Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
AMOR A MORT ~ TOPIC # 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageMar 23 Fév - 22:26





Intrigue
Amor à mort




Participants :



    - Gethin Turner
    - Aiden Goodwin
    - Andrew Linch
    - Carmen Canjura


Situation

Les restaurants sont bondés à cette période de l’année. Pour roucouler à la lumière des chandelles, il faudrait presque en tuer un. Alors, les retardataires se doivent d’improviser en essayant néanmoins de préserver le caractère romantique de la fête des amoureux. Quoi de mieux dès lors qu’une bonne toile ? Un film d’horreur, la pénombre, du monde, mais concentré sur l'image ou sur le partenaire, tout y est pour passer un moment exquis sans trop attirer l’attention. Le gérant a par ailleurs bien fait les choses. Des stands de commerçants proposent leur service : dégustation de chocolat, jeux érotiques et champagne pour tous. Rien pour remplir un estomac sainement, mais nul doute tous les éléments sont réunis pour émoustiller les papilles et l’imagination.


Les règles:

    • Pas de tour par tour.
    • Veiller à rester cohérent face à la situation !
    • Faites également attention à bien prendre en compte les actions des autres (ainsi que les paroles bien entendu) et de jouer le jeu.
    • Amusez-vous.


 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageJeu 25 Fév - 17:16






INTRIGUE
amor à mort


« J'aurai dû prévoir plus tôt et m'y déplacer, je suis désolé. » Souffle-t-il à l'oreille de la jeune femme, essayant de se rattraper au mieux, laissant quelques baisers se glisser contre son cou tandis que ses mains terminent de faire le nœud au sien. Les lueurs claires de l'extérieur se sont affaiblies, elles se sont éteintes aussi certainement que la lassitude des heures écoulées. Et il en a profité pour trouver une issue quant à sa réservation ratée, celle qu'il pensait bien prise en compte par téléphone mais finalement ignorée, puis oubliée dans les limbes d'un agenda chargé. Il soupire légèrement en finissant de replacer ses cheveux, en s'en retournant vers la jeune femme qui l'attend là-bas, un peu plus loin dans le salon. Il tient à faire les choses correctement, il tient à ce que sa soirée n'est pas d'imprévu, pas de catastrophe comme le peu d’événements publiques faits entre eux deux ; que ceux-ci soient agréables ou non. Il essaiera de se tenir, c'est une promesse qu'il se fait tandis qu'il revient vers elle, déposant un premier baiser contre ses lèvres, un deuxième. « Ne me tente pas dans la salle, s'il te plaît. » Laisse-t-il entendre avant qu'un sourire ne se dessine sur ses lèvres, avant que l'heure de s'y rendre n'approche à grand pas. Et s'il s'était attendu à ce que bien des personnes ne se réfugient dans les restaurants ou les bars du coin, il ne s'était pas attendu à voir autant de personnes se risquer dans ce genre de salles. Aussi, il soupire légèrement, gardant la main de sa Belle dans la sienne, aussi proche de lui qu'il est en mesure de l'avoir. Parce qu'il les voit, ceux venus seulement pour essayer d'apercevoir la demoiselle seule, et parce qu'il n'est pas habitué à ce genre de soirée-là. Pas du tout même. Il est de ceux qui s'enferment dans une grande salle, de ceux qui profitent des buffets payés grassement par celui qui n'aspire qu'à un peu de gloire momentané ; merci ses parents pour cet héritage de connaissances-ci. Néanmoins, il passe au-dessus de ses habitudes pour ce soir, il les met de côté pour n'offrir d'attention qu'à la jeune femme contre lui, qu'à celle qu'il s'est surpris à vouloir chérir, toujours plus qu'humainement possible, assez pour se risquer vers les stands qu'on propose avant le film qu'ils sont venus voir. « Laisses moi deviner, tu veux d'abord du champagne, ensuite les chocolats et puis le reste... » Souffle-t-il à son attention, son sourire venant trahir le fait qu'il ne soit pas si agacé que cela, plutôt heureux de la savoir enthousiaste quant à son idée de dernière minute, quant à cette soirée improvisée mais plutôt bien commencée ; au moins pour eux, puisque là-bas, un verre se brise déjà.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageSam 27 Fév - 12:57






INTRIGUE
amor à mort

La Saint-Valentin, une belle fête pour ceux qui sont en couple, et il avait cette chanson d'avoir Aiden ! Plutôt qu'un pseudo dîner romantique, Turner avait proposé à son petit ami qu'ils allaient se faire un petit cinéma histoire de passer du temps ensemble sans faire forcément des folies ! Ils étaient arrivés séparément, Gethin finissant juste son service à la caserne une heure avant le début du film... il connaissait Goodwin, et savait qu'il était capable du meilleur comme du pire, le pire étant pour ce jour-là de se pointer super en retard. Le pompier avait donc préféré prendre les choses en mains et qu'ils se donnent rendez-vous directement au cinéma, au moins même si son petit ami avait du retard il pourrait toujours aller voir un film.  Lorsqu'il arriva, il fut assez surpris de voir le champagne, les chocolats et compagnie traîner. Comme il l'avait prédit, le bibliothécaire n'était toujours pas arrivé mais si l'on en croyait son dernier sms cela ne saurait tarder. En l'attendant et avant qu'il n'y ait une trop grosse cohue, Turner pris deux verres de champagne et alors qu'il commença à boire le sien, il fut si surpris d'entendre la voix d'Aiden à son oreille alors qu'il ne l'avait pas vu arriver que le deuxième verre lui glissa des doigts et tomba par terre attirant par la même occasion tous les regards vers eux. Turner prit une espèce de teinte rouge. Désolé. bafouilla-t-il avant de regarder Goodwin et de lui tendre son propre verre. Tu m'as fait peur, espèce d'idiot ! Tu sais bien pourtant que je suis parfois maladroit ! ronchonna-t-il pas franchement de cette petite blague. Son regard passa sur les autres couples présentes avant de s'arrêter sur Carmen et Andrew. Il connaissait l'homme pour l'avoir croisé à plusieurs reprises de façon plus ou moins cocasses...  et la nana qui était avec lui était jeune... beaucoup plus. Peut-être pour être sa fille, mais sa petite sœur, sauf qu'il était évident qu'ils étaient bien plus. Le type là-bas, je le connais... vite fait... mais j'ai bien envie de le saluer, ça te dérange ou pas ? Après tout c'était leur soirée, la soirée des amoureux blablabla et compagnie, il préférait donc avoir l'avis de son compagnon. Il avait à peine laissé le temps à Goodwin de répliquer quelque chose qu'il remarqué qu'il s'était coupé  légèrement avec le verre brisé, de façon tout sauf élégante il mit la partie de son doigt blessé dans sa bouche  pour léger le sang.






by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amelia Jefferson
CALLA

❖ MESSAGES : 752
❖ AVATAR : leighton meester


MessageSam 27 Fév - 14:01

amor à mort
Boy, you're so dope, Your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean Nothing without you.. Δ without you.

Trois kilos ... est-ce que ça se voit beaucoup ? Elle n'arrête pas de se poser la question, plantée devant son miroir, abandonnant l'idée d'une robe noire près du corps pour une robe plus fluide, pour cacher ce qu'elle avait l'impression d'être un énorme bourrelet bien que pour la plupart des gens, on ne voit absolument rien. Elle n'avait toujours pas acheté de test et l'idée la terrifie toujours autant, suffisamment pour qu'elle continue à garder la tête dans le sable, au moins l'espace de quelques jours. Et puis, elle ne voulait pas gâcher la soirée avec ses pensées embrouillées. Bientôt, tout ça ne serait qu'un mauvais souvenir à mettre derrière eux.
La jeune femme revient vers Andrew, son sourire retrouvant sa place sur ses lèvres alors qu'elle l'aide à attacher son noeud papillon. "T'en fais pas, je suis sûre qu'on va bien s'amuser quand même." Et elle le pense vraiment. Finalement ce n'est pas tant l'endroit où ils vont passer la soirée qui importe mais bien le fait d'être ensemble et de pouvoir partager ce moment à deux. La petite brune laisse échapper un rire taquin en venant cueillir un baiser sur ses lèvres. "J'essaierai de me tenir mais je ne promets rien. Les salles sombres tu sais, ça a un effet aphrodisiaque." En réalité, elle espérait surtout ne pas croiser trop d'odeurs désagréables. Elle avait tendance à être assez nauséeuse en ce moment, sûrement quelque chose qui ne passe pas niveau digestif. Enfin, c'est ce dont elle tente de se persuader.
L'endroit est loin d'être désagréable et l'adolescente est même franchement surprise par les moyens qui ont été mis en place pour rendre le cinéma romantique. Champagne, chocolat ....et cette odeur de pop corn trop sucré qui lui lève le coeur, bien qu'elle garde son sourire de façade, serrant la main d'Andrew pour ne pas risquer de le perdre dans la foule. Elle lève ses prunelles claires vers lui face à son énonciation. "Mieux vaudrait que j'évite les bulles si tu ne veux pas qu'on nous sorte de la salle pour attentat à la pudeur." La jeune femme sursaute au bruit du verre brisé, suivant le regard de son prince charmant vers un couple d'hommes, mais de toute évidence rien de grave, si ce n'est qu'il les observe un peu trop longtemps pour que ça soit banal. Peut-être une connaissance d'Andrew, un collègue de l'hôpital. "Les chocolats me font vraiment de l'oeil, on se cherche un truc au buffet ?" Rarement à l'aise face aux personnes découvrant leur couple pour la première fois, autant le faire avec une douceur sucrée qu'à froid, comme ça, en devant encore une fois affronter le regard plein de jugement habituel.
© GASMASK

_________________


Darkness is your candle.
Amelia J ☽ Ce doit être ça l'amour : quand le regard de l'autre voit en vous ce que vous ne voyez pas vous-mêmes, l'extrait comme une pépite dorée et vous l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageSam 27 Fév - 16:19






INTRIGUE
amor à mort


Il a essayé de ne rien prendre, comme souvent depuis peu. Aiden essaie de se remettre, il essaie de remonter la pente descendue quelques années auparavant et il sait que cette soirée sera décisive en ce qui le concerne ; en ce qui le concerne lui et Gethin en vérité. Parce qu'il n'a que trop conscience des faits, que trop conscience des efforts que ça demande au pompier que de le supporter, que de devoir le voir dépérir pour un homme dont il n'avait pourtant jamais parlé auparavant. Un secret révélé en plus de devoir en cacher un autre en guise de conséquence à des actes irréfléchis. A cette vérité-là, Aiden sait qu'il pourrait perdre l'autre homme, il sait que tout ne tient peut-être plus qu'à un fil ; même si Turner fait en sorte de lui laisser penser le contraire. Il est loin d'être stupide, et bien loin de l'inconscience qui le caractérisait autrefois. Tout a changé quand ses mains se sont levées, quand la folie et la rage se sont permises de prendre le pas sur la raison. Il sait désormais qu'il lui faut prendre les devants alors il avait accepté cette soirée-là, il lui avait dit qu'il viendrait parce qu'il lui doit ce retour, parce qu'il lui doit tout ce qu'il fait pour lui. Aiden ne peut pas rester chez lui à s'enfermer, à dépérir dans un recoin de son appartement en attendant que les choses ne s'arrangent d'elles-même, en attendant que le temps ne fasse son œuvre ou qu'il vienne réparer ses méfaits, offrir une nouvelle chance à Salvatore de survivre aux coups qui lui ont été portés. Mais sans ça, ses esprits ne lui seraient pas revenus, pas même malgré la présence quasi constante de son petit-ami pour qui ses sentiments, finalement, se sont tout de même confirmés. Et c'est pour cette raison-là qu'il l'a rejoint jusqu'au cinéma choisi, pour cette raison-là qu'il a retrouvé son sourire et cette espèce de joie de vivre qui lui correspondait si bien, par le passé. C'est pour lui qu'il se permet de revivre ne serait-ce que quelques heures, au moins, probablement plus parce qu'il se sent bien, pour la première fois depuis les horreurs commises de ses mains, Aiden se sent bien. Parce qu'il le voit, là-bas, attendant son arrivée, parce qu'il le reconnaît, comme toujours, préparant déjà le tout ; ce qu'il s'empresse de venir briser en une fraction de seconde, en un mot chuchoté, en un verre échappé. Les éclats claires se dispersent ici et là tandis que la foule se tourne vers eux, il n'en rougit pas, s'en fait même plutôt fier en allant pour l'embrasser avant de constater que son attention n'est plus sur lui. « Le type là-bas, je le connais... vite fait... mais j'ai bien envie de le saluer, ça te dérange ou pas ? » Et il hésite à répondre, il hésite à lui dire de faire comme bon lui semble parce qu'il aimerait quand même le garder pour lui, parce qu'il aimerait que cette soirée leur soit réservé. Néanmoins, il se risque tout de même à y prêter attention avant de constater que ce type en question n'est nul autre que le Andrew de Jade, que celui qu'ils ont évités, tous les deux, la dernière fois qu'ils s'étaient risqués dehors ; ce même homme dont il a si souvent entendu parler et plus qu'en mal. « Je suis étonné de voir que tes fréquentations ne sont pas toujours aussi bonnes que les miennes. Mais, tu sais quoi, je pense que c'est une bonne que d'aller le voir, hm ? Je connais la fille, de toute manière. » Souffle-t-il prenant finalement les devants, reconnaissant Carmen qu'il avait pu voir, parfois, quand le manque de ce qu'il vendait se faisait légèrement ressentir chez elle ; chose qu'il sait d'inconnu aux yeux du plus grand. Parce qu'il sait comment il fonctionne, parce qu'il n'en a que trop entendu. « Eh, je pensais ne jamais te revoir, toi ! » Laisse-t-il lui échapper à l'égard de la jeune femme du couple qu'ils rejoignent, lui sans gêne aucun.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageLun 29 Fév - 19:22






INTRIGUE
amor à mort

Je suis étonné de voir que tes fréquentations ne sont pas toujours aussi bonnes que les miennes. Mais, tu sais quoi, je pense que c'est une bonne que d'aller le voir, hm ? Je connais la fille, de toute manière. Gethin fronça un peu les sourcils à la première phrase de son petit ami. Qu'est-ce qu'il voulait dire par-là ? Ce type était juste un neurologue d'après ce qu'il en savait et puis, il ne le fréquentait pas vraiment... il le connaissait juste comme ça. Pourquoi est-ce qu'il tenait à le saluer alors ? Il n'en savait trop rien. Peut-être parce qu'il avait envie de papoter avec des connaissances, de voir comment ce type évoluait de son côté et surtout... très certainement... par pure curiosité. Tu connais la fille ?! Rassure-moi ce n'est pas une ex, ou quelqu'un qui se shootait avec toi ? l'un comme l'autre l'aurait étonné mais après tout il avait appris à ne plus se fier aux apparences et il était également devenu assez méfiant vis à vis des fréquentations de son petit ami. Enfin allons-y ! Il ne savait plus trop si c'était une bonne idée au final, cela semblait enchanter un peu trop Goodwin et il se demandait s'il n'y avait pas anguille sous roche. Le bibliothécaire était un pro pour le mettre dans l'embarras et c'était même son plus grand jeu favori. Il posa son index sur le torse de son petit ami de lui faire un petit sourire et de lui souffler Et soit gentil avec eux ! pas de blague, pas de remarques désobligeantes... J'aimerais passer une bonne soirée en ta compagnie, ne fais pas quelque chose qui pourrait finir en bagarre ou je ne sais quoi. Un autre don de Goodwin, il fallait croire... mais c'était aussi quelque chose que Gethin arrivait à faire souvent: s'attirer des ennuis par ce qu'il parlait trop et surtout pour ne rien dire de bien intéressant !

Eh, je pensais ne jamais te revoir, toi ! Ce qu'il venait de dire c'était visiblement comme de pisser dans un violon. Il suivit son petit ami, un sourire un peu gêné au couple. Bonsoir. Désolé de vous importuner ! crut-il bon d'ajouter avant d’enchaîner Je voulais prendre de vos nouvelles, et il se trouve que... mon petit ami connaît votre... heu... Il regarda Aiden, puis Carmen espérant que quelqu'un l'aiderait à lui apprendre le prénom de la gamine... Gêné et se sentant con en ne sachant pas s'il devait la définir comme sa sœur ou sa petite amie, il préféra tendre la main à Carmen. Gethin, enchanté. Il se tourna un peu vers Aiden avant de lui souffler à l'oreille Et toi, bois au lieu de dire des conneries.






by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amelia Jefferson
CALLA

❖ MESSAGES : 752
❖ AVATAR : leighton meester


MessageLun 29 Fév - 22:11

amor à mort
Boy, you're so dope, Your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean Nothing without you.. Δ without you.

Du champagne, du chocolat, un film d'horreur ... tout pour faire de cette soirée quelque chose de romantique et d'atypique. Oh et tiens, une vieille connaissance qui semble tout droit sortir d'un cauchemar, un fantôme du passé qu'elle aurait franchement apprécié de ne pas croiser. Ou tout du moins dans un autre contexte. Et surtout pas devant Andrew. Certes, elle n'avait pas consommé depuis plusieurs mois et avait plus ou moins décidé de s'en tenir là pour ce qui était de ses cigarettes qui font rire, sans prendre une ferme résolution. Mais ça n'empêchait qu'elle n'avait aucune envie d'expliquer à Andrew qu'elle venait de croiser son ancien dealer d'herbe. Et en plus, il est avec l'autre type qui les fixe depuis avant, à croire que le destin avait vraiment un sens de l'humour particulier en ce moment.
Néanmoins la petite brune retient son soupir agacé, tente de rester impassible alors que les deux hommes -couple?- viennent dans leur direction, comme un mauvais rêve qui se déroule au ralenti devant ses yeux. Pourtant, il ne lui semblait pas avoir jamais porté préjudice à Aiden dans son trafic, plutôt cliente discrète et sans embrouille, alors pourquoi s'amuserait-il à venir balancer ce rocher dans son océan calme ? Ce qu'elle craint finit par se réaliser quand il s'adresse à elle directement, la prenant de court en ne laissant pas de doute quant au fait qu'ils se connaissent. La situation risquait de lui faire perdre son sang froid, bien décidée à ne pas tout foutre en l'air avec l'homme qu'elle aime. Mais avant qu'elle n'ait pu répliquer quoique ce soit, l'homme encore inconnu prend les devants. Apparemment lui et Andrew se connaissent mais son hésitation quant à son statut fait monter d'un cran son agacement. Ils se tiennent par la main et n'ont pas l'air ni de simples amis ni de frères et soeurs, leur lien lui semble plutôt évident. Néanmoins, elle s'abstient de lui balancer tout ça à la figure, tentant de retrouver son sourire calme. "Sa petite amie. Carmen." Elle tend la main dans sa direction, saisissant la sienne d'une poignée ferme et rapide. La petite brune remet quelques boucles derrière son oreille avant de se tourner vers Andrew, tentant de détendre les traits crispés de son visage. "Aiden bosse à la bibliothèque où je révise." Elle reporte son attention vers le jeune homme en question, un sourire sur les lèvres, ses prunelles claires et glaciales se posant sur les siennes. "C'est vrai que je ne suis pas venue depuis longtemps. Je préfère travailler de chez moi. Mais c'était agréable de te croiser toi et ton petit ami, en espérant que vous passerez une bonne soirée." Autrement dit, tais-toi et disparais de ma vue. La petite brune avait beau savoir se maîtriser, elle n'en reste pas moins une Canjura et leur caractère explosif n'est pas qu'une simple réputation.
© GASMASK

_________________


Darkness is your candle.
Amelia J ☽ Ce doit être ça l'amour : quand le regard de l'autre voit en vous ce que vous ne voyez pas vous-mêmes, l'extrait comme une pépite dorée et vous l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 2 Mar - 9:14






INTRIGUE
amor à mort


Il a tenu à s'y rendre, même malgré les mises en garde de Gethin, même malgré tout ce qu'il avait pu insinuer en quelques mots seulement. Bien-sûr qu'il était doué pour rendre les choses désagréables, bien-sûr qu'il savait comment faire pour briser la bonne ambiance durement instauré. Pourtant, ça ne lui vient pas encore en tête que, ce soir, ce pourrait être le cas. Il n'a pas conscience que sa connaissance avec la jeune femme pourrait ruiner bien plus de minutes qu'il ne croit déjà déranger par son intrusion rapide. Et Gethin le suit, de près, parce qu'il sent encore son regard sur lui, parce qu'il en sourirait presque de savoir qu'il inquiète à ce point, trop imprévisible, trop ailleurs, trop loin des conventions et du monde, en plus des secrets qu'il garde sans trop en avoir conscience. « Bonsoir. Désolé de vous importuner ! » Il soupire à ces mots-là, les pensant un peu trop pompeux en sachant que ça aurait pu être n'importe qui que ça n'aurait pas importuné. S'ils souhaitaient être tranquille, il fallait rester chez soi. Du moins, c'est ce qu'il en pense, un peu trop maladroitement en vérité, parce qu'il reste sur le jugement de Jade à l'égard de l'homme qu'ils viennent de rejoindre. Il le remet enfin, ce sale con comme elle aurait aimé à le dire. Il s'en souvient, maintenant, de toutes les histoires entendus et de tout le mal causé. Finalement, un léger silence s'installe tandis que Gethin cherche ses mots, tandis qu'il attend de savoir comment enchaîner, se risquant finalement qu'à présenter sa main à la jeune femme avant de s'en retourner vers lui. « Et toi, bois au lieu de dire des conneries. » Il hausse simplement les épaules à ça, parce qu'il n'estime pas en avoir encore dit, de conneries, même si l'envie ne lui manque bien ; bien que la jeune femme ne lui ait pourtant rien fait. C'est instinctif, une espèce d'enfantillage retrouvé quant à la vengeance qu'il pourrait faire opérer pour Jade. « Aiden bosse à la bibliothèque où je révise. » Et, au regard qu'elle vient délicatement poser sur lui, elle-aussi, il devine que tout ne dépendra que de lui ce soir. Ça l'amènerait presque à sourire bien qu'il s'en retient, essayant de se faire raisonnable, au moins pour son pompier qui ne lui demande qu'une soirée plus ou moins calme. Et, s'il s'était attendu à plus dur que ça, c'est à une tentative de fuite qu'il assiste, prit de cours, ne sachant pas vraiment s'il doit enchaîner ou non.

Aussi, il essaie de se taire, offrant qu'un sourire à l'homme qui n'en finit plus de le fixer. Parce qu'il le remet aussi, il s'en doute maintenant. Disons que sa tête ne passait pas inaperçue aux côtés d'une connaissance commune qu'ils se sont amusés à briser, tous les deux, elle et lui. Il en soupire, s'en retournant un instant vers Gethin. « Dis-moi que tu ne connais pas vraiment ce type. J'en ai entendu parler et il a l'air tout sauf sympa. Et elle, elle ne se gênait pas pour venir me voir dès qu'elle avait besoin de quelque chose. » Souffle-t-il pour lui part de ce qu'il sait sur ce couple-là, essayant de lui faire entendre sa vision des choses parce qu'il pense nécessaire que de lui expliquer ce soudain élan de perfidie. « J'ai... une amie qui m'est très proche, Jade, dont je t'avais parlé, qui s'est presque tuée à la tâche pour ce type-là. Et il n'a fait qu'enfoncer le clou, à chaque fois, il l'a accusé du meurtre de ses parents, sérieux, elle appelait même certains de ses mecs comme lui... » Il insiste, peu conscient que cette histoire puisse être connue de la part de son petit-ami. Et il soupire, essayant de prendre sur lui pour ne pas faire plus de gaffes qu'il n'en a déjà fait rien que par les tout premiers mots prononcés plus tôt. Parce qu'il n'en est plus là, parce qu'il n'a aucune raison de faire ça. Après tout, les maux engendrés par l'ignorance d'un tel auront fait le bonheur d'un autre. C'est ce qu'il se dit pour ne pas avoir à rendre justice à la place de son amie concernée. Alors, il se rend à l'évidence même des faits, il essaie de replacer le contexte et la raison pour laquelle ils se sont avancés. Si Gethin connaît ce type, il n'ira pas gâcher le potentiel lien qu'ils peuvent avoir, même malgré sa jalousie, même malgré ce qu'il en sait. Au lieu de ça, il en revient à la belle qui tente une brèche pour s’éclipser dans la foule déjà présente, allant jusqu'à lui tenir le bras ; bien que faiblement, Aiden n'est pas très doué dans les rapports de force. Parce qu'à réfléchir, il vient de se rendre compte qu'une autre issue existe à ses soucis et qu'elle y a eu recours ; ou du moins, c'est ce qu'elle avait dit devant l'autre. « J'ai juste une question, comment tu t'en es sortie ? » Cette question-là, elle lui est venue aussi rapidement qu'il lui prononce, s'inscrivant en lui tandis qu'un besoin irrépressible de demander commençait à naître en lui. Il a choisi, comme depuis ses premières réflexions, de penser à Gethin et c'est pour lui qu'il veut savoir comment se remettre, comment se reprendre, comment sauver son couple ; quitte à en briser un autre par cette curiosité mal venue, par cette instabilité impromptue.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageSam 5 Mar - 12:46






INTRIGUE
amor à mort

Humhum. Bosser à la bibliothèque où elle révisait. Il ne savait pas trop s'il devait la croire ou pas, mais après tout c'était quand même quelque chose de logique ! Et la fin de sa phrase faisait bien comprendre qu'elle voulait être seul avec son... homme. Ce qu'il pouvait comprendre, mais pour l'instant il aurait bien voulu qu'Andrew réponde quelque chose plutôt qu'il reste muet comme s'il n'avait rien à dire. Il aurait au moins pu confirmer les dires de sa petite amie ou les saluer. Ca donnait juste envie à Gethin de vérifier s'il avait toujours une langue, mais, bien entendu il s'abstiendrait de ce genre de commentaires. On s'est juste croisé deux ou trois Aiden, c'est tout. Je vais peut-être épargner les détails de notre première rencontre, mais ne t'inquiètes pas tu n'as pas à être jaloux... ou suspicieux... ou je ne sais pas quoi d'ailleurs. C'était gênant de parler de ce pauvre Andrew comme ça, et Gethin était de plus en plus mal à l'aise de la réaction de Goodwin. Vraiment il ne savait pas se tenir ce petit gars en société ! Il allait falloir lui apprendre les bonnes manières un jour ou l'autre... Autrement dit ce n'était pas demain la veille qu'il pourrait le présenter officiellement à Lyla ou Cinzia, parce que ça risquait vraiment de très mal finir et il n'avait pas envie de passer sa soirée à jouer aux gendarmes ou à retraduire chaque phrase des uns et des autres. Ce n'est pas le moment de gérer tes griefs, tu sais ?! Et on ne juge pas sur l'apparence non plus. Moi j'le trouve plutôt sympa. faire le tampon, c'est ce qu'il savait visiblement faire de mieux, même s'il n'aimait pas spécialement cela. Il jeta un regard désolé à Andrew et Carmen et espéra qu'ils ne commenceraient pas à trop répondre pour ne pas que la situation dégénère. Turner se passa une main dans les cheveux en soupirant faiblement lorsqu'Aiden revint à la charge. Ce n'était pas possible, ça devait être un cauchemar, pourquoi à chaque fois ça finissait de la sorte ? Il ne comprenait pas. Ecoute peut-être ce qu'il a à dire, des fois avoir deux sons de cloches c'est beaucoup mieux ! tenta-t-il maladroitement. Allez Andrew, il faut parler maintenant. Turner se décomposait peu à peu mais, tout en inspirant il tenta quand même de ramener la conversation sur les bons rails. Le chocolat est bon ? Il lui semblait que le couple en avait pris un peu.


J'ai juste une question, comment tu t'en es sortie ?  Cette fois il le regarda un peu interloqué. Est-ce qu'il la cherchait ? Est-ce qu'il voulait l'enfoncer, ou est-ce qu'il demandait ça pour savoir, pour s'en sortir lui-même, pour avoir des conseils en quelques sortes ? Il n'en savait trop rien mais du coup il ne pouvait décemment pas se mettre en colère. C'était peut-être une bonne intention au départ. Aidi, ce n'est peut-être pas le moment d'en parler ce soir, tu sais ? Il reprit doucement le bras de son petit ami, espérant ainsi pouvoir mieux le canaliser. Il fit u pâle sourire à Carmen avant d'ajouter. Si vous avez des conseils.... si on peut appeler ça comme ça, je peux peut-être vous laisser mon numéro de téléphone ? En désespoir de cause...[/size]






by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 6 Mar - 17:34






INTRIGUE
amor à mort


Il y a les rencontres agréables et les autres, celles qu'on aimerait oublier, celles qu'on aimerait éviter. Et le jeune homme qui s'est élancé vers eux, celui que Carmen guette d'un mauvais œil, il devine qu'il fait partie de cette deuxième catégorie pour sa Belle. Aussi, il ne dit rien, pas encore en tout cas, se contentant d'un rapide sourire envers Gethin qu'il avait fini par remettre depuis la dernière fois avant qu'on ne vienne vouloir lui faire entendre qu'il n'était qu'une connaissance lointaine, avant qu'on ne vienne prétendre une simple rencontre dans la bibliothèque au cœur de laquelle il travaille. Mais il connaît cet homme-là, il sait ce qu'il y fait en plus de ranger les bouquins, il sait quelle voie il s'est risqué à finalement suivre parce qu'il l'avait fait, durant un temps, en compagnie de Jade. Aussi, il soupire, baissant simplement la tête comme pour ne pas se trahir, comme pour ne pas abandonner toute la retenue dont il avait pu user jusqu'alors. Et il comprend que quelque chose cloche, il le devine à la manière dont elle essaye de couper court à la conversation, il le devine à la manière dont elle aimerait s'en retourner à leur solitude désormais brisée. Elle commencerait presque à lui manquer, en plus de ce calme ambiant, cette impression que rien dans ce monde ne pourrait venir entraver leur parfaite petite vie. Andrew s'était trompé, Andrew avait choisi de ne pas voir, de se faire aveugle quant à certains faits pourtant évidents. C'est surtout qu'il aurait du le savoir, depuis le début, c'est surtout qu'il aurait du s'y attendre après tout. Il y a bien des choses qu'il ignore encore mais il s'était fait à cette idée, il s'était fait à cette vérité : celle qui disait qu'il n'en aurait pas forcément besoin pour tout reconstruire en la compagnie de la jeune femme. Celle qui disait qu'il ne devait pas savoir, de toute manière, pour espérer une stabilité fantasmée. Aussi, il avait soufflé, il s'était reculé légèrement en voyant le blond prendre à partie son petit-ami et lui parler de sa propre personne ; ce qu'il devine aisément grâce à son manque de discrétion presque risible. Quant à lui, il persiste à se taire, à essayer de se convaincre que ses pensées ne sont pas fondées, que rien ne pourrait contredire les paroles de sa Belle. Parce qu'il ne veut pas l'envisager dépendante d'une telle connerie, parce qu'il ne veut pas avoir à y croire.

Aussi, quand ils reviennent, il retrouve son sourire poli mais son arrogance légendaire, celle qui n'a fait qu’accroître au cours des derniers mois, des dernières années, depuis son réveil d'entre les morts en vérité. Celle dont il use à l'égard des deux hommes, bien qu'il parvienne à la faire taire tout de même quand ses prunelles en viennent à se porter sur le jeune pompier à qui il avait déjà eu à faire, par le passé, quand tout s'avérait confus et déformé. « Ils sont plutôt pas mal, je m'attendais à pire pour ce genre d'endroit. » Répond-t-il à sa dernière question, avant que la main du drogué ne vienne se perdre sur celle de sa brunette, avant qu'il n'en fronce les sourcils pour gentiment s'approcher et l'inviter à reculer malgré l'ignorance qu'il reçoit de la part de celui-ci. Et la question qu'il pose viendrait presque confirmer tous les songes qu'il avait pu avoir, ça vient lui faire entendre qu'il a été aveugle à certaines choses ; certaines choses pourtant évidentes quand on s'en rend finalement compte. « Je peux savoir à quoi vous jouez ? De quoi vous parlez ? » La question se pose instinctivement, sans qu'il n'est vraiment pris le temps de réfléchir, de tempérer le ton dont il vient d'user à l'égard des deux hommes qui s'accaparent sa petite amie pour une raison qu'il aimerait pourtant ne pas savoir. Parce qu'il devine, parce qu'il connaît bien des choses sur le fameux blond venu à leur encontre et il espère qu'elle n'ait rien à voir avec ce genre d'enfants, il aimerait qu'elle n'ait rien à lui devoir ou à avoir eu à faire avec ça. Au fond, Andrew ne veut pas admettre que la vie de la brune ait pu être toute autre que celle qu'elle s'offre à ses côtés désormais, il n'arrive pas à se dire que, malgré son âge, tout n'avait pu être tout rose avant son arrivé. Aussi, il s'arme de courage, de patience, de raison aussi – surtout – avant de venir faire face à Gethin, le seul des deux qu'il puisse réellement apprécier. « Écoutes, ce n'est pas contre toi, vraiment. Mais je connais ton copain et j'aimerai mieux qu'il ne s'approche plus de ma petite-amie comme il vient de le faire. Son passé n'est pas un secret. Vous pouvez rester, votre compagnie n'est pas un problème, mais je ne veux pas entendre de supposition bidon seulement parce qu'il ressent le besoin de venger une amie que l'on a en commun. » Les choses sont dites, mises au clair, aussi précisément qu'il aurait pu le faire dans un premier temps et il espère que ses mots ne seront pas oubliés par celui que ça concerne. « Sur ce, vous vous êtes décidé comment pour arriver jusqu'ici ? » Continue-t-il l'air de rien, retrouvant la main de Carmen qu'il vient serrer contre lui, choisissant de faire taire toutes les questions qu'il pourrait vouloir lui poser.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amelia Jefferson
CALLA

❖ MESSAGES : 752
❖ AVATAR : leighton meester


MessageMar 8 Mar - 21:21

amor à mort
Boy, you're so dope, Your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean Nothing without you.. Δ without you.

Ce type est pire qu'une mauvaise herbe. On pense en avoir fini avec lui et PAF il réapparaît comme par magie. Elle n'avait pas touché à un joint depuis des semaines et avait définitivement mis un terme à sa consommation récréative de toute autre substance peu de temps après le début de sa relation avec Andrew. Alors qu'est-ce qu'il espérait avec son petit manège ? Pouvoir la faire chanter et la faire trembler qu'il ne révèle la vérité ? Si c'était le cas, il allait se heurter à un obstacle de taille, à savoir sa détermination à ne rien laisser détruire sa relation, si précieuse à son équilibre et à son épanouissement. Aussi ce n'est pas ses yeux qu'elle pose sur lui quand il attrape sa main mais des mitraillettes chargées et prêtes à tirer. En plus d'intruser son espace personnel, il vient à nouveau perturber l'équilibre précaire qu'elle a pu instaurer dans son couple et dans sa vie. Et voilà que son copain en rajoute une couche. Lui donner son numéro de téléphone ? Pour leur donner des conseils ? Comme si elle était une représentante de SOS drogué en détresse et qu'elle allait se mettre à distribuer des jetons à chaque New Yorkais ayant arrêté l'herbe pendant plus d'une journée. Et cette situation commence sérieusement à lui faire péter les plombs, comme une bouilloire qui fume doucement, préparant son explosion profonde. Est-ce que la chose qui grandit dans son ventre et dont elle doit encore se débarrasser est en train à ce point de mettre à mal son système hormonal pour qu'elle n'arrive plus à garder son sang froid ? Dans d'autres circonstances, elle aurait apprécié et chéri la prise de défense d'Andrew. Et c'est vrai qu'elle l'aime pour ça, la défendre toujours envers et contre tous, sans même chercher à savoir si ce n'est pas elle la fautive. Mais sa patience atteint ses limites, la bouilloire se met à siffler et l'hypocrisie de cette situation lui soulève à nouveau l'estomac -à moins que ce soit ce fichu pop corn trop sucré qui lui donne la nausée. "Vous commencez sérieusement à me les briser." La petite brune lâche la main de son cavalier, se massant les tempes un moment en inspirant profondément. "Qu'est-ce que tu veux que je te dise Aiden ? Bien sûr, il existe une recette magique pour arrêter de consommer la putain de merde que tu refiles à des gosses même pas majeurs entre deux rayons de bibliothèque et que tu peux l'acheter sur Ebay ? Figure toi que ça n'existe pas ! Le seul moyen c'est de te sortir le doigt du cul et d'arrêter de penser à ta gueule et faire ce qu'il y a de mieux à faire pour tout le monde !" Bon, sa réponse calme et mesurée n'était de toute évidence pas sortie comme elle l'espérait. C'était même carrément pire. Elle se tourne vers Andrew, tentant de rester calme et de ne pas s'énerver encore plus. Fichues hormones qui la retournent dans tous les sens. "Alors oui, j'ai consommé de la drogue. De la marijuana pour être précise. Surprise, je ne suis pas parfaite et j'ai pas grandi dans un conte de fées. C'est comme ça. Voilà ! Tout le monde est content maintenant ?" La brune reporte son attention sur son ancien revendeur, le pointant du doigt. Et pourquoi il fait si chaud d'ailleurs ? "Et toi là ! Toi ! Je ne te dois rien et sûrement pas des conseils ! Apprends à regarder plus loin que le bout de ton nez, tu vois pas ce que tu viens de faire, par pur plaisir de foutre la merde ? Et c'est quoi le problème de cette clim, il fait mille degrés là." La tête lui tourne sérieusement, peut-être qu'elle aurait dû grignoter un truc avant de partir. Elle s'accroche au bras d'Andrew, hors de question de s'effondrer par terre et de finir cette conversation en cliché mélodramatique.
© GASMASK

_________________


Darkness is your candle.
Amelia J ☽ Ce doit être ça l'amour : quand le regard de l'autre voit en vous ce que vous ne voyez pas vous-mêmes, l'extrait comme une pépite dorée et vous l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageJeu 10 Mar - 19:32






INTRIGUE
amor à mort

La prochaine fois, se nota-t-il mentalement. Il se tairait, il n'irait pas voir des connaissances s'il était en présence d'Aiden. Ce n'était pas possible, ça devait juste être un cauchemar la tournure de la situation. Il était désolé des questions qu'Aiden posait et il essayait de faire de son mieux pour.. disons gérer les propos de son petit ami mais c'était en vain. Le mal était certainement fait; quoiqu'il dise ou fasse cela ne changerait absolument rien. Il ferma les yeux quelques secondes, avant de se passer une main dans les cheveux surtout quand Andrew s'adresse enfin à lui. Je ne sais même pas de qui v vous parlez et ce qui s'est passé... avoua-t-il un peu pitoyablement. Une amie en commun.. une amie en commun, il leur en foutrait à tous des amis en commun ! Sérieusement, pourquoi est-ce que pour une fois ils ne pouvaient pas passer une soirée tranquille, apaisante et juste s'amuser. Pourquoi, dès qu'il parlait avec quelqu'un d'autre que lui Aiden se transformait en connard ? Il ne comprenait pas, et il était juste perplexe. On voulait juste faire quelque chose d'original plutôt que de faire un banal truc romantique, et on a entendu parler de ça. Si tout le monde y mettait du sien et bien peut-être que tout pourrait repartir sur un bon pied. Peut-être, mais c'était sans compter Carmen, qui avait décidé de se mettre en colère.  Il retint un petit ricanement qui aurait été mal venu quand elle lui "expliqua" comment arrêter la drogue. Bien sûr qu'il ne fallait pas de recettes magiques.. par contre il tomba soudain de haut. des gosses même pas majeurs ?! Il regarda avec de grands yeux son petit ami. Celle-là il ne l'avait pas vu venir et il aurait pris une gifle que ça aurait été pareil. C'était un cauchemar et il allait se réveiller. Il inspira un bon coup et se frotta doucement les yeux. Il faudrait qu'il ait une sérieuse discussion avec l'autre le lendemain, et il était stupéfait d'apprendre ce genre de truc. Est-ce que c'était toujours d'actualité ? Comment est-ce qu'il pouvait être descendu aussi bas ? Tandis qu'elle était en train d'encore et toujours s'énerver sur les pauvres garçon, lui s'était pris quelques chocolats, les mangeant plus nerveusement que par envie. Un, puis deux-trois, même quatre étaient passés en moins de deux minutes.

Lorsqu'elle se tut enfin, il haussa un sourcil à sa dernière question. Vous devriez peut-être vous asseoir et surtout inspirer un bon coup. Thanks captain Obvious. Je pense qu'ils ont tous les deux compris.  Il tenta un faible sourire. Et maintenant que les choses ont toutes été dites. On va juste passer tous les quatre une bonne soirée. C'est possible, non ? En réalité ce n'était pas vraiment une question mais plutôt une sorte d'ordre. La jeune femme devait se calmer absolument, et passer une bonne soirée rire et compagnie était certainement la meilleure des choses qui pouvait lui arriver à ce moment-là ! Et vous devriez manger des chocolats, c'est bon pour le moral, moins pour la ligne certes, mais ils sont super bons ! Parler de bouffe pour adoucir les mœurs, il n'y a que chez toi que ça marche Turner.






by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mayor Bloomberg
JONQUILLE

❖ MESSAGES : 2392


MessageDim 13 Mar - 16:30





Intrigue
Amor à mort



Certes, tout le monde avait bien remarqué que ce gros cupidon dans son costume trop étroit tendait un peu l’ambiance. Mais, il avait l’air agréable. Il distribuait les chocolats avec un coeur à la cerise, un sourire bienveillant au coin des lèvres. Il souhaitait à tous et toutes une agréable soirée et, face un couple, il feignait de leur lancer une nouvelle flèche en plein cœur. Il était assurément drôle. Sauf que ces chocolats fourrés n’étaient peut-être pas le plus beau cadeau de cette soirée. Tout ceux qui ont eu le malheur d'en manger commence à se plaindre de maux de tête. Ce sont des choses qui arrivent. Tout le monde s'en remettra. Malheureusement, des familles entières, celles qui n'ont pas réussi à caser leur gosse pour la soirée, n'arrivent pas vraiment à les tenir. Une bataille de pop corn s'engage alors que les lumières se tamisent. Ils hurlent, ils rient et envoient leur projectiles. Les parents sont dépassés, mais ça va mal tourner. Au moment où la friandise rebondira dans l'oeil d'un de nos protagonistes, ça risque de devenir bien plus compliqué pour les démissionnaires. Combien d'entre vous verra la fin du film ?

 




by SerialWords.






Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageDim 13 Mar - 22:39






INTRIGUE
amor à mort


Il voit l'autre prendre ses aises, parler de lui comme s'il n'était pas là, comme s'il n'existait pas. Et il se retient de rire, il retient ce ricanement incessant et horrible pour les oreilles extérieurs, pour ceux qui n'y sont pas habitués. Une amie, il en vient même à se demander comment il peut encore oser l'appeler de la sorte mais n'en dit rien, toujours silencieux, guettant finalement son petit-ami qui, quant à lui, se fait plus diplomate, plus amical. Et il aimerait pouvoir en faire de même, il aimerait pouvoir relativiser, se dire qu'il ne mérite pas ça en cette soirée plus ou moins spécial. Mais rien ne vient, rien hormis la volonté de lui en faire baver davantage, toujours plus, rien que pour ce qu'il a pu entendre. Aussi, il se terre dans son coin, Aiden se fait presque translucide, plus qu'il ne semble déjà l'être à la manière dont on l'ignore, dont on se fout de savoir si ça lui plaît ou non. Il veut sauver son lion des griffes de l'autre animal, perfide, mauvais, faux. Mais alors qu'il va pour se soustraire à leur présence, on fait feu sur lui, les projecteurs le mettent au beau milieu de la scène, la voix de la jeune femme s'élevant plus encore qu'elle n'aurait pu le faire, attirant un peu d'attention sur eux, ce qui le ferait limite sourire en vérité. « Et toi là ! Toi ! Je ne te dois rien et sûrement pas des conseils ! Apprends à regarder plus loin que le bout de ton nez, tu vois pas ce que tu viens de faire, par pur plaisir de foutre la merde ? Et c'est quoi le problème de cette clim, il fait mille degrés là. » Ce qu'il vient de faire ? Non, il ne le remarque pas encore, s'étant pourtant ravisé de sa première idée, s'étant défait de cette volonté de vengeance pour finalement... oui, ne voir que le bout de son nez. En fait, elle a résumé toutes les étapes par lesquelles il est passé précédemment en en faisant qu'une, ce qu'il félicite pour le coup, lui qui ne pensait pas pouvoir être si aisément compréhensible, elle est parvenue à voir clair dans son jeu. Aussi, il ne s'encombre pas d'un masque, Aiden se fout de savoir s'il passe pour le petit con ou non, il hausse simplement les épaules quand elle se détourne, quand elle se décide enfin à ne plus rester braquer en face de lui, fronçant presque les sourcils pour feindre l'incompréhension ; mais à quoi bon rajouter de l'huile sur le feu quand le brasier a déjà bien pris ? Il s'y résigne, se faisant muet, rien qu'encore quelques instants tandis que Gethin s'impose, son homme au trop grand cœur, la priant de s'asseoir suite à son excès d'impulsivité. « Je pense qu'ils ont tous les deux compris. Et maintenant que les choses ont toutes été dites. On va juste passer tous les quatre une bonne soirée. C'est possible, non ? »

Et c'est presque un ordre qu'il entend, un ordre qui l'amène à lever les yeux au ciel alors qu'il se doit d'obéir, comme un gosse, un de ceux qui commencent à brayer dans un recoin du cinéma alors qu'on les somme d'aller s'asseoir, eux aussi d'ailleurs. Ce qu'ils commencent à faire, Aiden suivant bêtement, offrant même un bisou au cupidon qui les installe dans la salle avant d'attraper la main de Gethin avec de s'assurer qu'il ne le quitte pas, pas d'un seul mètre. « Je veux des pop-corn, lion. » Dit-il, le retenant, l'empêchant de s'installer aux côtés des deux autres, eux deux toujours debout contrairement au reste de la salle désormais, le regard d'Aiden cherchant celui de son homme comme pour le convaincre silencieusement, comme pour agir comme un gamin ; comme souvent, en vérité. Et il attend, n'en démord pas, il les veut, il veut qu'il fasse le chemin avec lui jusque là-bas et Gethin cède, Gethin le suit, pour son plus grand bonheur. Ce qui lui permet de profiter de cette distance enfin mise entre eux et l'autre couple auquel ils vont s'ajouter ce soir, contre son gré mais pour le plaisir de son petit-ami. « Je ne plaisantais pas. Je n'l'aime pas. » Lui souffle-t-il alors qu'on les sert, alors qu'il détient enfin son énorme pot de sa friandise réclamée, alors qu'il en détourne le regard pour finalement retourner s'asseoir, lui laissant le privilège de se mettre à côté d'eux pour ne pas avoir à supporter les tensions et les soupires quant à sa présence. Il est insouciant et se fout des autres mais ça n'empêche pas qu'il puisse prendre en compte certains comportements et il tient à éviter ça depuis la mort de Salvatore, depuis cet acte odieux commis de ses mains. Les mêmes qui, peu de temps ensuite, s'engouffre dans ses cheveux. « Gethin. Gethin regarde. J'ai un pop-corn dans mes cheveux. Regarde ! » Il ne retient pas sa vie, scandalisé, feignant bien les bonnes femmes quand quelque-chose ne leur convient pas ou les surprend ; dans le mauvais sens du terme, évidement. Aiden en joue, se redressant pour se retourner, pour toiser les alentours et les enfants qui rigolent encore derrière eux, ceux qu'il toise un instant avant de mettre son index sur ses lèvres comme pour leur confier une mission ; une mission qui lui tient à cœur et qu'il désigne du bout des doigts. L'autre enfoiré d'anglais. Ils froncent tous les sourcils, ne comprenant pas alors il s'y risque, rien qu'un instant, piochant dans son pot pour finalement l'envoyer valser sur Andrew, avant que ça n'atteigne Carmen. Il se retourne aussitôt, mangeant tranquillement, faisant comme si de rien n'était, innocent petit être qu'il est d'ordinaire ; ou presque. Après tout, il s'est tu, Aiden n'a pas continué son petit jeu de départ ; Aiden ne fait rien de mal, pas même quand il détourne les yeux vers eux, désignant les gamins d'un geste de la main pour se dédouaner de ses gamineries. « Il est nul le film, tu veux pas te tourner et ouvrir la bouche ? J'essaie de t'envoyer des pop-corn et tu dois les attraper... » Dit-il sans honte à Gethin, finalement, ne prenant même pas la peine de chuchoter. Parce qu'il est complètement dans un autre monde, toujours loin des conventions.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageMar 15 Mar - 22:21






INTRIGUE
amor à mort

A force de bouffer ces foutus chocolat, Gethin ne tarda pas à connaître le syndrome de réplétion, il était plein, et s'il avalait encore une de ces petites gourmandises, il était à peu près certain qu'il finirait par tour voir, ce qui gâcherait un tant soi peu la fête. Fort heureusement pour lui, pour ses nerfs, sa dernière petite phrase avait semblé calmer un peu les tentions.  Je veux des pop-corn, lion Et alors qu'ils allaient s’installer voilà que Monsieur Goodwin, jouait au gamin. S'il voulait des pop corns est-ce qu'il ne pouvait pas s'en acheter seul ? La réponse était visiblement oui et, n'ayant pas envie d'entrer dans un nouveau scandale, il préféra abdiquer sans un autre mot. Il alla donc les chercher, ces foutus trucs sucrés avant que l'autre ne reprenne la parole. Il avait à cet instant plus l'impression de sortir avec son petit frère capricieux qu'autre chose, enfin en théorie, parce qu'il ne savait pas réellement ce que ça faisait d'avoir un cadet. Et alors qu'ils s'étaient éloignés de l'autre couple, voilà que l'emmerdeur repris la parole Je ne plaisantais pas. Je n'l'aime pas. Gethin haussa les épaules, comme s'il n'y pouvait et ajouta doucement, avec un petit sourire. Du moment que tu m'aimes, ça me va. On ne peut pas plaire à tout le monde de toute façon ! Autant tenter de positiver, même si c'était parfois assez compliqué !

Quelques instants plus tard, une fois servis, les deux hommes étaient retournés s'asseoir et alors qu'il aurait voulu savourer le film ou les bandes annonces en paix, voilà que son petit ami se remit à parler Gethin. Gethin regarde. J'ai un pop-corn dans mes cheveux. Regarde !  Est-ce qu'il aurait pu être attendri ? Dans d'autres circonstances oui, très certainement.. mais là il était déjà un peu sur les nerfs et c'était sans compter les chocolats qui commençaient sérieusement à lui peser sur l'estomac... et surtout il commençait sérieusement à avoir un sérieux mal au crane. Il payait sa gourmandise. Tu peux pas parler moins fort Aidi ? grogna-t-il. J'essaye de me concentrer sur le film et ça aurait été sympa si tu ne faisais pas le pitre ! T'es vraiment pas sortable, on dirait un vrai gamin ! Il soupira, longuement et tenta de trouver un peu de réconfort dans le regard des deux voisins mais en vain. Heureusement pour le bibliothécaire, il ne vit pas le petit geste à l'encontre d'Andrew, il était trop concentré à suivre le film où des hommes étaient en train de faire une sorte de clayonnage étrange Tu vas voir que l'un deux va finir par se faire empaler, ils auront pas l'air fin. Berk et en plus ça devait faire mal. De quoi est-ce qu'il parlait déjà ce film ? Il ne s'en rappelait plus. Il avait l'impression que son cerveau allait exploser et jouait des maracasses à l'intérieur de son crâne. Il est nul le film, tu veux pas te tourner et ouvrir la bouche ? J'essaie de t'envoyer des pop-corn et tu dois les attraper...  Pitié. Est-ce qu'il ne piyuvait pas crever de suite. Agoniser dans ce cinéma et ne plus entendre les conneries de son petit ami qui était intenable ! Même le jour de la saint-Valentin, il ne faisait aucun effort. Je te rappelle que le dernier film pourri qu'on est allés voir sur les métempsychoses ou je ne sais quoi, je me suis tu même si ça ne me plaisait. Tu seras bien mignon de te taire maintenant... et d'arrêter de gêner tout le monde. et la goutte d'eau vu certainement quand il se reçut quelques pop corn des gamins dans la tronche. Il se leva, furieux ET VOUS BORDEL VOUS NE POUVEZ PAS TENIR VOS GAMINS.Il se rassit soudain gêné de cet énervé de la sorte, ça ne lui ressemblait pas et, plus les minutes passaient plus il se sentait mais il ne comptait pas encore le dire. Excusez mais cytokines, ça veut dire quoi exactement?[b] demanda-t-il alors qu'ils venaient de prononcer encore un foutu mot qu'il ne comprenait pas dans le film. Il ferma les yeux quelques instants, tant la tête lui tournait et il finit par poser sa tête sur l'épaule de son petit avant de lui souffler [b]Pour te faire pardonner, quand on un rentre un petit cocktail à base de papaye, goyave, fruit de la passion mangue et kumkat me ferait le plus grand bien ! il se passa une main dans le visage avant de demander à l'autre couple à côté C'est moi où ce film est incompréhensible et hyper fort niveau sonore ? Il avait l'impression qu'il était en train de lui casser les oreilles !






by SerialWords.






(Kata j'espère que les mots placés te plairont What a Face ).

_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageMer 16 Mar - 16:57






INTRIGUE
amor à mort


Elle est venue confirmer ce qu'il craignait, Andrew en trésaille, Andrew en baisse la tête comme pour éviter de s'énerver lui aussi tandis qu'elle s'est approchée de l'autre gamin, de celui qu'elle s'entête à prendre à partie pour lui faire entendre qu'il n'est qu'un abruti. Ce qu'il pourrait dire de sa propre personne également parce qu'il a choisi de croire qu'elle n'était pas de ceux-là, parce qu'il avait choisi de se dire qu'il la connaissait assez pour pouvoir prétendre qu'elle n'avait pas été assez idiote pour se risquer là-dedans mais non, bien-sûr que non. Andrew a tord et il se prend cette vérité en pleine figure, essayant de garder son calme, essayant de ne pas laisser tous ces songes s'inscrire dans sa tête. Parce qu'il croit finalement ne pas la connaître, parce qu'il croit avoir loupé bien des choses depuis le début de leur relation et, dans le fond, ça l'inquiète, plus qu'il ne pourrait le dire. Une fois encore, toute la situation lui échappe, tout lui échappe, se faufile entre ses doigts pour ne plus rien laisser qu'un vide considérable comme pour lui faire comprendre que non, rien n'a jamais été réellement à sa portée, en son contrôle. « Alors oui, j'ai consommé de la drogue. De la marijuana pour être précise. Surprise, je ne suis pas parfaite et j'ai pas grandi dans un conte de fées. C'est comme ça. Voilà ! Tout le monde est content maintenant ? » Non, elle n'a pas grandi dans ce genre d'histoires et c'est ce qu'il ignore : la manière dont elle a pu grandir, ce qu'elle a fait et comment, surtout pourquoi. Parce qu'aujourd'hui, face à ce genre de révélations, il sait que l'histoire de sa mère l'ayant abandonné n'est pas uniquement la cause de ses maux, il sait qu'elle en a bien plus à dire qu'elle ne le prétend. Et, s'il pensait s'éloigner un peu pour parer à tout ce qui vient se remuer en lui, il s'en voit retenu par la belle tout juste accrochée à son bras, de plus en plus pâle. Ce qui suffit aisément au neurologue pour repousser cette discussion à plus tard, son regard se posant aussitôt sur elle et lui venant lui faire face comme pour parer à son éventuel chute. C'est tandis qu'il fait au mieux pour s'en occuper que Gethin intervient, qu'il vient s'en mêler au lieu de tenir son abruti en laisse. Pourtant, il n'en décroche aucun mot, laissant les paroles du pompier atteindre sa petite-amie pour ne rien envenimer davantage, le laissant sous-entendre que tout pourrait se calmer si chacun y mettait du sien ; mais le premier à prévenir de cela se trouvait derrière eux. Ce qu'il ne dit pas, ce qu'il garde pour lui avant de proposer à Carmen de se lever et de le suivre, de la mener jusqu'aux places qu'on leur demande enfin de prendre en prévision du début du film. Ce qu'il accepte, volontiers, dans l'espoir que l'autre parviendra enfin à se taire au lieu de tout rendre plus difficile que ça n'aurait pu l'être au départ.

Et, comme pour le satisfaire indirectement, il les voit, les deux hommes, rester un court instant debout, l'autre invitant sa connaissance à le suivre pour des besoins infantiles, Andrew en soupire, sachant pertinemment qu'il ne pourra pas se soustraire de leur compagnie avant la fin de la soirée, si ce n'est pas plus encore puis ce genre d’événements, parfois, s'avéraient plus longs qu'ils ne pourraient d'abord l'être sur le papier. Néanmoins, il profite du départ des deux hommes pour se tourner un peu vers son hispanique, vers sa tornade visiblement un peu plus calme mais mal en point. « Il y a quelque chose qui ne va pas ? C'est pas la première fois que je te vois dans cet état, Carmen... » Souffle-t-il, les sourcils un peu froncés, inquiets, le regard posé sur elle comme pour essayer de comprendre ce qu'elle traverse ; bien qu'il n'en est pas la moindre idée en vérité. Pourtant, il aimerait savoir, il aimerait pouvoir l'aider au cours de cette période mais ne peut encore rien faire, pas tant qu'elle ne s'ouvrira pas à lui. Et les deux hommes ne lui en laissent pas l'occasion, ce qui le fait baisser les bras, abandonner l'idée, n'accordant plus d'attention qu'au film qui commence et à la jeune femme qu'il invite légèrement au creux de ses bras ; avant de se voir déranger par quelques enfants derrière. Et s'il pensait être le seul à devoir se faire entendre, c'est Gethin qui prend la parole avant lui, ne se gênant pas pour hurler, également mal en point s'il en croit la manière dont il se tient et dont il lutte contre Dieu sait quoi, même lorsqu'il se tourne vers eux deux pour une question qui s'impose d'elle-même. « C'est moi ou ce film est incompréhensible et hyper fort niveau sonore ? » Il hausse les épaules alors qu'il balaie les alentours d'un rapide coup d’œil, constatant qu'ils ne sont pas les seuls à grimacer dans leur coin ; sans compter les enfants qui, derrière, n'ont de cesse à piailler sans même s'en rendre compte. « Je pense surtout que quelque chose ne va pas, ma copine aussi a des nausées. Tu veux que j'aille demandé ? » Propose-t-il, pas très enclin à laisser sa belle seule en la sachant malade mais pourtant bien obligé de se rendre à l'évidence même des choses. Ils ne sont pas les seuls à commencer à se sentir mal et il doit admettre que ça le rend perplexe, plus qu'il n'aurait pu l'être puisque ça vient toucher l'une des personnes à qui il tient le plus. « Parce que je doute que ce soit ton copain qui puisse assommer autant de personnes à la fois, vois-tu. » Laisse-t-il lui échapper, une taquinerie, une petite pic qu'il donne volontiers en réponse à la merde qu'il a pu foutre plus tôt, entre sa Carmenita et sa propre personne, toujours un goût amer au-travers de la gorge. « Ou alors, il est plus doué à ça que ce que je croyais. » Termine-t-il en haussant les épaules, un petit sourire d'accroché à ses lèvres tandis qu'il prévient sa Belle de sa possible ascension jusqu'au hall d'entrée, bien déterminé à savoir ce qui se passe.






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amelia Jefferson
CALLA

❖ MESSAGES : 752
❖ AVATAR : leighton meester


MessageMer 16 Mar - 20:09

amor à mort
Boy, you're so dope, Your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean Nothing without you.. Δ without you.

Elle aurait pu continuer longtemps comme ça si les nausées et les bouffées de chaleur n'avaient pas raison d'elle dans sa colère soudaine. Mais il lui faut bien s'arrêter si elle ne veut pas risquer de tomber dans les pommes en plein milieu de la soirée. Elle venait déjà de faire un scandale, c'était plus que suffisant. La petite brune inspire profondément, se raisonnant intérieurement. Elle s'en voulait d'avoir perdu le contrôle, d'avoir parlé trop et des révélations qu'elle avait faite presque sans le vouloir à Andrew. D'ailleurs elle évite soigneusement son regard, hochant à peine de la tête en laissant l'autre couple s'éloigner. Dès qu'ils auraient disparu de son champ de vision, tout rentrerait dans l'ordre. Du moins c'est ce dont elle essaye de se persuader en se calmant un peu, jetant un coup d'oeil aux chocolats. Peut-être que ça aiderait, et qu'est-ce que ça allait changer à ses trois kilos de plus ? La jeune femme suit son cavalier, se taisant pour éviter les explications qu'elle devra bien finir par donner à un moment ou à un autre. Mais pour l'instant, elle espère bien ne pas avoir complètement gâché la soirée, ravalant son trop plein d'émotions en attrapant une des friandises au passage, un faible sourire sur les lèvres pour le type qui n'a pas eu de chance et a fini dans ce costume de Cupidon. Elle y croque du bout des lèvres, grimaçant aussitôt en découvrant le fourrage à la cerise. L'adolescente avale discrètement sa bouchée minuscule, balançant le reste du chocolat sous un siège mine de rien. Il ne manquait plus qu'une douceur pas si douce que ça pour raviver ses nausées.

L'adolescente suit son Anglais, relevant timidement ses yeux vers lui face à sa question. Face à son inquiétude sincère à laquelle elle ne peut pas répondre, pas ici et pas comme ça. "Est-ce qu'on peut parler de ça plus tard s'il-te-plaît ?" Elle murmure à peine, ses yeux se remplissant instantanément de larmes à l'idée de devoir avoir une vraie conversation. Sur ce qu'elle lui a avoué de son passé mais sur son présent qui risque de prendre beaucoup de place si elle ne prend pas rapidement une décision. Alors elle le suit sagement, tentant de calmer son regain d'émotions. Pas question de fondre en larmes ici, encore moins quand elle se rend compte qu'ils vont devoir regarder tout le film aux côtés de l'autre couple, laissant Andrew faire tampon de peur de relancer une scène. Moins elle verrait son ancien dealer, mieux elle se porterait. Le film lui est complètement égal, elle regarde les images défilées sans y prêter attention, se blottissant dans les bras d'Andrew. Soulagée de voir que son coup d'éclat ne change pas son comportement envers elle, sincèrement reconnaissante de sa tolérance à son égard. Mais surtout de plus en plus pâle, les sueurs froides venant couvrir son front d'une légère pellicule humide. Elle réagit à peine quand le pop corn rebondit sur ses cheveux, se contentant d'un regard sombre à l'égard d'Aiden qu'elle sait pertinemment capable de participer au raffut des gamins plus haut, pas plus mature qu'eux. La petite brune se redresse face à la question de Gethin, à Andrew qui s'inquiète aussitôt de son état alors qu'elle pose sa main sur la sienne. "Je vais bien Andrew, ça va. J'ai juste eu un peu chaud." Mais son petit ami semble prendre sa place de détracteur de bonne ambiance, bien qu'elle soit loin d'être au maximum à l'heure actuelle. "Andrew s'il-te-plait, ça n'en vaut vraiment pas la ..." Elle s'interrompt brusquement, portant une main à sa bouche pour retenir la nausée plus violente qui vient de soulever son corps, prenant quelques secondes pour se remettre. Et c'était la même chose tous les matins, à l'odeur du café, des épinards, du jambon et de toute autre chose sans aucun lien les unes avec les autres. Mais ça bien évidemment, elle ne peut pas lui dire. La petite brune se laisse tomber dans son siège, tentant de sourire un peu. "Ca va t'en fais pas. Par contre ton voisin a pas l'air en forme ..." Faisant référence à Gethin qui grimace face au volume apparemment trop fort pour lui.
© GASMASK

_________________


Darkness is your candle.
Amelia J ☽ Ce doit être ça l'amour : quand le regard de l'autre voit en vous ce que vous ne voyez pas vous-mêmes, l'extrait comme une pépite dorée et vous l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen O'Connor
ANEMONE

❖ MESSAGES : 8679
❖ AVATAR : Steve Lund


MessageVen 18 Mar - 18:43






INTRIGUE
amor à mort

Demander ? Demander quoi ? Gethin fronça très légèrement les sourcils pas bien certain de tout comprendre quant à la situation. A qui il voulait parler ? Qui pourrait faire quelque chose réellement pour eux. Vous êtes pas toubib ? demanda-t-il un peu septique. Le mec était neurologue, alors il devait  de très bonne base en médecine. Non, il ne demandait pas à se faire ausculter, il se demander juste qui serait plus adapte à les aider qu'un médecin ? Mystère et boules de gomme. Enfin moi, j'dis ça, j'dis rien. Je pense que j'ai juste trop bouffé trop de ces chocolats... C'est rien de bien grave, ça devrait passer... Ou pas, il n'en savait trop rien. Peut-être qu'il allait faire une crise de foi, peut-être que c'était un foutu virus qui traînait qui choisissait juste ce jour-là pour faire son apparition en mode "coucou c'est moi, je suis là pour t'emmerder". La petite remarque sur Aiden le fit plus pouffer de rire qu'autre chose. Ce n'était pas cool pour Goodwin une telle réaction mais l'autre se comportait comme un tel gamin que voilà... Il pouvait comprendre que Linch en ait sa claque, il ne pouvait franchement pas l'en blâmer ! Néanmoins, sentant qu'un nouveau conflit n'était pas loin de pointer le bout de son nez, il préféra tenter de stopper toutes ces bêtises. Vous avez certainement raison... mais ce n'est pas une raison de remettre de l'huile sur le feu. S'ils recommençaient à s'engueuler... ça en serait fini de sa soirée et certainement aussi de sa tête.

Peut-être qu'il aurait pu tirer Aiden par l'oreille pour tenter de le calmer. Peut-être que cela aurait marché ou alors l'autre aurait été encore plus insupportable. Certainement encore plus insupportable que le volume sonore de ce foutu film. Il aurait donné cher à cet instant pour être chez lui, au chaud et surtout sans aucun bruit. Ça va aller, ce n'est rien. tenta-t-il de rassurer l'autre couple. Il ne voulait pas être un boulet, ou un poids. Il se passa une main sur le visage, profitant de la fraîcheur de cette  dernière, et diantre ! Cela faisait vraiment un bien fou ! Secouant doucement la tête, il essaya de se concentrer un peu sur ce qui se passait à l'écran mais les gamins bruyants derrière eux n'aidaient franchement pas. Il jeta un regard à Goodwin avant de lui souffler. Tu voudrais pas trouver un moyen de les faire taire. Non, bien sûr, il ne parler de les tuer ou autre chose dans ce goût là. Mais avec son humeur actuelle, il était certain que son petit ami serait en totale phase avec eux. Je ne sais pas moi, fais quelque chose, n'importe quoi, sinon je crois que que tes pop corns vont finir dans leur tronche. Ou sur la tienne, au choix. Autrement dit, assez fait le gamin, j'suis pas bien alors fais ça pour moi, assume un peu tes responsabilités d'adulte sage. Est-ce que le bibliothécaire y arriverait, il n'en savait rien mais le principal était qu'il essaye. Un vrai essai. Et plus il se sentait mal, plus le pompier devenait irritable.






by SerialWords.





_________________
texte texte
Glory, on an another empty life




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
AMOR A MORT ~ TOPIC # 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» AMOR A MORT ~ TOPIC # 4
» MORT AUX ROUGES [Topic fermé]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: The beginning of the end :: EVERYTHING YOU NEED :: Intrigues :: AMOR A MORT-
Sauter vers: