Revenir en haut Aller en bas


Partagez|
JESSICA MILLS ❝ revenge is a full time job
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝Invité❞
Invité


MessageLun 14 Déc - 19:44





Jessica Nichole Mills
feat crystal reed

Nom Mills Prénom(s) Jessica Nichole Age 19 ans Nationalité et Origines américaine, née à Wauwatosa dans le Wisconsin Métier étudiante en journalisme ; hackeuse amateur  Tu vis dans quel quartier? à Brooklyn, dans l'appartement de Daniel, son père  Groupe simple men  Membre de gang ou pas non, mais fréquente secrètement un membre de la MOB Avatar Crystal Reed Crédits http://isaacmccall.tumblr.com/


Il y a deux Jessica. La Jessica d’avant, celle qui surgit encore par moment lorsqu’elle parvient à oublier fugacement le drame qui a bouleversé son existence entière, et puis il y a la nouvelle Jessica… Celle qui se souvient de chaque douloureuse seconde depuis l’assassinat brutal de Jason.
Elle n’a évidemment pas changé du tout au tout, mais ceux qui la connaissent bien peuvent percevoir les transformations qui se sont opérées. Autrefois insouciante, toujours souriante et positive, Jessica s’est renfermée en prenant pleinement conscience des dangers qui l’entourent à longueur de temps. Pendant un moment, elle n’osait même plus sortir de chez elle et paniquait dès que l’un de ses parents franchissait le seuil de leur porte. Aujourd’hui, ses angoisses se sont un peu estompées, même si elle tient toujours à embrasser convenablement son père avant qu’il parte travailler, ne supporte pas de se séparer de qui que ce soit sur une dispute et exige de ses proches qu’ils soient joignables en tout temps.
Bien qu’elle n’ait jamais manqué de maturité et ait toujours été une jeune fille jugée responsable et équilibrée, la mort de Jason l’a contrainte à grandir d’un coup. Dans les premiers temps, elle a dû renoncer à son statut d’enfant pour prendre soin de sa mère, dévastée par le chagrin. Son père, lui, s’est montré plus distant, s’est replié sur lui-même et elle n’a pas eu à le prendre par la main comme ça a été le cas avec Teresa.
Avant de rejoindre son père à New York, consciente que ses larmes cessaient d’émouvoir ses amies, pressées qu’elle passe à autre chose, elle se forçait à sortir de nouveau, à participer à des virées shoping et à s’intéresser aux sujets de son âge (boys band à la mode, potins divers)… Inutile de préciser qu’elle a été ravie de laisser tout cela derrière elle pour se rendre à la Grosse Pomme. Même si quitter sa ville natale lui a fait un peu peur, elle se sentait devenir folle là-bas.  
La seule chose positive qui est ressortie de tout ce gâchis, c’est que l’adolescente s’est découverte une force de caractère qu’elle ne soupçonnait pas. Bien sûr, depuis toute petite, sa mère lui rabâchait qu’elle était butée, qu’elle pouvait avoir un caractère de cochon, mais elle ne s’était jamais doutée qu’elle était une battante. Jessica ne s’imaginait pas capable de continuer à vivre sans Jason et pourtant, elle y est parvenue. Mais peut-être que c’est seulement son envie d’honorer sa mémoire en le vengeant qui la maintient debout…
- A l’image des adolescents d’aujourd’hui, Jessica est indissociable de son Smartphone. En fait, elle en possède même deux (Crashdown et Beethoven), au cas où l’un de ses bébés auraient le moindre problème. L’un lui a été offert par Daniel, son père et l’autre par sa mère. C’est à peu près le seul avantage à avoir des parents séparés… Evidemment, ils ne lui servent pas qu’à textoter ses amis ou à partager ses statuts sur Facebook. C’est un de ses outils les plus précieux pour ses crackage.
- Son autre outil est évidemment un ordinateur portable baptisé Morpheus qu’elle trimballe partout avec elle. Celui-ci lui a été offert par son petit ami du moment. Celui qu’elle n’a pas encore osé présenter à son père, par crainte de sa réaction…  
- Elle fait de la photographie à ses heures perdues. Si plus jeune elle mitraillait son environnement et ses proches (notamment Jason, son frère, qui était son modèle préféré) aujourd’hui, elle l’utilise surtout quand elle se met en tête de jouer les détectives et prend quelqu’un en filature.
- Depuis quelques mois, avec l’accord de son père, elle s’est inscrite à des cours de self défense et ça lui plait beaucoup. Evidemment, son geste a été motivé par la disparition de son frère et son besoin viscéral d’apprendre à se protéger, maintenant qu’elle sait à quel point le monde peut être impitoyable. Il lui arrive souvent de craquer après ses entrainements, lorsqu’elle s’imagine dans la peau de son cadet, incapable de faire face au monstre qui a fondu sur lui un soir…
- Elle caresse encore l’espoir idiot de voir un jour ses parents se remettre ensemble. Mais depuis que son père a déménagé pour New York, elle réalise que les chances que ça se produise sont minces… Elle lui en veut un peu pour ça, même si elle comprend les raisons de son départ. Et puis après tout, s’il est parti, c’est en grande partie à cause de sa mère qui est allé voir ailleurs ! Mais elle ne perd pas espoir de leur faire entendre raison à l’un comme à l’autre. Dieu que l’époque où elle les surprenait en train de s’embrasser de manière totalement indécente dans la cuisine lui manque…  
- Elle vit évidemment dans la peur de perdre un autre membre de sa famille. Jessica tente de se raisonner, sa psy et elle ont beaucoup travaillées ensemble là-dessus, et ses efforts commencent à payer. Mais elle n’est jamais à l’abri d’une crise de panique. Dans ces cas là, ces proches ont plutôt intérêt de décrocher à la première sonnerie pour la rassurer…
- La jeune femme a pris l’habitude de parler à Jason lorsqu’elle est seule dans sa chambre, de partager avec lui tout ce qu’elle vit et ressent. On pourrait dire qu’ils n’ont jamais été aussi proches que depuis qu’il l’a quittée. Jessica ne se contente cependant pas de lui parler à haute voix ou dans sa tête, pour le faire, elle utilise le talkie qu’elle lui avait offert quand il était plus jeune pour pouvoir continuer à papoter depuis leurs chambres respectives. Le second talkie, lui, se trouve dans la tombe de son cadet où Jessica l’a placé.  
- Depuis la découverte du corps de son frère près de la rivière Menomonee, Jessica est incapable de se baigner.  
I took this way
revenge is a full time job

Pourquoi le journalisme ? : Bien qu’elle se soit toujours intéressée aux gens et soit d’une nature curieuse, Jessica ne se figurait pas vraiment emprunter cette voie. A l’adolescence, elle s’est découvert deux passions : une pour la photographie et la seconde, pour le piratage informatique. Après la mort de son frère, la jeune fille a rangé son appareil photo dans le fond d’un placard (confinée comme elle l’était chez elle, il n’avait plus grande utilité) et passait le plus clair de son temps libre à surfer sur le net. Elle en a ainsi plus appris sur la vie de ses amis de l’époque en demeurant à distance qu’en les ayant côtoyés durant ses études…
Une fois son diplôme en poche, quand les choses ont commencées à aller un peu mieux pour elle et qu’il a fallut qu’elle se concentre sur son avenir, Jessica s’est demandée vers quelle branche se tourner pour mettre à profit son savoir-faire. C’est de cette manière qu’elle en est venue à s’orienter vers des études de journalisme.
Son but n’est pas de couvrir les évènements mondains ou de partir jouer els reporters dans des contrées lointaines. Non, le projet qu’elle cultive secrètement est celui de devenir détective privé et de traquer les salauds associables au monstre qui a gâché sa vie et est devenu une véritable obsession pour elle.
D’ailleurs, depuis qu’elle a appris sa libération, la jeune femme a ressorti son appareil photo de son placard et s’en sert pour capturer chaque seconde de l’existence du pourri qui est responsable de la mort de son frère et de la destruction de sa famille…        



PSEUDO cha AGE 26 yo FILLE OU MEC princesse pirate ascendant ninja assassin  PRESENCE régulière  DE QUEL PAYS TU VIENS France Tu nous connais d'où ? de vos fesses SCENARIO OU INVENTE scénario de Daniel Mills de mon coeur  





by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 14 Déc - 19:47





story of my life
and death

« Il nous faut des noms de code pour que ça marche ! » « Des noms de codes ? Genre Jiminy Cricket et Blanche-Neige ? » « J’aime pas que tu m’appelles comme ça » soupire Jason, recevant mon petit coup de coude dans les côtes avec philosophie. « Mais oui, c’est ça l’idée. » « Alors, qu’est-ce que tu proposes ? Si tu ne te décides pas très vite, ce sera Jiminy, je te préviens » je le taquine encore, reprenant ma lecture du mode d’emploi des talkies que je viens d’acheter à mon frère pour son huitième anniversaire, dans le dos des parents. Je l’ai fait autant pour lui faire plaisir que parce que j’en ai un peu assez de le voir débouler dans ma chambre au beau milieu de la nuit parce qu’il a fait un cauchemar. Il prend toujours toute la place et le lit d’une fille est censé être son sanctuaire, non ? C’est ce que papa dit. Je sais bien qu’il dit ça surtout en référence au fait qu’aucun garçon autre que mon frère n’est censé s’y glisser au milieu de la nuit mais… « Pourquoi pas…Batman et Robin ! » « C’est ringard… » « Tic et tac ! » « Ennuyeux à mourir… » « Laurel et Hardy… » « Quel âge tu as ? Deux cent ans ? » « Bah t’as qu’à trouver toi aussi ! » m’accuse Jason, chagriné, sa petite bouche tordue dans une moue boudeuse. « De toute façon, j’ai déjà choisi, ce sera Jiminy ! » « Tout ça pour que j’t’appelle Blanche-Neige… C’est même pas un vrai prénom d’abord. Personne s’appellerait comme ça… » « Mais t’as fini de râler ? Va plutôt dans ta chambre qu’on les essaie » je proteste en riant, l’incitant à sortir de ma chambre pour aller tester notre nouveau joujou. « Te fais pas prendre par les parents, Agent Jiminy. » Il se retourne vers moi, le temps de me tirer la langue avec un air espiègle, et disparaît au trot vers sa chambre dans son pyjama grimé de cowboys et d’indiens.

« Jess ? » Je sursaute et m’arrache péniblement à mon souvenir pour redonner mon attention à ma mère. Elle est venue dans ma chambre m’aider à faire mes cartons en vue de mon déménagement à New York et je passe mon temps à me laisser distraire… « Tu veux vraiment emmener tous tes bouquins là-bas ? Ca va peser une tonne… » « Mh, non. J’ai juste…pas trouvé le temps de les trier. Je ferai ça tout à l’heure. » « Tout à l’heure ? Mais… » « J’ai besoin de faire une pause, OK ? » « Jess, chérie, tu ne seras jamais prête à temps si tu passes ton temps à faire des pauses. » « Bon, écoute, on a déjà défini que tu avais le monopole de la perfection dans cette famille maman, donc pas la peine de me faire tout un discours. Tu sais quoi ? Fais ce que tu veux, emballe ce que tu veux, de toute façon je m’en moque. » La seule chose que j’aimerai amener avec moi là-bas, c’est Jason. Mais s’il était encore là, je n’aurai pas besoin d’y aller en premier lieu, n’est-ce pas ? Ne me sentant pas capable de supporter davantage le regard blessé de ma mère, je me détourne pour descendre les escaliers et rejoindre le jardin. Evidemment, son crétin de copain a du nous entendre et il s’empresse de venir se mêler de ce qui ne le regarde pas. Il ouvre la bouche, certainement pour me questionner sur ce qui vient de se passer (fichu Monsieur Compréhension !), mais je lève une main dans sa direction l’autre déjà en train de pianoter sur le clavier tactile de mon téléphone pour lui signifier que je n’ai pas une seconde à lui accorder. Je passe la porte de la cuisine pour atterrir dans le jardin et me dirige directement vers les balançoires qui se trouvent dans le fond. Je me laisse tomber sur la mienne et mes pieds nus frottent doucement l’herbe qui a profité de mon désintérêt récent pour cet endroit pour repousser… Je pense à Jason. Je pense à papa. J’ai hâte de le retrouver et en même temps, je culpabilise à l’idée de laisser maman. Elle a déjà perdu son garçon et voilà que je décide de l’abandonner à mon tour. Enfin c’est différent : Jason n’a pas eu son mot à dire, on nous l’a arraché. N’empêche qu’elle va en souffrir, je le sais. Je crois d’ailleurs que cette idée a en partie motivé mon choix de plier bagage dans les premiers temps. Plus maintenant. Maintenant, la laisser ici m’angoisse. En même temps, imaginer papa tout seul à New York me torture aussi… J’essaie de me rassurer avec l’idée que le nouveau Jule de maman saura la réconforter en mon absence alors que papa, lui, n’a personne. Sans y penser, j’attrape la corde élimée de la seconde balançoire et la fait s’agiter. Jason devrait être dessus… Les larmes brouillent ma vue et j’essaie de prendre sur moi pour les chasser, en vain. Alors je les laisse couler allègrement.  

***

« Tu m’appelles dès que tu es arrivée, d’accord ? » « Oui maman. Promis. » Je la serre contre moi et elle me rend mon étreinte avec force. Je ne veux plus la lâcher et je crois que la réciproque est vraie. Nous pleurons toutes les deux en nous cramponnant l’une à l’autre. Je me demande maintenant si elle a vraiment tourné la page aussi rapidement que je lui reproche de l’avoir fait. Peut-être que je l’ai mal jugée, peut-être que j’ai pris ma décision trop rapidement, peut-être que j’ai fais le mauvais choix… Non. Je ne peux pas me laisser ronger par l’angoisse. Je dois partir d’ici. Je dois rejoindre papa. Il a besoin de moi et j’ai besoin de lui. J’ai besoin d’un nouveau départ. Alors je prends mon courage à deux mains et je m’écarte de ma mère. Nos regards se croisent et nous rions nerveusement en constatant l’étendu des dégâts. Elle replace une mèche de mes cheveux brun derrière mon oreille, dépose un dernier baiser sur mon front et me pousse vers ma voiture. Je lui envoie un baiser par la fenêtre baissée dès que j’ai refermée la portière sur mon passage et puis démarre la voiture. Si je ne pars pas tout de suite, je doute d’avoir le courage de le faire. Je ne peux pas me permettre de me dégonfler. Je m’engage dans la rue où j’ai grandi et où j’ai tellement de souvenirs de Jason. J’essuie les larmes qui menacent à nouveau de dégringoler sur mes joues pâles et essaie de réguler ma respiration, mes mains crispées sur le volant. Juste avant de tourner dans la rue qui fera disparaître pour de bon la maison de mon enfance de mon champ de vision, je m’autorise un dernier regard dans le rétroviseur. J’espère y voir Jason. Jason sur son vélo… Jason avec son ballon de volley et cette stupide médaille dont il était si fier autour de son cou… Mais il n’est pas là. Il n’est plus là. Et c’est finalement sur le siège passager que mon regard se porte. Sur le talkie que j’ai posé là.  

« Jiminy ? » Je me sens stupide d’essayer mais en même temps, je n’ai rien à perdre. J’ai déjà perdu le plus important… « Tu me reçois ? » je demande encore d’une voix étranglée, maintenant le talkie devant mon visage pâle d’une main tremblante. Mon estomac est douloureusement noué. Je ne sais pas ce que je crains le plus… Qu’il me réponde ou que seul le silence le fasse. Chaque fois que je ferme les yeux et m’endors ces derniers temps, je fais ce même cauchemar affreux. Jason est trempé, blanc comme un linge, les yeux injectés de sang, le visage tout bouffi et il m’accuse de ne pas l’avoir sauvé, de ne pas avoir répondu à son appel… Il me terrifie. Et si c’était cette version de mon petit frère qui s’emparait du talkie et me répondait ? Mais peut-être que cette version vaudrait mieux qu’uacune version du tout… Et il me manque tellement… « Jiminy, ici Blanche-Neige, est-ce que tu… » je ravale un sanglot, prend une longue inspiration et essuie mes joues barbouillées de larmes. Après m’être raclée la gorge, je reprends la parole. « Jiminy, ici Blanche-Neige, tu me reçois ? » Rien. Absolument rien. Jason a disparu. Jason n’émet plus. Jason ne me reçoit plus. N’y tenant plus, je laisse l’appareil retomber et m’extraie en vitesse de mes draps, me ruant vers la porte de ma chambre. « Papa » j’appelle dans le couloir, le corps secoué de sanglots. « Papa ! » Et dans la seconde qui suit, la porte de sa propre chambre s’ouvre. Il me repère immédiatement malgré l’obscurité et s’approche en écartant déjà les bras pour me permettre de venir m’y réfugier, ce que je fais sans me faire prier. Je m’agrippe à lui, éclatant en sanglots douloureux. « Il n’est plus là papa. Il n’est plus là » je réalise enfin, la veille de l’enterrement de mon petit frère.

***

Il s’approche de ma table d’une démarche conquérante, un sourire goguenard aux lèvres. Je fais mine de ne pas le remarquer et avale une gorgée de mon chocolat Viennois, supplément chantilly. Dieu Bénisse Starbucks… Il tire la chaise en face de moi et se laisse négligemment tomber dessus, réajustant sa casquette sur son crâne blondin pendant que je retiens mon souffle. OK, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi sexy… Et vieux. Enfin vieux, tout est relatif, il doit avoir trente ans, trente-cinq maximum. « Snowhite ? » Bingo ! C’est bien lui. Je dépose ma tasse sur la table dans un geste calculé, arquant un sourcil et laissant un sourire mutin étirer la commissure de mes lèvres. Ma moue a l’air de lui plaire et son sourire à lui s’élargit encore. « WipeAss ? » « En chair et en os, bébé » me lance-t-il en levant ses paumes vers le plafond du café un instant. « Je t’imaginais…différent. » « Oh toi t’es exactement comme j’imaginais. Une vraie princesse de l’Upper East Fucking Side. » « Ouh, je suis démasquée. » Il fronce les sourcils et m’observe un peu plus longuement. « T’as pas l’accent New Yorkais… Tu viens d’où ? » « Tu veux me faire croire que tu ne t’es pas renseigné sur mon compte ? » « Non, toi j’ai eu envie d’apprendre à te connaître de façon old school. » « Old school…mmh… C’est un terme qui te va bien je trouve. » « Outch ! » Il sourit et caresse sa barbe. Un tic certainement. Un tic que je trouve tout à fait…excitant ? « T’as du cran princesse. J’aime ça. » J’hausse une épaule et recommence à pianoter sur le clavier de mon MAC. « Tu as pénétré le serveur avec cette daube ? » « Je ne vois pas de quoi tu parles. » « Je me sens presque insulté que t'ai réussi à contourner ma sécu en pilotant ce tas de merde... Pas étonnant que j't'ai repérée et éjectée aussi vite, on peut rien faire de convenable là-dessus. » Son portable émet un bip depuis la poche ventrale de son sweater noir et il le tire pour consulter le message qu’il vient de recevoir. J’en connais déjà le contenu, c’est moi qui le lui ai fait parvenir. « Je rêve ou tu viens de me hacker ? En tout cas, c’est avec plaisir princesse » me répond-t-il de vive voix se remettant sur ses jambes et attendant que je rassemble mes affaires pour que nous "nous arrachions d’ici" comme je le lui ai proposé.  

***

« Je suis certaine que vous vous entendriez » je chuchote, un sourire étirant mes lèvres, à portée du talkie dans lequel je m’exprime depuis quelques instants maintenant. Je jette instinctivement un coup d’œil du côté de ma porte de chambre, toujours close. Aucun bruit de l’autre côté. Et comment pourrait-il y avoir le moindre bruit : papa est de garde pour la nuit. « Tu le trouverais sans doute un peu vieux. Moi aussi je le trouvais un peu vieux au départ mais il est…disons qu’il n’est pas très mature et que de mon côté… Enfin on se rejoint je trouve. Et puis ses potes ont dit qu’on formait un joli p’tit couple. » Je me mordille la lèvre pour ravaler l’air niais qui tente de prendre possession de mes traits. « On a joué à Mario Kart pendant au moins deux heures aujourd’hui ! Il triche au moins autant que toi et c’est un mauvais perdant. J’ai rarement vu ça ! Mais on s’est bien amusés. Ca m’a fait du bien. J’ai pensé à toi… » Je marque une pause, contemplant le plafond de la pièce que j’occupe depuis deux mois maintenant. Je déglutis péniblement, ferme les yeux une seconde et puis reprend. « J’ai pas pensé au fait que tu sois mort. J’ai pensé à toi, quand tu allais bien… Et ça m’a fait du bien à moi aussi. J’aimerai que papa… J’aimerai que papa arrive à penser à toi de cette façon là aussi. Je ne sais pas s’il y arrive. Je crois que chaque fois qu’il essaie de penser à toi, il pense à Lui… La plupart du temps, c’est ce qui m’arrive aussi et ça gâche tout. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui c’était vraiment bien… Tu m’avais manqué Jiminy… » Mon portable se met à sonner et je jette un œil à l’écran, voyant le nom de mon petit ami apparaitre. « Bon, c’est Cillian, je vais te laisser. On se reparle très vite. Blanche-Neige, fin de transmission… »  






by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lyla Gambino
ADMINE ET PUNITRICE

❖ MESSAGES : 9173
❖ AVATAR : Megan Fox



MessageLun 14 Déc - 19:48

Que t'es belle
reuh chez toi :smi7:

_________________
Born to lose ✽ Live to win
I'd rather have bad times with you, than good times with someone else
I'd rather be beside you in a storm, than safe and warm by myself
I'd rather have hard times together, than to have it easy apart
I'd rather have the one who holds my heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Odair
MUGUET

❖ MESSAGES : 4830
❖ AVATAR : Jack Falahee


MessageLun 14 Déc - 19:49

Reeeeeeebiieennvveennuuuueeee.


Ma pupucccceeeeeeeeeeee ♥♥♥♥
T'es trop belle *_*


What a Face What a Face

_________________
texte texte
Down goes another one



Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 14 Déc - 19:50

Rebienvenue à la maison, petite tête. :)
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 14 Déc - 19:51

ouh, la méchante fille ♥
rebienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas
❝Invité❞
Invité


MessageLun 14 Déc - 19:52

Merci mes zamours C'était la petite dernière mais elle me manquait fort forrrt

Alicja Laisse-moi te dire que ça va chia !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Deputy Woodward
ORCHIDEE

❖ MESSAGES : 140


MessageLun 14 Déc - 19:57





Bienvenue à New York
Tu es désormais des nôtres!


Tu connais la maison, éparpilles tes valises un peu partout. I love you


Tu es désormais validé(e) et tu peux poster et voguer à ta guise sur le forum. Voici une liste de tous les topics qui peuvent t'être utiles pour que tu commences à jouer. Avant toute chose, tu dois recenser ton avatar par là

Pour essayer de trouver les liens qui te manquent et rp au plus vite, tu as des coins appropriés où il te faudra créer tes propres topics où répertorier tes liens.

Tu meurs d'envie de rp mais tu n'as toujours pas trouvé quelqu'un pour un topic, n'hésite pas à passer par pour demander si quelqu'un est disponible et motivé.

Mais comme tu viens d'arriver, il te faut avant tout un logement et faire répertorier ton métier afin de ne pas te faire chiper ta place si celles-ci sont limitées. Si tu es flic, secouriste, pompier ou même brigand, tu devrais passer dans ce topic

Pour le reste, il y a le flood, les jeux et toutes ces zones de détente pour partager avec les autres et vous sentir comme chez vous!


N'OUBLIE PAS QUE TU AS UNE SEMAINE, A PARTIR DE TA VALIDATION, POUR LANCER TON PREMIER RP


Bienvenue parmi nous, encore une fois







by SerialWords.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Florence Fleury-Arnaud
MUGUET

❖ MESSAGES : 4158
❖ AVATAR : Alison Brie



MessageLun 14 Déc - 21:57

Re-Bienvenue dans le coin :D

_________________


    « J'avais réussie à m'adapter à ma petite vie avec Eleonore, mais d'autres choses me sont encore tombées dessus. J'ai des besoins, comme tout le monde, alors j'ai couché avec un homme mais il a filmé nos ébats artistiques. Je dois donc faire face à un scandale à la sextape, et pour le moment ça tourne mal pour moi. Mais je n'ai pas dis mon dernier mot. On ne rabaisse pas FIFA de la sorte, croyez moi. Si vous pensez vous débarrassez de moi, vous allez avoir les boules, je peux vous le dire. Oui, oui, vous avez bien lu. »



Récompenses des Awards 2016:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝Contenu sponsorisé❞


Message

Revenir en haut Aller en bas
JESSICA MILLS ❝ revenge is a full time job
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Full Time Fitness
» Time for revenge
» Parfois, une oreille attentive, ça aide ! [PV Regina Mills]
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood of Heroes :: Become a New Yorker :: THIS IS WHO I AM :: Game over, try again.-
Sauter vers: