beurre et qui ne se prenait pas pour de la merde. A l’entendre, il était le prochain Bill Gates et la fille qu’il choisirait serait une vraie veinarde. « Tu ne parles pas, c’est parce que tu ne comprends pas la moitié de ce que je dis ? On ne peut visiblement pas être belle et maligne mais ça me va, tu feras bien à mon bras dans les cocktails où j’irais. » « Si j’étais sourde, muette et aveugle, ça pourrait arriver mais t’es chiant comme la pluie et t’aurais beau avoir tout le fric du monde que ça ne changerait rien, ça ne t’achètera jamais ce qui te manque et qu’il te faudrait une dizaine de vie pour obtenir. » La sonnette retentit et je me déplaçai sur le côté pour me retrouver face à un flic que je connaissais bien, un type sympa qui avait toujours fait en sorte de nous faciliter la vie sur le terrain. « Canjura, comment tu vas ? » « Et toi ? Ca fait longtemps ! » lançai-je en essayant de voir qui était face à Lucky mais je rencontrai le regard de ma meilleure amie qui avait le malheur d’être avec l’intello qui, charmé parce que cachait la veste de Mani, avait passé la vitesse supérieure et attaquait sec. Je fis glisser mon pouce sur ma gorge pour faire comprendre à Cinzia de ne pas le louper. Je cherchai à trouver Luciano et Mike crut bon de me ramener à lui en apposant sa main sur mon bras, je sursautai et faillis tomber de ma chaise en ayant un brusque mouvement de recul. « Ne me touche pas ! S’il-te-plaît ! » Ok, c’était vraiment une soirée qui était faite pour partir en couille !

 




by SerialWords.







_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageMer 9 Mar - 21:09





Intrigue
Amor à mort



Avant d’arriver, j’étais la plus enjouée d’entre nous. J’étais curieuse. Je m’étais toujours demandé quel genre de gens on était susceptibles de rencontrer dans ces réunions pour les désespérés. Maintenant que j’y étais, entre une Lyla tendue, un Lucky bougon, un Mani jaloux et cette bande de filles qui s’extasiaient devant son corps de dieu grec, ça m’amusait beaucoup moins. J’étais incapable de les lâcher des yeux. Ce fut pire quand mon fiancé se retrouva face à l’une d’elles. Il souriait en plus et elle se tortilla sur sa chaise, sans doute charmée par son accent. « Tu es avec moi ? » me lança le connard contre lequel mon amie me mit en garde à sa manière. « Non, mais, parce que tu sais, si tu veux, on peut s’en aller. Vu la façon dont tu les exposes, j’ai l’impression que tu es là pour lever le gibier. Il s’avère que je suis monté comme un sanglier. On peut gagner du temps et s’en aller tout de suite. » Au départ, j’eus envie de l’assommer d’un coup de table, mais j'en ris. Si cette soirée devait mal tourné, je préférais que ça ne soit pas par ma faute. Encore moins à cause de Lyla, histoire de ne pas ajouter de l’eau au moulin de Manuel. Sauf qu’elle recula si brusquement que je me levai d’instinct, ce que mon intello peu dégourdi prit sans doute pour une réponse positive, car il ne trouva rien de mieux que de m’imiter. Comble de bêtise, il chercha à attraper ma main ce qui, je n’en doutais pas, ne passerait pas inaperçu. « Écoute, on va se rasseoir gentiment tous les deux pour éviter les problèmes et surtout ne pas attirer l’attention sur nous. Crois-moi, ça vaut mieux pour tout le monde. » sifflais-je pour enrayer la catastrophe qui s’endiguait avant qu’il ne soit trop tard. J’adressai même à Manuel un regard rassurant que j’accompagnai d’un hochement de tête. Je n’étais pas certaine que ça désamorcerait ce qui s’annonçait. Je tentais, faute de mieux. Je désenchantai quand l’imbécile, furieux d’être éconduit de la sorte, surenchérit. « Tu es juste une belle salope en fait. Tu es là, tu m’allumes, tu fais semblant que tu es intéressée et puis tu me jettes. Qu’est-ce que tu crois ? Que tu vaux mieux que moi peut-être ? Tu n'es qu' une idiote avec une grosse paire de seins. » « Tais-toi, et assieds-toi. C’est le meilleur conseil que je peux te donner et si j’étais toi, je le suivrais. » ajoutais-je plus pressante et anormalement nerveuse. « Ah, tu me menaces en plus ? Pourquoi ? Qu’est-ce que tu vas faire ? Tu crois que tu me fais peur. » « Moi ? Non ! Pas du tout. Mais tu risques d’avoir peur d’ici 3…2…1… Bingo ! »



 




by SerialWords.







_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageMer 9 Mar - 22:13





Intrigue
Amor à mort



« Ta sœur ? C’était pas Lyla plutôt ?  Franchement je n’en sais rien mais quoi qu’il en soit, on s’est fait baiser, dans tous les sens du terme, elles savent très bien comment nous faire faire n’importe quoi ! Promis, je veillerai personnellement à ce que ça n’arrive plus ! » Il lui donna une tape dans le dos et alla s’installer avant qu’une blondinette le rejoigne, visiblement timide et très sympathique mais surtout intimidée, elle rougit dès qu’il ouvrit la bouche et se mit à parler dans ses moustaches, incapable de soutenir son regard. Elle réveilla immédiatement le prédateur en lui et s’il avait eu plus de temps, il l’aurait soumis complètement à sa volonté. Elle fut bien vite remplacée par une rouquine plantureuse qui était plus proche de la quarantaine que de la trentaine et qui devait sans doute avoir reçu un appel express de son horloge biologique mais qui l’avait volontairement ignoré puisqu’elle lui vit comprendre qu’elle ne serait pas contre un petit peu de gym dans les toilettes, il ricana et s’apprêtait à lui faire une remarque spirituelle quand il entendit un crissement de chaise, son regard passa de Lyla à Cinzia dont la main était prisonnière d’un binoclard qui se croyait visiblement en terrain conquis. Sa fiancée eut beau tenter de l’apaiser, il crut lire dans ses yeux son malaise et ce fut l’étincelle qui alluma la mèche. « Vous m’excuserez ! » lança-t-il poliment à la plante presque fanée en face de lui avant de quitter sa table sous les invectives de l’organisatrice qui répéta qu’on n’avait pas le droit, visiblement, Luciano n’avait pas attendu la prochaine sonnerie et le moindre feu vert pour mettre fin à tout ça. C’était l’idée la plus débile de l’histoire de la création, on ne collait pas quatre jaloux parmi des célibataires, c’était la meilleure façon de faire en sorte que ça tourne mal. Il fut assez près pour entendre ce qu’il lui cracha et posa sa main sur sa nuque pour serrer fermement. « Elle ne te fait peut-être pas peur mais j’ai des tas de moyens de le faire ! » murmura-t-il à son oreille. « Présente des excuses à la dame, avant que je ne perde patience et que j’organise une rencontre entre ton nez et la table ! » Le petit boudin en charge de la soirée trottina jusqu’à eux, son visage porcin d’un rouge écarlate. « Il y a un problème ? » demanda-t-elle, essoufflée. « Aucun, on se casse. Bébé, tu peux te lever, on va fêter la St Valentin autrement. Pas vrai Lucky ? Lucky ?? »
 




by SerialWords.







_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luciano Gambino
ADMIN COUP DE BOULEUR

❖ MESSAGES : 1779
❖ AVATAR : Taylor Kitsch



La cruauté est essentielle si l’on veut conserver le pouvoir. Sans elle, on apparaît faible et les adversaires en profitent. Comme les chiens : celui qui aboie le plus fort devient le chef de meute. [Saviano]

MessageMer 9 Mar - 23:01





Intrigue
Amor à mort



Ou une idée de Lyla ? Je ne savais plus ! Mani était en train de me faire douter, bien qu’au fond, ça ne changeait pas grand-chose. J’avais une sale impression à chaque fois que Lyla ouvrait la bouche, jusqu’à ce qu’une demoiselle de plus ou moins mon âge, jolie, intelligente et franche, m’explique qu’elle aurait tout donné pour être ailleurs. « Moi aussi. » crachais-je en oubliant ma sympathie. « Je vois ça. J’ai été traînée par mes copines. Je viens de me faire larguer par mon mec. Je leur ai dit que c’était pas une bonne idée, mais elles ont insisté. Remarquez, s’ils sont tous aussi renfrognés que vous l’êtes, je devrais survivre. » Elle m’arracha un sourire sincère, je me présentai. Elle en fit de même. Ce fut dix minutes plutôt sympathiques finalement. J’avais oublié comme c’était flatteur de plaire et agréable d’endosser le costume de séducteur. J’étais prêt à m’essayer à mes vieilles méthodes en apercevant la petite blonde en rendez-vous avec Mani, mais elle ne le quittait pas des yeux. J’étais à deux doigts de la taquiner sur la question, mais le mouvement de recul de Lyla – que je surveillais d’œillades inquisitrices toutes les trente secondes – mit mes sens en alerte. Le gars qui attrapa la main de ma sœur m’alarma. Mais, l’élément déclencheur, ce fut Manuel. Dans le fond, je l’attendais avec impatience le moment où ça dégénèrerait. « Tout va bien ? » m’enquis-je auprès de Lyla alors que la sonnerie retentit. Le gars en face d’elle s’était déjà déporté sur sa droite, contournant Manuel et évitant d’être assommé de question de l’organisatrice. Celui qui devait prendre sa place, par contre, il m’interpela pour ne surtout pas la perdre. « Et, c’est mon tour. Retourne à ta place. C’est pas comme ça que ça se passe. » Habituellement, il me suffisait d’un regard pour éloigner les peureux. Le problème de ce genre de type, c’était qu’ils étaient tellement affamés, qu’ils ne réfléchissaient plus. Ils en perdaient tout instinct de survie. « Vas-y, dégage. » cracha-t-il en me bousculant. Était-il fou ? Je le saisis à la gorge, l’entraînant vers le mur juste derrière ma fiancée. Un autre type, se sentant pousser les ailes d’un héros, voulu m’arrêter, à tort, j’étais en mode intimidation, pas provocation. Maintenant, je l’étais. Je lui administrai un coup de boule. Il se recroquevilla sur lui-même, hurlant des injures, se tenant le nez à deux mains. « SECURITEEE… SECURITTEEE. » hurla l’organisatrice qui affola toute l’assemblée. Je tournai la tête pour repérer les miens dans la foule. Il était temps de se barrer avant que ça ne devienne ingérable. C’était la meilleure des solutions pour éviter une bagarre générale, d’autant que la rousse, plus cougar que jeune biche, s’avançait vers Manuel pour réclamer son dû. « Empêche ma sœur de faire une connerie pendant que j’essaie de raisonner cette vieille truie. » ordonnais-je à Lyla sans grande douceur. « Putain, mais quelle soirée de merde. »  

 




by SerialWords.







_________________
 
............
“Vos parents vous ont souvent dit de ne pas jouer avec moi. Je suis la contradiction. Je suis le feu de sang-froid. Toujours avec le sourire, toujours avec les brûlures, tous les jours à quelques centimètres de la rupture. Petit sauvage est né dans la jungle de béton. Il y a les rêves que l'on fait. Il y a les rêves qui nous font. ”

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageSam 12 Mar - 20:47





Intrigue
Amor à mort



Si j’en avais été capable, j’aurais cherché à voir si Lucky n’avait pas de trop belles plantes en face de lui et qu’il ne rentrerait pas avec l’une d’entre elles plutôt que moi, au lieu de ça, j’étais focalisée sur le moindre geste de mes interlocuteurs, m’attendant à ce qu’ils commettent un impair qui m’obligerait à devenir violente. Mon agression m’avait au moins permis de me méfier de tout le monde et de voir chaque inconnu comme un potentiel danger, ce n’était sans doute pas mieux que de tous les voir comme des victimes en détresse mais je n’y pouvais rien, j’estimais que c’était le temps que ça se normalise mais ça durait déjà trop longtemps à mon goût. Les remarques du binoclard à mon amie me mirent en branle et quand ma connaissance me toucha, ce fut trop tard. J’attirai l’attention sur moi, ce que j’aurais à tout prix voulu éviter mais j’avais besoin de dégager d’ici et que Luciano vole à mon secours fut un soulagement. "Ça va ! » lui assurai-je avant que tout ne bascule et ne dégénère. Quand le coup de boule partit, je sentis mon angoisse s’envoler, dans ce genre de situation, je savais exactement quoi faire. Je hochai la tête et me dirigeai vers Cinzia qui tenait Mani d’une main et menaçait une rouquine de l’autre, je souris et m’avançai vers eux. « La fête est finie, Poison Ivy, mes amis et moi, on s’en va. » tentai-je en espérant qu’un peu d’humour apaiserait les choses et que Mani parviendrait à convaincre Cinzia de partir mais il était nul à chier et tout ce qui arriva fut qu’après une énième remarque désobligeante la malheureuse se mangea un coup par une Sicilienne jalouse à crever. J’éclatai de rire. « Putain, tu l’as pas loupée cette salope ! » Il y avait bien deux ou trois couples dans le fond de la salle qui continuaient à jouer le jeu mais les autres étaient venus voir et dès que le geek passa à ma portée, je lui envoyai une droite de toute beauté. « Ça c’est pour m’avoir manqué de respect tout à l’heure. » Il en faut peu pour déclencher une bagarre générale, quatre individus comme nous et c’était parti. Nous étions de la vermine mais je nous trouvais furieusement drôle.

 




by SerialWords.







_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageDim 13 Mar - 16:32





Intrigue
Amor à mort




Certes, tout le monde avait bien remarqué que ce gros cupidon dans son costume trop étroit tendait un peu l’ambiance avec ses combinaisons de couples pas franchement adéquates. Mais, il avait l’air agréable, il distribuait les verres de champagne avec, en leur fond, des petites billes aux couleurs de l'amour. Il était amène, il affichait un sourire bienveillant au coin des lèvres. Il souhaitait à tous et toutes une agréable soirée et, face à un couple à peine formé en ce speed-dating, il feignait de lancer une nouvelle flèche en plein cœur de ses heureux élus. Seulement quand les choses tournent au pugilat parce que contrairement aux règles du jeu certains sont venu déjà liés entre eux, Cupidon et ses acolytes se doivent d'intervenir pour calmer les tentions. Un *pop* sonore se fait entendre, plusieurs petites bouteilles lancées par les chérubins se voient éparpillées dans la salle dispersant leur gaz dans leurs mouvements. Ah le poppers ! Des effets quasiment immédiats : brèves bouffées vertigineuses et stimulantes, sensation de vive chaleur interne, maux de tête et sensualité exacerbée ; chaque personne réagit différemment mais ce qui est certain c'est que cette interlude courte mais intense ne laissera aucun prétendant indifférent. 



 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Deputy Woodward
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 140


MessageVen 18 Mar - 22:36





Intrigue
Amor à mort




Quatre mots sur un piano... l'auteur compositeur Sevan s'était vu remettre au bout des doigts des notes musicales doucereuses et romantiques afin d'animer cette soirée speed-dating. Au cœur de la bagarre générale, le pauvre espère recevoir le juste prix pour sa prestation interrompue juste avant de se ramasser un coup perdu. Finalement quatre doigts sur sa pauvre joue...




Participants


- Cinzia Gambino
- Lucky Gambino
- Lyla Canjura
- Manuel Herrera
- Sevan C. Khoren


Rappel des règles:

• Pas de tour par tour.
• Veiller à rester cohérent face à la situation !
• Faites également attention à bien prendre en compte les actions des autres (ainsi que les paroles bien entendu) et de jouer le jeu.
• Amusez-vous.

 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 19 Mar - 11:33




Intrigue
Amor à mort




Il attrape le micro et le fait tourner entre ses doigts sans quitter des yeux la "scène" improvisée qu'on lui a demandé d'occuper. Concentré sur la mélodie, les accords et le rythme, il se joue intérieurement la chanson. Dernière répétition, muette mais indispensable. Le stress monte, il se mord la lèvre et se racle la gorge en espérant avoir la voix la plus cristalline possible pour faire ce qu'on lui a demandé : chanter pour adoucir l'ambiance, pour envelopper l'assemblée dans une atmosphère charmeuse, quasi romantique.
Chanter c'est son métier, c'est toute sa vie, mais depuis un moment déjà, il ne sait plus vraiment s'il est capable.

Les minutes passent à une vitesse affolante, il a juste le temps d'attraper un verre de Cupidon au passage et il est l'heure de s'installer derrière le piano. Il n'est pas en représentation, ce n'est pas son concert. Il est juste là, en fond de salle, arrière plan des speed-dating en cours. Ce n'est pas plus mal, qu'on le laisse chanter sans le regarder lui convient bizarrement très bien.

Ses doigts reprennent vite leurs habitudes et leur plaisir en glissant sur les touches noire et blanche de l'instrument. Sa voix se dépose sur l'air reposant et il se détend enfin. Il pourrait pousser davantage, il pourrait varier un peu plus et chercher à communiquer sa passion.
...
Sauf que la fête n'en est plus une. C'est la catastrophe dans la salle. Retirant doucement ses mains du piano, Sevan se redresse en voyant un homme arriver un peu trop vite, un peu trop ivre ;

Incapable de savoir s'il lui était bien destiné, le chanteur est certain de l'avoir bien reçu : superbe crochet qui vient lui claquer la joue et la mâchoire. Il se lève et débranche le synthé dans le même mouvement, comme si protéger l'instrument était la priorité.
Il prend une seconde pour se frotter le visage endolori, et l'adrénaline prend le dessus. A moins que ce soit à cause de l'étrange boisson avalée ;

Il s'assure que personne n'envisage de lui asséner une frappe supplémentaire puis il s'approche du groupe le plus proche. En fait, les gens sont rassemblés pour se foutre sur la gueule. Éméché, contrarié et victime d'une pénible migraine qui lui donne terriblement chaud, l'armeno-français attrape par les épaules un nigaud qui tentait de baffer une jeune femme.
On aura tout vu ! Il le repousse violemment puis se tourne vers la demoiselle en détresse...qui a finalement l'air aussi violente que son agresseur ;

Ô joie.
Sevan se fait bousculer dans un sens puis dans un autre, cherchant malgré tout à éviter de blesser les bourrés qui l'entourent.

Ça fait des lustres qu'il ne sait pas fait éjecter d'un bar. Ce soir pourtant, il semblerait que tout le monde cherche à se faire remercier sans grande délicatesse, voire emmener par les flics.
 




 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cinzia Herrera
ADMINE INTREPIDE ET SANS CLE

❖ MESSAGES : 6669


MessageDim 20 Mar - 16:15





Intrigue
Amor à mort



Débarrassée du petit intello par un Mani possessif à raison, je l’ai vue s’approcher de lui, conquérante, les yeux criant braguette, comme s’il n’était pas évident que nous étions un couple à l’humour malsain venu en groupe se repaître du malheur des autres. Qu’est-ce qu’elle cherchait, la Cougar ? Je n’étais pas du genre à tolérer le prêt. Je comprenais qu’elle soit tentée, il était beau à souhait, mais si elle ne gardait pas sa place et ne rangeait pas ses pupilles dégoutantes de luxure dans ses poches, je ne manquerais pas de les lui arracher. Je lui confiai, sur le ton du conseil. Elle fit mine de ne pas saisir le danger et elle écopa d’un coup en plein visage qu’elle ne vit pas venir. Lyla, amusée, me chuchota quelques mots à l’oreille avant de bondir sur l’enfoiré désobligeant qui manqua de pisser dans son froc devant mon fiancé. Il n’en fallut pas davantage pour que ça tourne en bagarre générale. Le pianiste, qui jusqu’ici n’avait rien demandé à personne, écopa d’un coup de Dieu sait qui. Je lui aurais bien conseillé de s’éloigner maintenant qu’il passait près de moi. Je lui aurais vivement exhorté à ramasser ses affaires et de se casser avant de perdre l’usage d’une main dans la bataille, mais la vieille peau reprit ses esprits et me sauta au visage. Salope. Elle gagna un coup de chaise et, tandis qu’elle perdait l’équilibre, j’en profitai pour l’immobiliser par terre. Pas compliqué. Je la poussai, elle s’écroula, entraînant au passage le dit-chanteur. C’était ce qu’on appelait être écrasé par le poids des années. Il était retenu à terre par septante années d’hormones féminines en ébullition. Finalement, ce qui me surprit, c’était que Manuel ne m’arrête pas, non pas qu’il soit plus catholique que le pape ou un pacifiste extrémiste, mais parce que la sécurité aurait tôt fait de nous jeter à la porte si les flics ne débarquaient pas. Rien de tout ça ne se produisit. Une odeur acide me chatouilla les narines et je fus prise d’un fou rire, comme la majorité des gens de la salle. Je ne savais plus me ravoir. Je riais à en avoir mal aux abdos. C’est là, alors que mes forces faiblissaient à cause de cet éclat d’hilarité intempestif, qu’on me souleva du sol. Je tentai bien de me débattre, mais j’étais réduite au statut de faibles femmes. Tournant la tête en direction de cet audacieux, je constatai avec désarroi que cette pétasse avait tout du stéréotype de la lesbienne camionneuse qui passe sa vie sur les routes. « Lâche ma copine, salope. » Cette voix aux accents de l’est ne fit qu’aggraver mon état d’hilarité. Pourtant, même si j’étais coriace, elle aurait pu m’écraser les côtés en serrant un peu plus fort. « Et, si elle est lesbienne, qu'est-ce qu'elle voulait à mon mec, cette pétasse ? » crachais-je toujours morte de rire, attisant la colère de l'autre qui serra sa prise un peu plus fort. « Allez, respire profondément. » Peut-être finirait-elle par me redéposer, n’en pouvant plus de me soutenir, alors que l’air est la franche rigolade à présent. "Et puis, laisse-moi là et occupe-toi plutôt d'elle, avant que le pianiste ne meurt asphyxié..."





 




by SerialWords.







_________________

Avere nel cuore, une voglia d'amare. Avere nella gola una voglia, di gridare. E chiudersi dentro. Prigionieri di un mondo che ci lascia soltanto sognare, solo sognare. Se non ci fossi tu io me ne andrei.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Manuel Herrera
ADMIN A LA MACHETTE MAIS EN DETENTE

❖ MESSAGES : 9004



MessageDim 20 Mar - 17:52





Intrigue
Amor à mort



Frapper une gonzesse ne lui posait aucun problème mais il préférait en voir deux se foutre sur la gueule, ça avait un côté excitant non négligeable. Il put sentir le moment exact où ma soirée bascula et pourtant, il ne fit rien pour calmer le jeu, heureux que la St Valentin tourne autrement et de façon aussi comique. Voyant que tout le monde s’en donnait à cœur joie et sautait sur l’occasion de profiter de ce défouloir improvisé, il attrapa le premier à sa portée qui avait une tête qui ne lui revenait pas et lui asséna un coup de coude monumental. Il distribuait les coups comme Jésus multipliait les miracles, ne perdant jamais sa future femme des yeux. Il entrevit la gouinasse l’agripper et la hisser sur son épaule et il entreprit de les rejoindre pour lui apprendre à garder ses mains dans ses poches quand il fut secoué par une crise de rire. Ce fut soudain et incontrôlable et ça lui coupait toute capacité à réfléchir. Plus il tentait de reprendre son souffle, plus il riait comme un bienheureux, des larmes plein les paupières alors qu’il n’était pas capable de s’arrêter, continuant malgré tout à se traîner jusqu’à la Sicilienne. Son système d’alarme c’était mis en route, il fallait se tirer d’ici vite fait bien fait. Il arriva à leur hauteur, mit une éternité à trouver la force de foutre un coup de pied dans le genou de la grosse gouine qui s’étala de tout son long avec son paquet. Ce fut tout aussi compliqué de la sortir de la prise de ce gros cageot mais il y parvint, la mettant sur ses jambes en se marrant comme si c’était la blague du siècle, sentant ses joues lui faire un mal de chien. Il réussit à s’extirper de la salle enfumée et put reprendre tout doucement son sérieux. « Putain de merde, c’était quoi ça ? » cracha-t-il. « Faut aller chercher ton frère et Lyla, ils sont encore là-dedans. » Il sortit un mouchoir joliment plié de sa poche et en fit un masque à sa douce. Pour lui, une banderole annonçant le speed dating fit l’affaire. « Retrouve la, je m’occupe de ton frère et respire le moins possible. Oh, et rappelle-moi que la prochaine St Valentin, je serai l’organisateur ! On se retrouve ici dans 5 minutes, ok ? » Il compta jusqu’à trois et fonça dans la salle, suivant ses propres instructions, se prenant même à libérer le pauvre musicien du poids mort de la rouquine, son bon cœur le perdrait un jour. Il se redressa, cherchant Luciano des yeux, ne voyant pas que sa copine la lesbienne était de retour avec une bouteille vide dont elle se servit pour l’assommer. Il s’écroula lamentablement, le crâne en sang.
 




by SerialWords.







_________________
mundo pequeño y es así

El policía tiene su fin, el ladrón roba para vivir.
Otro día en la semana, no puedo dormir
Mucho lo que consumí: bazuco y marihuana
Ofendido y señalado por la sociedad,
Criado y educado por la calle claro esta.
Ya ves, cual es mi camino,


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luciano Gambino
ADMIN COUP DE BOULEUR

❖ MESSAGES : 1779
❖ AVATAR : Taylor Kitsch



La cruauté est essentielle si l’on veut conserver le pouvoir. Sans elle, on apparaît faible et les adversaires en profitent. Comme les chiens : celui qui aboie le plus fort devient le chef de meute. [Saviano]

MessageMar 29 Mar - 23:44





Intrigue
Amor à mort



Envoyer Lyla à la rescousse de ma sœur était tout sauf une bonne idée. Vraiment. C’était comme demander à un aveugle s’il était capable de voir. Ma fiancée, au lieu d’arrêter la Maruzella, elle aurait été capable de tourner la manivelle de sa colère. Mais, avais-je une autre solution ? La dernière fois que je posai les yeux sur Manuel, il était en proie avec un intellectuel désobligeant. Il avait d’autres chats à fouetter que d’arrêter sa furie – bien que je soupçonnais que son excessivité l’amusait beaucoup. Moi, je fis mon maximum pour essayer d’empêcher la vieille peau déguisée en cochon de me casser les couilles alors que j’étais en démonstration de mâle alpha. Et puis, soudain, tout dérapa. Je fus pris d’une crise de rires qui tourna en crise de larmes. Je n’arrivais pas à cesser de rire. Ce fut pire quand je constatai que même le musicien s’en prenait sur son grade. J’aperçus ma sœur au loin en cherchant Lyla. Elle se débattait comme dans un dessin animé. Elle était pathétique. Presque autant que moi qui arrangeait le col de celui par qui tout avait commencé alors que la moitié de la salle se tapait dessus, luttant contre l’hilarité qui les prenait. Malheureusement – ou le contraire – ce genre d’état proche de la béatitude ne dure jamais. Je retrouvai mon sérieux au moment où mon regard se posa sur mon meilleur ami. Je ne vis jamais celui qui lui écrasa une bouteille sur le crâne, ce qui était mieux pour lui. En revanche, je vis le Salvadorien s’écrouler au sol avec, sur les lèvres, un sourire béat. Je bondis vers lui ni une ni deux, le secouant, attrapant une bouteille pour l’arroser, qu’il retrouve ses esprits. « ça va vieux ? Tu n’as rien ? » Lyla, qui me retrouva avant moi, se proposa de l’ausculter, mais c’était à mes yeux la pire des idées. « Non non. Il faut le sortir d’ici. Et toi, là bas ? » hurlais-je en direction du musicien. « Aide-moi à le soulever s’il te plait. Il faut l’éloigner de là. Et ne surtout pas tomber sur sa fiancée. On ne sait pas trop comment elle pourrait réagir en le voyant à moitié assommé comme ça. »
 




by SerialWords.







_________________
 
............
“Vos parents vous ont souvent dit de ne pas jouer avec moi. Je suis la contradiction. Je suis le feu de sang-froid. Toujours avec le sourire, toujours avec les brûlures, tous les jours à quelques centimètres de la rupture. Petit sauvage est né dans la jungle de béton. Il y a les rêves que l'on fait. Il y a les rêves qui nous font. ”

Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
AMOR A MORT ~ TOPIC # 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» AMOR A MORT ~ TOPIC # 4
» MORT AUX ROUGES [Topic fermé]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: The beginning of the end :: EVERYTHING YOU NEED :: Intrigues :: AMOR A MORT-
Sauter vers: